Navigation – Plan du site

AccueilNuméros51-52-53ArticlesUne génération féministe ?

Articles

Une génération féministe ?

La cause des femmes dans les nouvelles d’Aino Kallas, Maria Jotuni et L. Onerva.Première partie : 1904-1915
A feminist generation? The cause of women in the short stories by Aino Kallas, Maria Jotuni and L. Onerva
Feministinen sukupolvi? Tasa-arvon edistäminen Aino Kallaksen, Maria Jotunin ja L. Onervan novelleissa
Martin Carayol
p. 269-296

Résumés

Trois autrices finlandaises du début du xxe siècle, Aino Kallas, Maria Jotuni et L. Onerva, ont écrit de nombreuses œuvres où elles soutiennent activement la cause des femmes, en particulier dans le genre de la nouvelle. Cet article présente leurs textes les plus importants à cet égard, en évoquant la façon dont ces autrices ont rendu compte des inégalités hommes/femmes et ont décrit les « femmes nouvelles » du début du siècle, tout en laissant une place à un discours plus critique à l’égard de certains personnages féminins. L’auteur se propose d’analyser les valeurs véhiculées plus ou moins directement par les textes du corpus, pour mettre en avant ce qui fait la spécificité de ces autrices possédant chacune un style très différent, mais qui sont toutes les trois associées au féminisme finlandais.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Aino Kallas (1878-1956), Maria Jotuni (1880-1943) et L. Onerva (1882-1972) sont trois écrivaines finlandaises qui se sont particulièrement illustrées des années 1900 aux années 1930 dans le genre de la nouvelle, chacune avec un style propre : Aino Kallas puisait dans l’histoire et la tradition estoniennes les sujets de nouvelles historiques qui prirent à partir des années 1920 un aspect légendaire, Maria Jotuni composait des nouvelles souvent très (voire exclusivement) dialogiques dans lesquelles l’allusion et le non-dit ont une place de premier plan, tandis que les nouvelles réalistes de L. Onerva sont écrites dans un style plus neutre et traditionnel.

  • 1 Cette proximité thématique a souvent été évoquée dans la recherche littéraire finlandaise : « Dans (...)

2Cette disparité de style cache une proximité thématique certaine : toutes trois ont mis au premier plan des personnages féminins dont elles ont fait autant d’outils narratifs permettant d’interroger la condition féminine (dans un contexte contemporain de l’écriture pour Jotuni et Onerva, dans un contexte plus ancien pour Kallas) voire de promouvoir la cause des femmes1.

  • 2 Rochefort, 2018, p. 4.

3D’après Florence Rochefort, « [o]n peut définir les féminismes comme des combats en faveur des droits des femmes et de leurs libertés de penser et d’agir. Cette lutte comprend un large volet de critique de la subordination et de la domination des femmes, mais aussi des normes de genre2 ». Comme nous le verrons, c’est particulièrement cette idée de critique de la subordination des femmes qui est au cœur des œuvres de nos autrices.

  • 3 Rappelons que « [le terme] est adopté dans le sens militant qu’on lui connaît aujourd’hui par la s (...)
  • 4 Käppeli, 1991, p. 495.
  • 5 Ibid., p. 525.

4Il convient de s’interroger préalablement sur la pertinence de l’emploi des termes de « féminisme » et de « féministe » pour qualifier des textes écrits à une époque où on les emploie encore relativement peu3. Ce doute est toutefois rapidement levé car les travaux sur le féminisme et son histoire emploient largement ces termes en relation avec des mouvements ou des auteurs qui ne les employaient pas eux-mêmes. Anne-Marie Käppeli écrit par exemple : « [a]u xixe siècle, une minorité de femmes se sont créé une identité publique à travers le féminisme, tant par leur écriture que par leurs talents d’organisation4 » et parle de « la troisième génération de féministes5 » à propos du début du xxe siècle.

5Les deux questions principales qui orientent notre étude concernent la nature des valeurs véhiculées par Kallas, Jotuni et Onerva et surtout la façon dont ces valeurs se retrouvent dans le tissu textuel. Le cadre méthodologique qui permettra d’essayer de répondre à ces questions nous est offert par le livre de Vincent Jouve, Poétique des valeurs, qui propose diverses notions théoriques et pistes permettant d’organiser l’analyse des valeurs.

  • 6 Jouve, 2001, p. 9.

6Constatant « l’importance de la dimension idéologique dans l’interaction texte/lecteur6 », Jouve se lance dans une étude des différentes modalités de l’expression axiologique en littérature, en se fondant essentiellement sur La Condition humaine de Malraux. Il rappelle que la littérature est un lieu de production de valeurs potentiellement « déstabilisantes », comme cela sera le cas pour nos trois autrices dans la société de leur temps :

  • 7 Ibid., p. 33.

Le texte peut faire accepter, le temps d’une lecture, des valeurs non établies, voire déstabilisantes. On pourra, en tant que lecteur, s’investir aussi facilement dans le désir d’absolu qui habite le prêtre narrateur du Journal d’un curé de campagne de Bernanos que dans le désir de possession érotique qui définit le héros sadien7.

  • 8 Ibid., p. 35.

7Jouve évoque dans un premier temps les « points-valeurs », très nombreux dans un récit car ce sont des manifestations de valeurs « au niveau local8 », c’est-à-dire au niveau des personnages : il s’agit d’une part de leurs paroles et pensées, d’autre part de leurs actions, déterminées en particulier par le « destinateur » (qui est une figure ou un principe à l’origine de la quête, de la volonté ou du devoir d’un personnage). Dans un second temps, Jouve s’intéresse à l’organisation idéologique globale du récit : interventions du narrateur (avec en particulier la fonction de régie), sens moral du récit et façons d’orienter la lecture.

  • 9 C’est moins vrai dans le cas de Kallas, chez qui cette thématique ne devient prépondérante qu’à pa (...)
  • 10 Jouve, 2001, p. 34.

8Ce travail sur les valeurs nous paraît particulièrement indiqué dans le cas de nos trois autrices, car certaines des valeurs revendiquées le sont d’une manière tout à fait massive, au sens où, dans les recueils de Jotuni et Onerva, entre 1905 et 1915 en particulier, la proportion de nouvelles centrées sur l’inégalité des rapports hommes/femmes semble très importante9. Si, comme le dit Jouve, « [l]e principe même du récit associe l’intérêt de la lecture à l’intérêt pris à la cause du personnage10 », il paraît évident que nos trois autrices comptaient sur la sympathie de leur lectorat envers la cause des femmes.

Le contexte historique et littéraire

  • 11 Michaud, 1991, p. 125-126.

9La cause des femmes est une question extrêmement prégnante au xixe siècle, mais avec finalement peu d’avancées concrètes au niveau de la loi ou des mœurs. « Jamais on n’a autant parlé des femmes qu’au xixe siècle », écrit Stéphane Michaud11 et dans ce on il faut entendre aussi bien les États laïcs que l’Église et la littérature. Mais la femme dont bruissent toutes ces instances est bien plus une image, un idéal fantasmé par une imagination masculine, que la réalité féminine. Pour Michaud, si la littérature du xixe siècle a certes porté sur la société un regard acéré et critique, elle n’a pas fait grand-chose en faveur des femmes, au contraire :

  • 12 Ibid, p. 129.

La littérature cautionne un système de leurres et de mirages, et tend des pièges d’autant plus redoutables qu’ils sont mieux montés. Qui dira les ravages exercés par la femme imaginaire – ange ou madone – qui gouverne le siècle12 ?

10Dans un paysage littéraire peu favorable à la cause des femmes, qui sont limitées à des rôles stéréotypés, madone, ange ou démon, muse, rédemptrice ou agent de perdition, la Maison de poupée d’Ibsen, en 1879, constitue une exception et un choc et sera très vite traduite dans toute l’Europe :

  • 13 Rochefort, 2018, p. 64.

Cette dramaturgie d’un moi féminin qui ne trouve plus sa place résonne dans tous les milieux concernés par l’émergence d’un individualisme qui ne souhaite pas se conjuguer qu’au masculin ou d’une recherche de nouveaux modèles familiaux révolutionnaires. Pour les féministes, l’émancipation est entendue dans le sens d’une conquête réalisée par les femmes elles-mêmes. Elle signifie une reconnaissance comme sujet de droit, mais aussi l’accès à l’autonomie, à l’épanouissement personnel et à l’affirmation de la subjectivité13.

  • 14 Voir Ibid., notamment p. 40-47.

11Aux États-Unis et dans toute l’Europe fleurissent les associations de femmes, souvent liées, au début, aux œuvres religieuses et morales, aux ligues de tempérance notamment, avant de s’en distinguer nettement. Le Conseil international des femmes (CIF), par exemple, est fondé aux États-Unis en 1888 ; en 1904, l’Alliance internationale pour le suffrage des femmes est nettement plus politique et se veut une réaction à l’aspect bourgeois et aristocratique du CIF ; c’est de là que part le mouvement du suffragisme14.

  • 15 Voir Käppeli, 1991, en particulier p. 512-513.

12Certains de ces groupes sont moralement plutôt conservateurs et s’opposent aux féministes les plus radicales : en Suède, l’Association Fredrika Bremer (Fredrika Bremer-förbundet), fondée en 1884, promeut les droits des femmes mais également l’abstinence sexuelle, s’opposant à ce titre à la très influente Ellen Key (1849-1926) ; en Allemagne, Helene Stöcker (1869-1943) est une fervente défenseuse de l’amour libre, veut réhabiliter l’érotisme et la sexualité des femmes pour lutter contre la double morale qui empêche toute égalité hommes/femmes en matière de mœurs sexuelles et souhaite une reconnaissance légale et sociale des liaisons hors mariage, mais elle se heurte rapidement aux féministes plus traditionnelles de la puissante et bourgeoise Alliance des sociétés féminines allemandes (Bund Deutscher Frauenvereine15).

13La Finlande n’est pas en reste, avec un grand nombre d’associations fondées au tournant du siècle et dans les premières années d’activité de Kallas, Jotuni et Onerva : citons au moins la première, Suomen Naisyhdistys fondée en 1884, Naisasialiitto Unioni en 1892, Suomalainen naisliitto en 1907, Suomen Naisten Kansallisliitto (actuelle Naisjärjestöjen Keskusliitto) en 1911, etc.

14Sur le plan politique, la Finlande est particulièrement bien lotie : aux élections législatives de 1907, les femmes ont pour la première fois le droit de vote et dix-neuf femmes sont élues députées, ce qui constitue une première mondiale, même si sa portée politique est restreinte, puisque les pouvoirs de l’Eduskunta étaient alors très limités.

15S’agissant de la littérature finlandaise, il convient de rappeler l’importance de Minna Canth, qui fut successivement journaliste, commerçante accomplie et surtout autrice de nouvelles et de pièces de théâtre pionnières dans l’illustration et la défense de la cause des femmes. Canth a plaidé en particulier pour une transformation et une amélioration de l’éducation des jeunes filles, pour leur apprendre à être autonomes. Dans ses œuvres littéraires, dont le naturalisme était influencé par Georg Brandes et Zola, elle a évoqué des destins de femmes brisés par le manque d’égalité et par des conditions sociales indignes, par exemple dans la nouvelle « Kauppa-Lopo » et les pièces Hanna (où la protagoniste se retrouve dans l’impasse à cause de la médiocrité des hommes) et Sylvi (où l’impossibilité d’obtenir le divorce aboutit à une tragédie).

  • 16 Voir par exemple l’article de Maija Minnala dans Klassikkogalleria, galerie de portraits des pense (...)

16Sur le plan de la morale sexuelle, Minna Canth adopte toutefois une posture plus traditionnelle que les féministes radicales de l’époque comme Ellen Key ou a fortiori Helene Stöcker : pour elle, la seule manière de s’opposer à la double morale est de réprouver la sexualité hors mariage et l’indécence, à la fois chez les femmes et chez les hommes, et non d’encourager la liberté sexuelle des femmes16. Sur ce point, on verra que nos trois autrices ont une posture plus hardie.

Mises en scène de l’assujettissement des femmes

17Les recueils de nouvelles des trois autrices objets de notre propos sont Meren takaa vol. 1 et 2 (Derrière la mer, 1904-1905) et Lähtevien laivojen kaupunki (La Ville des bateaux en partance, 1913), d’Aino Kallas, Suhteita (Liaisons, 1905), Rakkautta (Amour, 1907) et Kun on tunteet (Comme il y a les sentiments, 1913) de Maria Jotuni, Murtoviivoja (Lignes brisées, 1909), Nousukkaita (Parvenus, 1911), Mies ja nainen (Homme et femme, 1912) et Vangittuja sieluja (Âmes captives, 1915) de L. Onerva. Au niveau macrostructurel, le thème dominant des recueils de Jotuni et Onerva est l’inégalité entre hommes et femmes et, en corollaire, l’impossibilité de relations harmonieuses entre les deux sexes. Chez Kallas, ce thème est moins présent car ses recueils sont thématiquement plus variés, axés sur la description du peuple estonien et sur son opposition avec la caste privilégiée des barons germano-baltes ; plusieurs de ses nouvelles évoquent cependant bel et bien l’assujettissement des femmes, thème dont nous allons à présent étudier certaines manifestations.

Subordination à l’homme

18La figure de la femme soumise à un homme – bien souvent son compagnon – est très fréquente chez nos trois autrices, particulièrement chez Jotuni et Onerva pour la période qui nous intéresse. Dans l’œuvre de la première, citons en particulier « Herman » (où un homme se livre à une longue logorrhée fournissant les raisons assez nébuleuses pour lesquelles il quitte sa compagne, qui l’écoute sans vraiment réagir, comme soumise à sa volonté), tirée de Rakkautta, puis « Untako lienee » et « Aappo » (Kun on tunteet).

19Dans « Untako lienee », une femme fait le bilan des trois hommes de sa vie, qui l’ont peu à peu précipitée dans une forme de déchéance alors qu’elle partait dans la vie avec de bonnes espérances : le premier l’a mise enceinte, le deuxième, bien plus pauvre, a accepté de l’épouser malgré sa grossesse mais est mort peu après et le troisième a dilapidé par la boisson les économies du deuxième. Il y a là un topos que l’on retrouve dans un grand nombre des nouvelles les plus réalistes des écrivaines féministes, celui de la femme qui subit la médiocrité masculine tout au long de sa vie, sans avoir aucun moyen de rompre la spirale, car la société ne lui offre pas par ailleurs l’autonomie suffisante pour ce faire. Dans « Aappo », le réalisme se teinte de grotesque et les contraintes masculines vont jusqu’à un véritable mariage forcé : le personnage principal est un paysan illettré, Aappo, fasciné par une revue où l’on voit une famille royale africaine convertie par des missionnaires finlandais. Par ce biais improbable, Aappo devient profondément religieux (la revue lui a été prêtée par le nouveau pasteur) et se met à rêver d’Afrique, mais comme il ne sait pas lire, il sollicite tout le temps la servante de sa belle-sœur, Anna, dont il tombe rapidement amoureux. Il prend la liberté de faire publier unilatéralement les bans, sans demander l’avis de la principale intéressée. Cela étant, Anna a l’air de se laisser faire sans résister et le narrateur sous-entend même ironiquement que c’est une chance pour elle…

20Chez Onerva, ce type de figure féminine apparaît en particulier dans le recueil Vangittuja sieluja : comme l’indique d’ailleurs le titre du recueil (« Âmes captives »), le motif de l’homme dominateur se mêle au motif de l’enfermement des femmes, coupées de leurs aspirations profondes et de la société par des conjoints qui évoquent assez précisément ce que la vulgarisation psychologique du xxie siècle appelle des pervers narcissiques. Ainsi, dans la nouvelle éponyme, qui ouvre le recueil, Toini est une femme mariée à un homme qui n’a montré son vrai visage qu’après le mariage en la coupant de toutes ses relations sociales, en l’enfermant dans un rôle de potiche (richement dotée) pour anéantir en elle tout espoir d’émancipation, toute force vitale. Profitant de l’absence de son mari, Toini téléphone à une amie de jadis, Pirkko, mais à l’heure des confessions, il s’avère qu’elles ne parviennent même pas à se faire suffisamment confiance pour admettre l’étendue de leur malheur et leurs vagues propos d’émancipation sont sans réel espoir.

21Dans « Uskottu », Louna est elle aussi totalement désocialisée à cause de sa relation avec un chanteur d’opéra fantasque, Risto, qu’elle aime mais qui ne la considère que comme sa confidente : Risto lui a fait comprendre qu’elle ne devait pas sortir en société, qu’ils ne devaient jamais se croiser, de peur que son épouse ne se rende compte de leur proximité… « Isää etsimässä » propose une autre modalité de la subordination à l’homme en faisant le portrait d’une femme, Siimi, qui a toujours rêvé d’avoir des enfants et qui, après avoir été mariée à un homme admirable, mais qu’elle jugeait trop laid pour lui faire des enfants, est désormais mariée à un intellectuel qui n’a aucun désir d’enfant et se montre moralement fort rigide : quand Siimi défend une pauvre femme du voisinage qui a fait quantité d’enfants à plusieurs hommes successifs, son mari lui explique que ce sont là des mœurs criminelles. La discussion sur les enfants en reste là et Siimi reste seule avec son désir inexprimé et qui ne sera sans doute jamais exaucé.

Portraits de misogynes

22Dans les nouvelles évoquées jusqu’ici, les agents de la sujétion des femmes ne sont pas directement décrits comme des misogynes : ils ont d’autres défauts et leur comportement est clairement stigmatisé comme empêchant les femmes de s’épanouir et d’acquérir une quelconque autonomie, mais ils ne sont pas particulièrement émetteurs d’un discours misogyne. On trouve cependant des traces d’un tel discours dans notre corpus, par exemple dans les nouvelles d’Onerva « Viha » (Murtoviivoja) et « Hävittävää voimaa » (Mies ja nainen).

23« Viha » est la description d’un couple usé par quelques années de mariage et qui n’est plus ensemble que par convenance, pour les obligations publiques, chacun vivant sa vie par ailleurs. Dès qu’ils se retrouvent seuls, chacun bouillonne intérieurement, mais personne ne veut faire à l’autre le plaisir de déclencher la guerre. L’homme est celui qui s’accommode le mieux de la situation, ayant décidé d’ignorer tout à fait son épouse :

  • 17 Vaimonsa hahmossa vihasi hän koko nais-sukupuolta, jolla ei ollut muuta tehtävää tässä maailmassa (...)

À travers la personne de sa femme, c’était tout le sexe féminin qu’il haïssait, ce sexe qui n’avait rien d’autre à faire en ce monde qu’être la tentation et le fléau de l’homme. Mais comme il eût été bien inutile et vain d’espérer que quoi que ce fût changeât, il jugeait indigne de donner à son intime contrariété la moindre forme visible. Il était entièrement concentré sur cette seule attitude : faire comme si sa femme n’existait pas17.

24La misogynie du docteur Orismala, dans « Hävittävää voimaa », est moins flagrante, mais peut-être uniquement parce qu’il n’est pas encore marié à celle qu’il convoite… Son attitude vis-à-vis de Sinikka, son amie et sa proche collaboratrice, est en effet déterminée par son appartenance à un patriarcat sûr de son fait : décidé à l’épouser, il lui explique doctement qu’elle n’a pas voix au chapitre car il sait mieux qu’elle comment elle fonctionne et qu’il faut lui forcer un peu la main. De son côté, elle n’est pas d’accord, car elle veut un mariage dont l’érotisme ne soit pas absent. Orismala explique au contraire qu’il ne faut pas fonder sa vie sur l’érotisme et la passion, car ils s’effacent bien vite et qu’à ce compte, il faudrait sans cesse changer de partenaire !

  • 18 Onerva, 1912, p. 58 : Jos sitä aiot ajaa takaa, saat lakkaamatta erota ja yhtyä, vaihtaa miehiä… S (...)

Si c’est cela que tu cherches, tu n’arrêteras plus de te séparer puis de te remettre en couple, de changer de partenaires… On ne peut pas fonctionner comme ça. C’est une force destructrice. Et il est bon que la société juge ceux qui se laissent précipiter dans le cyclone de cet instinct18.

25Tout au long de la nouvelle, Orismala ne cesse d’adopter une position supérieure et de faire miroiter à Sinikka un statut social intéressant en tant que compagne d’un homme brillant et non en tant que femme autonome. Sinikka, en héroïne onervienne, ne manque pas de faire entendre son refus et ses aspirations :

  • 19 Ibid., p. 62 : Tahdon oman ihmis-arvoni ja miehestä riippumattoman arvioimisen! […] Minun täytyy s (...)

J’exige qu’on reconnaisse ma dignité humaine et qu’on me considère indépendamment de tout homme ! […] Il faut que je puisse être comme je suis. Être autre chose qu’une femme : un être humain indépendant19 !

  • 20 Ibid., p. 66 : Hullu se on, joka naisen kanssa rupeaa väittelemään.

26Les points-valeurs associés à ces deux personnages renvoient à la volonté de ne rien changer dans la société, de continuer sur un chemin bien balisé, celui d’une domination masculine garantissant aux hommes un certain confort (le mari de « Viha » veut juste continuer à lire son journal en buvant son café sans se soucier de sa fatigante épouse et le docteur Orismala rêve de pouvoir s’exhiber dans la bonne société avec sa jeune femme si brillante). Lorsque leur idéologie se heurte à celle d’une femme moderne, ils n’ont d’autre ressort que de proférer des clichés qu’on dirait aujourd’hui « masculinistes », comme : « Bien fou celui qui veut faire entendre raison à une femme20 ».

Subordination sociale

27Pour les personnages féminins de nos trois autrices, ce ne sont pas seulement les hommes à titre individuel qui causent leur position subalterne, c’est également la société dans son ensemble, structurée de telle façon, par les habitudes et les lois, qu’il est impossible à la plupart des femmes d’y trouver une forme d’épanouissement. Marketta Salminen, dans la nouvelle d’Onerva du même nom, est une femme rejetée par une société qui voudrait que toutes les femmes soient dépendantes, paresseuses et souriantes ; Marketta étant radicalement étrangère à ce moule, elle a développé un tempérament négatif et misanthrope. Elle méprise tout particulièrement les artistes, en qui elle voit des parasites manipulateurs, comme son ancien mari, qui s’est servi d’elle pendant des années pour vivre à ses frais. Parente-Čapková en parle comme d’un des textes les plus ironiques d’Onerva :

  • 21 Parente-Čapková, 2003, p. 72.

Marketta’s small business is part of the market machinery promoting and perpetuating the institutionalisation and conventionalisation of “love’s life plot” for women […]. The company produces wedding dresses and night-gowns for “true women” who, unlike Marketta, can afford to be “fine, weak and helpless”. Marketta, though she tries to maintain her caustic and contemptuous stance towards all that “romantic nonsense”, cannot help from feeling envious: in this light, her forced independence has little to do with woman’s emancipation and liberation21.

28Dans « Veren ääni », l’oppression sociale est moins imprécise : c’est plus spécifiquement la bourgeoisie qui est vue comme le principal obstacle à l’émancipation des femmes. La protagoniste, Kaarina, est la fille d’un père qui a réussi à s’élever dans la société grâce à son esprit d’entreprise. Quand elle épouse un homme d’un milieu bourgeois et fennomane, elle comprend vite que son père est de trop basse extraction pour ce nouveau milieu et que cela se voit : leur élévation sociale n’était qu’un faux-semblant, elle et son père resteront toujours des ruraux pour les grands bourgeois de la ville.

  • 22 Onerva, 1911, p. 206-207.
  • 23 Ibid., p. 211 : Se oli sitä uudenaikaisen emansipatsionin hirveää villitystä.

29Elle comprend que les fennomanes ressentent pour le peuple un intérêt réel, mais hypocrite : en réalité, ils veulent mettre le peuple au musée ethnographique, pas l’asseoir à leur table22 et Kaarina, voyant que son père est traité par ces gens comme un moins-que-rien, décide d’assumer désormais son « sang », la voix de ses ancêtres pauvres, qui lui a transmis une haine atavique du bourgeois : elle devient aussitôt partisane de la lutte des classes et se retrouve évidemment en opposition à ses beaux-parents. La belle-mère critique cette folle émancipée, s’indigne qu’une femme puisse vouloir travailler hors du foyer : « C’était cette mode effroyable de l’émancipation moderne23 ».

30Chez Jotuni, le topos le plus courant dans l’évocation du mariage est qu’il s’agit d’un arrangement purement financier, imposé par la société, sans égard pour les souhaits réels des femmes. Ainsi, dans « Eriika », la protagoniste doit se marier en urgence pour des raisons financières, car la pension de la mère ne peut suffire à nourrir toute la famille.

  • 24 Jotuni, 1974, p. 80.

Maman avait raison. Il s’agissait désormais de procéder judicieusement. L’amour était un produit de luxe qu’elles ne devaient ni prendre en considération ni espérer24.

  • 25 Kallas, 2008, p. 394 : Siellä on samat herrat vastassa.
  • 26 Ibid. : Et sinä ole ensimmäinen etkä viimeinen, lapsi.

31Dans les quelques nouvelles d’Aino Kallas « première manière » qui sont centrées sur les femmes, c’est bien cet aspect social qui domine, notamment quand le contexte est celui de l’exploitation de tout le peuple estonien par les barons germano-baltes : c’est le cas dans « Häät », où un village estonien s’apprête à célébrer un mariage, quand soudain arrive la nouvelle que le baron balte local exige de faire usage de son droit de cuissage. La fiancée cherche immédiatement comment y échapper, mais son père lui explique que c’est sans espoir, que si elle refuse, les seigneurs la prendront de force. Quand elle envisage d’aller voir un juge, son père lui répond : « Tu trouverais face à toi les mêmes seigneurs25 ». La mère est tout aussi résignée : « Tu ne seras ni la première ni la dernière, mon enfant26 ». Toute la société semble avoir bien intégré l’idée que cette coutume est inéluctable, mais les jeunes mariés décident de se dresser contre cette assignation à la résignation et pactisent pour aller tous deux assassiner le baron, quitte à célébrer plus tard leur nuit de noces dans les camps de Sibérie…

Une sujétion sanctifiée par la religion ?

32Le rôle de la religion dans la subordination des femmes est un thème qui nous semble étonnamment peu présent dans notre corpus. De manière générale, il est vrai que la religion apparaît surtout dans les nouvelles les moins réalistes des recueils de Jotuni et Onerva (par exemple dans des nouvelles plus symbolistes telles que « Sielu » et « Lapsi » dans le premier recueil de Jotuni). En revanche, on retrouvera ce thème de façon plus prégnante dans la deuxième partie de cet article, notamment dans le cycle de l’Éros assassin d’Aino Kallas.

  • 27 Critique à laquelle se livre cependant Kallas dès son premier recueil, avec la nouvelle « Lukkari (...)

33Il est tentant d’attribuer cette discrétion à l’idée que nos trois autrices faisaient déjà suffisamment scandale, dans la Finlande des années 1900-1910, par leur manière de flétrir le sort que la société faisait subir aux femmes et de mettre en avant des figures de femmes avides d’indépendance et de plaisir : ajouter à ce palmarès une critique des structures ecclésiastiques27, dès leurs premiers recueils, leur a peut-être semblé trop téméraire, ou susceptible de rendre moins audibles le propos plus central de la servitude des femmes ?

34Aussi discret soit-il, ce thème n’est pas complètement absent des recueils objets du présent article, en particulier chez Jotuni. Ainsi, dans « Aappo » (Kun on tunteet), nouvelle évoquée ci-dessus, le pasteur favorise clairement les menées d’Aappo et lui permet de publier les bans sans même l’accord d’Anna, sa jeune « fiancée »… Moins explicitement, on sent également dans « Herran teitä » (Suhteita), dont le titre (« Les voies du Seigneur ») annonce la centralité du thème religieux, que la religion peut être dans ce contexte un précieux adjuvant pour les hommes mal intentionnés : dans cette nouvelle, la protagoniste est mise en garde contre l’homme qu’elle veut épouser, buveur et coureur notoire, mais elle estime que si Dieu les a mis ensemble, il y a une raison et qu’il ne faut pas s’y opposer. Une fois qu’ils sont mariés, l’homme la bat, elle met au monde des enfants chétifs et attardés, mais elle s’exonère une nouvelle fois de ses choix de vie et surtout excuse la violence de son mari, en affirmant que les voies du Seigneur sont impénétrables…

Peintures de la femme nouvelle

35À l’opposé des femmes qui subissent pleinement l’oppression masculine et sociale, on trouve dans les nouvelles de notre corpus des personnages qui incarnent la femme moderne, l’« Ève nouvelle » du début du xxe siècle, qui essaie tant bien que mal d’échapper aux déterminismes et de conquérir son autonomie.

Femmes seules

  • 28 Dauphin, 1991, p. 449.

36Les évolutions de la condition des femmes au fil du xixe siècle sont entre autres dues à la surmortalité des hommes, partant à la multiplication des femmes seules. Cet « excédent féminin28 » entraîne une forte présence dans les villes européennes de femmes qui se retrouvent contraintes de travailler pour vivre et donc, dans certains cas, d’accéder tant bien que mal à certains métiers traditionnellement considérés comme masculins :

  • 29 Ibid., p. 450.

Certes, l’éventail des métiers s’ouvre sur des choix restreints, mais leur conquête transforme profondément les solidarités traditionnelles, bouscule les rapports entre les hommes et les femmes sur le lieu de travail faits de concurrence et de résistance, et pénètre peu à peu les mentalités d’une réalité nouvelle où s’impose l’image de la femme au travail29.

37Dans notre corpus, cet aspect apparaît notamment dans le personnage de Salli, ouvrière parfaitement épanouie dans son travail à la scierie, à l’aise en compagnie des hommes, dans « Sahan tyttö ja hovin tyttö » (Onerva, Vangittuja sieluja), nouvelle sur laquelle nous reviendrons. Mais le plus souvent, la femme seule semble au contraire dans une impasse, au moins sur le plan affectif, comme Marketta Salminen dans la nouvelle éponyme d’Onerva : Marketta, vigoureuse entrepreneuse, est une femme acariâtre, épuisée par son travail et qui semble en vouloir à la Terre entière, notamment à son ex-mari, un artiste qui vivait à ses crochets, et à toutes les femmes qui ont une vie plus belle que la sienne.

  • 30 Ibid., p. 446.

38Onerva reprend en fait en le modernisant à peine un archétype littéraire, celui de la vieille fille, « antimodèle de la femme idéale30 », qui marque durablement l’évocation littéraire des femmes seules :

  • 31 Ibid., p. 458.

Dès lors que se profile un portrait de femme seule, il n’est guère de registre qui ne fasse référence à une déviance par rapport à l’idéal féminin, idéal défini par un statut juridique, une conception de l’amour, un déterminisme biologique et un code de beauté féminine31.

39Cette condition de femme seule n’en est pas moins également porteuse de riches potentialités, du point de vue des écrivaines féministes : la femme seule est celle qui revendique son autonomie et sa capacité à maîtriser son destin sans le secours des hommes :

  • 32 Ibid., p.457-458. Voir également Käppeli, 1991, p. 509 : « Au début du xxe siècle, la “femme nouve (...)

À partir de 1870, la figure de la célibataire heureuse de l'être, citadine, issue d'un milieu aisé, voyageuse, frottée de culture, tournant ostensiblement le dos aux rôles dévolus à la femme bourgeoise, s’affirme dans différents domaines de la création et de la vie publique32.

40Mais le fait est que, dans notre corpus, cette figure souvent évoquée de la « femme nouvelle » est en réalité parcourue de fêlures qui empêchent le modèle de se réaliser pleinement.

  • 33 Onerva, 1915, p. 130.

41Ainsi, dans « Kiusaus » d’Onerva (Vangittuja sieluja), Liina semble l’archétype de la femme nouvelle : elle est avocate et passe pour une femme parfaitement moderne et émancipée, qui assume son choix de n’avoir pas de famille ; mais elle révèle à la narratrice qu’en réalité, elle est amoureuse depuis son adolescence d’un homme marié à une autre et qu’elle a sacrifié son bonheur pour ne pas nuire à cet homme. Cela ne l’empêche en rien de se présenter comme une féministe convaincue, dont le parcours d’avocate dérive de sa prise de conscience « de la dépendance et de l’asservissement social de la femme33 », qui brocarde la distinction paternaliste Mademoiselle/Madame et s’oppose à la transmission du capital par héritage, autre instrument de l’oppression des femmes.

  • 34 La première avocate finlandaise est Agnes Lundell en 1911 ; elle a notamment été devancée par Arab (...)

