Navigation – Plan du site
2017

Peggy Bette, Veuves de la grande guerre Itinéraires et combats

Elise Feller
Référence(s) :

Peggy Bette. 2017. Veuves de la grande guerre Itinéraires et combats,
Edition Peter Lang, 325 pages

Texte intégral

  • 1 Peggy Bette, Veuves françaises de la première guerre mondiale Statuts Itinéraires Combats, Thèse so (...)

1Le bel ouvrage tiré de la thèse de Peggy Bette1 vient combler une lacune de notre historiographie et renouveler notre regard sur la situation des femmes dans la première moitié du XXe siècle, en s’intéressant à la cohorte des veuves de la guerre 1914-18, dont il suit sur la longue durée les rôles familiaux et sociaux.

  • 2 Antoine Prost, Les Anciens Combattants et la société française, 1914-1939, Paris, Presse de Science (...)
  • 3 Stéphanie Petit, Les veuves de la Grande Guerre, D’éternelles endeuillées, Editions du Cygne, 2007.

2En effet, sur la Première Guerre mondiale les témoignages, recherches, ouvrages, films, lieux de mémoire, sont innombrables. Sur les millions d’anciens combattants qui plus ou moins facilement ont repris le cours de la vie civile, nous disposons, depuis la fin des années 1970, du travail magistral d’Antoine Prost2 . Par contre, sur les quelque 700 000 épouses qui en raison de ce conflit ont perdu leur mari, les recherches sont restées éparses, relativement tardives3, tandis que les témoins se faisaient rares et que les archives se délestaient des dossiers éteints. C’est tout un pan de la société française de l’entre-deux-guerres qui était en voie d’être occulté lorsque Peggy Bette s’est lancée dans l’aventure.

  • 4 Société nationale d'exploitation industrielle des tabacs et allumettes.

3Il lui fallait de l’énergie ! Les veuves de la Grande Guerre constituent un groupe très significatif, mais très hétérogène, dispersé sur l’ensemble du territoire, issu de tous les milieux sociaux, dont le seul critère commun est le droit à pension durablement codifié par la loi du 31 mars 1919. Or, les sources concernant cette pension sont décevantes. Les dossiers conservés au Centre des Archives Contemporaines ne comportent que les données enregistrées lors de la création du droit à pension, souvent vers 1920. Quant au dossier de suivi du versement de la pension, qui a pu s’étaler sur plus d’un demi-siècle, et qui aurait permis de reconstituer le parcours de la bénéficiaire, il n’a pas été conservé. Il a fallu faire appel à des sources ciblées, locales, fragmentaires certes, mais précieuses du fait de la diversité des approches qu’elles permettent et de l’habileté de l’auteur à les repérer, puis à les confronter. Depuis les dossiers du Bureau de renseignement aux familles de militaires, conservés aux Archives municipales de Lyon, jusqu’aux Procès-verbaux des Conseils de famille du Canton de Chinon, en passant par les archives du personnel de la SEITA4, ou de la Poste, Peggy Bette « fait flèche de tout bois », sans négliger la presse des mutilés et anciens combattants, ni les témoignages, recueillis auprès de descendants, ou déjà publiés par certains d’entre eux comme Albert Camus ou Michel Ragon.

  • 5 Page 20. « Parce que la langue n’est pas neutre », l’auteur fait certains choix : dans son texte il (...)

4Emergent alors de la mise en résonnance de ces sources, les silhouettes de ces milliers de femmes, saisies dans leur vécu comme dans le regard social qui pèse sur elles. Endeuillées, Protégées, Cheffes de familles, Travailleuses, Militantes, ces cinq chapitres cernent au plus près leur condition dans toutes ses dimensions, et sur plusieurs décennies5.

5Celles qui perdent leur époux du fait de la Grande Guerre sont jeunes, en majorité trentenaires, souvent d’origine rurale, mariées peu avant, et pour la plupart mères d’un ou deux enfants de moins de 10 ans. Pour elles, c’est d’abord l’inquiétude en l’absence de nouvelles, puis le choc lorsque le décès du combattant se confirme. Ce sont ensuite les démarches pour obtenir la pension de veuve de guerre qui se met en place pendant le conflit, majorée d’un supplément pour les enfants orphelins qui, devenus pupilles de la Nation, seront placés sous la tutelle de l’état. Souvent actives dès avant la guerre, elles ont du mal à maintenir leur activité dans le cadre rural, commercial ou artisanal où elles l’exerçaient généralement aux côtés de leur mari. C’est alors la difficulté à trouver un emploi, quelles que soient les mesures prises en leur faveur : distribution de machines à coudre, offre de formations, mise en place d’emplois réservés dans les manufactures de tabac ou à la Poste ; la difficulté encore plus grande à le garder après la démobilisation des soldats, puis lors de la crise des années trente, lorsqu’à près de 50 ans, elles sont rejetées du marché du travail. C’est au même moment, le changement de leur statut familial. En tant que cheffes de famille chargées d’enfants mineurs, elles ont pu bénéficier d’aides publiques ou associatives, et jouir d’une certaine personnalité civile, bien qu’étroitement encadrée par le conseil de famille. Leurs enfants devenus majeurs, ces aides disparaissent, pas toujours compensées par l’apport des plus jeunes. D’autant qu’avec la Seconde Guerre mondiale s’ajoute la hantise de voir le fils mobilisé, blessé, ou tué, la fille exposée à devenir veuve de guerre à son tour. C’est enfin une vieillesse difficile avec une pension dont le pouvoir d’achat s’effondre dans la France des trente glorieuses, une prise en charge qui repose surtout sur l’entre-aide familiale, parfois sur les associations, avec dès 1935 l’ouverture du Foyer des veuves de guerre de Montmorency, suivi par des créations en province. C’est tout au long de ce parcours la lutte pour obtenir puis maintenir les droits que la loi de 1919 a établis pour les veuves et les orphelins, droits fragiles parce que concernant des personnes en situation d’infériorité et de dépendance dans la société de l’entre-deux-guerres.

  • 6 En Belgique les veuves de guerre non remariées obtiennent le droit de vote en 1919.

6Ce qui frappe le lecteur ou la lectrice des années 2000, c’est la situation constamment infériorisée de ces femmes, alors que sur elles repose en grande partie le relèvement économique et démographique du pays. Certes, le veuvage, en rendant aux femmes mariées le statut de majeures civiles, leur donne quelques droits propres, comme celui d’ouvrir et de gérer un commerce. Toutefois, les droits civiques sont refusés aux veuves françaises, mêmes cheffes de famille6. Pour l’éducation de leurs enfants, elles doivent tenir compte du conseil de famille, en particulier en cas de remariage. Dans le quartier ou le village, le regard social est impitoyable pour celle qui doit faire honneur à la mémoire d’un « héros mort pour la France » : tenue vestimentaire, déplacements, fréquentations, tout est passé au crible. La question du remariage est particulièrement sensible. Lors du vote de la loi de 1919, L. Bonnevay avait obtenu le maintien de la pension aux veuves remariées, uniquement en montrant que son retrait favoriserait le concubinage. Néanmoins, ce droit est remis en question lors du rajustement de la loi en 1924-25 au nom de la morale et supprimé par Vichy en 1941. Cherchant à rompre leur isolement et défendre leur droit, les veuves peuvent trouver de l’aide auprès des œuvres privées, du soutien auprès des associations locales ou nationales et un secours public auprès des Offices nationaux nés de la guerre. Cependant, aucun Office public n’étant spécifiquement dédié aux veuves, elles se placent dans le giron de l’Office National des Mutilés et Réformés, qui considère rarement leurs problématiques propres, et y répond en lien avec les problématiques des orphelins, ascendants ou mutilés de leur entourage. Il semble admis que, dans la famille, les femmes, même veuves et chargées d’enfants, soient les aidantes naturelles des personnes en difficulté : malades, blessés, mutilés, handicapés, vieillards et bien sûr enfants en bas âge. Comment dans ces conditions suivre les rares formations qui leur sont proposées, ou accepter des emplois éloignés, des horaires incompatibles avec ces charges ? La structure patriarcale de la société française a vite recouvert les signes d’émancipation aperçus pendant la guerre, et P. Bette dresse un « bilan nuancé et complexe de la première guerre mondiale en matière d’émancipation féminine » (page 261).

7Pourtant, malgré ces entraves, nous rencontrons parmi ces veuves de guerre, une volonté et une capacité d’agir remarquables, peut-être favorisées par l’émergence de structures associatives et institutionnelles issues de la guerre, qui permettent à certaines d’accéder à la vie publique. Au cours du conflit, nombre d’associations de veuves se sont créées au niveau de la paroisse, de la ville, de la région, en fonction de l’appartenance religieuse ou professionnelle. La plupart sont reliées à une association masculine, d’anciens combattants ou de mutilés, qui les héberge dans ses locaux, et qui est représentée dans leur conseil d’administration. Sans relai à l’Assemblée, elles dépendent du soutien matériel et politique du monde combattant. Cependant, les militantes les plus actives investissent les associations d’anciens combattants, où, bien que sous-représentées dans les organes dirigeants et cantonnées aux questions « familiales », elles agissent pour la revalorisation des pensions, l’accès aux emplois réservés, le maintien des pensions des veuves remariées. Ainsi, Elisabeth Cassou-Vernet entre en 1921 au Conseil d’administration de l’Union Fédérale (UF), principale association d’anciens combattants, et obtient en 1929 une revalorisation substantielle des pensions de veuve, portées à 50 % de celles des invalides. Avec Jeanne Callarec-Daniélou, elle représentera l’UF aux congrès des associations internationales d’anciens combattants, qui se réunissent à New York, Copenhague, ou Varsovie. Dans un autre domaine, le parcours d’Henriette Coulmy-Fuselier est aussi impressionnant. Veuve d’un coupeur-tailleur, elle réussit à créer un atelier de giletière de premier ordre, et, devenue porte–parole des grévistes en 1919, elle signe le premier contrat collectif avec la Chambre syndicale des maîtres tailleurs, contrat qui avalise l’égalité des salaires masculins et féminins, et limite le temps de travail hebdomadaire à 48 heures. Adhérente à la Confédération générale du Travail, elle parvient aux fonctions dirigeantes ; déléguée au Conseil supérieur de l’enseignement technique, elle agit en faveur de l’enseignement professionnel des filles. Peu avant sa mort en 1944 elle participe à la Résistance dans Paris.

  • 7 De nombreuses photographies, d’abondantes notes de bas de page, et en fin d’ouvrage la présentation (...)

8C’est un plaisir de découvrir ou de redécouvrir ces figures de femmes, énergiques, déterminées, compétentes, et trop souvent oubliées. Autour d’elles les veuves de la Grande Guerre sortent de leur rôle convenu de victimes endeuillées, muettes et résignées. Malgré le poids du deuil, malgré la nécessité d’assurer l’éducation de leurs enfants tout en subvenant à leurs besoins, malgré le carcan d’institutions patriarcales qui leur refusent tout droit civique, malgré la violence d’un regard social culpabilisant, elles s’affirment dans le monde du travail comme ouvrières ou employées à part entière, dans la cellule familiale comme cheffes de famille efficaces et respectées, dans l’espace public comme capables d’engagements et de compétences. Grâce à cet ouvrage, aussi vivant que documenté7, un large public peut enfin connaitre et reconnaître le rôle historique de cette cohorte.

Haut de page

Notes

1 Peggy Bette, Veuves françaises de la première guerre mondiale Statuts Itinéraires Combats, Thèse soutenue (sous la direction de Sylvie Schweitzer), à L’Université Louis Lumière Lyon 2 le 4 mai 2012.

2 Antoine Prost, Les Anciens Combattants et la société française, 1914-1939, Paris, Presse de Sciences Po, 1977.

3 Stéphanie Petit, Les veuves de la Grande Guerre, D’éternelles endeuillées, Editions du Cygne, 2007.

4 Société nationale d'exploitation industrielle des tabacs et allumettes.

5 Page 20. « Parce que la langue n’est pas neutre », l’auteur fait certains choix : dans son texte il est question d’orphelin.e.s nombreux/ses  ; de cheffes de famille, d’artisanes, d’écrivaines, et la mention du statut matrimonial des femmes ( Mlle H., Mme B., Veuve D. ) est évitée, tandis que, si possible, est mentionné leur nom de naissance à la suite du nom marital. Par exemple, on parlera d’Élisabeth Cassou-Vernet, et non de la Veuve Cassou ou d’Élisabeth Cassou.

6 En Belgique les veuves de guerre non remariées obtiennent le droit de vote en 1919.

7 De nombreuses photographies, d’abondantes notes de bas de page, et en fin d’ouvrage la présentation des sources et de la bibliographie, répondent aux curiosités des lecteurs.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Elise Feller, « Peggy Bette, Veuves de la grande guerre Itinéraires et combats », Enfances Familles Générations [En ligne], Comptes rendus, mis en ligne le 22 décembre 2017, consulté le 06 juin 2020. URL : http://journals.openedition.org/efg/1768

Haut de page

Auteur

Elise Feller

Agrégée de l’université Docteur en Histoire, elise.feller@gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Enfances Familles Générations est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo INRS
  • Logo Conseil de recherches en sciences humaines
  • Logo Fonds de recherche Société et culture - Québec
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals