Navigation – Plan du site

L’action conjointe dans l’apprentissage de l’orthographe

Un cas de “tâtonnement” au cycle 3
Joint action in learning spelling. A case of trail and error at cycle 3
Frédérique Marie Prot
p. 9-33

Résumés

Cette contribution propose une réflexion sur la pratique de la langue écrite à l’école primaire. Elle interroge les actions conjointes entre professeur et élève lors d’une pratique particulière qui est l’écriture du texte libre. Cette pratique du texte libre relève d’une culture didactique de la langue jouant sur l’alternance de situations de coopération et de situations individuelles. Nous analysons deux épisodes didactiques précis et de courte durée concernant le processus d’écriture du texte libre en vue d’objectiver la pratique dite de tâtonnement expérimental dans la pédagogie freinetienne. Notre démarche s’attache à objectiver l’action conjointe du professeur et de l’élève portant sur une recherche d’écriture orthographique correcte de deux mots : « nécessaire », puis « amélioré ». Nous tentons de dégager quelques éléments d’analyse permettant de caractériser ce qu’Élise et Célestin Freinet nommaient la part du maître dans une démarche proche du schème de l’enquête selon la conception de Dewey.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2022.
Consulter cet article

Plan

Propos introductif
Plan de cette étude
Description du premier épisode : tâtonnement sur le mot « nécessaire »
Description de l’épisode en langage ordinaire
Schéma analytique de l’épisode
Description et analyse du second épisode : tâtonnement sur le mot « amélioré »
Description de l’épisode en langage ordinaire
Observation et première validation du professeur
Travail sur le sens
Réflexion sur l’accord du verbe
Réflexion sur l’étymologie
Schéma analytique de l’épisode
Re-conceptualisation du texte libre
Un milieu minutieusement aménagé
La part du maître
Conclusion

Aperçu du texte

Propos introductif

Dans la didactique de la production d'écrits, nous connaissons les situations de présentation de modèles, de situations de jeu, de consignes, et de critères permettant à l'élève d'écrire selon des règles, y compris dans l'écriture d'invention. Bishop (2006) explique l’impossibilité de se référer à un modèle unique dans le domaine de l’écriture. Cette didactique visant à faire acquérir à l’élève une expression correcte.

Cependant, la notion de “maîtrise de la langue” qui sous-tend depuis plusieurs décennies les Textes ministériels est une expression institutionnelle à interroger, dans la mesure où elle ne conduit pas forcément à la mise en place de pratiques régulières d’écriture. Comme le rappellent Chiss et David (2011, p. 203), l’histoire des disciplines scolaires pèse encore lourdement sur les pratiques effectives des enseignants, et « les activités proposées dans le cadre des apprentissages orthographiques ne sont que rarement articulées à la production de texte...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Frédérique Marie Prot, « L’action conjointe dans l’apprentissage de l’orthographe », Éducation et didactique, 13-3 | 2019, 9-33.

Référence électronique

Frédérique Marie Prot, « L’action conjointe dans l’apprentissage de l’orthographe », Éducation et didactique [En ligne], 13-3 | 2019, mis en ligne le 03 janvier 2021, consulté le 02 juin 2020. URL : http://journals.openedition.org/educationdidactique/4975 ; DOI : https://doi.org/10.4000/educationdidactique.4975

Haut de page

Auteur

Frédérique Marie Prot

Maître de conférence en sciences de l’éducation, Université de Lorraine – Équipe Normes & Valeurs, LISEC (EA 2310)

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page