Navigation – Plan du site
2018

Anne Gotman, Pas d’enfant. La volonté de ne pas engendrer

Andreea-Catalina Panaite
Référence(s) :

Gotman, Anne. 2017. Pas d’enfant. La volonté de ne pas engendrer, Paris, Éditions fondation maison des sciences de l’homme.

Texte intégral

1Publié en 2017 et écrit par la sociologue Anne Gotman, Pas d’enfant. La volonté de ne pas engendrer est un ouvrage qui permet d’explorer l’univers des hommes et des femmes sans-enfants. Son objectif est de montrer que le refus d’enfant n’est pas un choix qui peut être appréhendé en dehors de la société postmoderne, mais précisément en son sein. À travers l’ouvrage, l’auteure rappelle l’ambigüité de la notion de « choix » dans ce refus et plus largement dans les comportements procréatifs. Par une fine analyse sociologique de dix entretiens menés par l’auteure, mais aussi des articles de presse, de sites web, de forums, de blogues et d’autres études portant sur le sujet des sans-enfants, Gotman montre ainsi comment le discours autour du refus d’enfant s’inscrit dans la dynamique libérale des sociétés occidentales contemporaines. Bien qu’il semble s’adresser de prime abord à des scientifiques, l’ouvrage peut plaire à quiconque est moindrement curieux et souhaite en apprendre sur les personnes qui n’ont volontairement pas d’enfants.

2Depuis les années 1970, un discours politisé sur le choix d’être sans-enfant s’est mis en place, notamment au travers des mouvements « childfree » ou « cf ». Si la première association dédiée aux sans-enfants, la National Organization for Non-parents (NON), crée en 1972 à Palo Alto, avait pour but de faire reconnaitre la légitimité de ce choix, les « cf » réclament également les mêmes opportunités accordées aux parents par l’État (notamment par le biais de la fiscalité). De plus, les sans-enfants se regroupent dans des communautés « en ligne » en s’apportant du soutien sur des forums, des sites web ou des blogues qui leur sont dédiés. Selon Gotman, ce qui s’offre aux individus sur ces plateformes, c’est « une carte d’identité » (p. 31). En se reconnaissant « cf », ils puisent dans les différents arguments étayés sur ces plateformes pour justifier leur non-désir d’enfant. Il s’agit d’une ressource permettant aux sans-enfants de négocier les divers préjugés dont ils font objet et promouvoir une vision positive de ce qui pour certains est anormal. En reprenant diverses études sur le sujet, Gotman présente une diversité de tactiques que les sans-enfants peuvent employer. Par exemple, ils peuvent « accuser les accusateurs » (p. 46), c'est-à-dire revendiquer la responsabilité de leur choix par rapport aux parents qui font des enfants sans trop y penser alors qu’ils n’ont pas de compétences parentales.

3D’autres utilisent l’argument de la surpopulation pour justifier leur refus de parentalité. Gotman confère un chapitre complet à cet argument. Si à Rome procréer en revenait à assurer la survie de la société en temps de guerre et qu’au XVIIIe plusieurs penseurs étaient effrayés par la thèse de la dépopulation, de nos jours, les sans-enfants puisent dans un registre inverse. En effet, certains revendiquent que le refus d’enfant est un geste écologique. Face au risque de surpopulation, seuls les enfants réellement désirés par leurs géniteurs devraient être mis au monde. Ainsi, les « cf » souhaitent que leur choix soit reconnu comme responsable et, par-là, légitime. Bien que l’argument de la surpopulation ne soit pas déterminant dans le refus de parentalité, il offre la chance aux sans-enfants de légitimer leur choix sous le couvert humanitaire et moral. En bref, « [d]’histoire individuelle et singulière, la vie sans enfant est entrée dans le récit social comme une catégorie constituée et autosuffisante à l’abri de laquelle le sujet peut aisément se mouvoir et s’économiser. » (p. 35).

4Toutefois, s’il est vrai que certains sans-enfants se revendiquent « childfree », pour d’autres le discours de l’absence d’enfant ne rentre pas dans ce récit préétabli. Tout sans-enfant n’est pas « childfree ». Certains ne se différencient pas par leur absence d’enfant, mais par d’autres traits, tels que leur étude académique. Ainsi, Gotman ne néglige pas l’étude d’autres facteurs que ceux énoncés par les sans-enfants. Ce qu’elle constate, c’est que le refus d’enfant chez ses interviewés se construit en rapport à une descendance imaginée comme accaparante (en l’occurrence l’enfant refusé) ainsi qu’à l’histoire familiale. Pour certains sans-enfants, l’absence d’enfant peut donc être pensée en rapport à l’impensé que représente la vie avec un enfant. L’enfant est une question qui ne s’est jamais véritablement posée. Que ce soit pour conserver une liberté de faire ce qui plait sans être contraint par un enfant ou par peur d’entrer dans une morne routine qu’engendrerait l’arrivée d’un enfant, « […] c’est à cet impensé, beaucoup plus qu’à un choix, que tous ici doivent un refus de descendance qui les eût précipités dans l’âge adulte, celui des responsabilités, autre manière de nommer le fait d’avoir à prendre son tour dans la chaîne de la filiation. » (p. 108). Comme le souligne Gotman, c’est donc au nom d’une représentation de la parentalité comme une tâche englobante et intensive que certains affirment se la refuser. Le refus d’enfant peut également s’articuler au passé familial et ainsi être une question discutée et posée. Par exemple, une interviewée fait sens de son refus d’enfant comme un refus de reproduire la violence dans laquelle sa grand-mère et sa mère ont eu un enfant.

5En outre, le refus d’enfant se construit également par les rapports aux parents pendant l’enfance. C’est pour cela que Gotman dédie un chapitre complet à l’utilité de la psychanalyse pour appréhender le non-désir d’enfant d’une de ses interviewées et de ceux d’autres études. L’analyse de ces matériaux discursifs montre que l’absence d’enfant peut effectivement avoir un lien à un rapport conflictuel aux parents pendant l’enfance, notamment la mère. Il se construit dans un processus identitaire, c’est-à-dire dans des procès d’identification ou de contre-identification aux figures parentales. Les rapports conflictuels peuvent créer un problème d’identification à la figure maternelle, ce qui fait que le refus d’enfant permet d’éviter un conflit intrapsychique. Même si, comme le reconnait d’ailleurs Gotman, la théorie freudienne tend à naturaliser le désir d’enfant, notamment chez la femme, elle reste utile pour souligner que tout ne se joue pas au sein d’un choix rationnel, les individus pouvant être mus, jusque dans leur volonté, par des épisodes de leur vie antérieure sans en avoir conscience.

6 Toutefois, ce n’est pas en ces termes que les sans-enfants volontaires posent leur refus d’enfant, mais bien en rapport à leur individualité. Le refus d’enfant est une double libération. D’abord, il libère des injonctions sociales à procréer en promouvant un mode de vie dicté par ses propres règles. C’est ainsi que pour certaines femmes sans-enfants le refus de parentalité est mu par une volonté de se distancier de l’amalgame femme-maternité. Ensuite, le refus de parentalité libère des contraintes que semble imposer l’enfant à ses géniteurs. Toutefois, sur ce dernier point Gotman se questionne sur le sens de la relation. Il s’agit d’un point fort intéressant de son ouvrage. En effet, est-ce une volonté de s’investir, par exemple, dans sa carrière qui est à l’œuvre dans le refus d’enfant ou n’est-ce pas plutôt le refus d’enfant qui offre une telle possibilité et qui finit, en rétrospective, par être un argument. C’est après avoir refusé l’enfant que l’enfant est un obstacle aux modes de vie. Autrement dit, « [l]e désir d’enfant ou le non-désir d’enfant ne s’inscrivent pas dans des rapports donnés, mais en deviennent constitutifs » (p. 224).

7L’ouvrage de Gotman offre la possibilité d’aborder certaines thématiques entourant le refus de parentalité sous un angle original, en plus de remettre en cause l’a priori du choix dans le domaine. L’ouvrage permet de repenser certains discours présents chez plusieurs sans-enfants volontaires dans un contexte libéral où l’individu rationnel qui exerce ses propres choix semble autant une norme sociale que la seule option moralement acceptable pour conduire sa vie. Les sans-enfants volontaires semblent être mus par une volonté qui s’insère dans ce contexte ; une volonté de « n’être obligé que de soi-même » (p. 215). En ayant recours aux liens du non-désir d’enfant aux rapports filiatifs, l’ouvrage permet de déconstruire cette idée du choix individuel.

8De plus, la perspective psychanalytique permet de montrer les ambivalences qui existent autour du non-désir d’enfant, rappelant par le fait même que certains choix sont sujets à changement au cours de la vie. Par exemple, pour une de ses interviewées l’absence d’enfant est le fruit d’un parcours de vie où le désir d’enfant chancelant n’a jamais trouvé un partenaire pour le réaliser. Elle regrette ainsi aujourd’hui l’absence d’enfant. Si l’on peut comprendre l’intérêt d’une telle approche pour montrer les subtilités et les nuances à apporter au « choix » conscient, il faut se demander si les liens qui y sont effectués ne font pas basculer l’analyse dans une tentative d’analyse psychologique de ses interviewées.

9 La diversité des matériaux employés permet d’analyser non seulement le discours de ses propres interviewés, qui enrichissent notamment la section sur la filiation, elle permet aussi de passer en revue diverses thématiques sur le sujet des sans-enfants. Cela offre la possibilité de voir les limites ainsi que les apports des œuvres dans le domaine.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Andreea-Catalina Panaite, « Anne Gotman, Pas d’enfant. La volonté de ne pas engendrer », Enfances Familles Générations [En ligne], Comptes rendus, mis en ligne le 30 septembre 2018, consulté le 15 décembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/efg/2815

Haut de page

Auteur

Andreea-Catalina Panaite

Étudiante au baccalauréat en sociologie à l’Université de Montréal, andreea-catalina.panaite@umontreal.ca

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Enfances Familles Générations est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo INRS
  • Logo Conseil de recherches en sciences humaines
  • Logo Fonds de recherche Société et culture - Québec
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals