Navigation – Plan du site

Editorial

Javier Nuñez Moscoso, Audrey Murillo et Alain Jean

Texte intégral

1Ces dernières décennies, dans de nombreux pays, la profession enseignante a été au cœur de transformations de divers ordres : de nouvelles tâches, de nouvelles compétences et des responsabilités professionnelles accrues ; les caractéristiques des contextes scolaires, notamment vis-à-vis des besoins particuliers des élèves, du rôle des parents au sein de l’école ou de la prégnance des nouvelles technologies ; la formation initiale et continue, l’entrée dans le métier ; l’évaluation des enseignants et l’évolution dans la carrière… pour ne citer que quelques exemples. Ces profonds changements supposent que les enseignants soient en capacité de s’adapter aux changements curriculaires, à l’inclusion d’élèves à besoins particuliers dans des classes ordinaires (souvent sans formation spécifique), aux politiques de reddition de comptes issues de l’univers managérial, etc. La complexité du quotidien des enseignants réserve certes un potentiel de défis, d’apprentissages et d’épanouissements professionnels (Murillo & Nunez Moscoso, 2019), mais elle induit aussi de nombreuses conséquences négatives : empêchements, insatisfactions, conflits, souffrance, problèmes de santé (tant physiques que psychiques), parfois suivis de l’abandon du métier ou de décisions dramatiques comme le suicide. Les chercheurs, formateurs, syndicats d’enseignants, politiciens de l’éducation et les enseignants eux-mêmes pourraient s’accorder sur un constat : les métiers de l’enseignement sont fortement marqués par les difficultés.

2Les difficultés professionnelles des enseignants ne sont étudiées que de manière parcellaire par la recherche. En effet, depuis fort longtemps, la recherche en éducation a décrit certains éléments gravitant autour de la difficulté professionnelle à partir de concepts et d’approches théoriques et méthodologiques extrêmement variées. Ont ainsi été étudiés les dilemmes des enseignants (Périer, 2014; Ria & Durand, 2001; Wanlin & Crahay, 2012), les contraintes issues de la gestion des systèmes éducatifs axée sur les résultats (Dutercq & Maroy, 2017), les stratégies de « survie » (Barrère, 2002), les obstacles dans la gestion de la classe chez les enseignants débutants (Saujat, 2004), ou encore les imprévus dans les situations où la transmission de savoirs est en jeu (Jean, 2008). D’autres travaux se sont centrés sur les conséquences des processus de travail chez les enseignants : la santé et le stress au travail (Hargreaves, 1996), la tension souffrance/plaisir (Blanchard-Laville, 2001) ou le « burn out » (Farber, 1991), pour n’en citer que quelques exemples.

3Ces travaux touchant différents niveaux d’analyse (macro, méso, micro) prennent appui sur des approches diverses (didactiques, sociologiques, des théories de l’activité, psychologiques, entre autres) et mobilisent des notions variées (souffrance, obstacle, problème, stress, dilemme, épreuve, etc.), parfois sans les définir explicitement ni se situer vis-à-vis de recherches convoquant d’autres référents théoriques et méthodologiques (Nunez Moscoso & Murillo, 2017). Ce manque de mise en dialogue favorise d’une part les études isolées et, d’autre part, l’éclatement de ce qui pourrait représenter un véritable champ de recherche au profit de l’avancement des sciences de l’éducation ainsi que de l’apprentissage voire de l’épanouissement professionnel des acteurs.

4Dans ce contexte, nous pensons que les sciences de l’éducation peuvent (ré)interroger les difficultés des enseignants comme un thème de recherche aux objets pluriels (Nunez Moscoso & Murillo, 2017). Pour relever au moins en partie ce défi, ce numéro thématique aborde le travail enseignant par le prisme des difficultés professionnelles des enseignants, qu’ils soient stagiaires, débutants, expérimentés ou en fin de carrière, et travaillant au niveau primaire ou secondaire. À partir d’un angle spécifique révélateur de la diversité conceptuelle, théorique et méthodologique propre aux sciences de l’éducation, chaque contribution porte une attention particulière à l’explicitation des concepts mobilisés et à la caractérisation de l’objet de difficulté étudié.

5Dans cette optique, trois groupes de contributions composent ce dossier :

La première section, « difficultés pédagogiques et didactiques », touche la dimension la plus centrale du métier, liée à l’acte d’enseigner. Philippe Wanlin, Pascale Dessart et Marcel Crahay invitent à comprendre les représentations des enseignants sur les dilemmes inhérents à la gestion de l’hétérogénéité du niveau des élèves, à travers une démarche quantitative appliquée à un échantillon belge et suisse. Les auteurs montrent la relative stabilité des dilemmes et délivrent des pistes de réflexion sur la formation des enseignants. Pour sa part, Sandra Cadiou propose d’interroger les difficultés dans la tension du sujet placé comme celui qui enseigne ou comme celui qui apprend, en saisissant le cas d’une enseignante de Français et de quatre de ses élèves en 1ère en lycée professionnel en France. L’autrice pointe le potentiel « transfert » opérant dans la détermination du sujet. L’article de Fabienne Montmasson-Michel s’intéresse à l’écart entre l’enfant « idéal » et l’enfant « réel » et comment celui-ci représente une importante source de difficulté pour les enseignants de maternelle en France, à partir de l’étude de l’alphabétisation. Cette section se termine par le travail d’Amélie Lipp qui analyse les difficultés relatives à l’enseignement des questions socialement vives en lycée agricole français, particulièrement en zootechnie quant à la question du bien-être animal en élevage. Cette recherche révèle que la plupart des difficultés sont liées à des activités empêchées et contrariées.

Le deuxième groupe d’articles, « difficultés identitaires et organisationnelles », se caractérise par l’étude de dimensions qui dépassent la situation de classe. Séverine Bon et Nathalie Panissal ouvrent cette section en montrant comment la réforme introduite dans l’enseignement agricole français associée au « produire autrement » est révélatrice de plusieurs éléments chez les enseignants d’éducation socio-culturelle : des difficultés avec la transition agroécologique, avec le changement de leurs habitudes disciplinaires et en lien avec les enjeux d’écocitoyenneté. Sarah Pochon, quant à elle, étudie la place et la « lisibilité » de la discipline d’Éducation Physique et Sportive dans un lycée d’élite comme étant une difficulté. En effet, ces enseignants travaillent face à un public favorisé qui possède des représentations contrastées sur la discipline. La contribution de Cécile Roaux aborde l’injonction de « travailler ensemble » introduite par la réforme en France, en interrogeant divers acteurs de l’école primaire. Les résultats révèlent une méfiance envers une tâche « imposée » et provoque un détournement du collectif, un repli sur soi, des conflits et tensions dans une période mouvante de changement de référentiel. Lorraine Roubertie Soliman, Odile Tripier-Mondancin, Elisabeth Martinez et Nicole Bach abordent dans leur contribution les difficultés dans la mise en place du projet de la classe orchestre en France, à travers une étude de cas où de nombreux acteurs impliqués sont convoqués. Les résultats identifient quelques difficultés des enseignants recrutés par le conservatoire liées à des conflits intra et interindividuels de valeurs, mais également les difficultés des élèves liées à des attentes élevées et à une pédagogie individuelle inhabituelle pour eux. Cette section se termine par l’article de Fanny Guiguère et Joséphine Mukamurera, qui se donnent comme tâche l’identification de multiples difficultés et besoins de soutien des enseignants en adaptation scolaire en insertion professionnelle au Québec. Les résultats montrent les liens existants avec des recherches portant sur d’autres enseignants, tout en faisant émerger des difficultés inhérentes à ce contexte particulier de travail.

Le troisième groupe, « regards théoriques sur les difficultés », a la particularité d’ouvrir des réflexions théoriques sur les difficultés des enseignants. Thierry Bouchetal ouvre cette section avec une contribution qui systématise plusieurs travaux autour des enseignants du primaire en France ; ce matériau permet de proposer le duo épreuves-ressources comme une modélisation capable de comprendre de manière conjointe et articulée sujet et contexte, en mettant au jour des catégories d’épreuves. L’article de Pablo Buznic-Bourgeacq, Anne-Laure Le Guern et Jean-François Thémines propose un regard qui pointe le potentiel de la recherche collaborative pour passer d’une expérience subjective de la difficulté comme épreuve à celle de la difficulté dans sa dimension plus constructive, à partir d’un ensemble de projets. Dans la même ligne qui exploite le potentiel positif et formateur de la difficulté, Jean-François Desbiens, Adel Habak et Stéphane Martineau défendent l'idée que les difficultés et les échecs des enseignants stagiaires, travaillés par les formateurs dans une approche de résolution de problèmes, peuvent contribuer au développement professionnel des futurs enseignants. La contribution d’Arianne Robichaud et Marie-Hélène Masse-Lamarche, pour comprendre la souffrance au travail, propose un regard qui saisit les difficultés des enseignants à travers le prisme de la rationalisation instrumentale du système éducatif. Enfin, le dossier se termine par l’article d’Audrey Murillo et Javier Nunez Moscoso qui se donne pour objectif de faire émerger les paradigmes de la recherche autour des difficultés des enseignants. Les résultats de la métanalyse portant sur 114 travaux mettent au jour 5 paradigmes : psychologique, sociologique/anthropologique, didactique, des théories du travail et de l’activité, et empiriste.

6Nous invitons la lectrice et le lecteur à parcourir les différentes contributions qui, dans leurs richesses individuelles, apportent largement aux sciences de l’éducation et à tous ceux qui se préoccupent des difficultés quotidiennes vécues par les enseignants.

7Enfin, nous tenons à remercier l'ensemble des auteurs des articles pour leurs apports à ce numéro thématique, ainsi que les auteurs dont nous n'avons pas pu retenir les propositions, et les nombreux experts qui ont largement contribué à la qualité du numéro.

Haut de page

Bibliographie

Barrère, A. (2002). Les enseignants au travail : Routines incertaines. Paris : L’Harmattan.

Blanchard-Laville, C. (2001). Les enseignants entre plaisir et souffrance. Paris : Presses Universitaires de France.

Dutercq, Y., & Maroy, C. (Éd.). (2017). Professionnalisme enseignant et politiques de responsabilisation. Louvain-la-Neuve: De Boeck Supérieur.

Farber, B. A. (1991). Crisis in Education : Stress and Burnout in the American Teacher. Michigan : ProQuest Info & Learning.

Hargreaves, A. (1996). Profesorado, cultura y postmodernidad : Cambian los tiempos, cambia el profesorado. Madrid : Morata.

Jean, A. (2008). Comment analyser et théoriser la dynamique des ajustements aux imprévus qui surviennent dans la classe ? Présenté à Deuxièmes rencontres scientifiques universitaires Montpellier-Sherbrooke.

Murillo, A., & Nunez Moscoso, J. (2019). Les recherches sur la difficulté dans le travail enseignant : Approches et résultats. Carrefours de l’éducation, 47, 225‑255.

Nunez Moscoso, J., & Murillo, A. (2017). La difficulté dans le travail enseignant : un thème de recherche aux objets pluriels. Penser l’éducation, 40, 59‑86.

Périer, P. (2014). Professeurs débutants : Les épreuves de l’enseignement. Presses Universitaires de France.

Ria, L., & Durand, M. (2001). Les préoccupations et la tonalité émotionnelle des enseignants débutants lors de leurs premières expériences en classe. Les Dossiers des Sciences de l’Education, 5, 111‑123.

Saujat, F. (2004). Comment les enseignants débutants entrent dans le métier. Formation et pratiques d’enseignement en questions, 1, 97‑106.

Wanlin, P., & Crahay, M. (2012). La pensée des enseignants pendant l’interaction en classe. Une revue de la littérature anglophone. Education & didactique, 6(1), 9‑46.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Javier Nuñez Moscoso, Audrey Murillo et Alain Jean, « Editorial », Éducation et socialisation [En ligne], 54 | 2019, mis en ligne le 22 novembre 2019, consulté le 16 décembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/edso/7472

Haut de page

Auteurs

Javier Nuñez Moscoso

Profesor asistente

Instituto de Ciencias de la Educación (ICEd), Universidad de O’Higgins

javier.nunez.moscoso@umontreal.ca

Articles du même auteur

Audrey Murillo

MCF

Ecole Nationale Supérieure de Formation de l’Enseignement Agricole (ENSFEA), UMR-EFTS, Université de Toulouse

audrey.murillo@educagri.fr

Articles du même auteur

Alain Jean

MCF HDR

Université de Montpellier / LIRDEF

alain.jean@umontpellier.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
La revue Éducation et socialisation est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires de la Méditerranée
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals