Navigation – Plan du site
2019

Odasso, L. 2016. Mixités conjugales. Discrédits, résistances et créativités dans les familles avec un partenaire arabe

Gwendolyn Gilliéron
Référence(s) :

Odasso, L. 2016. Mixités conjugales. Discrédits, résistances et créativités dans les familles avec un partenaire arabe, Rennes, PUR, 312 pages. ISBN : 978-2-7535-5129-9

Texte intégral

1Dans son étude sociologique, Laura Odasso présente une réflexion approfondie sur les effets des discours sociaux sur le couple et la vie quotidienne des familles avec un partenaire arabe vivant dans des régions d’Alsace et de Vénétie. Les couples binationaux, notamment entre Européens et non-Européens, sont au cœur des récents débats sur l’immigration. La suspicion d’un mariage fictif pèse particulièrement lourd pour ces couples (Varro, 2011). Ils doivent continuellement prouver la légitimité de leur relation. Comment les couples gèrent-ils cette suspicion constante ? Comment les couples avec des partenaires arabes vivent-ils cet environnement de plus en plus hostile ? Les couples binationaux remettent également en question la perception de l’étranger, que ce soit au niveau juridique, culturel, religieux ou linguistique.

2En se référant au concept goffmanien de « stigmates tribaux », Odasso cherche à déconstruire les stéréotypes sur « les Arabes » et « les musulmans » et à rendre visibles les vécus complexes de ces couples mixtes. Elle centre son étude comparative entre la France et l’Italie sur deux provinces, l’Alsace et la Vénétie, évitant ainsi l’écueil d’un nationalisme méthodologique (Wimmer et Glick-Schiller, 2002) et mettant en avant des spécificités régionales en ce qui concerne les discours publics et les politiques migratoires. Cette démarche comparative est particulière et rare dans les études sur la mixité (cf. Varro, 1995 ; Unterreiner, 2015 ; Therrien et Le Gall, 2017). L’auteure a interviewé 40 couples binationaux avec un ou une partenaire arabe - d’origine marocaine et libanaise en France, d’origine marocaine et jordanienne en Italie. En partant d‘entretiens biographiques avec des membres de familles et d’observations ethnographiques, elle donne un aperçu complet de la négociation quotidienne des couples et de leurs enfants, les stratégies qu’ils utilisent pour lutter contre les stéréotypes et le racisme ainsi que la manière dont ils vivent leur vie quotidienne. Odasso introduit ainsi le concept original de la « migration de contact et intérieure » (p. 296) du partenaire natif pour montrer que non seulement le conjoint venu d’ailleurs vit une migration « physique », mais que le conjoint originaire de France ou d’Italie est lui aussi initié à « ce que signifie “être étranger” » (p.296). Avec ce concept, l’auteure se distancie d’une perspective percevant les couples binationaux comme « problématiques » et remet en cause l’expérience du couple, souvent négligée en sciences sociales où l’on se centre généralement sur le conjoint étranger ou la conjointe étrangère. Laura Odasso considère la migration mutuelle des partenaires comme une force des familles binationales, leur permettant de répondre de manière créative à leur environnement et de transmettre à leurs enfants des « ressources subjectives » (Delcroix, 2002) pour leur construction identitaire.

3L’introduction générale de l’ouvrage situe la problématique dans sa complexité. Cette partie montre une forte réflexion sur le positionnement de la chercheuse et les termes courants pour décrire la mixité. Par conséquent, l’auteure propose d’analyser la mixité à travers le concept goffmanien de « stigmates tribaux » et le discrédit en regardant plus précisément trois variables : « la citoyenneté/nationalité, l’origine ethnicoculturelle et l’affiliation religieuse » (p.20).

4La présentation des résultats est divisée en trois parties principales qui abordent le quotidien des familles mixtes sous différents angles : le niveau administratif et législatif, l’impact des discours publics et, enfin, les expériences des enfants. L’auteure compare les régions d’Alsace et de Vénétie non pas sous forme de deux sous-chapitres séparés, mais de façon croisée. D’ailleurs, la comparaison ne vise pas seulement les régions, mais aussi les pays d’origine des partenaires et les différentes stratégies des couples, ce qui donne une vision multidimensionnelle du phénomène.

5Dans la première partie de l’ouvrage, Laura Odasso décrit les obstacles juridiques et administratifs rencontrés par les couples binationaux en France et en Italie à travers une évaluation biographique des politiques (Apitzsch et al., 2008). La manière dont l’espace public s’immisce dans l’intimité des couples par les lois et les procédures administratives en vigueur est frappante. En France plus qu’en Italie, le racisme institutionnel a augmenté et l’appui de personnes-ressources est devenu capital pour réussir les démarches administratives. Outre l’expérience du partenaire étranger, il devient visible que le partenaire natif connaît lui aussi une « migration intérieure » (p.56) qui « l’amène à vivre au plus profond de lui-même la situation de l’étranger » (p.56) et qui mène finalement à une nouvelle relation avec l’État.

6Dans la deuxième partie, les effets de l’espace discursif et les images politisées et médiatisées des « Arabes » et de « l’Islam » sont abordés. La mixité du couple n’interroge pas seulement les frontières légales, mais aussi l’imaginaire national. Les récits des couples montrent qu’ils ont trouvé des stratégies diverses pour contourner ces stigmatisations et discrédits dans leur milieu d’habitat, leur entourage social et leur famille d’origine. C’est ainsi que les couples parviennent à demeurer les acteurs de leurs biographies et parviennent à résister à ces stigmatisations. En effet, ils cherchent des stratégies d’adoption et de résistance par exemple en s’organisant au sein d’associations pour contourner les défis que leur pose leur entourage social.

7La troisième partie est consacrée aux effets des « stigmates tribaux » pour les enfants. Odasso examine les marqueurs d’identité majeurs comme le prénom, la couleur de peau, la langue, le passé migratoire, l’appartenance religieuse et les éléments qui leur ont été transmis par leurs parents. Dans leur projet de transmission, les parents tentent d’anticiper les stigmatisations et de protéger leurs enfants. À travers le croisement des récits des parents et des enfants, il devient cependant évident que les enfants sont des acteurs dans ce processus de transmission et non pas seulement des destinataires passifs. Les récits des jeunes démontrent que la transmission n’est pas un processus linéaire à sens unique déterminé par les parents, mais une dynamique influencée par les enfants eux-mêmes et par l’environnement social et politique. La gestion des stigmates par les enfants varie en fonction de l’âge, du milieu social, du niveau d’éducation et de l’histoire familiale. Ainsi, les jeunes ne perçoivent pas seulement la stigmatisation comme un obstacle, mais également comme une ressource qui leur sert dans leur construction identitaire et les rapproche de leur « mixité ». La distinction entre « l’être » - les documents juridiques - et « le sentiment » - le sentiment d’appartenance – permet à Laura Odasso (p.293) de saisir les attributions étrangères et les autoattributions de manière dynamique et en fonction de la situation vécue.

8Dans la conclusion générale, l’auteure reprend les grandes lignes de sa recherche et nuance les stratégies trouvées selon le contexte régional et les origines du couple. Il devient évident que l’expérience de la mixité dépend fortement du contexte historique, social et politique. Odasso souligne d’ailleurs la nécessité pour les sciences sociales de trouver des notions, plus aptes et moins essentialistes, pour saisir les expériences des personnes mixtes.

9L’ouvrage de Laura Odasso présente un regard critique et très actuel face à une hostilité grandissante en Europe envers « l’étranger », en particulier envers les Arabes et les musulmans. En tant que publication de thèse, cependant, on cherche en vain une discussion méthodologique telle que l’approche biographique ou la méthode de l’évaluation biographique des politiques. En outre, la comparaison entre l’Alsace et la Vénétie se perd un peu tout au long de la lecture. Néanmoins, cette comparaison ne semble pas centrale, car elle sert davantage comme une perspective de fond pour contextualiser les récits des interlocuteurs. L’accent est davantage mis sur le riche matériau empirique et l’analyse détaillée de l’auteure. Ainsi, Odasso réussit à donner la parole aux personnes concernées par les stigmatisations, sans les présenter comme des victimes impuissantes, mais au contraire comme des acteurs de leurs biographies. Cela permet de déconstruire le discours hégémonique sur les couples binationaux et les Arabes et de mettre en avance les stratégies créatives et innovatrices d’individus appartenant à des familles mixtes. Une lecture tout à fait recommandée pour ceux qui travaillent sur et avec des personnes stigmatisées et en situation de discrédit.

Haut de page

Bibliographie

Apitzsch, U., L. Inowlocki, et M. Kontos. 2008. « The Method of Biographical Policy Evaluation », dans Self-Employment Activities of Women and Minorities: Their Success or Failure in Relation to Social Citizenship Policies, sous la dir. de U. Apitzsch et M. Kontos, Wiesbaden, Verlag für Sozialwissenschaften, p. 12-18.

Delcroix, C. 2002. « Le dialogue des enfances : d’une génération à l’autre ». La lettre de l’enfance et de l’adolescence, vol. 50, no. 4, p. 45–52.

Therrien, C. Et J. Le Gall. 2017. « Projets identitaires parentaux des couples mixtes au Québec et au Maroc. Similitudes et effets du contexte national », Recherches familiales, vol. 1, no. 14, p. 55-66.

Unterreiner, A. 2015. Enfants de couples mixtes. Liens sociaux et identités. Rennes, PUR.

Varro, G. 2011. « Regards contradictoires sur la mixité », dans Regards contradictoires sur la mixité, Migrations et cultures de l’entre-deux, sous la dir. de L. Muller et S. de Tapia. Paris, Harmattan, p. 211-226.

Varro G. (dir.) 1995. Les Couples mixtes et leurs enfants en France et en Allemagne, Paris, Armand Colin.

Wimmer, A. et N. Glick-Schiller. 2002. « Methodological Nationalism and Beyond : Nation-State Building, Migration and the Social Sciences », Global Networks, vol. 2, no. 4, p. 301-334.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Gwendolyn Gilliéron, « Odasso, L. 2016. Mixités conjugales. Discrédits, résistances et créativités dans les familles avec un partenaire arabe », Enfances Familles Générations [En ligne], Comptes rendus, mis en ligne le 15 mai 2019, consulté le 26 mai 2020. URL : http://journals.openedition.org/efg/6163

Haut de page

Auteur

Gwendolyn Gilliéron

doctorante, Goethe-Universität Frankfurt, Allemagne, gwen.gillieron@gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Enfances Familles Générations est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo INRS
  • Logo Conseil de recherches en sciences humaines
  • Logo Fonds de recherche Société et culture - Québec
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals