Navigation – Plan du site

Égalité des chances… ou des réussites et des places dans l’enseignement supérieur ? – Varia (58/decembre 2020)

Numéro coordonné par Emmanuelle Annoot et Richard Étienne

Notes de la rédaction

Calendrier

Date limite d’envoi des projets : fin octobre 2019
Réponse sur les projets : fin décembre 2019
Date limite d’envoi de l’article intégral : fin avril 2020
Date limite de retour des expertises : fin juin 2020
Date limite d’envoi de l’article définitif : fin septembre 2020

Argumentaire

Faut-il, ainsi que l’a proposé Savidan, alors Président de l’Observatoire des Inégalités, Repenser l’égalité des chances (2007) dans l’enseignement supérieur comme au sein de nos sociétés ? Nous avons décidé de consacrer un dossier à cette question à l’occasion d’un colloque international qui se tiendra à Montpellier les 5 et 6 mars 2020. Est-il en effet préférable de viser l’égalité des chances qui concerne la situation de départ ou celle des résultats (Dubet et Duru-Bellat, 2004, p. 114) ou encore celle des places (Dubet, 2011, p. 32), couramment résumée en termes de réussite car elle s’intéresse à l’issue du curriculum ? L’approche curriculaire, présente dans de nombreux systèmes étrangers, présente-t-elle une solution alternative permettant de sortir de cette aporie ? Il s’agit en effet de comprendre comment différents pays appréhendent la question de la performance de leur enseignement supérieur en ce qui concerne la réduction des inégalités. Il y aura lieu d’analyser les différentes politiques « déclarées, formelles et effectives » (Depover et Noël, 2005, p. 17) qui concernent la diminution des inégalités ainsi que les dispositifs mis en place dans cette intention.

L’« égalité des chances » s’inscrit dans l’idée, répandue depuis le XVIIIe siècle en Europe, qu’il existe une égalité des droits entre les êtres humains. Cette possibilité est étroitement liée au système éducatif et à son organisation. C’est également devenu un but à atteindre pour les systèmes politiques, économiques et sociaux de la fin du XXe siècle quand ils ont commencé à s’orienter vers une « société de la connaissance » (Bouchet, 2005, p. 21-25). Ce concept d’égalité des chances est-il répandu dans de nombreux États ? Quelle place occupe-t-il dans la définition des finalités des systèmes éducatifs ? La recherche en éducation comparée peut-elle nous fournir des indications avérées sur ce point ? La performance de ces systèmes dépend-elle de l’atteinte de cet objectif ? Sa mise en forme et en pratique relève-t-elle uniquement de stratégies politiques, économiques et sociales ou les modes organisationnels et la pédagogie de l’enseignement supérieur y occupent-ils une part importante ? Comment cet objectif influence-t-il les stratégies, les dynamiques de gouvernance des systèmes éducatifs et l’action des différents acteurs concernés, notamment les enseignants-chercheurs (EC) ? Observe-t-on des mutations qui portent sur les mécanismes organisationnels et qui entraînent des effets dans les pratiques pédagogiques ?

La pédagogie universitaire n’a pas été forcément le premier souci des universités sur la longue période qui s’étend du Moyen-âge au début du XIXe siècle qui marque une rupture avec le modèle monastique. La conception introduite par Humboldt donne la priorité à la recherche et crée la double compétence de l’enseignant-chercheur dont le recrutement et la carrière ne peuvent s’effectuer, en France et ailleurs, que par décisions de pairs plus familiers avec les questions de recherche qu’avec celles d’enseignement. Ce fonctionnement endogamique a-t-il résisté à la poussée émancipatrice de la fin des années 1960 lorsqu’à la fin du XXe siècle étudiantes et étudiants entrent en grand nombre dans l’enseignement supérieur ? On peut alors parler d’une « université de masse » (Boyer et Coridian, 2001 ; Felouzis, 2003). Mais s’il y a beaucoup d’appelés, il y a beaucoup moins d’élus (Beaud, 2003). Et les conséquences de cette « massification » mais aussi de la contestation du « mandarinat » qui l’a plus ou moins accompagnée sont doubles : pour permettre l’accès aux savoirs et aux diplômes, ce qu’on désigne généralement par le terme de démocratisation, l’université doit-elle poursuivre sur la même voie ou réformer ses institutions en opérant un tournant démocratique ? En effet, de nombreuses tentatives sont faites pour permettre la réussite dans les premières années qui se révèlent cruciales (Conférence de consensus « Réussite et échec dans l'enseignement supérieur: quels éclairages de la recherche ? », Paris, Ministère de l'enseignement supérieur, IFÉ : 15 et 16 décembre 2015). Des études ont été menées, notamment en France sur le plan « réussite en licence » (Annoot et Étienne, 2012 ; Perret, 2013), mais il est difficile d’obtenir des résultats globaux, même si quelques données locales peuvent montrer des résultats spectaculaires qui ne s’observent pas au niveau du pays. La création de Services Universitaires de Pédagogie (SUP), actuellement 33 en France réunis dans un réseau (www.reseausup.fr consulté le 10 novembre 2018) connaît un développement certain mais de rares évaluations sur leur portée auprès des enseignants-chercheurs et sur leurs effets sur les pratiques ont été produites (Cosnefroy, 2015 ; Demougeot-Lebel et Perret, 2011 ; Bailly, Demougeot-Lebel et Lison, 2015). En revanche, les instances de direction n’ont pas été modifiées dans le sens d’un accès plus large aux instances décisionnelles.

Cet état de fait confirme que la question de l’égalité semble actuellement plus traitée sur un plan pédagogique que sur un plan structurel et de parcours dans le supérieur malgré des ouvrages comme celui de Beaud (2003) qui ont établi les raisons de l’échec massif des « nouveaux étudiants ». L’idée de permettre au plus grand nombre l’accessibilité des savoirs accompagne la promotion de dispositifs de formation intégrant le numérique avec une ouverture internationale mais les dispositifs de e-learning ou « apprentissage en ligne », les MOOCs ou « cours en ligne gratuits et massifs » se succèdent sans que des évaluations établissent encore leur effet dans la lutte contre les inégalités. Impliqués ou non dans les dispositifs d’aide à la réussite, certains enseignants-chercheurs ont pris des initiatives pour s’adapter à leurs publics. Les pratiques pédagogiques et l’activité des enseignants du supérieur restent néanmoins méconnues malgré quelques travaux récents sur le sujet (Annoot et Fave-Bonnet, 2004 ; Duguet et Morlaix, 2012 ; Viaud, 2015 ; Étienne, Annoot et Biaudet, 2018). Développer ces recherches constitue un enjeu, en particulier en se concentrant sur les néo-professionnels. Si une meilleure connaissance du métier d’enseignant-chercheur semble être essentielle pour contribuer à la formation et à l’émancipation sociale et intellectuelle des étudiants (Annoot, 2014), la conduite d’une réflexion sur la définition d’un enseignement universitaire vraiment démocratique n’est pas moins importante.

Les axes du numéro

1 - Les ressources pédagogiques qui sont en plein développement (De Ketele, 2011) peuvent-elles suffire à elles seules pour établir une égalité « des chances » qui entraîne idéalement une « égalité des places » selon les propositions de Dubet (2011) ou tout au moins, selon cette même analyse, chercher à compenser les inégalités repérées « en termes de discriminations et de traitement inéquitable des minorités privées de leurs chances de réussir » ?

2 - Le discours et l’action politiques relatifs à l’égalité des chances évoluent en fonction des enjeux de société. En effet, une pluralité de chercheurs prône des politiques très hétérogènes, promouvoir ou freiner la lutte contre les inégalités par divers moyens souvent opposés entre eux, voire dénoncer une démarche contre-productive (La Borderie, 2000 ; Poirmeur, 2000) : « S’agissant de la réflexion sur l’éducation, la fin des idéologies dont on nous rebat les oreilles se fait un peu attendre » (Boudon, 2011). Pour anticiper les crises sociétales, les États s’efforcent sans cesse de légiférer, oscillant entre le recours aux « fondamentaux » (Berthiaume et Rege Colet, 2013) et la mise en place d’aides ou de dispositifs divers et variés (Annoot et Étienne, 2012). Ici, il s’agira d’étudier quelques corpus législatifs et réglementaires (européens et mondiaux) qui définissent et précisent la politique dite d’égalité des chances ou de réduction des inégalités dans la mesure où c’est un objectif visé de manière explicite. Est-il possible et opportun de replacer dans leur contexte les trajectoires des systèmes politiques qui introduisent, mobilisent et valorisent le concept d’égalité des chances ou des concepts similaires ? Quelles analyses des effets rétroactifs de ces politiques d’égalité des chances peuvent être faites sur l’architecture sociétale dans les pays qui se sont engagés dans cette voie ? Comment appréhender et évaluer les mécanismes organisationnels qui se sont mis en place progressivement avec leurs réussites et leurs échecs ?

3 - L’objectif socio-économique recherché par l’introduction du concept d’égalité des chances dans le système éducatif est de créer un espace de sélection des personnes les plus aptes à occuper les postes les plus qualifiés dans leurs domaines respectifs en fonction de leurs domaines d’excellence et ce indépendamment de leurs origines sociales ou économiques. C’est ce que l’on a pu dénommer « méritocratie » (Young, 1958 ; Saint Martin, 2005 ; Daverne-Bailly, 2012) et le rôle de l’enseignement supérieur serait d’en assurer le bon fonctionnement en choisissant les meilleurs dans un monde idéal où toutes et tous pourraient concourir. Dans cette perspective, la compétitivité de chaque système productif national serait étroitement liée à celle du système éducatif. Pour analyser les interactions entre les deux systèmes du supérieur et de l’économique, il est alors nécessaire de s’intéresser au couple « université-économie » en l’étudiant sur des temporalités assez longues. Comment identifier les acteurs qui favorisent ou ont favorisé la création de « passerelles » entre l’université et le monde économique ? Ces passerelles ont-elles émergé à partir des spécificités institutionnelles des milieux socio-économiques ou des initiatives de l’enseignement supérieur ou encore de leur coopération ? Comment les acteurs locaux ont-ils intégré des mesures relatives à l’égalité des chances dans leurs stratégies collectives ?

4 - La présence d’étudiantes et d’étudiants issus de contextes socioculturels différents soulève des problèmes quant à la capacité des systèmes d’enseignement supérieur à assurer une égalité de chances qui soit effective malgré les différences interindividuelles, culturelles, sociales et de genre. Si l’on prend l’exemple, dans l’espace européen, des élèves immigrés de première ou de deuxième génération, ils sont touchés par des scolarités particulièrement chaotiques : ils sont deux fois plus concernés par les sorties précoces (OCDE, 2015). Mais il ne s’agit pas que d’eux et cet axe s’intéressera aux étudiantes et étudiants qui sont davantage orientés dans des filières courtes à vocation professionnelle. Pourquoi ne peuvent-ils envisager des scolarités longues et sont-ils relégués loin de l’enseignement supérieur ou condamnés, quand ils y parviennent, à un échec ou à un abandon prématurés, à l’instar des détenteurs de baccalauréat professionnel en France ? Comment prendre en compte et pallier les discriminations subies par ces jeunes ? Est-il possible d’envisager sinon un inventaire du moins une liste et une combinatoire des inégalités de genre, de minorité visible ou langagière, de revenus financiers, de logement, d’éloignement des lieux d’enseignement ou de situation de handicap ? Quelles initiatives et innovations ont permis des réussites dans ce domaine ?

---

La procédure de participation est la suivante : Tout projet de contribution devra être envoyé à Emmanuelle Annoot (emmanuelle.annoot1@univ-rouen.fr) et Richard Étienne (richard.etienne@univ-montp3.fr) ainsi qu’à educationetsocialisation@univ-montp3.fr afin que soit donné un accord de principe. Les questions et les projets d’article (sous la forme d’un résumé d’environ 3000 caractères) seront reçus jusqu’à la fin du mois d’octobre 2019. Il sera procédé à des arbitrages pour éviter un déséquilibre éventuel entre les axes du dossier. Après accord de principe, toute contribution devra ensuite être présentée en respectant les normes de la revue (soumettre une contribution : https://edso.revues.org/395 et les recommandations aux auteurs : https://edso.revues.org/624).

Bibliographie

Annoot, E. (2014). De l'accompagnement à la pédagogie universitaire : quels enjeux pour la formation des enseignants -chercheurs? Recherche et formation, 77, 17-28.

Annoot, E., Étienne, R. (2012, coord.). Égalité des chances, université et territoires, dossier. Éducation et socialisation, les Cahiers du CERFEE, 31, 13-98, https://journals.openedition.org/edso/776, consulté le 18 mars 2019.

Annoot, E., Fave-Bonnet, M.-F. (2004, Eds). Pratiques pédagogiques dans l'enseignement supérieur : enseigner, apprendre, évaluer. Paris : L’Harmattan.

Bailly, B., Demougeot-Lebel, J., Lison, C. (2015 ). La formation d’enseignants universitaires nouvellement recrutés : quelles retombées ? Revue internationale de pédagogie de l’enseignement supérieur, 31-3, http://journals.openedition.org/ripes/990, consulté le 07 janvier 2019.

Beaud, S. (2003). 80 % au bac… et après : Les enfants de la démocratisation scolaire. Paris : La Découverte.

Berthiaume, D., Rege Colet, N. (2013). La pédagogie de l’enseignement supérieur : repères théoriques et applications. Berne : Peter Lang.

Bouchet, H. (2005, rap.). La société de la connaissance dans le cadre de la stratégie de Lisbonne. Avis du Conseil Économique et Social émis lors de ses réunions du 26 et du 26 octobre 2005. Paris : La Documentation Française,
https://www.ladocumentationfrancaise.fr/var/storage/rapports-publics/064000063.pdf, consulté le 23 décembre 2018.

Boudon, R. (2011). Les causes de l'inégalité des chances scolaires. Skholè, http://skhole.fr/les-causes-de-l-in%C3%A9galit%C3%A9-des-chances-scolaires-par-raymond-boudon, consulté le 29 avril 2019.

