Navigation – Plan du site
2019

Lévesque, S. 2015. Maternité précoce, violence et résilience. Des jeunes mères témoignent

Anne-Marie Rouillier
Référence(s) :

Lévesque, S. 2015. Maternité précoce, violence et résilience. Des jeunes mères témoignent, Québec, Presses de l’université du Québec, 2015, 236 pages, ISBN : 978-2-7605-4220-4

Texte intégral

1Dans une optique de promotion de la santé, Sylvie Lévesque, docteure en santé publique, a porté jusqu’en 2011 le projet d’une thèse traitant des trajectoires de résilience chez des mères adolescentes victimes de violence de la part de leur partenaire amoureux. En 2015, l’autrice, spécialiste de la maternité en contexte de vulnérabilité, a fait naître des suites de cette étude le présent ouvrage, « Maternité précoce, violence et résilience. Des jeunes mères témoignent ». Elle y aborde la question délicate de la violence relationnelle dans un style franc, mais empreint de sensibilité : «  Plusieurs zones de tension sont présentes entre la vision normalisée (idéalisée  ?) de la maternité et la réalité dans laquelle elle se déroule bien souvent  » (p.2). En plaçant comme prémisse que les «  transitions à la maternité et les façons d’être mère  » ne sont pas homogènes, Lévesque aspire à mettre en exergue le concept fort et positif de résilience présent chez les personnes ayant offert leur voix à l’étude.

2Le livre est préfacé par Claire Chamberland, professeure émérite à l’École de service social de l’Université de Montréal et directrice de thèse de Sylvie Lévesque. Dans son propos, Chamberland laisse place à un parallèle entre les maternités de l’autrice et celles des participantes au projet, relevant une intéressante proximité avec ces dernières et laissant présager d’un croisement entre l’expérience de vie et de terrain propice à une réflexivité plus aboutie. Bien que la réalité de l’autrice puisse s’éloigner de celles des participantes, elle semble se tenir loin du jugement, mais nourrit plutôt sa démarche par la diversité des parcours entendus à travers ce que Chamberland nomme une «  réflexion éthique et morale des plus pertinentes  » (p. x).

3Dans cet ouvrage, Lévesque amène rapidement les lecteur(-trice)s à se questionner sur le concept de résilience, ses définitions, mais aussi ses ambiguïtés et en fait de même avec la littérature scientifique sur la maternité précoce et la violence commise par le partenaire intime pendant la grossesse (les deux «  adversités  » dont il sera question pour la suite). Le cœur de l’ouvrage se divise en sept chapitres dont le fil conducteur est la question ayant guidé l’enquête sur le terrain à visée exploratoire, c’est-à-dire : «  Comment les mères ayant donné naissance de façon précoce en contexte relationnel adverse réussissent-elles à surmonter cette double adversité et à assumer positivement leur rôle parental  ?  » (p.7) La résilience étudiée est dynamique et la compréhension des processus qui s’y rattachent doit «  s’ancrer dans une fenêtre temporelle comprenant plusieurs événements et transitions  » (p. 37). Ainsi, pour répondre à cette particularité, le cadre conceptuel s’articule autour de deux points de références, c’est-à-dire la perspective des parcours de vie et l’intersectionnalité ; cette dernière étant importante pour comprendre les différentes inégalités qui se croisent sur le chemin des mères rencontrées.

4Cette recherche qualitative est basée sur des entretiens individuels (10 mères) et de groupe (12 mères) ainsi que des observations participantes. Le recrutement et les observations se sont déroulés dans deux lieux distincts aux caractéristiques spécifiques qui reflètent des réalités présentes sur le territoire québécois c’est-à-dire un quartier multiethnique de Montréal et une banlieue blanche et francophone. Les personnes participantes sont dépeintes par l’autrice dans des profils agréablement rédigés et permettant concrètement d’apprendre à les «  connaître  ». Il est clair, à la lecture, que ces femmes sont plus que des sujets d’étude pour la chercheuse, elle les approche en reconnaissant leur unicité, leur intégrité.

5Pour Lévesque, la maternité se dévoile comme un moteur de changement chez les jeunes mères. La présence de l’enfant, le lien affectif qui se construit, devient une raison de garder espoir et de travailler à construire un avenir. Qui plus est, Lévesque suggère que les jeunes mères aspirent à être de «  bonnes mères  » au-delà de leur jeune âge : «  Les mères interrogées ici affirment que ce qui définit une bonne mère n’est pas tant son âge que les habiletés, les attitudes et les compétences qu’elle déploie dans les soins donnés à l’enfant pour s’opposer aux préjugés face aux jeunes mères  » (p. 134).

6La maternité serait donc une impulsion pour bifurquer vers une trajectoire de résilience, mais cette identité de mère serait aussi omniprésente prenant le pas sur les autres besoins de ces femmes comme la scolarisation à titre d’exemple. Cela dit, à la lecture de l’ouvrage, il est intéressant de constater qu’entre la grossesse précoce et la relation amoureuse chaotique (elles n’associent pas nécessairement les difficultés vécues à de la violence) c’est la situation relationnelle qui est retenue par les participantes comme le plus grand défi et le vécu de la culpabilité à l’idée de «  briser la famille  » en cas de séparation est réel.

7Présenté dans la collection «  Problèmes sociaux et interventions sociales  » chapeautée par Henri Dorvil et Guylaine Racine, le livre révèle une écriture fluide, claire et concrète qui tend à bonifier les connaissances sur les maternités et la transition vers celle-ci. Lévesque met en valeur ce qu’elle nomme les «  facteurs promoteurs  » et les «  facteurs de vulnérabilité  » dans l’émergence d’une trajectoire de résilience chez les jeunes mères. Grâce à l’analyse du discours, Lévesque se penche sur le contexte relationnel vécu par les jeunes femmes avant, pendant et après la grossesse, ainsi que sur les motivations, réactions et sentiments générés par celle-ci. Les différents visages de la violence vécue sont abordés en mettant en valeur les propos mêmes des mères. Le corpus composé permet donc l’élaboration d’un modèle théorique de trajectoire de résilience en contexte de maternité précoce et de violence commise par le partenaire intime (schématisé dans la figure 6.1 à la p. 76).

8L’ouvrage est un document d’intérêt pour des intervenant(e)s qui seraient sur le terrain auprès de cette clientèle au cœur du texte : les jeunes parents vulnérables. D’un point de vue normatif, la grossesse — en contexte de violence, tout comme à un jeune âge — est généralement jugée négativement, mais peut parfois dévoiler une expérience porteuse pour les femmes qui la vivent. Mettre l’accent sur les capacités de résistances et d’autodétermination des femmes, notamment chez celles qui naviguent à travers les inégalités de pouvoir, amène une perspective de justice reproductive au propos de ce livre (Federici 2017 : 29). L’ouvrage semble une excellente base pédagogique pour engager le dialogue dans le champ de la famille et de l’intervention auprès des femmes. De même, il s’agit d’un ouvrage d’intérêt pour la recherche sociale. En effet, des chercheur(euse)s ou aspirant(e)s-chercheur(euse)s pourraient trouver inspirante la démarche méthodologique qualitative, qui se situe en proximité avec la réalité des jeunes femmes dont il est question et dans le respect de leur parcours de vie. La grille d’entretien présentée en fin d’ouvrage en offre d’ailleurs un aperçu.

9Cela dit, certain(e)s pourraient rechercher davantage d’ancrage dans une réflexion théorique parfois amorcée, mais qui peut laisser le (la) lecteur(-trice) sur sa faim. De même, un tel sujet aurait pu ouvrir la porte à une analyse critique du système de santé et services sociaux au Québec dans la façon dont sont adressées les vulnérabilités croisées des femmes et des tout-petits dont il est question. Ainsi, anthropologues versé(e)s dans le domaine de la santé, travailleur(-euse)s sociaux(-ales), infirmier(-ière)s voire intervenant(e)s prônant une approche centrée sur les filles et les femmes (notamment en contexte de violence) pourraient s’intéresser à l’ouvrage afin de mieux comprendre le vécu sensible de ces jeunes familles et les divers éléments qui dessinent leurs parcours et peuvent, notamment les amener vers une demande de soins ou de services en santé. C’est donc un texte qui peut servir de bougie d’allumage à une réflexion à densifier, ce que l’autrice n’a pas manqué de faire dans ses travaux subséquents.

Haut de page

Bibliographie

Federici, S. 2017. «  Introduction  », dans Donner naissance. Doulas, sages-femmes et justice reproductive, sous la dir. de A. Apfel, Paris, Cambourakis, p. 29-33.

Lévesque, S. 2015. Maternité précoce, violence et résilience. Des jeunes mères témoignent. Québec, Presses de l’Université du Québec, coll. Problèmes sociaux et interventions sociales.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Anne-Marie Rouillier, « Lévesque, S. 2015. Maternité précoce, violence et résilience. Des jeunes mères témoignent », Enfances Familles Générations [En ligne], Comptes rendus, mis en ligne le 20 août 2019, consulté le 03 juin 2020. URL : http://journals.openedition.org/efg/8044

Haut de page

Auteur

Anne-Marie Rouillier

candidate au doctorat en anthropologie, Université Laval, anne-marie.rouillier.1@ulaval.ca

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Enfances Familles Générations est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo INRS
  • Logo Conseil de recherches en sciences humaines
  • Logo Fonds de recherche Société et culture - Québec
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals