Navigation – Plan du site
Notes de lecture

Goupy, F., Le Jeunne, C., dir. (2016). La médecine narrative – Une révolution pédagogique ? Paris : Éditions Med Line.

Silvia Rossi
Référence(s) :

Paris : Éditions Med Line.

Texte intégral

1Introduit à l’université Paris-Descartes de façon optionnelle en 2009, l'enseignement de la médecine narrative est bien la « révolution pédagogique » évoquée dans le titre de l’ouvrage dirigé par François Goupy et Claire Le Jeunne.

2Mais qu’est-ce que c’est que la médecine narrative ? Quels sont ses objectifs et son champ d’application ? Quel(s) intérêt(s) à l’introduire dans le cadre de la formation des futurs médecins ? Née aux États-Unis au début des années 2000, la médecine narrative est une nouvelle approche s’inscrivant dans les soins de santé centrés sur le patient ; elle se définit comme une compétence qui permet de « reconnaître, absorber, interpréter et être ému » (Charon, 2006/2015, p. 13) par les histoires de personnes malades. Son

3premier objectif est d’établir une relation médecin-malade de qualité marqué par l’empathie et basée sur l’écoute attentive du patient [et] le deuxième objectif est d’aider les soignants à réfléchir sur leur métier dont l’exercice leur fait côtoyer quotidiennement la souffrance et la mort (Goupy et Le Jeunne, 2016, p. 15).

4Cette approche remet le récit du patient et son écoute attentive au cœur de la relation entre le soignant et le patient : Goupy et Le Jeunne invitent à ne pas sous-estimer la portée de ce rentrage qui « est en réalité une réflexion révolutionnaire sur la nature même de l’acte médical trop souvent pensé comme un simple acte technique » (p. 18).

5L’ouvrage, préfacé par la pionnière de la médecine narrative Rita Charon, est organisé en trois parties : d’abord, il présente cette discipline et ses filiations théoriques ; ensuite, il revient sur les premières expériences réalisées à l’étrangers ; enfin, il décrit un exemple français, celui mis en place par une équipe de la faculté de médecine de Paris-Descartes, à l’origine de ce livre.

6La première partie de ce travail introduit donc à cette approche et explicite ses rapports avec la philosophie, la psychanalyse, et surtout avec la littérature ; en effet, « son originalité est d’avoir adapté à la pratique clinique des techniques utilisées par les littéraires pour analyser et produire des récits » (p. 15). Par ailleurs, le premier chapitre illustre la grille d’analyse élaborée par Charon ; elle rend les outils narratologiques valables lors de l’analyse du récit d’un patient comme lors de la lecture d’un roman et accessibles aux cliniciens.

7La deuxième partie du livre propose une histoire de la discipline en en parcourant les étapes fondamentales : du cours Introduction au Patient, proposé au début des années quatre-vingts par Rita Charon à Columbia University (New York), en passant par l’expérience canadienne du McGill Physicianship Program, jusqu’à la naissance d’un mouvement international de médecine narrative.

8Son arrivée en France et, plus précisément, son enseignement à l’université se sont faits récemment : les chapitres 8 et 9 de l’ouvrage décrivent dans le détail les programmes des cours obligatoires depuis 2013 pour les environ 400 étudiants en deuxième année du deuxième cycle des études médicales à Paris-Descartes et leur déroulement (introduction, ateliers en petits groupes, consultations simulées etc.).

  • 1 Consultations faites avec des patients-acteurs.

9En cohérence avec la volonté de la médecine narrative de redonner à la dimension relationnelle une place centrale et dans une perspective de valorisation de la contribution des figures hétérogènes qui ont porté ce projet au succès, cet ouvrage donne la parole aux enseignants, aux patients-acteurs, aux étudiants etc. qui y ont participé. Ainsi, si la troisième partie de La médecine narrative – Une révolution pédagogique ? est dédiée au bilan de cette expérience, en complément aux enquêtes de satisfaction, nous trouvons aussi des témoignages : en particulier, nous signalons l’opinion positive des étudiants qui jugent l’enseignement de la médecine narrative complémentaire à celui des sciences fondamentales car il aborde « ‘l’humanisme’ des médecins, l’empathie qu’il faut avoir » (p. 175) ; par ailleurs, est souligné l’intérêt des consultations simulées1 qui permettent de s’« exercer à tisser une relation médecin-malade thérapeutique, avant de [se] retrouver en face de patients » (p. 170).

10Malgré ces retours positifs, des questions se posent sur les perspectives futures : les importants moyens humains nécessaires, l’absence de financements, un Examen Classant National prenant en compte des paramètres autres que ceux de la médecine narrative, une interdisciplinarité à développer…, tous ces facteurs questionnent les possibilités et les modalités de généralisation de ce type d’enseignement.

11Pour que la révolution pédagogique présentée dans l’ouvrage aboutisse à un réel changement de paradigme, il faut mettre l’accent sur la pression qui peut être exercée par les patients et les usagers, dans l’attente (l’espoir) que, dans le futur, l’action des médecins pourra être plus focalisée sur la prise en soin et moins sur les activités administratives, techniques et financières.

12La « révolution pédagogique » évoquée dans le titre de l’ouvrage aboutirait alors à une révolution du système de santé : en attendant de connaître le futur de la profession médicale, nous nous contentons de souligner l’importance de ce témoignage ; en effet, si la médecine narrative est aujourd’hui une ressource pour l’enseignement et la pratique de la médecine dans le monde entier, les ouvrages en langue françaises sont encore peu nombreux. Ce livre est alors d’autant plus précieux qu’il contribue à la diffusion de cette approche en témoignant de la réussite du programme mis en place à l’université Paris-Descartes.

Bibliographie

13Charon, R. (2006/2015). Médecine narrative. Rendre hommage aux histoires de maladies. Paris: Sipayat.

14Charon, R. (2013). Narrative medicine in the international education of physicians. Presse Medicale, 42(1), 3-5.

15Goupy F. et al. (2013). L’enseignement de la médecine narrative peut-il être une réponse à l’attente de formation des étudiants à la relation médecin malade ? Presse Médicale, 42(1), e1-e8.

Haut de page

Notes

1 Consultations faites avec des patients-acteurs.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Silvia Rossi, « Goupy, F., Le Jeunne, C., dir. (2016). La médecine narrative – Une révolution pédagogique ? Paris : Éditions Med Line. », Éducation et socialisation [En ligne], 49 | 2018, mis en ligne le 04 juillet 2018, consulté le 18 décembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/edso/3134

Haut de page

Auteur

Silvia Rossi

Enseignante en sciences médico-sociales Chargée de cours Paris Descartes et Paris XIII

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
La revue Éducation et socialisation est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires de la Méditerranée
  • OpenEdition Journals