Boyer, R., Coridian, Ch. (2001). Enseigner en première année de l’université de masse. Recherche et formation, 38, 141-153.

Conférence de consensus « Réussite et échec dans l'enseignement supérieur: quels éclairages de la recherche? ». Paris, Ministère de l'enseignement supérieur, IFE : 15 et 16 décembre 2015. Rédaction du rapport du jury consultable en ligne sur le site de l’IFE. http://ife.ens-lyon.fr/ife/recherche/enseignement-superieur/enseigner-et-apprendre-dans-l2019enseignement-superieur/seminaire-de-consensus/reussite-et-echec-dans-lenseignement-superieur-1/reussite-et-echec-dans-lenseignement-superieur, consulté le 12 mars 2019.

Cosnefroy, L. (2015, dir.). État des lieux de la formation et de l’accompagnement des enseignants du supérieur, http://ife.ens-lyon.fr/ife/recherche/enseignement-superieur/enseigner-et-apprendre-dans-l2019enseignement-superieur/rapports-et-etudes, consulté le 12 mars 2019.

De Ketele, J.-M. (2010). La pédagogie universitaire : un courant en plein développement. Revue française de pédagogie, 172, 5-13.

Demougeot-Lebel, J., Perret, C. (2011). Qu’attendent les enseignants universitaires français en termes de formation et d’accompagnement pédagogiques ? Revue internationale de pédagogie de l’enseignement supérieur, 27-1, http://journals.openedition.org/ripes/456, consulté le 06 janvier 2019.

Daverne-Bailly, C. (2012). L’école et la méritocratie. Sociologie, comptes rendus, 2012, http://journals.openedition.org/sociologie/1328, consulté le 10 décembre 2018.

Depover, C., Noël, B. (2005). Le curriculum et ses logiques : une approche contextualisée pour analyser les réformes et les politiques éducatives. Paris : L'Harmattan, Éducation et formation.

Dubet, F. (2011). Égalité des places, égalité des chances. Études, 2011/1, 414, p. 31-41, https://www.cairn.info/revue-etudes-2011-1-page-31.htm, consulté le 10 octobre 2018.

Dubet, F., Duru-Bellat, M. (2004). Qu’est-ce qu’une école juste ? Revue française de Pédagogie, 146, 105-114.

Duguet, A., Morlaix, S. (2102). Les pratiques pédagogiques des enseignants universitaires : Quelle variété pour quelle efficacité ? Questions Vives, 6-18, http://questionsvives.revues.org/1178, DOI : 10.4000/questionsvives.1178, consulté le 30 septembre 2016.

Étienne, R., Annoot, E., Biaudet, P. (2018). Les enseignants-chercheurs débutants en France : l’urgence de la pédagogie. In D. Adé et T. Piot (dir.). La formation entre universitarisation et professionnalisation - Tensions et perspectives dans des métiers de l’interaction humaine. Rouen et Le Havre : PURH, p. 67-89.

Felouzis, G. (2003, dir.). Les mutations actuelles de l’université. Paris : PUF.

La Borderie, R. (2000). 60 années d’égalité des chances, 60 années d’inégalité des résultats. L’École émancipée, 6.

OCDE (2015). Vers un système d’éducation plus inclusif en France? Série « Politiques meilleures », https://www.oecd.org/fr/france/vers-un-systeme-d-education-plus-inclusif-en-france.pdf, consulté le 23 décembre 2018.

Perret, C. (2013). Les choix des équipes pédagogiques pour la réussite des étudiants : un éclairage via la cartographie du plan réussite en Licence de l’Université de Bourgogne. Revue internationale de pédagogie de l’enseignement supérieur, 29-2, http://ripes.revues.org/730, consulté le 01 octobre 2016.

Poirmeur, Y. (2000). 6. Le double jeu de la notion d'égalité des chances. Dans Gilles J. Guglielmi (éd.). L'égalité des chances: Analyses, évolutions, perspectives. Paris: La Découverte, p. 91-114.

Saint-Martin, M. de (2005). Méritocratie ou cooptation ? Revue internationale d’éducation de Sèvres, 39, 57-66, http://journals.openedition.org/ries/1265, DOI : 10.4000/ries.1265, consulté le 23 décembre 2018.

Savidan, P. (2007). Repenser l’égalité des chances. Paris : Grasset.

Viaud, M.-L. (2015). Les innovateurs silencieux. Histoire des pratiques d’enseignement à l’université depuis 1950. Grenoble : PUG, coll. Regards sur l’éducation.

Young, M. (1958). The Rise of the Meritocracy 1870-2033: An essay on education and society. London: Thames and Hudson.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires de la Méditerranée
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals