Navigation – Plan du site

AccueilNuméros51-52-53ArticlesLuiza Potolicyna et son mari

Articles

Luiza Potolicyna et son mari

L’œuvre komie d’Aleksandr Rekemčuk
Luiza Potolicyna and her husband: Komi works by Aleksandr Rekemčuk
Луиза Потолицына да сылöн верöсыс: Александр Рекемчуклöн коми гижöдъяс
Луиза Потолицына и её муж: Коми работы Александра Рекемчука
Sébastien Cagnoli
p. 31-50

Résumés

Cet article est consacré à l’exposé de quelques investigations autour de deux documents un peu curieux trouvés dans la principale revue littéraire komie. Indépendamment de la valeur artistique des textes en question, les conclusions de ces recherches méritent en elles-mêmes d’être partagées : en effectuant un retour sur la carrière d’un écrivain dans les soixante-dix dernières années, on est amené à faire des observations sur le statut de la langue hier et aujourd’hui, sur l’évolution de la société, dans un pays qui a connu des mutations, mais qui, à certains égards, change relativement peu.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Le point de départ des travaux exposés dans cet article est la découverte de deux textes parus dans la revue littéraire L’Étoile du Nord (Войвыв кодзув), respectivement en décembre 1948 et en novembre 1950, qui se présentent comme des pièces en un acte intitulées Où rugit la forêt (Кöн шувгö вöр) et Le premier attelage (Первойя упряжка). La première est signée « Aleksandr Niederle », l’autre « Aleksandr Rekemčuk » : deux noms exotiques dans cette revue komie, des noms à consonance nettement autrichienne et ukrainienne. Ma première étape, la recherche biographique, m’a permis de conclure qu’il s’agissait d’une seule et même personne, ce qui constitue un rapprochement inédit dans la bibliographie de cet auteur.

2Originaire d’Odessa, le prosateur et scénariste Aleksandr Rekemčuk a joui d’une certaine renommée en Russie soviétique, et encore au début du xxie siècle. Il est mort à Moscou en juillet 2017. Voilà les données de départ. Commençons donc par faire la connaissance de cet auteur « méridional ».

1. Aleksandr Evseevic Rekemčuk

Le dilemme bolchévique

  • 1 Dans une interview donnée en 2007, à propos du roman Les mammouths [Мамонты] paru à Moscou en 2006 (...)
  • 2 En 1931, âgée d’une douzaine d’années, « Tamara Tchinarova » danse en tournée en Algérie et au Mar (...)

3Evsevij Timofeevič Rekemčuk était un capitaine de l’armée impériale originaire d’Akkerman, en Bessarabie. Marié avec Anna Hristoforovna Činarova en 1918, il eut un premier enfant l’année suivante : Tamara Evsevievna, née à Akkerman – ou plutôt à Cetatea-Albă, puisque le traité de Versailles venait d’attribuer la Bessarabie au royaume de Roumanie. Suite à la chute de l’Empire, le père devint journaliste et, clandestinement, agent de renseignements au service de l’Union soviétique1. Dans les années 1920, la famille émigra ainsi à Paris, où Tamara allait embrasser une carrière de danseuse de ballet2.

  • 3 Née à Kharkov en 1905. En 1930, elle joue dans Le droit des pères (Право отцов), de la réalisatric (...)

4En 1926, le père retourna en Union soviétique, mais les femmes restèrent à Paris. Evsevij se remaria cette année-là avec une jeune étudiante de l’école de cinéma d’Odessa, Lidija Andreevna Prihod’ko, originaire de Kharkov, qui tentera une modeste carrière dans le muet3. C’est ainsi qu’Aleksandr Evseevič Rekemčuk naquit le 25 décembre 1927 à Odessa, en République socialiste soviétique d’Ukraine.

Le camarade autrichien

5L’enfance d’Aleksandr se déroula dans la grande ville de Kharkov (capitale de l’Ukraine bolchévique depuis 1918). Ses parents divorcèrent en 1934. Soupçonné d’être un agent double, Evsevij allait être fusillé en 1937, tandis que Lidija se remariait avec un réfugié politique autrichien qui avait participé à la guerre civile espagnole : Hans Johann Niederle. On reconnaît là le pseudonyme utilisé dans L’Étoile du Nord.

6Aleksandr n’aura donc quasiment pas connu son père biologique – qui n’a officiellement jamais existé, puisqu’il a été éliminé dans le cadre des purges staliniennes. Par contre, le futur écrivain est élevé par ce père adoptif, qui va jouer un rôle fondateur dans sa vie et dont l’histoire personnelle lui inspirera notamment un scénario de film en 1963, No Pasarán (Они не пройдут), et un texte intitulé Camarade Hans (Товарищ Ганс) en 1965, récit autobiographique sur un garçon de Kharkov et son beau-père, communiste autrichien.

La vocation littéraire

  • 4 Après un bref séjour à Moscou en 1952, les échecs qu’il essuie dans le monde des lettres le pousse (...)

7Bachelier à Moscou en 1946, Aleksandr intègre l’institut Gorki. Dans le cadre de ses études supérieures, au terme de la première année, il part effectuer un stage en RSSA de Komi. En fait, ce stage va se transformer en un séjour d’une vingtaine d’années, au cours desquelles l’étudiant en lettres, comme on va le voir, devient un véritable « écrivain komi ». Il achèvera ses études à distance et obtiendra son diplôme de l’institut en 19524.

  • 5  Dans la revue Œuvres et opinions, éditée par l’Union des écrivains de l’URSS.

8À partir de Syktyvkar, puis à Leningrad et à Moscou, Aleksandr Rekemčuk passe ensuite plusieurs décennies à publier de la prose, de la poésie, des traductions, et à écrire des scénarios pour le cinéma. Ses œuvres sont traduites en plusieurs langues dans les années 1960 : allemand, bulgare, espagnol, estonien, français5, hongrois, letton, lituanien, slovaque, tchèque, ukrainien, vietnamien… À partir de 1975, il anime un séminaire de prose à l’institut Gorki, où il deviendra professeur en 1988. Il était encore en vie lorsque j’ai commencé à me pencher sur les deux pièces en un acte susmentionnées, mais il est décédé à Moscou le 6 juillet 2017, dans sa 90e année.

9Cette première partie se voulait une vue d’ensemble sur l’écrivain et son parcours. On y perçoit déjà un rapprochement entre les noms d’auteur des deux textes considérés. Penchons-nous maintenant sur ses années komies, pour en comprendre la nature et les impacts.

2. Les années komies d’Aleksandr Rekemčuk-Niederle

Langue et culture komies dans les premiers écrits

10Lors de ses séjours à Syktyvkar, le jeune écrivain a rencontré une certaine Luiza Pavlovna Potolicyna, jeune étudiante komie au studio du Théâtre d’État, et ils se sont mariés.

  • 6 En tapant son nom dans un moteur de recherche, on ne trouve que des photos de son mari et de quelq (...)

11Au cours de mes recherches, j’ai eu du mal à identifier cette personne. Luiza Pavlovna ne figure dans aucun dictionnaire, aucune encyclopédie, komie, russe ou soviétique. Elle a visiblement été occultée par son mari6.

  • 7 RK, 2014. Par contre, aucune nouvelle en août 2019, pour le jubilé suivant. Elle figure toujours d (...)
  • 8 Notamment Igor’ Bobrakov dans le mensuel Region, décembre 2017, p. 41.

12Cela dit, elle n’a pas été tout à fait oubliée. En août 2014, la représentation officielle de la république de Komi à Moscou lui a rendu hommage à l’occasion de son 85e anniversaire, sans aucune mention de son mari, pour ses seuls mérites dans la vie culturelle de la République7. De plus, à la mort d’Aleksandr, les journalistes komis ont évidemment mentionné la veuve, quoique dans une démarche de mise en valeur de l’implication du mari dans la vie culturelle de la République8.

13C’est donc en pays komi que Rekemčuk a publié ses premières œuvres, non pas en russe… mais en komi ! Tout d’abord, ce sont les deux pièces en un acte déjà évoquées en introduction, dans la revue L’Étoile du Nord :

  • en décembre 1948 : Où rugit la forêt (Кöн шувгö вöр), signé « Aleksandr Niederle », p. 26-33 ;
  • en novembre 1950 : Le premier attelage (Первойя упряжка), p. 23-31.

14La première se passe dans la taïga, l’autre dans la toundra : les deux environnements naturels caractéristiques de la République – avec leurs évidentes applications agricoles et industrielles, conformément aux préoccupations de l’époque. Il en sera question dans la quatrième partie de cet article.

15Puis il publie des nouvelles, en revue et en recueils personnels, de 1951 à 1968. C’est seulement en 1952, après trois publications à Syktyvkar et après l’obtention de son diplôme à Moscou, que ses textes commencent à paraître dans des revues russes (Moscou et Leningrad, 1952-1959) – en langue russe, mais toujours sur des thèmes komis.

16En voici le détail :

  • Короткие волны (Ondes courtes), publié en 1951 dans la revue Эстрада (L’estrade), Syktyvkar, p. 35-39 : rien de spécifiquement komi dans ces premières pages de prose ; rarement réédité, ce petit texte de jeunesse sera tout de même repris dans un recueil de nouvelles en 1971 ;
  • Как днём (En journée), publié en 1952 dans Смена (La relève), Moscou ;
  • des nouvelles publiées dans L’Étoile du Nord (en komi, certaines peut-être en russe) : Ушкуйник (Le pirate) et Кöлдунья (La sorcière) en 1954 ; Веж мороз (Givre) et Телефон (Le téléphone) en 1955 ;
  • Стужа (Froid), publié en 1955 à Moscou ;
  • Берега (Les rives), publié dans Огонёк (La petite flamme), à Moscou, le 5 décembre 1956 (adapté au cinéma en 1973) ;
  • Ожидания (Les attentes), publié dans Огонёк, à Moscou, le 7 octobre 1956 (adapté au cinéma en 1966, puis réédité à Moscou en 1969) : au bureau des postes et télécommunications du village d’Ust’-Un’ja, au bord de la haute Pečora, dans le Sud-Est de la RSSA de Komi ;
  • Стужа (Froid) publié à Syktyvkar, par Коми кн. изд-во (Éd. de Komi) en 1956 (recueil de nouvelles, en russe, sur des thèmes nordiques) ;
  • Останутся кедры (Les cèdres resteront), publiées dans Огонёк, à Moscou, en 1957 (une biologiste tente de faire germer des graines de cèdre dans une pépinière de la haute Pečora) ;
  • Всё впереди (Tout devant soi), écrit en 1957, peut-être inédit, paru notamment dans un recueil de 1972 : il y est question d’un recrutement à Severgaz, en république de Komi, d’examens médicaux, d’un voyage ; le protagoniste se retrouve affecté à un poste dans la taïga, non loin de Komsomolsk-na-Pečore, près des sources de la Pečora, au village apparemment imaginaire de « Džegor » – qu’on retrouvera en 1962 dans Молодо-зелено.

Population et économie en Komi dans les années 1960

17Pour comprendre les thèmes komis abordés par l’auteur, il convient d’ouvrir une petite parenthèse.

  • 9 Kolesnik (dir.), 1964, p. 68.

18Tout d’abord, il n’est peut-être pas superflu de revenir sur la situation de la République, dans le Nord-Ouest de la Russie, traversée par la Pečora. Avant 1939, la haute Pečora était un territoire majoritairement komi (en termes de langue et de nationalité, conformément aux recensements). Les proportions se sont inversées entre 1939 et 1959, c’est-à-dire avant et après une ère stalinienne caractérisée par la guerre et par des déportations massives – et Rekemčuk, d’une manière ou d’une autre, semble bien faire partie de ces « déportations » (je vais y revenir dans un instant). Lorsque ce jeune homme de la mer Noire arrive après la Deuxième Guerre mondiale, la haute Pečora est donc un territoire majoritairement russe, mais de tradition komie9.

  • 10 Ibid., p. 81.
  • 11 Saveleva (dir.), 1997, p. 197.

19Ensuite, pour expliquer les problématiques soulevées en cette époque de réalisme socialiste, il faut s’arrêter un instant sur la conjoncture économique. Dans les années 1960, on constate que la haute Pečora, dans le Sud-Est de la république, est une région totalement consacrée à l’industrie forestière10. Le thème est évoqué dans les textes de Rekemčuk, mais il s’intéresse davantage à un sujet à la mode, alors en plein essor : les hydrocarbures. À son époque, les géologues fouillent tout le territoire dans l’espoir d’y trouver du pétrole ou du gaz. Aujourd’hui, la carte n’a pas tellement changé : les explorateurs étaient présents sur la haute Pečora dans les années 1960, comme en témoignent les récits de Rekemčuk, mais ils n’ont pas dû y trouver grand-chose (contrairement aux archéologues, qu’on rencontre aussi au détour d’une nouvelle de 1958 intitulée Des siècles et des siècles). C’est dans le nord, surtout autour d’Usinsk, que s’est épanouie l’industrie pétrolière et gazière. Dans le sud-est, on ne trouve que très peu d’exploitation pétrolière et seulement en aval de Troicko-Pečorsk, alors que les récits de Rekemčuk se passent quasiment tous en amont, dans une zone où, aujourd’hui encore, l’économie est strictement sylvestre11.

Un Ukrainien dans le Grand Nord

  • 12 « Я всё никак не мог устроиться на работу. Ходил по редакциям, с гордостью предъявлял только что п (...)
  • 13 Voir l’ouvrage 36,6 (Тридцать шесть и шесть), paru en 1984.

20Revenons sur son arrivée en pays komi en 1947, au lendemain de la guerre mondiale. Le jeune écrivain Aleksandr Evseevič Rekemčuk étudie à Moscou et cherche à publier sa prose. La bouche en cœur, il remplit des formulaires, en regardant lesquels « les cadres manquent de s’évanouir12 » : père fusillé en 1937, mère exclue du parti, lui-même sanctionné par un blâme (« строгий выговор с занесением »), tante et cousine à Paris (voire à Londres ou en Australie) et élevé par un beau-père autrichien. Voilà le passé de l’étudiant soviétique que Moscou envoie en RSSA de Komi pour « collecter du folklore13 » : du point de vue des cadres moscovites, la mission ressemble à s’y méprendre à une punition.

21Mais ce n’était que la première étape. Selon ses mémoires – Les cavaliers changent de dames (Кавалеры меняют дам), paru en 2003 –, il effectue un bref séjour à Moscou lorsqu’il reçoit son diplôme en 1952, mais les échecs qu’il y essuie dans le monde des lettres le poussent à retourner dans le Nord. L’enfant prodigue revient en Komi en prenant ce tournant pour une malédiction – mais a posteriori, il jugera que c’était une chance inattendue.

22Cette migration à contre-courant et à deux reprises, vers le Nord et vers la terre d’exil qu’est le pays komi depuis l’époque tsariste ne peut que laisser perplexe. On a l’impression que Rekemčuk fait partie de ces intellectuels que le pouvoir central cherche à éloigner des grands pôles d’influence de la Russie – les Komis sont habitués à voir débarquer, à Syktyvkar et dans les campagnes, des intellectuels expulsés des quatre coins de la Russie et d’au-delà.

23Finalement, le père est réhabilité en 1957. C’est un profond changement dans la vie d’Aleksandr Evseevič, qui passe donc ce cap – psychologique et social – en pays komi.

  • 14 En 1958 : Берега (Les rives), un recueil de nouvelles en russe, publié par Коми кн. изд-во (Éd. de (...)
  • 15 Trois nouvelles : Арбузный реис (Une expédition de pastèques), Звезда (L’Étoile), Leningrad, 1958  (...)
  • 16 Le profil de la famille intéressait les deux parties. Au Canada, son fils Andrej a également fait (...)

24L’écrivain continue de publier en russe, aux éditions de Komi14 et dans les revues centrales15. Je voudrais signaler au passage un curieux récit documentaire intitulé Double fond (Двойное дно) et paru à Syktyvkar en 1958 (puis à Moscou l’année suivante). Il s’agit d’une enquête sur les témoins de Jéhovah en république de Komi. Dans le contexte de la guerre froide, l’objectif est manifestement de dénoncer les ingérences en Union soviétique d’une secte religieuse originaire des États-Unis. Mais le travail journalistique mené par l’auteur est approfondi et tout à fait inattendu. Cela me laisse penser aussi que Rekemčuk, étant donné son profil familial sujet à caution, a pu être recruté par les renseignements soviétiques – comme son père autrefois – et envoyé en pays komi – la première fois, la deuxième ou les deux – pour y collecter des données qui n’étaient pas seulement d’ordre littéraire16.

La percée dans le cinéma

25Toujours est-il que, dans les années 1950, Rekemčuk est un « écrivain komi » reconnu, publié par les presses d’État. En parallèle, il essaie de percer aussi sur la scène russe et soviétique, ce qui est plus difficile. Mais deux publications vont avoir un impact décisif sur sa carrière grâce à leur adaptation au cinéma : Время летних отпусков (Les vacances d’été), paru en 1959 à Léningrad et Молодо-зелено (Jeune et vert), paru en 1962 (titre allemand : Es sollten nur drei Tage sein).

26Le premier porte sur le thème de l’industrie pétrolière de la Pečora. C’est son premier grand succès. Le récit est porté à l’écran en 1960 et réédité dans la foulée à Moscou en 1961, puis rapidement traduit dans plusieurs langues (notamment en allemand sous le titre Sommerurlaub). L’action est située dans le village imaginaire d’« Un’-Jaga » – un nom qui évoque l’Ust’-Un’ja (en komi : Uńjadin) de la nouvelle Les attentes. La République faisant partie du « Grand Nord » de la Russie, les employés bénéficient de certains privilèges, notamment deux fois plus de vacances. Mais cet été-là, l’ingénieur géologue Svetlana Panyško s’abstient de partir en vacances dans le Sud : à la place, elle prend la direction du maigre gisement afin de réaliser son plan et de ne pas laisser tomber ses camarades.

27Le second, Jeune et vert, se déroule sur la haute Pečora, au village imaginaire de Džegor (cf. la nouvelle Tout devant soi), une zone marécageuse au milieu de la taïga. Pour autant, le mot « Komi » ne figure pas dans le roman, ni « zyriène », ni « Syktyvkar ». La Pečora n’est ici qu’un grand fleuve du Nord de l’URSS. L’auteur adapte son texte pour le cinéma la même année.

28Ces deux récits se passent dans la taïga de la haute Pečora, où l’industrie est en pleine expansion. Le réalisme socialiste leur donne un ton universellement soviétique et leur passage à l’écran les met à la portée de toute l’URSS et de l’ensemble des pays de l’Est.

  • 17 Traduites par Stepan Semënovič Raevskij (1918-1996) : Аслад – сöмын сьöлöмыд (Tu n’as que ton cœur (...)

29Une fois que Rekemčuk a acquis ainsi une franche notoriété, ses nouvelles sont rééditées en recueil à Syktyvkar, en version komie (1962)17. La deuxième partie de ma réflexion s’achève sur cet épisode : ce recueil marque l’apogée de la carrière de Rekemčuk en pays komi, qu’il va quitter en 1963. C’est alors un nouveau départ dans son parcours, en tant qu’écrivain soviétique de renommée internationale.

3. Persistance komie dans les années moscovites

Des nouvelles et un roman du Grand Nord

  • 18 Il est également paru également à Moscou (all. Der Fluß ist ein Spiegel). Ce roman industriel se d (...)

30S’il retourne à Moscou en 1963, Rekemčuk n’en délaisse pas le pays komi pour autant : il continue de publier une partie de ses textes à Syktyvkar et le Nord ne cesse pas tout à fait de lui fournir ses sujets. En particulier, on peut dire que son œuvre komie culmine avec le roman industriel Continent-Maigre (Скудный Материк), paru en 1968 à Syktyvkar18. Le reste de ses œuvres paraîtra désormais à Moscou ou à Leningrad.

  • 19 Récits sur l’adolescence à l’époque des fascismes : en 1963, Они не пройдут (No Pasarán), adapté e (...)
  • 20 Sur un tout autre sujet, voir le petit roman Мальчики (Les garçons), traduit en anglais par « Boys (...)

31Ne nous dispersons pas et mettons de côté les récits autobiographiques relatifs à son adolescence pendant la guerre, qu’il commence à publier quelques années après la réhabilitation de son père, à partir de 1963, et qui seront adaptés au cinéma dans la foulée – cela va constituer tout un pan de son œuvre et ce, jusqu’aux années 200019. De même, je passerai rapidement sur les pages où il se tourne vers de nouveaux sujets, puisque ce n’est pas le propos de l’article20. Ce qui nous intéresse dans cette troisième partie, c’est la persistance du pays komi dans l’œuvre de Rekemčuk malgré l’éloignement.

  • 21 Rééditions en anthologie : en 1974, Товарищ Ганс ; Время летних отпусков ; Скудный материк ; en 19 (...)
  • 22 C’est le cas des trois volumes suivants : en 1971, Дочкина свадьба, choix de nouvelles, dont certa (...)

32Ses textes de l’époque komie font l’objet de nombreuses rééditions dans le cadre de recueils de prose courte ou d’« œuvres choisies21 », parfois avec des inédits ou des nouveautés22. Parmi ces dernières, les seuls textes qui aient un rapport avec le pays komi ne sont guère que :

  • La source et l’embouchure (Исток и устье), une nouvelle de 1970 qui commence sur la haute Pečora et évoque un trajet en bateau à vapeur jusqu’à Narjan-Mar, où le fleuve se disperse en un vaste delta ;
  • La chute de Stepan Počečuev (Падение Степана Почечуева), sur les bords de la haute Pečora : la chute en question est celle d’un personnage qui tombe d’un hélicoptère à 320 m d’altitude.

Adaptations cinématographiques des nouvelles komies

33Pendant cette période moscovite où Rekemčuk travaille avec les studios Mosfil’m (dont il est « rédacteur en chef » de 1964 à 1967), trois de ses scénarios puisent dans ses écrits komis :

  • en 1965, Une expédition de pastèques (Арбузный реис), d’après une nouvelle parue à Leningrad en 1958. L’action est située dans un établissement d’exploration pétrolière de la haute Pečora – administré par la « Печорская контора разведочного бурения » (« Bureau de la Pečora pour le forage exploratoire », 1956, nouvelle structure issue de la Pečorneft’ fondée quatre ans plus tôt). C’est la saison des pastèques : la trame dramatique consiste à acheminer une tonne de pastèques à travers les marécages jusqu’à un certain site de forage ;
  • en 1966, Les attentes (Ожидания), d’après la nouvelle parue à Moscou en 1956 ;
  • enfin, en 1973, Les rives (Берега), d’après une nouvelle parue à Syktyvkar en 1958. Dès le début du film, on reconnaît les paysages caractéristiques, sur un grand fleuve au cœur de la taïga. Si le nom de Požög affiché sur le débarcadère évoque aujourd’hui un village de la Vyčegda, c’était aussi, dans les années 1950, celui d’une localité de la haute Pečora (aujourd’hui Znamenka) située sur la rive droite en amont de Komsomolsk-na-Pečore, à l’embouchure de la rivière Požög.

Rayonnement de la littérature komie contemporaine

  • 23 Deux ouvrages parus à Moscou : Торопов И.Г., Тропинка в зимнем городе: Повести, 1984 ; Юшков Г.А., (...)

34Mais c’est surtout dans les années 1980 qu’éclate brillamment l’attachement d’Aleksandr Rekemčuk pour le pays komi et sa littérature, lorsqu’il publie à Moscou des traductions en russe d’auteurs contemporains (en collaboration avec « L. Rekemčuk » – j’y reviendrai dans la cinquième partie) : un recueil de nouvelles d’Ivan Toropov en 1984 et le roman Ćugra de Gennadij Juškov en 198923. Ce travail est incontestablement une grande contribution au rayonnement de la littérature komie ; en particulier, Ćugra est un pilier de la littérature komie du dernier demi-siècle, fondamental pour la langue et l’identité nationale, comme le seront certains romans de Vladimir Timin sur les anciens Permiens. Le titre n’est pas traduit : de même qu’on s’abstient souvent de traduire le mot parma (la taïga komie), ćugra est une notion locale qui n’a pas de strict équivalent dans les autres langues : c’est une éminence rocheuse, généralement isolée au cœur d’un paysage marécageux. À partir de tableaux et de problématiques typiques du pays komi, notamment liées à l’exploration et à l’exploitation des gisements d’hydrocarbures de la Pečora, Juškov soulève dans ce roman des réflexions morales et philosophiques.

  • 24 Indépendamment des récits de guerre sur son enfance, il avait déjà abordé des sujets autobiographi (...)
  • 25 Il écrit La fête à Odessa après le choléra (Пир в Одессе после холеры) en 2001, puis Les cavaliers (...)

35Enfin, les années komies sont évidemment omniprésentes dans les tout derniers livres de Rekemčuk, entièrement dédiés à ses mémoires24. Ces ouvrages écrits et publiés dans les années 200025 constituent de précieux documents autobiographiques sur la jeunesse et les premiers pas littéraires du jeune écrivain. En même temps, comme il le signale lui-même en empruntant à Choderlos de Laclos l’avertissement de l’éditeur des Liaisons dangereuses, « nous ne garantissons pas l’authenticité de ce recueil, et nous avons même de fortes raisons de penser que ce n’est qu’un roman ».

4. La langue komie, tremplin pour un jeune écrivain de la mer Noire

36Revenons sur les travaux d’Aleksandr dans sa période komie – notamment sur les deux pièces en un acte dont l’action se déroule en pays komi : l’une dans la taïga, l’autre dans la toundra.

37Les deux textes dramatiques considérés dans cette présentation ont paru directement en komi, le premier sous le pseudonyme « Александр Нидерле », l’autre sous le nom de l’auteur. Dans les deux cas, conformément à la coutume de l’époque, le traducteur n’est pas mentionné dans la revue (bien que l’auteur soit russophone).

« Où rugit la forêt » : dans la taïga

38À cette époque, le jeune écrivain est parfaitement inconnu. Mais il faut dire qu’on ne reste jamais longtemps inconnu, à Syktyvkar. C’est déjà la deuxième année qu’il passe dans cette ville, où il est arrivé en tant que stagiaire.

  • 26 Voir Русский Журнал (Revue russe), «Я не хотел, чтобы документы командовали художественным процесс (...)

39La figure du père dont il ne faut pas parler ne cessera de tourmenter Aleksandr Evseevič pendant toute sa vie et sa carrière – jusqu’à ses ouvrages autobiographiques des années 2000, où il abordera enfin ouvertement la destinée tragique de ce père qu’il n’a quasiment pas connu26. Lorsqu’il publie son premier texte dans L’Étoile du Nord à l’âge de 21 ans, il le signe « Niederle », le nom de son autre père, une figure beaucoup plus glorieuse : l’Autrichien qui s’est battu contre le fascisme dès la guerre civile espagnole et qui a consacré sa vie à l’idéal socialiste. De même, sa demi-sœur Tamara a rejeté le nom de leur père, considéré comme un traître des deux côtés du rideau de fer, pour adopter celui de sa mère, Tchinarova, beaucoup plus seyant pour une danseuse russe à Paris ou à Londres.

  • 27 Il semble annoncer un vers d’Al’bert Vaneev, dans le cycle «Чужан сиктöй менам» (Mon village natal (...)

40Le titre est une belle expression komie, très idiomatique et poétique27, et ce texte de 11 pages est présenté comme une comédie lyrique. De fait, le ton est léger et les travailleurs entonnent une chanson komie qui donne du cœur à l’ouvrage :

Шувгöны веж ягын пожöм пуяс.

Турöб лёкысь тыртö трöпа-туйяс.

Но сьöлöмъясын – би,

И зумыд миян ки,

Мед кöть кутшöм кöдзыдыс эз вöв.

Олöмö ми тан

Пöртам ыджыд план:

Рöдиналы сетам уна вöр.

« Les pins sont rugissants en la verte forêt.

Un terrible blizzard vient recouvrir les pistes.

Mais une flamme est dans les cœurs

Et notre bras reste solide

Afin qu’un froid pareil ne puisse plus sévir.

Car nous accomplissons

Ici un vaste plan :

À la Patrie nous offrons là beaucoup de bois ».

41La scène se passe dans un poste d’exploitation forestière lointain, en RSSA de Komi – donc dans la taïga. Les jeunes vont à la capitale (Syktyvkar) pour leur formation, puis sont employés à la campagne, par exemple dans des exploitations forestières : on n’y recrute pas que des bûcherons, mais toutes sortes de profils professionnels, en l’occurrence un maître cuisiner et des ingénieurs. On reconnaît là l’expérience soviétique « multinationaliste » vécue personnellement par l’auteur : à la fin de l’époque stalinienne, toute la main d’œuvre de l’URSS converge vers les grands pôles industriels du pays, notamment en Komi.

42Les dialogues sont écrits dans un komi relativement idiomatique pour l’époque : le vocabulaire est un peu russifié, notamment dans les domaines techniques, mais on reconnaît bien le mode de communication du village komi.

43Ce texte ayant été publié sous pseudonyme, il ne figure dans aucune bibliographie de l’écrivain – et il est antérieur à ce que l’auteur lui-même, dans ses mémoires, qualifie fièrement de « premières publications ». Autrement dit, j’exhume ici un document qui est en fait la toute première publication de Rekemčuk… et qui est écrit en langue komie.

« Le premier attelage » : dans la toundra

44Contrairement à la pièce précédente, Le premier attelage a un titre très russe : « Первойя упряжка ». Il y aurait des façons plus komies de dire la même chose (à commencer par medvoddźa, pour « premier », au lieu de pervojja). Mais c’est qu’on manipule ici des notions soviétiques (compétition, kolkhoze), introduites dans la société en langue russe et abordées au nom du réalisme socialiste, tandis que le texte précédent se voulait résolument « lyrique ».

45Cette fois, le décor est planté dans le Grand Nord : la toundra du bassin inférieur de la Pečora. La présidente du comité exécutif de raïon s’appelle Ročeva, un nom de famille typique des Komis de l’Ižma, établis dans la région depuis le xvie siècle. Tout est soigneusement ancré dans le contexte de la République et l’environnement nordique donne l’occasion d’organiser une course de traîneaux tirés par des rennes, symbole ludique de la compétition entre kolkhozes.

46Voilà donc en quoi consistent les deux curieux petits textes dramatiques – une « comédie » et une « pièce » – trouvés dans L’Étoile du Nord. Certes, c’est ainsi qu’ils sont présentés dans la revue, qui a coutume de publier des œuvres littéraires dans tous les genres : poésie, prose, théâtre, essais. Or ces dénominations théâtrales m’inspirent deux commentaires. Premièrement, ils n’ont probablement jamais été représentés sur une scène. Mais surtout, à la lumière de la carrière ultérieure d’Aleksandr Rekemčuk, il me semble que ce sont là, en puissance, des scénarios de cinéma. N’oublions pas que l’auteur commence à collaborer avec Mosfil’m dès 1960, alors qu’il vit encore principalement à Syktyvkar. Élevé par une mère actrice, on se rappelle qu’il avait baigné dans le septième art dès l’époque du muet.

47Par conséquent, ces textes de jeunesse que j’exhume ici prennent un nouveau visage : ils apparaissent comme les premières ébauches d’un célèbre scénariste soviétique des années 1960 – et ils sont en langue komie.

5. Le rôle de Luiza Pavlovna

48Au fur et à mesure que mes recherches progressaient, j’ai dû faire un constat inattendu : Luiza Pavlovna, l’épouse komie d’Aleksandr Rekemčuk, était en vérité le pivot de mes investigations.

49« L. Rekemčuk », avec qui Aleksandr a co-traduit les deux ouvrages komis des années 1980 dont il a été question précédemment, est évidemment Luiza.

50J’ai pensé un moment qu’elle avait pu être traductrice, voire co-auteur des deux petits textes dramatiques de jeunesse. Comme c’est le cas dans la littérature française avec Serge et Anne Golon, l’homme aurait ainsi éclipsé la femme. L’auteur des tout premiers textes jamais publiés par Aleksandr Rekemčuk, dans cette hypothèse, serait alors Luiza Pavlovna, puisqu’ils ont paru en langue komie. Pour être plus juste, on aurait pu dire que ces deux pièces en un acte auraient été écrites à quatre mains.

  • 28 Il faut se rappeler aussi que la jeune épouse était étudiante en arts dramatiques : elle a égaleme (...)
  • 29 Il n’est pas exclu, certes, que les éditeurs n’aient fait que rectifier un texte komi fourni par L (...)

51À quatre mains, oui, mais, tout bien réfléchi, il paraît peu probable que ce fût avec l’aide des mains de Luiza. En effet, celle-ci n’a jamais été écrivain. Elle était komie, comprenait et parlait la langue ; elle pouvait lire un roman komi et aider son mari à l’adapter en russe. Mais écrire en komi, c’est autre chose. Beaucoup de gens comprennent et parlent plus ou moins le komi, aujourd’hui encore ; mais peu de gens savent l’écrire correctement, d’autant que l’alphabet russe en vigueur est loin d’être intuitif et qu’il n’est pas du tout adapté à la phonétique d’une langue finno-ougrienne comme le komi. L’équipe éditoriale de la revue, en revanche, a les moyens, les compétences et l’expérience pour éditer des textes mal écrits, ou pour carrément traduire en komi des textes écrits initialement en russe. Si la fonction de Luiza Pavlovna pendant la période komie de Rekemčuk fut celle de muse – et c’est déjà beaucoup, en l’occurrence, puisque cette rencontre a fait prendre à la carrière de l’écrivain un virage tout à fait inattendu28 –, c’est plus probablement du côté des éditeurs de la revue qu’il faudrait chercher un traducteur anonyme. Mais l’incertitude demeure29.

Conclusions

52Quoi qu’il en soit, il est juste que Luiza Pavlovna reste dans l’histoire des lettres komies en tant que médiatrice, ne serait-ce que pour les deux grandes traductions dont elle a rendu possible la réalisation dans les années 1980 : les nouvelles de Toropov et le roman Ćugra de Juškov. Et si l’attachement d’Aleksandr Rekemčuk au pays komi et à sa culture l’a incité, comme je l’ai dit précédemment, à « s’atteler » à ce magnifique travail de traduction, je crois qu’il convient maintenant de nuancer cette affirmation : c’est peut-être aussi, ou surtout, l’attachement de Luiza Pavlovna, Komie expatriée à Moscou, son attachement à son pays, à sa langue et à sa culture, qui aura été un moteur décisif dans cette entreprise.

53Quant à Aleksandr Evseevič, même si ma conclusion est en contradiction avec ce que l’on pourrait penser à la lecture de ses propres mémoires, retenons que c’est la langue komie qui a permis à ce jeune homme de la mer Noire de démarrer sa carrière d’écrivain.

Annexe : Rekemcuk et le cinéma

54De 1964 à 1967, Rekemčuk est rédacteur en chef des studios Mosfil’m. Voici ses scénarios pour cette maison30 (dont cinq, en gras, sont explicitement ancrés dans la RSSA de Komi) :

  • Voinov Konstantin (réal.), 1961, Время летних отпусков [Les vacances d’été], 89 min., première en avril 1961 ; scénario écrit en 1960, d’après son texte paru en 1959 ;
  • Voinov Konstantin (réal.), 1962, Молодо-зелено [Jeune et vert], 96 min. ; première en novembre, texte paru la même année ;
  • Maryagin Leonid (réal.), 1965, Арбузный реис [Une expédition de pastèques], 29 min. ; court métrage, d’après son récit de 1958 ;
  • Kühn Siegfried (réal.), 1965, Они не пройдут [No Pasarán], 77 min. ; première en novembre (texte paru en 1963) ; sur la jeunesse pendant la guerre et la lutte contre les fascismes ;
  • Maryagin Leonid (réal.), 1966, Ожидания [Les attentes], 34 min. ; court métrage, première en novembre ; le texte paraîtra en 1969 ;
  • Staševskaja Ekaterina (réal.), 1968, Евгений Урбанский [Evgueni Ourbanski], 73 min. ; un documentaire sur l’acteur soviétique Evgenij Ubranskij (1932-1965), mort à 33 ans sur un tournage en RSS d’Ouzbékistan, lors d’une cascade en voiture ;
  • Staševskaja Ekaterina (réal.), 1971, Мальчики [Les garçons], 96 min. ; première en octobre 1972 ; d’après son texte paru en 1970 ;
  • Staševskaja Ekaterina (réal.), 1973, Берега [Les rives], 89 min. ; première en décembre ; d’après son texte paru en 1956 ;

55Ensuite, il travaille avec d’autres studios de production sur les œuvres suivantes :

  • Dutombé Lothar, 1974 (réal.), Wie tausend Sonnen, DEFA (RDA), 76 min. : le scénario original est une commande de la DEFA ; tourné dans la région de Moscou en 1973, avec des acteurs soviétiques, sous la direction de Lothar Dutombé, réalisateur de la télévision est-allemande, ce film raconte les aventures d’une jeune enseignante allemande en visite à Moscou31 ; première en mai32.
  • Isakov Valerij (réal.), 1983, Нежный возраст [L’âge tendre], 82 min., studio Gorki (Moscou) ; d’après sa trilogie autobiographique parue en 1979 (jeunesse pendant la guerre).
  • Lapšin Jaropolk (réal.), 1986, Железное поле [Champ de fer], 80 min., studio de Sverdlovsk ; d’après le dernier volet de ses récits autobiographiques (jeunesse pendant la guerre).
Haut de page

Bibliographie

Ouvrages et articles

Akimov Vladimir Mihajlovič АКИМОВ Владимир Михайлович, 2005, “Александр Евсеевич Рекемчук” [Aleksandr Evseevič Rekemčuk] in Русская литература XX века. Прозаики, поэты, драматурги. Биобиблиографический словарь [La littérature russe du xxe siècle : romanciers, poètes, dramaturges. Dictionnaire bio- et bibliographique], ОЛМА-ПРЕСС Инвест [OLMA-PRESS Invest], Т. 3, Москва [Moscou], p. 179-181.

Kolesnik S. V. Колесник С.В. (dir.), 1964, Атлас Коми АССР [Atlas de la RSSA de Komi] Главное управление геодезии и картографии государственного геологического комитета СССР [Direction générale de géodésie et de cartographie du comité géologique d’État de l’URSS], Москва [Moscou].

Saveleva Èleonora Anatol’evna Савельева Элеонора Анатольевна (dir.), 1997, Историко-культурный атлас Республики Коми. [Atlas historique et culturel de la république de Komi], Дрофа & ДиК [Drofa & DiK], Москва [Moscou].

Bobrakov Igor’ Alexeevič Бобраков Игорь Алексеевич, décembre 2017, “Александр Рекемчук. Север как первая любовь” [Aleksandr Rekemčuk. Le Nord pour premier amour] in Регион [Region], 41 p.

Dëmin Vladimir Nikolaevič Дёмин Владимир Николаевич (dir.), 2001, “Рекемчук Александр Евсеевич” [Rekemčuk Aleksandr Evseevič] in Писатели Коми: биобиблиографический словарь [Les écrivains de Komi : dictionnaire bio- et bibliographique], Сыктывкар [Syktyvkar], Т. 2, p. 200-207.

Gavrilov Mark Гаврилов Марк, 2015, Похождения Козерога (продолжение), Часть вторая [Les aventures d’un Capricorne (suite), 2e partie], URL : http://samlib.ru/g/gawrilow_m_i/pohozhdenijakozeroga2chastx.shtml (consulté le 31/01/2022).

Русский Журнал [Revue russe], 9 novembre 2007, «Я не хотел, чтобы документы командовали художественным процессом, и пытался писать “Мамонтов” как увлекательный роман...» [Je ne voulais pas que les matériaux documentaires pilotent le processus artistique, et j’ai tâché d’écrire Les mammouths comme un roman captivant], URL : http://www.russ.ru/Mirovaya-povestka/YA-ne-hotel-chtoby-dokumenty-komandovali-hudozhestvennym-processom-i-pytalsya-pisat-Mamontov-kak-uvlekatel-nyj-roman (consulté le 31/01/2022).

RK, 2014, “Коми землячке Луизе Павловне Рекемчук – 85 лет!” [Notre compatriote komie Luisa Pavlovna Rekemčuk a 85 ans !] in Официальный сайт Постоянного представительства Республики Коми при Президенте Российской Федерации [Site officiel de la Mission permanente de la République de Komi auprès du Président de la Fédération de Russie], URL : http://pp.rkomi.ru/left/main/news/23288/ (consulté le 31/01/2022).

Tchinarova Finch Tamara, 2007, Dancing into the Unknown: My Life in the Ballets Russes and Beyond, Dance Books, Alton, Hampshire.

Sites web consultés en 2019

Chronos, URL : http://hrono.ru/biograf/bio_r/rekemchukae.php (consulté le 31/12/2019).

Institut Gorki, URL : http://www.litinstitut.ru/content/rekemchuk-aleksandr-evseevich (consulté le 31/12/2019).

Kino-Teatr, URL : https://www.kino-teatr.ru/kino/screenwriter/sov/25291/works/ (consulté le 31/12/2019).

Lib.Ru, URL : http://az.lib.ru/r/rekemchuk_a_e/ (consulté le 31/12/2019).

РИА Новости, 1988-1992, URL : https://www.net-film.ru/film-28465/ (consulté le 31/12/2019).

Wikipedia, « Рекемчук Александр Евсеевич », URL (en komi) : https://kv.wikipedia.org/wiki/Рекемчук_Александр_Евсеевич (consulté le 31/12/2019).

Wikipedia, « Рекемчук Александр Евсеевич », URL (en russe) : https://ru.wikipedia.org/wiki/Рекемчук,_Александр_Евсеевич (consulté le 31/12/2019).

Haut de page

Notes

1 Dans une interview donnée en 2007, à propos du roman Les mammouths [Мамонты] paru à Moscou en 2006. Voir Русский Журнал [Revue russe], «Я не хотел, чтобы документы командовали художественным процессом, и пытался писать “Мамонтов” как увлекательный роман...».

2 En 1931, âgée d’une douzaine d’années, « Tamara Tchinarova » danse en tournée en Algérie et au Maroc, où elle est présentée comme « la plus jeune ballerine au monde ». En 1932, elle effectue une tournée en Roumanie (notamment la Bessarabie de son enfance) ; repérée par Balanchine, elle participe à sa pro­duction d’Orphée aux Enfers et entre aux Ballets Russes du colonel de Basil. En 1936, elle participe à une tournée en Australie. En 1938-1939, elle repart pour l’Australie avec les Ballets russes. Elle y fait une forte impression dans le répertoire de la troupe. Restée à Sydney à l’issue de cette seconde tournée, elle participe au développement des jeunes compagnies australiennes (notam­ment Kirsova Ballet, Polish-Australian Ballet et Borovansky Ballet), puis elle y épouse l’acteur britannique Peter Finch en 1943, avec lequel elle part pour Londres en 1948 (naissance de leur fille Anita en 1949 ; divorce en 1959, suite à la liaison de Peter Finch avec Vivien Leigh). Tamara Tchinarova-Finch quitte Londres en 2004 et s’installe en Espagne auprès de sa fille. Elle mourra elle aussi en 2017, à Málaga.

3 Née à Kharkov en 1905. En 1930, elle joue dans Le droit des pères (Право отцов), de la réalisatrice de Kiev Vera Stroeva (1903-1991) – un film-fleuve de 6 h où elle interprète « la femme du chauffeur ». Le « droit des pères » que cette œuvre entend dénoncer est la tradition de l’ancien régime qui consistait à éduquer les enfants à coups de fouet. C’est en fait le seul film muet où l’on trouve une trace de Lidija Prihod’ko. Dans les années 1960-1970, elle fera trois apparition à l’écran, sans mention au générique (et vraisemblablement sans paroles) : Anna Karénine (Анна Каренина), 1967 ; Le bras de diamant (Бриллиантовая рука), 1968 ; Les douze chaises (12 стульев), 1971. Décédée à Moscou en 1984. Voir kino-teatr, URL : https://www.kino-teatr.ru/kino/acter/w/sov/290424/works/.

4 Après un bref séjour à Moscou en 1952, les échecs qu’il essuie dans le monde des lettres le poussent à retourner dans le Nord, dit-il dans ses mémoires, Les cavaliers changent de dames (Кавалеры меняют дам), publiés en 2003.

5  Dans la revue Œuvres et opinions, éditée par l’Union des écrivains de l’URSS.

6 En tapant son nom dans un moteur de recherche, on ne trouve que des photos de son mari et de quelques autres hommes.

7 RK, 2014. Par contre, aucune nouvelle en août 2019, pour le jubilé suivant. Elle figure toujours dans les annuaires téléphoniques de Moscou, mais je n’ai pas réussi à entrer en contact avec elle.

8 Notamment Igor’ Bobrakov dans le mensuel Region, décembre 2017, p. 41.

9 Kolesnik (dir.), 1964, p. 68.

10 Ibid., p. 81.

11 Saveleva (dir.), 1997, p. 197.

12 « Я всё никак не мог устроиться на работу. Ходил по редакциям, с гордостью предъявлял только что полученный диплом Литературного института, заполнял анкеты. Но кадровики, заглянув в мою анкету, едва не падали в обморок: отец расстрелян в 1937 году, мать исключена из партии, у самого строгий выговор с занесением, тетки-врангелевки проживают во Франции, бывший отчим – в Австрии... » (Les cavaliers changent de dames, 2003, 5e paragraphe du récit). Je me réfère à cette citation de manière légèrement anachronique, puisque l’auteur parle là de son expérience de 1952. Mais les réactions des cadres ne pouvaient guère être différentes en 1947.

13 Voir l’ouvrage 36,6 (Тридцать шесть и шесть), paru en 1984.

14 En 1958 : Берега (Les rives), un recueil de nouvelles en russe, publié par Коми кн. изд-во (Éd. de Komi), sur des thèmes nordiques, sur la haute Pečora ; Двойное дно (Double fond), un récit documentaire en russe, publié par Коми кн. изд-во, réédité à Moscou en 1959.

15 Trois nouvelles : Арбузный реис (Une expédition de pastèques), Звезда (L’Étoile), Leningrad, 1958 (adapté en film en 1965) ; Века, века… (Des siècles et des siècles), Огонёк (La petite flamme), Moscou, 1958 (une barge remonte le cours de la Pečora contre le puissant courant d’automne : il s’agit d’une expédition hydrogéologique afin de travailler à l’embouchure du Jugor, une rivière peut-être imaginaire ; dans une grotte, l’équipe tombe sur une autre expédition : des archéologues) ; Без боли (Sans douleur), Огонёк, Moscou, 1959 (un bateau à moteur sur la haute Pečora : mission d’une dentiste de campagne qui se rend au village de Mamyl, à une trentaine de kilomètres en amont de Komsomolsk, sur la rive gauche).

16 Le profil de la famille intéressait les deux parties. Au Canada, son fils Andrej a également fait l’objet de tentatives de recrutement dans les services secrets étrangers. Voir РИА Новости, URL : https://www.net-film.ru/film-28465/.

17 Traduites par Stepan Semënovič Raevskij (1918-1996) : Аслад – сöмын сьöлöмыд (Tu n’as que ton cœur), Коми кн. изд-во (Éd. de Komi).

18 Il est également paru également à Moscou (all. Der Fluß ist ein Spiegel). Ce roman industriel se déroule encore une fois dans le milieu des pétroliers de la haute Pečora. Les explorations se déroulent dans un village qui s’appelle Skudnyj Materik, c’est-à-dire « Continent-Maigre ». Par ailleurs, un recueil de prose a paru en russe à Syktyvkar en 1965 : Рассказы и повести (Contes et nouvelles), Коми кн. изд-во (Éd. de Komi).

19 Récits sur l’adolescence à l’époque des fascismes : en 1963, Они не пройдут (No Pasarán), adapté en film en 1965 ; en 1965, Товарищ Ганс (Camarade Hans) ; en 1979, Нежный возраст (L’âge tendre), roman en 3 parties, sur l’éducation d’un adolescent pendant la guerre (la première partie n’est autre que la réédition du Camarade Hans, les deux autres s’intitulent Секретное оружие et Жребий), l’ensemble sera réédité en 1982 et adapté au cinéma en 1983 ; en 2001, Знаки времени, МИК (MIK), Moscou : un nouvel essai autobiographique, qui reprend l’ensemble déjà paru sous le titre Нежный возраст, augmenté d’un récit intitulé Железное поле (Champ de fer), rédigé en 1985, encore inédit ; ce dernier sera également adapté au cinéma en 1986.

20 Sur un tout autre sujet, voir le petit roman Мальчики (Les garçons), traduit en anglais par « Boys Who Did A-Singing Go » et en allemand par « Die verlorene Stimme », paru en 1970 (avec rééd. du Camarade Hans). Un jeune garçon perd ses parents dans un tremblement de terre au Turkménistan. Envoyé dans un orphelinat à Lipeck, il est remarqué pour ses dons musicaux et va faire une carrière de petit chanteur ; il deviendra compositeur. Ce récit est adapté au cinéma l’année suivante.

21 Rééditions en anthologie : en 1974, Товарищ Ганс ; Время летних отпусков ; Скудный материк ; en 1976, Молодо-зелено & Скудный материк, Л. : Лениздат (Éd. de Leningrad) ; en 1977, Избранные произведения, en 2 tomes, Moscou, avant-propos de Vjačeslav Savateev ; en 1982, Избранное ; en 1986, Старое русло Клязьмы. Рассказы, повесть, роман., М., Сов. писатель (L’Écrivain soviétique, Moscou).

22 C’est le cas des trois volumes suivants : en 1971, Дочкина свадьба, choix de nouvelles, dont certaines vraisemblablement inédites (celle qui donne son titre au recueil date de 1969 ; il y est question de préparatifs d’un mariage à Moscou, sans référence nordique) ; en 1972, Всё впереди (Tout devant soi) et autres nouvelles (le texte qui donne son titre au recueil était peut-être inédit, mais il remonte à 1957) ; en 1976 : Хлопоты (Des ennuis), nouvelles, dont certaines vraisemblablement inédites (celle qui donne son titre au recueil date de 1969 ; elle se déroule à Moscou).

23 Deux ouvrages parus à Moscou : Торопов И.Г., Тропинка в зимнем городе: Повести, 1984 ; Юшков Г.А., Чугра, 1989, réédité en 2007 à Syktyvkar au sein des œuvres complètes de Juškov.

24 Indépendamment des récits de guerre sur son enfance, il avait déjà abordé des sujets autobiographiques de sa jeunesse dans un ouvrage paru en 1984 (rééd. 1987) : 36,6 (Тридцать шесть и шесть) sur un étudiant envoyé dans le Nord en 1947 pour collecter du folklore.

25 Il écrit La fête à Odessa après le choléra (Пир в Одессе после холеры) en 2001, puis Les cavaliers changent de dames (Кавалеры меняют дам) en 2003, qui paraissent en un même volume (Moscou, 2003). Il reprend d’ailleurs ce dernier dans son ultime ouvrage : Les mammouths (Мамонты), Moscou, 2006.

26 Voir Русский Журнал (Revue russe), «Я не хотел, чтобы документы командовали художественным процессом, и пытался писать “Мамонтов” как увлекательный роман...».

27 Il semble annoncer un vers d’Al’bert Vaneev, dans le cycle «Чужан сиктöй менам» (Mon village natal), un remarquable récit en quinze sonnets qui paraîtra en 1977, dont le second quatrain commence par ces mots : «Ме чужи сэн, кöн шувгö помтöм вöр» (Je naquis où rugit la forêt infinie).

28 Il faut se rappeler aussi que la jeune épouse était étudiante en arts dramatiques : elle a également pu jouer un rôle dans l’orientation d’Aleksandr Evseevič vers l’écriture théâtrale et vers le cinéma. Mais l’intérêt d’Aleksandr pour le cinéma était sans doute plus ancien, de par son environ­nement maternel.

29 Il n’est pas exclu, certes, que les éditeurs n’aient fait que rectifier un texte komi fourni par Luiza Pavlovna (« à six mains », alors). Mais la rencontre avec celle-ci semble dater plutôt de la seconde migration de l’écrivain en Komi.

30 Voir Kino-Teatr, URL : https://www.kino-teatr.ru/kino/screenwriter/sov/25291/works/.

31 « Kulturnotizen – Fernsehfilm. In Moskau und Umgebung wurden kürzlich die letzten Einstellungen für den Farbfernsehfilm „Wie tausend Sonnen“ abgedreht. Das Szenarium schrieb im Auftrag des Fernsehens der DDR der sowjetische Autor Alexander Rekemtschuk. Darin wird humorvoll und poetisch die Geschichte einer jungen Lehrerin erzählt, die Moskau besucht und dabei eine Reihe merkwürdiger Erlebnisse hat. Unter der Regie von Lothar Dutombe spielen in den Hauptrollen Elena Prudnikowa und Alexej Inshewatow... » (Notes culturelles – Film de télévision. Les derniers plans du téléfilm en couleur « Wie tausend Sonnen » ont été tournés récemment à Moscou et dans les environs. Le scénario a été écrit par l'auteur soviétique Alexander Rekemtschuk à la demande de la télévision de la RDA. Il y raconte avec humour et poésie l'histoire d'une jeune institutrice qui visite Moscou et y vit une série d'expériences étranges. Sous la direction de Lothar Dutombe, les rôles principaux sont tenus par Elena Prudnikova et Alexej Inshewatow...), Neues Deutschland, 19 septembre 1973, « Kulturnotizen », p. 4.

32 « In den Hauptrollen: Moskau und Musik – „Wie tausend Sonnen“, ein Film des DDR-Fernsehens – Die Aufführung des Fernsehfilms „Wie tausend Sonnen“ war eine Premiere besonderer Art: Der bekannte sowjetische Autor Alexander Rekemtschuk schrieb das Szenarium, Regisseur Lothar Dutombe vom DDR-Fernsehen inszenierte das Werk mit sowjetischen Schauspielern, hinter der Kamera stand von der DEFA, das Szenenbild wiederum schuf aus der Sowjetunion... » (Dans les rôles principaux : Moscou et la musique – « Wie tausend Sonnen », un film de la télévision est-allemande – La représentation du téléfilm « Wie tausend Sonnen » a été une première d'un genre particulier : le célèbre auteur soviétique Alexander Rekemtschuk a écrit le scénario, le metteur en scène Lothar Dutombe de la télévision est-allemande a mis en scène l'œuvre avec des acteurs soviétiques, derrière la caméra se trouvait la DEFA, le décor a quant à lui été créé par l'Union soviétique... ), Neues Deutschland, 14 mai 1974, p. 4.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Sébastien Cagnoli, « Luiza Potolicyna et son mari »Études finno-ougriennes, 51-52-53 | 2021, 31-50.

Référence électronique

Sébastien Cagnoli, « Luiza Potolicyna et son mari »Études finno-ougriennes [En ligne], 51-52-53 | 2021, mis en ligne le 21 novembre 2022, consulté le 05 décembre 2022. URL : http://journals.openedition.org/efo/16944 ; DOI : https://doi.org/10.4000/efo.16944

Haut de page

Auteur

Sébastien Cagnoli

Traducteur, chercheur indépendant, Nice

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-4.0

Creative Commons - Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale 4.0 International - CC BY-NC 4.0

https://creativecommons.org/licenses/by-nc/4.0/

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search