Navigation – Plan du site
Notes de lecture

Mossuz-Lavau, J. (2018). La Vie sexuelle en France. Paris : éd. La Martinière.

Jacqueline Fontaine
Référence(s) :

Paris : éd. La Martinière, 280 p.

Texte intégral

1L’auteure, directrice de recherches émérite au CNRS, est membre du CEVIPOF (Centre de recherches politiques de Sciences Po), elle travaille depuis de longues années, sur la question de la sexualité des français. À travers 65 témoignages de vie sexuelle, cet ouvrage interroge le problème de l’éducation et de la sociabilité à l’amour en France. Qu’est-ce que l’amour ? « Le contact de deux épidermes » ainsi que le définissait Simone de Beauvoir ? Ou bien un sentiment où se mêlent désir, estime, confiance ? Seize ans après sa première enquête sur ce sujet, Janine Mossuz-Lavau nous propose les résultats d’une seconde série d’entretiens. Il lui semble nécessaire d’écouter les discours qui rendent visibles les vies amoureuses et de mesurer l’évolution comportementale vis-à-vis de ce sujet intime. Quels sont les tabous qui persistent encore aujourd’hui ? La parole est-elle libérée ?

Les conditions de l’enquête

2Pour cette enquête, la chercheuse utilise la méthode des histoires de vie de 65 personnes qui ont accepté de coopérer, toutes volontaires, assurées de la confidentialité de leurs propos et de l’anonymat, avec un nombre égal de femmes et d’hommes, quelle que soit leur orientation sexuelle.

3Toutes les tranches d’âge (de 19 à 86 ans), de toutes catégories socioprofessionnelles (de l’ouvrier au professeur des universités). L’auteure souligne : « Quant aux refus de se confier, ils sont venus des milieux populaires, les plus difficiles, nous le savons, à convaincre de leur intimité ».

4L’enquête s’est déroulée de janvier à novembre 2017 où le tête-à-tête entre interviewer et interviewé(e) est incontournable. Ils ne peuvent être dérangés par la famille ou les ami(e)s. 

5Lorsque les interviewées et interviewés habitent à Paris, les entretiens se sont déroulés au domicile de l’interviewer, sinon en Province ils ont lieu à l’hôtel où J. Mossuz-Lavau est descendue, voire dans les jardins publics, la terrasse d’un café, la terrasse d’un mobile home inoccupé, des maisons d’amis, des bureaux vides. La nécessité d’un duo solitaire est impératif pour la réussite des interviews.

6Ces entretiens furent d’une durée très variable pouvant aller d’une à plusieurs heures.

Résultats de l’enquête

7L’exploration de cette recherche est structurée en 7 chapitres :

  • l’enfance

  • les débuts des relations sexuelles

  • les collectionneurs

  • l’amour

  • l’essoufflement ou la fin des histoires

  • le dernier tabou : vivre ensemble sans relation sexuelle

  • questionnement : existe-t-il une différence entre les femmes et les hommes en ce qui concerne leur vision/approche/pratique de l’amour ? L’amour mode d’emploi.

8Au cours de ces entretiens, les femmes et les hommes qui ont accepté de dévoiler leur vie sexuelle, le font sans tabou. Ils et elles ont une parole libérée détaillant les pratiques avec un vocabulaire sans filtre. Ils sont très directs dans leurs discours.

L’enfance

9Cet âge dit de « l’innocence » se révèle bien éloigné de l’image d’Épinal et se révèle riche en jeux sexuels, quel que soit aujourd’hui l’âge et le sexe de l’interviewé(e) qui évoque des expériences personnelles.

10Ces jeux sont consentis, recherchés avec des cousines, cousins, amis… C’est la découverte de son corps sexué qui se fait par des attouchements avec souvent des pratiques de l’onanisme. Mais ces relations peuvent être traumatisantes pour la vie lorsqu’il est question de contraintes, voire de viol qui sont révélés pour la première fois par les victimes qui en portent les séquelles. Vis-à-vis de leurs familles, c’était un tabou, l’omerta. On ne parlait pas de ces choses-là. Comment les parents auraient-ils pu accepter l’indicible ?

11Un tabou se perpétue au cours des générations : lorsqu’ils étaient enfants il était inconcevable que leurs parents aient des relations intimes : « Pas mes parents ! ».

12Pour les femmes les plus âgées au moment de l’enquête, la transformation du corps féminin au moment de l’adolescence était lui aussi un tabou, y compris entre mère/fille. Peu de choses ont changé depuis le XIXe siècle, où la mère giflait sa fille trop curieuse vis-à-vis de ce sujet. Elle se contentait d’avertir : « Attention aux garçons ! ». Aujourd’hui l’éducation sexuelle fait partie du programme scolaire.

La première fois

13Passage à l’acte qui se décline, selon les témoignages recueillis

  • la première fois programmée par les filles et les garçons, avec bien souvent des déconvenues

  • les premières expériences bisexuelles et homosexuelles

  • la première fois pour la vie : pour ceux et celles qui n’auront qu’un seul partenaire, mais avec « quelques coups de canif dans le contrat » et des « accommodements avec le ciel ».

Les collectionneurs/collectionneuses

  • 1 Mossuz-Lavau, Janine, émission de William Leymergie “William à midi“, le 22.10.2018.

14Ils/elles se présentent sans état d’âme, avec des liaisons plus ou moins longues, avec de nombreux partenaires et parfois plusieurs relations en même temps. Ce sont en majorité les hommes qui revendiquent ces comportements. Ces performances semblent exagérées, mais… Janine Mossuz-Lavau1 affirmait que « les interviewés faisaient preuve d’une grande sincérité ».

15Tous ces butinages n’excluent pas des mariages souvent ratés.

16Ces récits témoignent d’une chasse aux partenaires en utilisant les sites de rencontres ou bien les liaisons se déroulent au fil de l’eau, sans plan précis ou fur et à mesure des occasions souvent d’un soir. Dans leurs commentaires ces chasseurs de proie n’assument pas la responsabilité de leur comportement. C’est de la faute des autres ou d’une « mère trop aimante ». Freud avait raison !

Comme un torrent, l’amour quand il nous emporte

17Qu’est-ce que l’amour ? Un sentiment et/ou une étreinte ?

18L’auteure écrit : « Ce qui me fait écrire (et je ne suis pas la seule) que l’amour n’est pas loin de mener le monde » (p. 130). Oui mais de quelle forme d’amour est développée au miroir des témoignages ? Il est presque exclusivement question d’étreintes sexuelles, l’amour/sentiment se confond avec un élan passionnel ponctuel.

19Pour éviter le poison du quotidien qui tue l’amour, plusieurs écueils sont évoqués par les interviewé(e)s : assister à la naissance de son enfant, les mauvais effets du quotidien, ce que la chercheuse appelle : « le syndrome Belle du seigneur (p. 139).

20Les hommes vivent sans culpabilité en trio : lui, l’épouse, la maîtresse. Pour que la relation soit durable, il est préférable que « les besoins animaux » (physiologiques) aient lieu à l’écart de l’autre.

21Ce que Colette résume avec humour : « On voit que tu n’as pas à craindre le regard d’un homme, ça vous guérit une femme de porter peignoir et savates » (Gigi, éd. Hachette, 1960, p. 28).

Les ruptures, suivies de rebonds ou pas

22« En 2017 on rompt beaucoup » sans se soucier des conséquences pour le ou la partenaire, qui peut vivre la situation comme un cataclysme. Et nous pouvons nous interroger sur les raisons de ces ruptures qui conduisent les partenaires à repartir, dans ce que l’auteur qualifie de « tourbillon de la vie ».

23Plusieurs hypothèses qui peuvent expliquer ces ruptures sont proposées : loin des yeux, loin du cœur ou la découverte des défauts rédhibitoires de l’autre, souvent faire une nouvelle rencontre, ou encore avoir une liaison avec un homme marié qui promet d’épouser sa nouvelle partenaire. Parola, parola ! Parfois l’entente sexuelle est en berne, ou bien certain(e)s incertain(e)s sur leur orientation sexuelle ont la nostalgie de l’autre sexe.

Le dernier tabou

24Situation des couples qui vivent ensemble et qui n’ont plus de relations sexuelles, tout en affirmant s’aimer toujours et ne pas tromper l’autre. L’amour/sentiment a fait place à l’amour/étreinte. Les témoins sont bien moins prolixes pour parler de cette situation où l’affection réciproque remplace la passion.

25Plusieurs raisons sont évoquées :

26La maladie peut conduire l’épouse à refuser les relations sexuelles. Pour les hommes, ils ressentent cette décision comme une atteinte à leur virilité qui entraîne le tabou : « On ne parle pas de ces choses là ».

27Le mari ne voit plus que la mère de ses enfants dans son épouse et n’éprouve plus de désir pour elle.

28Si le couple ne cherche à se séduire l’un l’autre, la routine emporte tout. « Le cher et tendre » (formule désuète employée à diverses reprises par l’auteure) devient le meilleur ami.

Femmes et Hommes et l’amour

29Les résultats de cette enquête interrogent : Pourquoi ces hommes et ces femmes ont-ils éprouvé le besoin de parler, avec des paroles décomplexées, de leurs ébats amoureux ?

  • 2 Samuel Pozzi, premier titulaire de la chaire de gynécologie de Paris, avait épousé par amour Thérès (...)

30L’auteure cite Michel Schneider : « En règle générale, pour les hommes, amour veut dire sexe, pour les femmes, sexe veut dire amour. Les femmes acceptent le sexe comme chemin de l’amour et les hommes l’amour comme moyen d’aboutir au sexe » (La Confusion des sexes, Flammarion, 2007, p. 225. cité p. 226). C’est cette conception dichotomique qui sera la cause d’échecs des mariages au début du XXe siècle. Citons celui du couple Pozzi2 très amoureux : ce professeur de gynécologie, qui avait séduit les plus belles femmes de Paris, fut incapable de se faire aimer charnellement de son épouse qui avait une conception éthérée des relations conjugales. L’éducation de la jeune fille élevée dans « la sainte ignorance » n’est pas toujours le gage de félicité conjugale.

31Les témoignages recueillis au cours de l’enquête montrent qu’hommes et femmes ont désormais tendance à adopter des comportements que l’on attribue à l’autre sexe. Ce qui compte c’est de se soustraire aux carcans, aux normes ancestrales, même si Janine Mossuz-Lavau nuance : « Toutes ne sont pas encore débarrassées de leur gangue originelle » (p. 228) et celles-ci n’ont pas accepté de participer à cette enquête.

Conclusion

32L’un des interviewés affirme : « Toutes les femmes que j’ai rencontrées m’ont rendu moins con ». Ce constat avec un vocabulaire abrupt, qui a le mérite d’être clair, soulève une question : Est-ce que la réciproque est vraie ? Qu’est-ce que lui, Didier, a apporté à ses différentes maîtresses ?

33Janine Mossuz-Lavau refuse de donner une définition de l’amour, elle conclut : « Je me contenterai d’écrire que l’amour, c’est ce qui nous arrive, en bien : la cerise sur le chaos » (p. 267).

34Si j’ajoute « mon grain de sel » (la formule est de l’auteure de l’enquête) aimer l’autre est-ce chercher et trouver en lui ou en elle à la fois : un père ou une mère, un amant ou une maîtresse, un mari ou une épouse, son meilleur ami ou sa meilleure amie ? Citons l’exemple d’Honoré de Balzac qui fut l’amant de Mme de Berny, de 22 ans son aînée, pendant dix-sept ans. Certes il y eut des accommodements avec la fidélité. L’amour est-ce sentiment indéfinissable qui lie celui et celle dont on peut dire comme Montaigne dans ses Essais en parlant de son ami La Boétie : « Parce que c’était lui, parce que c’était moi ».

35Cette enquête aborde la différence entre amour et désir qui n’est pas évoquée par les interviewés, mais qui mérite d’être interrogée dans une autre recherche.

36L’auteure cite en conclusion un extrait d’une lettre qu’Albert Camus adresse à Maria Casarès : « Oui, nous nous appartenons et rien, personne, ni nous-mêmes n’y pouvons rien ». La formule est belle, pourtant nous ne pouvons que constater qu’au même moment où il écrit ces lignes à Maria Casarès, Albert Camus entretient une liaison avec la belle Mi mannequin.

Haut de page

Notes

1 Mossuz-Lavau, Janine, émission de William Leymergie “William à midi“, le 22.10.2018.

2 Samuel Pozzi, premier titulaire de la chaire de gynécologie de Paris, avait épousé par amour Thérèse Loth-Cazalis (cousine du peintre Frédéric Bazille) élevée dans « la sainte ignorance » par une mère bigote. Ils furent les parents de Catherine Pozzi.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jacqueline Fontaine, « Mossuz-Lavau, J. (2018). La Vie sexuelle en France. Paris : éd. La Martinière. », Éducation et socialisation [En ligne], 50 | 2018, mis en ligne le 15 décembre 2018, consulté le 18 février 2019. URL : http://journals.openedition.org/edso/4961

Haut de page

Auteur

Jacqueline Fontaine

MCF HDR honoraire en sciences de l’éducation à l’université Rennes 2 (France)

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
La revue Éducation et socialisation est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires de la Méditerranée
  • OpenEdition Journals