Navigation – Plan du site
Travaux de terrain anthropologiques et linguistiques, expériences et difficultés

Faire du terrain dans sa culture d’origine (sur la base d’une expérience personnelle)

Fieldwork Experience in One’s Own Culture (From the Personal Experience of the Researcher)
Välitööd omas kultuuris (teadlase isiklikust kogemusest)
Nikolaj Anisimov
Traduction de Eva Toulouze

Résumés

Cet article présente l’analyse réflexive d’une expérience de terrain dans les conditions de la culture d’origine du chercheur, la culture oudmourte. Sur la base d’une expérience de dix ans (2007‑2017) dans différents groupes locaux d’Oudmourtes, il passe en revue les outils et les méthodes du travail de terrain que j’ai essayé d’élaborer et de développer au cours de mon activité scientifique. J’analyse, sur la base d’exemples concrets, des cas divers (problématiques, curieux, affectifs etc.) de communication avec mes informateurs, ce qui permet de faire ressortir le rôle et le statut du chercheur dans sa propre culture. En même temps, cette étude illustre l’état du terrain oudmourte d’aujourd’hui, ainsi que les relations entre informateur et chercheur, entre informateurs et entre chercheur « de l’intérieur » et chercheur « de l’extérieur ».

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Cet article présentera l’expérience de terrain de l’auteur, qui travaille dans sa culture d’origine, la culture oudmourte. Je vais analyser dix ans de recherches et d’observations auprès de groupes locaux divers, vus de l’intérieur, entre 2007 et 2017. J’insisterai sur mon expérience personnelle ainsi que sur les divers outils et méthodes que j’ai élaborés et développés au cours de mes activités scientifiques.

  • 1 Information provenant du site officiel du recensement de 2010 (Informacionnye : ressource électron (...)

2Dans cet article j’utilise le terme « oudmourte », qui n’est pas forcément transparent pour tout lecteur. Les Oudmourtes (antérieurement désignés par des noms différents : Ar, Arjan, gens d’Arsk, čud’ votjackaja, otiaks, votiaks) sont l’une des communautés ethniques d’origine finno-ougrienne-ouralienne dont le territoire autochtone est situé dans la région Volga‑Oural de la Fédération de Russie (pour plus de détails voir Atamanov‑Egrapi, 2010, p. 10). D’après l’office russe de la statistique (Rosstat) au moment du recensement de 2010 il vivait en Russie 552 299 Oudmourtes, dont 410 584 dans la république d’Oudmourtie1.

Premier terrain, première expérience

3Ma première expérience de terrain a eu lieu en 2008, quand j’ai commencé mes études à l’Université nationale oudmourte à Iževsk. Il s’agissait d’une expédition d’étudiants de première année en études de folklore, dirigée par l’enseignante Galina Gluhova. Avant de partir, les folkloristes enseignant à l’Université nous avaient rassemblés et nous avaient fait quelques cours pour nous expliquer comment il faut collecter des matériaux folkloristiques et ethnographiques et remplir des cahiers avec les données collectées. Ils nous avaient, je m’en souviens, distribué un questionnaire, et nous avaient informés qu’on allait travailler sur cette base. Bien sûr, à l’époque, cela n’avait guère suscité d’enthousiasme voire d’intérêt parmi les étudiants. Mais j’étais content du fait que ce terrain allait avoir lieu dans le raïon de Kijasovo, d’où je suis originaire. Plus concrètement, il allait se dérouler dans le village voisin de Kalašur (en oudmourte, Vuž Tigyrmen), qui était situé seulement à trois kilomètres de mon village, Dubrovskij (en oudmourte, Vyl’ Tigyrmen).

4Avant de partir, nous, les étudiants, nous imaginions qu’une expédition consistait à rassembler des informations sur la vie passée, sur les coutumes et sur les rituels populaires, qui, de nos jours, ne vivent plus que dans les souvenirs des personnes les plus âgées. Plus tard, quand j’ai rencontré les grands‑mères et les grands‑pères du village, j’ai compris ce que voulait dire l’expression « travaux de terrain ». La liste systématique des questions telle qu’elle apparaissait dans le questionnaire s’est avérée totalement inutile. La conversation avec nos informateurs a montré qu’il était impossible de réaliser un entretien systématique, voire que c’était inutile, ennuyeux et même émotionnellement pénible pour nos informateurs (et souvent aussi pour nous, les étudiants) ! Une fois que j’ai eu compris cela, j’ai essayé de passer de l’entretien aride à une conversation quotidienne sur des questions qui concernaient ma recherche. Si le sujet abordé suscitait chez mon informateur une trop grande tension émotionnelle, je passais à des questions quotidiennes sur les temps, sur les activités, sur la ferme, etc. Somme toute, j’ai constaté que la conversation est devenue plus vivante et qu’elle est devenue intéressante aussi bien pour moi que pour mon informateur. Indiscutablement, travailler à un endroit où les gens vous connaissent à l’avance est beaucoup plus simple que dans des endroits entièrement étrangers. L’informateur n’est pas coincé émotionnellement, il se comporte de manière plus libre et naturelle. J’ai découvert aussi qu’il ne valait pas la peine de se concentrer uniquement sur le seul thème qui vous intéresse, parce que le reste des informations qui émergent dans l’entretien, c’est déjà de l’histoire, de la sagesse et reflète l’expérience séculaire du peuple. J’ai compris que si je ne consignais pas hic et nunc un maximum de ce que les personnes âgées me racontaient, cela serait immanquablement oublié et se perdrait. C’est ainsi que j’ai appris à travailler sur le terrain et à collecter les matériaux indispensables pour faire de la recherche.

5Je voudrais noter par ailleurs que, plus tard, les habitants du village ont appris que j’avais des enregistrements audio et des photos de personnes de leur famille décédées et m’ont demandé ces matériaux. Ainsi, en écoutant leur voix et en voyant leur figure, ils ont reconnu qu’ils les avaient pratiquement retrouvées. C’est à des moments pareils qu’on se rend compte que le travail du chercheur est important non seulement du point de vue scientifique, mais tout simplement du point de vue humain, pour la famille, proche et éloignée, pour les proches.

6Je vais maintenant sur la base de quelques exemples concrets étudier dans quelles conditions et de quelle manière j’ai pu enregistrer des informations ethnographiques et folkloristiques.

Être sien parmi les siens et étranger parmi les siens

7Comme chaque peuple, les Oudmourtes sont divisés en groupes ethnographiques, et pour tout chercheur d’origine oudmourte, il y a les « siens » et les « autres ». Quand on parle le dialecte de nos informateurs, quand on porte des vêtements traditionnels habituels, reconnaissables, les Oudmourtes disent de vous :

Асьмелэн/милям кадь.
« Comme nous, comme chez nous. », c’est‑à‑dire qu’on est « sien ».

8Si tout est différent, ils peuvent préciser :

Асьмелэн/милям кадь ӧвӧл, мукет.
« Il n’est pas comme nous, il est différent. », c’est‑à‑dire étranger.

9Ce principe de « différenciation » est particulièrement apparent quand on est engagé dans un processus d’observation participante, d’engagement personnel.

10Quand on collecte des matériaux dans le cadre de la tradition dans laquelle on est né et on a grandi, on sait d’avance la marche des choses et du même coup on applique les démarches et les comportements adéquats. Mais quand on se trouve toujours dans sa tradition, mais dans un autre groupe aréal, il faut une connaissance préalable pour ne pas, lors des activités sacrales, accomplir des actes ou avoir des attitudes qui suscitent de la part des sujets de votre recherche des réactions déplaisantes. Par exemple chez les Oudmourtes du Sud, il existe la coutume de mettre de côté un petit verre d’alcool à l’intention des ancêtres morts, ce qu’on appelle пересь вина « l’alcool des ancêtres », de sorte qu’à la fin tous les participants au rituel y goûtent et prononcent une formule spéciale. Ceux qui n’ont pas le droit de boire (par exemple les enfants, les malades, les conducteurs, etc.) peuvent tenir le petit verre à la main et le faire passer à la personne suivante dans le sens des aiguilles d’une montre. Quand je documente ce rituel, comme tous les autres participants, je goûte à ce petit verre. Mais il est arrivé, comme me l’ont raconté mes informateurs, que des personnes ignorant cette pratique (des jeunes, ou des personnes originaires d’une autre culture) boivent tout le contenu du petit verre, ou bien le refusent, montrant par ignorance une absence de respect pour la coutume. Comme j’ai vu cette pratique depuis ma petite enfance, j’en connaissais le sens et pour moi m’y inscrire n’a pas posé de problème, mais dans une autre culture locale les choses peuvent se passer autrement. C’est ainsi que quand je me suis trouvé chez les Oudmourtes orientaux, dans le raïon de Tatyšly de la république du Bachkortostan, j’ai découvert qu’on évoque les ancêtres décédés d’une manière différente : ici on ne met pas de côté un petit verre, mais lors du repas rituel on s’adresse aux morts et on les invite à venir boire et manger avec les vivants.

11J’ai eu aussi l’occasion d'expérimenter la position d'étranger au milieu des miens en 2014, chez les Oudmourtes du Sud du village de Bol’šie Siby dans le raïon de Možga en Oudmourtie. Avec une autre participante à l’expédition, nous avons discuté avec les vieilles dames du village sur les sorciers et sur les pratiques magiques. Curieusement cette conversation s’est déroulée à l’extérieur et personne ne nous a invités même à entrer dans la cour. Au bout d’un moment, l’une des femmes s’est levée et est entrée à toute vitesse dans la cour. Nous étions étonnés, y compris les autres informatrices. Après un entretien qui n’a pas réellement eu lieu, nous sommes allés avec une des dames chez une autre de ses amies. Quand nous l’avons rencontrée, elle était dans la rue, mais dès que nous avons dit que nous souhaitions nous entretenir avec elle, sans même préciser le thème de l’entretien, elle a répondu qu’elle rentrait se changer et qu’elle allait revenir. Elle est revenue revêtant une autre robe, mais qui portait déjà les signes de protection qui caractérisent le costume : des perles avec une croix portative, et une épingle à nourrice, qui annonçaient clairement leur fonction – empêcher que nous lui jetions un sort ou qu’en tout cas nous ayons sur elle une influence magique. Ceci révèle clairement la perception du monde actuelle des Oudmourtes, leur croyance en la puissance énergétique du regard, et l’attribution à des inconnus de dons surnaturels. Malgré cela, l’entretien a eu lieu et nous avons pu collecter les informations qui nous intéressaient.

12Même si cela peut paraître paradoxal, il est bien plus compliqué de collecter des matériaux photo, audio et vidéo dans les cas où on participe soi‑même à tel ou tel rituel. Je présente ici l’exemple de l’enterrement de personnes de ma famille. D’une part, je comprends que ce qui est en train de se produire est un événement rare et fort intéressant du point de vue rituel, qu’on peut fixer hic et nunc et non pas sur la base d’un témoignage indirect, de seconde main, fondé sur les souvenirs d’un participant. Mais il se pose également un problème éthique, des contradictions et des souffrances personnelles : on se trouve dans une situation de forte tension émotionnelle avec un défunt qui nous était proche. On n’a pas forcément la tête à collecter des matériaux de recherche scientifique. En même temps, je dois souligner que de ce point de vue mon rôle de personne familière dans un rituel critique (lié à la mort d’un proche) est « privilégié » par rapport à celui d’une personne totalement extérieure. En effet, chez les Oudmourtes, la présence de personnes extérieures n’est pas acceptée lors d’un enterrement, sans parler de l’éventualité de photographier le défunt et la cérémonie sous tous ses aspects. C’est sans doute la raison pour laquelle je n’ai jamais participé à des obsèques de personnes n’appartenant pas à mon cercle familial ou que je ne connaissais pas.

Le « contrat » avec les informateurs

13Dans ma pratique de terrain j’ai connu des situations où il a fallu passer une sorte de « contrat » avec les porteurs de la culture étudiée, qui m’ont amené à y investir des moyens aussi bien financiers qu’intellectuels. Je présenterai ici deux exemples.

14La première situation s’est présentée en 2010 dans le raïon de Kijasovo en Oudmourtie. Je collectais de l’oralité musicale dans le village de Kady‑Salja avec Irina Pčelovodova et Tatjana Okuneva (chercheuses à l’Institut oudmourte de l’académie des sciences de Russie), et Denis Kornilov (doctorant du même institut) ainsi qu’Ekaterina Korotaeva (doctorante au conservatoire de Saint‑Pétersbourg). Nos informatrices, après avoir exécuté quelques chants nous ont annoncé qu’elles ne chanteraient pas davantage si nous ne leurs chantions pas quelques chants à notre tour. Je reconnais que c’est alors que j’ai pris conscience pour la première fois de ce que cela veut dire qu’être informateur et de la difficulté de se trouver dans cette position. Ce n’est pas aussi facile qu’on le croit de se souvenir instantanément de chants quand on vous les demande hic et nunc. Les négociations ont débouché sur les résultats suivants : chercheurs et informatrices ont exécuté des chants tour à tour ; de plus non seulement nous avons enregistré les chants que nous voulions, mais nous sommes devenus amis avec ces dames, et je suis retourné plusieurs fois les voir en expédition. Cette expérience m’a permis de comprendre que les entretiens et les enregistrements sont plus efficaces et informatifs quand on traite nos informateurs non pas comme des sujets d’étude mais comme des partenaires de conversation.

15Le deuxième cas a eu lieu en 2013 au village de Vjazovka (district de Tatyšly, Bachkortostan). En arrivant dans ce village oudmourte je savais qu’il y résidait un homme qui pouvait jouer au garmon des airs des Oudmourtes du Bachkortostan. En discutant avec lui, j’ai appris qu’il ne jouait que si on lui donnait une bouteille de vodka. Nous avons négocié et le résultat a été que je lui ai donné 50 roubles et qu’il m’a joué cinquante airs et chants différents.

Provoquer le dialogue

16Pendant mes travaux de terrain, j’ai également eu des situations dans lesquelles il a fallu provoquer mes informateurs pour les amener à me parler et pour obtenir les informations dont j’avais besoin. Il faut savoir, en travaillant avec les Oudmourtes, que tout le monde de répond pas immédiatement aux questions posées et que leur première réponse a des chances d’être :

Ой, ма мон немаре но уг тодӥськы.
Oh, mais je ne sais rien.

Мон кырӟан чик уг быгатӥськы.
Mais je ne sais pas du tout chanter.

17Ou tout simplement on vous renvoie chez quelqu’un d’autre.

18Dans un cas semblable, il ne faut pas perdre espoir, ou aller d’emblée chercher quelqu’un d’autre, il s’agit en effet de la réponse habituelle, modeste, des Oudmourtes. Chez les Oudmourtes, tout le monde sait chanter et tous savent quelque chose, mais pour obtenir des informations il faut tout simplement faire connaissance de plus près avec les gens.

19Quelques exemples de provocation au dialogue.

20Mon expérience de conversation avec les Oudmourtes m’a permis de comprendre que si on connaît un peu l’oralité locale, on est tout de suite accepté comme quelqu’un de familier. Ainsi, en collectant des matériaux de recherche, il m’est arrivé de chanter des chants répandus dans la pratique locale, ou bien d’amener les gens à parler avec des phrases provocatrices du genre : « il paraît que », « on dit que », etc. Cela permet aux informateurs de sortir de la zone d’inconfort que créée le caractère un peu officiel de l'entretien construit par le chercheur ou par l’embarras, la modestie que l’on éprouve dans un premier contact avec un inconnu. C’est seulement quand cette barrière émotionnelle est levée que le dialogue peut commencer. Dans certaines situations il suffira de montrer son intérêt pour tel ou tel rituel pour provoquer le dialogue. C’est ce qui est arrivé en janvier 2017. Une informatrice, enseignante à l’école du village de Karamas‑Pel’ga (district de Kijasovo, Oudmourtie), apprenant notre intérêt pour la cérémonie sacrificielle commémorant un parent décédé et appelée йыр-пыд сётон, nous a invités, Denis Kornilov et moi‑même à filmer ce rituel en vidéo. Elle nous a avoué elle‑même qu’elle ne maîtrisait pas bien l’ensemble du scénario rituel, c’est pourquoi elle a enquêté sur ses particularités auprès des personnes âgées du village. C’est ainsi que notre intérêt a stimulé le sien et elle nous en a exprimé par la suite sa reconnaissance.

21Comme nous étions bien connus, Denis et moi, dans ce village, nous n’avons rencontré aucune difficulté dans le contact avec les participants au rituel. J’ai même remarqué que quelques dames âgées ont réagi à la caméra à certains moments. Voilà comment cela s’est manifesté : dès qu’elles remarquaient que la caméra les filmait, elles se mettaient à commenter leurs actions à haute voix ou bien elles s’adressaient à la caméra. Ainsi, la présence de la caméra a provoqué les gens à dialoguer avec elle ou encore à s’exprimer par des actes ou par des paroles. J’ajoute que nous leur avons laissé tous les enregistrements pour les archives familiales.

22Telle est mon expérience de terrain dans ma propre culture – elle n’est pas très longue en termes relatifs, mais elle m’a été précieuse. Mes expéditions ont été l’occasion pour moi de me procurer des informateurs réguliers que j’ai maintes fois sollicités pour avoir des informations, ainsi que de me faire des amis prêts à me recevoir n’importe quand et à partager généreusement leurs connaissances. Un regard nouveau, des méthodes nouvelles, ont été aussi les résultats d’expéditions communes avec d’autres chercheurs. C’est ce que j’ai expérimenté en travaillant avec Irina Pčelovodova (ethnomusicologue), Tatjana Okuneva (folkloriste), Eva Toulouze et Laur Vallikivi (anthropologues), Liivo Niglas (anthropologue visuel), et Ranus Sadikov (ethnographe) – et je leur en suis reconnaissant. Pour moi, la coopération de spécialistes de disciplines diverses et profils divers permet de tirer de l’aire étudiée des informations plus complètes, qui pourraient passer inaperçues d’un folkloriste ou d’un ethnographe travaillant seul.

23Je voudrais enfin noter que travaillant sur mon propre terrain, je m’efforce avant tout de créer avec mes informateurs un milieu de travail confortable et qu’ils ne se sentent pas « assiégés », qu’ils ne deviennent pas des « victimes » sur lesquelles on tombe comme la misère sur le pauvre monde avec nos questions ; je fais tout pour qu’ils deviennent des interlocuteurs avec qui il est intéressant et agréable d’interagir. Et mon expérience me montre que dans ces conditions, même une fête ou une situation ordinaire de conversation autour d’une table peuvent permettre de faire ressortir des informations précieuses, qu’un entretien formel avec un informateur, forcément superficiel, ne permettraient pas de faire émerger.

Haut de page

Bibliographie

Atamanov-Egrapi Grigoryevič Mihail Грирогьевич Михаил, 2010, Происхождение удмуртского народа, [L’origine du peuple oudmourte. Monographie], Udmurtija, Iževsk, 575 p.

Информационные материалы об окончательных итогах Всероссийской переписи населения, [Matériaux d’information sur les résultats définitifs du recensement de la population de toute la Russie], 2010, http://www.gks.ru/free_doc/new_site/perepis2010/perepis_itogi1612.htm (consulté le 29 mars 2017).

Haut de page

Notes

1 Information provenant du site officiel du recensement de 2010 (Informacionnye : ressource électronique).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Nikolaj Anisimov, « Faire du terrain dans sa culture d’origine (sur la base d’une expérience personnelle) », Études finno-ougriennes [En ligne], 49-50 | 2018, mis en ligne le 11 février 2019, consulté le 22 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/efo/10387 ; DOI : 10.4000/efo.10387

Haut de page

Auteur

Nikolaj Anisimov

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo Search | ERIH PLUS | NSD
  • Logo Centre de recherches Europes-Eurasie | Inalco
  • OpenEdition Journals