Navigation – Plan du site
2014

Laura Di Spurio, Le temps de l’amour. Jeunesse et sexualité en Belgique francophone (1945-1968)

André Turmel
Référence(s) :

Laura Di Spurio. Le temps de l’amour. Jeunesse et sexualité en Belgique francophone (1945-1968), Bruxelles, Le Cri, coll. « Initiales », 2012, 192 pages, ISBN : 978-2-8710-6589-0.

Texte intégral

1Comment parler de l’adolescence ? Comment parlait-on de l’adolescence au cours de la période 1945-1968 en Belgique francophone ? Y eut-il là comme ailleurs une soi-disant invention de l’adolescence ? Si oui, à quoi se remarque-t-elle ? Laura Di Spurio publie ce livre qui se lit d’une traite, en proposant une réponse tout en nuance, quoique parsemée d’hypothèses fort stimulantes.

2Du lendemain de la Seconde Guerre jusqu’en 1968, on assiste à l’émergence d’une « culture jeune », marquée au coin des bandes de copains, du Rock, de la libération sexuelle, etc., s’imposant de plus en plus dans les sociétés occidentales. À partir d’une analyse des discours et des représentations des adolescents francophones en Belgique, l’auteure cherche réponse à trois questions. Quels nouveaux comportements ? Voit-on émerger de nouveaux schémas normatifs ? Comment ceci se diffuse-t-il ? Laura Di Spurio analyse des ouvrages éducatifs, des magazines, dont celui des filles « dans le vent » Mademoiselle Âge tendre, des mémoires d’écoles sociales et des entretiens avec 11 sujets, hommes et femmes. Un des aspects les plus intéressants du livre concerne l’analyse que l’auteure fait d’une filmographie, certes restreinte (3 films), mais centrée sur l’adolescence ; on suit ainsi dans un film de Bergman les traces de Monika, adolescente ouvrière libérée qui mène sa propre vie, sur le plan sexuel notamment. Liberté qui inquiète en Belgique, faut-il ajouter.

3Le premier chapitre, « Le problème sexuel », pose la question sur le plan général sans que l’analyse n’apporte une réponse définitive. L’adolescence : notion, catégorie, classe d’âge, classe sociale éventuellement ? La réponse de l’auteure est circonspecte et retrace le cheminement quelque peu sinueux de la triade puberté-adolescence-jeunesse dont elle problématise les contours flous ; ce qui est déjà considérable. Partant de Stanley Hall, psychologue américain spécialiste de l’adolescence au tournant de XXe siècle, en passant par Freud, Mendousse, Compayré et plusieurs autres, l’auteure montre comment nous avons délaissé une évocation de cette période comprise entre enfance et âge adulte d’abord historiquement axée sur la puberté, conçue comme un espace-temps de transition, canalisé par les caractéristiques physiques ou organiques. En délaissant quelque peu la puberté, Hall et les autres font intervenir des considérations d’ordre psychologiques ; ce qui est un déplacement considérable. On parvient enfin à la jeunesse qui ne recouvre que de façon partielle l’adolescence, du moins en termes de classe d’âge, la première n’étant qu’un mot selon la proposition de Bourdieu qui fit florès ; c’est-à-dire, dont les frontières sont constamment fluctuantes, toujours renégociées parce qu’objet d’un enjeu social immense. Il s’agit de définir un segment de la population nationale.

4Que les contours de l’adolescence aient été flous, on en convient d’autant mieux que le discours sur l’adolescence revêt souvent la forme d’une soi-disant crise de l’adolescence – lieu commun par excellence – pure fabrication occidentale que les sociétés d’ailleurs ne connaissent pas. Cependant, l’auteure ajoute que les délimitations diffèrent selon le sexe, les filles étant plus précoces que les garçons, ce qui est connu. On ne se surprendra guère que l’adolescence soit marquée sur le plan social, non seulement en termes de classe d’âge, mais aussi de classe sociale, l’adolescence ouvrière ayant ses particularités propres. L’éveil à la sexualité, épouvantail brandi par les moralistes belges, demeure au centre des préoccupations d’après-guerre.

5Le second chapitre concerne « L’éducation sexuelle ». Clé d’une adolescence réussie chez un Hall, on constate qu’elle a été dévolue à la responsabilité des parents belges, plutôt incapables à cet égard, tant l’idée qu’ils s’en font est imprégnée de honte et de péché. Les rares initiatives belges sont le cas de particuliers, parfois soutenus par l’Action familiale ou une revue, Feuilles familiales à partir de 1946. Le fossé se creuse entre adolescents et adultes claquemurés dans leur incompréhension du phénomène dont films et revues font état. Le devoir d’éducation sexuelle et ses lacunes sont posés avec acuité au cours de la période de 1945 à 1968. Des enquêtes en font foi, qui soulignent son caractère pressant.

6Beaucoup de parents laissent aux autres le soin de procéder à cette éducation sexuelle, d’autant que la leur est fort déficiente à cet égard, car suspicieux et dépendants de la morale chrétienne. Or, la sexualité, ajoute l’auteure, occupe désormais une place centrale dans la vie des adolescents. Ce qui soulève la question : quelle éducation sexuelle ? Question qui se décline ainsi : à quel âge ? ; quels rôles pour le père et pour la mère (Mendousse doutant de la mère à cet égard en 1929) ; quid des menstruations et de la masturbation, grande hantise des moralistes belges qui, parfois, tergiversent entre sensualité et sentimentalité – double morale en effet. Le mot d’ordre : ne pas dramatiser mais chercher à expliquer ; moraliser et normaliser.

  • 1 Ligue dont le second cheval de bataille est la lutte contre le cinéma.

7Le troisième chapitre a trait au « Temps de l’amour ». Socialisation partagée (coéducation) des garçons et des filles, loisirs communs : la rue, les bals, la danse, les salles de cinéma, les vacances et même des maisons de jeunes. L’adolescence demeure un âge dangereux, disent les revues pour lesquelles la jeunesse devient la cible principale autour des années soixante. L’auteure examine la façon dont les sorties, en tête-à-tête ou en bande, sont mises en scène dans les revues. Camaraderie, oui, mais obsession du flirt et de ce qui peut s’ensuivre. Car, « on ne badine pas avec l’amour » : le flirt apparaît comme le jeu dangereux par excellence. La Ligue nationale de la moralité publique décèle dans les comportements des adolescents une tyrannie du flirt1 : baiser, caresses, sexualité… Entre ces éléments, une interrogation décisive : puis-je céder ?

8La réponse survient au quatrième chapitre « Faire l’amour ». Rappelons que l’éducation sexuelle cherche à inculquer une saine vision de la sexualité dans le cadre strict du mariage. Il faut donc ériger des barrières en conséquence. Celles de l’abstinence surtout, et de la contraception ensuite. L’insistance sur le mot d’ordre « en mariage seulement » consiste à responsabiliser les garçons aux devoirs de la paternité et à exhorter les filles à la chasteté. La sexualité continue à être refusée aux adolescents ! Le tout dans un contexte où « la peur au ventre » demeure l’obstacle majeur à la sexualité adolescente et où les filles bricolent une contraception rudimentaire. Les films scrutés par l’auteure plaident en ce sens selon le leitmotiv « si je ne lui cède pas, je le perds ». Tension il y a entre la fille sérieuse et la fille légère, volage même, sur fond de psychologie différentielle : filles et garçons n’ont pas le même rapport à la sexualité. Ajoutons le caractère progressif de ces relations, les fiançailles constituant un tournant décisif ; un marqueur imparable qui aurait gagné à être plus étayé.

9S’agit-il d’un tournant ? La jeune fille cédant la place à l’ado, alors même que la situation des garçons est moins claire à cet égard. Parle-t-on de nouveaux schémas normatifs ? Constatons avec Laura Di Spurio qu’une certaine forme de morale est mise à mal. La figure de l’adolescence surgit dans la culture et devient peu à peu incontournable jusqu’à l’hypersexualisation d’aujourd’hui dont les racines remontent à cette époque. Magnifique livre qui ouvre de superbes perspectives de recherche.

Haut de page

Notes

1 Ligue dont le second cheval de bataille est la lutte contre le cinéma.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

André Turmel, « Laura Di Spurio, Le temps de l’amour. Jeunesse et sexualité en Belgique francophone (1945-1968) », Enfances Familles Générations [En ligne], Comptes rendus, mis en ligne le 10 octobre 2014, consulté le 03 juin 2020. URL : http://journals.openedition.org/efg/1070

Haut de page

Auteur

André Turmel

Professeur associé
Université Laval (Canada)
Département de sociologie
andre.turmel@soc.ulaval.ca

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Enfances Familles Générations est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo INRS
  • Logo Conseil de recherches en sciences humaines
  • Logo Fonds de recherche Société et culture - Québec
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals