Navigation – Plan du site

AccueilNuméros55DossierÉditorial - Innovation - Changeme...

Dossier

Éditorial - Innovation - Changement : enjeux et méthodes pour la recherche en éducation

Dominique Broussal, Sébastien Chaliès et Serge Leblanc

Texte intégral

1L’innovation pédagogique tout comme le changement constituent des objets bien inscrits dans le champ des recherches en sciences de l’éducation et de la formation (Baluteau, 2003 ; Broussal, Ponté, & Bedin, 2015 ; Cros, 1997 ; Piot & Marcel, 2017). La proximité entre changement et éducation ne saurait étonner. Dans de nombreux cas, les processus d’éducation ou de formation visent des changements individuels ou collectifs : développement de compétences, autonomisation, empowerment, émancipation. Ajoutons que les situations de changement peuvent être potentiellement éducatives, propices à l’apprentissage « de nouvelles manières de faire, de nouvelles règles » (Bernoux, 2004, p. 11). Concernant la discipline des sciences de l’éducation et de la formation, elle revendique depuis son origine une ambition praxéologique (Ardoino, 1980). La question de la transformation des pratiques et celle des changements qu’elle requiert ou entraîne ne lui est donc pas étrangère.

2L’intérêt porté à l’innovation est moins convenu. C’est dans le champ de l’économie que le terme s’est d’abord imposé. Et même si l’on se fait à l’idée qu’un ministre de l’éducation puisse promouvoir l’innovation à l’école, un tel parcours pourrait légitimement surprendre. Dès lors qu’elle est pédagogique, l’innovation renvoie à la question des méthodes tout comme à la capacité que les enseignant·e·s (ou non-enseignant·e·s) ont de trouver des solutions inédites à des difficultés d’apprentissage persistantes. Présente dans chaque académie, la Cellule Académique de Recherche et Développement pour l’Innovation et l’Expérimentation (CARDIE) vise à encourager et valoriser les initiatives innovantes. Si le changement peut apparaître comme une finalité de l’éducation ou de la formation, l’innovation semble renvoyer à l’ingéniosité des enseignant·e·s ou des formateurs et des formatrices, une ingéniosité qui est valorisée en tant que telle, comme manifestation d’un dynamisme qui ne peut que porter ses fruits, ce dont certains auteurs doutent par ailleurs (Tricot, 2017).

3Pourquoi chercher à interroger conjointement ces deux notions ? C’est qu’il semble qu’elles partagent bien plus que la difficulté constatée de bâtir à leur propos une théorie générale (Cros, 1997, p. 129). Songeons aux travaux qui pointent la résistance au changement comme un frein à la dynamique d’innovation. Ou d’autres qui affirment que c’est au changement durable qu’elle produit que l’on peut conclure à la réussite d’une innovation. Le présent dossier se propose d’appréhender ces notions à travers la diversité de leurs articulations, considérant que ce repérage permettra de mettre en évidence les soubassements théoriques sur lesquels elles reposent. À cette perspective théorique s’ajoute une préoccupation plus méthodologique, s’agissant des types de recueil ou de traitement de données pouvant rendre compte de l’innovation et/ou du changement, voire accompagner ces processus.

4Dans leur contribution, « Changement et innovation au cœur d’un programme de recherche mené en anthropologie culturaliste », Jérôme Amathieu et Sébastien Chaliès questionnent d’un point de vue théorique la possibilité d’intégrer ces deux concepts dans le cadre d’un programme de recherche qu’ils mènent en anthropologie culturaliste. S’appuyant sur une illustration empirique, les deux auteurs mettent en discussion le travail d’hybridation conceptuelle réalisé et mettent en avant un certain nombre de précautions qu’il convient d’envisager. Lucile Courtois s’attache de son côté à étudier les effets d’une innovation à l’Université. Son texte, intitulé « Innover dans le champ de l’administration universitaire : quels effets sur la dynamique de l’implication professionnelle ? », s’intéresse à la mise en place d’une démarche participative qui a permis aux professionnel·le·s de passer d’un statut qualifié d’agents, à un statut de co-auteur·e·s d’actions collectives. L’auteure montre que l’innovation a rendu possibles des remaniements identitaires, une re-construction du sens donné aux conduites et une réappropriation du sentiment de contrôle. L’innovation y apparaît comme un possible vecteur d’émancipation des acteurs et actrices, la rangeant ainsi aux côtés d’autres formes d’action plus classiquement éducatives. Dans leur contribution intitulée « Changement et innovation en éducation : deux notions en résonance », Françoise Cros et Dominique Broussal partent des différences qui existent entre les deux termes, aussi bien sur le plan historique que sociétal. Si le changement est plus volontiers associé à l’accompagnement, l’innovation porte quant à elle sur les contenus de la transformation et sur ses impacts. La notion de nouveau émerge toutefois comme un point commun : c’est dans le traitement de cette nouveauté et de sa réalisation que se niche selon les auteur·e·s une possible comparaison entre les deux termes. Le texte proposé par Guillaume Escalié et Pascal Legrain, « Travailler ensemble au cycle 3 : accompagner par la recherche le changement des pratiques enseignantes », se penche sur le contexte de réformes que connaissent l’école et le collège, et plus particulièrement sur le « cycle de consolidation » (cycle 3, CM1-CM2-6ème) qui pose une question pédagogique centrale : celle de la continuité des apprentissages. Rappelant que cette réforme avait pour objectif d’impulser un changement des pratiques professionnelles enseignantes, les auteurs s’intéressent aux questions que pose sa mise en œuvre. Abordant les « Enjeux individuels et institutionnels au cœur d’un dispositif innovant : Le doctorat par la validation des acquis de l’expérience (VAE) dans le champ de l’architecture », Pascal Lafont, Marcel Pariat, Zohra Bacha, et Florina Manea étudient un dispositif innovant s’il en est : la VAE au niveau doctoral. Ils montrent à quel point les exigences institutionnelles peuvent intervenir dans cette mise en œuvre, pouvant aussi bien porter le dispositif en émergence que concourir à son institutionnalisation. Il·elle·s nous offrent ce faisant un cas d’étude des rapports qu’innovation et changement entretiennent, « rapport conflictuel dès lors que la résistance au changement est envisagée comme frein à la dynamique d’innovation, rapport stratégique et parfois dissimulé quand l’innovation sert un changement promu ». Serge Leblanc et Cyrille Gaudin explorent quant à eux les « Innovations méthodologiques relatives à l’exploitation d’enregistrements filmiques en recherche et leurs effets sur les pratiques des chercheurs en sciences de l’éducation ». Ils mettent ce faisant à jour les liens entre des innovations concernant les usages d’enregistrements filmiques et les changements dans les pratiques des chercheur·e·s qu’elles ont pu favoriser. Cela leur permet de discuter les principales caractéristiques de ces innovations ainsi que leur niveau d’appropriation par la communauté scientifique des chercheur·e·s en sciences de l’éducation et de la formation. Le texte de Fatiha Tali parachève ce dossier : « Mise en place d’un dispositif de formation hybride : une innovation c’est un changement qui a réussi ? » À partir d’un cadre théorique s’inscrivant dans une approche sociocognitive, elle montre comment l’agentivité collective peut constituer un moteur d’innovation. Elle présente ce faisant des résultats relatifs aux changements des modalités de formation, des pratiques institutionnelles et des modalités d’apprentissages des apprenant·e·s.

5Nous concluons cet éditorial en remerciant les autrices et auteurs qui ont contribué à ce numéro thématique, ainsi que toutes celles et tous ceux dont les textes n’ont pu être retenus. Nous remercions également les expert·e·s pour le temps et les compétences qu’ils et elles ont bien voulu mettre à disposition de ce projet éditorial.

Haut de page

Bibliographie

Ardoino, J. (1980). Éducation et relations : Introduction à une analyse plurielle des situations éducatives. Gauthier-Villars : Unesco.

Baluteau, F. (2003). École et changement. Une sociologie constructiviste du changement scolaire. Paris, France : L’Harmattan.

Bernoux, P. (2004). Sociologie du changement dans les entreprises et les organisations. Paris, France : Seuil.

Broussal, D., Ponté, P., & Bedin, V. (Éd.). (2015). Recherche-Intervention et accompagnement du changement en éducation. Paris, France : L’Harmattan.

Cros, F. (1997). L’innovation en éducation et en formation. Revue française de pédagogie, 118(1), 127‑156.

Piot, T., & Marcel, J.-F. (2017). Changements en éducation. Intentions politiques et travail enseignant. Toulouse, France : Octarès

Tricot, A. (2017). L’innovation pédagogique. Paris : Retz.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Dominique Broussal, Sébastien Chaliès et Serge Leblanc, « Éditorial - Innovation - Changement : enjeux et méthodes pour la recherche en éducation »Éducation et socialisation [En ligne], 55 | 2020, mis en ligne le 01 mars 2020, consulté le 23 avril 2021. URL : http://journals.openedition.org/edso/8779 ; DOI : https://doi.org/10.4000/edso.8779

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
La revue Éducation et socialisation est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires de la Méditerranée
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search