Navigation – Plan du site
Chroniques

7th International Conference of Young Folklorists, Narva, 4‑6 octobre 2017

Aleksi Moine

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

1Tous les ans depuis 2011 la conférence des jeunes folkloristes alterne entre Lituanie et Estonie. Il s’agit d’un forum de rencontre et de discussions pour les jeunes chercheurs en études de folklore, mais plus largement aussi en anthropologie, ethnologie, études culturelles, qui sont au début de leur carrière, qu’ils soient en master, en doctorat, ou jeunes docteurs. C’est aussi la possibilité pour eux de rencontrer des chercheurs plus confirmés et de dialoguer avec eux dans un environnement bienveillant. Cette année, la rencontre a eu lieu du 4 au 6 octobre dans la ville de Narva en Estonie, située dans le nord‑est du pays, à la frontière avec la Russie. Elle était organisée par le département de folklore estonien et comparé et la Graduate School d’études culturelle et des arts de l’université de Tartu, par le collège de Narva de l’université de Tartu et le groupe Nefa de Tartu, en collaboration avec l’institut lituanien de littérature et de folklore de Vilnius. La conférence a également permis de faire la promotion du nouveau programme de master international de l’université de Tartu, “Folkloristics and Applied Heritage Studies”, pour lequel l’enseignement se fait en anglais.

2Le thème de la conférence était “Negotiations of Belonging”, un thème vaste qui fédère les disciplines convoquées, et qui a permis notamment de réfléchir aux questions d’identité, de frontière, de mémoire individuelle et collective. La conférence a attiré un grand nombre de jeunes chercheurs, une cinquantaine environ, venant d’une douzaine de pays différents, et, comme souvent dans les rencontres de folkloristes, les langues et peuples finno‑ougriens occupaient une place non négligeable dans le programme ; il s’agissait principalement, certes, de sujets finnois, estoniens ou hongrois, les autres langues n’étant que peu ou pas représentées. Peut‑être cela est‑il dû en partie au fait que la langue de travail de la conférence est l’anglais.

3Nira Yuval‑Davis, professeur à l’University of East London, a ouvert la conférence par une session plénière extrêmement stimulante, qui se concentrait sur la question théorique de l’intersectionnalité dans les sciences humaines et sociales. En s’appuyant sur le travail qu’elle fait sur les migrations et les frontières entre la France et le Royaume‑Uni, elle a montré l’importance, pour comprendre un phénomène social complexe, de multiplier les points de vue, en prenant par exemple en compte les expériences des garde‑frontières et des demandeurs d’asile, mais aussi des chefs d’entreprise qui peuvent faire travailler ces derniers. La réalité est multiple, et il faut ainsi être de la nécessité de croiser ces regards pour comprendre les limitations de notre recherche, nécessairement partielle.

4Après ces premières réflexions théoriques a commencé le programme des sessions parallèles. Sur les trois jours, il y a eu plus de quarante exposés, je n’ai pu assister qu’à une partie d’entre eux, et me concentrerai dans ce compte rendu sur les thèmes liés aux langues et cultures finno‑ougriennes, même si les autres ont pu être également enrichissants et intéressants.

5La première session à laquelle j’ai participé concernait les aspects matériels de la notion d’appartenance. Kaisa Hiltunen, Tuija Saresma et Nina Sääskilahti de l’université de Jyväskylä en Finlande, ont présenté un nouveau projet de recherche qui se fonde également sur des processus de création artistique, “Crossing Borders : Artistic Practices in Performing and Narrating Belonging”. Le projet, qui est en cours de construction, se concentre sur l’expérience des immigrés à Jyväskylä. Agnese Bankovska, de l’université de Finlande orientale et de l’université de Helsinki, et Pihla Maria Siim, de l’université de Finlande orientale et de l’université de Tartu, ont ensuite parlé de leur recherche sur les familles translocales, c’est‑à‑dire lettones et estoniennes vivant en Finlande, et le rapport des enfants de ces familles au pays où ils habitent et à celui qu’ils visitent régulièrement. Dans une seconde session sur le rapport au paysage, Lona Päll, doctorante de l’université de Tartu, a présenté son travail sur le marais estonien de Kakerdaja, mêlant écosémiotique et folklore, pour comprendre comment l’environnement peut influencer les récits folkloriques et les interprétations que l’on en fait.

6Pour terminer la première journée, nous avons été accueillis par la directrice du collège de Narva à une réception dans les caves de l’université : vin, fromage, et musique jouée par des participants à la conférence étaient à l’honneur.

7Le lendemain, Tuulikki Kurki, professeur adjointe de l’université de Finlande orientale, a tenu la seconde plénière de la conférence, qui avait pour sujet les récits d’ambivalence et d’entre‑deux faits par toutes les personnes qui ont traversé la frontière entre Finlande et URSS puis Russie au xxe siècle. Elle propose la notion de “border lore” et de “border people” pour définir la spécificité de ces expériences, qui sont souvent traumatiques, en s’appuyant notamment sur les œuvres d’Arvi Perttu, né en 1961 en URSS, et vivant en Finlande depuis 2001, auteur de récits en finnois.

8Après la conférence plénière, nous nous sommes divisés en deux groupes pour faire connaissance avec la ville de Narva ; c’est en effet l’un des objectifs de la conférence, de faire découvrir un aspect de la ville dans laquelle elle se tient. Pendant qu’un groupe est parti pour une excursion en bus à travers la ville, celui dont je faisais partie a fait un plongeon dans le passé plus lointain, en allant visiter le château de Narva. C’était une bonne illustration de la question de l’appartenance et des frontières, puisque le bastion a été disputé par nombreux pays voisins : il a été sous le contrôle des Danois, des Allemands, des Suédois, des Russes, et fait aujourd’hui partie de l’Estonie, mais la grande majorité de la population de Narva est russe, et en face du château de Narva trône celui d’Ivangorod, sur le territoire de la Fédération de Russie, à quelques centaines de mètres, de l’autre côté de la rivière.

9Après cette excursion et un déjeuner laissé libre, il y a eu une session concernant les rapports entre pratiques et croyances, dans laquelle j’ai présenté l’état de mes travaux sur les incantations de Carélie du Nord et leur rapport au christianisme. La question principale qui m’intéressait est la relation entre un point de vue émique et un point de vue étique sur l’appartenance de ces pratiques au christianisme, et sur la construction même du concept d’incantation par un regard extérieur, que ce soit celui des Églises ou celui des chercheurs.

10La journée s’est conclue par le visionnage d’un film documentaire, Les Femmes de Gerassimov, suivi d’une discussion avec la réalisatrice, Birgit Rosenberg. Celle‑ci a donné dans son film la parole aux vieilles femmes du parc de Gerassimov. Habitantes de la ville de Narva, russes, pour la plupart, on les voyait assises sur les bancs du parc, nourrir chats et pigeons, et se remémorer leur passé, leur histoire dans la ville.

11La troisième et dernière journée de la conférence était consacrée uniquement à des sessions parallèles, où j’ai pu assister à un certain nombre d’interventions sur des sujets finno‑ougriens.

12Dans la première session de la journée, intitulée “Voices of the Past”, John Björkman, doctorant de l’Åbo Akademi, a parlé des fêtes de printemps et d’été où se réunissaient les jeunes finlandais aux xviiie et xixe siècles. Le sujet principal de son intervention était l’organisation et la répartition du territoire entre les fermes de Finlande du Sud‑Ouest, puisque ces fêtes avaient lieu auprès de sources qui se trouvaient, en général, à la frontière entre les zones d’influence des fermes, laissant libre cours à la luxure et aux passions de la jeunesse. Tuukka Karlsson, doctorant de l’université de Helsinki, a ensuite présenté ses recherches sur les incantations finnoises de la paroisse d’Uhtua, dans le gouvernement d’Arkhangelsk. Il s’agissait d’une présentation méthodologique, se concentrant sur l’application des théories d’actes de langage aux textes des incantations, pour comprendre les diverses stratégies linguistiques de l’incantateur dans un contexte donné.

13Dans la session suivante, il y a eu deux autres exposés finno‑ougriens. Lisa Svanfeldt‑Winter, doctorante à Stockholm, a, dans son intervention, questionné ce qui fait un folkloriste, en s’appuyant sur les travaux des étudiants et chercheurs finlandais des années 1920. Elle étudiait ainsi le rapport entre informateurs et chercheurs, à travers les écrits, notamment lettres et carnets de terrain, de ces derniers. L’exposé de Siria Kohonen, doctorante à l’université de Helsinki, concernait son approche théorique des phénomènes de guérison dans la médecine populaire dans la Finlande du xixe siècle, à savoir l’application des sciences cognitives et des théories de la pensée magique à la médecine populaire finnoise.

14Enfin, la dernière session de la conférence, sur les rapports entre mémoire collective et individuelle, a permis à Aivo Põlluäär, de l’université de Tartu, de parler de la fondation du kolkhoze Viktor Kingissepp à Saaremaa, en Estonie, premier kolkhoze estonien. Ses travaux de terrain, auprès d’habitants de la région, ont souligné que l’introduction du kolkhoze n’a pas fondamentalement changé la collectivité du travail, qui est un marqueur de continuité, et que les souvenirs attachés à cette période sont très positifs, chez la plupart des personnes interrogées, parce qu’il s’agissait de leur jeunesse. Enfin, l’exposé de Katalin Pajor, du collège Eötvös de Budapest, a présenté l’autobiographie d’une femme journaliste hongroise pendant la Première Guerre mondiale, montrant comment les thèmes de la mémoire collective étaient prépondérants dans l’autobiographie personnelle.

15Dans la mesure où il y avait des sessions parallèles, il y a un certain nombre d’interventions à sujet finno‑ougrien auxquelles je n’ai pas pu assister, notamment un exposé de Kaisa Ahvenjärvi sur le paysage same dans l’art d’Outi Pieski, celui de Svetlana Tsonkova et Ákos Ruzsányi sur un groupe de folk métal hongrois, ou celui de Konsta Kajander sur la classe des paysans finlandais au milieu du xixe siècle. Je regrette bien sûr de ne pas avoir pu assister à toutes les interventions, mais dans l’ensemble, la conférence a été une réussite. C’était un événement riche en questionnements et interrogations, qui s’est terminé dans une excellente atmosphère, par des remerciements à tous les organisateurs et l’annonce des organisateurs de la conférence de l’an prochain. Cette fois‑ci, pour la première fois, l’alternance entre Lituanie et Estonie a été brisée, puisqu’en septembre 2018, les jeunes folkloristes se retrouveront à Riga, en Lettonie.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Aleksi Moine, « 7th International Conference of Young Folklorists, Narva, 4‑6 octobre 2017 », Études finno-ougriennes [En ligne], 49-50 | 2018, mis en ligne le 18 février 2019, consulté le 17 septembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/efo/13119 ; DOI : 10.4000/efo.13119

Haut de page

Auteur

Aleksi Moine

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo Search | ERIH PLUS | NSD
  • Logo Centre de recherches Europes-Eurasie | Inalco
  • OpenEdition Journals