Navigation – Plan du site
2015

Roland Pfefferkorn, Genre et rapports sociaux de sexe

Caroline Henchoz
Référence(s) :

Roland Pfefferkorn, Genre et rapports sociaux de sexe, 2e édition revue, Ville Mont-Royal (Québec), M éditeur, coll. « Mouvements », 2013, 138 pages, ISBN : 9782923986746

Texte intégral

1Ce petit ouvrage de 138 pages, publié en 2013 chez M éditeur (Mont-Royal, Québec) dans la collection « Mouvements », est une réédition revue et corrigée d’un texte d’abord paru aux éditions Page deux (Lausanne, Suisse, 2012). Son auteur, Roland Pfefferkorn, est professeur à l’Université de Strasbourg, en France, et auteur de plusieurs ouvrages sur les rapports sociaux de classe et de sexe, dont Inégalités et rapports sociaux. Rapports de classes, rapports de sexes (2007) ou encore, avec Alain Bihr, professeur émérite de sociologie à l’Université de Franche-Comté, de Hommes-Femmes, quelle égalité ? (2002) et de Hommes-Femmes, l’introuvable égalité (1996).

2Autant le préciser d’emblée, car cela permet de mieux comprendre l’agencement des chapitres, la sélection des concepts et auteurs présentés et les arguments développés, l’objectif déclaré dans l’introduction et sur la 4e de couverture n’est pas tout à fait concordant avec celui qui émerge du texte. Alors que l’ouvrage se présente comme un compte rendu « de la diversité, de la richesse et des limites des analyses produites par les différents courants et auteures féministes et un rappel de quelques-uns des débats qui ont traversé le mouvement des femmes » (p. 8), il s’agit surtout pour l’auteur d’en présenter et discuter les concepts de manière à revaloriser une approche du genre qui tiendrait davantage compte des fondements matériels des rapports sociaux de sexe que ne le feraient la plupart des études de ces dernières années.

3Dans le chapitre III où il recense les critiques sur les usages du concept de genre, Roland Pfefferkorn relève en effet la tendance des recherches actuelles fondées sur une perspective de genre à délaisser les bases matérielles de la production sociale des sexes. D’une part, en focalisant leur intérêt sur les processus discursifs, un certain nombre d’entre elles négligent les éléments sociohistoriques de contexte, comme les conditions matérielles de vie, les conditions économiques et politiques ainsi que les articulations entre la sphère politique et sociale. Outre que cette approche contribue à écarter les groupes humains qui laissent peu de traces écrites (p. 76) et, pourrait-on ajouter, qui ne sont pas nécessairement à l’aise avec l’oralité, elle conduit à évacuer de l’analyse les « aspects matériels de l’oppression subie par les femmes » au profit du symbolique et de « la performativité du langage » (p. 76). D’autre part, si la distinction entre sexe et genre a permis de remettre en cause l’essentialisme ainsi que la naturalisation de la féminité/masculinité, la matérialité et le statut historique et social du corps sexué sont aujourd’hui relativement ignorés par les études féministes alors même que le traitement social du corps comme instrument de soumission et de contraintes a été abordé par des auteurs aussi centraux que Marcel Mauss, Colette Guillaumin, Thomas Laqueur ou encore Christine Delphy (p. 78-79). Enfin, certains usages du concept genre neutralisent ou estompent la matérialité de l’antagonisme, notamment au sein des couples et des familles où les rapports de pouvoir et les conflits sont parfois réduits à des questions de négociation, de communication et de contrat (p. 85-86). En ce sens, si « le concept de genre a fini de facto par fédérer l’ensemble des études visant à penser les rapports entre les hommes et les femmes » (p. 89), la notion de rapports sociaux de sexe ou une perspective du genre qui s’en approche semble bien plus pertinente à Roland Pfefferkorn. Comme il l’explicite plus précisément dans les deux derniers chapitres, « la production sociale des sexes repose d’abord sur une base matérielle, sur l’organisation et la division du travail concrète telles qu’elles se rencontrent dans la famille et dans le système productif, en articulation bien sûr avec d’autres rapports sociaux, en premier lieu avec les rapports de classe » (p. 118). Roland Pfefferkorn suggère ainsi de se réapproprier les concepts hérités du féminisme matérialiste des années 1970-1980 de manière, non pas à comparer et souligner les analogies entre différents rapports de domination (notamment de classe et de race), mais à en explorer leur intersection.

4Cette orientation épistémologique éclaircie, on comprend mieux la structure du propos. Érudite, peut-être un peu trop pour qui ne connait pas le champ, l’introduction présente et parfois synthétise la discussion qui suivra. Le chapitre Ier, « Rompre avec le naturalisme », introduit des concepts comme le patriarcat, le sexage, le travail domestique et la dialectique production/reproduction. Le chapitre II discute de « l’invention du genre et de sa polysémie » en relevant que ce terme désigne tout à la fois le sexe social, le système patriarcal ou l’organisation genrée, une identité, des représentations et des performances, et enfin des rapports de pouvoir. Le chapitre III, qui a été présenté précédemment, revient sur « le genre et ses limites » alors que le chapitre iv aborde « la division sexuelle du travail et les rapports sociaux de sexe » en relevant la centralité du travail en tant que levier de la domination et de l’émancipation. La conclusion approfondit ce dernier point en soulignant la pertinence d’une articulation des rapports de sexe, de classe et de racisation pour comprendre la production des catégories sexuées et les « dynamiques qui fondent dialectiquement la catégorisation : celles de la domination de l’exploitation, de la stigmatisation et de la discrimination, mais aussi celles de la résistance des catégories infériorisées » (p. 125).

5Au premier abord, il peut sembler étonnant que la discussion sur le genre précède le chapitre sur la division sexuelle du travail et les rapports sociaux de sexe. Ce dernier concept, qui a reçu une « réception hésitante » (p. 98, note 1), a en effet été délaissé au profit de celui de genre dès les années 1990 en France comme ailleurs (p. 88 et suiv.). Cet agencement permet toutefois à l’auteur de conclure son ouvrage en relevant que l’articulation entre différents rapports sociaux, comme les « rapports de classe, de sexe, de racisation et de génération est une nécessité » (p. 22). En effet selon Roland Pfefferkorn, une approche en termes de rapports sociaux de sexe permet de « renouveler en profondeur l’analyse des classes sociales, car elles sont sexuées » (p. 123) tout en mettant « en évidence la production sociale et les reconfigurations incessantes des rapports sociaux » (p. 124), notamment en montrant comment ses rapports peuvent être à la fois source de domination et potentiellement porteurs d’émancipation (p. 128). Autrement dit, cette approche permet de penser les rapports sociaux de manière consubstantiels, c’est-à-dire « de penser en même temps comment les femmes sont, au niveau et dans l’espace où elles se trouvent, contraintes structurellement et sont façonnées par l’ensemble des rapports sociaux et comment par leur activité, individuelle et surtout collective, par leurs interactions permanentes, elles peuvent construire des marges de liberté et d’action leur permettant de déplacer ces mêmes rapports » (p.129).

  • 1 Par exemple, le concept de classes de sexe est présenté dans le cadre de la discussion sur la notio (...)

6L’ambivalence de cet ouvrage provient donc essentiellement du fait qu’il se présente comme un ouvrage de synthèse alors qu’il défend plutôt une thèse (soit une perspective du genre en termes de rapports de classe). En ce sens, on ne peut s’empêcher de se demander s’il n’aurait pas été plus judicieux de privilégier plus explicitement la défense de la thèse et de configurer le texte en conséquence. Par exemple, et c’est un ordre de lecture que l’on peut suggérer, de présenter « l’invention » du concept genre, sa polysémie et ses limites (chapitres II et III) pour ensuite montrer en quoi les études féministes matérialistes des années 1970-1980 et leur discussion sur les concepts de travail et de classes de sexe sont pertinentes encore aujourd’hui pour développer une analyse en termes de rapports sociaux de sexe1. Cela aurait peut-être permis d’éviter certaines redondances, par exemple entre l’introduction et les chapitres i et iv. Sur ce point encore, on peut regretter de ne pas disposer d’un index qui permettrait de repérer les passages dans lesquels un auteur ou un concept est mentionné ou encore d’une bibliographie exhaustive des ouvrages abordés.

  • 2 Cynthia Cockburn, « Le matériel dans le pouvoir masculin », Cahiers du genre, no 36, 2004, p. 89-11 (...)
  • 3 Le concept de valence différentielle des sexes de Françoise Héritier n’est pas traité. Il en va de (...)
  • 4 C’est le cas de l’ouvrage de Pierre Bourdieu, La domination masculine, Paris, Seuil, 1999 (discuté (...)

7Compte tenu de l’orientation épistémologique de l’ouvrage, on comprend également mieux pourquoi certains concepts et apports des études genre sont davantage traités que d’autres. À l’instar de l’article de Cockburn sur la base matérielle du pouvoir masculin dans le métier de typographe de presse2 (p. 101-102), certaines contributions bénéficient d’un résumé approfondi. Les travaux de certains auteurs, dont par exemple ceux de Danièle Kergoat sur les rapports sociaux, sont fréquemment cités (voir chapitre IV), alors que d’autres sont ignorés3 ou brièvement mentionnés comme les écrits d’Ervin Goffman (p. 57, p.116) ou encore les travaux de Pascale Molinier auxquels il est fait référence pour justifier le rôle central du travail dans la production sociale des sexes mais dont ne figurent pas les sources (p. 117). Plus généralement, les approches structuralistes, institutionnelles (p. 60-63), symboliques, ethnométhodologiques et interactionnelles du genre sont parfois discutées et critiquées4, mais leur recension reste succincte, ce qui permet difficilement au lecteur et à la lectrice de bien en saisir la portée s’il ne connaît pas les travaux dont il est question.

  • 5 Les critères à partir desquels les auteurs et les ouvrages sont considérés comme féministes, et don (...)
  • 6 Pour une synthèse et présentation des critiques, voir Anne Revillard et Laure de Verdalle, « "Faire (...)
  • 7 L’article (loc. cit.) a été traduit par Laure de Verdalle et Anne Revillard : « "Faire" la différen (...)
  • 8 Voir par exemple le chapitre VI, « Intersections », dans Laure Bereni, Sébastien Chauvin, Alexandre (...)
  • 9 Pour une synthèse sur ce point, lire Sirma Bilge, « Théorisations féministes de l’intersectionnalit (...)

8Compte tenu de la taille modeste de l’ouvrage, il était certes difficile de présenter l’ensemble des concepts et des auteurs sans devoir faire des choix et des sacrifices5. Cependant si la proposition de Roland Pfefferkorn est bien de valoriser une approche du genre en termes de rapports sociaux de sexe qui permettrait alors de mieux appréhender son articulation avec d’autres rapports sociaux (de classe, de racisation), on peut regretter que cette proposition s’inscrive peu dans le champ de recherche de l’intersectionnalité. Par exemple, l’auteur semble reprendre les critiques énoncées à l’encontre d’une approche interactionniste et ethnométhodologique de l’intersectionnalité (voir par exemple la conclusion), à savoir qu’elle ne permettrait pas, ou mal, de tenir compte de l’articulation entre les différents systèmes d’oppression (racisme, patriarcat et capitalisme), les relations de pouvoir, les inégalités matérielles et les mécanismes de domination et de résistance inhérents6. Pourtant, il n’en présente pas les auteurs et les travaux centraux, comme par exemple l’article de Candace West et Sarah Fenstermaker, « Doing Difference »7. Si l’on veut saisir ce qu’implique une analyse en termes d’intersectionnalité, un détour par d’autres ouvrages de synthèse s’avère donc nécessaire8. Dans le même sens, l’affirmation selon laquelle les rapports de classe sont relativement ignorés des théorisations féministes de l’intersectionnalité (p. 127) semble un peu étonnante. En effet, la question de l’antécédence des inégalités de classe par rapport aux autres formes d’inégalités a fait et continue de faire l’objet de débats et discussions, notamment parmi les auteurs anglo-saxons9. Par conséquent, si c’est essentiellement le travail productif et reproductif, sa production, sa division, son exploitation et son appropriation qui est au cœur de cet ouvrage, ce qui est congruent avec une approche en termes de classes, on aurait aimé que l’auteur montre davantage en quoi une approche centrée sur le travail - qu’il comprend selon la triple distinction de Hannah Arendt, soit comme activité rattachée à la subsistance et à la consommation, comme activité visant à produire des choses destinées à durer et habiter le monde et comme action sur soi (production de soi) et sur le collectif (production du politique ou de la société) (p. 117) – en quoi, donc, une approche centrée sur le travail s’inscrit dans les théorisations actuelles de l’intersectionnalité et permet d’en proposer une appréhension originale.

9Pour conclure, il s’agit d’un ouvrage dont l’intérêt est de recenser les différentes acceptions du concept de genre et de les aborder d’un point de vue critique, ce concept étant trop souvent adopté dans les recherches sans réflexion, voire sans réelle connaissance sur ce qu’il implique et apporte. L’originalité de ce livre réside également dans sa relecture des approches matérialistes des rapports sociaux de sexe des années 1970-1980 à l’aune du questionnement, plus récent ou du moins théorisé plus récemment, sur leur intersection avec d’autres rapports sociaux. En replaçant différentes notions issues d’une perspective genrée du travail dans leur contexte d’émergence et dans les débats de l’époque, cet ouvrage permet de mieux comprendre leur apparition, leur développement, leurs portées ainsi que leurs limites méthodologiques et épistémologiques. Il fournit également des pistes de réflexion intéressantes sur les manières d’appréhender les contraintes et les opportunités rencontrées par les hommes et les femmes, à la fois en tant qu’acteurs et agents des rapports sociaux. Ce texte s’adresse toutefois à un public qui a des connaissances préalables dans le domaine ou qui est prêt à recourir à d’autres sources pour compléter sa lecture.

Haut de page

Notes

1 Par exemple, le concept de classes de sexe est présenté dans le cadre de la discussion sur la notion de sexage (chapitre Ier, p. 33) – soit « l’appropriation matérielle de la classe des femmes par celle des hommes » (Colette Guillaumin, Sexe, race et pratiques du pouvoir, Paris, Côté-femmes, 1992, cité p. 36) – puis dans le chapitre ii (p. 58 et suiv.) et dans le chapitre IV (par ex., p. 109). Dans le même sens, la division sexuelle du travail, objet du chapitre IV, est également sous-jacente aux notions de patriarcat et de mode de production domestique, de travail domestique et de care, de production/reproduction discutés dans le chapitre Ier.

2 Cynthia Cockburn, « Le matériel dans le pouvoir masculin », Cahiers du genre, no 36, 2004, p. 89-119. 

3 Le concept de valence différentielle des sexes de Françoise Héritier n’est pas traité. Il en va de même de l’approche ethnométhodologique initée par Garfinkel, qui appréhende le genre en termes d’accomplissement et d’accountability (Recherches d’ethnométhodologie, trad. M. Barthélémy et al., Paris, PUF, « Quadrige », 2007). Voir également Candace West et Don Zimmerman, « Doing Gender», Gender and Society, vol. 1, no 2, 1987, p. 125-151, ainsi que Candace West et Sarah Fenstermaker, « Doing difference », Gender and Society, vol.  9, no 1,1995, p. 8-37. 

4 C’est le cas de l’ouvrage de Pierre Bourdieu, La domination masculine, Paris, Seuil, 1999 (discuté p. 119).

5 Les critères à partir desquels les auteurs et les ouvrages sont considérés comme féministes, et donc ont été retenus, ne sont pas précisés. 

6 Pour une synthèse et présentation des critiques, voir Anne Revillard et Laure de Verdalle, « "Faire" le genre, la race et la classe », Terrains et travaux, no 10, 2006, p. 91-102
URL : www.cairn.info/revue-terrains-et-travaux-2006-1-page-91.htm

7 L’article (loc. cit.) a été traduit par Laure de Verdalle et Anne Revillard : « "Faire" la différence », Terrains et travaux, no 10, 2006, p. 103-136
URL : www.cairn.info/revue-terrains-et-travaux-2006-1-page-103.htm

8 Voir par exemple le chapitre VI, « Intersections », dans Laure Bereni, Sébastien Chauvin, Alexandre Jaunait et Anne Revillard, Introduction aux gender studies. Manuel des études sur le genre, Bruxelles, De Boeck, « Ouvertures politiques », 2008. 

9 Pour une synthèse sur ce point, lire Sirma Bilge, « Théorisations féministes de l’intersectionnalité », Diogène, no 225, 2009, p. 70-88
URL : www.cairn.info/revue-diogene-2009-1-page-70.htm

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Caroline Henchoz, « Roland Pfefferkorn, Genre et rapports sociaux de sexe », Enfances Familles Générations [En ligne], Comptes rendus, mis en ligne le 30 mars 2015, consulté le 25 janvier 2020. URL : http://journals.openedition.org/efg/1079

Haut de page

Auteur

Caroline Henchoz

Chercheure, maître d’enseignement et de recherche
Domaine Sciences des sociétés, des cultures et des religions
Département des sciences sociales
Université de Fribourg (Suisse)
caroline.henchoz@unifr.ch

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Enfances Familles Générations est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo INRS
  • Logo Conseil de recherches en sciences humaines
  • Logo Fonds de recherche Société et culture - Québec
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals