Navigation – Plan du site
Varia

Conciliation études-travail rémunéré : cas des adolescent.e.s et jeunes de la commune de Tchaourou au Bénin

Judicaël Alladatin, Ronel Akakpo et Anselme Houéssigbédé

Résumés

La présente étude porte sur la conciliation études-travail rémunéré chez les adolescent.e.s et jeunes de la commune de Tchaourou au Bénin. Elle vise à identifier les caractéristiques personnelles et familiales des adolescent.e.s et jeunes de 12-24 ans qui étudient tout en menant une activité génératrice de revenus. Nos résultats révèlent que 20,71 % des adolescent.e.s et jeunes enquêtés sont concernés par la conciliation études et travail rémunéré. La situation est moins prononcée chez les filles que chez les garçons et on constate que le taux de conciliation étude-travail croît avec l’âge. L’étude met en exergue la place de la théorie de la crise dans l’explication de la dynamique des recours à la conciliation études-travail rémunéré chez les adolescent.e.s et jeunes. En effet, les individus ayant déclaré insuffisant le soutien financier dont ils bénéficient et ceux vivant dans les ménages pauvres sont les plus enclins à la conciliation études-travail rémunéré. Dans le contexte d’étude, il semble alors que les élèves ont recours à la conciliation études/travail pour obtenir les ressources financières nécessaires à la poursuite des études et à la subsistance et non pour se préparer à la vie professionnelle future.

Haut de page

Texte intégral

Les auteurs tiennent à remercier Médard Dahoué et Augustin Gnanguenon, deux auxiliaires de recherche à l’ENSPD qui ont procédé à la relecture complète de l’article.

1L’éducation de qualité constitue un défi important pour tous les pays en particulier en Afrique compte tenu de la jeunesse de la population et des besoins que nécessite le processus de développement durable. L’efficacité d’un système éducatif passe par la compréhension et la « maitrise » des divers éléments qui y interagissent. L’insuffisance de recherches sur un certain nombre de sujets freine cependant l’élan vers l’adoption de mesure d’amélioration de la situation. Parmi les sujets en éducation peu traités au Bénin, on note la problématique du travail rémunéré pendant les études qui représente vraisemblablement un aspect de la vie de nombreux adolescent(e) — s et jeunes.

2Sur le plan des effets de la conciliation entre le travail rémunéré et les études sur la scolarisation, les avis sont partagés au sein de la littérature disponible sur le sujet. Si certains y voient une source de fragilisation de la réussite scolaire, pour d’autres travailler pendant les études permettrait de cultiver des valeurs utiles pour l’insertion professionnelle. En fonction du milieu et des réalités quotidiennes, la conciliation études-travail rémunéré est sujette à des influences variées.

3Au Bénin, le système éducatif mis en place oblige à passer un nombre relativement élevé d’heures à l’école (6 à 8 heures par jour et variable selon le cycle), laissant ainsi peu de chances aux adolescents et jeunes de concilier études et travail. De ce fait, la conciliation études - travail rémunéré est susceptible d’affecter les performances scolaires et par ricochet l’achèvement des études. Selon Kora (2006), la commune de Tchaourou est l’une des communes qui enregistrent les plus forts taux de déscolarisation. Au-delà des analyses explicatives de la déscolarisation, il est donc pertinent d’étudier dans ce contexte particulier l’ampleur et les influences de la conciliation travail rémunéré — étude.

4La présente étude s’inscrit dans ce cadre et a pour but de faire le point sur l’état de la situation qui prévaut en matière de dualité études-travail rémunéré. Nous explorons donc la conciliation entre études et travail rémunéré dans la commune de Tchaourou (Bénin) pour faire ressortir quelques caractéristiques personnelles et familiales des élèves concernés. Nous questionnons en particulier les liens entre la conciliation études-travail et le contexte de crise économique (théorie de la crise) pour identifier si cette conciliation est plutôt répandue au sein de la population comme un cheminement formatif, peu importe la catégorie sociale, ou s’il s’agit d’une stratégie de subsistance voire de survie.

Travailler en étudiant : un bref aperçu de la littérature

5Décrit comme étant un « fait social » (Durkheim, 2007) ou un « enjeu social et politique », la conciliation études-travail a suscité un intérêt particulier chez de nombreux chercheurs (Daguenais et al., 1999 ; Dumont, 2007 ; Béduwé & Giret, 2004 ; Roy, 2008).

6Selon Laplante et al. (2010), trois types de motifs seraient à l’origine de la décision de travailler pendant les études. Il s’agit entre autres des motifs d’ordre économique, socioculturel et des motifs dits d’insertion professionnelle.

7Au plan économique, le travail rémunéré constitue un levier d’autonomie chez de nombreux jeunes. Ce désir d’autonomie favorise également la recherche d’une certaine indépendance financière (Tiphaine, 2002 cité par Béduwé & Giret, 2004). Partant du fait que la situation socioéconomique des familles pèse d’un poids majeur sur leurs décisions d’aider ou non leurs enfants et sur leurs capacités à le faire, certains jeunes qui décident de travailler chercheraient à réduire les coûts d’opportunités liés aux études. Par ricochet, occuper un emploi est une stratégie pour faire face aux frais scolaires et à la prolongation des études. D’après une étude portant sur l’insertion professionnelle de jeunes immigrés de 15-23 ans du Brooks, le besoin de moyens financiers est leur plus grande préoccupation. Ainsi, tout en continuant leurs études ils doivent travailler pour survivre. Le manque de moyens financiers aurait donc une influence significative sur la décision de concilier étude et travail.

8Sur le plan de l’insertion professionnelle, l’analyse des données relatives à l’enquête « Génération 98 » du Cereq révèle que la diversité des activités menées constitue une valeur professionnelle que certains employeurs reconnaissent au niveau salarial. Dans cet ordre d’idée, il est plausible notamment dans certains pays occidentaux comme la France et le Canada que l’expérience de l’« étude-travail » soit susceptible de permettre aux jeunes de se familiariser avec le marché du travail et de développer des compétences utiles pour la vie professionnelle future. Au Québec, la plupart des jeunes impliqués dans la dualité étude-travail considèrent que ce phénomène a un effet positif sur leur développement personnel (Roy et al., 2008). Des chercheurs estiment donc au Québec que le travail rémunéré pendant les études agirait positivement sur l’estime de soi, l’autonomie, l’optimisme et permettrait aux étudiants de mettre un pied dans le monde adulte (Dumont, 2007 ; Jetté, 2001).

9Cependant, certaines études démontrent qu’au-delà d’un certain seuil de temps, le travail rémunéré peut s’avérer dangereux pour les études en ce sens qu’il augmenterait les risques d’abandons et d’échecs (Daguenais et al., 2000 ; Moulin et al., 2011 ; Roy, Bouchard, Turcotte, 2008).

10Pour Bushnik (2003), les élèves qui travaillent 30 heures et plus au Québec affichent des probabilités plus fortes de décrochage. Le bien-être psychologique des élèves peut également être affecté par des épisodes de stress dus aux difficultés rencontrées dans le « travail-étude » (Dumont, 2007). Selon Bérail (2007), un nouveau regard se doit d’être porté sur la problématique du travail des élèves et étudiants au cours de leurs études.

11Par ailleurs, en Afrique francophone et particulièrement au Bénin, le contexte social et éducatif a quelques particularités comparativement au contexte occidental par exemple, dont deux méritent d’être soulignés. D’abord depuis le tournant des années 1990 la crise économique persistance, ainsi que les effets dévastateurs des Programmes d’Ajustement Structurel génère des difficultés majeures dans l’ensemble des secteurs de la vie y compris dans le secteur éducatif (Pilon, 2006 ; Prost, 2010). Ensuite l’école africaine postcoloniale est confrontée à des problèmes d’éthique, de massification, de qualité des enseignants et des enseignements, d’adéquation entre les horaires de cours, les programmes d’étude, les langues d’enseignements et le contexte social (Hugon, 2008 ; Ngoupandé, 1995 ; Pilon, 2006 ; Pourtier, 2010).

La crise économique persistante : influences sur la conciliation travail - étude ?

12Selon Alladatin (2014), la monétarisation et la modernisation, dans un contexte africain, ont été le moteur de changements importants au cœur de la structure sociale. Cumulée à ces changements, la crise économique crée pour les jeunes générations un contexte de difficultés social (accès à un logement, se nourrir, coût élevé de la scolarisation, etc.) qui s’amplifient davantage et obligent ainsi les familles à s’adapter par le biais de nouvelles stratégies de gestion familiale (Alladatin, 2014, 2016). Face à ces difficultés, certains ménages défavorisés financièrement s’appuient sur des membres de leur famille qui leur apportent de soutien financier ou logistique (Locoh, 1993). Dans le même temps, par le biais de la solidarité familiale (financière ou résidentielle), les ménages aisés contribuent considérablement à l’éducation formelle des enfants des ménages défavorisés. Selon Locoh et Mouvagha-Sow (2004, p. 13), près de 31,2 % des enfants de moins de 15 ans en milieu urbain (respectivement 23,4 % en milieu rural) sont confiés à un ménage différent de celui de leurs parents biologiques afin d’être scolarisés ou d’accéder à une formation professionnelle.

13Cependant, la persistance de la crise, dans un contexte où l’éducation et la prise en charge sanitaire des enfants semblent trop dispendieuses, provoque un effritement de la solidarité familiale vis-à-vis des enfants (Locoh et Mouvagha-Sow, 2004). Selon les mêmes auteurs, cette forme de solidarité envers les ménages défavorisés en vue de la scolarisation ou l’accès à une formation professionnelle des enfants se restreint à un cercle de ménage très proche. Ainsi, dans ce contexte de crise économique et même d’issue incertaine de la scolarisation (chômage prolongé, sous-emploi récurent), plusieurs enfants, adolescent.e.s et jeunes sont contraint quitter l’école ou alors de travailler pour satisfaire les dépenses inhérentes à leur scolarité, leur nourriture, leur déplacement ou même leur logement. Même si l’ampleur du phénomène n’est pas encore véritablement étudiée, on peut déduire que la conciliation travail-étude fonctionne dans ce contexte comme une stratégie de survie développée par certaines familles, certains enfants, adolescents et jeunes. Cette conciliation peut aussi malheureusement conduire à la déscolarisation susceptible de conduire les personnes concernées vers des emplois qui limitent leurs chances de sortir de la pauvreté (International Programme on the Elimination of Child Labour, 2015).

Démarche méthodologique

14Les données exploitées dans le cadre de cette étude sont celles de l’enquête réalisée d’avril à mai 2016 par l’École Nationale de la Statistique, de la Planification et de la Démographie (ENSPD) de l’Université de Parakou. Cette enquête a porté sur le thème : « Activités Économiques, Partage des Ressources et Santé de la Reproduction des Adolescents au sein des Foyers de l’Arrondissement Central de Tchaourou ». Nous avons exploité la base de données « Adolescent(e) — s et jeunes » et précisément les sections « caractéristiques sociodémographiques », « situation familiale », « éducation et situation professionnelle » et « vie sexuelle/exposition à la vie sexuelle ».

15Notre échantillon est donc constitué d’individus ayant un âge compris entre 12 et 24 ans et scolarisés au moment de l’enquête c’est-à-dire au cours de l’année académique 2015-2016.

16En adoptant une approche quantitative, nous avons fait recours aux méthodes d’analyse descriptive (univariée, bivariée avec des tests statistiques) et économétrique à travers l’estimation d’un modèle logit binaire. Dans cette étude, un individu en situation de conciliation étude-travail est un individu scolarisé au moment de l’enquête et ayant déclaré disposer d’une activité génératrice de revenus. Pour des raisons de simplicité, nous convenons de désigner la « Conciliation Études Travail Rémunéré » par le sigle CETR.

Résultats et discussion

17Notre étude s’est basée sur un échantillon de 1 241 adolescent(e)— s et jeunes âgés de 12-24 ans et qui ont fréquenté une école durant l’année académique 2015-2016. Au sein de ce groupe d’individus, 257 sont engagés dans la conciliation études-travail rémunéré, soit un taux de CETR de 20,71 %. Des disparités plus ou moins importantes s’observent si l’on analyse le phénomène selon les caractéristiques personnelles des individus et celles de leur foyer de résidence.

Les garçons plus enclins à concilier études et travail rémunéré que les filles ?

18La figure ci-après illustre l’analyse selon le sexe de la CETR.

Figure  : La CETR selon le sexe

Figure  : La CETR selon le sexe
  • 1 Enquête organisée par l’école nationale de Statistique, de Planification et de démographie de l’Uni (...)

Source : Nos travaux à partir des données de l’Enquête de l’ENSPD en 20161

  • 2 5 % est un seuil de significativité couramment utilisé en sciences sociales. Ici, notre p-valeur es (...)

19On constate que la CETR est doublement plus prononcée chez les hommes soit un taux de 26,73 % contre 13,74 % chez les femmes. Un test de proportion révèle qu’au seuil de 5 %2, il existe une différence significative entre la CETR chez les hommes et chez les femmes (pvalue = 0,00<0,05). Ainsi, les garçons semblent avoir plus de chances de concilier études et travail rémunéré que les filles.

20Le modèle économétrique confirme également cette influence du sexe des adolescent-e-s et jeunes sur le recours à la CTRE. En effet, les résultats du modèle révèlent que les garçons ont 3,84 fois plus de chances que les filles de concilier étude et travail. Le sexe de l’adolescent(e) et jeune est donc l’un des facteurs qui influencent le recours à la CTRE dans la commune de Tchaourou.

Les variations de la CETR suivant les différents groupes d’âge

21La figure 2 illustre la CETR selon les différents groupes d’âge des adolescent-e-s et jeunes enquêté-e-s.

Figure  : La CETR selon les différents groupes d'âge

Figure  : La CETR selon les différents groupes d'âge

Source : Nos travaux à partir des données de l’Enquête ENSPD 2016

22Le recours à la CTRE est plus marqué chez les adolescent-e-s et jeunes d’âges élevés. En effet, l’analyse de la figure 2 montre que 38,54 % des adolescent-e-s et jeunes en situation de CTRE ont un âge compris entre 21 et 24 ans ; 25,55 % ont un âge entre 18 et 20 ans et 24,14 % ont entre 15 et 17 ans. Seulement 11,8 % sont âgé de moins de 15 ans. Ces résultats, certes descriptifs, suggèrent que plus l’adolescent(e) ou le jeune est âgé plus il est enclin à concilier études et travail rémunéré.

23Les résultats de la régression confirment cette conclusion et montrent l’intensité de l’influence de l’âge sur le recours à la CTRE. Les rapports de chance (tableau en annexe) montrent que les chances de concilier études et travail rémunéré augmentent avec l’âge des adolescents et jeunes. En effet, les adolescent-e-s et jeunes de 15-17 ans ont 3,11 fois plus chances de concilier études et travail rémunéré que ceux âgés de moins de 15 ans. De même, les jeunes de 21-24 ans ont quant à eux près de 11 fois plus de chances de faire recours à la CTRE.

24Selon les travaux de (Diane-Gabrielle Tremblay & Marco Alberio, 2016), la recherche d’autonomie financière pour satisfaire certains besoins personnels ou l’envie d’apporter son soutien aux parents conduit les adolescent(e) et jeunes à travailler tout en étudiant. Or la participation au marché du travail requiert une certaines aptitudes mentale et physique que l’on acquiert avec l’âge. C’est ce qui expliquerait que les adolescent-e-s et jeunes plus âgés ont plus de chances de travailler (conducteur de taxi-moto, aide-maçon, etc.) tout en étudiant.

Les adolescent-e-s et jeunes géniteurs ont un taux de CETR relativement élevé

25La figure 3 illustre la répartition de la CETR selon qu’un (ou qu’une) adolescent(e) et jeune porte le statut de parent.

Figure  : La CETR selon le statut parental

Figure  : La CETR selon le statut parental

Source : Nos travaux à partir des données de l’Enquête ENSPD 2016

26Le taux de CETR le plus élevé est enregistré chez les adolescent-e-s et jeunes ayant déjà un enfant soit 30 % contre 20,24 % chez les individus n’ayant pas d’enfant. Un test de proportion révèle qu’à un seuil de 5 % le taux de conciliation études et travail rémunéré est effectivement plus élevé chez les individus ayant déjà un enfant (pvalue = 0,03<0,05) comparativement à ceux qui n’en ont pas. Cette situation dévoile un fait assez récurant dans une société, où le fait d’avoir un enfant est synonyme d’autonomie et de responsabilité.

Être soi-même sa principale source de revenus augmente-t-il la probabilité de concilier études et travail ?

27Nos résultats permettent d’établir un lien entre la principale source de revenus d’un élève et son implication ou non dans la CETR. La figure 4 apporte plus de précisions.

Figure  : La CETR selon la principale source de revenus

Figure  : La CETR selon la principale source de revenus

Source : Nos travaux à partir des données de l’Enquête ENSPD 2016

28Les adolescent-e-s et jeunes ayant déclaré qu’eux-mêmes constituent leur principale source de revenus affichent le taux de CETR le plus élevé (62,86 %). Des taux relativement moins élevés sont enregistrés chez les individus dont la principale source de revenus est père/mère (20,22 %), autres parents (15,95 %), proche/connaissance (18,18 %), conjoint (14,29 %) et autre (14,29 %).

29Il appert que le fait de se retrouver seul face aux diverses dépenses conduirait les adolescent-e-s et jeunes scolaires à développer des stratégies de survie et donc à recourir à un travail rémunéré pendant leurs études. Cette conclusion laisse envisager l’hypothèse selon laquelle la crise économique de par son effet sur la raréfaction des ressources financières au sein des ménages, conduit de plus en plus de jeunes à concilier travail rémunéré et études dans le but de contribuer au financement de leur cursus scolaire et de subvenir à leurs besoins vitaux. Cette hypothèse qui semble se vérifier ici est celle de la théorie de la crise qui stipule qu’en cas de crise économique ou de manque ou insuffisance prolongée de ressources financières les individus commencent à déployer des stratégies de subsistance puis des stratégies de survie au plus fort des effets de la crise (Alladatin, 2014, p 41-42). En l’occurrence, les résultats décrits plus haut mettent en exergue une stratégie de survie des individus enquêtés face à un tarissement des soutiens financiers venants du réseau familial et social.

Les adolescent-e-s et jeunes non satisfaits des ressources financières reçues de leurs parents ou tuteurs ont un taux de CETR deux fois supérieur à celui de leurs homologues plutôt satisfaits.

30La figure 5 illustre les variations de la CETR selon que l’individu soit satisfait ou non des ressources financières reçues.

Figure  : La CETR selon la satisfaction par rapport à la couverture des besoins

Figure  : La CETR selon la satisfaction par rapport à la couverture des besoins

Source : Nos travaux à partir des données de l’Enquête ENSPD 2016

31Le taux de CETR chez les adolescent(e)— s et jeunes rapportant ne pas être satisfaits des ressources financières reçues de leurs parents ou tuteurs est de 33,44 %. Ce taux est nettement plus élevé à celui des individus satisfaits des ressources financières reçues (16,61 %). Un test de proportion révèle qu’à un seuil de 5 %, il existe une différence significative entre ces deux taux (pvalue = 0,00<0,05). La non-satisfaction des ressources financières reçues semble donc être un motif du cumule entre études et travail rémunéré chez les adolescent(e)— s et jeunes élèves. La conciliation étude travail permet donc à ces derniers de faire face aux difficultés financières, mais également d’accroitre leur autonomie plus généralement. Ainsi cette pratique s’apparente à une stratégie de subsistance.

32Il semble donc que le manque ou l’insuffisance de moyens financiers impacte fortement la décision de disposer d’un travail rémunéré pendant les études. La conciliation travail-étude ne serait donc pas dans ce contexte, un moyen utiliser par les élèves pour se former à la vie future peu importe leur niveau économique actuel. La théorie de la crise est alors susceptible de faciliter une bonne appréhension du processus en cours chez les individus concernés. C’est ce que nous allons mieux documenter dans la suite par le biais d’une analyse des relations entre le niveau de pauvreté du foyer de résidence (famille) des élèves et l’implication dans la conciliation travail rémunéré/études.

Le niveau de pauvreté du foyer de résidence de l’adolescent(e) et jeune et la conciliation étude-travail

33Pour les fins de cette analyse, nous utilisons l’approche d’inertie pour élaborer un indicateur de pauvreté non monétaire appelé Indice Composite de Pauvreté (ICP) ou encore indice de niveau de vie. Cet indice est construit pour chaque foyer à partir des informations sur le niveau d’alphabétisation des membres, la source d’approvisionnement en eau, le lieu d’approvisionnement en eau, le mode d’éclairage, la nature des toilettes, les biens matériels (réfrigérateur, motocyclette, voiture, climatiseur, cuisinière/gazinière) et les éléments de communication (poste télévision, radio, téléphone mobile, ordinateur). Ce procédé nous permet de distinguer deux catégories de foyers : les pauvres et les non-pauvres (plus de détails en annexe sur cette classification).

34La figure suivante présente la distribution de l’implication des élèves dans la CETR en fonction du niveau de pauvreté de leur foyer de résidence ou famille.

Figure  : La CETR selon le niveau de vie du foyer

Figure  : La CETR selon le niveau de vie du foyer

Source : Nos travaux à partir des données de l’Enquête ENSPD 2016

35Le taux de CETR au sein des foyers dits « pauvres » est de 23,04 % contre 18,71 % au sein des foyers « non pauvres ». Un test de proportion révèle qu’à un seuil de 5 %, le taux de conciliation études travail rémunéré est effectivement plus élevé chez les individus issus de foyers pauvres (pvalue = 0,03<0,05) comparativement à leurs homologues issus de foyers non pauvres. Ce résultat se confirme à travers l’analyse économétrique (voir tableau en annexe) qui révèle que les adolescents et jeunes de la classe « non pauvre » sont 1,68 fois plus susceptibles de concilier leurs études à un travail rémunérateur plus que leurs homologues de classe « pauvres ». La pauvreté des foyers ou des familles des élèves semble donc avoir une incidence considérable sur l’augmentation de l’implication des élèves dans la CETR dans l’arrondissement de Tchaourou. Dans le contexte d’étude, la CETR serait donc plus une stratégie de subsistance permettant de continuer les études dans un contexte de crise économique et de tarissement du soutien familial et social et non une stratégie d’apprentissage du monde professionnel et de développement des aptitudes.

36Cette conclusion pose amplement la problématique des mutations de la solidarité africaine de ces trente dernières années. Plusieurs travaux ont montré que, sous l’influence de la crise économique notamment, on assiste à l’émergence de nouvelles formes de solidarité (Eloundou, 1992 ; Antoine et al. 1995 ; Adjamagbo, 1997). En effet, les tendances économiques, politiques, démographiques et sociales qui caractérisent le continent ces dernières décennies suggèrent que le rapport des individus à leur communauté et même à leurs familles se joue dans un contexte en forte mutation. Sous l’effet de la crise économique persistante, les réseaux familiaux et sociaux n’ont plus la capacité de subvenir à certains besoins fondamentaux (Calvès et Marcoux, 2007). On assiste alors à une individualisation de compromis et à une recomposition des solidarités qui entre autres influences, induit visiblement la nécessité pour certains élèves de famille économiquement plus vulnérables de recourir à la conciliation études/travail pour subvenir aux frais de subsistance et aux frais scolaires : l’hypothèse de la théorie de la crise.

Quels sont alors les domaines d’activité des adolescent-e-s et jeunes en situation de CETR ?

37Le graphique suivant présente les principales activités que mènent les adolescent-e-s et jeunes en situation de CETR.

Figure  : Répartition des adolescents et jeunes en CETR selon la principale activité menée au cours de l’année scolaire 2015-2016

Figure  : Répartition des adolescents et jeunes en CETR selon la principale activité menée au cours de l’année scolaire 2015-2016

Source : Nos travaux à partir des données de l’Enquête ENSPD 2016

38Les résultats montrent que les adolescents et jeunes scolaires exercent principalement des activités commerciales (32,30 %) et agricoles (28,02 %). Ce résultat se justifierait par la prépondérance de ces activités (vente de l’essence frelatée, récolte et vente d’acajou, production et vente de charbon, élevage, etc.) dans la commune de Tchaourou, une zone rurale.

39Par ailleurs, près de 16 % des adolescent(e)— s et jeunes travaillent en tant qu’ouvrier (aide-maçon, décharge de camion, etc.) et dans la même proportion en tant qu’artisan (fabrication de chaussure, coiffure, etc.). Cependant, très peu sont des répétiteurs (seulement 3 %) ou des conducteurs de taxi-moto communément appelé « Zémidjan » (0,78 %).

Conclusion et perspectives

40Cet article explore la conciliation entre études et travail rémunéré chez les adolescent-e-s et jeunes dans la commune de Tchaourou. Nous nous sommes intéressés plus particulièrement au profil des personnes concernées pour montrer que la distribution de ce fait social au sein de la société est effectivement en lien avec le contexte crise économique ambiante et persistante. Étant donné que la conciliation entre travail rémunéré et étude est très inéquitablement distribuée au sein des couches sociales de la société, il semble qu’il ne s’agit pas principalement d’une forme d’initiation à la vie professionnelle comme ça peut être le cas dans certains contextes européens et nord-américains.

41Plus spécifiquement, nos résultats permettent d’établir des liens entre certaines caractéristiques individuelles et familiales et la prévalence de la conciliation entre les études et le travail rémunéré chez les adolescent(e)— s et jeunes de la zone d’étude. On note en effet une forte propension à concilier études et travail rémunéré chez les individus de sexe masculin. Les individus ayant un enfant sont également plus portés vers un travail rémunéré durant les études, que les autres. On note aussi une accentuation du phénomène chez les adolescent(e)— s et jeunes plus âgés et chez ceux dont le soutien financier de la part du réseau familial ou social est insuffisant ou inexistant et ceux issus de foyers relativement plus pauvres. L’étude met donc en exergue la conciliation étude travail comme étant une stratégie de subsistance voire de survie dans un contexte de crise économique persistante (théorie de la crise). La conciliation études/famille a donc la particularité dans notre milieu d’étude d’être essentiellement un moyen de contribution aux frais d’études et de subsistance et non une stratégie de préparation à la vie professionnelle comme on le note dans d’autres pays évoqués dans la revue de la littérature.

42Ces résultats restent édifiants et en termes de perspectives de recherche, il serait nécessaire de de s’intéresser aussi à l’analyse des impacts sociaux de la conciliation étude-travail, aux influences en matière de réussite et d’échec scolaire, puis aux implications en termes de devenir des adolescents.

Haut de page

Bibliographie

Alladatin, J. (2014). Parcours de vie et entrée en vie adulte : une analyse générationnelle dans la ville de Cotonou au Bénin. Thèse de doctorat en sociologie (démographie sociale). Faculté des sciences sociales, Université Laval : Québec.

Adjamagbo, A. (1997). « Les solidarités familiales dans les sociétés d’économie de plantation. Le cas de la région de Sassandra en Cote-d’Ivoire », in M. Pilon, T. Locoh, E. Vignikin et P. Vimard (dir.), Ménages et familles en Afrique : approches des dynamiques contemporaines, Paris, Centre français sur la population et le développement, p. 301-326.

Antoine, P. , Bocquier, P., Fall, A-S., Guisse, Y-M., Nanitelamio, J. (1995). Les familles dakaroises face à la crise, Dakar, IFAN/ORSTOM/CEPED.

Béduwé, C., Giret, J-F. (2004). Le travail en cours d’études a-t-il une valeur professionnelle  ? Productions de l’INSEE, Economie et statistique, 32.

Bérail, L. (2007). Le travail des étudiants. Rapport pour le CES, République française, novembre.

Bushnik, T. (2003). Étudier, travailler et décrocher : Relation entre le travail pendant les études secondaires et le décrochage scolaire (pp. 81-95). Statistique Canada.

Calvès, A. E. ; R. Marcoux (2007), « Présentation : Les processus d’individualisation « à l’africaine » » Sociologie et sociétés 39(2), p. 5–18.

Daguenais, M., Montmarquette, C., Parent, D. et Viennot-Briot, N. (1999). Travail pendant les études, performance scolaire et abandon. Institut d’Economie Publique, Série scientifique, 71.

Dagenais, M., Meunier, M., Montmarquette, C., & Viennot-Briot, N. (2000). Le décrochage scolaire, la performance scolaire et le travail pendant les études : un modèle avec groupe hétérogène. Cahiers Scientifiques du CERANO.

Dumont, M. (2007). « Le travail à temps partiel durant les études chez les élèves du secondaire  : impacts sur leur adaptation scolaire et psychosocial »e. Education et francophonie, 35(1), 161-181.

Durkheim, E. (2007[1937]). Les règles de la méthode sociologique, Paris, PUF

Eloundou, P. (1992). Solidarité dans la crise ou crise des solidarités familiales au Cameroun, Paris, CEPED.

Eckert, H. (2009). « Etudier, Travailler... Les jeunes entre désir d’autonomie et contrainte sociale ». Sociologie et société des individus, 41(1), 239-261.

Jetté, M. (2001). Je travaille, tu étudies, nous sommes étudiants  : la conciliation étude travail chez les étudiants et les étudiantes du premier cycle de l’université Laval. Laval, PUL.

Kodsi, J. ; Molgat, M. (2008). « Le rapport à l’école et au travail pendant l’adolescence. Travailler pendant les études permet-il de « construire des certitudes »  ? ». Travail, jeunesse et intervention, 14(1), 103-127.

Laplante, B., Street, M., Moulin, S., Doray, P., Verdy, J. (2010). Parcours scolaires et travail salarié  : une perspective longitudinale. Transitions, Note 7.

Mulatris, P. , Liboy, M. (2011). « La conciliation travail études  : Défis et réalité pour les jeunes élèves africains de Brooks ». Etude ethnique au Canada, 16.

Moulin, S., Doray, P., Street, C., Laplante, B. et Kamanzi, C. (2011). « Intensité du travail salarié et abandon des études universitaires au Canada  : Une perspective longitudinale ». Recherches Sociologiques et anthropologiques, 42(2), 51-72.

Roy, J. (2008). « Le travail rémunéré pendant les études au cégep : un laboratoire sociétal ». Recherches sociographiques 49(3) : 501-521.

Roy, J., Bouchard, J. et Turcotte, M-A. (2008). La conciliation entre le travail et les études chez les collégiens  : un paradigme en évolution (p. 154).

Tremblay, D-G. ; Alberio, M. (2016). « Le role de la famille d’origine et des parents dans les expériences de conciliation travail-études des jeunes cégépiens et universitaires ». Recherches Sociographiques, 57(1), 79-102.

Thériault, R. (2004). « La conciliation études-travail  : une réalité pour la majorité de nos étudiants ». CAPRES, 5.

Haut de page

Annexe

Annexe 1 : Résultat du modèle logit

Tableau : Estimation des coefficients, des odds ratio et des effets marginaux.

Tableau : Estimation des coefficients, des odds ratio et des effets marginaux.

Annexe 2 : Construction de la variable niveau de vie du foyer

Haut de page

Notes

1 Enquête organisée par l’école nationale de Statistique, de Planification et de démographie de l’Université de Parakou et ayant pour thème : Activités Économiques, Partage des Ressources et Santé de la Reproduction des Adolescents au sein des Foyers de l’Arrondissement Central de Tchaourou

2 5 % est un seuil de significativité couramment utilisé en sciences sociales. Ici, notre p-valeur est de 0 %, la différence est significative quel que soit le risque d’erreur qu’on se concède dans la décision en particulier pour 5 %.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure  : La CETR selon le sexe
Légende Source : Nos travaux à partir des données de l’Enquête de l’ENSPD en 20161
URL http://journals.openedition.org/edso/docannexe/image/5398/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Titre Figure  : La CETR selon les différents groupes d'âge
Légende Source : Nos travaux à partir des données de l’Enquête ENSPD 2016
URL http://journals.openedition.org/edso/docannexe/image/5398/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Titre Figure  : La CETR selon le statut parental
Légende Source : Nos travaux à partir des données de l’Enquête ENSPD 2016
URL http://journals.openedition.org/edso/docannexe/image/5398/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Titre Figure  : La CETR selon la principale source de revenus
Légende Source : Nos travaux à partir des données de l’Enquête ENSPD 2016
URL http://journals.openedition.org/edso/docannexe/image/5398/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Titre Figure  : La CETR selon la satisfaction par rapport à la couverture des besoins
Légende Source : Nos travaux à partir des données de l’Enquête ENSPD 2016
URL http://journals.openedition.org/edso/docannexe/image/5398/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Titre Figure  : La CETR selon le niveau de vie du foyer
Légende Source : Nos travaux à partir des données de l’Enquête ENSPD 2016
URL http://journals.openedition.org/edso/docannexe/image/5398/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Titre Figure  : Répartition des adolescents et jeunes en CETR selon la principale activité menée au cours de l’année scolaire 2015-2016
Légende Source : Nos travaux à partir des données de l’Enquête ENSPD 2016
URL http://journals.openedition.org/edso/docannexe/image/5398/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Titre Tableau : Estimation des coefficients, des odds ratio et des effets marginaux.
URL http://journals.openedition.org/edso/docannexe/image/5398/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 380k
URL http://journals.openedition.org/edso/docannexe/image/5398/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 373k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Judicaël Alladatin, Ronel Akakpo et Anselme Houéssigbédé, « Conciliation études-travail rémunéré : cas des adolescent.e.s et jeunes de la commune de Tchaourou au Bénin », Éducation et socialisation [En ligne], 50 | 2018, mis en ligne le 15 décembre 2018, consulté le 18 février 2019. URL : http://journals.openedition.org/edso/5398 ; DOI : 10.4000/edso.5398

Haut de page

Auteurs

Judicaël Alladatin

Enseignant-chercheur à l’École Nationale de Statistique, de Planification et de Démographie de l’Université de Parakou (ENSPD/UP), Bénin

Ronel Akakpo

Étudiant en fin de formation de licence en statistique à l’École Nationale de Statistique, de Planification et de Démographie de l’Université de Parakou (ENSPD/UP), Bénin

Anselme Houéssigbédé

Assistant de recherche et d’enseignement au Laboratoire de Recherche en Science de la Population et du Développement (LaReSPD, Université de Parakou), Bénin

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
La revue Éducation et socialisation est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires de la Méditerranée
  • OpenEdition Journals