Navigation – Plan du site

Co-enseignement et ingénierie coopérative : les conditions d’un développement professionnel

Co-teaching and Cooperation Engineering: the Conditions for Professional Development
Marc Daguzon et Corinne Marlot
p. 9-30

Résumés

Cet article rend compte d’une recherche qui a une double visée et qui a été conduite en France entre 2014 et 2015. En premier lieu, elle consiste à mesurer les effets du co-enseignement sur les pratiques des enseignants quand ils travaillent à deux. Notre cadre théorique, principalement issu de la didactique professionnelle (Pastré, Mayen & Vergnaud, 2006) permet en effet de révéler le processus de développement professionnel que génère cette co-activité en dyade chez les enseignants engagés. Le co-enseignement est étudié ici dans le cadre de séances d’enseignement-apprentissage en mathématiques chez des élèves de 6-7 ans. Les investigations montrent à quelles conditions des observables de l’activité des élèves, souvent inaperçus quand les enseignants sont seuls dans leur classe, deviennent des indicateurs de l’activité conjointe.
En second lieu, cette étude mobilise un dispositif de recherche, fondé sur la mise en œuvre d’une ingénierie coopérative (Sensevy, Forest, Quilio & Morales, 2013 ; Ligozat & Marlot, 2016). Nos résultats montrent en quoi ce dispositif contribue à accompagner et à actualiser le développement professionnel porté par la situation de co-enseignement. Cette recherche développe un précédent travail (Marlot, Toullec-Théry & Daguzon, 2017) qui a posé quelques conditions de la construction d’un espace interprétatif partagé – Enseignant.e.s / Chercheur.e.s – au sens de Berdnarz, (2013) autorisant tout autant la co-analyse de situations d’enseignement et d’apprentissage que leur reconfiguration. Parmi ces conditions, apparaît la nécessité d’un arrière-plan commun capable d’articuler des concepts didactiques avec des exemples de situation de classe qui vont alors jouer le rôle d’exemples-emblématiques (Morales, Sensevy & Forest, 2017). Dans nos travaux, nous appelons objets bifaces (Marlot et al., 2017), ces éléments du milieu de la coopération qui vont assurer cette fonction d’interface entre les épistémologies pratiques des chercheurs et des enseignants.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2022.
Consulter cet article

Plan

Introduction et cadrage théorique : une recherche à double visée
Préambule
Présentation de la recherche
Cadre méthodologique : ingénierie coopérative et contrat de recherche
Une ingénierie coopérative
L’élaboration de la collaboration entre enseignants et chercheurs : le contrat de recherche
Résultats : sémantique naturelle de l’action et dynamique des objets bifaces
La dyade 1
Temps T1
Temps T2
Temps T3
Dyade 2
Temps T1
Temps T2
Temps T3
Analyse et discussion : des objets d’attention émergents révélateurs d’un processus de développement professionnel
Des objets d’attention émergents
Le temps et la langue dans la régulation des interactions
Le travail sur les obstacles et l’activation des connaissances théoriques
La construction du collectif d’apprenants
L’identification d’un processus de développement professionnel
Conclusion : co-enseignement et ingénierie coopérative, une mise en synergie pour un développement professionnel
Une incitation à la coopération au sein de la dyade
La nécessité de rendre compte de l’activité de co-enseignement
Un dispositif dynamique et évolutif

Aperçu du texte

Introduction et cadrage théorique : une recherche à double visée

Préambule

En France, dans le cadre de la loi sur la refondation de l’école (2013), la priorité donnée à l’école primaire et à la maîtrise des compétences de base trouve une concrétisation par la mise en place du dispositif « plus de maîtres que de classe » (PDMQDC). L’objectif affiché de ce dispositif est de conduire chaque élève à la maîtrise du socle commun et de prévenir la difficulté scolaire. Si cet objectif est comparable en tout point à celui assigné à chaque enseignant pour ses élèves, les modalités de mises en œuvre prescrites recommandent que le dispositif PDMQDC soit l’occasion d’initier de nouvelles organisations pédagogiques, en priorité au sein même de la classe. Les prescripteurs précisent de plus que ce dispositif ne doit pas se substituer à l’aide spécialisée qui garde toute sa pertinence pour les élèves en très grande difficulté.

L’occasion nous est alors offerte d’observer comment cette prescription va ...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marc Daguzon et Corinne Marlot, « Co-enseignement et ingénierie coopérative : les conditions d’un développement professionnel », Éducation et didactique, 13-2 | 2019, 9-30.

Référence électronique

Marc Daguzon et Corinne Marlot, « Co-enseignement et ingénierie coopérative : les conditions d’un développement professionnel », Éducation et didactique [En ligne], 13-2 | 2019, mis en ligne le 01 janvier 2022, consulté le 29 mai 2020. URL : http://journals.openedition.org/educationdidactique/3938 ; DOI : https://doi.org/10.4000/educationdidactique.3938

Haut de page

Auteurs

Marc Daguzon

Université Clermont-Auvergne, ACTÉ

Corinne Marlot

UER MS (HEP VD, CH) et Université Clermont-Auvergne, ACTÉ (F)

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page