Navigation – Plan du site

AccueilRubriques électroniquesComptes rendus2020Le Borgne-Uguen, F., F. Douguet, ...

2020

Le Borgne-Uguen, F., F. Douguet, G. Fernandez, N. Roux et G. Cresson (dir.). 2019. Vieillir en société. Une pluralité de regards sociologiques

Julien Gauthier Mongeon
Référence(s) :

Le Borgne-Uguen, F., F. Douguet, G. Fernandez, N. Roux et G. Cresson (dir.). 2019. Vieillir en société. Une pluralité de regards sociologiques, Rennes, Presses universitaires de Rennes, coll. « Le sens social », 415 p. ISBN : 978-2-7535-7786-2

Texte intégral

1Cet ouvrage collectif s’inscrit dans la suite des travaux de la sociologue Simone Pennec dont est soulignée en préambule l’étendue des apports dans les domaines de la sociologie de la famille et du vieillissement. Le présent livre se scinde en quatre parties qui correspondent chacune à une manière d’aborder le vieillissement comme objet d’étude sociologique.

2La première partie de l’ouvrage comporte sept contributions. Trois articles en particulier s’intéressent aux évolutions des mesures d’interventions mises de l’avant par les politiques publiques en France pour protéger les populations jugées vulnérables ainsi qu’à l’impact de ces évolutions sur la manière dont est définie la vieillesse comme enjeu public. Revenant sur ses travaux passés pour en saisir la portée actuelle, la sociologue Anne-Marie Guillemard aborde, à travers un court texte, l’évolution des politiques publiques en matière de retraite, des années 1960 à nos jours. D’entrée de jeu, la sociologue oppose une approche dite fonctionnaliste du vieillissement, inscrivant la retraite dans un parcours linéaire et uniforme, à une approche critique qui rend compte à ses yeux « de la diversité des situations de retraite et des problèmes aigus de pauvreté et d’isolement qui frappent certaines personnes âgées » (p. 28). Cette dernière approche, qu’elle qualifie de « classiste », tient compte de l’impact des déterminants sociaux sur les trajectoires de retraite en montrant ainsi que, loin d’être homogène, « le temps de retraite [est] profondément marqué par les vies antérieures de travail et de loisirs et les différentes ressources accumulées entre Biens (revenu, santé, capital social) et Potentialités (niveau d’instruction, vie de loisirs passée, situation de travail) » (p. 28). Avec un regard d’historien, Bernard Ennuyer s’intéresse à la construction sociale du vieillissement en France en faisant la genèse de ses politiques publiques de la Révolution française jusqu’à la Cinquième République. L’auteur y retrace à grands traits l’histoire récente de la vieillesse définie comme « problème social » qui correspond, au début du 20e siècle, à une crainte à l’égard « du poids démographique croissant des personnes âgées dans une société aux prises à l’époque avec le phénomène de dénatalité » (p. 36). Il en découle, précise l’auteur, une « idéologie de la vieillesse » caractérisée par une véritable obsession démographique qui va durablement imprégner les politiques publiques et contribuer à la construction sociale d’une vieillesse définie comme un enjeu de santé publique.

3De l’autre côté de l’Atlantique, une recherche menée par Marie Beaulieu et al. traite de l’évolution des politiques publiques en matière de lutte contre la maltraitance des aînés.e.s au Québec. Les auteures y insistent plus particulièrement sur le plan d’action gouvernemental lancé en 2010 à la suite d’une longue consultation sur les conditions de vie des aîné.e.s au Québec. Ce plan prévoyait des mesures concrètes en matière de lutte contre la maltraitance, dont la création d’une chaire de recherche ainsi que l’implantation d’une ligne d’écoute professionnelle destinée aux personnes aîné.e.s. Les auteures s’attardent à resituer cette initiative dans l’histoire de la lutte pour la reconnaissance des droits des aîné.e.s au Québec qui remonte jusqu’aux années 1970.

4Bien qu’intéressante à maints égards, cette première partie de l’ouvrage présente, en définitive, peu de contributions originales, faisant essentiellement la rétrospective de recherches antérieures sans amener d’éclairage nouveau sur le vieillissement comme enjeu sociologique. Le lecteur aurait certainement apprécié quelques études originales étayées par des résultats d’enquêtes inédits. C’est ce que permettent en revanche les autres parties de l’ouvrage qui traite chacune à leur manière d’une facette du vieillissement.

5La deuxième partie de l’ouvrage dresse la table pour une exploration du vieillissement dans son rapport à l’espace et à l’aménagement du territoire. Cette partie est constituée à la fois d’études qualitatives et quantitatives dont deux se démarquent par l’originalité de leur sujet, puisqu’elles abordent le vieillissement chez des populations largement sous-représentées en recherche. C’est donc sur ces deux articles que je vais m’attarder. Dans le cadre d’une étude réalisée au Québec, les professeures Michèle Charpentier et Anne Quéniart se sont par exemple intéressées aux parcours migratoires de femmes âgées de 58 à 83 ans vivant à Montréal. Les auteures abordent l’expérience de ces femmes au prisme de l’âge et du genre pour tenter de mieux comprendre comment elles vivent concrètement leur vieillissement à la lumière de leur trajectoire de femmes migrantes. Les conclusions de l’étude mettent en évidence le désir des femmes interrogées de se distancer « des préjugés omniprésents qui les assaillent, ici et ailleurs, au croisement de l’âgisme, du sexisme et du racisme » (p.189), mais tout en assumant par ailleurs la singularité de leur trajectoire migratoire. Cette recherche permet de jeter un regard éclairant et novateur sur l’expérience du vieillissement au sein d’une population largement sous-étudiée en contexte francophone.

6Bien différente, mais tout aussi éclairante, est l’étude de la sociologue Arlette Gauthier qui traite de l’expérience du vieillissement en contexte mexicain rural. L’auteure a voulu comparer « l’état de santé physique et de bien-être psychique des Mayas yucatèques du nord-ouest du Mexique, par rapport à celui de la population mexicaine dans son ensemble » (p.144) à partir d’un échantillon constitué de 850 femmes et 520 hommes. Les résultats furent recueillis dans le cadre d’une enquête s’étant déroulée de septembre 2004 à janvier 2005 au Mexique. Les résultats de l’enquête révèlent que les indicateurs sanitaires des femmes yucatèques « sont beaucoup plus mauvais que ceux des hommes yucatèques mais aussi des populations mexicaines rurales » (p.154). Cela met en exergue les effets concrets de la division sexuelle du travail sur la santé des femmes yucatèques qui effectuent des tâches domestiques particulièrement exigeantes pour le corps. Cette division marquée au sein de la population du Yucatan expliquerait donc que les femmes y soient en moins bonne santé physique et psychologique que dans les autres régions rurales du Mexique. Pour l’auteure, un tel constat justifie des études plus approfondies sur ce sujet encore peu exploré à ce jour.

7La troisième partie de l’ouvrage aborde le thème de la médicalisation des personnes aînées, particulièrement celles atteintes de maladies dégénératives. Dans cette partie, les auteur.e.s s’intéressent notamment au point de vue des proches aidants afin d’identifier les stratégies déployées par ceux-ci pour préserver l’identité d’un proche atteint d’une maladie neurologique. L'article de Vincent Caradec et al. montre que cela peut prendre plusieurs formes. Les auteur.e.s abordent l’expérience de proches aidants dont un parent ou un.e conjoint.e est atteint.e de la maladie d’Alzheimer. Alors que certain.es proches aidant.es optent pour des stratégies d’évitement, par exemple en dissimulant un carnet de chèques ou les clés d’une voiture, d’autres adaptent les activités de loisir en cherchant le plus possible à préserver l’autonomie du malade. Cela témoigne d’un effort de négociation constant de la part du proche aidant pour contrôler le risque tout en respectant les besoins et la volonté de la personne en perte d’autonomie. Un exercice d’autant plus périlleux à mesure que progresse la maladie.

8L’article d’Arnaud Campéon et al. montre pour sa part les effets pernicieux d’une prise en charge trop serrée du malade par certaines personnes qui souhaitent réguler toutes les facettes de la vie de leur proche dont elles s’occupent sur une base quotidienne. Or, comme le notent les auteur.es : « Cette façon de réguler la situation, si elle présente l’avantage d’éviter les conflits, se paie néanmoins d’un lourd tribut, celui d’assumer un surcroît d’activité pour l’aidant qui doit dépenser temps et énergie à la fois pour anticiper les sources potentielles de conflits, mais également pour s’adapter et gérer au mieux la situation » (p. 230). Il y a aussi le risque d’une surmédicalisation de l’individu totalement pris en charge par l’institution médicale qui quadrille toutes les activités de son quotidien au risque de porter atteinte à son autonomie.

9Les autres articles de cette troisième partie traitent également du rapport entre vieillissement et désir d’enfants chez les femmes (Laurence Tain) et des enjeux de la médicalisation en contexte de fin de vie (Murielle Plott et al). La contribution d’Anastasia Meidani consiste pour sa part en une étude comparative sur le processus de médicalisation de la maladie d’Alzheimer en France et en Grèce. L’auteure s’intéresse notamment aux défis qui entourent la reconnaissance de la parole du malade aux différents stades de la maladie et à l’évolution de sa prise en charge.

10Enfin, la quatrième et dernière partie de l’ouvrage s’intitule : « Le travail de soin : des registres pluriels et des légitimités en tension ». Deux contributions en particulier font plus directement écho au titre de cette dernière partie, puisqu’elles discutent explicitement les défis et enjeux liés au travail de soin à travers l’expérience des malades, des proches-aidant.es, des infirmières et des travailleurs sociaux. En s’appuyant sur les témoignages de personnes aînées et leurs enfants, la contribution de Françoise Le Borgne-Uguen discute une dimension particulière du travail de parents auprès d’un malade qui porte sur « la coordination des interventions, des prises de décision et de leurs mises en œuvre, lorsque la concertation intrafamiliale est amenée à rechercher un ordonnancement partagé avec des professionnels » (p.303). Les témoignages recueillis par l’auteure mettent en évidence les défis qui entourent la coordination intrafamiliale lorsqu’il y a par exemple une inégale répartition du travail de soin entre les membres d’une même fratrie. Cela peut parfois être source de tensions et de désaccords quant aux stratégies à mettre en œuvre pour s’occuper d’un parent qui requiert des soins particuliers. L’auteure montre que ces dissensus intrafamiliaux peuvent dans certains cas miner l’effort de coordination déployé par les différents corps professionnels impliqué dans la prise en charge d’un parent âgé.

11La contribution d’Alain Vilbrod traite aussi des enjeux entourant le travail de soin, mais cette fois-ci du point de vue des infirmières et des intervenants sociaux. L’auteur y expose les divergences de pratiques et d’habitus entre ces deux ordres professionnels qui ne mobilisent pas les mêmes savoirs ni ne se comportent de la même manière pour s’occuper des personnes âgées. Cela requiert de part et d’autre un effort de concertation qui ne réussit pas toujours à masquer les rapports de pouvoir existant entre les différents ordres professionnels.

12Les différentes parties de cet ouvrage permettent de dresser un état des lieux du vieillissement et des questions qu’il soulève tant au niveau des pratiques de soins, du rapport aux politiques publiques que de l’aménagement du territoire et de l’espace. S’y mêlent des contributions originales à des articles offrant un regard rétrospectif sur les évolutions sociales du vieillissement, à travers l’analyse qu’en donnent différentes chercheur.es dont les apports tout au long de l’ouvrage méritent d’être soulignés. Notons également le caractère pluridisciplinaire de cet ouvrage collectif qui mobilise des checheur.es dont plusieurs ont une formation en sociologie, mais aussi en sciences politiques ainsi qu’en travail social. Néanmoins, l’ouvrage offre à lire des textes relativement cours et condensés, de sorte que très souvent les méthodologies employées ne sont pas toujours très bien détaillées. Il en est de même des approches théoriques utilisées qui, dans certains articles, manquent un peu de précision et de clarté. Le lecteur aurait peut-être apprécié une élaboration plus poussée de certains concepts afin de mieux en saisir la pertinence théorique au regard des sujets de recherche.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Julien Gauthier Mongeon, « Le Borgne-Uguen, F., F. Douguet, G. Fernandez, N. Roux et G. Cresson (dir.). 2019. Vieillir en société. Une pluralité de regards sociologiques »Enfances Familles Générations [En ligne], Comptes rendus, mis en ligne le 15 mai 2019, consulté le 12 août 2022. URL : http://journals.openedition.org/efg/10051

Haut de page

Auteur

Julien Gauthier Mongeon

Doctorant en Sciences sociales et transformations familiales, Institut national de la recherche scientifique (Centre Urbanisation, Culture et Société), Julien.GauthierMongeon@ucs.inrs.ca

Haut de page

Droits d’auteur

CC BY-NC-ND 4.0

Creative Commons - Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International - CC BY-NC-ND 4.0

https://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/4.0/

Haut de page
  • Logo INRS
  • Logo Conseil de recherches en sciences humaines
  • Logo Fonds de recherche Société et culture - Québec
  • DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search