Navigation – Plan du site
Notes de lecture

Ferté, L. et Husser, A-C. (dir.) (2019). L'institution scolaire au prisme de la modernité. Jalons pour une étude des discours pédagogiques au XIXe siècle. Paris : Éditions Harmattan

Delphine Merx
Référence(s) :

Paris : Éditions Harmattan

Texte intégral

1L'ouvrage collectif dirigé par Louise Ferté et Anne-Claire Husser constitue le prolongement d'une journée d'études organisée en 2013 à l'ENS de Lyon, qui réunit philosophes et historien-nes de l'éducation. L'approche adoptée par l'ensemble des contributeur-ices s'articule autour d'un double enjeu, souligné dès le titre : il s'agit tout d'abord d'aborder la question de l'éducation à partir de ses institutions, et en particulier de l'école, sans donc la restreindre à l'étude des finalités. Il s'agit également de s'emparer du concept de modernité, pour en explorer les différentes facettes.

2 L'ouvrage est centré, comme le précise le sous-titre, sur les discours pédagogiques du XIXème siècle. Le cadrage temporel est justifié dans l'introduction : le XIXème siècle connait des transformations sociologiques majeures du public éducatif, en particulier « le développement de l'instruction populaire et la généralisation de la forme scolaire » (p. 9). La notion de « modernité pédagogique » a ici toute sa place : elle permet de mettre en relation les ruptures affichées avec les discours plus traditionnels, et les dettes existantes avec les prédécesseur-es. C'est cette ambivalence qui fait de la modernité pédagogique une catégorie moins temporelle que « normative et polémique faisant cause commune avec un projet de réforme de l'institution » (p.12). Si tout discours pédagogique se conçoit comme rupture, il n'en reste pas moins que cette rupture se développe à partir de l'abondance des discours qui le précèdent. L'emprunt de la pensée éducative à la pensée révolutionnaire doit donc être évalué, et c'est en se saisissant de l'éducation comme « affaire d'État » (p. 13) que la question est posée ici.

3 La réponse apportée s'organise en deux parties. La première, intitulée « Le tissu de la modernité pédagogique : circulation des idées et appropriation des modèles », s'intéresse à la circulation des modèles, en mettant en avant le rôle des réseaux internationaux dans la constitution du discours sur la modernité pédagogique. Elle contient trois contributions. La seconde partie, intitulée « Modernité pédagogique et philosophie de l'histoire des institutions », s'attache davantage à décrire l'importance d'ouvrages de philosophes et historien-nes de l'éducation dans la constitution des discours de la modernité pédagogique. Elle contient quatre contributions.

4 La première contribution, d'Alexandre Fontaine, « Liberté, égalité, transfert. Passages et re-sémantisations de savoirs civiques dans l'espace franco-suisse », étudie par le biais des « étapes de la translation d'un manuel d'instruction civique » (p. 15) la manière dont le savoir s'absorbe et se transforme. Plutôt que de parler d' « influences », il met en avant la notion de « métamorphose » : les processus de migrations des deux côtés du Rhône font subir au manuel de Bornet d'importants changements, que les logiques nationalistes taisent volontiers. Alexandre Fontaine revendique donc l'épanouissement d'une « pensée métisse » (p.40), déjà présente dans les sciences de l'éducation.

5 Jean-Charles Buttier, dans une contribution intitulée « James Guillaume, Pestalozzi et la Révolution », use quant à lui de l'outil biographique pour analyser la manière dont s'exercent les processus de réinterprétation. Les travaux de Guillaume sur Pestalozzi permettent de faire émerger des résonances entre révolution pédagogique et révolution politique et soulignent la manière dont la continuité éventuelle entre la IIIème République et la Révolution Française fait l'objet de réécritures.

6 Ionna Fillion-Quibel se préoccupe elle aussi des enjeux de légitimation inhérents au réinvestissement d'une grande figure historique, dans sa contribution intitulée « Jules Michelet – vecteur de la pédagogie moderne. Lecture de la pédagogie de Comenius en France au XIXème siècle ». Elle montre en effet comment la réappropriation de Comenius a pu servir à des fins de légitimation de l'enseignement public, en dotant celui-ci d'une tradition concurrente à l'enseignement privé.

7 La seconde partie s'ouvre sous l'égide de la figure du philosophe et historien de l'éducation Friedrich Paulsen. Jean-François Goubet, dans une contribution intitulée « Le bilan pédagogique du XIXème siècle allemand. Friedrich Paulsen et ses recherches sur l'instruction savante », part en effet de la biographie de celui-ci puis de son approche philosophique et historique pour expliciter la critique qu'il formule vis-à-vis de la « pensée scolaire dominante du XIXème siècle » (p. 84), en s'interrogeant notamment sur le rôle des langues anciennes.

8 Anne-Claire Husser poursuit la réflexion en reconstituant plus précisément la manière dont Durkheim a pensé la science de l'éducation comme science positive, qui doit permettre à la réflexion pédagogique de posséder une assise rationnelle. Sa contribution intitulée « Durkheim, L'Évolution pédagogique en France. Essai de mise en perspective de l'impossible réforme de l'enseignement secondaire au XIXème siècle » revient sur un ouvrage publié en 1938 et rédigé à partir de notes d'un cours destiné à des agrégatifs. Durkheim y ouvre la voie vers une approche plus positiviste de la science de l'éducation.

9 Après la science de l'éducation dans sa globalité, c'est au tour du concept de « liberté de conscience » de faire l'objet d'une nouvelle analyse à partir des écrits de Quinet. Louise Ferté, dans sa contribution intitulée « La traduction de la liberté de conscience dans le champ pédagogique chez Quinet », s'attache à retracer la compréhension quinetienne de ce concept, qui est « l'un des principaux fondateurs de la laïcité » (p. 121). Elle montre dans ce cadre comment celui-ci met en rapport la pédagogie avec le politique et le religieux. Contre les tenants d'une conception libérale et républicaine de l'école laïque, il souligne ainsi le fait que l'adoption de la liberté de conscience n'équivaut pas à l'abandon du rôle pédagogique de transmission des valeurs.

10 La contribution de Frédéric Mole, « L'éducation intégrale. Variations sémantiques et politiques d'un idéal scolaire », qui clôt la dernière partie, se consacre à la notion d' « éducation intégrale », notion qui structure notre conception de l'enseignement. Il étudie le voyage du syntagme entre les milieux libertaires et socialistes, et sa reprise au sein du réformisme radical-socialiste.

11 La conclusion de l'ouvrage « Pour une philosophie de l'éducation comme philosophie des institutions », assurée par Louise Ferté et Anne-Claire Husser, revient sur les enjeux présentés en introduction. Elle plaide pour la constitution d'une philosophie de l'éducation comme philosophie des institutions à travers l' « analyse de l'évolution des systèmes éducatifs » (p.153). S'il ne s'agit plus de confiner la philosophie à l'étude des fins et donc à sa dimension normative, il devient alors nécessaire de s'allier à d'autres disciplines telle que l'histoire des idées, afin d'exhumer la valeur philosophique des discours du passé.

12 Les propositions assumées par Louise Ferté et Anne-Claire Husser, ainsi que par les contributeur-ices de l'ouvrage, sont stimulantes et novatrices. Elles constituent un effort pour mettre en place une autre philosophie de l'éducation, qui s'interroge sans cesse sur ses méthodes et ses pratiques. Les contributions se distinguent à la fois par la précision du propos, et par une forme d'érudition qui permet d'exhumer des figures et des discours parfois méconnus. Deux éléments cependant peuvent être regrettés : tout d'abord une attention au concept de « modernité pédagogique » que l'on aurait souhaité voir plus amplement développé après l'introduction, et qui ne fait pas dans la suite de l'ouvrage l'objet d'une étude plus précise. Enfin, si dans la conclusion figure bien le fait que le propos de l'ouvrage « n'est nullement de réhabiliter de grands auteurs injustement méconnus ou oubliés, à commencer parce que cela reviendrait à s'inscrire dans une conception par trop héroïque de l'histoire de la philosophie » (p. 154), il semble que cette intention ne se réalise pas complètement dans l'ouvrage. Il aurait été intéressant de lier aux figures connues la fréquentation de discours institutionnels ou anonymes, afin de donner une place à une plus grande variété de paroles.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Delphine Merx, « Ferté, L. et Husser, A-C. (dir.) (2019). L'institution scolaire au prisme de la modernité. Jalons pour une étude des discours pédagogiques au XIXe siècle. Paris : Éditions Harmattan », Éducation et socialisation [En ligne], 53 | 2019, mis en ligne le 20 septembre 2019, consulté le 09 décembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/edso/6978

Haut de page

Auteur

Delphine Merx

Doctorante en philosophie, ENS de Lyon, Laboratoire Triangle

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
La revue Éducation et socialisation est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires de la Méditerranée
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals