Navigation – Plan du site
Notes de lecture

Cros, F. (2017). Innovation et société, le cas de l’école. Londres : ISTE editions.

Richard Étienne
Référence(s) :

Londres : ISTE editions. 188 pages.

Notes de la rédaction

Une version plus courte de cette recension a été réalisée pour les Cahiers pédagogiques.

Texte intégral

1Françoise Cros a fait de l’innovation en éducation un de ses principaux axes de recherche comme le confirme son nouvel ouvrage intitulé Innovation et société, le cas de l’école, qui développe un lien déjà ancien entre cette démarche et le changement de l’école et de la société. Ainsi qu’elle l’affirme dans sa conclusion, il ne s’agit ni d’un « gadget » ni d’une « bouffée d’oxygène » (p. 180) et elle rappelle la devise d’un mouvement pédagogique septuagénaire, le Cercle de Recherche et d’Action Pédagogique (CRAP) qui publie les Cahiers pédagogiques (« changer la société pour changer l’école, changer l’école pour changer la société ») pour montrer comment la seconde démarche qui part de l’école ne peut que reposer sur l’innovation tant les réformes imposées d’en haut échouent toutes et tant les pédagogues isolés s’essoufflent.

2Pour aboutir à ce résultat espéré, elle procède en trois temps qui se composent en autant de chapitres. Le premier est consacré à l’émergence du mot et du concept car, au départ, dans une société soumise à Dieu et au roi, la « nouvelleté » menace l’ordre établi. Même Diderot propose de la « craindre dans un gouvernement » (p. 16). Appuyant son argumentation sur Tocqueville et Schumpeter, Françoise Cros fait de l’innovation une pièce à deux faces, l’une démocratique et l’autre pédagogique. Les sociétés théocratiques ne peuvent en effet que détester le changement qui dérange l’ordre établi… par Dieu et transmis par celles et ceux qui s’en font les conservateurs. Autrement dit, les créationnistes s’opposent à la nouveauté alors que c’est la créativité qui alimente le changement à condition que l’idée originale puisse se développer et enfin se déployer dans sa mise en pratique (figure de la page 23, très claire comme l’ensemble des illustrations et tableaux et note 12 avec un renvoi à l’article de Puozzo que nous avons publié dans notre numéro 33 de 2013).

3Autrement dit par Alain Michel qui est cité : « une innovation est une invention qui a réussi » (p. 47 et 148). C’est la principale thèse défendue par l’auteure : en matière sociale, il ne suffit pas de trouver du neuf, ni même de le promouvoir de façon volontariste. Encore faut-il qu’il se transmette et se diffuse dans la société. : c’est alors qu’on assiste au « déploiement de l’idée dans une mise en pratique ». Or le chemin est parfois long comme le prouvent les deux décennies qui se sont écoulées entre l’invention de la brosse à dents électrique (1939) et sa commercialisation (1960). L’explication tient à « l’intéressement des acteurs » et à un faisceau de raisons qui leur font adopter telle ou telle nouvelle manière de faire d’où la très belle courbe qui établit la durée nécessaire pour qu’une innovation meure de sa belle mort et se transmue en une institution (p. 53).

4Magnifique leçon d’humilité qui pourrait être inscrite au programme de formation de tout ministre de l’Éducation nationale prenant ses fonctions en France dont l’espérance de vie ministérielle n’a d’égale que la rapidité avec laquelle il ne peut que constater l’enlisement de ses réformes, fussent-elles frappées au coin du bon sens et des conclusions de recherches menées avec rigueur comme ce fut le cas pour Alain Savary avec la rénovation des collèges (1981-1983) ou pour Najat Vallaud-Belkacem avec une réforme des collèges (encore !) menée à la hussarde en deux ans (2016-2017) puis mise sous le boisseau par son successeur. Le chapitre se termine sur la mise en avant de six principes qui régissent « l’innovation frugale », innovation dans l’innovation, depuis sa co-construction entre praticiens et chercheurs à la constitution de banques de données, plus sources d’inspiration que recettes à appliquer, en passant par la personnalisation, l’investissement à bas coûts, le travail interactif et, pour l’école, un rôle accru à l’initiative des parents et des élèves. Emportée par son élan, peut-être Françoise Cros pare-t-elle un peu rapidement de toutes les vertus une innovation recourant au crowdsourcing et au crowdfounding et nous en décelons un indice dans sa justification : « L’emploi de mots anglais indique que nous sommes sur un processus de mondialisation qui n’est pas sans évoquer une intelligence de management de l’innovation » (p. 74). On pourrait sans doute lancer une controverse sur cette anglomanie managériale qui est souvent source de rejet d’une innovation par opposition systématique à toute uniformisation culturelle. Dans d’autres pages, il est établi que l’innovation à l’école est totalement antérieure à la mondialisation, comme le prouvent les références à Freinet, voire à l’éducation nouvelle.

5Dès le deuxième chapitre en effet, le propos se resserre sur l’innovation à l’école, puisque son enjeu de transformation de la société est établi et bien établi. Mais le « mammouth » bouge encore ! Et l’alternative qui oppose le centralisme jacobin, source de ruissellement, arc-bouté sur le Bulletin Officiel de l’Éducation Nationale comme référence du système, à la créativité girondine, toujours menacée par la machine à broyer la tête qui dépasse a bien retardé l’apparition d’un bureau consacré à l’innovation et à sa valorisation. Nous sommes en 1995 et le recrutement d’une personne extérieure et de deux enseignants détachés contraste avec les quelque 3500 personnes qui travaillent rue de Grenelle et dans les rues adjacentes. Il y aura aussi deux Conseils nationaux de l’innovation pour la réussite scolaire puis éducative bien vite étouffés. Vous avez dit « l’innovation, combien de divisions ? ».

6De plus, certaines confusions apparaissent dont la première est l’illusion des « bonnes pratiques » qui sont aux antipodes de l’innovation puisqu’elles figent et font appliquer dans un contexte ce qui a été décrit comme une réussite dans un autre : « la notion de "bonne pratiques", voire de "best practices", est un outil de gestion d’une politique du système d’éducation dans le sens où il s’agit de mettre en valeur certains récits de pratiques jugées par ceux qui en ont le pouvoir institutionnel comme exemplaires et qui doivent être source d’inspiration pour ceux qui se forment ou veulent être des enseignants performants : une sorte de calibrage de l’efficience comme chemin à suivre ! Nous sommes là loin de l’innovation à l’école » (p. 88-89). Et sans doute aussi d’un cheminement allant vers l’amélioration des pratiques !

7Le lecteur comprend alors mieux l’obligation faite aux innovatrices et innovateurs, qui voulaient pour la plupart « rester cachés pour vivre heureux » : il leur faut décrire, selon des standards liés au New Public Management (Nouveau management des services publics) ce qu’ils ont fait en termes d’objectifs et d’évaluation ! Cela revient à transformer un plat local en recette destinée à tous les publics. Une telle commande ne disqualifie pas l’écriture en tant que telle mais son échec relatif (beaucoup ont renoncé et peu ont appliqué) fait place à une écriture plus créative, qui, finalement, incite à « aller voir dans les écoles comment se déroulent ces innovations pour se trouver immergés dans l’action novatrice elle-même » (p. 110). Comme Françoise Cros connaît bien les phénomènes d’écriture et de lecture, autre domaine dans lequel elle a produit des ouvrages de référence, elle propose d’aller vers du récit qui présente l’avantage d’être moins contraint, plus vivant. C’est en effet plus pertinent pour une approche précise la complexité et de la variété qui s’observe dans un établissement où se pérennise la démarche d’innovation.

8Il ne s’agit pas pour autant de recréer un univers médiéval émietté. Nous sommes dans un système centralisé, républicain, où les valeurs de liberté, d’égalité, de fraternité se devraient d’être partagées et, pour les servir au moyen de cheminements différenciés, la ressource éventuelle de l’accompagnement apparaît dans sa redoutable ambiguïté : « Il n’y a pas loin de l’accompagnement à la manipulation » (note 53, p. 128) mais « l’accompagnement est une modalité largement facilitatrice d’évolution des représentations et des pratiques professionnelles » (p. 129). D’où le recours aux courants pédagogiques et le judicieux développement sur la formation à l’innovation qui ne peut se concevoir sans une formation de formateurs « développant la capacité globale d’innovation » (p. 142).

9Plus court (une trentaine de pages contre soixante-dix pour les deux premiers), le troisième chapitre n’en porte pas moins sur l’essentiel, l’enjeu politique et de gouvernance de l’innovation à l’école. Reprenant les travaux d’Alain Bouvier sur les « établissements scolaires apprenants » (2001), il commence par mettre en évidence l’enjeu de développement qui leur donne l’avantage sur ceux qui « se contentent » d’innover. Il établit ensuite la nécessité de (re)penser l’évaluation de l’innovation dans des termes plus pertinents que la simple transformation d’objectifs en critères afin de favoriser une dynamique qui peut aller jusqu’au développement d’établissements formateurs (Étienne, 1999 ; Perrenoud, 2001 ; Ria, 2015) et de structures expérimentales (p. 149). Il serait alors possible de compléter la figure 3.1. (p. 144) en établissant un déséquilibre positif entre établissement innovant qui dynamise personnes et équipes, établissement apprenant qui se développe au niveau collectif, partenarial, collectif et établissement formateur qui contribue à l’amélioration continue du système aux niveaux micro-, méso- et macro-, notamment par sa mise en réseau (Étienne, 2000).

10Publié en octobre 2017, le livre s’achève sur la description de cinq temps de la politique publique de soutien à l’innovation en France. Les quatre premiers de 1980 à 2017 ne posent pas de problème : c’est d’abord un objet à la marge (1960-1980) puis un processus à canaliser (1981-2000), une compétence des acteurs (2001-2010) et un régulateur social (2011-2017). Mais le cinquième, imaginaire puisqu’il va de 2018 à 2022 et se présente comme un « impératif de survie de tout système social apprenant », semble aujourd’hui hors de propos tant la nouvelle équipe ministérielle, ou devrais-je écrire, tant le ministre impose ses vues depuis septembre 2017 et cela va de la rentrée en musique au décompte des dictées dans le premier degré, rappelant la savoureuse anecdote apocryphe de Napoléon tirant sa montre du gousset en affirmant connaître la dictée faite alors par les lycéens de France. Or le « one best way ou solution unique pour tous les pays s’est heurté à la complexité des situations réelles » écrit Françoise Cros dans la conclusion (p. 179). Il ne faut donc pas être grand clerc pour prédire ce qui va se produire dans un système qui ne peut plus subir les diktats d’un ministre tout-puissant car « l’innovation devient un incontournable dans le gestion et le développement des système éducatifs tournés vers la société du futur » (p. 180). Le pire n’est jamais sûr mais le meilleur non plus. Raison supplémentaire pour demander aux politiques de se dessaisir de l’avenir du système éducatif au profit de la société et du temps long.

11Même si quelques points mériteraient d’être repris dans la mise en forme, notamment la double bibliographie en notes et en fin d’ouvrage, qui fait que par exemple Rogers (1995) cité pratiquement 10 fois de la page 50 à 58 ne se retrouve ni dans les unes ni dans l’autre, ce livre fait sortir l’innovation de son statut de modification mineure encouragée par la hiérarchie tant qu’elle ne contrevient pas à l’ordre établi. Françoise Cros sait lui donner du souffle et en faire un élément de dynamisation du changement vers une transformation radicale et démocratique de l’école d’aujourd’hui encore coincée entre ses origines populaires pour la « communale » (le premier degré) et sélectives pour le lycée où subsistent les classes préparatoires aux grandes écoles auxquelles sont dévolues les plus fortes rémunérations. Elle a sans doute raison au niveau des enjeux mais il faudrait ajouter une analyse politique montrant que la diffusion de nouvelles formes du travail des enseignants et des élèves ne peut se caler sur les échéances électorales, ce qu’ont compris et appliqué les Finlandais et les Québécois avec les résultats que l’on connaît, même si certains retours en arrière, notamment la « gestion axée sur les résultats », peuvent faire craindre le pire.

Bibliographie de la recension

12Bouvier, A. (2001). L’établissement scolaire apprenant. Paris : Hachette.

13Étienne, R. (1999). L’établissement formateur. Quelle contribution du "terrain" à la formation générale des professeurs de l’enseignement secondaire ? Recherche et formation, INRP, n° 31, p. 137-151.

14Étienne, R. (2000). Les réseaux d’établissements, enjeux à venir. Paris : ESF.

15Perrenoud, Ph. (2001). Développer la pratique réflexive dans le métier d’enseignant. Paris : ESF éditeur.

16Ria, L. (2015, dir.). Former les enseignants au XXIe siècle. 1. Établissement formateur et vidéoformation. Bruxelles : De Boeck.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Richard Étienne, « Cros, F. (2017). Innovation et société, le cas de l’école. Londres : ISTE editions. », Éducation et socialisation [En ligne], 49 | 2018, mis en ligne le 04 juillet 2018, consulté le 17 octobre 2019. URL : http://journals.openedition.org/edso/3118

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
La revue Éducation et socialisation est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires de la Méditerranée
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals