Navigation – Plan du site

AccueilAppels à contributionsAppels en coursApprendre en situation de travail...

Apprendre en situation de travail : développements théoriques, approches méthodologiques et enjeux praxéologiques – Varia (62/décembre 2021)

Numéro coordonné par Laurent Filliettaz et Souâd Zaouani-Denoux

Notes de la rédaction

Calendrier

Date limite d’envoi des projets : fin Octobre 2020
Réponse sur les projets : fin Décembre 2020
Date limite d’envoi de l’article intégral : fin Avril 2021
Date limite de retour des expertises : fin Juin 2021
Date limite d’envoi de l’article définitif : fin Septembre 2021

La procédure de participation est la suivante : tout projet de contribution devra être envoyé à Laurent Filliettaz (Laurent.Filliettaz@unige.ch) et Souâd Zaouani-Denoux (souad.denoux@wanadoo.fr) afin que soit donné un accord de principe. Les questions et les projets d’article (sous la forme d’un résumé d’environ 3000 caractères) seront reçus jusqu’à la fin du mois d’octobre 2020. Il sera procédé à des arbitrages pour éviter un déséquilibre éventuel entre les axes du dossier. Après accord de principe, toute contribution devra ensuite être présentée en respectant les normes de la revue (soumettre une contribution : https://edso.revues.org/395 et les recommandations aux auteurs : https://edso.revues.org/624).

Argumentaire

Nous assistons actuellement à un intérêt renouvelé pour l’apprentissage et la formation en situation de travail, tant de la part des décideurs politiques, des organisations professionnelles que des milieux de la recherche. Cette attention pour l’apprentissage au travail se fonde sur une volonté de consolider les processus d’apprentissage par une articulation forte entre apprendre et agir en même temps et sur le même lieu (Zaouani-Denoux et Mazalon, 2019). Elle conduit à la mise en place de dispositifs variés (ex. formation en alternance, formation intégrée au travail, formation-action, VAE, analyse des pratiques, groupes de résolution de problème, formations en situation de travail etc.) qui reconnaissent à l’expérience du travail une dimension formative.

Cet intérêt peut s’expliquer par des facteurs, à la fois politiques, économiques, scientifiques et culturels.

En premier lieu, les changements internationaux des systèmes éducatifs et des organisations du monde du travail ont mis en évidence les difficultés d'adaptation des systèmes de formation professionnelle. Selon certains chercheurs, les dispositifs de formation professionnelle s’appuient encore souvent sur une conception des connaissances transposée du monde scolaire, désincarnée, décontextualisée et fondée sur un cloisonnement fort des espaces et des acteurs de la formation (Veillard, 2017). Par ailleurs, l’envoi des personnes dans des structures de formation classiques, non seulement prive les entreprises de leurs salariés pendant une période déterminée mais encore ne garantit pas le transfert sur le poste de travail des connaissances acquises. Enfin, la rapidité du développement des technologies numériques oblige à s’interroger sur la manière dont se forment les collaborateurs des grandes entreprises, et comment ils deviennent rapidement opérationnels, réactifs, flexibles, créatifs, capables de bien communiquer, de manager et d’actualiser continûment leurs compétences dans des contextes mouvants (Enlart, 2018). À ces considérations s’ajoutent des enjeux d’ordre économique. Le développement de la formation en situation de travail revient, à reporter une proportion importante des coûts de la formation vers les entreprises et à restreindre la participation des pouvoirs publics. Pour les entreprises, cela permet de disposer de manière continue de salariés plus rapidement opérationnels et plus disponibles pour le travail.

Sur le plan de la recherche, les travaux sur l’apprentissage en situation de travail se multiplient et se diffusent à travers les nombreuses manifestations et publications scientifiques (Bourgeois et Durand, 2012 ; Filliettaz et Billett, 2015). Il en va ainsi du très vaste courant du Workplace Learning (Billett, 2001, 2014 ; Tynjälä, 2008). Cette approche privilégie l’entrée par les processus d’apprentissage et poursuit essentiellement l’objectif d’examiner comment ils s’opèrent plus particulièrement dans les contextes organisationnels. Pour les chercheurs de cette orientation, la qualité des apprentissages repose sur une combinaison entre les offres de l’environnement de travail, la manière dont celui-ci invite à certaines formes de participation et la façon dont les individus se saisissent de ces ressources pour apprendre en travaillant. En France, les travaux se sont intéressés de longue date à la question de la transmission du travail (Delbos et Jorion, 1984) et ont privilégié récemment une entrée par l’activité et son analyse (Barbier et Durand, 2017). Un intérêt marqué s’est manifesté également à propos de la problématique du tutorat et de l’activité réelle des tuteurs dans le champ de la formation professionnelle (Filliettaz, 2010 ; Kunégel, 2011 ; Mayen, 2002). Parmi ces différents courants, les travaux de la didactique professionnelle (Pastré, 2011 ; Pastré, Mayen et Vergnaud, 2002) considèrent l’apprentissage comme une composante constitutive de l’activité. Cette approche se focalise aussi sur la nature et l’organisation des apprentissages réalisés dans le cours même de l’activité de travail. Privilégiant une perspective cognitive, la référence majeure à la psychologie piagétienne permet aux chercheurs s’inscrivant dans ce courant de disposer d’un modèle développemental et adaptatif des compétences en situation au travail.

Cependant, comme le montrent les recherches récentes, l’apprentissage au travail n’est pas évident (Zaouani-Denoux, 2014) et n’échappe pas à des interrogations qui peuvent concerner des enjeux à la fois scientifiques, mais aussi praxéologiques, voire éthiques.

Sur le plan scientifique, il semble aujourd’hui nécessaire de poursuivre les réflexions en matière de conceptualisation et de théorisation des processus engagés dans la problématique des apprentissages professionnels en situation de travail et de formation : comment conceptualiser les spécificités des apprentissages en lien avec le travail et la formation ? De quoi ces apprentissages sont-ils faits et comment en rendre compte ? Ces questions connaissent aussi des prolongements sur le plan méthodologique pour le champ de recherche consacré à l’étude des rapports entre travail, apprentissage et formation : comment documenter les apprentissages réalisés en situation de travail ? À l’aide de quelles méthodes mettre en visibilité de tels apprentissages et comment dépasser les obstacles liés à leur observation ?

Force est de constater que les démarches de recherche dans ce domaine restent encore trop rarement arrimées à des enjeux praxéologiques : comment développer une ingénierie de formation en lien avec l’activité de travail ? Quels objectifs, quels curricula, quelle organisation du processus d’apprentissage et quelles méthodes permettent de favoriser les apprentissages en lien avec le travail ? Quels éclairages les travaux sur les apprentissages au travail peuvent-ils apporter à la pratique ? Quelles ingénieries pédagogiques et dispositifs de formation peuvent venir prolonger le champ de recherche portant sur les apprentissages professionnels ?

À ces niveaux d’analyse il faut enfin ajouter la prise en compte des considérations d’ordre plus général et éthique : n’y a-t-il pas un risque de négliger les autres modalités de formation et d’apprentissage en se focalisant exclusivement sur l’apprentissage en situation de travail (Enlart, 2018) ? L’engouement pour l’apprentissage permanent en situation de travail ne pourrait-il pas se transformer en injonction impactant la motivation et les choix personnels avec comme conséquence la mise à l’écart de ceux qui résistent à s’y engager ? Le choix, l’analyse et la description des situations de travail en dehors de ceux qui y opèrent ne contribueraient-ils pas à réactiver le débat entre activité prescrite et le réel de l’activité, pour aboutir à une représentation erronée du travail ? La mise en place des ressources et des parcours apprenants ne risque-t-elle pas d’être instrumentalisée à des fins d’évaluation et donc de soutenir l’instauration de rapports de force peu favorables aux individus ?

Les axes du numéro

Ce numéro thématique aura pour objectif de problématiser les liens entre les apprentissages, le travail et la formation professionnelle à partir des enjeux scientifiques, praxéologiques et éthiques formulés ci-dessus. Dans cette perspective, trois axes de problématisation seront visés :

1. Le premier axe concernera les apprentissages en situation de travail et permettra d’étudier les processus d’apprentissage prenant place dans des environnements caractérisés par des enjeux de productivité : comment cerner les spécificités des apprentissages en situation de travail et leurs conditions de construction et de développement ? À l’aide de quel(s) appareillage(s) conceptuel(s) et méthodologique(s) ? Quelles opportunités et quels obstacles les travailleurs rencontrent-ils dans leurs environnements de travail en matière d’apprentissage ?

2. Le deuxième axe sera centré sur la mobilisation des situations de travail en formation professionnelle et sur la manière dont ces situations peuvent être sollicitées dans la conception de dispositifs de formation professionnelle : quelle place accorder à l’expérience du travail dans les ingénieries pédagogiques en formation professionnelle ? Comment penser les innovations pédagogiques dans des environnements professionnels caractérisés par des exigences accrues en matière de productivité et des mutations technologiques ?

3. Le troisième axe concernera les processus d’apprentissages dans les dispositifs de formation en lien avec le travail et aura pour objectif de mieux comprendre les effets que peuvent induire les dispositifs de formation qui sollicitent le travail comme un ingrédient de la formation : comment décrire et caractériser les processus d’apprentissage effectués dans des dispositifs de formation professionnelle en lien avec le travail ? Quelles potentialités et quelles limites ces dispositifs de formation peuvent-ils représenter pour les apprenants ? Quelles peuvent être les contributions des démarches de recherche dans le domaine de l’évaluation de tels apprentissages ?

Références bibliographiques

Barbier, J.-M. et Durand, M. (Ed.). (2017). Encyclopédie d’analyse des activités. Paris : Presses universitaires de France.

Billett, S. (2001). Learning in the Workplace. Strategies for effective practice. Crows Nest: Allen et Unwin.

Billett, S. (2014). Learning in the circumstances of practice. International Journal of Lifelong Education, 33(5), 674-693.

Bourgeois, E. et Durand, M. (Ed.). (2012). Apprendre au travail. Paris : Presses universitaires de France.

Delbos, G. et Jorion, P. (1984). La transmission des savoirs. Paris : Éditions de la Maison des Sciences de l’Homme.

Enlart, S. (2018). L’organisation apprenante renouvelée par le digital. Éducation permanente, 216, 13-21.

Filliettaz, L. (2010). Guidance as an interactional accomplishment: Practice-based learning within the Swiss VET system. In S. Billett (Ed.), Learning through practice: Models, tradit ions, orientations and approaches (pp. 156-179). Dordrecht: Springer.

Filliettaz, L. et Billett, S. (2015). Francophone perspectives of learning through work. Dordrecht: Springer.

Kunégel, P. (2011). Les maîtres d’apprentissage. Analyse des pratiques tutorales en situation de travail. Paris: L’Harmattan.

Mayen, P. (2002). Le rôle des autres dans le développement de l’expérience. Éducation permanente, 151, 87-107.

Mikkonen, S. et al. (2017). Guiding workplace learning in vocational education and training: a literature review. Empirical Research in Vocational Education and Training, 9 (9).

Pastré, P., Mayen, P. et Vergnaud, G. (2006). La didactique professionnelle. Revue française de pédagogie, 154, 145-198.

Veillard, L. (2017). La formation professionnelle initiale : apprendre dans l’alternance entre différents contextes. Rennes : Presses Universitaires de Rennes.

Zaouani-Denoux, S. (2014). Apprendre en stage : situations de travail, interactions et participation. Éducation et socialisation Les Cahiers du Cerfee, 35, dx.doi.org/10.4000/edso.642

Zaouani-Denoux, S. et Mazalon, E. (2019). La formation en alternance, diversité des dispositifs, perspectives des usagers et complexité des approches. Paris : L’Harmattan

  • Logo Presses universitaires de la Méditerranée
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search