Navigation – Plan du site

AccueilNuméros43Comptes rendusSakari Toiviainen : Kadonnutta pa...

Comptes rendus

Sakari Toiviainen : Kadonnutta paratiisia etsimässä – Markku Lehmuskallion ja Anastasia Lapsuin elokuvat [À la recherche d’un paradis perdu : les films de Markku Lehmuskallio et Anastasia Lapsui]

Vincent Lorenzini
Référence(s) :

Sakari Toiviainen : Kadonnutta paratiisia etsimässä – Markku Lehmuskallion ja Anastasia Lapsuin elokuvat [À la recherche d’un paradis perdu : les films de Markku Lehmuskallio et Anastasia Lapsui], Helsinki: SKS, 2009, 277 p. ISNB : 978-952-222067-7.

Texte intégral

  • 1  Sakari Toiviainen est critique de cinéma, journaliste et écrivain. Il est l’auteur de nombreux ouv (...)

1La sortie à Paris, en août 2011, du film Neko, dernière de sa lignée, nous offre une excellente occasion de revenir sur un ouvrage publié en Finlande en 2009 et consacré aux cinéastes Markku Lehmus­kallio et Anastasia Lapsui : À la recherche du paradis perdu (Kadonnutta para­tiisia etsimässä). Publié par la Société littéraire finlandaise, il s’agit du pre­mier ouvrage entièrement dédié à l’œuvre prolifique du couple de cinéastes que le public français a découvert tardivement, à l’occasion du Festival international de films de femmes de Créteil où leur film Sept chants de la toundra (Seitsemän laulua tundralta) avait remporté en 2000 le grand prix du jury. L’auteur Sakari Toiviainen1 présente rapidement le parcours des deux cinéastes et analyse leur filmographie en s’appuyant sur leurs thèmes de prédilection : le rap­port de l’homme à la nature et à l’art, la transmission et la survie des langues et cultures traditionnelles, la colonisation des peuples autoch­tones de l’espace arctique, l’aliénation, la menace sur l’en­vi­ron­ne­ment, la mondia­li­sa­tion et ses répercussions dans le monde arctique.

2Markku Lehmuskallio, né en 1938, est un réalisateur atypique qui construit de film en film une œuvre unique et cohérente, à contre-cou­rant des systèmes traditionnels de production. Dès ses premiers courts métrages (1973-1975), il filme le Grand nord et affiche ses préoccupa­tions sur le risque de menace écologique, annonçant les thèmes de ses films ultérieurs. Partant des forêts finlandaises, ses expé­ditions s’étendent peu à peu à l’ensemble de l’hémisphère nord, où il photo­graphie la nature arctique et les peuples qui y vivent. Parmi les 19 longs métrages réalisés à partir de 1980, plus de la moitié sont nés de la collaboration avec Anastasia Lapsui, artiste et journaliste nénètse. Ensemble, les réalisateurs partent à la rencontre des po­pu­la­tions arctiques pour leur donner la parole et raconter leur histoire. Ces témoi­gnages donnent à chaque film une dimension politique certaine, soulignant la part de responsabilité des États face à la préservation des cultures traditionnelles. Les portraits pleins de générosité de Sames, d’Inuits, de Nénètses, de Tchouktches, de Nganas­sanes ou de Selkoups viennent rappeler que les problèmes auxquels sont confrontés ces peuples dépassent les frontières et sont universels. Le cinéma de Markku Lehmuskallio et d’Anastasia Lapsui contient toujours une pers­pec­tive historique sur la colonisation des petits peuples et la des­truction de leur patrimoine culturel et de leurs valeurs. Pour autant, les cinéastes ne sont pas uniquement focalisés sur la nostalgie du passé ou la perte de l’équilibre entre l’homme et la nature. Ils dépeignent avant tout la survie dans le monde actuel, sous la pression de la mondia­lisation, l’hégémonie culturelle et le changement clima­tique. Le para­dis perdu est une sorte de miroir qui révèle la condition de l’homme, sa nature et sa culture.

3L’ouvrage est articulé en six chapitres thématiques qui corres­pondent à différentes époques dans la carrière des réalisateurs : 1. Du fils de la forêt au photographe de la forêt est une présentation rapide de Lehmus­kallio avant son passage au cinéma ; 2. L’homme et la nature présente les premiers courts métrages (1973-75) et les deux longs métrages La danse du corbeau (Korpinpolska, 1980) et Skierri – La terre des tristes bouleaux (Skierri – Vaivaiskoivujen maa, 1982) ; 3. L’homme et l’art questionne le rapport de l’homme à la création à travers l’analyse des films La nourrice bleue (Sininen imettäja, 1985), Inuksuk (1988) et Je suis (Minä olen, 1992) ; 4. La tri­logie nénètse et ses déclinaisons présente les films réalisés en Si­bé­rie parmi les Nénètses, les Nganassanes et les Selkoups : Dans l’ombre du renne le long de la voûte céleste (Poron hahmossa pitkin taivaan­kaarta, 1993), Paradis perdu (Kadotettu paratiisi, 1994), La chro­nique des adieux (Jäähyväisten kronikka, 1995), Anna (1997) et Le sacrifice – Un film de la forêt (Uhri – Elokuva metsästä, 1998) ; 5. Les pays des chants présente Sept chants de la toundra (Seitse­män laulua tundralta, 2000), premier film de fiction nénètse, puis analyse les films plus récents à travers le poids de la culture tra­di­tion­nelle et la dimension mytho­logique dans les sociétés arctiques : Mères de la vie (Elämän äidit, 2002), La fiancée de Dieu (Jumalan morsian, 2003), Fata Morgana (2005, tourné en Tchoukotka), Les Sames (Sápmelas – Saame­lainen, 2006), Le voyage perpétuel (Nedarma – Matka, 2007). Ce chapitre pré­sente également le film Le berger (Paimen, 2001) qui se distingue dans l’œuvre des cinéastes, car il s’agit du portrait d’un berger belge tourné dans la campagne fla­mande. 6. La dernière partie de l’ouvrage, À la recherche du paradis perdu, soulève les questions de la tradition et de la mémoire dans l’œuvre des cinéastes.

4Abondamment illustré de photos et d’affiches des films, ce livre est une mine d’or pour qui s’intéresse au cinéma et aux peuples du nord. En France, outre Sept chants de la toundra, seuls Le voyage perpétuel et Neko, dernière de sa lignée ont été distribués. Pour autant, les cinéastes ont eu plusieurs fois l’occasion de présenter leurs autres films lors de festivals, notamment en 2007 où le Festival de La Rochelle leur a rendu hommage. Espérons aujourd’hui qu’une sortie DVD de leur œuvre intégrale verra bientôt le jour.

Haut de page

Notes

1  Sakari Toiviainen est critique de cinéma, journaliste et écrivain. Il est l’auteur de nombreux ouvrages de référence sur le cinéma, dont Cent ans – cent films (Sata vuotta – sata elokuvaa, 2007) et Le Phénomène Kaurismäki (Kaurismäki Phenomenon, 2004). Il a également traduit en finnois plusieurs classiques, parmi lesquels Henri Langlois, 300 ans de cinéma, Notes sur le cinématographe de Robert Bresson, Godard par Godard, François Truffaut : les films de ma vie.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Vincent Lorenzini, « Sakari Toiviainen : Kadonnutta paratiisia etsimässä – Markku Lehmuskallion ja Anastasia Lapsuin elokuvat [À la recherche d’un paradis perdu : les films de Markku Lehmuskallio et Anastasia Lapsui] », Études finno-ougriennes [En ligne], 43 | 2011, mis en ligne le 19 mars 2014, consulté le 24 juin 2021. URL : http://journals.openedition.org/efo/1531 ; DOI : https://doi.org/10.4000/efo.1531

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Études finno-ougriennes est mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Search | ERIH PLUS | NSD
  • Logo Centre de recherches Europes-Eurasie | Inalco
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search