Navigation – Plan du site
2015

Christine Brabant, L'école à la maison au Québec : un projet familial, social et démocratique

Marine Dumond
Référence(s) :

Christine Brabant. L'école à la maison au Québec : un projet familial, social et démocratique, Québec, Presses de l'Université du Québec. 2013, 280 pages, D3899, ISBN 978-2-7605-3899-3

Texte intégral

1Chercheure pionnière en la matière, Christine Brabant présente ses réflexions personnelles et les résultats de recherches universitaires au sujet de l’« école à la maison ». Pour sortir du principal amalgame qui consiste à considérer que les parents reproduisent l’école, ou un contenu et des pratiques identiques à une forme scolaire, à la maison – ce qui peut insinuer un manque de socialisation et d’ouverture sur le monde , l’auteure utilise plutôt le terme d’apprentissage en famille. L’originalité de Christine Brabant est d’aborder le sujet à l’aide de l’adage connu « il faut un village pour élever un enfant », qui traduit ses intentions pragmatique et démocratique. Ses propos alternent entre la description et l’analyse des pratiques actuelles de l’apprentissage en famille au Québec et la présentation de différentes théories historiques, explicatives ou interprétatives de la situation, le tout entrecoupé de ses propres réflexions et observations.

2L’apprentissage en famille rassemble des enfants, des parents-éducateurs, des acteurs scolaires, des familles, des regroupements collectifs, des institutions religieuses, des États et des communautés et, par conséquent, se retrouve au carrefour de questions de société éducatives, sociales et même émotives. Premier abordé, l’aspect « familial » trace un portrait du phénomène dans le temps, à travers lequel l’auteure légitime le rôle de la famille dans l’éducation des enfants en rappelant que, à l’échelle de l’humanité, la prise de responsabilité de l’institution étatique dans l’éducation des enfants est récente. Malgré une documentation essentiellement étasunienne sur le sujet, le mouvement de l’apprentissage en famille canadien puiserait ses racines idéologiques d’une part dans le mouvement libéral étasunien des années 1960 et d’autre part dans la psychologie du développement. Son étude sociodémographique menée auprès de 203 familles (1032 enfants étaient inscrits auprès de leur commission scolaire comme étant scolarisés à la maison pour l’année scolaire 2009-2010) montre que les parents mettent en avant une volonté de « vivre un projet éducatif familial […] plus propice à l’éducation des enfants » (p. 76) plutôt que les motifs religieux fréquents dans les études étasuniennes. Leurs visions éducatives, quant à elles, sont de deux types : les visions progressistes (centrées sur l’enfant) et celles plus traditionnelles (centrées sur le contenu), mais toutes remettent en question les approches éducatives centrées principalement sur les résultats.

3Dans un souci de neutralité, l’aspect « social », ensuite abordé par l’auteure, traite de plusieurs questionnement ou enjeux sociaux (la réussite éducative, la transmission de valeurs et le développement moral) développés par plusieurs d’auteurs, qu’ils soient pour et contre l’apprentissage en famille, laissant au lecteur le soin de se faire sa propre opinion. Elle conclut toutefois que les préoccupations sont finalement souvent communes et partagées, mais, simplement pas abordées sous le même angle. Par exemple, s’ils s’entendent sur la nécessité d’un pluralisme d’opinion, d’une éducation citoyenne et sur le rejet d’une forme imposée d’idéologie, certains considèrent que le choix de ces parents traduit une forme de pensée inappropriée pour la vie en société tandis que pour d’autres, c’est plutôt l’idéologie prônée par l’État, autrement dit la transmission des valeurs du gouvernement en place, qui serait insatisfaisante pour le développement personnel des enfants. De même, elle discute la perception de différents auteurs concernant la participation des parents au système éducatif, qui sont considérés tantôt comme des irresponsables (rejet de la forme publique d’éducation) et tantôt comme des ressources sur le plan pédagogique (possibilités d’expérimentation et d’innovation). Bien qu’il faille prendre leurs conclusions avec précautions du fait d’une méconnaissance de la population totale du mouvement d’apprentissage en famille et donc, d’une difficulté à obtenir des échantillons représentatifs, plusieurs études montrent toutefois que la réussite éducative des enfants est égale, voire supérieure, à celle des élèves de l’école publique. Un chapitre plus théorique explore ensuite le parallèle possible entre le mouvement d’apprentissage en famille et deux courants de l’éthique de société (p. 111). L’auteure montre des similitudes entre l’éthique féministe et l’apprentissage en famille, au sujet, par exemple, de l’expertise en éducation des mères, de leurs valeurs éducatives (l’autonomie, les relations significatives, le dialogue) et de leur engagement social. N’ayant pas été approfondies par des recherches empiriques, ces réflexions restent à explorer.

4Enfin, les chapitres présentant l’aspect « démocratique » de l’apprentissage en famille sont relatifs aux recherches actuelles de l’auteure, notamment son interprétation de la situation selon la théorie de la gouvernance réflexive, le chapitre le plus abstrait du livre. L’auteure appréhende la situation de manière pragmatique, c’est-à-dire en recherchant des solutions concrètes et, de préférence, directement dans leur contexte d’application et dans l’expérience des individus, afin de limiter les écarts entre les normes idéales et appliquées. Les parents regrettent le manque de critères et d’outils d’évaluation adéquats de la part de l’administration scolaire dans l’évaluation de l’enseignement reçu et l’expérience éducative vécue à la maison par l’enfant tandis que les acteurs scolaires se trouvent démunis face à cette clientèle. Cela conduit, d’une part, à un manque de collaboration entre les commissions scolaires et les parents et, d’autre part, à des situations d’invisibilité et de non-dialogue lorsque ces familles, en résistance face à l’institution, n’inscrivent pas leurs enfants auprès de la commission scolaire. Cet écart entre le cadre législatif québécois et la pratique appelle, selon l’auteure, à une évolution de la régulation québécoise. À titre d’exemple et d’inspiration, l’auteure propose un modèle d’analyse et de schématisation des situations de régulation existantes dans le monde afin de percevoir l’ensemble des situations possibles d’interaction entre les parents et les autorités scolaires selon le pouvoir décisionnel accordé à chacun d’entre eux.

5Comme solutions, elle propose, notamment, de considérer le phénomène d’autorégulation des parents, qui, selon ses observations, pourrait aboutir à l’élaboration de solutions concrètes de régulation. Malgré un manque de données empiriques pour soutenir ses propos, l’auteure rapporte que les parents québécois évolueraient selon les principes d’expérimentation sociale (recherches de solutions créatives pour l’éducation), de pratique réflexive (réflexions individuelles et collectives) et d’action collective (regroupement en groupes de soutien). Ainsi, ses recherches consistent en l’élaboration de deux « recherches-formations » afin d’accompagner des groupes de parents et des acteurs scolaires dans leur réflexions et leur recherche de solutions concernant la situation actuelle. Elle présente, de façon partielle, quelques pistes de solutions élaborées collectivement par des groupes de parents, d’une part, et par des administrateurs scolaires, d’autre part. Quelques résultats plus théoriques, à savoir, l’influence de sa propre posture et les apprentissages pragmatiques et génériques réalisés par les groupes de participants, sont également présentés, ce qui amène une visée plus « scientifique » à l’ouvrage.

6Pour conclure, au-delà du principal et fréquent questionnement sur la socialisation des enfants, les réflexions proposées par Christine Brabant apportent une nouvelle lecture pertinente du phénomène de l’apprentissage en famille, qui peut, comme un miroir face au système scolaire actuel, contribuer à le questionner et à l’améliorer. Sans être un manuel de l’école à la maison, l’ouvrage se veut accessible à tous, malgré quelques chapitres plus théoriques et abstraits qui pourraient décourager certains lecteurs.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marine Dumond, « Christine Brabant, L'école à la maison au Québec : un projet familial, social et démocratique », Enfances Familles Générations [En ligne], Comptes rendus, mis en ligne le 21 mai 2015, consulté le 21 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/efg/1063

Haut de page

Auteur

Marine Dumond

Candidate à la maîtrise en administration de l’éducation
Université de Montréal (Canada)
marine.dumond@umontreal.ca

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Enfances Familles Générations est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo INRS
  • Logo Conseil de recherches en sciences humaines
  • Logo Fonds de recherche Société et culture - Québec
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals