Navigation – Plan du site
2015

Olivier Maurel, La fessée. Questions sur la violence éducative

Isabelle Corpart
Référence(s) :

Olivier Maurel. La fessée. Questions sur la violence éducative, Nouvelle édition revue et augmentée, Paris, La Plage, 2015, 160 pages, ISBN : 978-2-8422-1401-2 (papier), 978-2-8422-1420-3 (epub)

Texte intégral

1Pour intervenir d’une manière argumentée dans le débat entre les défenseurs de la petite gifle « qui n’a jamais fait de mal à personne » et qui permet de calmer les enfants désobéissants et les opposants à toute violence éducative et à toute atteinte, si minime soit-elle, au corps humain, Olivier Maurel, professeur, agrégé de lettres, propose à ses lecteurs un tour d’horizon des prises de conscience en ce domaine, avec une approche historique éclairante. Il reprend ensuite les différentes thèses soutenues autour de la question des châtiments corporels, longtemps prisés comme méthode éducative, pour montrer les incidences de la Convention internationale des droits de l’enfant et ses avancées en matière de respect de l’intégrité corporelle.

2Il est intéressant de noter que les actes de violence dont les enfants sont destinataires n’ont jamais été appréciés comme les autres formes de violence (même à l’égard des animaux la répression est plus grande, p. 41). Il paraît normal de corriger des enfants, alors que de tels agissements seraient totalement répréhensibles dans le cadre d’autres rapports, notamment entre hommes et femmes (même si en matière de lutte contre les violences conjugales des avancées notables sont à signaler), dans le milieu professionnel...

3Tout le paradoxe, détaillé dans cet ouvrage à la lecture très plaisante mais qui assène avec force des vérités, vient du fait que peu de personnes se rendent compte que donner une fessée, une gifle, une claque – quel que soit le nom qu’on lui donne pour en amoindrir la portée – sont des atteintes corporelles. Pourtant, le corps de l’enfant n’appartient pas à ses parents. Nul ne doit y porter atteinte, pas davantage ses père et mère que d’autres adultes. De nouvelles méthodes éducatives doivent être imaginées et développées pour encadrer l’enfant et lui transmettre les valeurs familiales et sociales.

4Le problème vient du fait, qu’à l’heure actuelle, la violence éducative n’est pas analysée comme une manifestation de violence. L’accent est mis au contraire sur la pédagogie, l’attitude des parents étant relativisée et édulcorée : « Qui aime bien châtie bien... Je bats mes enfants mais c’est pour leur bien... Une petite gifle ne tue pas... »

5Des générations durant, des enfants ont été élevés sur cette base éducative. De nombreux romans en témoignent, ces valeurs ancestrales ayant traversé les époques, elles sont présentes aussi dans les contes ou les chansons de notre enfance. Longtemps, il était quasiment normal de corriger ses enfants, le martinet ou le ceinturon du père de famille étant utilisés régulièrement pour calmer les indisciplinés.

6Nombre des parents d’aujourd’hui ont été élevés dans ce rapport de force, dans la crainte de l’autorité du chef de famille et ses coups. Comment pourraient-ils critiquer un système qui les a endurcis ? En conséquence, ils reproduisent la seule méthode qu’ils connaissent, sans se préoccuper des incidences qu’elle induit sur le comportement de leurs enfants.

7Ce sont ces aspects qui sont particulièrement bien dégagés dans cet ouvrage. Les méfaits des méthodes éducatives à la dure sont exposés pour montrer que l’enfant est appelé à grandir dans un environnement qui n’est pas propice à son épanouissement. Ce constat est dramatique car, c’est au moment où la personnalité de l’enfant est façonnée, qu’il est le plus dangereux de lui inculquer des valeurs de soumission, d’obéissance, en le laissant vivre dans un climat de peur.

8Ce choix des parents est d’autant plus regrettable qu’il n’est pas démontré que les enfants corrigés sont les plus obéissants et que les familles ne seraient pas parvenues au même résultat en utilisant d’autres moyens pour les discipliner. Elles s’enferment dans une spirale, la violence appelant la violence. C’est tout le mérite d’un tel livre que de permettre à des parents de prendre conscience de la portée de leurs actes.

9Pour éduquer les parents et leur permettre de bien éduquer à leur tour leurs enfants, on ne saurait trop leur conseiller la lecture de cet ouvrage plein de convictions, parfois un peu militant, son auteur s’étant donné pour mission d’éradiquer toute forme de violence éducative. Dans ce livre d’alerte, les lecteurs trouveront toutes les clefs pour comprendre les arguments de chacun, avec des approches très concrètes de ces réalités, et pour se forger leur propre opinion. À mettre entre toutes les mains, il complètera utilement les campagnes faites notamment par les services publics et les associations de défense de l’enfance contre les effets perfides et insidieux des corrections parentales et des punitions corporelles. Si les châtiments corporels ont été bannis de l’école, ils doivent à présent disparaître aussi de la sphère domestique et familiale.

10Cependant pour faire évoluer les prises de conscience des parents, il importe de leur fournir des explications, en remontant le fil de l’histoire et en s’intéressant aux méthodes éducatives préconisées à l’étranger, parfois à deux portes de chez nous.

11Olivier Maurel apporte de nombreux éléments dans ce discours. À le lire, on mesure mieux les difficultés à faire avancer les choses car la force et le poids des traditions occultent la réalité, l’enfant étant réprimandé, corrigé, voire battu, en toute impunité par ceux qui sont chargés de le protéger au premier chef.

12Des idées nouvelles sont avancées aussi pour susciter des réflexions sur l’éducation à donner à nos enfants. L’évolution des rapports familiaux – en particulier la disparition du paterfamilias et du père de famille et le regard actuel porté sur les enfants – doit avoir un impact sur la manière d’élever ses enfants et conduire les parents à développer d’autres méthodes car il n’y a jamais de « bonne fessée ».

13Il faut enfin traiter ce sujet avec toute la gravité nécessaire, pour rendre aux enfants leur place de sujets de droit et les porter définitivement hors de portée de toute brutalité parentale, même pour leur bien, même parce qu’ils l’ont mérité... Et tant pis si cela doit conduire à culpabiliser les parents quand ils mesureront l’impact de leurs agissements.

Les enseignements de l’analyse historique des châtiments corporels

14Beaucoup de parents ne se sont jamais interrogés sur leur attitude face à leurs enfants désobéissants. Leur réaction première était de donner une petite tape sur la main ou une petite fessée, sans en mesurer les « grands » effets sur l’enfant. Leurs parents avaient déjà en leur temps procédé de la sorte, les corrections familiales étant alors un mode éducatif non contesté. À leur décharge, les religions et certaines institutions relayaient ces idées en matière d’éducation d’enfants qu’il fallait « mater ». Selon ces discours, les enfants étaient par nature des êtres nuisibles devant être encadrés avec l’usage de la force, si nécessaire.

15Dès les premières grandes civilisations, les enfants se sont trouvés malmenés, frappés pour les faire plier ou tout simplement pour leur transmettre des connaissances. On ne rappellera jamais assez les ravages des dogmes religieux à la base de tant de souffrances pour les enfants. Les punitions encourues pouvaient être terribles et marquer à jamais les enfants dans leur chair et leur âme. Elles étaient pourtant considérées comme de justes réponses aux refus d’obtempérer des enfants, quelque soit leur âge (p. 34). Les mêmes idées d’une autre époque étaient aussi véhiculées par de grandes institutions.

16Il faut noter encore combien l’État a tardé à réagir et à interdire les sévices corporels. Il les interdit d’abord dans les écoles, sachant que l’on a dû s’y prendre à plusieurs reprises tant les traditions résistaient, en particulier dans les écoles religieuses. Par contre, dans la sphère familiale, le droit de correction parental perdure, seules les violences risquant de porter atteinte à la santé des enfants faisant l’objet de répression, de même que les coups et blessures, à l’exclusion de violences légères (Code pénal, art. 312 anc.). L’évolution s’est faite seulement durant la deuxième partie du XXe siècle, grâce aux écrits de médecins, et en particulier de pédiatres, déconseillant le recours aux punitions corporelles. Beaucoup est venu ensuite de la Convention internationale des droits de l’enfant de 1989 et de recommandations du Conseil de l’Europe.

Les arguments soutenant la lutte contre les châtiments corporels

17Il faut commencer par prendre conscience de ce que recouvrent les violences parentales éducatives. On combat mieux ce que l’on comprend et c’est tout le mérite d’un tel ouvrage, d’un abord aisé mais riche en enseignements. Informés et conscients des ravages occasionnés, les parents pourront développer d’autres méthodes éducatives, en s’inspirant notamment de modèles issus de pays abolitionnistes.

18Dans une vision concrète des relations familiales, l’ouvrage recèle encore des pistes très intéressantes vers des actions propices à faire renoncer à toute violence éducative, pour éradiquer les dangers avérés qui en découlent. C’est le développement de l’enfant et son psychisme qui sont l’enjeu de cette évolution et de ces efforts à mieux tenir compte des capacités que l’enfant est apte à développer.

19Une fois que l’on a pris conscience des atteintes portées au corps de l’enfant, tout milite à faire de l’interdiction de tout châtiment corporel un des axes de l’action des organismes de défense des droits de l’homme (p. 80). D’autant qu’il n’est nullement prouvé de toute manière que les châtiments corporels soient efficaces car l’enfant obéit davantage par peur des coups, par lâcheté, selon l’auteur, au risque de développer son hypocrisie et sa tendance à se cacher. Craintifs, humiliés dans leur enfance, on façonne les hommes de demain qui reproduiront sans doute cette violence dans leurs rapports familiaux et sociaux.

20Ces corrections parentales sont bel et bien des formes de violences visant des enfants et elles doivent être condamnées comme telles. Il ne faudrait pas pour autant faire d’amalgame entre ces punitions corporelles et des maltraitances graves, continues et portant atteinte à la santé des enfants. Il est souvent reproché aux partisans de la suppression de toute violence éducative de conduire à minimiser les actions contre la maltraitance des enfants. Il s’agit toutefois de degrés totalement différents et on ne saurait faire d’amalgame (p. 119). Néanmoins, apprendre aux parents qu’on ne corrige pas physiquement un enfant, c’est aussi leur signifier que le corps de l’enfant doit être préservé de toute atteinte. L’enfant doit être respecté et ses besoins fondamentaux rappelés. Surtout, comme le précise l’auteur (p. 93), il faut traiter l’enfant comme nous voudrions qu’il nous traite. Ce livre devrait conduire en tout cas à faire bouger les consciences.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Isabelle Corpart, « Olivier Maurel, La fessée. Questions sur la violence éducative », Enfances Familles Générations [En ligne], Comptes rendus, mis en ligne le 01 juin 2015, consulté le 13 novembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/efg/1066

Haut de page

Auteur

Isabelle Corpart

Maître de conférences en droit
Université de Haute Alsace (France)
icorpart@unistra.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Enfances Familles Générations est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo INRS
  • Logo Conseil de recherches en sciences humaines
  • Logo Fonds de recherche Société et culture - Québec
  • OpenEdition Journals