Navigation – Plan du site
2015

Laurence Hérault (dir.), La parenté transgenre

Marie-Laurence B. Beaumier
Référence(s) :

Laurence Hérault (dir.), La parenté transgenre, Aix-en-Provence, Presses universitaires de Provence, «Penser le genre», 2014, 148 pages

Texte intégral

1Initier une réflexion multidisciplinaire et collective sur l’expérience transgenre de la parenté, voilà l’objectif ambitieux poursuivi par Laurence Hérault et les différents collaborateurs et collaboratrices réunis au sein de La parenté transgenre. Constatant l’absence, en France, d’une réflexion collective sur les «expériences transgenres de la parenté», les auteurs et auteures procèdent à un premier défrichage de ce terrain de recherche. Le choix de l’énoncé «expérience transgenre de la parenté», plutôt que «parentalité transgenre» ou «transparentalité», reflète le choix d’adopter une perspective large ne spécifiant pas d’emblée les formes de paternité ou de maternité vécues par les personnes transgenres. La diversité des champs d’expertise des dix auteurs et auteures, spécialisés tant dans le domaine des sciences sociales (anthropologie, philosophie, droit, sciences de l’information et de la communication, littérature) que de la santé publique (médecine, psychanalyse, psychologie, épidémiologie), enrichit l’approche multidisciplinaire liée à cette question. À partir de ces champs diversifiés, ils tentent de comprendre comment les expériences de parenté transgenres sont reçues, quelles réactions elles suscitent, et ce qu’elles révèlent de notre manière d’appré­hender la procréation, l’engendrement et la filiation. Au croisement de ces regards et de ces axes d’analyse, la parenté transgenre représente un terrain de recherche stimulant pour l’étude de la diversité des structures familiales et de leurs multiples recompositions contemporaines.

2Deux sections suivent la présentation de l’ouvrage qui fait office d’introduction et rappelle l’origine et les objectifs de ce projet collectif qui a d’abord fait l’objet d’un colloque tenu à Aix-en-Provence en 2011 dans le cadre d’un cycle d’activités scientifiques portant sur les expériences contemporaines de la paternité et de la maternité. La première section, «Regards croisés sur l’expérience de Thomas Beatie», regroupe six textes portant plus particulièrement sur le cas de cet homme transgenre, né femme biologiquement et ayant changé d’état civil, dont les grossesses masculines (trois au total) ont été largement médiatisées dans la dernière décennie. Christèle Fraïsse et Karine Espineira s’intéressent d’abord aux discours et à la réception sociale et médiatique de la «grossesse masculine» de Thomas Beatie, présentée comme une première mondiale. Suit une analyse des représentations et des conceptions de la masculinité qui se dégagent de son expérience largement médiatisée, d’abord dans son récit autobiographique, Labor of Love (David Latour), puis dans les significations symboliques et linguistiques qui se dégagent de la notion de «premier homme enceint» utilisée pour le décrire (Vincent Bourseul). La première section se clôt avec les textes de Patrice Desmons et de Laurence Hérault qui élargissent le cadre de la réflexion et tentent de voir comment les rapports sociaux sexués façonnent et structurent les conceptions contemporaines de l’engendrement, de la filiation et de la parenté.

3La deuxième section, «Au-delà de l’expérience de Thomas Beatie : l’expérience transgenre de la parenté», plus succincte, traite des enjeux médicaux et juridiques entourant la procréation et l’engendrement chez les personnes transgenres. Les auteurs et auteures s’intéressent à la fréquence de la procréation chez les personnes transgenres, aux facteurs sociaux et démographiques qui les influencent (Alain Giami), ainsi qu’à leurs possibilités d’accès aux différentes techniques de procréation assistée (Petra De Sutter et Pierre Jouannet). L’ouvrage se termine avec le texte de Laurence Brunet qui analyse les modalités des procédures juridiques françaises entourant le changement d’état civil et la modification de l’acte de naissance, procédures qui entraînent une forme de stérilisation forcée puisque l’approbation des juges demeure, encore aujourd’hui, subordonnée à un processus de transition complété incluant des opérations de réassignation sexuelle.

4En s’appuyant sur les outils et les cadres théoriques développés par les études du genre, la plupart des textes colligés par Laurence Hérault mettent en lumière la dimension sociale et performative de la procréation et de la parentalité. Les expériences de transparentalité ouvrent ainsi la voie à un ensemble de questionnements sur les rôles procréateurs et les statuts parentaux. Les textes regroupés dans cet ouvrage soulignent également les diverses difficultés, aussi bien sur les plans social et médical que juridique, qui attendent les hommes et les femmes transgenres qui souhaitent devenir parents, et ce, tout particulièrement pendant ou après leur processus de transition. En transgressant les frontières du genre et les conceptions traditionnelles de la famille et de la procréation, les expériences transgenres de la parenté suscitent, en effet, de vives réactions de méfiance et d’incompréhension, voire de violence. À la lecture des textes, on constate que ni la société, ni les gouvernements, ni les milieux médicaux ne savent encore comment appréhender et baliser ce phénomène qui reste méconnu et souvent occulté, malgré quelques cas plus médiatisés.

5L’objectif et le propos général du livre s’inscrivent dans le renouvèlement et l’élargissement des études sur la diversification des structures familiales et conjugales contemporaines associées à de nouvelles normes et pratiques en matière de relations parents-enfants. Parallèlement aux travaux de plus en plus nombreux sur l’homoparentalité, la polyparentalité ou encore la coparentalité, l’étude de la parenté transgenre reste, encore aujourd’hui, largement négligée. Première tentative, en France, pour proposer une réflexion multidisciplinaire autour des enjeux liés à l’expérience de parenté transgenre, la démarche de Laurence Hérault et de ses collaborateurs et collaboratrices est ainsi foncièrement originale et novatrice. L’ensemble des travaux regroupés ici laisse entrevoir des perspectives de recherche stimulantes, aussi bien pour les chercheurs et les chercheuses intéressés par les expériences et les identités transgenres que pour ceux et celles qui travaillent sur la famille, la parentalité et les relations de parenté.

6Malgré tout, l’ouvrage ne répond que partiellement à son objectif de départ qui était d’analyser la diversité des expériences transgenres de la parenté. En effet, si les pistes et les axes d’analyse proposés sont diversifiés, les textes négligent plusieurs facettes de la parentalité ou des relations de parenté et portent presque exclusivement sur la procréation et l’engendrement. Bien qu’annoncé dès l’introduction, ce choix de laisser de côté, pour l’instant, les dynamiques des relations parents-enfants ne livre finalement qu’un portrait très limité des «expériences de parenté transgenre», expression qui renvoie pourtant plus largement aux différents rapports qui se tissent entre les parents et leurs enfants, et ce, quels que soient les modèles conjugaux ou familiaux étudiés.

7Par ailleurs, le ton, la profondeur d’analyse et la rigueur méthodologique des sujets traités varient grandement d’un texte à l’autre. Aux textes d’analyse, plus longs et soutenus par un travail de recherche, se superposent des réflexions et des témoignages succincts et plutôt descriptifs, principalement dans la deuxième section du recueil. En se concentrant plus particulièrement sur les discours (sociaux, médicaux et légaux) et les représentations qui encadrent la procréation et l’engendrement chez les personnes transgenres, les textes permettent difficilement de dégager une réflexion plus large sur les expériences de parentalité ou de parenté transgenre. Ici, les textes de Laurence Hérault et d’Alain Giami se démarquent et offrent des pistes intéressantes et riches, à la fois sur les plans anthropologique et démographique, pour nourrir et approfondir les réflexions au-delà du cas, plus connu et médiatisé, de Thomas Beatie. En ce qui concerne la deuxième section de l’ouvrage qui aborde davantage l’accès des personnes transgenres à la procréation assistée, une perspective comparative plus affirmée et s’éloignant du cas français aurait été bienvenue pour élargir un peu les horizons.

8Finalement, l’ouvrage dirigé par Laurence Hérault montre bien que le phénomène de la parenté transgenre reste méconnu et nécessite davantage de recherches et d’analyses pour permettre de saisir les diverses facettes de la population transgenre. C’est là un des apports intéressants de l’ouvrage : ses lacunes mettent en lumière la nécessité d’études tenant compte des multiples trajectoires et de l’ensemble des rapports sociaux qui caractérisent et structurent les expériences des parents transgenres, lesquels sont loin de représenter une catégorie homogène et unifiée. Principalement destiné aux chercheurs et aux chercheuses qui travaillent sur les familles, la parentalité et les expériences transgenres, l’ouvrage est également susceptible d’intéresser les militants et les militantes qui luttent en faveur de l’accès des personnes transgenres à la procréation assistée ou pour la modification des procédures juridiques de changement d’état civil.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marie-Laurence B. Beaumier, « Laurence Hérault (dir.), La parenté transgenre », Enfances Familles Générations [En ligne], Comptes rendus, mis en ligne le 01 septembre 2015, consulté le 20 mai 2019. URL : http://journals.openedition.org/efg/1061

Haut de page

Auteur

Marie-Laurence B. Beaumier

Candidate au doctorat en histoire
Département des sciences historiques
Université Laval (Québec)
marie-laurence.b-beaumier.1[at]ulaval.ca

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Enfances Familles Générations est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo INRS
  • Logo Conseil de recherches en sciences humaines
  • Logo Fonds de recherche Société et culture - Québec
  • OpenEdition Journals