Skip to navigation – Site map
Dossier

Éditorial - Environnements culturels et naturels : Apprendre pour agir ensemble

Full text

1Les changements et les mutations rapides qui se sont accélérés depuis un demi-siècle entraînent un bouleversement des réalités socioculturelles contemporaines. Celles-ci impriment leur marque autant sur les individus et leurs identités souvent en recomposition, que sur les environnements naturels et culturels. De nombreuses crises (écologique, sociale, économique, politique mais aussi épistémologique, méthodologique et anthropologique) sont la marque certaine de ce bouleversement et des changements qu’il impose.

2Plus personne n’affirme aujourd’hui que la mondialisation se déploie au bénéfice de tous. On sait désormais qu’elle produit des gagnants et des perdants. La mondialisation telle qu’elle se déploie dans une société du risque (Beck, 2001) au renfort du progrès technique leur est préjudiciable (Fougier, 2012). Néanmoins, l’incertitude qui touche certains types de savoirs (espèces menacées, écosystèmes fragiles, changements climatiques, OGM, nucléaire …), et la vulnérabilité des personnes dans leur bien-être et celle des environnements (lieux et territoires) entretiennent le potentiel démocratique lié à certaines questions complexes et incertaines.

3Ainsi, le problème ne se pose pas comme il est coutume de le faire en termes de crise pour reprendre les propos de Serres (1991), mais comme un changement profond du monde qui pose des problèmes cruciaux (Lange, 2011). On parle d’environnements culturels et naturels, l’environnement étant pris ici dans son double sens selon Thevenot (2001) : un environnement qui fait nature et qui entre en tension avec les constructions dites de culture dans les sociétés humaines; un environnement qui entoure comme un milieu de proximité auquel on est attaché, que l'on fréquente dans l'usage et dans l'habiter, et qui entre en tension avec le détachement et la distance critique requis pour la chose publique et pour un engagement critique.

4Les articles réunis dans ce dossier questionnent ces changements qu’ils soient de nature culturel, environnemental, social, ou philosophique et épistémologique. Certains réinterrogeront le retour du sujet ou de l’amateur. Il s’agit d’un enjeu pour la recherche puisque l’on assiste à un déplacement selon Boltanski et Chiapello (1999) de l’extériorité des dispositifs, des objets vers l’intériorité des personnes. Ainsi, les deux premiers articles questionnent chacun à sa manière la percée du régime techno-culturel (Octobre) ou celui de la technoscience (Kalali) qui sont emblématiques de nos sociétés contemporaines. Pour Octobre, l’environnement techno-culturel participe aux reconfigurations culturelles, relationnelles, représentationnelles et éducatives. Les technocultures servent la grande mutation de la fin du XXe siècle. Elles sont convoyeuses de compétences dont le but ultime selon l’auteure est de former des penseurs et des apprenants actifs, aptes à s’engager socialement de manière efficace et significative. L’article de Kalali examine le régime de production de savoirs de la technoscience qui comme les technocultures émerge des transformations récentes de la société. Dans la recherche d’une mise en correspondance de ce régime avec les sciences scolaires, l’auteure propose la re-socialisation du monde d’objets, la redéfinition dans les réseaux technique-scientifique-industriel-social-politique de certaines questions. C’est reconstruire avec les élèves ce qui a été établi, avec les conséquences et les risques qui lui sont attachés.

5D’autres contributions visent à éclairer les rapports au monde (Kalali et al.) et les rapports au paysage (Jeziorski & Therriault). Les questions visées sont celles d’acculturation des jeunes formés aux enjeux sociétaux à des fins de préservation de l’environnement et du patrimoine, en privilégiant l’interdisciplinarité qui permet de relier les connaissances au sens de Morin (2000) en les rendant signifiantes, et de s’affranchir du déterminisme de certaines formes d’apprendre (Charlot, 1999). Les savoirs à privilégier seraient ceux qui œuvrent pour et par l’action, en fonction de choix de valeurs. Chacun des textes insiste sur la dimension d’agir ensemble qui permet de sortir de l’acception d'un "apprendre" individuel et portant d'abord sur des connaissances tirées du côté scientifique.

6La contribution de Lange & Kbaiili questionne les conditions de possibilité de l’engagement. En tant que finalité de transformation sociétale et non seulement d’adaptation du fait de l’urgence et de l’importance des défis de l’anthropocène à relever, les auteurs font le choix d’un projet émancipateur. Ils considèrent l’objet de savoir comme objet social rendu possible par le recours à d’autres formations pratiques d’ordre discursif ou d’énoncés, et à d’autres formations pratiques d’ordre non discursif ou de milieu. Ces dernières sont référées à Foucault. La dimension politique ressort importante dans leur analyse. Cette dimension politique est également fortement reconnue et travaillée dans le texte de Barthes et al. Les auteurs expertisent les valeurs d’émancipation et les finalités d’implications politiques des jeunes dans les études de cas en géographie. Ils concluent que l’élève face à un problème concret et avec les balises curriculaires accroit son appréhension du politique et donc d’action citoyenne.

7Comment fait l’individu face à ces bouleversements culturels et naturels qu’impulsent les grandes mutations, pour donner sens à la réalité et y trouver sa place ? Les deux derniers textes s’emparent de notions et de concepts nouveaux comme l’agentivité (Morin et al.), les capabilités (Ndong Angoué) qu’ils questionnent pour finalement expliciter les conditions de possibilités de l’agir. Pour Morin et al., l’école peut fournir aux élèves des occasions réelles où ils seraient invités à faire preuve d’agentivité. Ces occasions où les jeunes sont appelés à agir ensemble permettent encore une fois de plébisciter des formes d’apprendre nouvelles qui permettent de sortir de l’acception d'un "apprendre" individuel et portant d'abord sur des connaissances tirées du seul côté scientifique. Le texte de Ndong Angoué explore le concept de capabilité. Liée aux libertés d’agencéité, l’approche par les capabilités apporte selon l’auteur un éclairage riche et nuancé sur les libertés réelles des jeunes du secondaire et sur leur pouvoir d’agir en matière d’écocitoyenneté.

8Ainsi à travers les articles, les auteurs s’inscrivent dans la double réorientation curriculaire (attestée par les programmes d’éducation et de formation) et scientifique (en lien avec l’évolution des objets de recherche) qui questionne la place structurante de l’Homme et invite à transformer nos pratiques de formation et de recherche et impose de facto une approche interdisciplinaire. Ces réorientations ouvrent le questionnement sur la possibilité d’un devenir différent ou de futurs possibles (Julien et al., 2014) et permettent de s’affranchir du déterminisme disciplinaire traditionnel (Martinand, 2006). Ce positionnement de nature critique est privilégié. En effet, il est important de chercher à savoir comment amener les individus à se construire une référence commune qui va au-delà de leur diversité et de celle des contextes et des dispositifs qu’ils rencontrent. Nous nous situons dans les confluents de la culture et de la conceptualisation (Vergnaud, 2008) ainsi que de l’élaboration d’un certain rapport au monde. Nous estimons (Kalali, Charlot, 2017) que ce rapport de savoir au monde, aux autres et à soi est d’autant plus prégnant que les politiques ne portent plus aujourd’hui de discours symbolique et structurant sur les questions soulevées.

9Le texte qui résulte de l’entretien croisé entre G. Vergnaud et J.L. Martinand permet de réponde à certaines de ces questions. Il s’agit de situer, d’une part, les questions d’appropriation, de modélisation, de conceptualisation dans un projet de culture scientifique et mathématique. D’autre part, l’entretien soulève également la question de la référence curriculaire et de pratiques socio-techniques (englobant tâches et savoirs), de connaissance opératoire, et de technicité.

10Les intérêts politiques pour la et les cultures, et pour les problématiques épistémiques, transdisciplinaires, stratégiques ; les distinctions de postures de recherche, d’appartenances au CNRS/ENS ou université; les orientations et projets de recherche des équipes d’appartenance sont explicités à travers divers exemples que chacun des chercheurs a mis en évidence.

Top of page

Bibliography

Beck, U. (2001). La société du risque. Sur la voie d’une autre modernité, trad. de l’allemand par L. Bernardi. Paris : Aubier.

Boltanski, L., Chiapello, E. (1999). Le nouvel esprit du capitalisme. Paris : Gallimard.

Charlot, B. (1997). Du rapport au savoir. Eléments pour une théorie. Paris : Anthropos

Charlot, B. (1999). Le rapport au savoir en milieu populaire - Une recherche dans les lycées

Julien, M-P., Chalmeau, R., Vergnolle-Mainar, C., Léna, J-Y., Calvet, A. (2014). Concevoir le futur d’un territoire dans une perspective d’éducation au développement durable. Vertigo-revue électronique en sciences de l’environnement. 14(1). URL : http://vertigo.revues.org/14690; DOI : 10.4000/vertigo.14690. [consulté le 04/04/2019]

Kalali, F., Charlot, B. (2017). Rapport à… dans le champ des « éducations à ». In A. Barthes, J.-M. Lange & N. Tutiaux (Eds.), "Educations à". Paris : Harmattan.

Lange, J.-M. (2011). Éducation au Développement Durable : problématique éducative/ problèmes de didactique. HDR. STEF : ENS Cachan

Martinand, J.-L. (2006). Eléments de problématique pour l’éducation scientifique des citoyens aujourd’hui. Conférence présentée au congrès de didactique des sciences de Grenade.

Morin, E. (2000). Les sept savoirs nécessaires à l’éducation du futur. Paris : Seuil.

Serres, M. (1991). Le Tiers-Instruit. Paris : Gallimard

Thévenot, L. (2001). Constituer l’environnement en chose publique. Une comparaison franco-américaine. In J. P. Blais, C. Gillio, J. Ion (Ed.), Cadre de vie, environnement et dynamiques associatives (pp. 203-219). Paris : PUCA.

Vergnaud, G. (2008). Culture et conceptualisation ; l'une ne va pas sans l'autre. Carrefour de l’éducation, 26, 83 à 98.

Top of page

References

Electronic reference

« Éditorial - Environnements culturels et naturels : Apprendre pour agir ensemble  », Éducation et socialisation [Online], 51 | 2019, Online since 16 April 2019, connection on 18 August 2019. URL : http://journals.openedition.org/edso/6015

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
La revue Éducation et socialisation est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Top of page
  • Logo Presses universitaires de la Méditerranée
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals