Navigation – Plan du site

AccueilNuméros43ChroniqueFanny de Sivers (1920-2011)

Chronique

Fanny de Sivers (1920-2011)

Louise de Brisson

Texte intégral

1Le 22 juin dernier, à Eaubonne en région parisienne, disparaissait Fanny de Sivers. Près de cinquante années d’un voyage émerveillé dans l’univers de la linguistique nous laissent une œuvre à la fois interdisciplinaire et aventureuse.

2Née à Pärnu en 1920, Fanny de Sivers étudie à Tartu, Wrocław, Würtzburg, Innsbruck, Lund et Paris, où elle s’installe au début des années cinquante. Elle soumet sa thèse de doctorat, portant sur les préfixes lettons du verbe live, à Julius Mägiste en 1967. En France, elle intègre le CNRS, où elle est membre du département Eurasie du Laboratoire de Langues et Civilisations à Tradition Orale (LACITO). Elle y continue son voyage européen, s’intéressant en linguistique à la zone de contact et d’influence qu’est la Baltique.

  • 1  Sivers, Fanny (de), Parlons Live, une langue de la Baltique. Paris : L’Harmattan, 2001.

3« Une langue originale et astucieuse », c’est ainsi qu’elle décrivait, en 2001, la langue live1. À bien des égards, on peut appliquer ces mêmes épithètes au travail et à la personnalité de Fanny de Sivers. Son approche de la linguistique était empreinte d’originalité, d’astuce, mais avant tout d’humanité. Au travers des langues, c’étaient bien les peuples, leurs identités et leurs influences qui la captivaient, et l’ame­naient à proposer un autre voyage, entre les disciplines.

  • 2  Sivers, Fanny (de), « La peur pour prendre la fuite. Un exemple d’archéo­logie ethnogrammaticale d (...)

4Enrichissant ses idées des apports de la littérature, de l’histoire ou de la psychologie, elle a exploré l’intimité de la relation entre une langue et le peuple qui la parle. Utilisant la langue comme un témoin privilégié des cicatrices et des legs laissés par les événements histo­riques, elle proposait ce qu’elle appelait « une archéologie ethno­gram­ma­ticale2 ». Au détour d’articles sur l’expression linguistique du corps ou de la peur, elle mettait le doigt sur la manière dont une langue parle collectivement pour un peuple.

5En publiant Parlons estonien en 1993 et Parlons live en 2001, elle a donné à ces langues finno-ougriennes méconnues une occasion de se dévoiler au public français. Dans ces ouvrages, elle balayait l’aspect intimidant de ces langues en le transformant en un exotisme ludique et fascinant. Elle transmettait ainsi, simplement, son amour des langues, de leurs variations, mais aussi du travail d’orfèvre de la traduction. Fascinée par les mécanismes de la créativité, elle était membre de l’Union des écrivains estoniens.

6Son enthousiasme et sa curiosité intellectuelle, sans cesse renou­velés jusqu’aux dernières années de sa vie, restent une inspiration pour les jeunes chercheurs qu’elle a encouragés.

Haut de page

Notes

1  Sivers, Fanny (de), Parlons Live, une langue de la Baltique. Paris : L’Harmattan, 2001.

2  Sivers, Fanny (de), « La peur pour prendre la fuite. Un exemple d’archéo­logie ethnogrammaticale dans les langues finno-ougriennes », in Combat pour les langues du monde – Hommage à Claude Hagège, Paris, L’Harmattan, 2007.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Louise de Brisson, « Fanny de Sivers (1920-2011) », Études finno-ougriennes [En ligne], 43 | 2011, mis en ligne le 20 mars 2014, consulté le 23 juin 2021. URL : http://journals.openedition.org/efo/1554 ; DOI : https://doi.org/10.4000/efo.1554

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Études finno-ougriennes est mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Search | ERIH PLUS | NSD
  • Logo Centre de recherches Europes-Eurasie | Inalco
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search