Navigation – Plan du site
2014

Chantal Bayard et Catherine Chouinard (dir.), La promotion de l’allaitement au Québec. Regards critiques

Julie Lauzière
Référence(s) :

Chantal Bayard et Catherine Chouinard (dir.), La promotion de l’allaitement au Québec. Regards critiques, Montréal, Éditions du Remue-ménage, 2014, 207 pages, ISBN : 978-2-89091-453-7.

Texte intégral

1Susciter la réflexion et faire avancer le débat sur la façon de promouvoir l’allaitement au Québec, tels sont les objectifs poursuivis par Chantal Bayard et Catherine Chouinard, les codirectrices de cet essai. Avec les neuf auteures ayant contribué à l’ouvrage, elles font ainsi appel à des connaissances issues de différentes disciplines des sciences sociales – sociologie, histoire, communication, géographie, études féministes – et de la santé publique pour examiner les discours et les représentations sociales entourant l’allaitement, et en particulier les discours émanant des intervenants et des autorités de santé.

2Le livre s’ouvre avec une série de textes permettant de prendre conscience de l’évolution de ces discours du début du XXe siècle à aujourd’hui : d’abord le discours des médecins québécois, francophones ayant exercé la profession entre 1900 et 1970 (Denyse Baillargeon), puis celui de la santé publique à travers les éditions successives du guide Mieux vivre avec notre enfant remis à tous les parents de la province (Martina Chumova), et enfin celui émanant d’un quotidien de la presse écrite québécoise au sujet des normes sociales entourant l’allaitement (Sylvie Louise Desrochers et Lise Renaud). Il traite ensuite de divers enjeux qui peuvent y être reliés, notamment au regard de contradictions pouvant exister entre les messages véhiculés et l’expérience vécue par les femmes et leur partenaire. Sont successivement abordés les problèmes avec la production des messages de promotion de l’allaitement et leur réception par les femmes (Manon Niquette) ; l’allaitement dans l’espace public, l’image sociale des seins et la notion de discrétion (Chantal Bayard) ; la sexualité, la sensualité et l’intimité conjugale en contexte de parentalité et d’allaitement (Francine de Montigny, Pascale de Montigny Gauthier et Emmanuelle Dennie-Fillion) ; et les représentations sociales sous-jacentes dans les outils promotionnels de l’allaitement et les préconceptions des pères à l’égard de l’allaitement (Francine de Montigny). Le livre se termine sur une réflexion portant sur le rôle actif que peuvent jouer les mères dans la promotion de l’allaitement grâce aux médias sociaux (Kathleen Couillard).

3L’ouvrage fait ressortir que le discours dominant de promotion de l’allaitement est encore souvent axé sur la santé de l’enfant et qu’il tend à présenter une image idéalisée de l’allaitement où les difficultés sont rares, anodines et faciles à régler pour celles qui le veulent bien. Même si les discours des autorités de santé et des médias comportent certaines ambiguïtés, la promotion de l’allaitement est bien souvent faite dans un esprit d’éducation à la santé et de persuasion en vue de l’adoption par les mères d’un comportement précis, à savoir l’allaitement. L’ouvrage décrit bien le glissement qui peut alors se produire : si la mère qui se soucie de la santé et du bien-être de son enfant l’allaite, celle qui n’allaite pas son enfant n’est pas une bonne mère. Or, un ensemble d’autres facteurs personnels, familiaux, culturels, sociaux, économiques et politiques influencent à la fois les décisions des mères et leurs possibilités d’agir en fonction de celles-ci. Ce contexte est donc susceptible de placer les femmes dans une situation délicate, voire dangereuse pour leur santé. C’est pourquoi les auteures attirent l’attention sur l’importance de recentrer les discours sur les besoins et les réalités des femmes sans toutefois négliger le père ou l’autre parent. Elles appellent également à davantage d’information pratique sur l’allaitement et de soutien touchant les divers aspects de la vie des nouveaux parents.

4Le propos général du livre fait écho à plusieurs voix d’ici et d’ailleurs qui s'interrogent sur le discours dominant et les moyens mis en œuvre pour faire la promotion de l’allaitement, dans un contexte où il est fréquemment question de la culpabilité que cela peut engendrer chez les mères qui n’allaitent pas. La démarche des codirectrices est originale dans la mesure où elle a permis de rassembler, en un même lieu et en langue française, une partie des données émanant de la littérature québécoise et internationale sur différents aspects sociaux liés à l’allaitement, aspects qui sont souvent méconnus ou peu discutés. Le livre est bien documenté dans son ensemble. Le recours à des citations diverses ou des extraits de verbatim par plusieurs auteures ajoute à la richesse du document.

5De manière générale, l’ouvrage peut sembler manquer d’unité autour de l’objet annoncé. Le fait d’avoir privilégié une définition large de la promotion de l’allaitement, inspirée de celle de la promotion de la santé, pourrait y avoir contribué. Cette définition diffère en effet de celle mise en avant dans la plupart des documents de référence en matière d’allaitement, où l’on distingue la promotion de la protection de l’allaitement et du soutien aux femmes qui allaitent. Dans un autre ordre d’idées, on notera également une différence dans le ton utilisé par les auteures et dans la profondeur d’analyse des sujets traités. Ici, le texte de Manon Niquette se démarque par son originalité et sa pertinence quant à l’objet du livre. L’analyse qu’elle fait des approches utilisées pour promouvoir l’allaitement et des défis liés à la communication sur l’allaitement est riche et susceptible d’amener la discussion plus loin. Les textes de Denyse Baillargeon et de Chantal Bayard sont aussi particulièrement intéressants pour leur analyse ancrée dans le contexte socioculturel et politique où les discours et les pratiques d’allaitement prennent place. Le premier met notamment en lumière la façon dont des considérations extérieures à la santé et au bien-être des femmes et des enfants peuvent influencer les discours et les pratiques professionnelles relatives à l’allaitement et à l’alimentation infantile.

6Par ailleurs, malgré l’intérêt réel de se pencher sur les discours des intervenants de la santé et des autorités de santé publique en matière d’allaitement, il manque au livre de prendre aussi en compte d’autres discours qui influencent les mères et les environnements dans lesquels elles évoluent. Par exemple, il aurait été fort pertinent d’examiner les discours des fabricants de préparations commerciales pour nourrissons, et ce, d’autant plus qu’il est permis de penser que c’est en partie pour contrer les efforts intenses de commercialisation des substituts du lait maternel que des intervenants de la santé sentent le besoin (ou la pression) de convaincre les femmes d’allaiter plutôt que de les informer sur l’allaitement. Les auteures ne profitent pas non plus, à quelques exceptions près, de la tribune qui leur est offerte pour engager dans la réflexion les autres acteurs ou secteurs de la société pourtant concernés par l’allaitement. Plus largement, on peut se demander si le fait d’avoir placé la promotion de l’allaitement – même en la définissant largement – comme objet central du livre n’est pas susceptible d’avoir restreint l’émission d’idées nouvelles sur les changements à entreprendre en faveur des mères et des familles en ce qui a trait à l’allaitement. Il est néanmoins évident que des choix éditoriaux se doivent d’être faits dans une pareille entreprise et qu’aucun livre, aussi complet soit-il, ne peut couvrir entièrement un sujet aussi vaste que celui de l’allaitement.

7Cet ouvrage s’adresse principalement aux intervenants de la santé travaillant auprès des mères et des familles et aux autorités de santé publique du Québec ; les recommandations et pistes de réflexion proposées par les auteures leur sont essentiellement destinées. Ceci étant dit et même si les réalités et exemples discutés sont ancrés dans le contexte québécois, le propos du livre est susceptible d’intéresser toute personne qui se préoccupe des enjeux entourant l’allaitement, le féminisme et la parentalité dans les pays industrialisés.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Julie Lauzière, « Chantal Bayard et Catherine Chouinard (dir.), La promotion de l’allaitement au Québec. Regards critiques », Enfances Familles Générations [En ligne], Comptes rendus, mis en ligne le 10 octobre 2014, consulté le 06 juin 2020. URL : http://journals.openedition.org/efg/1076

Haut de page

Auteur

Julie Lauzière

Professionnelle de recherche
Université Laval (Canada)
Département des sciences des aliments et de nutrition
julie.lauziere@fsaa.ulaval.ca

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Enfances Familles Générations est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo INRS
  • Logo Conseil de recherches en sciences humaines
  • Logo Fonds de recherche Société et culture - Québec
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals