Navigation – Plan du site
2018

Neyrand G. L’amour individualiste. Comment le couple peut-il survivre ?

Anne Thevenot
Référence(s) :

Neyrand G. 2018. L’amour individualiste. Comment le couple peut-il survivre ? Toulouse : Erès, Le monde tel qu’il va, 237p.

Texte intégral

1Spécialisé depuis une quarantaine d’années dans l’étude des enjeux sociopolitiques qui traversent la famille en France, Gérard Neyrand présente dans ce dernier ouvrage une analyse sociologique de l’évolution de la conjugalité depuis la 2ème moitié du 20ème siècle dans les sociétés occidentales et plus précisément dans la société française. Il nous faut cependant préciser que si l’auteur situe clairement son analyse dans une période historique (le 20ème siècle), son ambition est de réaliser une sorte de point d’étape sur les conceptions du couple en Occident et les paradoxes qui en découlent. L’intérêt de cet ouvrage est de permettre au lecteur de prendre la mesure des transformations de la conjugalité, de l’évolution des rapports femmes/hommes et de leurs effets sur la famille, mais aussi de percevoir comment ces rapports d’ordre privé participent à la reconfiguration de la société elle-même.

2Dans cet ouvrage, l’auteur prend appui sur une partie de ses travaux précédents pour dégager les principaux mouvements qui ont traversé le modèle du couple au cours des cinquante dernières décennies en France. Il nous livre ainsi un essai, essentiellement étayé sur ses propres recherches déjà publiées en mobilisant divers champs pluridisciplinaires tels que le droit, l’histoire, la démographie, la psychanalyse et la psychologie, dont les nombreuses références constituent une riche bibliographie. Le livre s’adresse autant à des chercheurs spécialisés dans les questions abordées qu’à un public désireux d’avoir des pistes de compréhension des transformations sociales contemporaines, en particulier aux professionnels du champ médico-social ou juridique, aux acteurs de la société civile, aux acteurs politiques et aux étudiants en Sciences humaines et sociales. L’auteur analyse en cinq chapitres l’évolution des conceptions du couple et les mutations sociales qui en découlent pour les femmes et les hommes aujourd’hui. L’argumentation est convaincante et complétée par des suggestions de lecture à la fin de chaque chapitre pour le lecteur désireux d’approfondir ses connaissances.

3« Comment le couple peut-il survivre ? » C’est avec ce sous-titre que Gérard Neyrand souhaite interpeller le lecteur en pointant d’emblée le paradoxe du couple occidental contemporain à savoir la réalisation de soi à travers un amour individualiste. Il nous montre que si la relation de couple demeure un idéal contemporain, les satisfactions et avantages attendus de cette relation se sont grandement modifiés : en plus des enjeux affectifs, la relation doit reposer sur une entente psychique, sexuelle, intellectuelle… tout en permettant à chacun de préserver son autonomie. Le terme de couple, s’il est toujours d’actualité, recouvre des modalités relationnelles différentes allant de l’ordre asymétrique genré à l’organisation égalitariste moderne. Le travail effectué par l’auteur, qui retrace les différentes transformations ayant plus ou moins progressivement réaménagé les liens de couple, permet par ailleurs au lecteur d’appréhender la manière dont nos sociétés évoluent. En effet, les enjeux qui sous-tendent et structurent le couple et/ou la famille ne se limitent pas aux personnes concernées, mais ils contribuent à l’organisation des liens sociaux. En outre, les sociétés démocratiques organisées à partir des concepts de liberté et d’égalité ont contribué à valoriser l’individu et elles sont amenées à être transformées par lui. C’est déjà ce que soulignait le sociologue Vincent de Gaulejac (1997) lorsqu’il distinguait un sujet produit de l’histoire, un sujet acteur de l’histoire et enfin un sujet producteur d’histoire. Le parcours sociohistorique que nous présente Gérard Neyrand est une illustration, à travers l’étude de la conjugalité, de ce croisement du collectif, du familial et de l’individuel. D’une certaine façon, ce livre apporte de l’eau au moulin à ceux qui s’opposent, depuis une quarantaine d’années, aux transformations de la famille. Toute modification des modalités de » faire famille » produit d’autres effets en plus de ceux escomptés. Prenons l’exemple, suffisamment intégré pour ne plus être polémique, de la loi égalisant les filiations légitimes et naturelles introduite en France en 1972 afin de mettre fin à leur différence de traitement. Cette modification des liens de filiation a eu pour effet, en n’accordant plus au mariage l’exclusivité dans la fondation de la famille, de participer à l’affaiblissement de l’institution matrimoniale. Si Gérard Neyrand nous permet de prendre la mesure des changements qui ont affecté le couple, ce n’est ni pour les revendiquer ni pour les déplorer, mais pour penser le monde dans lequel nous vivons « parce que le couple demeure un élément fondamental de la constitution de notre identité » (p.11). Ainsi, il s’agit de nous permettre d’être des individus acteurs et producteurs sociaux éclairés par la connaissance de notre histoire.

4C’est pourquoi l’auteur commence par retracer le contexte sociohistorique ayant conduit à la mutation du lien conjugal. S’il se focalise essentiellement sur les modifications les plus récentes, c’est-à-dire celles qui ont contribué à la désinstitutionnalisation du lien conjugal dans la 2ème moitié du 20ème siècle avec la valorisation du sentiment amoureux, il rappelle néanmoins que celles-ci trouvent leurs racines dans les valeurs soutenues par la philosophie des Lumières. Il s’agit ici de donner au lecteur des éléments pour comprendre comment la conception actuelle du couple s’enracine dans les principes d’égalité et de liberté qui ont progressivement contribué à l’émergence de l’individualisme comme valeur du libéralisme et aussi modifié les rapports femmes/hommes dans le couple et la société. Toutefois, la mise en avant de l’individu et de son autonomie n’a pas eu pour effet de rendre le lien conjugal obsolète, mais d’en faire un idéal de réalisation de soi. Ce paradoxe, que relève Gérard Neyrand, serait lié à la valorisation de l’amour comme fondement du lien conjugal : l’amour contribuerait à faire de la relation de couple un élément majeur de l’identité personnelle. Fortement valorisé comme lieu de la réalisation de soi à partir des années 1970, le couple va connaître un double processus de désinstitutionnalisation et de fragilisation : « la constitution du couple et sa pérennité ne sont plus censées concerner que les deux personnes qui décident de s’unir pour une durée qu’eux-mêmes ne maitrisent plus » (p.27). Si l’on constate un affaiblissement de l’institution matrimoniale et de ses règles, la conjugalité contemporaine prend appui sur l’intériorisation de normes où figure en bonne place l’épanouissement de soi dans une relation amoureuse. Aussi « comment faire que la réalisation de soi et l’affirmation identitaire ne remettent pas en cause une relation de couple qui ne s’appuie plus guère que sur la reconnaissance de chaque membre » (p.50) ?

5Après avoir situé les principaux éléments du contexte ayant nourri l’idéal conjugal occidental contemporain, Gérard Neyrand en analyse les répercussions sur les liens sociaux, la régulation de la sexualité, l’organisation des rapports entre les sexes, l’articulation du parental et du conjugal… Si l’époque moderne se caractérise par une diversification des positionnements dans les modalités de faire couple (tant dans le type d’unions, le choix du conjoint que dans les modèles de fonctionnement relationnel), il n’en resterait pas moins, selon l’auteur, que le couple demeure le modèle de la vie relationnelle et affective. Alors que l’autonomie et l’épanouissement individuel sont les valeurs phares des sociétés libérales, les individus persisteraient néanmoins à vouloir se réaliser dans le lien à des autrui significatifs, essentiellement le conjoint amoureux et les enfants. Autonomie de chacun et dépendance affective réciproque seraient les ingrédients essentiels d’une relation de couple idéale. À ceux-ci s’ajoutent les valeurs d’égalité et de liberté qui se traduisent à travers l’expression du consentement : consentement au mariage, à la relation sexuelle, à la séparation… Celui-ci est aujourd’hui le principe de régulation des relations privées qui reconfigure l’ordre antérieur, toutefois l’asymétrie des sexes y est encore implicitement à l’œuvre à travers une organisation culturelle où l’un propose (généralement l’homme) et l’autre (la femme) a le droit de consentir ou non. Ainsi le renouvellement des manières de faire et de défaire le couple serait une manière de composer avec les paradoxes de cet idéal conjugal « incorporé comme une structure mentale », car inscrit corporellement dans les habitus. Une centaine de pages consacrées à une analyse des formes plurielles de conjugalité montre comment les rencontres sur internet, la conjugalité non cohabitante ou l’échangisme sexuel participent à la préservation de cet idéal du couple : succession des objets amoureux, limitation de la relation dans le temps, partialisation de la relation à l’objet conjugal permettent de ne pas mettre à l’épreuve l’idéal. Si l’auteur pense que ces nouvelles modalités de conjugalité ont encore pour fonction de maintenir l’idéal d’une relation de couple participant à l’épanouissement personnel, il s’interroge sur leurs effets à venir sur la conception de cet idéal : « jusqu’où le couple peut-il aller pour intégrer ses paradoxes ? » (p.211)

6Nous avons repris ici, à l’instar de Gérard Neyrand, une terminologie généraliste qui conduit à donner au propos une dimension universaliste. Même s’il tente de prendre en compte certaines dimensions socioculturelles (émigration, précarité, etc.), nous pensons que l’auteur aurait pu davantage contextualiser ses analyses en soulignant qu’il propose ici une grille de lecture de l’évolution de la conjugalité qui nécessite d’être modulée en fonction des contextes juridiques, politiques et socio-économiques des sociétés. Nous pensons néanmoins que les évolutions qu’il repère ouvrent de nombreuses pistes de recherche.

7Ces quelques lignes ne rendent que partiellement compte de la diversité des données mobilisées par Gérard Neyrand dans la conception contemporaine du couple. Si cet écrit nous permet de repérer que la relation de couple, fortement réaménagée depuis un demi-siècle, s’est maintenue comme idéal identitaire, l’auteur se garde bien d’en présager les évolutions futures.

Haut de page

Bibliographie

Gaulejac de, V. 1997. « Entre l’individu et le sujet, il y a toute une histoire », dans Identification et identités dans les familles, sous la dir. de R. Steichen et P. Servais, Louvain la Neuve, Academia-Bruylant.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Anne Thevenot, « Neyrand G. L’amour individualiste. Comment le couple peut-il survivre ?  », Enfances Familles Générations [En ligne], Comptes rendus, mis en ligne le 27 août 2018, consulté le 03 juin 2020. URL : http://journals.openedition.org/efg/2545

Haut de page

Auteur

Anne Thevenot

EA 3071, Université de Strasbourg

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Enfances Familles Générations est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo INRS
  • Logo Conseil de recherches en sciences humaines
  • Logo Fonds de recherche Société et culture - Québec
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals