Navigation – Plan du site
Varia

Le « temps de tâtonnement »

Un nouveau paradigme didactique pour de nouvelles normes d’enseignement : le cas de Noël
A new didactic paradigm for new norms of teaching: the Noël’s case
Pierre Gégout
p. 153-185

Résumés

Le concept de tâtonnement est central dans la pédagogie d’Élise et Célestin Freinet. Il signifie que l’apprentissage résulte d’une assimilation progressive de l’environnement par l’organisme. Pour autant, le professeur n’est pas disqualifié. Une erreur didactique et pédagogique consisterait à déduire du tâtonnement que l’élève apprend seul. Or, l’observation attentive des pratiques professorales à l’École Freinet de Vence montre que, même dans les pratiques dans cet établissement directement héritées du couple Freinet, le professeur a un rôle dans l’accompagnement du tâtonnement. Cet article se propose d’en montrer les spécificités à partir d’une étude de cas. On montrera notamment que cette manière de faire suggère l’existence d’un autre temps didactique reposant sur les tâtonnements des élèves.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2021.
Consulter cet article

Plan

Introduction
Qu’est-ce que le tâtonnement expérimental ?
Analyse d’un cas de tâtonnement
Précisions méthodologiques
Contexte et analyse a priori
Synopsis de l’ensemble de l’épisode filmé
Épisode 1 : l’origine du tâtonnement
Épisode 2 : l’action conjointe dans le tâtonnement
Épisode 3 : Un moment paradigmatique de tâtonnement
Épisode 4 : Résolution et institutionnalisation
Résumé
Discussion conclusive : le cas de Noël comme cas paradigmatique du tâtonnement ?

Aperçu du texte

Introduction

L’École Freinet de Vence est l’école historique de la pensée éducative d’Élise et Célestin Freinet. Bâtie de leurs mains, ouverte en 1934, elle est l’occasion d’une mise en application radicale d’une philosophie complexe, dépassant largement le cadre scolaire (Riondet, 2013) et fruit d’une intense réflexion menée pendant des années. Cette pensée est une pensée de la vie dont l’éducation, et plus encore la scolarité, n’est qu’un des aspects. De fait cette École Freinet est bien plus qu’un établissement : elle est un lieu de vie, et même un lieu de « régénération » (Freinet, 1975) des corps et des esprits épuisés ou malmenés par une société capitaliste harassante. On y travaille, on y dort, on y mange, on y cultive sa propre nourriture, on y construit de nouveaux bâtiments. On y apprend et on se cultive « à même la vie », au gré des activités ordinaires. L’activité scolaire est ...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Pierre Gégout, « Le « temps de tâtonnement » », Éducation et didactique, 11-2 | 2017, 153-185.

Référence électronique

Pierre Gégout, « Le « temps de tâtonnement » », Éducation et didactique [En ligne], 11-2 | 2017, mis en ligne le 06 décembre 2019, consulté le 21 septembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/educationdidactique/2762 ; DOI : 10.4000/educationdidactique.2762

Haut de page

Auteur

Pierre Gégout

Doctorant, Université de Lorraine, équipe Normes et valeurs (LISEC EA 2310)

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page