Navigation – Plan du site
Notes de lecture

Langouët, G., Groux, D. (2018). Réveillons-nous ! Pour un monde plus juste. Paris : L’Harmattan, collection Rue des Écoles/Champ libre.

Richard Étienne
Référence(s) :

Paris : L’Harmattan, collection Rue des Écoles/Champ libre.152 pages.

Texte intégral

1L’été 2018 aura vu se télescoper deux faits significatifs : la capitalisation boursière d’Apple vient d’atteindre mille milliards de dollars et un pont autoroutier vétuste s’est effondré à Gênes faisant 43 morts et de nombreux blessés. Pourquoi rapprocher ces deux faits ? Ils sonnent comme un avertissement d’un monde fou où les médias ne cessent de rappeler la dette publique, qu’elle soit italienne, française ou grecque, mais se gardent bien de mettre en tension cet appauvrissement des États avec l’enrichissement de quelques-uns qui, comme dans le cas de l’entreprise citée, ne fabriquent pas le moindre des objets qu’ils commercialisent. Réveillons-nous ! Pour un monde plus juste deviennent alors deux slogans plus que jamais d’actualité. Ils ne sont pas utilisés comme tels dans l’ouvrage de Gabriel Langouët et Dominique Groux, deux chercheurs en sciences de l’éducation rompus aux comparaisons internationales. Pour sortir du bourbier de la bien-pensance triomphante, les mouvements de manche et les envolées humanistes ne suffisent plus. Il y faut une méthode, un chemin ou, mieux, un cheminement, car « les injustices, au fur et à mesure qu’elles s’accroissent, éliminent de fait une partie plus importante des humains de la société elle-même, parce qu’ils n’ont plus accès aux besoins les plus élémentaires : se nourrir, se loger, se soigner ou s’instruire » (p. 19). Il ne suffit pas de s’indigner du fait que les 85 plus grandes fortunes détiennent autant de biens que les 50 % les moins riches (3,5 milliards d’êtres humains !) et que 15 % de la population mondiale vivent en dessous du seuil de grande pauvreté (1,25 $ par jour), encore faut-il analyser et comparer pour trouver les pistes qui peuvent conduire à « un monde plus juste ». C’est tout l’enjeu de ce court et passionnant livre écrit en deux parties (« état des lieux des inégalités » et « ébauches de propositions ») et quatre chapitres qui suivent une progression logique des « inégalités entre États » à l’observation de près de trois d’entre eux qui ne sont pas du tout choisis au hasard !

Un état des lieux des inégalités, oui, mais comment le faire ?

2De sa formation de sociologue et de ses travaux antérieurs, Gabriel Langouët retient une méthode infaillible, l’approche statistique, qui est souvent décriée au motif qu’on peut faire dire ce qu’on veut aux « chiffres ». Mais ils ne parlent pas tout seuls et, s’il existe une tentation sophiste, elle n’a pas cours dans cet ouvrage pour la bonne raison qu’il s’appuie sur une réduction et une sélection effectuée parmi les 187 pays suivis par le Programme des Nations unies pour le développement (PNUD). Finalement, seuls 20 d’entre eux sont retenus en pratiquant un échantillonnage significatif : y figurent la France, l’Allemagne et la Slovénie mais aussi la République tchèque et la Roumanie pour l’Union européenne (UE) ainsi que la Norvège, la Russie et l’Islande pour le reste de l’Europe, l’Afrique du sud, le Mali et l’Île Maurice pour l’Afrique, le Qatar, la Corée du sud, la Chine, l’Inde et le Bhoutan pour l’Asie, enfin le Canada, le Brésil, Cuba et Haïti pour le continent américain. Nul doute que le choix est orienté, ce qui ne veut pas dire qu’il n’est pas représentatif. Dès lors, peut commencer une étude comparative qui s’appuie sur la technique du décilage dont l’intérêt est de rendre parlantes les comparaisons chiffrées et l’inconvénient de situer parfois dans deux déciles différents certains pays alors que la différence entre eux est moindre que celle qui existe entre le plus élevé et le plus bas d’un même décile. Il en va ainsi du revenu national brut par habitant qui différencie l’Allemagne et la France, rejetant cette dernière dans le même décile que la Slovénie alors que la différence n’est que de 5420 dollars dans le premier cas et de 9820 dans le second.

3Mais ici, comme dans le reste du livre, les commentaires et les notes de bas de page permettent de relativiser ces effets bien connus tout en montrant également, comme dans le cas du Qatar, que certaines données sont à considérer avec beaucoup de circonspection. Le rapport entre ce pays et le plus pauvre est de 1 à pratiquement 100. Le lecteur s’attardera sur le Mali et Haïti dont l’évolution tient plus de la régression que du progrès.

4Très rapidement, les auteurs passent à d’autres indicateurs, comme ceux de santé et d’éducation qui ne recouvrent pas toujours les mêmes réalités à travers de classements livrés sous forme de tableaux suivis d’une analyse fine et pertinente qui permet de remettre en cause certaines idées reçues puisque l’Allemagne l’emporte sur tous les autres pays quant à la durée moyenne de scolarisation (12,9 ans) alors que la France n’en est qu’à 11,1 mais surtout le Mali à 2 !

5Vient ensuite le croisement entre ces deux groupes d’indicateurs avec, à nouveau, un cumul de très faibles espérances de vie et d’éducation pour Haïti et le Mali. On en arrive à une « bonne image de la planète, du rôle profondément néfaste et absurde des inégalités entre les États qui s’y développent, des conflits qu’elles génèrent, des "dommages collatéraux" qu’elles entraînent ou des catastrophes climatiques qu’elles amplifient, mais aussi du profit quasi incommensurable qu’entraînerait leur réduction, pour les humains et pour la planète elle-même » (p. 47). Ce diagnostic est confirmé par la comparaison effectuée avec l’Indice de développement humain (IDH) du PNUD, en tête duquel figure la Norvège, et ce n’est pas un hasard, comme la suite du livre le montre.

Des inégalités indécentes à l’intérieur de certains États

6Mais raisonner en termes d’États s’apparente à un jugement sur des moyennes qui, chacun le sait, ne représentent pas la vraie vie. Ce ne sont que des compilations de nombres avec une approximation des plus grossières que tout débutant en statistiques sait débusquer avec le fameux test du khi2. On a donc adapté l’IDH aux taux d’inégalités qui sont très différents entre la Norvège (5,6 %) et Haïti (39,5 %). C’est dire combien les habitants de ce dernier pays sont soumis à la double peine au niveau du pays mais aussi des personnes entre elles.

7Quels sont les critères qui permettent à nos auteurs de développer ce tableau très contrasté au sein des États choisis pour leur représentativité et leur contribution à la réflexion orientée vers un progrès de l’humanité ? Il y a d’abord l’inégalité de genre fondée sur la santé de reproduction qui combine la mortalité maternelle et la fécondité adolescente, puis la différence sociale dans l’accès à l’université et aux parlements nationaux et enfin le taux d’emploi féminin comparé au masculin. L’indice obtenu est très significatif, même si « c’est toujours le retour au qualitatif qui s’impose » (p. 57). Dans un monde particulièrement inégalitaire sur ce point (ce n’est qu’une confirmation de ce que nous savions déjà), trois États se détachent en tendant vers l’égalité, la Slovénie, l’Allemagne et la Norvège, puis viennent cinq pays dont la France. Ils sont suivis de la Chine. Russie, Roumanie, Cuba et Maurice qui sont inégalitaires alors que le Brésil, l’Afrique du sud, le Bhoutan, le Qatar, l’Inde, Haïti et le Mali sont très inégalitaires pour des raisons qui ne sont pas toutes liées à des raisons économiques, même si les différences de revenus sont toujours défavorables aux femmes avec des taux allant de 21 % (Norvège) à 71 % (Inde). Cette inégalité de genre combinée à l’inégalité de revenu dans l’échantillon choisi permet de pointer comme inégalitaires ou très inégaliatires trois pays, le Brésil, l’Afrique du sud et Haïti, bien qu’il ne faille pas oublier que, pour tous les pays, des progrès sont possibles en matière d’égalité entre femmes et hommes. Encore une fois, il serait dangereux de s’enfermer dans une approche uniquement mathématique puisque « Haïti se situe parmi les meilleurs en ce qui concerne les écarts de revenus entre femmes et hommes (30 %, comme au Canada) : mais rien ne semble expliquer cet écart réduit, si ce n’est l’extrême pauvreté quasi généralisée, eu égard à la situation générale de désespérance que traverse cet État, et qu’il faut sans cesse continuer de souligner » (p. 83).

8Après un bilan intermédiaire de quelques pages qui souligne que la Norvège est « sans aucun doute un exemple à suivre, avec d’autres États qui lui ressemblent, en particulier en Europe du nord, et notamment dans l’UE, la Suède ou la Finlande » (p. 85), le dernier tiers de l’ouvrage est consacré à des « ébauches de propositions ».

Le bien-être comme un droit de chaque personne

9Pourrait-on donner une réalisation concrète à toutes les utopies qui, de Platon à Proudhon et Marx, ont promis un monde sans violence et avec satisfaction de tous les besoins et désirs ? Le rappel des statistiques actuelles avec un milliard et demi de personnes en dessous du seuil de grande pauvreté et 85 grandes fortunes qui détiennent autant de biens que les 50 % les moins riches est cruel mais il n’est pas décourageant car la solution existe. Elle est systémique. Elle réside dans un croisement de la satisfaction de vie globale et de la démocratie que deux indices peuvent traduire. Les auteurs les regroupent dans un tableau (7, p. 101) des plus éloquents qui met en tête de classement les mêmes pays occidentaux, Norvège, Canada, Islande. Même si quelques pays manquent à l’appel pour le premier indice, la tendance générale n’en est pas influencée. Il faut tout de même se pencher sur le cas de pays comme l’Inde ou le Qatar où l’on observe une forte discordance entre les indices avec finalement un croisement entre le premier pays, démocratique et au faible niveau de satisfaction globale, et le second où les indices sont inversés. Les analyses permettent de relativiser les données chiffrées brutes au regard de la culture et de l’histoire des vingt pays concernés mais le lecteur peut être surpris et se demander si l’on n’est pas encore dans le constat plus que dans les propositions, objet annoncé de cette deuxième partie. La place manque ici pour signaler tous les développements effectués pour essayer d’établir un bilan clair et net du sentiment de bien-être : ils confirment « les trois dimensions indispensables au bien-être, le niveau de revenus, d’éducation et de santé [ainsi que leur répartition égalitaire… qui] va pratiquement toujours de pair avec la démocratie » (p. 119).

Focalisation sur la Norvège, Maurice et Cuba

10Le nombre de pays étudiés et les indices réunis ainsi que les commentaires sur les raisons historiques et culturelles de certains écarts, sans omettre quelques soupçons sur des résultats obtenus sur une base déclarative, risquent d’égarer un lecteur peu rompu au maniement de statistiques, fussent-elles accompagnées d’excellentes remarques qualitatives, comme ici. Cela explique la focalisation sur les trois pays cités ci-dessus et ce d’autant plus qu’ils présentent des singularités qui peuvent nous aider à nous « réveiller ». Le premier d’entre eux, la Norvège, est à la fois « très riche » et « très égalitaire » et le contraste avec la France et l’Allemagne est fort en ce qui concerne l’égalité entre les femmes et les hommes, même si les scores au Programme international de suivi des acquis des élèves (PISA) sont inférieurs à ceux de la France et de l’Allemagne et même de la moyenne de l’OCDE. De quoi réfléchir ! Bien sûr, la manne pétrolière et la faiblesse de l’immigration sont des correctifs importants pour les analyses et constituent un risque pour l’avenir en cas de chute des cours du brut et d’explosion des flux migratoires. Ce modèle de réussite à la fois sociale-démocrate et entreprenariale ou libérale est retenu comme un « bon compromis » (p. 128) face à « un néo-libéralisme débridé et à une mondialisation sans contrôle des États » (ibid.)

11L’État de Maurice n’est indépendant que depuis 1968 mais il fait mieux en indice de développement humain qu’en revenu par habitant et surtout il obtient un excellent classement en démocratie ainsi qu’en éducation, même si les inégalités de sexe sont encore très fortes. Un aspect complémentaire, qui n’est pas négligé dans l’ensemble du livre, celui de la dynamique observée dans le développement, permet de suggérer un modèle qui pourrait inspirer Haïti dont certaines caractéristiques historiques sont proches. La stabilité politique et le bon état de son système bancaire expliquent son développement et donnent confiance aux investisseurs étrangers. Restent quelques hypothèques dans le domaine de la santé, du manque de qualification et la diversité linguistique dont l’équilibre semble encore assez fragile. Finalement, « l’immense diversité culturelle qui caractérise l’État de Maurice » (p. 135) est présentée comme le moteur de ce développement à condition qu’elle subsiste.

12Cuba se signale lui aussi par un indice de développement humain supérieur à ce qui est obtenu en matière de revenu par habitant. Il en va de même pour l’espérance de vie et l’éducation qui dépendent des choix faits par le régime castriste. La contrepartie se situe dans le déficit de démocratie et l’on peut discuter l’affirmation selon laquelle « il paraît en tout cas difficile qu’un État puisse atteindre de tels résultats sans bénéficier du soutien de son peuple » (p. 137). Comment l’étayer alors que le contrôle exercé par la police est toujours aussi drastique ? Comme les auteurs l’ont rappelé dans un chapitre précédent, il est difficile de penser le bien-être sans la démocratie. C’est sans doute le prochain défi de cet État qui vient de loin mais dont nous nous demandons comment se fera la transition démocratique, même si sa dictature ne s’est pas effondrée avec la chute du mur de Berlin.

13Bien qu’il puisse paraître sombre, le bilan dressé par les deux auteurs est rééquilibré par leur souci constant de prendre une posture réflexive et systémique reposant non seulement sur des éléments chiffrés mais aussi sur les combinaisons qui permettent le développement et facilitent la marche vers « un monde plus juste ». En tant que scientifiques, nous leur saurons gré de la rigueur de leur recueil de données, de la pertinence du choix et des croisements des indicateurs, même si, et c’est un autre intérêt du livre, il est possible de discuter, comme nous l’avons fait pour Cuba, quelques analyses à l’instar de celle qui privilégierait la santé et l’éducation au détriment de la démocratie. Ils ont réussi dans l’entreprise qui consiste à nous réveiller en s’appuyant sur des données robustes. Leur négligence du retour de l’isolationnisme très récemment mis en place par la nouvelle présidence américaine est bien compréhensible à cause du recul imposé par leur méthode. Et leur incitation à poursuivre inlassablement notre cheminement vers le développement fondé sur une organisation et une pratique démocratiques ne peut qu’être relevée comme principal intérêt de cet ouvrage. Elle est résumé par cette citation de Stiglitz : « Je crois fortement en la démocratie, et je pense que la bonne façon de faire, quel que soit le cadre économique qu’on pense bon, est la persuasion, non la contrainte » (p. 149).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Richard Étienne, « Langouët, G., Groux, D. (2018). Réveillons-nous ! Pour un monde plus juste. Paris : L’Harmattan, collection Rue des Écoles/Champ libre.  », Éducation et socialisation [En ligne], 49 | 2018, mis en ligne le 03 septembre 2018, consulté le 15 octobre 2019. URL : http://journals.openedition.org/edso/4805

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
La revue Éducation et socialisation est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires de la Méditerranée
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals