Navigation – Plan du site

AccueilNuméros55VariaActualités du genre dans le trava...

Varia

Actualités du genre dans le travail social. Première étape d’une recherche doctorale

Emmanuelle Mikanga

Résumés

Les travaux étudiant les relations entre « le genre » et le travail social sont de plus en plus nombreux. Cet article en prenant appui sur une des étapes de notre recherche doctorale se propose de repérer les principaux apports sur cette question en sociologie et en sciences de l’éducation. Il affirme l’intérêt d’importer « le genre » comme concept et outil d’analyse dans le travail social (formation et terrain professionnel). Se construire une culture commune sur la question du « genre » dans le travail social semble aujourd’hui indispensable dans le champ de la formation comme dans les pratiques professionnelles.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 Marc Bessin cite Jacques Donzelot (1977), Philippe Meyer (1977) et Jeannine Verdès-Leoux (1978).
  • 2 Inscrit dans le Code de l’action sociale et des familles. (Art. D. 142-1-1, Décret n° 2017877 du 6 (...)
  • 3 Par ordre du genre, nous entendons le système qui organise et maintient la reproduction d’un rappor (...)

1Si dans les sciences de l’éducation, l’usage du concept de « genre » en tant que catégorie d’analyse a fait la preuve de sa pertinence depuis les années 1990 (Annette Jarlégan, 2009), son introduction dans le travail social –de la formation à l’analyse des pratiques professionnelles– en est encore à ses prémisses. L’absence d’ouverture aux rapports sociaux de sexe et au genre dans le champ du travail social, s’appuie sur différents « mécanismes » dont le déni souligné par de nombreux.ses auteur.e.s (Claudine Guichard-Claudic et al. 2008, Marc Bessin, 2009, Caroline Helfter, 2012). Marc Bessin (2008) revient sur ce qui a alimenté le déni et contribué au silence des spécialistes du travail social. Il évoque notamment le poids d’une certaine sociologie critique ayant investi le champ du social1. Dans les textes rassemblés sous cette bannière le travail social est perçu et analysé en tant qu’activité de contrôle social visant à garantir le bon fonctionnement de la société par une action de normalisation des populations. Marc Bessin (2008) souligne un autre point commun entre ces textes « celui de totalement passer sous silence la fonction du travail social dans la reproduction des rôles sexués » (p.363). La rencontre entre ces théories et le féminisme n’a pu se faire en raison de leurs conceptions antagonistes de la sphère privée avec d’un côté une dénonciation de « l’intrusion des visées étatiques dans la sphère privée » et de l’autre l’affirmation que le privé est politique (p.363). Contrairement à d’autres pays comme le Québec ou le Brésil, le travail social, en France, n’est pas structuré comme une discipline spécifique2. Denise Ventelou (2007) parle de césure notoire entre pensée et action, entre élaboration théorique et pratiques maintenant éloigné les centres de formation de toute analyse en termes de rapports sociaux. Le questionnement féministe n’ayant pas de fait « acquis droit de cité dans l’action sociale » (p.37). Formatrice en travail social et doctorante en Sciences de l’Éducation, nous proposons de rendre compte ici de notre recherche sur un groupe professionnel peu étudié, celui des aides médico-psychologiques (AMP). Peu connu et peu valorisé, le métier d’AMP correspond à la première qualification de la filière éducative des formations en travail social. Si depuis plus de 40 ans, l’image des AMP s’est modifiée, elles et ils sont souvent décrit.e.s au travers de traits de personnalité féminins stéréotypés et leurs compétences professionnelles sont réduites à des qualités dites naturelles. Un véritable marquage de genre du métier d’AMP s’observe. Une première question assez simple s’est imposée à nous : si dans le métier d’AMP, les hommes comme les femmes sont prisonnier.ère.s du « marquage de genre » du métier, le sont-il.elle.s de la même manière ? A titre d’hypothèse principale, nous postulons que si la présence de femmes et d’hommes dans le métier d’AMP permet une remise en question de la naturalisation des compétences qui lui sont associées, elle s’accompagne également de nouveaux mécanismes de différenciation et de hiérarchisation. Ces mécanismes perpétuant « l’ordre du genre »3 seraient en partie présents dès que se pose le choix de la formation d’AMP en passant par les pratiques jusqu’à l’insertion professionnelle. Cependant, dans cet article nous proposons de retracer une des premières étapes de notre recherche doctorale. Après avoir présenté les ancrages de notre recherche, nous présentons succinctement les principaux travaux et études ayant contribué à initier nos premières réflexions sur « la question du genre » dans le travail social. Cette première étape nous a permis d’éprouver l’intérêt du genre comme concept et outil d’analyse dans notre recherche. Cette thèse s’inscrit dans la discipline des sciences de l’éducation, notamment par l’attention portée aux pratiques professionnelles, et trouve son socle théorique dans le croisement entre études sur le genre, sociologie du travail social et sociologie des rapports sociaux.

Recueil des données de la recherche

2Pour mener notre recherche, nous avons tenu un journal d’observations nous permettant de recueillir un matériel « gris » éclairant certains aspects d’une situation ou encore dévoilant des difficultés non perçues quant à la place des AMP au sein de l’école. Les observations ont été de plusieurs types : observation flottante du quotidien d’une école de travail social, observation systématique liée à des temps institutionnels tels que les temps de ponctuation, sorte de bilan de la semaine écoulée, et observation participante à une journée d’admission à la formation d’AMP. Cette première démarche a été complétée par une investigation de terrain basée sur la passation de 286 questionnaires auprès de 237 femmes et de 49 hommes, sur la réalisation de 15 entretiens semi-directifs avec 12 femmes et 3 hommes AMP nouvellement diplômé.e.s. et 28 entretiens avec 22 femmes et 6 hommes exerçant dans différents établissements sociaux et médico-sociaux. Les entretiens ont été retranscrits intégralement puis nous avons procédé à une analyse de contenu thématique inspirée de la méthode de Laurence Bardin (2013). Dans cet article, nous nous appuyons sur une partie des matériaux recueillis et illustrant la démarche que nous cherchons à rendre lisible. Cette partie est composée d’observations réalisées sur le terrain de la formation et d’extraits d’entretiens.

Des premiers constats aux premiers questionnements

  • 4 L’École est un centre de formation multi filières
  • 5 Les AMP se réfèrent de façon générique aux « éducs » renvoyant aux éducateur.trice.s spécialisé.e.s (...)
  • 6 La nomenclature des diplômes par niveau indique le type de formation nécessaire pour occuper un pos (...)
  • 7 Au niveau national, 46.7 % des personnes inscrites en formation d’AMP en 2013 ont un niveau d’étude (...)
  • 8 La catégorie sociale des parents correspond à celle recueillie au moment où les inscrit.e.s étaient (...)
  • 9 Le caractère privatif de cet espace est affirmé dans l’arrêté du 26 avril 1999, celui-ci devant « ê (...)

3Au commencement de notre doctorat, la référence à notre pratique professionnelle de formatrice fut centrale. Par cette inscription première, nos questions de départ provenaient de situations professionnelles vécues sur le terrain de la formation avec ou à côté des aides médico-psychologiques : Est-on différemment ou indifféremment AMP hommes ou AMP femmes ? Qu’en est-il de la répartition du travail entre les femmes et les hommes AMP ? Leur accueil, leur place, leurs activités professionnelles sur les terrains professionnels sont-ils similaires ? Nos observations de terrain recueillies à différents moments de la vie de l’école et notre appréhension des fondations historiques du métier d’AMP nous ont permis d’apprécier la pertinence de notre problématique de recherche. Chaque session de formation comporte un temps d’analyse de la pratique professionnelle et se termine par un temps de ponctuation. Lors de ces temps, les AMP évoquent souvent le mépris des autres travailleur.euse.s sociaux.ales à leur égard au sein de l’école et leurs difficultés à faire reconnaitre leurs compétences relevant du prendre soin et de l’éducatif sur les terrains professionnels. Lou évoque son ressenti sur la place des AMP ou encore les relations avec les autres stagiaires de l’école : « J’ai trouvé que c’était un peu dévalorisant comme formation. (…) Quand il n’y avait pas de place dans l’école, nous devions aller à l’extérieur et ça à chaque fois ou alors on était dans les salles en sous-sol ». Lou interroge la place laissée aux AMP au sein de l’école : à l’extérieur et au sous-sol. Cette place réelle dans les espaces de formation renvoie à la hiérarchie sociale entre les stagiaires AMP et les autres stagiaires de l’école4. Une anecdote vient illustrer ce propos. Sophia est en première année de formation de monitrice éducatrice, elle a suivi une première formation au sein de l’École, celle d’AMP. Elle nous interpelle au détour d’un couloir et nous demande si les formateur.trice.s connaissent véritablement les filières de formation de l’école et en l’occurrence la formation d’AMP. Lors d’un cours donné par une formatrice sur le travail d’équipe, les AMP ont été décrit.e.s comme « les spécialistes des escarres ». Sophia nous dira avoir riposté vivement. Elle trouve dévalorisant la façon dont on présente le métier d’AMP aux futur.e.s moniteur.trice.s éducateur.trice.s et dit « l’avoir fait savoir ». Florence Giust-Desprairies (2013) dans une recherche-formation auprès de professionnel.le.s AMP intervenant auprès de personnes en situation de polyhandicaps avait mis en évidence les compétences adaptatives de ces professionnel.le.s, ainsi que leur connaissance expérientielle du travail, dont une des spécificités est d’être « les seuls à savoir tout faire ». Cette spécificité, comportant, selon elle, des effets potentiellement dévastateurs pour la construction de soi comme professionnel.le, à savoir être considéré.e comme « bon ou bonne à tout faire » sans savoirs académiques spécifiques (p.66). Au cours des entretiens, les AMP ont évoqué les paroles entendues au quotidien sur leur travail et sur elles.eux-mêmes. Parmi les discours recueillis, un premier discours met à jour des rapports sociaux de domination dans les espaces de travail des professionnel.le.s du social. Particulièrement, les activités relevant de ce qui est communément appelé le sale boulot, tel qu’analysé par Pascale Molinier, se retrouvent au centre des rapports sociaux de domination entre professionnel.le.s du social. Sont opposés deux groupes professionnels, les AMP, qui sont dévalué.e.s et les autres travailleur.euse.s sociaux.ales, nommé.e.s de façon générique éducateur.trice.s, qui sont valorisé.e.s5. Noëlle évoque une répartition des tâches reflétant une hiérarchie entre les métiers : « j’étais avec deux éducs et elles m’ont dit qu’au lieu de prendre tel service extérieur pour les toilettes, ça serait à moi de le faire, oui mais pourquoi moi bah peut-être parce que tu es AMP ». Daniel se souvient d’attitudes qu’il qualifie de « méprisantes » : « les éducs en l’occurrence étaient très rabaissant avec les AMP, le résident, c’est souillé, ce n’est certainement pas mon travail, c’est le tien, enfin ce genre de choses ». Un processus de hiérarchisation sociale est observable sur les terrains professionnels : une hiérarchie des métiers rendue visible dans les pratiques d’accompagnement au travers la délégation du sale boulot. Ces tâches dévalorisées font l’objet d’une délégation systématique aux professionnel.le.s AMP et ce bien qu’elles appartiennent aux pratiques communes des professionnel.le.s du social. Cette place des AMP au sein de l’école reflète également une série d’oppositions symboliques entre les environnements de travail des professionnel.le.s. Les AMP sont amené.e.s à réaliser en partie un travail en dehors du regard des autres professionnel.le.s (la toilette, l’aide à l’habillage). Ce travail peut être qualifié de travail du care et notamment de care comme « savoir-faire discret » dont « la réussite dépend en grande partie de sa discrétion, c’est-à-dire de l’effacement de ses traces » (Pascale Molinier, 2010, p. 165). Cette présence / absence au sein de l’école reflètent symboliquement ce travail discret, invisible et peu reconnu qu’elle.il.s accomplissent sur les terrains professionnels. Les AMP en formation évoquent aussi une représentation négative voire péjorative de leurs tâches. Lana en stage dans une Maison d’Accueil Spécialisée l’évoque : « pour certains collègues, c’est un travail facile que de laver des gens, l’expression qu’ils emploient c’est torcher des culs et ça, pour eux ce n’est pas compliqué ». Pour Philippe Chavaroche (1998), la spécialisation des AMP auprès de personnes exclues des systèmes de prise en charge est à l’origine de leur assimilation « à la supposée défectologie des personnes et à leur positionnement dans les « castes » inférieures des professions éducatives et sociales ». Leur niveau scolaire élémentaire et leur faible reconnaissance salariale ont contribué à renforcer celle-ci (pp. 36-41). Longtemps, le métier d’AMP a souffert des réticences voire de l’hostilité des professionnel.le.s issu.e.s des filières emblématiques du travail social à leur égard. La crainte d’une déqualification des diplômes a toujours été prégnante et une hiérarchisation des métiers calquée sur le niveau d’études a été maintenue sur le terrain comme dans les centres de formation. Les AMP sont d’abord défini.e.s par leur niveau d’entrée dans la formation, niveau V6, ce qui est fréquemment associé à la notion d’infériorité tant dans l’élaboration d’une pensée théorique que pratique. Or, leur niveau d’étude à l’entrée en formation est majoritairement supérieur au niveau requis7. Un autre marqueur souligné par Philipe chavaroche est la classe sociale dont étaient issue.s les premier.ère.s AMP. Aujourd’hui encore, les AMP proviennent, majoritairement, des classes populaires8, les pères sont employés ou ouvriers et les mères employées ou n’ont jamais exercé d’emploi (DREES, 2015, p. 51). En remontant aux origines de ce métier, un autre marqueur est apparent : son inscription dans une histoire des femmes et du travail social singulière. Les origines du métier d’AMP se situent à Marvejols en Lozère dans les années 1960 et sont indissociables de François Tosquelles, médecin psychiatre catalan qui fut l’un des chefs de file de la psychiatrie institutionnelle. Son travail au « Clos du Nid » auprès d’enfants dits arriérés profonds va être déterminant pour le début de la professionnalisation des personnes les prenant en charge. Il remarque un personnel local, des femmes, pour la plupart issues de familles paysannes de Lozère, qui trouvent un emploi au sein du « clos du nid » et s’occupent des enfants accueillis. Ce sont les « comportements et des traditions maternelles du temps de nos grands-mères » que François Tosquelles (1975) loue chez ces femmes (p.8), il s’attèle à leur formation. Cela marque les débuts d’un nouveau métier qui apparait d’abord comme réservé aux femmes. Si, à son origine, l’AMP est dans une fonction maternelle, cette notion de « maternage » va progressivement disparaître des textes législatifs. Bien que la définition officielle du métier ait apporté des modifications substantielles quant à la reconnaissance des compétences éducatives et relationnelles de ces professionnel.le.s, ceci ne semble pas suffisant pour modifier l’image associée au métier, celle d’un métier féminin et secondaire. Par son histoire et sa pratique d’accompagnement caractérisée par une (sur)valorisation de la dimension relationnelle et de la proximité appliquée à la prise en charge du quotidien de publics dépendants, le métier d’AMP semble incarner une des figures de la division sexuelle du travail dans le travail social. Ce métier connoté comme féminin est à rattacher au travail féminin bénévole et charitable du XIXe. Considéré comme un prolongement de la sphère privée et domestique, il a constitué un moyen d’accès au travail pour les femmes et demeure une des racines du travail social. Les féministes matérialistes, parmi lesquelles Christine Delphy et Danièle Kergoat, ont mis au cœur de leurs réflexions le travail et ses enjeux entre les sexes. La mise en évidence d’un mode de production parallèle au monde de production capitaliste : le mode de production domestique va permettre de penser l’articulation entre les activités déployées dans la sphère familiale et dans la sphère professionnelle en termes de division sexuelle du travail. Dans les espaces professionnels des AMP, les espaces du quotidien dans lequel elle.il.s opèrent sont assimilables à la sphère domestique. Le travail réalisé, au sein des établissements sociaux et médico-sociaux, se substitue totalement ou partiellement à la prise en charge des familles. Les AMP accomplissent des tâches du quotidien auprès d’individus durablement ou momentanément empêchés de les réaliser pour eux-mêmes (lever, coucher, toilette, habillage, repas). Ce travail salarié, amenant les AMP à une « gestion sociale de l’intime » (Elian Djaoui, 2011, p. 13), nous apparait non seulement comme une zone de tension entre sphère intime et sphère professionnelle mais aussi comme le lieu de la reproduction de la division sexuelle du travail. Le nouage entre « soin », « prendre soin » et « éducatif », caractérisant leurs pratiques d’accompagnement, est encore marqué par une vision essentialiste et morale de la sollicitude féminine. Les compétences requises pour faire vivre au quotidien « ce nouage » et la valeur symbolique et matérielle de la pratique professionnelle des AMP n’est pas suffisamment reconnue. Les AMP sont en première ligne dans les Foyer d’Accueil Médicalisé (FAM), les Maisons d’Accueil Spécialisée (MAS), les Etablissements d’hébergement pour personnes âgées dépendantes (EHPAD). Dans ces établissements, parmi ces espaces du quotidien, la chambre de la.du résident.e, lieu de son intimité, est un espace privatif9. Les AMP interviennent de façon privilégiée dans cet espace privatif assimilé au domicile de la personne accueillie, il devient un « territoire privé » au sens d’Elian Djaoui (2011). Le statut paradoxal de ce territoire « à la fois espace d’intimité et aussi catégorie de l’action publique, à la fois lieu de vie et espace professionnel » (p.8) nous éclaire sur la remise en question des frontières entre espace intime et espace professionnel dans le contexte de travail des AMP. Les AMP sont des acteur.trice.s d’un espace public, représenté par l’organisation où elle.il.s sont salarié.e.s, ayant pour mission d’investir l’espace intime de la personne et de prendre soin de celle-ci. La pratique professionnelle de l’AMP, dans cet espace paradoxal, a un lien de parenté avec les pratiques familiales incombant aux femmes. Mises en lumière par les historiennes et les théoriciennes du care, elles ne sont plus dans le cas des AMP exécutées dans l’espace domestique familial. Elles ont lieu au sein des établissements et sont connues des équipes pluriprofessionnelles. Dans ces espaces de travail du quotidien se lisent les rapports sociaux de sexe, les femmes investissent davantage que les hommes le temps de la toilette, le temps de l’habillage ou l’environnement de la personne. Ces espaces du quotidien apparaissent comme des lieux sexués, ségrégués et dévalorisés. Si la volonté d’ouvrir le bastion féminin qu’est le secteur social et médico-social aux hommes est affichée, les territoires professionnels demeurent ‘genrés’ au sens d’une reproduction des rapports sociaux de sexe. L’existence de déclinaisons et de différenciations sexuées d’un même métier a déjà été mise en évidence (Sabine Fortino, 2002 ; Christine Guionnet et Erik Neveu, 2014, François Ndjapou, 2014). Dans le cas des éducateur.trice.s de jeunes enfants, François Ndjapou (2014) souligne l’existence de rôles professionnels différenciés reproduisant le modèle familial traditionnel. L’exemple de Louis illustre cette déclinaison sexuée d’un même métier. Louis est AMP dans un FAM. Seul homme sur son unité, il a obtenu par la direction d’être dégagé d’une partie de ces fonctions d’AMP sur les temps du quotidien (toilette, repas) pour créer des ateliers multimédias et des ateliers partagés avec les soignant.e.s : « Je suis le seul à avoir cette fonction. J’ai pu créer mes ateliers, des ateliers pérennes, j’ai des prises en charge comme un art-thérapeute ». Cette fonction transversale le démarque des femmes AMP et lui assure une forme de reconnaissance. Le travail en amont avec la psychologue lui permet de bénéficier d’une certaine zone de liberté quant aux choix des résident.e.s accueilli.e.s chaque année sur ses ateliers et l’orientation vers ses ateliers figurent dans les projets personnalisés des résident.e.s. Louis a conscience des bénéfices de ce poste qui se mesurent aussi en termes de fatigue et d’usure professionnelle. Le travail entre les sexes s’est « naturellement » divisé sous couvert de la direction octroyant à Louis, contrairement à ses collègues femmes, un espace de travail différencié. Un processus de division sexuelle du travail s’est mis en place sans que celui-ci soit perçu comme tel ni par Louis, ni par ses collègues. On retrouve ici la division sociale des rôles masculins et féminins que Thierry Blöss (2001) estime d’autant plus efficace que dans la pratique ce traitement réservé aux deux sexes est non seulement discret mais aussi non réductible à l’action délibérée de ses acteurs. Cette division sexuée des rôles est alors « d'autant plus prégnante qu'elle s'appuie sur une éducation, voire une inculcation dès l'enfance, de leur assignation respective à des places différentes dans la société » (p.2). On retrouve ici un système où les femmes AMP sont maintenues à des postes d’exécutantes et assignées à la sphère du quotidien. Les hommes arrivent à s’extraire de cette sphère en accédant à d’autres activités professionnelles, tel que Louis. Dans le travail social, Marc Bessin (2009) évoquait une asymétrie sexuée des évolutions de carrières. Les hommes accèdent davantage aux postes de direction, aux formations que les femmes et de fait s’extraient plus rapidement du terrain. Lors des entretiens, les hommes AMP expriment davantage, lorsqu’ils envisagent une mobilité professionnelle, de quitter le champ du travail social pour investir un secteur proche (paramédical, insertion). Si les hommes cherchent à s’extraire du quotidien, la voie pour y parvenir semble différente de celle envisagée par les femmes. Ils cherchent à transférer les savoirs et les savoir-faire acquis pour les mettre à profit dans des métiers où la dimension d’accompagnement est différente. Contrairement aux aides-soignants d’Anne-Marie Arborio (2005), les hommes AMP ne développent pas une stratégie de carrière verticale en cherchant la promotion (d’aide-soignant à infirmier ou à manipulateur en radiologie). Leur stratégie est une stratégie de réinvestissement de l’expérience acquise ailleurs que dans des établissements sociaux et médico-sociaux. Si le métier d’AMP est majoritairement investi comme un tremplin pour les deux sexes, il est avant tout une « fabrique de travailleuse sociale », les femmes cherchant à s’inscrire plus durablement que les hommes dans le secteur et à accéder à des métiers plus élevés dans la hiérarchie des métiers du social.

Du travail féminin au travail social : la marque du genre

4Les liens unissant l’histoire du travail social et l’histoire des femmes ont été mis en évidence à la fin des années 1970 notamment par Yvonne Knibiehler : transfert des activités familiales affectées aux femmes dans la sphère professionnelle auprès des publics vulnérables (personnes âgées, jeunes enfants), socialisation de la fonction maternelle ou encore répartition sexuée des tâches et des rôles… (Brigitte Bouquet, 2007, Henri Pascal, 2014). Michèle Riot-Sarcey (1998) a retracé cette volonté des femmes de sortir de la sphère du privé en cherchant d’une part à faire valoir leur droit (droit de vote et révision du code civil) et d’autre part en occupant une place dans la société par le travail salarié. Les féministes de l’après-guerre permettent une avancée dans l’accession à une certaine forme de reconnaissance sociale, mais cette accession sera conforme aux normes sociales qui souvent définissent la féminité (Christine Bard, 1995). Les femmes pourront investir des professions conformes aux rôles traditionnels dévolus aux femmes et les professions d’infirmières et d’assistantes sociales ont, par exemple, des origines communes dans la philanthropie et les activités charitables (Françoise Battagliola, 2008). La question de la place des femmes dans le travail peut être abordée à partir de différentes disciplines. Nous nous sommes intéressée plus particulièrement aux travaux de sociologues mettant en exergue les distinctions qui vont s’opérer pour qualifier les métiers de « féminin » et de « masculin ». En 1973, Evelyne Sullerot publie une enquête sur « Les françaises au travail » dans laquelle de multiples données sur le travail des femmes vont être mises en lumière et parmi elles, la question des métiers et des fonctions exercées. Il ressortait déjà que les femmes actives en France étaient réparties dans peu de métiers, principalement des métiers dits pour femmes seulement ou des postes pour femme dont la caractéristique principale était d’être mal rémunérée La notion de « métier de femme » est véritablement apparue à la fin du XIXe siècle et se définit par sa référence aux qualités dites naturelles des femmes non reconnues comme de réelles qualifications. A partir des années 1980, les sciences sociales vont se réorienter en lien avec l’évolution des droits des femmes : « les différentes approches sociologiques de la notion de métier recoupent trois dimensions qui font apparaitre la nécessité de raisonner simultanément en termes de division technique et sociale et en termes de division sexuelle du travail » (Prisca Kergoat, 2004, p. 116). La distinction entre métier masculin et féminin va s’opérer sur la base de l’opposition entre l’occupation d’un poste de travail (modèle taylorien) et l’exercice d’un métier (artisanat). Quasiment absentes dans l’artisanat, les femmes vont se trouver majoritairement sur les postes les plus déqualifiés du secteur industriel, dans le secteur tertiaire et dans les métiers de service. Cette division contient en son germe la distinction entre les métiers féminins et les métiers masculins et renforce l’idée de l’existence de savoir-faire féminins comme la minutie ou le soin. L’utilisation de la compétence reposant sur le critère du savoir-être, notamment avec les autres (patience, discrétion, générosité), va se retrouver dans les métiers du social. Prisca Kergoat (2004) en souligne les travers : « un des dangers de cette notion ne serait-il pas, en habillant des lieux communs anciens d’une apparence de modernité et de scientificité (cf. la construction de référentiels de compétences), d’entériner et de légitimer la différence sexuée des filières, grâce à la dissociation de compétences dites masculines et d’autres féminines ? » (pp. 116-117). Un ensemble d’aptitudes et de qualités va être attribué aux professionnel.le.s du social : « pouvoir écouter l’autre », « se mettre à la place de l’autre », « avoir de l’intérêt pour les problèmes relationnels », « avoir de l’intuition », « avoir le sens de la gratuité » ou encore « être quand même organisatrice » (Brigitte Studer, 1976, cité par Jean-Yves Causer, 2007, p. 175). Ce modèle de professionnalité ne faisait que transposer idéologiquement le fonctionnement familial au milieu professionnel. L’aspect relationnel et la dimension affective du travail sont assimilés à des ressources naturelles dont les femmes seraient pourvues : « Toutes ces attitudes, qui mobilisent l’affectivité des professionnelles mais - une affectivité strictement canalisée pour ne pas laisser transparaître les sautes d’humeur, les angoisses, les drames intime s- n’ont rien de naturel. Elles impliquent, en réalité, un véritable travail sur soi » (Sabine Fortino, 2002, pp. 157-158). La division sexuelle du travail perdure au sens d’une inégale répartition de la charge émotionnelle du travail où il est attendu que celle-ci soit portée par les femmes et dont les hommes sont dispensés. Il revient aux femmes d’être humaines, maternantes et affectueuses (Sabine Fortino, 2002). L’histoire du lien unissant le travail social et les femmes serait incomplète si nous n’apportions pas quelques nuances en nous appuyant sur un article de Brigitte Bouquet (2007) qui, au travers une des professions emblématiques du travail social les assistant.e.s de service social, évoque les transformations du secteur social et des pratiques professionnelles sous l’angle du genre. Son analyse rejoint celle de Nicole Mosconi (2010) qui évoquait un renforcement de l’ordre du genre dans l’émancipation des femmes dans le travail social. Brigitte Bouquet analyse la professionnalisation des femmes dans le secteur social comme une réelle stratégie visant à conquérir leur autonomie. Après la première guerre mondiale, les femmes ont cherché à poursuivre l’action qu’elles avaient engagée auprès des populations souffrantes en organisant leur professionnalisation et leur formation. L’année 1932 est marquée par la naissance d’un diplôme reconnu par l’État pour les assistantes de service social. Si la mixité dans les écoles de formation est alors acceptée, elle n’est pas recherchée. Pour l’auteure, le service social est un domaine reconnu comme féminin et les femmes entendent bien conserver ce territoire professionnel synonyme d’émancipation. Cette première conquête professionnelle reste néanmoins sous la tutelle des hommes, les femmes assurent le fonctionnement et l’exécution des politiques sociales et les hommes sont aux postes de pouvoir. Pour certain.e.s historien.ne.s, nous dit Brigitte Bouquet, ces femmes assignées par les hommes à des tâches correspondant à « leur nature » sont maintenues dans une position mineure. Pour d’autres comme Yvonne Knibiehler, ces femmes sont des pionnières et leur engagement professionnel peut s’apparenter à un engagement politique où « servir, c’était aussi pour elle s’accomplir » (Yvonne Knibiehler citée par Brigitte Bouquet, 2007, p. 20). De l’entre-deux guerre au régime de Vichy, être assistante sociale, c’est être une femme de préférence célibataire mettant au service des autres les qualités attribuées alors naturellement aux femmes telles que la compassion et l’écoute. Ce n’est qu’en 1953, avec la naissance de l’Association Nationale des Assistantes Sociales et Assistants Sociaux, qu’une nouvelle image pour la profession sera recherchée en affichant une ouverture de celle-ci aux hommes. Le peu d’hommes investissant, alors, cette profession n’amène pas une remise en question du « marquage de genre » du métier. Celle-ci adviendra dans les années 1980 et 1982, les bouleversements touchant l’ensemble du secteur (la décentralisation) vont permettre qu’une nouvelle analyse en termes de rapports sociaux de sexe de la profession et du secteur émerge. La non-mixité considérée jusqu’à lors comme un moyen d’émancipation par la préservation d’un bastion féminin est de plus en plus perçue comme une entrave à la reconnaissance sociale de la profession. Elle renforcerait également l’ambigüité entre les activités professionnelles et les activités domestiques dévolues ‘naturellement’ aux femmes : « (…) on sait qu’un milieu composé essentiellement de représentants d’un seul sexe façonne un modèle de pensée, d’action, lui donne une empreinte spécifique, et rend difficile la rupture avec les représentations stéréotypées » (Brigitte Bouquet, 2007, pp. 21-22). Brigitte Bouquet précise que cette analyse est transposable aux métiers pour lesquels les fonctions domestiques et éducatives sont externalisées. Ils servent les politiques publiques contre le chômage créant des emplois peu qualifiés, peu rémunérés en direction des femmes. Le métier d’AMP s’inscrit dans la lignée de ces métiers dit féminin du travail social.

La mise au travail du genre dans le travail social

5Le travail social dont la professionnalisation s’est construite sur la base de représentations naturalisées des qualités des hommes et des femmes met peu au travail la question du genre notamment dans le contexte de formation des professionnel.le.s du secteur. La dimension sexuée des rapports sociaux semble quasi-absente des enseignements transmis. Nicolas Murcier (2008) parle d’un « enseignement matrifocalisé » (p. 219). Ces enseignements participeraient à la perpétuation des stéréotypes sociaux de sexe et à la reproduction de la division sexuée des rôles entre les femmes et les hommes. En remontant aux racines du métier d’AMP, nous avons observé que ce métier a d’abord été un métier exercé par des femmes sollicitées pour intervenir auprès d’enfants dits « arriérés mentaux », ces femmes reproduisant auprès de ces enfants les rôles sexués traditionnels acquis dans la sphère domestique. Les ancêtres des AMP, celles dont parlent François Tosquelles (1975) devaient se substituer à la mère, partiellement ou totalement ; les AMP décrites par Philippe Chavaroche (1998) exercent des fonctions dévolues traditionnellement à la mère : « soins maternels », « préoccupation maternelle primaire », « fonction alpha de la mère » etc. Les références mobilisées notamment par Philippe Chavaroche pour décrire l’action de ces professionnel.le.s sont des références psychanalytiques notamment Donalds Wood Winnicott et Wilfred Bion. Ces références ont longtemps pris une place importante dans les écoles de travail social. Même si c’est moins le cas aujourd’hui, l’intérêt à Winnicott et à ses propos sur la dyade et les interactions mère-enfant laisse des traces. Sa formule la plus célèbre reste « un bébé ça n’existe pas » sous-entendu sans quelqu’un pour s’occuper de lui. Psychanalyste de formation pédiatrique, son travail auprès des enfants évacués pendant la guerre a fortement imprégné ses apports théoriques sur le développement affectif de l’enfant et notamment les conséquences chez les jeunes enfants de la séparation prolongée avec son environnement familier du fait de l’évacuation (Denys Ribas, 2015). Marc Bessin (2009, 2013), Nicolas Murcier (2008) interrogeaient la prégnance des « savoirs psys » dans le champ du travail social et des idéologies de la primauté maternelle véhiculant une répartition sexuée des rôles parentaux. Ce peu d’ouverture à la dimension genrée du travail social dans la formation participerait à la (re)production dans les pratiques professionnelles de la division sexuelle du travail entre professionnel.le.s d’un même métier. En investiguant les caractéristiques du métier d’AMP, nous avons identifié l’espace professionnel d’intervention privilégié des AMP comme étant celui du quotidien. La mobilisation de ces professionnel.le.s sur une sphère d’activité assimilable à la sphère domestique constitue un espace professionnel favorisant le maintien d’une spécialisation sexuée des tâches et des fonctions entre les deux groupes sociaux que sont les femmes et les hommes. Dans le discours des femmes et des hommes AMP, les tâches réalisées dans ces espaces du quotidien sont sexuées et les rôles tenus témoignent d’un arrangement des sexes (pour reprendre une expression de Goffman). Certaines tâches sont davantage investies par les femmes et délaissées par les hommes et les choix d’activités traduisent également une division sexuée de l’espace au sein même des établissements. Cela révèle à la fois les effets de la socialisation de genre mais également performe une mise en scène du féminin et du masculin auprès des résident.e.s. Dans leurs espaces de travail, les femmes comme les hommes sont assujetti.e.s à l’ordre du genre, leur légitimité à agir étant réduite à la classe de sexe et délimité par le genre. De façon plus marginale, nous avons pu observer que certaines femmes et certains hommes contribuent à dé-genrer le métier d’AMP en adoptant des positionnements professionnels contre-stéréotypés. Les stéréotypes de genre sont identifiés par les AMP comme divisant leur espace professionnel au quotidien et peuvent être vécues difficilement symboliquement, psychiquement et physiquement. Au niveau des pratiques, il existe des attentes stéréotypées : les hommes sont sollicités sur la gestion des conflits ou du côté de l’autorité alors que les femmes mettent en acte des attitudes maternantes voire infantilisantes. Il y aurait une assignation différenciée dans les rôles des professionnel.le.s. À partir d’une analyse d’un corpus de mémoires professionnels du secteur social, Marc Bessin (2008) met en évidence le rejet radical des hommes assistants de service social des attributs féminins du métier et leur volonté de s’en démarquer en mobilisant le discours de la professionnalité en opposition à une pratique jugée féminine car centrée sur l’émotion et l’affectif. Les stratégies d’action vont également différer et les hommes et les femmes occupant un même poste vont investir d’une manière différente les tâches qui leur incombent : « en particulier, ils se voudront très professionnels dans la maîtrise des techniques, des outils et des dispositifs, jugeant les femmes comme contrôlant difficilement leur affectivité et prenant peu de distance ». (Elian Djaoui et Jean-François Large, 2007, p. 115). Au niveau des publics, une répartition sexuée des professionnel.le.s s’observe au regard des publics accompagnés (Marc Bessin, 2009). Le taux de féminisation sera élevé si les pratiques professionnelles sont centrées sur le corps ou encore si le public relève du secteur de l’enfance ou de la personne âgée. Un autre aspect des pratiques professionnelles impacté par le genre est la prégnance des identités sexuées ayant des conséquences directes pour les travailleur.se.s sociaux.ales dans les publics accompagnés : les femmes victimes d’agressions sexuelles sont davantage accompagnées par des femmes, les hommes isolés et / ou SDF ont nécessité d’autres formes d’interventions davantage centrées sur l’économique et l’insertion et faisant appel davantage à des compétences considérées comme masculines (Brigitte Bouquet, 2007). Les évolutions du travail social et notamment la pénétration du secteur par une logique libérale viennent bousculer les représentations traditionnelles d’un secteur associé au féminin. Les valeurs d’efficacité, d’évaluation, de qualité, d’accélération des prises en charge renverraient davantage à des représentations traditionnellement masculines (Brigitte Bouquet, 2007), le risque étant une exacerbation des rapports sociaux de sexe et une division sexuée du travail sans cesse renouvelée.

Conclusion

6Etudier les relations entre le genre et le travail social peut se réaliser à partir de sources et d’approches variées. En tant que doctorante, cette immersion dans la littérature sur cette question, les allers retours entre notre pratique professionnelle, la construction de notre recherche et notre tentative de réflexivité ont formé un ensemble tantôt exaltant, tantôt décourageant. Se construire une culture commune sur la question du genre dans le travail social nous semble aujourd’hui indispensable. Marc Bessin (2013) évoquait « l’urgence d’une lecture genrée du secteur social » et invitait à ce que le genre soit un outil mobilisé pour penser les pratiques de formation comme de terrain (p.27). Dans le métier d’AMP, les hommes comme les femmes semblent prisonnier.ère.s du marquage de genre du métier, mais elles et ils ne le sont pas de la même manière. En proposant une lecture genrée du métier et en choisissant le genre comme concept et outil d’analyse pertinent pour identifier dans ce métier les mécanismes de différenciation / hiérarchisation y perpétuant « l’ordre du genre », nous espérons pouvoir y apporter notre contribution.

Haut de page

Bibliographie

Arborio, A-M. (2005). Hommes et femmes aides-soignants : deux métiers différents ?. Colloque Dynamiques professionnelles dans le champ de la santé, Session genre et professions de santé. DREES-MIRE, Paris, 23-24 mai 2005, consulté sur https://hal.archives-ouvertes.fr/halshs-00005651/document

Bard, C. (1995). Les filles de Marianne, Histoire des féminismes. 1914-1940. Paris : Fayard.

Bardin, L. (2013). L’analyse de contenu. Paris : PUF.

Battagliola, F. (2008). Histoire du travail des femmes (3e éd.). Paris : La Découverte.

Bessin, M. (2005). À propos de la sexuation du social. Mouvements, 1 (37), 146-149.

Bessin, M. (2008). Les hommes dans le travail social : le déni du genre : In Guichard-Claudic.Y., Kergoat.D. Vilbrod.A. (dir) L’inversion du genre. Rennes : PUR.

Bessin, M. (2009). La division sexuée du travail social. Informations sociales, 2009, n° 152, 70-72.

Bessin, M. (2013). Quand la mixité ne suffit pas : où en est l'introduction du genre dans le travail social ? Les Cahiers Dynamiques, 2013/1 (n° 58), 22-30.

Blöss, T. (2001). Introduction. Une égalité entre les sexes toujours incertaine. In Blöss, T. La dialectique des rapports hommes-femmes. Paris : PUF.

Bouquet, B., Jovelin, E. (2005). Histoire des métiers du social. Paris : Éditions ASH.

Bouquet, B. (2007). Cachez ce genre que je ne saurai voir. Empan, 2007/1 (n° 65), 18-26.

Causer, J-Y. (2007). Les métiers du social et le genre : In Causer.J-Y. (Dir). Métiers, identités professionnelles et genre. Paris : L’Harmattan.

Chavaroche, P. (1998). Les AMP, De la souillure à la professionnalisation. Dardilly. Prix GERSE.

Clair, I. (2015). Sociologie du genre. Paris : Armand Colin.

Delphy, C. (1991). Penser le genre. In Hurtig, M-C., Kail, M., Rouch, H. (Dir). Sexe et genre, de la hiérarchie entre les sexes, (pp. 87-107). Paris : CNRS.

Djaoui, E., Large, P-F. (2007). L’imaginaire dans les rapports de genres dans le champ du travail social. Sociologies pratiques, 1, n° 14, 103-117.

Djaoui, E. (2011). Intervention au domicile : gestion sociale de l’intime. Dialogue, 2 (192), 7-18.

Direction de la Recherche, des études, de l’évaluation et des statistiques. (2014). 1.2 millions de travailleurs sociaux en 2011. Etudes et Résultats, (893). En ligne : drees.solidarites-sante.gouv.fr/IMG/pdf/er893.pdf

Direction de la Recherche, des études, de l’évaluation et des statistiques. (2015). La formation aux professions sociales en 2013. Documents de travail, (193). En ligne : dress.solidarites-sante.gouv.fr/etudes-et-statistiques/ladress/

Fortino, S. (2002). La mixité au travail. Paris : La Dispute.

Giust Desprairies, F. (2013). Le métier d’AMP, Construction d’une identité professionnelle. Paris : Dunod.

Guichard-Claudic, Y., Kergoat, D., Vilbrod, A. (2008). L’inversion du genre. Quand les métiers masculins se conjuguent au féminin et réciproquement. Rennes : PUR.

Guionnet, C., Neveu, E. (2014). Féminins/Masculins. Sociologie du genre. Paris : Armand Colin.

Helfter, C. (2012). Des styles d’encadrement qui dépassent le genre. ASH, n° 2788, .23

Jarlégan, A. (2009). De l’intérêt de la prise en compte du genre dans les sciences de l’éducation. Recherches & éducations [En ligne], 2 | décembre 2009, mis en ligne le 15 janvier 2012, consulté le 11 août 2018. URL : http://journals.openedition.org/rechercheseducations/500

Kergoat, P. (2004). Division sexuelle du travail et rapports sociaux de sexe : In Hirata, H. et al. Dictionnaire critique du féminisme. Paris : PUF, 35-44.

Molinier, P. (2010). Au-delà de la féminité et du maternel, le travail du care. L’esprit du temps, 2 (58), 161-174.

Mosconi, N. (2010). Rapport au savoir et pratiques du travail social : In Olivier, A. (dir.). Sexe, genre et travail social. Paris : L’Harmattan, 17-34.

Murcier, N. (2008). Petite enfance et rapports sociaux de sexe : la formation des professionnel(le)s de la petite enfance, idéologies et représentations sociales : In Guichard-Claudic, Y., Kergoat, D., Vilbrod, A., L’inversion du genre. Quand les métiers masculins se conjuguent au féminin et réciproquement. Rennes : PUR.

Ndjapou, F. (2014). Le genre et la mixité en formation d’éducateur(e) de jeunes enfants. Nouvelle revue de psychosociologie, n° 17, .69-81.

Pascal, H. (2014). Histoire du travail social en France. De la fin du IXIe à nos jours. Paris : Presses de l’EHESP.

Ribas, D. (2015). Donald Woods Winnicott. Paris : PUF.

Riot-Sarcey, M. (1998). Histoire du féminisme. Paris : La Découverte.

Sullerot, E. (1973). Les françaises au travail. Paris : Hachette.

Tosquelles, F. (1975). La rééducation des débiles mentaux, introduction à l’aide maternelle thérapeutique. Toulouse : Privat.

Ventelou, D. (2007). Sous la neutralité, le déni : note sur la question du genre dans l'action sociale. Empan, 1 (65), 31-37.

Haut de page

Notes

1 Marc Bessin cite Jacques Donzelot (1977), Philippe Meyer (1977) et Jeannine Verdès-Leoux (1978).

2 Inscrit dans le Code de l’action sociale et des familles. (Art. D. 142-1-1, Décret n° 2017877 du 6 mai 2017), le travail social est défini comme un ensemble de pratiques s’appuyant sur différentes disciplines, il n’est pas en lui-même une discipline.

3 Par ordre du genre, nous entendons le système qui organise et maintient la reproduction d’un rapport de pouvoir dichotomique et hiérarchique entre les sexes et fondé sur l’opposition entre le féminin et le masculin (Marc Bessin, 2013)

4 L’École est un centre de formation multi filières

5 Les AMP se réfèrent de façon générique aux « éducs » renvoyant aux éducateur.trice.s spécialisé.e.s ou aux moniteur.trice.s éducateur.trice.s.

6 La nomenclature des diplômes par niveau indique le type de formation nécessaire pour occuper un poste professionnel, le niveau V correspond à un Certificat d’Aptitude Professionnelle ou Brevet d’Etudes Professionnelles.

7 Au niveau national, 46.7 % des personnes inscrites en formation d’AMP en 2013 ont un niveau d’études supérieur au niveau 5 (DRESS, 2015). Elles étaient 35 % en 2011 (DRESS, 2014).

8 La catégorie sociale des parents correspond à celle recueillie au moment où les inscrit.e.s étaient scolarisé.e.s au collège.

9 Le caractère privatif de cet espace est affirmé dans l’arrêté du 26 avril 1999, celui-ci devant « être considéré comme la transposition en établissement du domicile du résident ». En ligne : https://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do ?cidTexte...categorieLien =id

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Emmanuelle Mikanga, « Actualités du genre dans le travail social. Première étape d’une recherche doctorale »Éducation et socialisation [En ligne], 55 | 2020, mis en ligne le 01 mars 2020, consulté le 25 janvier 2022. URL : http://journals.openedition.org/edso/9316 ; DOI : https://doi.org/10.4000/edso.9316

Haut de page

Auteur

Emmanuelle Mikanga

Psychologue, formatrice en travail social, doctorante en sciences de l’éducation, Université Paris-Est Créteil

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
La revue Éducation et socialisation est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires de la Méditerranée
  • DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search