Navigation – Plan du site

AccueilNuméros43ChroniqueLoránd Benkő (1921-2011)

Chronique

Loránd Benkő (1921-2011)

Klára Korompay

Texte intégral

1Une grande figure de la linguistique hongroise et de la vie scientifique de Hongrie nous a quittés en 2011. Un colloque commé­mo­ra­tif, consacré à l’homme et à l’œuvre, a eu lieu à l’Académie hongroise des Sciences le 28 novembre 2011. Onze communications ont permis à l’auditoire de suivre le cheminement de Loránd Benkő, depuis sa Transylvanie natale, source d’inspiration pour de nom­breuses questions à étudier, jusqu’aux domaines les plus importants de ses recherches, à savoir (1) l’histoire des noms propres, (2) la géo­gra­phie linguistique et la dialectologie historique, (3) l’his­toire du hon­grois standardisé, (4) l’étymologie et la lexicographie, (5) la séman­tique historique et (6) la grammaire historique. Un hommage a égale­ment été rendu à l’homme des synthèses attiré par l’histoire de sa discipline, tout comme à l’ancien président de la Société hongroise de Linguistique, au responsable de département, au savant et à l’homme.

2Loránd Benkő commence ses études de hongrois, d’italien et d’histoire à l’Université de Kolozsvár (Cluj) où son professeur Attila Szabó T. lui transmet le goût des recherches linguistiques. Il terminera ses études universitaires à Budapest et trouvera un second maître en la personne de Dezső Pais, son aîné de trente-cinq ans, directeur du département de linguistique hongroise. Un lien chaleureux et respec­tueux s’établira entre le jeune chercheur et son maître, lien dont il se souviendra pendant toute sa vie. Benkő sera bientôt intégré au dépar­tement et, lorsque le moment viendra pour Pais de partir à la retraite, il prendra sa succession. Pendant plus de trente ans, de 1959 à 1991, il sera le directeur d’un département, connu aujourd’hui comme Dépar­tement d’histoire de la langue, de sociolinguistique et de dialec­to­logie hongroises de la faculté des lettres de Budapest, ELTE. Par la suite, il sera en même temps directeur d’un ensemble plus vaste, l’Ins­titut de linguistique hongroise et d’études finno-ougriennes du même établis­sement.

3Parallèlement à ces fonctions universitaires qui l’inscrivent dans la fi­liation Simonyi-Gombocz-Pais, il dirigera également les recherches en histoire de la langue et en dialectologie à l’Institut des recherches lin­guistiques de l’Académie des sciences. Ces deux postes de respon­sa­bilité lui permettront de mobiliser l’énergie de deux équipes en vue de la réalisation d’importants travaux collectifs. Membre de l’Aca­démie dès 1965, doyen adjoint de la faculté des lettres puis recteur adjoint d’ELTE, président de la Société hongroise de linguistique (1976-2005) et de nombreuses institutions encore, il sera un per­son­nage central de la vie scientifique. Tout comme son maître Pais, il consacrera plus de cinquante années de sa vie à la revue Magyar Nyelv dont il sera rédacteur (1953) puis rédacteur en chef (1973).

  • 1  A magyar irodalmi írásbeliség a felvilágosodás korának első szakaszában, Budapest, 1960.
  • 2  Az Árpád-kor magyar nyelvű szövegemlékei, Budapest, 1980.
  • 3  A magyar nyelv története, Budapest, 1967.
  • 4  A történeti nyelvtudomány alapjai, Budapest, 1988.

4Ses travaux sont nombreux et témoignent d’une grande diversité, comme le laisse entrevoir le programme du colloque cité plus haut. Lui-même se considérait avant tout comme historien de la langue hongroise, avec un penchant très prononcé pour l’étude des noms propres. Parmi ses livres les plus connus, citons une monographie parue en 1960 qui analyse le hongrois écrit de la fin du xviiie siècle du point de vue des variations dialectales et de la norme en cours de formation1. Les tout premiers textes hongrois, datant des xiie-xiiie siècles, l’ont également passionné, comme en témoigne un livre publié en 1980 qui apporte un éclairage nouveau à la fois sur l’interprétation de ces derniers et sur les questions phonétiques, morphologiques et stylistiques qu’ils soulèvent2. Un manuel qu’il rédigea sur l’histoire du hongrois avec Géza Bárczi et Jolán Berrár fut un grand classique pour des générations d’étudiants de hongrois3. Il eut également à cœur de publier un manuel de linguistique historique4.

  • 5  Név és történelem, Tanulmányok az Árpád-korról, Budapest, 1998, Beszélnek a múlt nevei, Tanulmányo (...)
  • 6  «A csángók eredete és települése a nyelvtudomány szemszögéből», Magyar Nyelv, 85, 1989, p. 271-287 (...)
  • 7  Magyar nyelvjárástörténet, Budapest, 1957.
  • 8  A magyar nyelvjárások atlasza, I-VI, Budapest, 1968.

5En ce qui concerne l’étude des noms propres, l’attention de Loránd Benkő sera particulièrement attirée par une figure énigmatique du Moyen Âge hongrois, l’auteur dit « Anonyme » et son œuvre, Gesta Hungarorum. Benkő arrive à saisir la méthode très originale de l’auteur qui, à partir de toponymes réels du xiie siècle dont il est fin connais­seur, construit des personnages et des noms de personne fictifs pour une période précédente. Les ouvrages portant sur l’onomastique et sur l’histoire de la Hongrie médiévale constituent un chapitre important de son œuvre, surtout pour les périodes tardives5. Histoire de la langue, dialectologie historique et histoire tout court se donnent rendez-vous lorsqu’il apporte une lumière sur l’origine des Csángós, établis au-delà des Carpates à partir du xive siècle ou celle des Sicules, groupe spécifique des Hongrois de Transylvanie, en qui il voit les descendants des Hongrois de l’ouest, déplacés au cours du Moyen Âge par la volonté des rois afin de protéger les régions de l’Est6. Pour aborder ces questions, ses recherches sur l’histoire des dialectes7 et sa participation à l’élaboration de l’Atlas des dialectes hongrois8 ont dû lui apporter des expériences irremplaçables.

  • 9  A magyar nyelv történeti-etimológiai szótára, I-III, Budapest, 1967-1976. Index, 1984.
  • 10  Etymologisches Wörterbuch des Ungarischen, I-II, Budapest, 1993-1995. Index, 1997.
  • 11  A magyar nyelv történeti nyelvtana, I-II/2, Budapest, 1991-1995. Index, 1997.

6Ses travaux les plus connus sont sans aucun doute les grandes réalisations collectives, tant dans le domaine de la lexicographie que dans celui de la grammaire historique. Rappelons le dictionnaire histo­rique et étymologique de la langue hongroise, paru sous sa direction9, suivi d’un dictionnaire analogue publié en allemand10, auxquels s’ajoute la grammaire historique du hongrois11. Ils té­moignent d’une volonté ferme : là où les recherches précédentes avaient mis au jour d’innombrables éléments précieux, mais plus ou moins isolés, il décida de faire des synthèses, sans jamais perdre de vue l’enjeu scientifique de décrire un système ni l’enjeu pédagogique de créer des équipes avec lesquelles mener à bien des travaux de longue haleine. Loránd Benkő avait l’art de construire et ses travaux ont abouti.

  • 12  «Adalékok az ősmagyar szóhasadás eseteihez», in Szótörténeti és szó­fejtő tanulmányok, sous la dir (...)

7Pour les amateurs d’étymologie, citons son texte lumineux sur l’ori­gine commune de világ (« lumière » et « monde ») et de virág (« fleur »), vocables et sens réunis dans le premier poème hongrois, la Complainte de la Vierge Marie (xiiie siècle). Benkő ne manque pas de souligner le jeu sémantique, connu aussi dans d’autres familles de langues, qui consiste à passer de la lumière au monde visible et à la luminosité des fleurs12.

8Un mot sur l’homme, le professeur, le directeur. Il était d’une très grande simplicité et d’une honnêteté exemplaire. Exigence et rigueur allaient de soi en sa compagnie, lui-même ayant consacré toute sa vie au travail scientifique et au service du bien commun. Les dernières années de sa vie, toujours axées sur le travail, ont encore révélé à ses collègues des traits inoubliables : une joie de vivre intense, une grande lucidité et un souci de l’avenir.

Haut de page

Notes

1  A magyar irodalmi írásbeliség a felvilágosodás korának első szakaszában, Budapest, 1960.

2  Az Árpád-kor magyar nyelvű szövegemlékei, Budapest, 1980.

3  A magyar nyelv története, Budapest, 1967.

4  A történeti nyelvtudomány alapjai, Budapest, 1988.

5  Név és történelem, Tanulmányok az Árpád-korról, Budapest, 1998, Beszélnek a múlt nevei, Tanulmányok az Árpád-kori tulajdonnevekről, Budapest, 2003, A Szovárd-kérdés, Fejezetek egy ómagyar nemzetség történetéből, Budapest, 2009.

6  «A csángók eredete és települése a nyelvtudomány szemszögéből», Magyar Nyelv, 85, 1989, p. 271-287, 385-405, «A székely néprésznév ómagyar történetéhez», Magyar Nyelv, 98, 2002, p. 257-265.

7  Magyar nyelvjárástörténet, Budapest, 1957.

8  A magyar nyelvjárások atlasza, I-VI, Budapest, 1968.

9  A magyar nyelv történeti-etimológiai szótára, I-III, Budapest, 1967-1976. Index, 1984.

10  Etymologisches Wörterbuch des Ungarischen, I-II, Budapest, 1993-1995. Index, 1997.

11  A magyar nyelv történeti nyelvtana, I-II/2, Budapest, 1991-1995. Index, 1997.

12  «Adalékok az ősmagyar szóhasadás eseteihez», in Szótörténeti és szó­fejtő tanulmányok, sous la direction de Dezső Pais et de Loránd Benkő, Budapest, 1963, p. 18-39.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Klára Korompay, « Loránd Benkő (1921-2011) »Études finno-ougriennes [En ligne], 43 | 2011, mis en ligne le 20 mars 2014, consulté le 30 novembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/efo/1550 ; DOI : https://doi.org/10.4000/efo.1550

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Études finno-ougriennes est mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search