Navigation – Plan du site

Pratiques enseignantes pour l’apprentissage de l’écriture en grande section de maternelle et au cours préparatoire en France

Teaching handwriting in late kindergarden and first year of elementary French schools
Marie Baraud, Blandine Bril et Nadja Acioly-Régnier
p. 73-88

Résumés

Les programmes de l’Éducation nationale en France prévoient une liberté pédagogique, ce qui laisse les enseignants libres du choix de leurs méthodes. Nous avons cherché à travers cette enquête conduite dans deux académies (Grenoble et Lyon), à faire un état des lieux des méthodes d’enseignement de l’écriture cursive en GS et en CP à partir d'un questionnaire sur la manière dont les enseignants perçoivent les difficultés liées au geste graphomoteur de l’écriture cursive, et adaptent leurs stratégies d’enseignement en conséquence. L'analyse des questionnaires montre une grande diversité de pratiques tant en nombre de séances centrées explicitement sur l'acquisition du graphisme proprement dit que sur les méthodes et stratégies utilisées. Cependant, malgré cette grande variété de méthodes, l'enseignement est pour la grande majorité des enseignants centrée sur l'acquisition de la dynamique du geste et non sur la forme de la lettre. On peut conclure que la liberté laissée au corps enseignant par des programmes souvent présentés comme manquant de clarté les conduit en quelque sorte à un certain « bricolage » construit à partir des diverses ressources disponibles.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2022.
Consulter cet article

Plan

Introduction
L'apprentissage de l’écriture 
L'objet de l’apprentissage : le geste graphique dans l'écriture cursive
L'organisation du contexte de l'apprentissage
Méthode
Échantillon
Questionnaire
Résultats
Ressources à disposition des enseignants
Pratiques et stratégies d’enseignement
Les « stratégies » d'enseignement
L’apprentissage des lettres et de leur enchainement
Supports matériels privilégiés
Cas particulier des cahiers Seyès
Évaluation et difficultés
Cursive, outils numériques et avenir de l’écriture
Les outils numériques
Discussion
Conclusion

Aperçu du texte

Introduction

L’instauration en 1882 de l’école obligatoire a permis de généraliser en France l’accès à l’écriture manuscrite. Depuis lors, l’écriture est enseignée aux enfants à partir de 5 ou 6 ans et l’organisation de cet enseignement est définie par tout un ensemble de textes officiels : les lois, les décrets d’application ainsi que les arrêtés qui fixent les programmes, ces textes définissant l’enseignement en termes d’objectifs à atteindre pour chaque cycle (Baraud, Bril, Hoibian, Bizaguet, Acioly-Régnier, 2016).

Dans le but d’évaluer la manière dont les enseignants déclarent construire l’environnement dans lequel se déroule cet apprentissage, une enquête par internet sous forme de questionnaire a été proposée à l'ensemble des classes de grande section (GS) et de cours préparatoire (CP) des écoles maternelles et primaires de deux académies de la région Auvergne-Rhône-Alpes. L'o...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marie Baraud, Blandine Bril et Nadja Acioly-Régnier, « Pratiques enseignantes pour l’apprentissage de l’écriture en grande section de maternelle et au cours préparatoire en France », Éducation et didactique, vol. 12-n°2 | 2018, 73-88.

Référence électronique

Marie Baraud, Blandine Bril et Nadja Acioly-Régnier, « Pratiques enseignantes pour l’apprentissage de l’écriture en grande section de maternelle et au cours préparatoire en France », Éducation et didactique [En ligne], vol. 12-n°2 | 2018, mis en ligne le 21 décembre 2020, consulté le 22 janvier 2019. URL : http://journals.openedition.org/educationdidactique/3312 ; DOI : 10.4000/educationdidactique.3312

Haut de page

Auteurs

Marie Baraud

groupe de recherche Apprentissage et contexte, École des hautes études en sciences sociales

Blandine Bril

groupe de recherche Apprentissage et contexte, École des hautes études en sciences sociales ; laboratoire Éducation, discours et apprentissage (EDA), université Paris-Descartes

Nadja Acioly-Régnier

ESPE ; université Claude Bernard Lyon1, UMR 5191 ICAR (Interactions, corpus, apprentissage, représentations)

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page