Navigation – Plan du site

L’analogie entre la langue française et la chimie : analyse linguistique et didactique

The analogy between chemistry and French language: a linguistic and didactical analysis
Jérémy Dehon et Philippe Snauwaert
p. 9-27

Résumés

L’analogie entre la langue française (plus particulièrement son alphabet) et la chimie est utilisée dans bon nombre de manuels scolaires, de livres de références de niveau universitaire et d’articles de recherche en didactique de la chimie. Nous avons analysé les différentes versions de cette analogie en utilisant les cadres théoriques de Gentner et Holyoak. Il en résulte que la version de l’analogie mettant en correspondance les lettres de l’alphabet et les symboles chimiques présente le fonctionnement le plus apte à marquer les élèves. Les conséquences didactiques potentielles de cette analogie sont ensuite développées. Enfin, nous proposons d’utiliser lors du cours de chimie une démarche d’analogie par comparaison de situations, opposant les deux systèmes de signes, et soulignant ainsi les spécificités de la langue symbolique des chimistes.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2022.
Consulter cet article

Plan

Introduction
Les analogies en sciences : cadres théoriques et usages
Cadres théoriques
Usage des analogies en sciences
Questions de recherche
Caractéristiques du domaine source 
Caractéristiques du domaine cible – Difficultés didactiques observées
Fonctionnement de l’analogie de l’alphabet
Analyse selon les cadres théoriques de l’analogie
Points de divergence dans l’analogie structurelle graphique
Implications pour l’enseignement
Conclusion

Aperçu du texte

Introduction

« Si l’atome était une lettre, une molécule serait un mot »
(Matthys et al., 2011).

« Les phonèmes sont en quelque sorte les "atomes" du langage »
(Siouffi et Van Raemdonck, 2012).

La première de ces citations provient d’un manuel scolaire belge à destination d’élèves de 14-15 ans, quand la seconde est extraite d’un livre de référence universitaire en linguistique. Les deux énoncés ci-dessus sont des exemples frappants de la connexion que des auteurs issus de domaines variés réalisent entre le français moderne et la chimie. Ce rapprochement entre ces deux champs généraux se retrouve cependant plus fréquemment dans des manuels scolaires belges (Matthys et al., 2011 ; Pirson et al., 2015) et dans des livres de référence de niveau universitaire (Hill et al., 2008 ; Wouters, 2014 ; Tro, 2015) traitant spécifiquement de chimie que dans des ouvrages dédiés à la linguistique ou à l’appre...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jérémy Dehon et Philippe Snauwaert, « L’analogie entre la langue française et la chimie : analyse linguistique et didactique », Éducation et didactique, vol. 12-n°2 | 2018, 9-27.

Référence électronique

Jérémy Dehon et Philippe Snauwaert, « L’analogie entre la langue française et la chimie : analyse linguistique et didactique », Éducation et didactique [En ligne], vol. 12-n°2 | 2018, mis en ligne le 21 décembre 2020, consulté le 22 janvier 2019. URL : http://journals.openedition.org/educationdidactique/3161 ; DOI : 10.4000/educationdidactique.3161

Haut de page

Auteurs

Jérémy Dehon

Université de Namur, Unité de didactique de la chimie – jeremy.dehon@unamur.be

Philippe Snauwaert

Université de Namur, Unité de didactique de la chimie – philippe.snauwaert@unamur.be

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page