Navigation – Plan du site

L’organisation du travail dans les coulisses de la différenciation – Varia (59/mars 2021)

Numéro coordonné par Andréea Capitanescu Benetti, Mylène Leroux et Sylvain Connac

Notes de la rédaction

Calendrier

Date limite d’envoi des projets : mars 2020
Date limite d’envoi de l’article intégral : juin 2020
Date limite de retour des expertises : octobre 2020
Date limite d’envoi de l’article définitif : décembre 2020

L’organisation du travail scolaire se définit par une structure héritée de l’école qui prédétermine ce travail. C’est sur cette structure que l’enseignant peut ou non agir, en se laissant aussi une marge d’intervention et de manœuvre, pour mieux tenir compte des différences des élèves. Cette organisation varie selon les systèmes éducatifs, des plus centralisés au moins centralisés. De même, elle précise la division du travail d’apprentissage et la manière dont les enseignants s’organisent individuellement et collectivement au sein des établissements scolaires. L’enseignant peut agir comme un acteur au niveau de sa classe, mais également de l’établissement et du système, en faisant face aux demandes tant explicites qu’implicites de l’institution.

Ce dossier a l’intention d’étudier comment la prise en compte de la diversité des élèves déplace les frontières du travail fait en classe, historiquement solitaire et individualiste, vers l’établissement scolaire, vers des cultures professionnelles d’analyse des difficultés et d’organisations plus complexes, comme les équipes pluridisciplinaires ou intersectorielles (inter-métiers). Par exemple, comment les discussions collégiales (sensemaking) permettent-elles de prendre en compte les élèves en difficultés et les singularités des élèves de manière plus globale (care, bienveillance, reconnaissance de tous, etc.) ? Puis, au-delà des acteurs, nous ouvrons aussi notre étude aux diverses adaptations et à l’aménagement flexible de la classe, considérant du même coup les aspects environnementaux qui peuvent potentiellement contribuer à favoriser la mise en œuvre de pratiques pédagogiques différenciées.

Ce dossier cherche également à mieux comprendre les enjeux de la rencontre entre chacun des élèves, dans leurs parcours singuliers vers les savoirs scolaires. Le rôle joué par l’enseignant avec ses décisions de différenciation, que cette dernière soit interne ou externe, est à remettre à l’étude, car l’organisation du travail scolaire reste une dimension opaque dans le travail enseignant.

Nous nous appuyons sur cette définition de la différenciation pédagogique : « organisation pédagogique des enseignements faisant en sorte que chaque apprenant se trouve, aussi souvent que possible, dans des situations d’apprentissage fécondes pour lui. Les pratiques de différenciation tentent de lutter à la fois pour la réduction des inégalités et pour l’augmentation du niveau scolaire des élèves » (Perrenoud, 1997, p. 26). Concrètement, il s’agit en fait de « trouver divers moyens d’amener chaque élève au maximum de son potentiel, tout en ayant des objectifs communs » (Leroux et Paré, 2016, p. 33).

Ce qui nous intéresse est de confronter les notions de différenciation, personnalisation, individualisation, adaptation et diversification, au regard du travail tel qu’il est pensé et vécu par les professionnels. Il nous semble également utile de porter un regard critique sur les formes externalisées de différenciation, largement utilisées en France, mais ailleurs aussi pour, justement, éviter la différenciation, pendant les autres moments scolaires. « L’école est comme un hôpital qui soignerait les types en bonne santé et qui renverrait les malades. Pour les renvoyer, on les décourage » (Gloton, 1969, p. 46). Enfin, nous nous intéressons à toutes les alternatives aux différenciations classiques (simultanées, successives et externalisées – Meirieu, 2013, 2018) qui ouvriraient des perspectives aux enseignants en recherche d'approches moins reproductibles d'inégalités.

Nous viserons autant le travail professionnel de la différenciation, les décisions de différenciation de l’enseignant ou des professionnels, que les enjeux et les implications de l’organisation du travail scolaire dans une institution scolaire. Cette dernière se révèle-t-elle être plutôt un facilitateur ou un obstacle à la mise en œuvre de décisions en termes de différenciation ? Nous n’oublions pas les tensions que les professionnels rencontrent au quotidien : faire de la différenciation en classe, prendre en compte les individualités des élèves et à la fois répondre aux demandes d’efficacité et de réussite éducative de plus en plus pressantes – pressées et gouvernées par les enquêtes internationales … et dans la tyrannie de l’évaluation (Del Rey, 2013 ; Conseil supérieur de l’éducation, 2018), de la norme.

Trois grandes questions se dégagent, avec des sous-thèmes :

  • Que distinguons-nous comme diversité de pratiques inclusives (différenciation, personnalisation, individualisation, adaptation, diversification, etc.) ? Quels types de représentations de différenciation sont mobilisés ?

  • Dans quels buts les différents acteurs différencient-ils ? Pour quelles finalités ? Pour lutter contre les inégalités ? Pour mieux articuler les trois curricula : le curriculum formel, le curriculum réel et le curriculum caché ?

  • Comment différencie-t-on ? Quelles mises en œuvre ? Quels sont les défis ou les facilitateurs ? Quels types de collaboration avec l’équipe des (inter)professionnels ?

Bibliographie

Conseil supérieur de l’éducation (2018). Évaluer pour que ça compte vraiment : Rapport sur l’état et les besoins de l’éducation 2016-2018. Québec : Le Conseil, https://www.cse.gouv.qc.ca/fichiers/documents/publications/CEBE/50-0508.pdf

Del Rey, A. (2013). La tyrannie de l’évaluation. Paris : La Découverte.

Gloton, R. (1969). Les élèves de l’école de Barbiana - Lettre à une maîtresse d’école, trad. de l’italien. Revue française de pédagogie, 8(1), 46‑48.

Leroux, M. et Paré, M. (2016). Mieux répondre aux besoins diversifiés de tous les élèves : des pistes pour différencier, adapter et modifier son enseignement. Montréal (Québec) : Chenelière Éducation.

Meirieu, P. (2013). Pédagogie – Des lieux communs aux concepts clés. Issy-les-Moulineaux : ESF Éditeur.

Meirieu, P. (2018). La riposte – Pour en finir avec les miroirs aux alouettes. Paris : Éditions Autrement.

Perrenoud, P. (1994). Curriculum  : le réel, le formel, le caché. Dans J. Houssaye (Éd.), La pédagogie  : une encyclopédie pour aujourd’hui (p. 61‑76). Paris : ESF.

Perrenoud, P. (1997). L’organisation du travail, clé de toute pédagogie différenciée. Paris : ESF Éditeur.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires de la Méditerranée
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals