Navigation – Plan du site
2017

Sylvie Octobre (dir.). Questions de genre, questions de culture

Yolande Francois
Référence(s) :

Sylvie Octobre (dir.). 2014. Questions de genre, questions de culture. Paris, Ministère de la Culture – DEPS, «Questions de culture», 150 page, ISBN : 978-2-11-128156-1

Texte intégral

1L’ouvrage est structuré en quatre chapitres représentant chacun un article de recherche :

  • La culture scientifique, une culture au masculin ?

  • Avoir vingt ans et « faire avec » le genre Call of duty et Desperate housewives, métaphores de l’asymétrie

  • culturelles, production des identités et questionnement des frontières de genre

  • Pratiques musicales des amateurs à l’âge adulte : emprise ou déprise du genre ?

2Précédés d’une introduction présentant des « Réflexions liminaires sur le genre et les pratiques culturelles : féminisation, socialisation et domination » et concluant par une postface sur « La culture, c’est (aussi) une question de genre ».

Présentation de l’ouvrage

3L’écheveau subtil des incitations et des interdictions de l’entourage - de l’enfance à l’âge adulte - et des stéréotypes de genre, qui attribuent certaines qualités aux femmes et d’autres aux hommes, réduit la liberté de choix en dessinant des voies balisées et en suggérant des hiérarchies entre les itinéraires.

4Les quatre contributions réunies dans cet ouvrage détissent l’écheveau du genre et interrogent sa construction sociale.

Réflexions liminaires sur le genre et les pratiques culturelles : féminisation, socialisation et domination de S. Octobre

5L’auteure souligne l’importance de chacun des facteurs mobilisés dans les articles. Pour S. Octobre, il ne s’agit pas de nier les différences entre les sexes, mais de montrer comment la réification de la catégorie biologique influe sur le champ social par des assignations de genre parfois excluantes, et de comprendre les différences liées au sexe deviennent des inégalités. Elle propose un concept du genre à quatre dimensions : la posture constructiviste, la perspective relationnelle, le rapport de pouvoir et l’imbrication des rapports de genre dans d’autres rapports de pouvoir. Les profils sexués des publics expliquent la place du champ culturel et son apport pour le choix des loisirs, la féminisation des pratiques culturelles et des publics de la culture et les modalités de constructions des différences. L’auteure présente une étude longitudinale, de l’enfance à l’âge adulte, des pratiques culturelles. Enfin, elle pose la question de la domination, intrinsèquement liée à la hiérarchie de genre, les coûts partagés de la domination de genre, la hiérarchisation dans le genre, la domination et les coûts de transgression.

La culture scientifique, une culture au masculin ? de C. Détrez et C. Piluso

6Les auteures signalent que les études sociologiques sur la culture traitent peu de la culture scientifique. Après une présentation de leur méthodologie, les auteures étudient la culture scientifique sous l’angle de la domination masculine. Des entretiens menés avec les enfants leur permettent de décrire les rapports des enfants/adolescents à la culture scientifique comme une notion fluctuante, déterminant ainsi l’impact de l’environnement social et culturel sur la vision des individus. Pour ces enfants/adolescents, la culture scientifique serait l’incarnation de la représentation télévisuelle du scientifique infaillible. L’enquête montre que les stéréotypes et les croyances sont coriaces et qu’ils prennent racine dès l’enfance.

Avoir vingt ans et « faire avec » le genre Call of Duty et Desperate Housewives, métaphore de l’asymétrie de E. Macé et S. Rui

7Pour les auteurs, les « médiacultures » peuvent à la fois être porteuses de stéréotypes de genre toujours renouvelés qui font exister l’asymétrie entre le masculin et le féminin, ou bien, limiter ou saper cette asymétrie, permettant ainsi à tous et à toutes de cheminer dans leur propre carrière d’identification de genre. Le portrait générationnel obtenu par l’enquête rapportée, montre une claire conscience critique d’un devenir inégalitaire au sein des « médiacultures », en particulier chez les filles. Les jeunes adultes savent repérer, décrypter et critiquer les clichés mais ils sont moins sensibles à leurs conséquences. Les auteurs constatent une attitude de recherche de l’expertise et d’égocentrisme tranquille pour les garçons, une ambivalence et de l’altérocentrisme inquiet pour les filles.

Pratiques culturelles, production des identités et questionnement des frontières de genre de N. Almar, R. Cantacuzène et N. Lefaucheur

8Les auteurs proposent de mieux cerner les liens entre les pratiques culturelles et les identités de genre et de culture sur le terrain des Antilles françaises. Le premier facteur étudié est le rôle de la réinvention de la tradition Bélé (danse antillaise) et de la construction de l’identité culturelle pouvant entraîner un enjeu de genre. Les représentations médiatiques et l’identité culturelle véhiculées par une série télévisée, le pluri partenariat masculin, suscitent un comportement de rejet du « miroir » médiatique (Antillais coureurs et beautés métisses). Les auteurs étudient un autre facteur, le « Slam » (forme de poésie déclamée sur un fond musical, ou non ; faite en publique afin de surprendre ou de créer l’émotion parmi l’auditoire), amenant des questionnements identitaires et un ébranlement des frontières de race et de genre. Le contenu même des textes de Slam déconstruit des catégories de race et parle d’un conflit des sexes. L’étude conclut sur un désir d’autres modèles de relation entre les sexes ainsi que de rapports sociaux.

Pratiques musicales des amateurs à l’âge adulte : Emprise ou déprise du genre ? V. Albenga, R. Hatzpetrou – Andronikou, C. Marry et I. Roharik

9Les auteures constatent que la pratique musicale non professionnelle à l’âge adulte prend différentes formes selon la trajectoire musicale antérieure et le genre. En effet, les auteures mettent en évidence les principaux clivages entre les trajectoires masculines et les trajectoires féminines et portent l’attention sur les socialisations constituant des points d’appui pour la pratique musicale à l’âge. Dans ces trajectoires, les auteures constatent des bifurcations à l’âge adulte par rapport aux impositions faites dans l’enfance. Néanmoins, la socialisation familiale et les socialisations adultes viennent parfois combler des aspirations entravées dans l’enfance. Par ailleurs, les auteures démontrent que la transgression masculine en termes de pratique musicale et la transgression féminine de ces mêmes pratiques sont vécues et perçues différemment. L’enquête montre alors une déprise limitée du genre à l’âge adulte pour ces personnes.

Postface : la culture, c’est (aussi) une question de genre de M. Buscatto

10Les pratiques culturelles semblent, dans nos sociétés, être libérées des contraintes et des déterminations sociales et plus aisément rattachées aux univers familiaux, scolaires ou professionnels. Toutefois, l’auteure constate, au travers des articles présentés, l’existence d’une prégnance du genre sur les pratiques culturelles. Les rares transgressions relèvent plus de multiples bricolages que de tentatives de dépasser le genre.

Commentaire et discussion

11D’un point de vue linguistique, cet ouvrage est rédigé très clairement et se lit de manière fluide. La préface et la postface permettent une navigation aisée entre les textes présentant un fil de recherche pertinent.

12Les travaux présentés s’appuient sur de nombreuses recherches, expliquant chaque méthodologie dans un encadré spécifique. Ce mode de présentation permet de ne pas alourdir la lecture des sujets de recherche.

13Enfin, le lecteur néophyte peut y trouver des informations claires sur la notion de genre. Le chercheur y puisera des résultats validés par des experts.

14L’ouvrage nous a particulièrement intéressée, car il appartient à nos champs de recherche. S. Octobre aurait pu accorder plus de place à sa redéfinition de la théorie du genre.

15Dans le premier texte (Détrez et Piluso) nous avons jugé intéressantes la définition de la culture et la mise en exergue de l’invisibilité des femmes dans la culture scientifique. En outre, l’auteure identifie clairement la nécessité de compléter l’étude par des analyses de corpus prenant en compte le mode de réception (lecture, message radiophonique ou télévisé) des productions analysées. L’auteure aurait pu développer le résultat de sa recherche concernant l’impact de l’environnement sur la vision de la science.

16La lecture du deuxième article (Macé et Rui) est plus souple et plus facile. Le fil conducteur est clair. L’article est bien construit et nous arrivons à suivre les auteurs dans leurs argumentations. Ces derniers mettent en avant le paradoxe entre droit et réalité.

17Enfin, le troisième article (Almar et al.) présente de manière très longue toute sa méthodologie pour ses multiples terrains d’études. Il s’agit d’une approche particulière aux Antilles françaises et permet une connaissance approfondie de certaines pratiques sous le regard du genre. Néanmoins, la conclusion reste centrée sur les résultats d’un des facteurs d’étude (le Slam) et aurait gagné à plus intégrer les résultats obtenus pour le premier facteur (le Bélé).

18Pour terminer, le quatrième article (Albenga et al.) présente une analyse fondée notamment sur les trajectoires des individus. Cette approche est très intéressante, car elle démontre bien que, malgré les efforts de lissage d’un « effet genre », les trajectoires hommes/femmes semblent s’enraciner dans les différences.

19Ainsi, nous sommes d’accord avec Mary Buscatto lorsqu’elle explique que ce livre présente des analyses originales dans des domaines encore insuffisamment explorés en sciences.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Yolande Francois, « Sylvie Octobre (dir.). Questions de genre, questions de culture », Enfances Familles Générations [En ligne], Comptes rendus, mis en ligne le 22 décembre 2017, consulté le 05 juin 2020. URL : http://journals.openedition.org/efg/1765

Haut de page

Auteur

Yolande Francois

Maître de Conférences en Sciences de Gestion, Doctorat ès Sciences de Gestion, Centre de recherche Magellan, Groupe de chercheurs ISEOR, IAE, Université Jean Moulin Lyon 3

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Enfances Familles Générations est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo INRS
  • Logo Conseil de recherches en sciences humaines
  • Logo Fonds de recherche Société et culture - Québec
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals