Navigation – Plan du site

AccueilNuméros43Comptes rendusIldikó Lehtinen (dir.) : Valkoise...

Comptes rendus

Ildikó Lehtinen (dir.) : Valkoisen jumalan tyttäret: marilainen nainen ja modernisaatio – Ош Юмын ÿдырышт-влак: марий ÿдырамаш модернизаций корнышто [Les filles du dieu blanc : la femme marie et la modernisation]

Marie Casen
Référence(s) :

Ildikó Lehtinen (dir.) : Valkoisen jumalan tyttäret: marilainen nainen ja modernisaatio – Ош Юмын ÿдырышт-влак: марий ÿдырамаш модернизаций корнышто [Les filles du dieu blanc : la femme marie et la modernisation], Helsinki: Suomalais-Ugri­lainen Seura, 2009. 304 p. ISBN : 978-952-5667-14-1.

Texte intégral

1L’ouvrage collectif dirigé par Ildikó Lehtinen, qui en est aussi l’une des rédactrices, décrit la vie quotidienne des femmes maries aujourd’hui. Ces travaux de recherche, financés par la Société finno-ougrienne (Suomalais-Ugrilainen Seura) entre 2002 et 2009, mettent en valeur des aspects impor­tants de la culture marie du village de Untšo, et l’adaptation des valeurs traditionnelles à la vie moderne.

2Les filles du dieu blanc : la femme marie et la modernisation est composé de huit parties écrites par des Finlan­daises et une Marie (T. Molotova). Voici la composition de cet ouvrage :

  • « Gros plan sur le village mari », par Ildikó Lehtinen ;

  • « Les femmes ont le pouvoir à la maison, mais l’homme est pourtant le chef de famille », par Helena Ruotsala ;

  • « Un monde heureux est comme une étoffe blanche », par Ildikó Lehtinen ;

  • « Quoique pauvre, il faut être belle ! », par Ildikó Lehtinen ;

  • « Devenir bru », par Mari Immonen ;

  • « La fête du souvenir des morts », par Tamara Molotova ;

  • « En regardant les albums de photographies des Maris », par Tellervo Saukoniemi ;

  • « Les filles du dieu blanc », par Ildikó Lehtinen.

3Ce volume est, sous de nombreux aspects, très agréable à consul­ter. D’abord, c’est un ouvrage bilingue finnois et mari ; il peut être ajouté aux volumes qui traitent de questions contemporaines et publiés en langue marie. Il participe au développement des langues finno-ougriennes et peut être lu par les Maris. Ensuite, les textes sont très largement illustrés par des aquarelles et des photographies en cou­leurs. Il y a aussi une abon­dance d’anecdotes de terrain et de récits des événements quotidiens ou historiques du village, à la manière d’un journal de bord de chercheur. De même, les rédactrices décrivent lon­guement les paysages, l’intérieur des maisons, les ambiances, et leurs rencontres. Comme ces digressions appa­raissent dans une police de caractère plus petite et séparée du texte prin­cipal par un espace, il y a plusieurs niveaux de lecture : monographie scien­tifique ou récit de voyage.

4Le point de vue ethnographique des chercheuses rend ludique la lec­ture de cet ouvrage bien documenté. Enfin, il s’agit d’un travail de recherche qui a vu le jour à travers un dialogue de plusieurs années entre des femmes finlandaises et des femmes maries. Cette dimension affective est sensible dans ces travaux de terrain, elle est de nature à renforcer chez les femmes maries la conscience de leur identité, comme le souligne I. Lehtinen dans son introduction.

5Quelques mots sur les thèmes abordés dans chaque partie.

6Le premier chapitre consiste en une introduction qui rappelle la genèse de ces travaux. Le choix du village, notamment, a posé pro­blème, car plu­sieurs habitants d’autres villages ont refusé la venue de ces cher­cheuses.

7Le deuxième chapitre présente les endroits réservés respectivement aux hommes et aux femmes dans la maison marie, ainsi que l’évolution actuelle de cette dichotomie. On y apprend notamment que les hommes sont désormais admis près du poêle, mais toujours pas dans les lavoirs au moment de la lessive, que ce sont les hommes qui allument les bougies du coin sacré de la maison, mais les femmes qui le décorent de tissus qu’elles ont faits elles-mêmes, que dans le lit conjugal les femmes doivent dormir près du mur afin d’être protégées des mauvais esprits, etc.

8Les troisième et quatrième chapitres traitent de la propreté et de la blancheur, qui sont des éléments féminins spirituels fondamentaux dans la culture marie. On a à ce sujet le récit d’une légende explicative du titre du livre : la fille du dieu blanc est venue sur Terre pour épouser un homme, elle a enseigné aux femmes le tissage et la broderie et leur a laissé un foulard blanc, le solyk, en souvenir. La blancheur qui sym­bo­lise la pureté est produite par les femmes dans la culture marie, elles sont donc au cœur de la société matérielle. Par ailleurs, le pouvoir symbolique et religieux est dévolu aux hommes, comme on le voit dans les deux chapitres qui suivent, l’un sur le mariage et l’autre au sujet du culte des morts.

9Le septième chapitre présente les albums de photographies des villa­geois avec des images anciennes et récentes. La chercheuse s’intéresse à ce que les Maris photographient aujourd’hui et aux discours identi­taires, familiaux ou quotidiens, qui sont produits par l’intermé­diaire de la des­cription des photographies.

10Enfin, la conclusion écrite par I. Lehtinen confronte des motifs tradi­tionnels, comme celui de la pureté (thème central de la culture tradi­tion­nelle marie à l’origine duquel sont les femmes), aux éléments de moder­nité dont la société doit tenir compte depuis la fin du com­munisme : la crise de la masculinité en Russie, le contexte socio-éco­nomique plus propice à l’embauche des femmes qu’à celle des hommes, et l’évolution des rapports hommes femmes engendrés par ce contexte.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marie Casen, « Ildikó Lehtinen (dir.) : Valkoisen jumalan tyttäret: marilainen nainen ja modernisaatio – Ош Юмын ÿдырышт-влак: марий ÿдырамаш модернизаций корнышто [Les filles du dieu blanc : la femme marie et la modernisation] », Études finno-ougriennes [En ligne], 43 | 2011, mis en ligne le 19 mars 2014, consulté le 21 juin 2021. URL : http://journals.openedition.org/efo/1528 ; DOI : https://doi.org/10.4000/efo.1528

Haut de page

Auteur

Marie Casen

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Études finno-ougriennes est mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Search | ERIH PLUS | NSD
  • Logo Centre de recherches Europes-Eurasie | Inalco
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search