Navigation – Plan du site

AccueilRubriques électroniquesComptes rendus2022Pont, E. 2022. Faut-il arrêter de...

2022

Pont, E. 2022. Faut-il arrêter de faire des enfants pour sauver la planète ? Paris, Payot, 205 pages, ISBN : 978-2-228-93005-5

Jonathan Leblanc
Référence(s) :

Pont, E. 2022. Faut-il arrêter de faire des enfants pour sauver la planète? Paris, Payot, 205 pages, ISBN : 978-2-228-93005-5

Texte intégral

1Emmanuel Pont puise dans sa formation d’ingénieur et de politologue pour nous livrer un essai syncrétique nous exposant le fil de ses réflexions visant à répondre à la question : Faut-il arrêter de faire des enfants pour sauver la planète ? Afin d’exposer une perspective complète sur la question, ce livre offre une perspective sociale pour conclure sur le point de vue individuel. Ouvrage de vulgarisation destiné au grand public, l’auteur y soulève des arguments puisés à divers champs disciplinaires, de la démographie à la science politique, en passant par la sociologie, l’éthique et la morale kantienne. Dans ce livre qui campe la crise écologique comme une prémisse, l’auteur développe son argumentaire en cinq parties : 1) en explicitant divers concepts démographiques ; 2) en remettant en question les liens entre population et environnement ; 3) en traitant des moyens qui permettent à l’humanité d’établir urgemment un monde soutenable ; 4) en proposant un « chemin politique » pour y arriver (p.8) ; et 5) en clôturant sa réflexion sur les questions de responsabilité et de décision individuelle dans la dernière partie.

2En première partie, Pont présente une brève histoire de la démographie, des chasseurs-cueilleurs aux thèses natalistes de la Renaissance et celles des malthusiens. Cette partie est également l’occasion pour l’auteur de définir certains concepts présentés comme clefs de compréhension des chapitres suivants. Il insiste particulièrement sur la transition et l’inertie démographiques (p.19), concepts qui serviront à étayer sa réponse négative à la question soulevée en titre. L’auteur se positionne tout au long de l’essai contre les « éco-malthuséens », auxquels il rétorque que la famine et catastrophe relèvent de considérations sociales et politiques. Il en est pareillement pour le désir d’enfant, considérations auxquelles s’ajoutent celles d’ordre culturel. L’auteur remet en question la planification et le contrôle des naissances quant à leur efficacité relative et le caractère amoral du second. Pour clore cette première partie, il affirme que tous les pays ont complété ou amorcé leur transition démographique. Ainsi, les modèles en matière d’avenir démographique doivent être pris comme projectifs et non prédictifs, considérant la grande incertitude générée par la réalité sociale humaine. Il retient tout de même une tendance à la stabilisation de la population mondiale.

3En deuxième partie, l’auteur passe en revue différentes approches du lien entre population et environnement. Il y rappelle que l’Organisation des Nations Unies (ONU) prévoit à ce jour une surmortalité liée à la crise similaire à celle des grandes catastrophes connues par l’humanité. Ce dernier y souligne que les impacts seront répartis inégalement et plus fortement sur les pays et individus les plus défavorisés. Pont nourrit la réflexion en relativisant l’idée de responsabilité climatique : des États aux grandes corporations, en passant par les consommateurs ou par les producteurs, qui est responsable ultimement ? Il dénote la responsabilité historique des pays les plus riches. Dans cette même partie, l’essai traite de concepts telle que la capacité de charge, l’empreinte écologique ou les limites planétaires des systèmes écosystémiques pour retenir cette dernière notion comme meilleur indicateur de la capacité terrestre à soutenir l’humanité. L’auteur analyse différents modèles qui ont tenté de déterminer la capacité maximale de charge de la planète en matière de population. Il insiste sur le caractère hypercomplexe, au sens d’Edgar Morin, de la question, remettant ainsi en cause les modèles linéaires liant population et environnement. Au chapitre des facteurs devant être pris en compte, l’auteur souligne l’importance du style de vie choisi par les populations.

4En troisième partie, sur la base de ses propres calculs, l’auteur évoque le fait qu’une politique de l’enfant unique en France n’aurait qu’un effet limité de 5 % de réduction des gaz à effet de serre (GES) en 2050 et 52 % en 2100 à cause de l’inertie démographique. Par ailleurs, les pays à forte natalité sont aussi ceux où une baisse aurait le moins d’impact, les habitants voyant leur taux d’émission beaucoup plus bas que dans les pays riches. Pont rejette de ce fait cette avenue qu’il considère à rejeter pour d’autres motifs éthiques et politiques. Pont propose plutôt un compromis éthique, basé sur l’idée kantienne de voir l’humain comme une fin et non un moyen, et écologique où des mesures telles que le végétarisme devrait être envisagées pour répondre aux objectifs urgents de la lutte aux changements climatiques, de la préservation des terres et de la biodiversité. Il reconnaît que la réduction de la natalité peut avoir un effet bénéfique sur certains enjeux environnementaux autres que les changements climatiques. Ces derniers étant de nature locale, comme l’eau, il s’en remet au jugement des populations concernées.

5La quatrième partie — et probablement la moins pertinente du livre quant à la question posée — vise à identifier les freins et obstacles qui nous empêchent d’atteindre les objectifs permettant de lutter efficacement contre la crise écologique. Le tout, alors qu’une majorité de la population française reconnaît l’importance du problème et des actions à entreprendre, pour autant qu’elles le soient sur une base collective. L’auteur y dénote notamment la compétition entre États, leurs intérêts divergents, notre psychologie, notre culture et la puissance de l’économie comme freins au changement. Il ressort de cette section qu’une vie humaine ne peut pas être mise sur un pied d’égalité avec de simples choix de consommation. De plus, l’auteur met en doute l’idée que l’on puisse adopter des mesures de contrôle de la natalité, avec tous les périls moraux qu’elles peuvent poser, alors que nous ne serions pas capables d’en adopter touchant nos styles de vie.

6En dernière partie, l’essai fait état de l’émergence de mouvement, tel le Green Inclination no kids (GINKS) qui propose de ne plus avoir d’enfants pour l’écologie. Deux motifs sont principalement soulevés et l’auteur s’y attaque. D’une part, l’idée qu’ajouter un « pollueur de plus » serait à bannir, surtout dans les pays riches, est critiquée ; les chiffres sur lesquels reposerait cet argument retiennent une responsabilité pour les émissions des générations futures, rendant le parent responsable de la moitié des émotions de ses descendants de première génération, puis le quart de ceux de deuxième génération et ainsi de suite. Calcul à l’appui, l’auteur propose plutôt qu’un enfant n’a qu’un impact limité sur les émissions de ses parents, dont ils n’auraient la responsabilité des émissions que pour la période de dépendance. D’autre part, l’incertitude et les prévisions catastrophiques feraient en sorte que nombre de parents potentiels se refusent à faire vivre cette incertitude à un enfant. En réplique, Pont revient aux faits : en tout temps, le devenir du monde a été incertain et des enfants sont nés malgré tout. Si l’effondrement et la catastrophe sont des possibilités non nulles, leur probabilité demeure faible aux yeux de la science du climat.

7L’auteur conclut en répondant à sa question initiale par le fait qu’il n’est pas nécessaire de ne pas faire d’enfant pour des considérations environnementales, et que le faire aurait des impacts mineurs. La relation entre population et environnement n’est ni directe ni linéaire.

  • 1 Notamment lorsque l’auteur rapporte (p.53) que l’ONU se garderait de proposer les solutions à la cr (...)

8Synthétique, clairement écrit et bien construit, chaque section étayant la suivante, ce livre a pour force de proposer des perspectives et des calculs alternatifs et originaux et non pas pour donner de nouvelles réponses présentées comme complètes et incontestables. Il permet ainsi de relativiser les calculs et chiffres reçus dans le cadre du débat sur la crise écologique et la population, soulignant qu’ils sont basés sur des prémisses et comprennent leurs limites intrinsèques. Cependant, la brièveté du texte fait en sorte que son syncrétisme laisse parfois penser à un butinage intellectuel visant à soutenir le positionnement de l’auteur contre la volonté de ne plus faire d’enfant pour sauver la planète. Les idées y sont quelquefois simplement proposées plutôt que démontrées. À la lecture, nous avons également pu noter certaines imprécisions permettant de douter de la qualité argumentaire de ce texte1. Enfin, ce document de vulgarisation apparaît comme une introduction intéressante à la question de la natalité et de l’environnement et conclut sur l’idée forte qu’il n’est pas irresponsable de faire des enfants dans un monde horrible, mais bien de laisser un monde horrible aux enfants (p.170).

Haut de page

Notes

1 Notamment lorsque l’auteur rapporte (p.53) que l’ONU se garderait de proposer les solutions à la crise écologique. Pourtant, ceci fut l’objet du dernier rapport du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC) et sa publication à venir au moment où le livre fut rédigé était bien connue et médiatisée.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jonathan Leblanc, « Pont, E. 2022. Faut-il arrêter de faire des enfants pour sauver la planète ? Paris, Payot, 205 pages, ISBN : 978-2-228-93005-5 »Enfances Familles Générations [En ligne], Comptes rendus, mis en ligne le 26 mai 2022, consulté le 14 août 2022. URL : http://journals.openedition.org/efg/13214

Haut de page

Auteur

Jonathan Leblanc

étudiant au baccalauréat en psychologie à l’Université du Québec à Montréal, stagiaire à l’Institut national de recherche scientifique, leblanc.jonathan@courrier.uqam.ca

Haut de page

Droits d’auteur

CC BY-NC-ND 4.0

Creative Commons - Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International - CC BY-NC-ND 4.0

https://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/4.0/

Haut de page
  • Logo INRS
  • Logo Conseil de recherches en sciences humaines
  • Logo Fonds de recherche Société et culture - Québec
  • DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search