Navigation – Plan du site
Varia

Robert Gloton (1906-1986) : un artisan de l’Éducation nouvelle dans l'enseignement public ?

Delphine Patry

Résumés

En 1945, Robert Gloton devient Inspecteur « atypique » des écoles primaires et tente d’influencer les méthodes pédagogiques des enseignants dans les circonscriptions dont il a la charge. Militant, puis dirigeant du Groupe Français d’Éducation Nouvelle à partir de 1950, sa volonté de faire entrer les idées de l’Éducation nouvelle au sein de l’enseignement public passe par la constitution de groupes d’enseignants volontaires favorables à ces changements. En 1962, il entreprend d’instaurer un projet de grande ampleur à Paris en impulsant le groupe expérimental de pédagogie active et fonctionnelle du 20e arrondissement. Quelle est la trajectoire de Robert Gloton ? Quelle est histoire de cette expérience pédagogique ?

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Inspecteur de l’Éducation nationale, militant actif des idées et des pratiques de l’Éducation nouvelle, artisan de la diffusion des méthodes actives à partir d’un travail de « terrain », Robert Gloton reste un inconnu de cette histoire de l’innovation pédagogique. Il est encore aujourd’hui à la marge des recherches sur l’histoire de l’Éducation nouvelle (Hameline, Helmchen, et Oelkers, 1995 ; Hofstetter et Schneuwly, 2006 ; Ohayon, Ottavi et Savoye, 2004). Pourtant, ses fonctions institutionnelles et militantes dessinent un itinéraire riche au service de la cause de l’Éducation nouvelle au sein de l’enseignement public français. À partir de 1945, Robert Gloton tente de changer les pratiques des enseignants au sein de l’école primaire publique et s’emploie à défendre le statut des élèves afin qu’ils puissent avoir toute leur place au sein de l’école, mais également dans la relation avec l’enseignant. Inspecteur de l’école primaire (IEP puis IDEN), il est également militant puis vice-président en 1955 et président en 1969 du Groupe Français d’Éducation Nouvelle (GFEN), section française de la Ligue internationale de l’Éducation nouvelle.

2Son action est particulièrement visible à partir de 1962, en tant qu’instigateur du groupe expérimental de pédagogie active et fonctionnelle du 20e arrondissement de Paris (groupe expérimental), il collabore activement avec les chercheurs de l’Institut Pédagogique National (IPN) et il fut aussi un auteur prolifique de ses expériences pédagogiques (Gloton, 1965a, 1970, 1971, 1973, 1974, 1977, 1979, 1981).

3Si son itinéraire jusqu’en 1957 est maintenant relativement bien connu (Monin, 2019), il convient d’établir son rôle dans ce qui reste l’expérience pédagogique majeure de sa carrière : la mise en place et la pérennisation du groupe expérimental de pédagogie active et fonctionnelle du 20e arrondissement à partir de 1962.

4Comment analyser ce parcours singulier d’Inspecteur militant dans l’histoire des réformes pédagogiques de l’enseignement public ? Quel est son rôle et son influence au sein du mouvement de l’Éducation nouvelle ? Comment et pourquoi a-t-il été l’instigateur, à partir de la fin des années 1950, des dynamiques de travail coopératif auprès des enseignants de la 39e circonscription de Paris ? Quelles sont les rencontres qui lui ont permis de cheminer vers la volonté de changer l’école de l’intérieur ? Quelle est la portée de ce travail de « terrain » construit sur une décennie de 1962 à 1971 ?

  • 1 Dossier de carrière de Robert Gloton clôturé en 1971, Archives nationales, F/17/30311/A.

5À partir, notamment, de l’analyse de son autobiographie Au pays des enfants masqués publié en 1979, de son dossier de carrière1, de revues pédagogiques (les Bulletins d’information du groupe français d’Éducation nouvelle et Le courrier de la recherche pédagogique), et des archives de l’IPN déposées aux Archives nationales, nous nous proposons de retracer les points forts de sa trajectoire pour une meilleure connaissance de l’histoire de son expérience pédagogique de « terrain ». Acteur de premier plan de cette histoire pédagogique de l’Éducation nouvelle, son itinéraire illustre aussi la circulation des idées pédagogiques, les résistances comme les catalyseurs d’une telle démarche réformatrice.

Du métier d’instituteur à l’inspection

  • 2 De 1924 à 1926, il est instituteur stagiaire à Aubervilliers avant de partir en Algérie pour faire (...)

6Robert Gloton est né le 5 avril 1906 dans le 20e arrondissement de Paris. Après trois ans à l’École Normale d’Auteuil, Robert Gloton devient instituteur en 19242. Il reprend des études de licence de Lettres à la Sorbonne en 1934 afin d’enseigner les matières générales dans les cours complémentaires. À la rentrée 1938, il devient maitre d’application à l’École Normale en attendant d’obtenir une mutation dans un cours complémentaire. Par ailleurs, il prépare le concours d’Inspecteur primaire qu’il passe en 1939. Il est admissible, mais échoue à l’épreuve orale. Théoriquement, il garde le bénéfice de l’admissibilité pendant un an mais le bénéfice du concours sera reporté à la fin de la Seconde Guerre mondiale.

  • 3 Le camp dans lequel il était prisonnier disposait d’une bibliothèque de 16000 livres rassemblés par (...)

7En effet, dès le mois de septembre 1939, il est mobilisé en tant qu’Officier et il est fait prisonnier le 26 juin 1940 à Donon dans les Vosges. Il est interné dans le camp Oflag VI D (Gillet, 1991) près de Münster en Allemagne3. Il est libéré par les alliés le 21 avril 1945 et démobilisé le 30 mai 1945. Au printemps 1945, il obtient le concours d’Inspecteur de l’école primaire.

Robert Gloton : un Inspecteur atypique ?

8À partir de 1945, Robert Gloton, Inspecteur des écoles primaires, tente de mettre en place, en autodidacte, les idées de l’Éducation nouvelle. En commençant cette nouvelle carrière, il est bien décidé à militer pour l’Éducation nouvelle et pour lui « faire l’inspection » est une revanche sociale liée à sa volonté de changements au sein de l’école :

Pas par souci de carrière ni volonté de puissance, mais pour rechercher s’il était possible de faire pénétrer dans la forteresse bien close et puissamment structurée de l’instruction publique, l’esprit et les méthodes de cette éducation nouvelle dont je me sentais désormais l’adepte (1979, p. 131).

9Et de plus, il écrit :

[…] je rêvais d’attaquer le problème de fond et d’essayer l’éducation nouvelle dans l’enseignement public par une expérimentation continue, encore que très ponctuelle et territorialement limitée. Mais une circonscription d’inspection primaire, par la liberté d’action qu’elle donne à son responsable, devait faire un foyer expérimental (1979, p. 132).

10De 1945 à 1948, il est Inspecteur dans la Marne dans la circonscription de Sézanne qui compte 6 cantons et 250 classes en milieu rural. Puis de 1948 à 1957, il est nommé Inspecteur dans la circonscription des Andelys dans l’Eure qui comporte 9 cantons et 450 classes.

11Durant ces premières années d’Inspecteur, il souhaite rassembler et faire coopérer les instituteurs entre eux pour créer « doucement » une émulation qui viendrait d’eux et non de l’autorité qu’il représente. Dans chacune des circonscriptions, Robert Gloton constitue un groupe d’enseignants afin de mettre en place une information-formation sur les acquis de l’Éducation nouvelle, dont les trois objectifs sont : les méthodes actives, l’étude du milieu et la vie coopérative. Dans l’Eure, il constitue le Groupe coopératif d’Éducation nouvelle de la circonscription des Andelys et la revue Échanges est créée. En 1957, il quitte la circonscription des Andelys pour un poste d’inspecteur-professeur à l’École Normale d’Auteuil.

12Dès sa nomination comme Inspecteur, Robert Gloton a tenté de former les instituteurs dans les circonscriptions dont il a la charge aux méthodes d’Éducation nouvelle. Comment et à quelle période Robert Gloton a-t-il été en contact avec le mouvement de l’Éducation nouvelle ? Quels sont les acteurs qui l’ont influencé ?

Un autodidacte de l’Éducation nouvelle ?

  • 4 En 1937, Henri Wallon (1879-1962) vient juste d’être nommé au Collège de France dans le cadre d’une (...)

13En 1938, lorsqu’il prépare le concours d’Inspecteur primaire, Robert Glotonsuit les cours d’Henri Wallon au Laboratoire de Psychobiologie de l’enfant installé dans une école primaire à Boulogne-Billancourt (Gutierrez et Ohayon, 2010 ; Tran-Thong, 1969)4. Pour Robert Gloton, les cours d’Henri Wallon (1879-1962) sont une réelle révélation tant au niveau de la psychologie de l’enfant qu’au niveau de la découverte de l’Éducation nouvelle (Gloton, 1979). Néanmoins, nous ne savons pas précisément quelles ont été ses lectures et ses rencontres concernant ce mouvement à la fin des années 1930. Il évoque la lecture des ouvrages de Decroly (Wagnon, 2013), de Maria Montessori (Kolly, 2018), de Dewey (Renier, 2012), de Kerschensteiner et la pratique de la coopérative scolaire qui se réfère autant aux pratiques de Célestin Freinet qu’à celles de Barthélémy Profit (Savoye et Guey, 2011). De plus, nous n’avons guère d’informations sur ses années de détentions en camp de prisonnier pendant la Seconde Guerre mondiale qui semble-t-il était pourvu d’une bibliothèque avec une grande quantité d’ouvrages (Gloton, 1979, p. 117). Tout au plus, trouvons nous au détour du récit de ses années de captivité la phrase suivante : « Je le vis partir avec tristesse et repris mes activités, mon travail pour l’inspection, les recherches dans ma documentation, très complète, sur l’éducation nouvelle. » (Gloton, 1979, p. 122). Si dans les années 1940, Henri Wallon a continué à être une référence pour Gloton, Aurélien Fabre l’a influencé et l’a intronisé au sein du GFEN.

L’influence d’Aurélien Fabre

  • 5 Henri Wallon est président du GFEN de 1947 à 1962. Il succède à Paul Langevin (1872- 1946).
  • 6 Le Groupe du nord des amis de l’École nouvelle participait aux activités du GFEN et figurait dans l (...)

14En 1950, Robert Gloton adhère au GFEN et demande à Aurélien Fabre (1895-1970) de présenter le GFEN, alors présidé par Henri Wallon5 au Groupe coopératif d’Éducation nouvelle des Andelys. Selon Robert Gloton, les membres du groupe participent aux congrès et aux journées nationales organisées par le GFEN et développent des relations particulières avec le Groupe du nord des amis de l’École nouvelle6.

  • 7 Henri Piéron (1881-1964) est un psychologue. Il a enseigné au Collège de France de 1923 à 1951.

15Par conséquent, qui est Aurélien Fabre, qui partage la vice-présidence du GFEN avec Henri Piéron7 (Gutierrez, Martin et Ouvrier-Bonnaz, 2016)et que Robert Gloton mentionne comme son maître ? Aurélien Fabre est régulièrement mentionné dans les comptes rendus des réunions du GFEN dans le Bulletin d’information du groupe français d’Éducation nouvelle, néanmoins jusqu’à son décès en 1970 (Aumasson, 1971), il existe peu d’informations concernant sa trajectoire. Quelques ouvrages font référence à la pensée d’Aurélien Fabre dont celui de Gaston Mialaret intitulé Pédagogie Générale (1991) qui propose une brève notice sur lui.

16Aurélien Fabre est un Inspecteur primaire Docteur ès Sciences. En 1950, il est Inspecteur dans le département de la Seine. Dans l’autobiographie de Robert Gloton (1979), Aurélien Fabre est mentionné comme ayant été Inspecteur primaire pendant la Seconde Guerre mondiale dans la circonscription de Bayonne où il aurait essayé de propager les idées de l’Éducation nouvelle. Gaston Mialaret quant à lui, mentionne qu’il avait créé le groupe de l’Aquitaine avant de venir à Paris en 1946 (1972). Par ailleurs, les activités du Groupe de la Gironde sont explicitées dans le 6eBulletin nouvelle série du groupe français d’Éducation nouvelle de mars 1946 dans lequel il est mentionné que :

Grâce à l’activité inlassable, et pourtant menée dans des conditions bien difficile, de M. Fabre, le groupe de la Gironde s’est constitué le 7 février. Il englobe toutes les expériences d’éducation nouvelle et représente à la fois la Section pédagogique du Cercle d’Etudes pédagogiques et du Syndicat national des Instituteurs. [...]La journée pédagogique a compris deux conférences de M. Fabre et une exposition des travaux de la Gironde et des Basses-Pyrénées. Au départ, le groupe va comprendre une centaine de membres adhérents au GFEN et décidés à entreprendre ou à poursuivre immédiatement l’application de nos principes (p. 2).

  • 8 La Revue Enfance est créée par Henri Wallon et Hélène Gratiot-Alphandéry en 1948.

17Plusieurs lettres manuscrites d’Aurélien Fabre à l’attention d’Henri Wallon témoignent de son appartenance à la circonscription de Bayonne en 1945 et de son implication au sein du mouvement de l’Éducation nouvelle (1945). Aurélien Fabre est l’auteur de plusieurs textes sur l’Éducation nouvelle (1932, 1949, 1966) et notamment : un article dans la revue Enfance8 sur l’expérimentation pédagogique (1949) et un article sur les écoles en plein air dans l’Enseignement public (1932). Néanmoins son ouvrage publié à titre posthume L’école active expérimentale (1972), dans la collection SUP des Presses Universitaires de France dirigée par Gaston Mialaret synthétise toute sa pensée axée sur la pédagogie de l’expérimentation. Gaston Mialaret souligne que :

Depuis longtemps Aurélien Fabre avait préparé ce travail, mais sa prudence scientifique et sa modestie retardaient le moment de livrer ce travail à l’éditeur. Il nous a laissé un manuscrit très important que les exigences de la collection nous ont amenés à réduire et nous n’en avons gardé que la partie théorique (1972, p. 5). 

18Aurélien Fabre conçoit une méthode d’observation des élèves en vue de développer une pédagogie expérimentale, que Robert Gloton met en pratique dans le cadre de son groupe expérimental.

Un dirigeant du GFEN

  • 9 L’Association France – URSS est créée en 1945 après plusieurs dissolutions et changements de noms. (...)

19Si Robert Gloton devient membre du GFEN en 1950, il est élu au comité d’action lors de son renouvellement à l’Assemblée Générale du GFEN du 10 juillet 1953 (Bulletin d’information du groupe français d’Éducation nouvelle, 1953, p. 5). Dès lors, sa participation au sein du GFEN est active. Il participe en 1951, à la délégation française présidé par Henri Wallon, à la rencontre internationale sur l’éducation qui a lieu à Vienne en Autriche. En 1955, Robert Gloton rentre à la direction nationale du GFEN et partage la vice-Présidence avec Aurélien Fabre à la demande d’Henri Wallon. Cette même année, il participe également à un voyage d’étude de trois semaines organisé par l’Association France – URSS9 sur l’invitation du Ministère de l’instruction publique de Moscou. Robert Gloton semble continuer à avoir des responsabilités au sein de l’association France-URSS. Lors du 10e Congrès national de l’association qui a eu lieu du 9 au 11 juin 1962 à Nice, Robert Gloton était secrétaire (Gomart, 2003).

  • 10 Georges Cuissenaire (1891-1975) est un instituteur belge qui a inventé une méthode de calcul à part (...)

20Le Bulletin d’information du groupe français d’Éducation nouvelle nous donne un aperçu des sujets étudiés par Robert Gloton au sein du GFEN et qu’il approfondit par la suite dans les années 1960. Il participe à la commission du calcul du GFEN en 1954 dont il fait plusieurs comptes rendus (Gloton, 1954a, 1954b). Le GFEN avait, par ailleurs, mis à son ordre du jour un travail sur l’expérimentation et l’étude psychopédagogique de la méthode des nombres en couleur durant l’année scolaire 1958-1959 en référence aux réglettes Cuissenaire10 (Gloton, 1958-1959a, 1958-1959b, 1959). Mais Robert Gloton travaille également avec Aurélien Fabre sur la formation artistique et la formation de la personnalité (Fabre, 1958-1959, Gloton, 1958-1959c). Cette thématique est d’ailleurs développée par Robert Gloton dans son ouvrage L’Art à l’école (1965a).

  • 11 Il prend sa retraire en 1971.

21En 1962 suite au décès d’Henri Wallon, Gaston Mialaret (1918-2016) reprend la présidence du GFEN. Mais c’est Robert Gloton qui lui succède de 1969 à 1981. Au début des années 1960, Robert Gloton est à l’initiative du groupe expérimental de pédagogie active et fonctionnelle du 20e arrondissement de Paris dans une nouvelle circonscription et ce, jusqu’en 197111.

Instauration du Groupe expérimental de pédagogie active et fonctionnelle du 20e

La mise en place du groupe expérimental

22En 1959, Gloton obtient un poste d’Inspecteur dans la 39e circonscription de la Seine située dans le 20e arrondissement de Paris, il retrouve le lieu de son enfance où vivait la famille Gloton. En 1959, cette circonscription compte 380 classes de garçons, les écoles de Pierrefitte (remplacées par celles de Bagnolet à partir de 1962) ainsi que les collèges d’enseignement général, industriel et commercial. Au-delà de l’aspect affectif de Robert Gloton envers cette circonscription, un autre aspect a motivé son choix : l’échec scolaire important des enfants à l’école primaire dans cet arrondissement de Paris :

Même quand les statistiques officielles révélaient 30 % de redoublants en CP – les échecs préfabriqués – pour atteindre plus de 50 % au CM2, les enfants mettaient en moyenne 7 ans et 1 mois pour parcourir les cinq années assignées à l’école élémentaire selon les normes (Gloton, 1979, p. 206).

  • 12 En 1965, le groupe rassemble 3 niveaux d’enseignement : la totalité des classes de deux écoles prim (...)

23Robert Gloton met trois ans à structurer son projet de pédagogie nouvelle au sein de cette nouvelle circonscription. N’étant pas en mesure de remettre en question la pratique de près de 400 enseignants, il décide de mobiliser, dès 1962, vingt classes de l’arrondissement dans plusieurs écoles avec des enseignants volontaires pour la création d’un pôle de recherche de pédagogie active (Gloton, 1965b, n.d.)12. Comme le souligne Christian Chevandier : « Tout en espérant que cette initiative fasse "tâche d’huile", il n’imposa pas ces méthodes dans les autres établissements. » (2010, paragr. 2)

24Par ailleurs, il lui faut convaincre son supérieur hiérarchique : Eugène Hepp, le Directeur Général des services d’enseignement de la Seine qui accepte l’expérience et l’autorise à modifier les structures scolaires, les méthodes, les programmes et les horaires si besoin en échange de lui rendre compte de l’évolution du projet.

Ses liens avec l’IPN

25L’IPN (Bon, 2015) héberge dans ses locaux le GFEN et finance également la publication du Bulletin d’information du groupe français d’Éducation nouvelle. Les liens sont forts entre l’IPN et le GFEN, d’une part en raison de la proximité géographique dans les mêmes locaux mais également en raison de la double appartenance de Roger Gal (Dorison et Kahn, 2010, 2011) au GFEN en tant que secrétaire général et à l’IPN en tant que chef du département de la recherche pédagogique.

26De fait, les différentes fonctions de Roger Gal ont-elles eu un impact sur l’élaboration du groupe expérimental à partir de 1962 par Robert Gloton ? Depuis que Robert Gloton s’investit au sein du GFEN, et plus particulièrement sans doute, depuis qu’il partage la vice-présidence avec Aurélien Fabre, il entretient des rapports privilégié avec Roger Gal. Si les thématiques de recherches d’Aurélien Fabre ont pu influencer le travail de Robert Gloton au sein du GFEN en se focalisant sur la recherche expérimentale de disciplines telles que le calcul ou l’enseignement artistique, le rôle de Roger Gal au sein de l’IPN a permis à Robert Gloton de mettre en pratique les expérimentations menées dans le 20e arrondissement au début des années 1960. À la fin de la Seconde Guerre mondiale, les orientations à prendre pour les mouvements d’Éducation nouvelle se posent à de nombreux acteurs de l’éducation (Savoye, 2004). Cependant au tournant des années 1960, plusieurs problématiques apparaissent que le département de la recherche pédagogique de l’IPN tente de résoudre ou plutôt de concilier en lien avec les directives ministérielles et les mouvements pédagogiques : la démocratisation scolaire, l’orientation et la réforme du collège (réforme Berthoin en 1959 et réforme Fouchet de 1963), la diffusion des méthodes actives et de la pédagogie expérimentale.

27À la fin des années 1950 et au début des années 1960, au moment où Robert Gloton élabore et tente de mettre en place son projet de groupe expérimental, le développement de l’expérimentation scolaire prend de l’ampleur (Institut Pédagogique National [IPN], n.d. a). Depuis la fin des années 1950 et jusqu’au moment de la mise en route du groupe expérimental en 1962, plusieurs enquêtes sont en cours au sein du service de la recherche pédagogique de l’IPN : l’enquête sur les retards scolaires (IPN, 1957), l’expérimentation sur le livret scolaire démarrée avec la contribution de Robert Gloton à l’École Normale d’Auteuil (Ibid.) puis étendue dans 90 départements de France (12 écoles par département soit 70 000 élèves du cycle élémentaire) (IPN, n.d. b) ou la recherche sur le passage des élèves en 6e et la liaison école élémentaire – enseignement secondaire pour laquelle les élèves du collège du 3 rue Vitruve dans le 20e arrondissement de Paris sont observés (IPN, 1962a). Robert Gloton est mentionné dans le cadre de son travail avec l’école de la rue Vitruve avant la mise en route officielle de son groupe expérimental à la rentrée 1962 (Ibid.) :

Monsieur l’Inspecteur Gloton a continué à participer au travail de la rue Vitruve (conseils de classe, organisation pour la prochaine année scolaire d’une expérience au cycle élémentaire et de 3 groupes de classes de transition, d’une expérience de la machine à écrire, et d’une expérience d’emploi de la « teaching machine » de Monsieur Barralon.

28Ainsi, il apparaît clairement que Robert Gloton est associé officiellement aux travaux de recherche du service de la recherche pédagogique de l’IPN. Par ailleurs, pour l’année scolaire 1962-1963 (IPN, 1962b), l’intégralité du programme de travail du service de la recherche pédagogique de l’IPN, soit trois séries de recherches expérimentales, concerne l’expérience de la circonscription de Robert Gloton en coopération étroite avec lui. La première recherche expérimentale concerne les dix classes de l’école de la rue Vitruve (Delbet, 2019, Monin, 2015, Pagis, 2009) dont le but est de réduire l’échec scolaire et de mettre en :

Pratique une pédagogie fonctionnelle aussi poussée que possible et conforme aux principes des méthodes actives avec création d’une atmosphère coopérative et responsabilités déterminées des élèves et utilisation de certaines méthodes nouvelles (méthode Cuissenaire, fiche autocorrective, etc...) (Ibid., p. 2).

29La deuxième recherche concerne la poursuite des études sur le cycle d’observation au Lycée pilote de Sèvres et au Collège d’enseignement général de la rue Vitruve en vue de l’orientation des élèves. Et la troisième recherche concerne les classes de transition qui participent au Groupe expérimental de Robert Gloton. Pour Robert Gloton, se dessine petit à petit les bénéfices de la proximité d’acteurs, de mouvements pédagogiques et de liens avec l’institution qui lui confère une certaine légitimité pour élaborer son projet.

30Ainsi, d’un côté, Robert Gloton fait bénéficier à Roger Gal et aux chercheurs du service de la recherche pédagogique de l’IPN d’un terrain pour leurs enquêtes, de l’autre, l’IPN apporte une caution scientifique à l’expérience de Robert Gloton.

Conclusion

31La rencontre de Robert Gloton à la fin des années 1930, avec les idées de l’Éducation nouvelle et la lecture des ouvrages des pionniers de ce mouvement s’est concrétisée dans son parcours avec l’intention de changer les mentalités des enseignants, au sein de l’école publique, en les influençant vers de nouvelles pratiques de classe. En se rapprochant du GFEN en 1950, mouvement d’Éducation nouvelle avec une longue histoire depuis l’entre-deux-guerres, et en se faisant élire à un poste important, il assoit sa reconnaissance par les acteurs de l’Éducation nouvelle.

32Le premier axe qu’il a travaillé en tant qu’Inspecteur est de rassembler les enseignants dans une dynamique de travail en coopération, thématique qu’il revendique dans les années 1960 en militant pour l’officialisation de trois heures de réunions hebdomadaires pour les équipes enseignantes dans le temps de service réglementaire des instituteurs (Groupe Français d’Education Nouvelle [GFEN], 1968). Le deuxième axe qu’il déploie dans les années 1950 et qu’il prolonge avec le groupe expérimental du 20e est l’expérimentation de techniques nouvelles et des méthodes actives en lien avec les chercheurs du service de la recherche pédagogique de l’IPN et les membres du GFEN. La création du bulletin Dialogue (1964-1967) permet de prolonger les discussions et les différents points de vue des enseignants du groupe expérimental

33Il s’agit d’une part de sécuriser les groupes qu’il a institués et d’autre part de développer les méthodes de l’Éducation nouvelle au sein de l’école primaire publique. Le rôle de Robert Gloton au sein du groupe expérimental est de coordonner toutes ces actions, afin de consolider l’esprit et l’unité du groupe tout en laissant, le plus possible, aux équipes une grande liberté.

34Cependant, Robert Gloton est tributaire de la volonté des enseignants pour la pérennisation de son groupe expérimental. L’Inspecteur se doit de respecter sa hiérarchie et les directives officielles et il exerce une autorité sur les enseignants de la circonscription dont il a la charge notamment en leur attribuant une note et en ayant un rôle de conseiller dans leurs pratiques pédagogiques. À partir de cette posture instable, Robert Gloton tente, parfois difficilement, de changer les relations entre lui et les instituteurs. Il est tributaire de la formation des enseignants et de leur volonté à changer leurs méthodes.

35Avec l’émergence de nouveaux courants pédagogiques au début des années 1960 (Dubois, 2012 ; Kaufmann, 1968 ; Lapassade, 1971 ; Lobrot, 1966 ; Mury, 1973 ; Oury et Vasquez, 1967 ; Savoye, 2004 ; Schaepelynck, 2018), tels que la Pédagogie institutionnelle, l’autogestion pédagogique et les théories sur la non-directivité, les pratiques et les préoccupations pédagogiques de certains enseignants évoluent ce qui fait l’objet de débats au sein du groupe expérimental et du GFEN.

36Les pratiques et les méthodes pédagogiques expérimentées au sein du groupe expérimental sont nombreuses et elles ont permis aux équipes enseignantes de se questionner sur les méthodes pédagogiques qui traversent les années 1960 dans un contexte de réformes scolaires, de démocratisation et de massification de l’enseignement, de diffusion de nouvelles pratiques pédagogiques en lien avec un contexte de mutation de la société française.

Haut de page

Bibliographie

Aumasson, L. et GFEN (1971). Une pensée qui restera vivante. Interéducation, 19, 21.

Bon, A. (2015). L’Institut pédagogique national : une institution d’État au service du système éducatif (1950-1973). Dans F. F. Laot et R. Rogers (dir.), Les Sciences de l’éducation. Émergence d’un champ de recherche dans l’après-guerre (p.101-117). Rennes : Presses Universitaires de Rennes.

Bulletin. Groupe français d’Éducation nouvelle (1946). Nouvelle série, 6.

Bulletin d’information du groupe français d’Éducation nouvelle (1953). 1.

Chevandier, C. (2010). Robert Gloton. Site du Maitron. http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article50858

Delbet, G. (2019). Ecole Vitruve, territoire éducatif. Spécificités, 12, 162-177.

Dorison, C. et Kahn, P. (2010). Le rôle de Roger Gal dans la commission Langevin Wallon. Dans L. Gutierrez et C. Kounelis (dir.), Paul Langevin et la Réforme de l’enseignement (p. 87-105). Grenoble : Presses Universitaires de Grenoble.

Dorison, C. et Kahn, P. (2011). Roger Gal et Louis Legrand ou les trente glorieuses de la réforme pédagogique. Carrefours de l’Éducation, 31, 89-104.

Dubois, A. (2012). Pédagogie Institutionnelle et Éducation nouvelle (1958-1968). Dans L. Gutierrez, L. Besse et A. Prost (dir.), Réformer l’école. L’apport de l’Éducation nouvelle (1930-1970) (p.89-98). Grenoble : Presses Universitaires de Grenoble.

Fabre, A. (1932). Les écoles de plein-air. Expérience d’Éducation nouvelle. L’Enseignement public, 1er trimestre, 416.

Fabre, A. (1945). Lettre manuscrite à Henri Wallon. Fonds Henri Wallon, Pierrefitte-sur-Seine : Archives nationales, 360AP/5.

Fabre, A. (1949). L'expérimentation pédagogique. Empirisme, expérience et expérimentation. Enfance, 2, 158-175.

Fabre, A. (1958-1959). La formation artistique dans ses rapports avec la formation de la personnalité. Bulletin d’information du groupe français d’Éducation nouvelle, 2, 11-13.

Fabre, A. (1966). Éducation nouvelle et Éducation scientifique. Dans G. Mialaret (dir.), Éducation nouvelle et monde moderne (p. 45-72). Paris : Presses Universitaires de France.

Fabre, A. (1972). L’école active expérimentale. Paris : Presses Universitaires de France.

GFEN. (1968). Notre lutte pour les « 27 + 3 ». Interéducation, 5, 53-54.

Gillet, P. (1991). Le théâtre dans les camps de prisonniers de guerre français, 1940-1945. Dans Actes du 115e congrès national des sociétés savantes 1990. Théâtre et spectacles hier et aujourd'hui, Époque moderne et contemporaine (p. 270-271). Paris : CTHS.

Gloton, R. (1954a). Commission de calcul. Plan de travail possible pour 1954-1955 au cours des journées d’études. Bulletin d’information du groupe français d’Éducation nouvelle, 1, 1-3.

Gloton, R. (1954b). Commission du calcul. Enquête sur la pédagogie du calcul. Bulletin d’information du groupe français d’Éducation nouvelle, supplément 1, 1-18.

Gloton, R. (1958-1959a). La méthode Cuissenaire. Bulletin d’information du groupe français d’Éducation nouvelle, 1, 7-9.

Gloton, R. (1958-1959b). Méthode Cuissenaire. Bulletin d’information du groupe français d’Éducation nouvelle, 2, 8-11.

Gloton, R. (1958-1959c). Formation artistique et formation de la personnalité. Bulletin d’information du groupe français d’Éducation nouvelle, 3, 4-6.

Gloton, R. (1959). La méthode Cuissenaire. Bulletin d’information du Groupe Français d’Éducation Nouvelle, 1, 5-9.

Gloton, R. (1965a). L’Art à l’école. Paris : Presses Universitaires de France.

Gloton, R. (1965b). Les écoles expérimentales du 20e arrondissement de Paris. Le courrier de la recherche pédagogique, 26, 31-49.

Gloton, R. (dir.). (1970). À la recherche de l’école de demain. Paris : Armand-Colin.

Gloton, R. et Cléro, C. (1971). L’activité créatrice chez l’enfant. Paris : Casterman.

Gloton, R. (1973). Les épreuves écrites au certificat d’études pédagogiques. Paris : Armand Colin.

Gloton, R. (1974). L’Autorité à la dérive. Paris : Casterman.

Gloton, R. (1977). L’établissement scolaire, unité éducative. Paris : Armand-Colin.

Gloton, R. (1979). Au pays des enfants masqués. Paris : Casterman.

Gloton, R. (1981). Le Travail, valeur humaine : une école pour nos enfants. Paris : Casterman.

Gomart, T. (2003). Double détente : les relations franco-soviétiques de 1958 à 1964. Paris : Publication de la Sorbonne.

Gutierrez, L. et Ohayon, A. (2010). Henri Wallon : le « deuxième homme ». Dans L. Gutierrez et C. Kounelis (dir.), Paul Langevin et la réforme de l’enseignement (p. 71-86). Grenoble : Presses Universitaires de Grenoble.

Gutierrez, L., Martin, J. et Ouvrier-Bonnaz, R. (dir.). (2016). Henri Piéron (1881-1964). Psychologie, orientation et éducation. Paris : Octares Editions.

Hameline, D., Helmchen, J. et Oelkers J. (dir.). (1995). L’Éducation nouvelle et les enjeux de son histoire. Berne : Peter Lang.

Hofstetter, R. et Schneuwly, B. (dir.). (2006). Passion, Fusion, Tension. Éducation nouvelle et sciences de l’éducation (fin XIXe-milieu du XXe siècle). Berne : Peter Lang.

IPN. (n.d.). La recherche pédagogique en France. IPN, Pierrefitte-sur-Seine : Archives nationales, 19760011/ 5.

IPN. (1957). Programme pour 1957-1958. IPN, Pierrefitte-sur-Seine : Archives nationales, 19760011/ 6.

IPN. (n.d.). Réponse à l’enquête préparatoire au XIe colloque de l’association internationale de pédagogie expérimentale. IPN, Pierrefitte-sur-Seine : Archives nationales, 19760011/ 6.

IPN. (1962a). Note sur les activités des personnes rattachées au service de la Recherche Pédagogique pendant le 3e trimestre (scolaire). IPN, Pierrefitte-sur-Seine : Archives nationales, 19760011/ 5.

IPN. (1962b). Programme de travail pour 1962-1963. IPN, Pierrefitte-sur-Seine : Archives nationales, 19760011/ 4.

Kaufmann, P. (1968). Kurt Lewin. Une théorie du champ dans les sciences de l’homme. Paris : Vrin.

Kolly, B. (2018). Maria Montessori, un itinéraire intellectuel : de l’anthropologie à la pédagogie. Dans R. Hofstetter, X. Riondet et H. L. Go (dir.), Les acteurs de l'Éducation nouvelle au XXe siècle. Itinéraires et connexions (p. 113-138). Grenoble : Presses Universitaires de Grenoble.

Lapassade, G. (dir.). (1971). L’autogestion pédagogique. Recherches institutionnelles. Paris : Gauthier-Villars.

Lobrot, M. (1966). La pédagogie institutionnelle. L’École vers l’autogestion. Paris : Gauthier-Villars.

Mialaret, G. (1972). Préface. Dans A. Fabre, L’école active expérimentale (p. 5-7). Paris : Presses Universitaires de France.

Mialaret, G. (1991). Pédagogie Générale. Paris : Presses Universitaires de France.

Monin, N. (2015). Des instituteurs innovateurs pour des écoles nouvelles (1970-1980). Dans A. D. Robert et B. Garnier (dir.), La pensée critique des enseignants (p. 237-521). Mont-Saint-Aignan : Presses Universitaires de Rouen et du Havre.

Monin, N. (2019). Robert Gloton : un militant pédagogique français entre progressisme et conservatisme. Revista Lusófona de Educação, 43, 181-195.

Mury, G. (1973). Introduction à la non-directivité. Toulouse : Privat.

Ohayon, A., Ottavi, D. et Savoye, A. (dir.). (2004). L’Éducation nouvelle, histoire, présence et devenir. Bern : Peter Lang.

Oury, F. et Vasquez, A. (1967). Vers une pédagogie institutionnelle. Paris : Maspero.

Pagis, J. (2009). Les incidences du militantisme en Mai 68. Une enquête sur deux générations familiales : des « soixante-huitards » et leurs enfants scolarisés dans deux écoles expérimentales (Vitruve et Ange-Guépin). Thèse de doctorat en Sociologie, EHESS, Paris.

Renier, S. (2012). John Dewey et l’Éducation nouvelle en France (1930-1970) : élément pour un état des lieux. Dans L. Gutierrez, L. Besse et A. Prost (dir.), Réformer l’école. L’apport de l’Education nouvelle (1930-1970) (p. 39-52). Grenoble : Presses Universitaires de Grenoble.

Savoye, A. (2004). L’Éducation nouvelle en France, de son irrésistible ascension à son impossible pérennisation (1944-1970). Dans A. Ohayon, D. Ottavi et A. Savoye (dir.), L’Éducation nouvelle, histoire, présence et devenir (p. 235-269). Bern : Peter Lang.

Savoye, A. et Guey, E. (2011). La coopération scolaire selon Barthélémy Profit, une composante de l’Éducation nouvelle ? Recherches & Éducations, 4, 41-51.

Schaepelynck, V. (2018). L'institution renversée : folie, analyse institutionnelle et champ social. Paris : Eterotopia.

Tran-Thong, N. (1969). La pensée pédagogique d’Henri Wallon. Paris : Presses Universitaires de France.

Wagnon, S. (2013). Ovide Decroly, un pédagogue d’éducation nouvelle. Bruxelles : Peterlang.

Haut de page

Notes

1 Dossier de carrière de Robert Gloton clôturé en 1971, Archives nationales, F/17/30311/A.

2 De 1924 à 1926, il est instituteur stagiaire à Aubervilliers avant de partir en Algérie pour faire son service militaire de 1926 à 1927. En 1927, il est instituteur dans une école de Saint-Denis avant d’obtenir un poste d’instituteur titulaire à l’école de la rue Saint Louis en l’Ile à Paris. En 1928, il rencontre sa future épouse Germaine Geoffroy et la naissance le 28 juin 1930, de son fils Jean-Jacques en hommage au philosophe lui permet de mieux connaitre l’enfant et son développement.

3 Le camp dans lequel il était prisonnier disposait d’une bibliothèque de 16000 livres rassemblés par les Officiers. Pendant 5 ans, il a étudié et lu des livres. Il y a fait du théâtre, de la musique et a suivi des cours qui lui ont permis de se préparer à l’oral du concours d’Inspection.

4 En 1937, Henri Wallon (1879-1962) vient juste d’être nommé au Collège de France dans le cadre d’une Chaire de Psychologie et d’Éducation de l’Enfance.

5 Henri Wallon est président du GFEN de 1947 à 1962. Il succède à Paul Langevin (1872- 1946).

6 Le Groupe du nord des amis de l’École nouvelle participait aux activités du GFEN et figurait dans les comptes rendus du Bulletin d’information du groupe français d’Éducation nouvelle.

7 Henri Piéron (1881-1964) est un psychologue. Il a enseigné au Collège de France de 1923 à 1951.

8 La Revue Enfance est créée par Henri Wallon et Hélène Gratiot-Alphandéry en 1948.

9 L’Association France – URSS est créée en 1945 après plusieurs dissolutions et changements de noms. Cette association est chargée de promouvoir les relations entre la France et l’URSS. Paul Langevin est président de l’association de 1945 à l’année de son décès en 1946.

10 Georges Cuissenaire (1891-1975) est un instituteur belge qui a inventé une méthode de calcul à partir de réglettes de couleur.

11 Il prend sa retraire en 1971.

12 En 1965, le groupe rassemble 3 niveaux d’enseignement : la totalité des classes de deux écoles primaire et 2 classes de grande section de maternelle (l’école de la rue Vitruve et l’école de la rue Le Vau soit 22 classes), 9 classes de transition et de 4e -3e pratique de trois écoles (rue Riblette, rue Sorbier et rue Le Vau) et deux classes du Collège d’enseignement général de la rue Vitruve (1 classe de 6e et 1 classe de 5e) soit au total 33 classes. En 1968 quelques modifications ont lieu. Le groupe est composé de 34 classes.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Delphine Patry, « Robert Gloton (1906-1986) : un artisan de l’Éducation nouvelle dans l'enseignement public ? », Éducation et socialisation [En ligne], 54 | 2019, mis en ligne le 01 décembre 2019, consulté le 15 décembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/edso/8543 ; DOI : 10.4000/edso.8543

Haut de page

Auteur

Delphine Patry

Doctorante en sciences de l'éducation - LIRDEF

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
La revue Éducation et socialisation est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires de la Méditerranée
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals