Navigation – Plan du site
2016

Martine Gross, Parent ou homo, faut-il choisir ? Idées reçues sur l’homoparentalité

Kévin Lavoie
Référence(s) :

Martine Gross, Parent ou homo, faut-il choisir ? Idées reçues sur l’homoparentalité, Paris, Éditions Le Cavalier Bleu, 2013, 218 pages, ISBN : 978-2-84670-514-1

Texte intégral

1Martine Gross est docteure en sociologie et ingénieure de recherche au Centre national de la recherche scientifique (CNRS) en France. Depuis plus de quinze ans, elle consacre la majorité de ses travaux de recherche aux questions entourant l’homoparentalité, tant sur le plan des trajectoires familiales de parents homosexuels que celui du développement de leurs enfants. Sa contribution et son expertise dans ce champ d’études sont notoires, particulièrement dans l’univers académique francophone. En 2013, elle publie aux éditions Le Cavalier Bleu l’ouvrage Parent ou homo, faut-il choisir ? lequel offre une réponse aux récriminations formulées par les détracteurs de l’homoparentalité dans la foulée des débats qui ont fait rage dans l’Hexagone à propos du « mariage pour tous ». L’auteure y propose un dialogue sur la question de l’expérience des parents gais et lesbiens et de la filiation des enfants issus de familles homoparentales. L’analyse critique des idées reçues, à partir des savoirs scientifiques actuels et d’exemples tirés de ses propres travaux de recherche, est une avenue féconde retenue par la chercheure pour déconstruire les mythes associés à l’homoparentalité et lutter contre les préjugés sexistes et homophobes. En ce sens, elle adopte une posture résolument engagée, dénonçant les dérives idéologiques et apocalyptiques formulées par les opposants à l’accès au mariage et à l’adoption pour les couples de même sexe.

2Le livre est divisé en trois grandes sections, chacune comprenant entre quatre et sept chapitres. En guise d’introduction, l’auteure retrace l’évolution des attitudes des Français à l’égard de l’homosexualité en situant les principaux jalons historiques en matière de reconnaissance des droits des minorités sexuelles et en citant au passage quelques sondages. Outre l’acceptation croissante de la diversité sexuelle dans la société française, elle identifie deux autres éléments ayant contribué à l’émergence des réalités homoparentales dans la sphère publique, soit les avancées technologiques en matière de procréation assistée et la diversification des constellations familiales dans les représentations de la famille. Cette amorce, quoique succincte, offre un portrait du contexte sociopolitique dans lequel s’inscrit l’ouvrage, permettant ainsi de saisir les références et les enjeux soulevés au fil des pages.

3La première partie du livre trace les contours de la conjugalité des personnes homosexuelles et de leur vécu familial, et vise à répondre à la question de départ : qu’est-ce que l’homoparentalité? La sociologue y explique de manière claire et efficace les différents contextes d’accès à la parentalité pour les gais et les lesbiennes, de même que la pluralité des structures familiales. En s’éloignant du modèle de parenté euroaméricain fondé sur la binarité et l’exclusivité du couple parental hétérosexuel, l’homoparentalité offre la possibilité de réfléchir autrement les réalités familiales contemporaines en mettant de l’avant la formulation d’un projet parental et les liens électifs comme apports structurants de la famille. Loin de détruire les fondements de la société, l’homoparentalité met plutôt en lumière l’incohérence et la désuétude de certains postulats normatifs auxquels nombre de familles (recomposées, adoptives ou fondées à l’aide d’un tiers donneur, par exemple) dérogent, et ce, sans égard à l’orientation sexuelle des parents. Se questionner sur les éléments de définition de l’homoparentalité et ses représentations amène aussi une prise en compte des perceptions de l’homosexualité, tant féminine que masculine, et des préjugés qui lui sont accolés. Faisant écho au titre de l’ouvrage, l’incompatibilité du statut de parent et de l’orientation homosexuelle suggérée par les militants de la « manif pour tous » s’appuie en fait sur des arguments portés par l’hétérosexisme. Ce système d’oppression cautionne la hiérarchie établie entre des attitudes et des comportements associés à l’hétérosexualité estimés justes et bons et d’autres, pervers et malsains, qui sont attribués à l’homosexualité. Les discours et les violences à caractère homophobe en sont alors des manifestations, lesquelles touchent à la fois les parents homosexuels et leurs enfants, mais aussi les personnes qui ne se conforment pas aux stéréotypes de la masculinité et de la féminité.

4La deuxième partie s’intéresse à l’éducation en contexte homoparental et aux capacités parentales des personnes homosexuelles. L’auteure y réunit plusieurs mythes qui suggèrent que, dans un couple de même sexe, l’un des partenaires « joue » nécessairement l’homme et l’autre « joue » évidemment la femme. Le calquage du modèle conjugal hétérosexuel se répercute sur les perceptions des activités familiales au sein des familles homoparentales, l’absence de la mère ou du père étant alors fortement décriée par les opposants. Patiemment, la chercheure déconstruit ces préjugés tenaces en analysant les situations au regard des rôles de genre et des fonctions parentales. La répartition des tâches domestiques et éducatives au sein du couple, le désir d’enfant et celui d’être parent et la transmission des valeurs sont tour à tour problématisés et analysés sous le prisme des rapports entre les hommes et les femmes et leur évolution sociale, culturelle et historique. Cette partie du livre est sans doute la moins renversante, puisqu’elle rapporte une observation qui peut paraître évidente pour plusieurs : les parents homosexuels adoptent sensiblement la même approche et rencontrent les mêmes défis pour élever les enfants que les parents hétérosexuels. La différence dans l’exercice de leurs fonctions parentales réside surtout dans l’adhésion aux stéréotypes de genre plus prégnante au sein des couples composés d’un homme et d’une femme, comparativement à la souplesse décelée chez les couples homosexuels dans l’exercice de leurs rôles parentaux. Cette distinction reflète l’évolution des mentalités quant aux rôles de genre et la mise à distance des fonctions dévolues traditionnellement à la mère et au père, laquelle est aussi remarquée chez certaines familles hétéroparentales soucieuses d’offrir à leurs enfants une diversité de modèles.

5Pour la troisième partie du livre intitulée « L’enfant dans une famille homoparentale », l’auteure choisit de répondre aux critiques concernant la rareté des études scientifiques sur le développement des enfants élevés par des parents gais et lesbiens par une synthèse des écrits sur la question. Elle y retrace l’évolution des recherches depuis quatre décennies, en s’attardant plus particulièrement aux études françaises. La préoccupation psychanalytique de l’Œdipe est également abordée, de même que la question de l’ordre symbolique et de l’altérité sexuelle. Ces inquiétudes ont souvent été évoquées en France lors des débats de 2012, contrairement aux discussions sur la reconnaissance de l’homoparenté survenues dix ans plus tôt au Québec lors de l’adoption de la Loi sur l’union civile et les nouvelles règles de filiation. De fait, les derniers chapitres concernent davantage le cas français, comme en témoignent les exemples et les sources citées. Les écrits anglo-saxons, pourtant nombreux et riches en pistes d’analyse, sont peu mobilisés dans cette section, ce qui en diminue malheureusement la portée. Le texte mériterait aussi d’être plus resserré, puisqu’une certaine redondance est notée avec la partie précédente sur l’éducation dans les familles homoparentales, notamment en ce qui a trait à l’idée reçue concernant l’absence d’un père ou d’une mère.

6La chercheure conclut son ouvrage par une mise en perspective des interrogations suscitées par l’homoparentalité, soulignant de différentes façons la nécessité d’adapter le droit aux pratiques familiales actuelles et de renouveler les représentations de la famille. La dissociation entre la filiation et la procréation est alors au cœur de cette transformation sociale. Bien que débattue et rendue visible à l’occasion de l’adoption de la loi sur le mariage pour tous, cette dissociation n’est pourtant pas nouvelle et concerne plusieurs types de familles. L’auteure profite de l’occasion pour identifier les problèmes qui persistent malgré les avancées juridiques récentes, tout en proposant des moyens pour combler ces lacunes. Le livre se termine par deux annexes, soit un glossaire et des suggestions de lectures complémentaires pour approfondir le sujet. Outre leur apport pédagogique indéniable, ces ajouts sont utiles pour mieux comprendre le phénomène étudié et connaître les acteurs en présence, en plus d’offrir des pistes de réflexion supplémentaires.

7Somme toute, le livre de Martine Gross propose une synthèse bien articulée de l’état des connaissances sur l’homoparentalité, avec des notions vulgarisées et un souci de mettre en contexte et de nuancer les résultats des études. Néanmoins, une plus grande prise en compte des travaux canadiens, étasuniens ou australiens aurait été souhaitable, afin de consolider la rigueur de la démarche et d’y insuffler une perspective internationale. Le choix de déconstruire les idées reçues par un habile mélange entre l’argumentaire militant et le discours scientifique rend le texte vivant, mais pourrait en rebuter plusieurs par son insistance. En ce sens, l’ouvrage pourra plaire aux personnes sensibilisées ou curieuses envers les réalités homoparentales et l’homosexualité et celles voulant mieux s’outiller pour être en mesure de répondre adéquatement aux récriminations des opposants. Il saura intéresser les étudiants œuvrant dans le champ des études gaies et lesbiennes ou de la diversité familiale, de même que les professionnels de l’action sociale qui interviennent auprès des familles. Enfin, cet ouvrage est dédié principalement à un lectorat français, considérant le contexte sociopolitique dans lequel il s’inscrit et les exemples qui parsèment le texte. Celles et ceux qui sont peu au fait de l’actualité française risquent en effet de s’y perdre, bien que le contenu du livre soit tout de même très pertinent et dépasse les frontières européennes.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Kévin Lavoie, « Martine Gross, Parent ou homo, faut-il choisir ? Idées reçues sur l’homoparentalité », Enfances Familles Générations [En ligne], Comptes rendus, mis en ligne le 16 décembre 2016, consulté le 05 juin 2020. URL : http://journals.openedition.org/efg/1222

Haut de page

Auteur

Kévin Lavoie

Doctorant en sciences humaines appliquées, Faculté des arts et des sciences, Université de Montréal (Canada), kevin.lavoie.1@umontreal.ca

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Enfances Familles Générations est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo INRS
  • Logo Conseil de recherches en sciences humaines
  • Logo Fonds de recherche Société et culture - Québec
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals