Navigation – Plan du site
2016

Chantal Collard et Françoise Zonabend, La parenté

Mathieu Poulin-Lamarre
Référence(s) :

Chantal Collard et Françoise Zonabend. La parenté, Paris, P.U.F., « Que sais-je ? », 2015, 128 pages, ISBN : 978-2-13-062631-2.

Texte intégral

1Il n’y a probablement pas d’objet de recherche plus intimement associé à l’anthropologie que celui de la parenté. Bien qu’étudié le plus souvent par l’ethnologie, il intéresse de façon persistante l’anthropologie dans son sens le plus large jusqu’aux sciences de l’évolution, qui recherchent dans leur cas les origines évolutives de la parenté humaine – ce qui fait actuellement l’objet de débats enflammés au sein des sciences humaines. Dans le cas du livre La Parenté, publié dans la célèbre collection « Que sais-je ? », l’angle choisi est celui de l’ethnologie, discipline dont les frontières se fondent souvent dans la sociologie et l’histoire, pour ne pas nommer les cultural studies américaines.

2 Ce sont Françoise Zonabend, ethnologue retraitée de l’École des hautes études en sciences sociales (EHESS) à Paris et Chantal Collard, professeure associée au département de sociologie et d’anthropologie de l’Université Concordia, à Montréal, qui signent la plaquette, qui se veut, comme pour tous les Que sais-je ?, une introduction vulgarisée et actuelle d’un champ disciplinaire particulier. Les auteures sont des chercheuses réputées dans le domaine des études sur la parenté, ayant chacune publié de nombreux articles et ouvrages sur la question. Elles ont aussi un parcours similaire, toutes deux ayant commencé leurs recherches en Afrique pour s’intéresser par la suite à leur propre société, respectivement la France et le Québec.

3 Le livre se décline en trois parties. D’abord s’impose une dense introduction à la terminologie de la parenté, passage obligé vers toute velléité de compréhension de ce phénomène qui a tant d’avatars et de dimensions à travers les sociétés. Malgré l’aridité et la complexité du projet, le découpage en sept dimensions permet au lecteur de progresser de manière fluide et signifiante dans l’exposé des dimensions de la parenté et de son vocabulaire à travers maints exemples anthropologiques et historiques. Les auteures prennent soin de ne pas « exotiser » la parenté comme s’il s’agissait d’un objet « autre », en montrant que l’Occident et les sociétés dites « modernes » ne sont pas passés à un monde post-parenté, mais sont bel et bien toujours investis par ces relations particulières.

4 La seconde partie entend présenter les débats actuels dans le champ de la parenté. Comme les auteures l’évoquent, depuis les années 70 et la déclaration de l’anthropologue Rodney Needham sur l’inexistence même de l’objet « parenté », l’anthropologie a été secouée de multiples crises, notamment concernant son autorité de science, ce qui a mené peu à peu à un scepticisme systématique quant à toute volonté comparatiste. En porte à faux face à cet excès d’humilité, les auteures soutiennent au contraire la pertinence d’une perspective qui cherche à comprendre ce qui fonde, chez l’humain, le phénomène de parenté. Ainsi, elles se distancient des postmodernes et trouvent, chez les structuralistes et notamment chez Françoise Héritier, un cadre d’analyse qui sied selon elles à l’étude de la parenté, en observant que, malgré la variation culturelle, certains phénomènes tels que la prohibition de l’inceste ou certains faits biologiques tels que le sexe, l’âge et la génération sont inhérents à tous les systèmes de parenté. Elles mettent notamment une emphase particulière sur la notion de substances, qui a été développée par Françoise Héritier (1981), et trouvent dans cette notion l’une des voies d’accès à la perspective comparative. En effet, affirment-elles, « dans toutes les sociétés, on s’accorde pour reconnaître que la parenté est fondée sur l’échange et le mélange des substances » (p.67), ces dernières pouvant être autant matérielles (sang, lait, liquides sexuels, etc.) qu’immatérielles et symboliques (noms, esprits, etc.).

5 On sent à la lecture de la seconde partie que c’est le cadre structuraliste et la notion de substance qui convainc le plus les auteures, et que c’est à travers ce prisme que les autres théories seront jugées trop vagues ou trop précises, l’équilibre semblant difficile à atteindre. On critique notamment l’anthropologue Marshall Sahlins (2013) d’avoir évacué trop rapidement le corps et les substances en voulant dissocier la parenté du donné biologique en élargissant le cadre de la parenté à d’autres types de relations, dont l’amitié ou la vie commune. Cette position affirmée en faveur d’une parenté fondée sur les substances au sein de la deuxième partie est cependant laissée de côté dans la troisième partie, qui s’intéresse pour sa part au phénomène de la parenté dans le monde dit « occidentalisé ».

6 En effet, dans le dernier tiers du livre, les auteures proposent un survol des nouvelles formes de parenté rendues possibles par les nouvelles technologies de reproduction (NTR) telles que la fécondation in vitro (FIV) ou la gestation pour autrui (GPA) et les changements légaux entourant le mariage et l’adoption. En s’intéressant principalement aux contextes éthiques et légaux entourant ces nouvelles pratiques, qu’ils soient nationaux ou religieux, les auteures laissent un moment de côté la question des cadres structurants sur lesquels elles insistaient plus tôt, peut-être parce que les études ethnologiques à ce sujet sont encore peu nombreuses. Elles observent avec étonnement que l’importance symbolique des alliances en Occident est allée en diminuant dans le dernier siècle, mais qu’à l’inverse, celle de la filiation a connu un accroissement majeur, menant à des sociétés où la reproduction est aujourd’hui perçue comme un droit fondamental. Ainsi, les couples stériles ou homosexuels, sans parler des célibataires, sont de plus en plus nombreux à accéder à la parentalité, que ce soit par l’adoption ou les NTR. Elles ne peuvent que constater le foisonnement de nouvelles questions, anthropologiques comme éthiques, qui naissent de la conjugaison entre la technologie (procréation médicalement assistée, par exemple) et les changements juridiques qui permettent de nouvelles formes de mariage et d’adoption. Au final, concluent-elles, il est fascinant de constater que malgré la multiplication des possibles, dans un monde où de moins en moins de barrières limitent la modulation de la parenté, tout n’est néanmoins pas « pensable ». La distinction entre le « même » et « l’autre », degré zéro de la parenté, fondant la prohibition de l’inceste et l’interdit du mariage, demeure envers et contre tout le cadre incontournable de l’expression de la parenté.

7 Au final, même si on ne peut nier l’apport très stimulant et souvent convaincant d’une perspective structuraliste dans l’étude de la parenté, tout un pan de la recherche contemporaine sur la parenté s’en trouve ainsi minorisé, limitant l’attention qu’il importe aussi de porter sur les tensions inhérentes à tout système de parenté, notamment dans des situations de mondialisation et de sociétés cosmopolites. Sur ce point, les auteures adoptent malheureusement une perspective souvent substantialiste et « déhistoricisante », reprenant les vieux raccourcis de l’anthropologie comparatiste coloniale : « chez les Kongo du Kasaï », « chez les Rukuba du Nigéria », comme si on était en face de sociétés figées et hors du temps, sans tensions ni contradictions. Malgré une brève allusion à Pierre Bourdieu et à sa théorie de la « pratique », qu’elles rangent malheureusement trop rapidement au rang des considérations plus méthodologiques que théoriques, toute attention au côté fluide et dynamique de la pratique de la parenté, voire aux relations de pouvoir, est laissée de côté. En cela, les auteures adoptent une approche qui est plutôt minoritaire au sein des études actuelles sur la parenté.

Haut de page

Bibliographie

Héritier, F. 1981. L’exercice de la parenté, Paris, Gallimard.

Sahlins, M. 2013. What Kinship Is… and Is Not, Chicago, The University of Chicago Press.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Mathieu Poulin-Lamarre, « Chantal Collard et Françoise Zonabend, La parenté », Enfances Familles Générations [En ligne], Comptes rendus, mis en ligne le 18 octobre 2016, consulté le 05 juin 2020. URL : http://journals.openedition.org/efg/1082

Haut de page

Auteur

Mathieu Poulin-Lamarre

Candidat au doctorat en anthropologie
Université de Montréal (Canada)

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Enfances Familles Générations est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo INRS
  • Logo Conseil de recherches en sciences humaines
  • Logo Fonds de recherche Société et culture - Québec
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals