Navigation – Plan du site

AccueilNuméros55DossierEnjeux individuels et institution...

Dossier

Enjeux individuels et institutionnels au cœur d’un dispositif innovant : le doctorat par la validation des acquis de l’expérience dans le champ de l’architecture

Pascal Lafont, Marcel Pariat et Zohra Bacha

Résumés

La loi de modernisation sociale de 2002 introduit une nouvelle voie de certification puisque toute personne, engagée dans la vie active depuis au moins une année, peut faire valider son expérience en vue de l’obtention d’un diplôme ou titre à finalité professionnelle. Aussi, le schéma selon lequel une certification était la sanction terminale d’une formation académique ou professionnelle se trouve-t-il modifié. Comment, dans le cas du doctorat, la VAE pourrait-elle apparaître comme une innovation porteuse de changements du mode d’attribution du titre de docteur ? L’hypothèse proposée est que les intentionnalités des acteurs seraient révélatrices d’enjeux individuels et institutionnels dans le champ de la recherche. Il s’agit donc d’analyser l’application de la VAE au niveau doctoral en fonction des exigences institutionnelles susceptibles de porter un dispositif innovant en émergence. Sur le plan méthodologique, le corpus est constitué d’entretiens semi-directifs de directeurs/trices d’école doctorale (ED), de comptes rendus de réunions du comité de pilotage, et d’une rencontre avec les représentants des laboratoires siégeant au conseil d’école doctorale (ED) de la spécialité « architecture ». L’emprunt à la recherche action et à l’observation participante y est manifeste, et l’analyse des discours débouche sur l’identification de représentations que se font les acteurs du dispositif de VAE doctorale. Finalement, il s’agit d’un cas d’étude des rapports qu’innovation et changement entretiennent, rapport conflictuel dès lors que la résistance au changement est envisagée comme frein à la dynamique d’innovation, rapport stratégique et parfois dissimulé quand l’innovation sert un changement promu.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 JO du 28.04.2002, le décret n°2002-615 du 26.04.2002 pris pour l’application de l’article 900-1 du (...)
  • 2 Art. L. 900-1, alinéa 4 du Code du travail, modifié en 2017.

1Depuis la loi de modernisation sociale de 20021, il est possible de faire reconnaître l’expérience professionnelle, personnelle ou sociale, pour obtenir un diplôme, un titre ou un certificat professionnel enregistré dans le répertoire national des certifications professionnelles grâce à la Validation des Acquis de l’Expérience (VAE), à l’exception de médecine et pharmacie. Cette loi introduit un changement quant à l’accès à la certification : « toute personne, engagée dans la vie active depuis au moins une année, peut faire valider son expérience en vue de l’obtention d’un diplôme ou titre à finalité professionnelle »2. En cela, le schéma traditionnel selon lequel une certification était la sanction terminale d’une formation académique ou professionnelle se trouve modifié.

  • 3 Directrices et directeurs d’écoles d’architecture, d’écoles doctorales, d’équipes de recherche…

2La VAE instaure une nouvelle voie de certification dont « il s'agit de garantir la même légitimité sociale que celle consentie aux autres voies » (Cherqui-Houot, 2014, p. 162). Prendre la mesure du fait que « le législateur ait décidé d’établir une équivalence entre des savoirs professionnels issus de l’expérience et ceux issus de la formation, à travers un diplôme commun » (Bertrand, 2007, p. 8), et savoir que « l’expérience n’est pas commensurable à ce qui vient de la formation, ni dans le processus d’acquisition, ni dans son appropriation et sa maîtrise, ni dans sa signification professionnelle » (ibid, p. 8), ne laissent pas les acteurs indifférents. Les candidats sont alors confrontés à une épreuve de commensurabilité d’éléments hétérogènes car toute action rapportée à l’expérience peut être présentée sous l’angle de sa généralité ou de sa singularité (Bonny, 2016). Indépendamment des stratégies de construction de signification de l’expérience propre à chaque individu, « le sujet ne peut développer l’extrême singularité de son expérience que par le développement des significations des mots d’autrui » (Astier, 2004, p. 34). Dès lors, comment la mise en œuvre du doctorat par la VAE pourrait-elle apparaître comme une innovation porteuse de changements en profondeur du mode d’attribution du titre de docteur ? Nous faisons l’hypothèse que les intentionnalités des acteurs3 seraient révélatrices des enjeux individuels et institutionnels puisqu’elles s’inscrivent dans une logique de préservation de prérogatives au nom des règles traditionnellement éprouvées dans le champ de la recherche, et dans la reconnaissance d’une pluralité des formes de recherche.

3L’intention est d’analyser l’application de la VAE au niveau doctoral en fonction des exigences institutionnelles susceptibles de porter un dispositif en émergence tout en présentant les caractéristiques d’une innovation radicale dans le paysage français (Guérin, Lauriol & Zannad, 2010). Or, la notion d’innovation dans un champ institutionnel à la fois académique et scientifique renvoie au développement de méthodes pédagogiques inédites dans un cadre complexe de mises en œuvre. En ce sens, l’aspect social de l’innovation implique la convocation de la dimension militante afin de soutenir des changements relatifs aux actions de certifications « qui ne poursuivent pas forcément les objectifs officiellement assignés ou, tout du moins, n’accordent pas la priorité présentée par les décideurs patentés » (Cros, 2009, p. 584). Aussi, ces méthodes pédagogiques s’appuient sur l’organisation d’entretiens collectifs d’explicitation de son expérience à la fois professionnelle et sociale qui fait sens avec le développement de compétences nécessaires à la réalisation de recherches. Les candidats sont alors conduits à s’inscrire dans un processus d’apprentissage mêlant savoirs théoriques, savoirs scientifiques, et savoirs d’action selon des règles du jeu d’une mise en mots des compétences (Barbier & Galatanu, 2004). Mais, ces règles de traduction et de formalisation d’acquis expérientiels n’évoluent-elles pas au gré d’enjeux individuels et institutionnels en rapport avec les formes d’innovation que représente un dispositif du doctorat par VAE appliqué à l’architecture répondant au problème de l’articulation entre les savoirs pratiques et les savoirs académiques (Guerfel-Henda, 2007) ?

Contexte de la recherche et approche méthodologique

  • 4 Les universités de Strasbourg (13 doctorats en 2012 et 2017), l’Université Pierre et Marie Curie (2 (...)

4Le doctorat sanctionne la reconnaissance du caractère original d’une démarche de recherche dans un domaine scientifique ou technologique et la maîtrise d’un objet de recherche, ainsi que la capacité à construire une stratégie de recherche scientifique en articulant éléments théoriques et données factuelles fondées sur un modèle d’analyse explicite (Assogba, 2009). Il est basé sur l’évaluation de la capacité à conduire une analyse critique distanciée associée à des préconisations reposant sur l’exploitation des résultats obtenus. Toutefois, si des universités françaises ont commencé à délivrer des doctorats par VAE dès 2005, l’application du dispositif VAE du doctorat reste encore très inégale en dépit de la volonté de la Conférence des Directeurs de Service Universitaire de Formation Continue (CDSUFC, 2013, 2018) d’en fixer le cadre national. Des pratiques localisées se sont développées4, soutenues ou non par les institutions, néanmoins « la VAE n’a pas suivi le processus canonique d’une innovation réussie au sens habituel du terme » (Guérin, Lauriol & Zannad, 2010, p. 41).

  • 5 Communauté d’universités et d’établissements ayant pour vocation de renforcer à l’international la (...)
  • 6 Décret n° 2018-107 du 15 février 2018 relatif aux maîtres de conférences et professeurs associés ou (...)

5Grâce au dispositif « Initiative d’Excellence en formations innovantes » (IDEA), un parcours expérimental de doctorat par la VAE a été proposé à des enseignant.e.s de trois écoles d’architecture dans le cadre du projet intitulé « Référentialité et modularisation du parcours doctoral par la VAE » au sein d’une COMUE5 de l’Est parisien. Cette demande individuelle, collective et institutionnelle, a coïncidé avec un projet d’envergure nationale de changement des statuts d’enseignant.e.s en enseignant.e.s chercheur.e.s au sein des écoles nationales supérieures d’architecture6.

6Le cadre de notre investigation empruntait à la fois à la recherche action et à l’observation participante. Les porteurs du projet, enseignants chercheurs en sciences de l’éducation mandatés par l’Université Paris Est, tour à tour, acteurs, puis observateurs, accompagnateurs et membres de jurys de validation, sans pour autant prendre part à la délibération finale, étaient inscrits dans une démarche qui relevait de la dynamique de l’innovation : modalités de mise en œuvre, interactions et jeux entre acteurs, processus d’appropriation ou de résistance, impact.

7Le corpus est constitué d’entretiens semi-directifs de directeurs d’école doctorale (ED), de comptes rendus de réunions du comité de pilotage, et d’une rencontre avec les représentants des laboratoires siégeant au conseil d’école doctorale (ED) de la spécialité « architecture ». Il s’agit d’une analyse et d’une mise en perspective croisée du contenu d’entretiens et de discours empreints des représentations (Berthier, 2006) que se font du dispositif des membres du conseil de l’ED concernée (n=12), des membres du comité de pilotage (n=6), et de candidats au doctorat en architecture par VAE (n=11), accompagnateurs académiques (n=2), accompagnateurs VAE (n=2), de membres de jury de validation (=5), de directrices et directeurs d’écoles doctorales (n=5), de directeurs d’établissements (n=4).

  • 7 12 membres du conseil de l’ED concernée, 6 membres du comité de pilotage (dont une directrice d’équ (...)

8Le but est de comparer la distribution des pratiques et des opinions entre sous-groupes catégoriels, ou encore, faire apparaître des convergences et, ou des divergences entre différentes variables d’observation. Cette démarche implique que les fragments de discours soient contextualisés pour ne pas perdre en signification et éviter d’éventuels risques de biais interprétatifs. Aussi, tous les sujets7 de la population d’étude ont-ils, dès l’origine, été informés que toutes les séances de travail feraient l’objet de prises de notes croisées de la part des chargés de projet et de mission, afin de pouvoir établir des comptes rendus détaillés des réunions de travail, et de permettre un recueil de données qui feraient ensuite l’objet d’une analyse.

9Dans ce cas d’étude l’innovation, compte tenu de son caractère critique et subversif, peut être appréhendée comme une activité en lisière de l’institution qui progressivement gagne, contamine, infiltre plus ou moins, voire pas, le cœur de l’institution. Il s’agissait en fait d’expérimenter, par la valorisation de l’expérience, les modes de régulation collective de l’accès au doctorat. Or, les exemples de mise en œuvre du doctorat par VAE, dans leur ampleur limitée, manifestent plus la juxtaposition de besoins hétérogènes qu’un ébranlement de la domination des diplômes de formation initiale dans les trajectoires sociales (Merle, 2007).

Cadre théorique : innovation, transaction sociale et enjeux individuels et collectifs

10Les recherches sur les innovateurs montrent que leurs compétences résideraient dans leur capacité à faire un certain usage de l’intuition plus que d’une logique programmatique (Alter, 2000, p. 205). Nous avons mobilisé des références à la transaction sociale (Freynet, Blanc & Pineau, 1998) et à la sociologie de l’innovation, afin de constituer notre cadre théorique pour analyser les résistances opposées à la reconnaissance de l’expérienciation comme un travail de construction de l’expérience formative en matière de recherche (Albarello, 2013), et les attitudes proactives suscitées par la relation entre création et formation. Ceci donne lieu à des interprétations contradictoires entre risques et opportunités relatifs à l’usage d’un droit individuel à la formation, à la réduction de la dimension innovante des dispositifs VAE tant pour les institutions que pour les candidat.e.s, ce qui interroge la légitimité de l’application de ce droit. Cela conduit à rendre compte d’analyses concernant l’équité de traitement entre les doctorant.e.s, les conditions de réalisation des travaux de recherche et d’évaluation de l’expérience en matière de recherche, et à questionner la valeur du doctorat obtenu par VAE.

11Le dispositif de doctorat par VAE apparaît à la fois comme une « production transactionnelle » (Hamman, 2011) et un moyen de coopération entre les institutions au sens où le produit transactionnel peut aussi bien participer à la production de la nouveauté qu’à la reproduction sociale. C’est ce que H. Becker (1963) identifie en termes d’opposition entre les innovations de croissance et les innovations de mutation ou de rupture. Les innovations de croissance sont une manière de créer des formes nouvelles, adaptées à un contexte qui a changé tout en permettant au système de se reproduire, tandis que les innovations de rupture introduisent un déséquilibre mineur qui, avec le temps va s’amplifier et finir par produire un déséquilibre général : la « révolution cachée » de R. Ledrut (1979). Au terme d’une séquence transactionnelle le produit peut renforcer l’ordre préexistant, ou produire l’inverse. Mais ce produit transactionnel va être à l’origine d’une nouvelle séquence, et au fil des séquences et d’une convergence entre une pluralité de cas, une nouvelle normativité pourra prendre corps ; ténue au départ, elle pourra s’épaissir au fur et à mesure des séquences transactionnelles ultérieures, pour finir par transformer de façon significative le contexte et les normes de comportement (Rémy, 2005). Mais, le dispositif ne saurait être réduit ni à l’acquisition de compétences à travers le parcours de validation des candidat.e.s, ni à celle de leurs savoirs professionnels, car il s’y construit concomitamment un sens pour soi, pour les autres et pour les institutions, d'une inscription et d'une pratique professionnelle et académique de la recherche. C’est en cela qu’un produit transactionnel modifie les relations entre les acteurs de manière à ce qu’ils puissent trouver une solution concernant des enjeux communs relatifs à la coexistence des différentes voies de certification menant au doctorat : « c’est alors l’entrée progressive dans un nouveau temps social. Ce passage peut être marqué par un évènement caractérisant la rupture. On passe ainsi d’une étape à une autre, où les cartes du jeu social se redistribuent en partie autrement » (Rémy & Foucart, 2013). La VAE engage une dynamique de liaison entre des savoirs acquis de diverses manières et des compétences de différents ordres, de même qu’elle participe à une « démarche de développement et de transformation pour les personnes » (Pouchard, Lagabrielle & Laberon, 2011, p. 13). Ainsi, contribue-t-elle à une transformation de soi, enjeu éminemment individuel, et requiert-elle de mobiliser les moyens susceptibles de décrypter des faits et des phénomènes contextualisés auxquels sont confrontés les individus dans le récit biographique pour dépasser le stade des apparences, et mettre au jour le réel. Il est dès lors nécessaire de produire une matrice de référence afin d’engager une analyse approfondie par-delà les a priori inhérents à toute forme de modèle socioculturel, tout en préservant l’expression des impressions et intuitions personnelles. Il s’agit finalement de remplacer le spontané par le construit, ce qui induit des transformations sociales issues de pratiques réflexives à partir desquelles les changements se vivent lorsque la formation fait partie intégrante du processus de VAE : « c’est cette expérience de formation qui, dans certains cas, importe autant que le titre. Le parcours de validation-formation, comme le diplôme qui le couronne, transforment le regard que les intéressés portent sur eux-mêmes » (Bureau, Grimault, Lochard, Combes, Quintero &Tuchszirer, 2008, p. 208).

12Les difficultés auxquelles sont confrontés les candidat.e.s dans leur parcours de VAE résident non seulement dans l’origine de leurs parcours biographiques, mais aussi dans la confrontation aux normes institutionnelles, la mise en récit relevant d’un processus de traduction qui donne lieu à des lectures très contrastées en raison de la nature ambivalente entre individualisation des parcours de formation et processus de prise de conscience des évènements passés, actuels ou à venir, entre injonction à l’autonomisation et à la responsabilisation des parcours (Boltanski & Chiapello, 1999) et renforcement du droit à la formation. L’enjeu de la VAE réside dans la réalisation de soi qui implique de se mettre à l’ouvrage, de faire œuvre. Pour ce qui est des enseignant.e.s en école nationale supérieure d’architecture, la mobilisation paraît centrée sur l’individu, au sens de la transmission des compétences et des savoirs considérés comme nécessaires pour exercer un métier tel que celui d’enseignant.e et de chercheur.e. Aussi, participe-t-elle à la construction d’une identité professionnelle. Pour Mezirow & Taylor (2009), la perspective transformatrice de l’apprentissage a vocation à intégrer et à confronter les expériences des apprenant.e.s en vue d’un changement à la fois individuel et collectif, soit d’articuler des dimensions auto-formatrices, co-formatrices et transformatrices de cet apprentissage. Le processus innovationnel vise non seulement le changement institutionnel, mais également individuel et collectif.

Innovation et intentionnalités des acteurs et enjeux institutionnels

13Au-delà des prescriptions institutionnelles en matière de procédures relatives au doctorat par VAE, et conformément à l’objectif initial, l’ambition est d’appréhender des enjeux individuels et collectifs, leur confrontation dans un contexte ayant présidé à la fois à l’élaboration et à la légitimation du doctorat par VAE, le discours et les postures des acteurs, et leur évolution depuis la recevabilité des candidatures jusqu’à la soutenance des mémoires de doctorat. Comme pour toute innovation, « des tensions signent son « avènement » : tensions entre déterminations et changement social, tensions entre savoirs savants et savoirs profanes, savoirs académiques et savoirs professionnels, tensions entre les missions, missions d’enseignement et missions de certification » (Cherqui-Houot, 2011, p. 176). A l’origine du processus d’initiation du dispositif de doctorat par VAE, différentes postures s’étaient exprimées, certaines positives, avec des nuances à l’image de celle d’un directeur de l’une des écoles doctorales : « l’Université ne peut revoir à la baisse le niveau de compétences exigé pour ce diplôme », laissant poindre des critiques vis-à-vis du dispositif. Des effets de système qui conduisent les acteurs à se conformer aux normes de légitimation de ce dernier peuvent être à l’origine d’une demande de qualification, et contribuer à faire naître des attitudes de résistance.

Enquête empirique et résultats

Discours et représentations8 des membres du Conseil de l’école doctorale

  • 8 Représentations sociales : phénomènes observables directement ou reconstruits par un travail scient (...)
  • 9 sens : respect des formes et du maintien des modèles en vigueur dans le monde académique et scienti (...)

14Lors de la mise en place du dispositif expérimental de doctorat par VAE, nous avons souhaité rencontrer en entretiens individuels les différents membres du conseil d’école doctorale au sein de laquelle est inscrite la spécialité « architecture » afin d’identifier les représentations à l’œuvre au sein des discours. Cependant, la directrice de cette école doctorale a préféré convoquer une réunion plénière du conseil d’école doctorale dédiée à la présentation du dispositif expérimental en présence des porteurs du projet. Si les motifs qui avaient présidé à cette décision sont restés relativement flous, il se peut que cela ait été le résultat d’une volonté de contrôler les propos et de les réguler. Au cours de cette réunion exceptionnelle du conseil de l’école doctorale, un manque de consultation en amont de la phase de recevabilité des candidatures a été évoqué. Cela a donné lieu à des propos selon lesquels les critères traditionnels d’admission à l’inscription en doctorat n’auraient pas été respectés, la majorité des membres de l’école doctorale présentant la démarche comme une procédure dérogeant à la règle établie par son conseil. Sur le plan des pratiques institutionnelles, l’innovation, synonyme de changement des règles de fonctionnement pour les membres de l’école doctorale, résidait dans le fait qu’ils n’avaient pas été sollicités pour l’audition des candidats au doctorat par VAE comme c’est l’usage pour le parcours classique. La directrice de l’ED, et une directrice d’équipe de recherche impliquée dans le comité de pilotage du dispositif d’expérimentation, membres du conseil d’ED, avaient pourtant été conviées aux différentes réunions de travail ; elles avaient été invitées à participer aux commissions d’instruction et d’autorisation d’inscription au doctorat par la VAE, ces dernières étant présidées et animées par la directrice du département des études doctorales d’Université Paris Est, conformément à une volonté politique affirmée dès 2012 par son président, afin d’en faire un levier de changement institutionnel face aux résistances qu’il pressentait de la part des acteurs académiques les plus traditionnels. Toutefois, une voix dissonante s’est fait entendre, celle d’une représentante du monde professionnel : « il faut poursuivre dans ce sens et persévérer pour que le doctorat puisse s’obtenir par VAE malgré les oppositions », tandis que la majorité des membres du conseil d’ED se rangeait aux côtés des tenants de la science et de l’académisme9, à l’image du discours tenu par la directrice adjointe de l’école doctorale : « Il y a des licences par la VAE, des masters qui, à mon avis posent beaucoup moins de problème. Mais le diplôme de doctorat est un diplôme de recherche, donc on ne peut pas accepter comme VAE des compétences qui ne soient pas au moins en partie des compétences de recherche ».

  • 10 Au sens d’un abaissement du niveau d’exigence doctoral.
  • 11 Le risque encouru étant que l’institution soit contrainte d’inscrire le candidat en dépit de toute (...)

15L’expérimentation conduite semble avoir bousculé les représentations hiérarchiques établies entre les diplômes, et perturbé les jeux d’acteurs jusque-là convenus, et, peut-être d’autant plus que les effectifs de doctorants par VAE en architecture représentaient un tiers de l’effectif global de ceux inscrits par la voie classique. Ainsi, le groupe de doctorants par la voie de la VAE pouvait être perçu comme une menace faisant courir le risque d’une remise en question de l’entre soi, d’un ordre établi au sein de l’ED. Il est donc possible que les attitudes de résistance vis-à-vis de ce dispositif innovant aient été la conséquence de la perception d’un déclassement10 du doctorat par la quasi-totalité des membres de l’école doctorale et des directeurs et directrices d’équipes de recherche : « il n’est pas pensable de donner le doctorat à des personnes qui n’ont pas réalisé une vraie thèse », « l’exercice professionnel et l’expérience ne sauraient remplacer une vraie recherche ». Initialement, dix-neuf personnes avaient déposé un dossier en vue d’obtenir l’autorisation de s’inscrire au doctorat par la VAE en architecture. La phase d’expertise et de recevabilité s’était révélée relativement longue en raison de la difficulté à identifier des experts (un académique et un professionnel), mais aussi à solliciter une expertise à titre gracieux dans un secteur professionnel qui a d’autres habitus. Finalement, onze candidat.e.s avaient reçu l’autorisation de s’inscrire au doctorat en architecture par VAE sur la base de profils bien différents (ingénieurs, paysagistes, architectes). Le domaine comptant peu de titulaires de l’Habilitation à Diriger des Recherches, la constitution d’un vivier, non seulement d’experts académiques (titulaires d’une HDR) et professionnels (chargés d’études ou de recherche), mais aussi d’accompagnateurs académiques (garants titulaires d’une HDR, sur le modèle de la direction de thèse), s’est révélée être un obstacle au respect de la charte qualité définissant un délai de deux mois pour toute instruction de dossier de candidature11.

16Pour ce qui est des jurys de doctorat par VAE, la désignation de deux rapporteurs académiques et d’un professionnel est apparue comme un enjeu de pouvoir pour et entre les acteurs institutionnels : direction de l’ED, département des études doctorales, et garants académiques. Les propos d’une directrice d’équipe de recherche, en témoignent : « L’ED sera vigilante sur la composition des jurys et attentive à l’issue du processus et aux types de documents rendus ». Cela montre combien l’autorisation d’inscription, la direction de « thèse », et l’organisation des jurys de doctorat par VAE semblaient positionnés sur une échelle de valeurs dont les représentations plaçaient le doctorat par voie classique sur un plan supérieur à celui obtenu par VAE, confirmant l’idée d’une suprématie d’une voie de certification sur une autre.

Interactions entre les discours des membres du comité de pilotage12 et ceux des candidat.e.s au doctorat par VAE

  • 12 Coordinateurs du projet, référents VAE et académiques, directeurs d’équipes de recherche de trois é (...)
  • 13 Une directrice d’équipe de recherche.
  • 14 Dans la phase d’expérimentation, compte tenu des résistances exprimées, aucun.e candidat.e n’a été (...)

17Des questions formulées au sein des réunions du comité de pilotage sur le sens de la recherche, et les compétences de chercheur.e, ont conduit à une réflexion sur la notion de référentiel de compétences pour le doctorat en architecture par VAE, source d’enjeux et de tensions conflictuelles. Pour ce qui est du rattachement des candidat.e.s à une équipe de recherche, il a été constaté une différence de traitement entre celles et ceux inscrits en VAE et les autres ; certains propos13 allant jusqu’à distinguer entre de « bon.ne.s » doctorant.e.s potentiel.le.s par VAE, et d’autres qui ne le seraient pas, sans que cela soit fondé sur des données factuelles, car la VAE serait « avant tout de type introspectif, et présentant de ce fait peu d’intérêt pour la publication ». Cela révèle la complexité des interactions et la nature des conflits auxquels les acteurs sont confrontés, et notamment comment les registres de processus transactionnels à l’œuvre conduisent à des « compromis de coexistence que des acteurs inégaux sont contraints de négocier avec eux-mêmes, avec les autres, avec les organisations. La transaction sociale permet de trouver des solutions qu’aucun partenaire n’aurait pu trouver seul : elle est facteur d’innovation sous contrainte… » (Freynet, Blanc & Pineau, 1998). Mais, la plupart des protagonistes ne mesurent pas tous les enjeux académiques et pédagogiques du dispositif du doctorat par VAE, ce qui détermine leurs postures et limite leurs possibilités de s’inscrire dans un processus transactionnel. Le doctorat par VAE en architecture a parfois été désigné comme pertinent pour nourrir la réflexion sur la nature du doctorat relevant de ce champ disciplinaire, tant au niveau des contenus que des méthodes, dans la mesure où il pourrait être le lieu d’une interaction plus forte entre recherche architecturale et pratique réflexive du projet. Face à l’absence de rattachement des candidat.e.s à une équipe de recherche14, un double accompagnement a été pensé dans le cadre du dispositif expérimental et innovant. Outre un accompagnement individuel sur le plan académique et pour la VAE, des séminaires collectifs ont été mis en place. Dès les premières séances, des incertitudes ont surgi chez les candidat.e.s, ainsi qu’un questionnement sur la valorisation de l’écrit final, montrant un désir de reconnaissance. Les questions formulées par ces dernièr.e.s tournaient autour de la méthode, au sens de la rationalisation de la démarche de recherche, et de l’épistémologie : « Quelle construction de connaissances tout au long du parcours de validation ? Comment organise-t-on le passage, la transformation du statut des mots, de formulation des savoirs pratiques en connaissances théoriques – quelle transformation ? » ; une autre question formulée par les candidat.e.s au cours du séminaire était celle de l’articulation entre la part relevant de l’expérience et celle consacrée à l’analyse des productions scientifiques, faisant apparaître une préoccupation par rapport à la place de l’accompagnateur disciplinaire.

18Ces questions interpellent aussi bien sur le versant de l’accompagnement académique que sur celui de la VAE, tant il est difficile de faire resurgir des expériences passées que le, la candidat.e a reléguées à l’arrière-plan. Se souvenir ou pas, accepter ou non d’en parler, développer ou minimiser, réorganiser une hiérarchie des expériences du point de vue de leur valeur pour le référentiel de diplôme et non pour le référentiel du milieu professionnel ou pour le référentiel personnel construit tout au long de la vie ; ce ne sont que quelques-unes des difficultés engendrées par l’indissociabilité de l’émotion et de la cognition. Les impasses faites sur certaines activités, les développements trop importants, les preuves décalées ne sont pas le seul fait d’une incompréhension des exigences du jeu social de la VAE. Tel ou tel pan de l’expérience a ainsi acquis une valeur, plus ou moins positive pour l’individu, et celle-ci agit et influence le comportement de chacun lorsqu’il élabore son expérience : passer sous silence ce qui semble sans valeur ou privilégier ce qui paraît en avoir beaucoup, revendiquer la reconnaissance de compétences en matière de recherche parce que les résultats de l’action, du traitement d’un événement ont été estimés réussis, parce que l’on exerce son travail avec des collègues au statut reconnu et au diplôme obtenu, place l’accompagnateur en situation d’avoir à étayer une désubjectivation (Wieviorka, 2012) pour que le, la candidat.e élabore son expérience et la reconstruise à des fins certificatives. Il importe de laisser s’exprimer, voire de faire s’exprimer la subjectivité et les émotions pour les aborder et agir sur elles avec chaque candidat.e. Il s’agit là d’un travail subtil de désubjectivation et de resubjectivation (Wieviorka, 2012), au sens où il est question d’aider à ce travail de soi qui accompagne l’élaboration de l’expérience, et exige de l’accompagnateur d’adopter une posture professionnelle d’accompagnement, les candidat.e.s attendant les moments où ils, elles auront enfin le sentiment d’être dans la démarche et non pas dans un interminable parcours administratif (Mayen, 2008).

19Pour ce qui est du registre de l’écriture formelle, une question clé a été formulée par les candidat.e.s : « comment gérer le rapport entre texte et image ? » car pour les architectes, l’illustration aide à écrire : « je perçois que j’ai un projet…une façon de revenir en arrière, et ressortir mes carnets de croquis…, et puis, je sélectionne des passages qui me paraissent frappants ». Cette démarche implique, selon les candidat.e.s, un retour aux fondements théoriques, et vise à relier ce mode d’expression à la perspective épistémologique. L’essence de la VAE réside dans la capacité de la, ou du candidat.e à se fonder sur son expérience pour la problématiser. C’est un travail de nature analytique, car il lui est demandé de s’arrêter sur des moments ou des expressions qu’il ou elle juge déclencheurs, à l’aune, notamment d’une littérature commune fondatrice d’une culture partagée dépassant les subdivisions disciplinaires. Cela interroge sur le socle de légitimation disciplinaire à partir de la reconnaissance de références académiques fondatrices de la relation entre une discipline mère, l’architecture, et ses composantes. La réflexion paraît bien relever de la dimension épistémologique puisque la conduite d’une recherche fondée sur l’expérience de chacun.e des candidat.e.s, engage à s’interroger sur les conditions de création de la discipline dans laquelle s’ancrent les objets étudiés. Quelles articulations peuvent alors émerger entre normes d’excellence et règles innovantes issues du doctorat par VAE ?

Discours et représentations des acteurs institutionnels et des membres des jurys

20- Postures et représentations des acteurs institutionnels lors de la constitution des jurys

  • 15 Arrêté du 25 mai 2016 fixant le cadre national de la formation et les modalités conduisant à la dél (...)
  • 16 Extrait du compte rendu du comité de pilotage du 19.01.2017.
  • 17 Composition du jury : l’accompagnateur académique, deux rapporteurs HDR, un rapporteur professionne (...)

21Il s’agit de cerner les représentations dont sont porteurs les acteurs institutionnels et les membres de jury à travers leurs discours. Conformément à la règlementation en vigueur15, et après débats, le comité de pilotage avait abouti à une proposition consensuelle de composition des jurys : « huit membres, dont l’accompagnateur académique, l’accompagnateur VAE, et un membre permanent VAE »16. A peine le consensus établi, un compte rendu informel émanant de la directrice de l’ED concernée et d’une directrice d’équipe de recherche était diffusé par celles-ci à tous les membres de ce comité, ainsi qu’aux acteurs institutionnels de la COMUE. Or, son contenu différait de celui ayant fait l’objet du dit consensus, et il pouvait être lu comme une remise en question des termes de l’accord établi. La pierre d’achoppement portait sur la présence ou non de l’accompagnateur VAE au sein du jury17 et sur celle d’un membre permanent VAE. Cela révélait une volonté d’affirmer la suprématie de la posture académique, renvoyant à l’enjeu supposé de la présence, et de la parité ou non au sein du jury, de représentants du monde académique, du monde professionnel, et de spécialistes de la VAE. Cette situation tensionnelle a eu pour conséquence l’intervention du président de l’établissement qui a tranché entre les positions antagonistes, et édicté des règles de composition des jurys de doctorat par VAE indépendamment du consensus établi lors de la réunion du comité de pilotage. La décision prise a eu pour conséquence de poser le principe de la présence d’un membre permanent spécialiste de la VAE au sein des jurys de doctorat par VAE tout en engendrant un positionnement ambigu de l’accompagnateur VAE écarté de la délibération finale ; sa participation fut désormais limitée à une phase préalable et à l’audition/soutenance elle-même. Au fur et à mesure que d’autres jurys ont été proposés pour les différents candidats, de nouvelles tensions sont apparues, allant jusqu’à provoquer le report d’une audition/soutenance, au motif de la désignation de plusieurs membres de jury, notamment pour celle de chacun.e des président.e.s de jury, pour lesquels une clause de conflit d’intérêt a été évoquée ; dans l’un des cas particuliers, le candidat avait été membre d’un comité de rédaction d’une revue où le président de jury proposé avait été publié. Cela renvoie à un processus cumulatif et endogène d'interactions entre organismes "diffuseurs" et organisations "consommatrices" de règles institutionnelles, terrain d’expérimentation favorable à l'innovation institutionnelle au sens où l’entendent Bonny et Giuliani (2012). L’autonomie relative et les positions asymétriques des organisations par rapport à des règles institutionnelles incomplètes et multiples sont à l'origine de modalités d'action novatrices dont la diffusion et la consolidation comme références communes du jeu collectif dépendent de la capacité des innovateurs institutionnels à mobiliser des groupes d'acteurs et des ressources adéquats. Les enjeux sont tels que les contraintes institutionnelles engendrent des rapports de force, voire d’autorité dans le processus de prise de décision par l’acteur qui détient le pouvoir compte tenu de la règlementation propre à la VAE (convention employeur d’une année), et de la durée de l’expérimentation imposée par l’Agence Nationale de la Recherche, dont les instances de l’établissement (UPE) sont garantes.

22- Postures, discours et représentations des membres des jurys

  • 18 Une forte tendance à animer les échanges entre les membres du jury et le candidat qui s’apparente à (...)
  • 19 Changements issus de l’ouverture de l’Université sur son environnement à l’origine de débats autour (...)

23Lors du déroulement des séances d’audition/soutenance, les président.e.s de jury désigné.e.s se sont, à quelques exceptions près, situé.e.s sur un registre surtout académique18, donnant, au travers de leurs discours, une image positive du doctorat par VAE, tout en faisant passer pour la plupart dans leurs propos, la valorisation de l’expérience au second plan : « La littérature scientifique n’est pas suffisamment mobilisée et mise en évidence ». Au cours des délibérations, outre que le membre permanent du jury a dû systématiquement rappeler la distinction entre doctorat classique et doctorat par VAE, une critique a été réitérée au moins à deux reprises : « l’insuffisance de la place accordée à l’état de l’art », mettant en exergue des critères traditionnels et académiques argumentés avec l’autorité de spécialistes de la discipline. Or, ce point de vue mériterait d’être relativisé, car même si l’état de l’art n’était pas présenté en tant que tel dans l’écrit doctoral dans un chapitre spécifique, l’analyse du contenu du mémoire montrait qu’il était mobilisé par le candidat au moyen d’une démarche de réappropriation de son expérience appuyée sur ses travaux personnels, la VAE étant propice à l’identification de connaissances et de savoirs acquis associés à des compétences précises. Cette posture adoptée par plusieurs membres de jury vis-à-vis de la référence à des normes établies tend à montrer la difficulté de certains spécialistes disciplinaires à envisager d’autres modes de certification que ceux qu’ils connaissent et qui correspondent aux normes déjà intégrées sans apparemment envisager de les nuancer, voire à s’inscrire dans une posture de résistance face aux changements19 dont est porteur le dispositif. Tout dernièrement, une modification est apparue au sein de l’un des jurys, puisque le membre permanent VAE de l’Université s’est, à sa seule initiative, positionné dans l’espace en dehors du jury, dans une posture d’extériorité, voire de « marginal sécant » auquel le président peut donner la parole si celui-ci en fait la demande. Un tel positionnement dans l’espace tend à induire une représentation « d’infériorité » de celui-ci par rapport aux autres, renvoyant implicitement à une supériorité incontestée des spécialistes de la discipline, fragilisant ses propos au moment de la délibération finale. En fait, le système est régi par un principe de cohérence qui fait que le changement est amené par la transformation radicale du paramètre dominant, « tous les autres paramètres devant suivre le changement du paramètre dominant » (Crozier & Friedberg, 1977, p. 376). Si tout changement véritable signifie toujours rupture et crise, il ne s’agit pas pour autant automatiquement d’une crise engendrant des mécanismes régressifs, mais plutôt d’une crise susceptible d’être le point de départ d’innovations.

Conclusion

24Le dispositif du doctorat par la VAE exige une mobilisation d’acteurs institutionnels académiques, et professionnels qui contraint à la recherche de transactions en raison de résistances issues de représentations individuelles et ou collectives des acteurs concernés par la démarche. Autrement dit, il s’agit bien d’un cas d’étude des rapports qu’innovation et changement entretiennent, rapport conflictuel dès lors que la résistance au changement est envisagée comme frein à la dynamique d’innovation, rapport stratégique et parfois dissimulé quand l’innovation sert un changement promu. La réflexion sur le changement des pratiques de certification paraît controversée. Si la VAE constitue une nouvelle voie d’accès à la certification et à la qualification au doctorat, elle semble dans le cas de cette expérimentation, faire écho à un imaginaire social qui valorise la modernité (Giddens, 1994). En ce sens, elle s’apparente à une injonction à l’innovation pédagogique et au changement social en mettant en relief un potentiel effet transformateur, et éclaire l’émergence de confrontations relatives à la possibilité de repenser les diplômes et les formations doctorales par VAE, marquant ainsi les enjeux individuels et institutionnels. Dans la même optique qu’Edgard Morin (1962), à propos de la relation entre innovation et production des savoirs, la VAE pourrait bien ne pas aller dans le sens général du moment, renvoyant en quelque sorte à la notion de dispositif imaginaire.

Haut de page

Bibliographie

Albarello, L., Barbier, J.M., Bourgeois, E., Durand, M. (2013). Expérience, activité, apprentissage. Paris : Coll. Formation et pratiques professionnelles. PUF.

Alter, N. (2000). L’innovation ordinaire. Paris : PUF.

Assogba, Y. (2009). Modèle d’analyse pour l’étude sociologique de l’innovation pédagogique. Revue des sciences de l’éducation, 8(1), 115-134.

Astier, P. (2004). La validation des acquis de l'expérience, épreuves de commensurabilité. Éducation permanente, 158, 25-38.

Barbier, J.-M. & Galatanu, O. (Dir.) (2004). Les savoirs d’action : une mise en mots des compétences ? Paris : L’Harmattan.

Becker, H. (1963). Outsiders: Studies in the Sociology of Deviance. New York : The Free Press.

Bertrand, H. (2007). Validation des acquis de l’expérience : constat du passé ou promesse d’avenir ? Revue de l’IRES, 55 (3), 7-14.

Boltanski L. & Chiapello E. (1999). Le nouvel esprit du capitalisme. Paris : Gallimard.

Bonny Y. (2016). Un objet bien singulier ! in Cahiers de recherche sociologique. Université du Québec à Montréal halshs-01638387.

Bonny Y. & Giuliani F. (2012). Configurations et trajectoires de l’innovation institutionnelle. Une introduction. Socio-logos, 7, consulté le 15 juillet 2018. URL : http://journals.openedition.org/socio-logos/2636.

Bureau, M.C., Grimault, S., Lochard, Y., Combes, M.C., Quintero, N., Tuchszirer C. (2008). Les politiques des entreprises en matière de certification et l’utilisation de la validation des acquis de l’expérience. Rapport de recherche du Centre d’études de l’emploi, 46.

Cherqui-Houot, I. (2014). Note de synthèse : VAE, des règles pour de nouveaux jeux à l’université. Recherches & éducations, 10, 161-175.

Cherqui-Houot, I. (2011). La formation tout au long de la vie à l’université, une dynamique de production de nouvelles valeurs sociales. In Causer, JY., & Hamman, P. (Eds), Travail, formation et transactions sociales (pp. 171-183). Bruxelles : PIE Peter Lang.

Cros, F. (2009). Innovation et formation. In J.-M. Barbier & all. (2009). Encyclopédie de la formation (pp. 581-611). Paris : PUF.

Crozier, M. & Friedberg, E. (1977). L’acteur et le système. Paris : Editions du Seuil.

Freynet, Blanc & Pineau, (1998). Les transactions aux frontières du social. Lyon : Chronique sociale.

Giddens, A. (1994). Les conséquences de la modernité. Paris : l’Harmattan.

Guerfel-Henda, S. (2007). Validation des acquis d'expérience : source de développement des compétences et d'innovation au niveau de la Gestion des Ressources Humaines (GRH), Marché et organisations, 4, 145-165.

Guérin, F., Lauriol J. & Zannad H., (2010). La VAE en France (2002-2008) un processus d'innovation inabouti, Revue de gestion des ressources humaines, 75, 41-52.

Hamman, P. (2011). La ville durable comme produit transactionnel. Espaces et sociétés, 147, 25-40.

Jodelet, D. (2003). Les représentations sociales. Paris : PUF.

Ledrut, R. (1979). La révolution cachée. Paris : Casterman.

Mayen, P. (2008). L’expérience dans les activités de Validation des Acquis de l’Expérience. Travail et apprentissages, 1, 58-75.

Mezirow, J., Taylor, E. W. (2009). Transformative learning in practice : insights from community, workplace, and higher education. San Francisco, CA : Jossey-Bass.

Merle, V. (2007). Genèse de la loi de janvier 2002 sur la validation des acquis de l’expérience. Revue de l’IRES, 55(3), 43-74.

Morin, E. (1962). L’esprit du temps. Paris : Grasset.

Pouchard, D., Lagabrielle, Ch. & Laberon, S. (2011). Validation des acquis de l'expérience, une dynamique professionnelle ? Etude des effets de la VAE sur le développement des individus et des organisations dans le secteur industriel, Rapport de Recherche, Direction régionale des entreprises, de la concurrence, de la consommation du travail et de l'emploi en Aquitaine.

Remy, J. (2005). Négociations et transaction sociale. Négociations, 3, 80-95.

Remy, J. & Foucart, J. (2013). La transaction, une manière de faire de la sociologie. Pensée plurielle, 33/34, 35-41.

Wieviorka, M. (2012). Du concept de sujet à celui de subjectivation/dé-subjectivation. (en ligne), 10 juin 2017. https://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-00717835/document

Haut de page

Notes

1 JO du 28.04.2002, le décret n°2002-615 du 26.04.2002 pris pour l’application de l’article 900-1 du code du travail et des articles L.335-6 du code de l’éducation.

2 Art. L. 900-1, alinéa 4 du Code du travail, modifié en 2017.

3 Directrices et directeurs d’écoles d’architecture, d’écoles doctorales, d’équipes de recherche…

4 Les universités de Strasbourg (13 doctorats en 2012 et 2017), l’Université Pierre et Marie Curie (28 doctorats entre 2010 et 2017) et l’Université Paris Est –UPE- (13 doctorats entre 2011 et 2018), le CNAM (8 doctorats entre 2014 et 2017) sont les établissements dans lesquels les doctorats par VAE ont été le plus délivrés.

5 Communauté d’universités et d’établissements ayant pour vocation de renforcer à l’international la visibilité et l’attractivité des grands acteurs de l’enseignement supérieur et de la recherche.

6 Décret n° 2018-107 du 15 février 2018 relatif aux maîtres de conférences et professeurs associés ou invités des écoles nationales supérieures d'architecture, Journal officiel de la République Française du 17 février 2018.

7 12 membres du conseil de l’ED concernée, 6 membres du comité de pilotage (dont une directrice d’équipe de recherche), et 11 candidats au doctorat en architecture par VAE, 2 accompagnateurs académiques, 2 accompagnateurs VAE, 5 membres de jury de validation, 5 directrices et directeurs d’écoles doctorales, 4 directeurs d’établissements.

8 Représentations sociales : phénomènes observables directement ou reconstruits par un travail scientifique (Jodelet, 2003) : image mentale du réel.

9 sens : respect des formes et du maintien des modèles en vigueur dans le monde académique et scientifique.

10 Au sens d’un abaissement du niveau d’exigence doctoral.

11 Le risque encouru étant que l’institution soit contrainte d’inscrire le candidat en dépit de toute expertise.

12 Coordinateurs du projet, référents VAE et académiques, directeurs d’équipes de recherche de trois écoles d’architecture, directrice de l’ED concernée, et directrice du département des études doctorales de la COMUE composent ce comité.

13 Une directrice d’équipe de recherche.

14 Dans la phase d’expérimentation, compte tenu des résistances exprimées, aucun.e candidat.e n’a été intégré.e à une équipe de recherche, à une exception près, celle d’une candidate déjà membre de ladite équipe.

15 Arrêté du 25 mai 2016 fixant le cadre national de la formation et les modalités conduisant à la délivrance du diplôme national de doctorat, et validation dans les conditions prévues à l’article R. 613-36.

16 Extrait du compte rendu du comité de pilotage du 19.01.2017.

17 Composition du jury : l’accompagnateur académique, deux rapporteurs HDR, un rapporteur professionnel, un président HDR, un membre permanent ; l’accompagnateur VAE participant à la phase préalable au jury, intervenant publiquement lors du jury, mais n’étant pas présent lors de la délibération.

18 Une forte tendance à animer les échanges entre les membres du jury et le candidat qui s’apparente à un mode traditionnel de soutenance doctorale, laissant une part congrue à l’expérience professionnelle et sociale et mettant un accent plus conséquent sur des contenus épistémologiques et des modèles théoriques.

19 Changements issus de l’ouverture de l’Université sur son environnement à l’origine de débats autour d’orientations opposées : 1) engagement de l’Université dans un processus de modernisation et inscription dans un contexte instable et concurrentiel, tout en veillant à la promotion des individus et de la culture – 2) préservation des normes et des pratiques provenant d’un héritage académique appuyé par une tendance à un repli vers une conception universitaire élitiste.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Pascal Lafont, Marcel Pariat et Zohra Bacha, « Enjeux individuels et institutionnels au cœur d’un dispositif innovant : le doctorat par la validation des acquis de l’expérience dans le champ de l’architecture »Éducation et socialisation [En ligne], 55 | 2020, mis en ligne le 01 mars 2020, consulté le 26 novembre 2020. URL : http://journals.openedition.org/edso/8804 ; DOI : https://doi.org/10.4000/edso.8804

Haut de page

Auteurs

Pascal Lafont

Université Paris Est Créteil - Val de Marne, LIRTES EA7313

Marcel Pariat

Université Paris Est Créteil - Val de Marne, LIRTES EA7313​

Zohra Bacha

Université Paris Est Créteil - Val de Marne, LIRTES EA7313

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
La revue Éducation et socialisation est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires de la Méditerranée
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search