42Le métier d’avocate est d’ailleurs emblématique des progrès de la cause des femmes au début du xxe siècle car seules quelques rares pionnières l’exerçaient34, ce qui rend d’autant plus frappant le fait que, malgré ce statut de pionnière en Finlande et ses convictions pro-émancipation, Liina reste, bien classiquement, marquée par la figure tutélaire de l’homme aimé, pour lequel elle a sacrifié son bonheur.

43Le dispositif narratif utilisé par Onerva quelques années plus tôt dans « Itsenäinen nainen » (Murtoviivoja), au titre programmatique (« Une femme indépendante »), était assez semblable : on y voit Ilmi, cantatrice devenue célèbre, se confier à son amie Aino et lui avouer que derrière tout le brio de son apparence de femme moderne, elle n’est pas heureuse. Tout le monde pense qu’elle a choisi cette vie indépendante, sans mari ni enfant (au contraire d’Aino), mais en réalité elle est déchirée par sa solitude et par son incapacité à être heureuse ; quand elle fait l’expérience de la vie de couple, les hommes ne lui conviennent jamais car ils lui sont soit supérieurs, soit inférieurs. Ce dispositif narratif où deux femmes comparent leur sort est fréquemment utilisé par Onerva (par exemple dans « Vangittuja sieluja ») et aboutit justement à l’idée que la modernité morale dont se parent certaines n’est pas plus une garantie d’épanouissement que le respect des traditions.

  • 35 Minun verilleni se ei sovi. Rakastan rajoja, sovinnaisuutta, muotoja, epävapautta.

44Dans « Vapaus », nouvelle de Jotuni tirée du recueil Suhteita, une femme fait le pari de la liberté, mais au bout d’un an d’amour libre, elle est épuisée, diminuée, et constate que la vie de femme moderne n’est décidément pas pour elle : « Ça ne convient pas à mon sang. J’aime les limites, les conventions, les formes, la non-liberté35 ».

45À la lecture de ces quelques exemples, on a l’impression que Jotuni et Onerva se demandent si les femmes sont vraiment capables d’être libres, si elles peuvent se hisser individuellement à la hauteur des grandes idées de l’époque.

46Chez Aino Kallas en revanche, dans un contexte un peu différent il est vrai (décor rural estonien, sans référence à la modernité), la femme seule est une force de la nature, qui se débrouille très bien sans homme, se montre capable de créativité (voir la façon dont la protagoniste de « Sotilaan äiti », dans Meren takaa II, invente une façon de vivre le deuil de son fils mort à la guerre) et d’initiative. Le meilleur exemple en est Ingel (dans la nouvelle du même nom issue de Meren takaa I), nourrice estonienne à qui a été confié le bébé de la baronne germano-balte qui l’emploie : tout en lui donnant le sein, elle sent monter en elle un élan d’indignation contre l’injustice sociale qui fait que ce bébé issu de la classe dominante aura une belle vie, alors que le sien, qui lui a été arraché en attendant le sevrage du petit noble, est condamné à une vie de servitude comme sa mère. Profitant d’un moment d’absence des maîtres, elle va retrouver son propre fils, échange les deux bébés puis s’enfuit du domaine.

47Même si l’acte d’Ingel est immoral, les notations axiologiques de la nouvelle (valorisation physique de la nourrice, peinture déplaisante du bébé germano-balte déjà despotique et conscient de sa supériorité…), bien typiques de la manière d’Aino Kallas, visent à inspirer au lecteur de la sympathie pour cette femme courageuse et opprimée, du dégoût pour le système de valeurs germano-balte, fondé sur la soumission, voire une forme d’inhumanité dans le cas présent.

Femmes assumant des rôles traditionnellement masculins

48La « femme nouvelle » qui apparaît chez nos trois nouvellistes est une femme qui assume des rôles stéréotypiquement masculins, notamment sur le plan professionnel, comme l’avocate de « Kiusaus », mais également en constituant le principal pôle actif du texte, au lieu de se borner à la passivité à laquelle sont souvent cantonnés les personnages de femmes. Ainsi, dans la nouvelle « Sahan tyttö ja hovin tyttö », Onerva emploie un dispositif dramatique particulièrement frappant où, à l’inverse des conceptions courantes, le personnage principal masculin, Mikko, est un personnage falot, presque un pantin, ballotté entre deux femmes radicales, passionnées, qui bousculent ses conceptions, chacune d’une façon contraire à l’autre : Salli, la « fille de scierie » du titre, se rêve en égérie du prolétariat et surtout en muse de Mikko, intellectuel destiné à devenir une figure éminente du socialisme finlandais. Leur couple platonique est mis à rude épreuve quand Salli surprend Mikko en grande conversation avec Verna, riche héritière qui, consciente de ses privilèges, affirme vouloir faire amende honorable et devenir utile socialement. Mais si Verna se montre certes active et entreprenante dans sa façon de séduire Mikko, c’est surtout Salli qui marque l’esprit du lecteur, notamment par ses revendications féministes dans lesquelles elle ne mâche pas ses mots :

  • 36 Onerva, 1915, p. 92 : Te miehet luulette ylipäänsä, että nainen aina nojaa mieheen ja että te senv (...)

Vous, les hommes, vous croyez qu’une femme s’appuie toujours sur un homme et qu’à cause de cela, vous nous êtes indispensables. À part mon père. Il m’a toujours dit qu’il ne regrettait pas du tout que je sois une fille. Il avait remarqué que ce sont les femmes qui sont les vrais hommes, il avait vu dans sa vie des bonnes femmes dont les hommes n’arrivaient pas à la cheville, dans quelque tâche que ce soit36.

49Un autre exemple frappant est la meurtrière, Veera, dans la courte nouvelle de Jotuni « Veripäivinä » (Kun on tunteet). Veera est une révolutionnaire qui décide que c’est elle qui doit tuer son frère qui a trahi leur cause et non son fiancé, qui se propose de le faire à sa place. Dans cette étonnante nouvelle d’une page où le contexte est à peine esquissé, la funeste détermination de Veera est l’unique sujet : « Doutes-tu ? – Jamais ».

50Mais la figure la plus importante de ce point de vue dans notre corpus est sans doute Maie, dans la nouvelle de Kallas « Lasnamäen valkea laiva », qui raconte le départ d’un groupe de sectateurs pour les plages de Tallinn, où le prophète Maltsvet (Juhan Leinberg, 1812-1885) leur a annoncé qu’un bateau blanc viendrait les chercher pour les emmener vers la nouvelle Canaan. Maie rejoint les sectateurs et se montre immédiatement active, prêchant la parole du prophète, suscitant la perplexité des sectateurs qui s’étonnent de cette femme qu’ils ne connaissent pas et qui embrasse si vite leur foi. Elle se montre de plus en plus prophétesse, sorte de substitut de Maltsvet en son absence, affirme voir le bateau blanc et consolide la foi des sectateurs dans les périodes de famine et de maladie où beaucoup d’entre eux se prennent à douter qu’arrive jamais le fameux bateau blanc.

  • 37 Voir Melkas, 2006, p. 44-49.

51Kukku Melkas a bien analysé les ressorts et l’originalité du personnage, figure non seulement de prophétesse mais également de poétesse, et sorte de reflet autobiographique de Kallas elle-même. Parmi les maltsvetistes, Maie se montre meilleure voyante que les hommes, prend les rênes du discours mystique et motivateur que s’arrogent généralement les hommes37 et constitue in fine un équivalent féminin des héros mythiques qui ont abandonné femme et foyer pour partir à l’aventure :

  • 38 Kallas, 1913, p. 50 : Kaikissa klassisissa kertomuksissa ja myyteissä lähteminen assosioituu poikk (...)

Dans tous les récits et mythes classiques, le départ est associé sans exception à l’homme et le fait de rester chez soi à la femme : cette dernière attend le retour au foyer du héros aventureux. […] La figure de Maie renverse immédiatement le mythe. […] Le voyage mythique de Maie peut être compris comme le commentaire ironique de l’autrice sur les possibilités, pour une femme, de partir en quête de soi et de renaître38.

Amour libre et sexualité épanouie

52Dans le domaine de la sexualité, les avancées féministes sont longtemps timides, comme le rappelle Anne-Marie Käppeli :

  • 39 Käppeli, 1991, p. 510.

En insistant sur le danger de la sexualité, on impose aux hommes et aux femmes la continence sexuelle comme remède à la double morale. Cette « pureté sociale » domine largement la scène féministe dans le dernier quart du xixe siècle. Au début du xxe siècle, une attitude plus positive face à la sexualité féminine peut se développer : d’une part, grâce à une première génération de femmes médecins qui ébauchent une reconquête du corps par la maîtrise scientifique et qui, par leur enseignement, suggèrent aux femmes de se défaire de la peur et de l’ignorance de leur propre corps ; d’autre part, grâce à la création de ligues néo-malthusiennes qui contribuent à la diffusion des moyens de contraception. Mais le terrain reste fragile. […] Le fait de séparer le plaisir sexuel de la procréation fait peur39.

53Parmi nos trois autrices, Onerva se montre tout de même plutôt hardie en la matière, notamment dans sa nouvelle « Manja Pavlovna » (issue du recueil Murtoviivoja), qui illustre de manière exemplaire la lassitude des féministes vis-à-vis de la réduction des femmes à un choix entre les images archétypales de la sainte et de la putain : Manja Pavlovna, noble Russe vivant à Paris, reproche amèrement à son amant de l’aimer trop timidement, respectueusement, et de ne donner libre cours à la passion amoureuse qu’avec d’autres femmes. Il se défend en disant qu’il ne pouvait tout de même pas lui montrer, à elle si parfaite, si noble, la part animale qui se trouve au cœur de chaque homme… Mais elle lui explique que c’est le contraire, que c’est justement ce qu’elle aurait voulu obtenir de lui et qu’elle est une femme de chair comme les autres : en lui interdisant de vivre comme les humains, on lui dénie selon elle toute humanité.

  • 40 Onerva, 1909, p. 135 : Sinun olisi pitänyt antaa kaikki, kuiskasi hän intohimoisesti, ja ennen kai (...)

Tu aurais dû tout me donner, chuchota-t-elle dans un élan passionné, et surtout justement cette part animale et instinctive. Elle revient à la femme, à celle dont l’homme est amoureux. Et moi, moi j’ai dû faire sans. C’est en vain que je l’ai attendue, que je l’ai espérée, désirée40 !

  • 41 C’est également le cas de « Hävittävää voimaa » déjà évoquée.
  • 42 On reconnaît bien là le topos typique du xixe siècle « Paris ville de dépravation », qui dans la l (...)
  • 43 Onerva, 1911, p. 57 : Ihmiset ovat lopultakin aina ypöyksinäisiä, tapahtui heidä näennäinen yhtymi (...)

54Il est rare de trouver dans la littérature finlandaise du début du siècle des allusions aussi directes à une sexualité débridée, ce qui n’en donne que plus de prix à ce cri du cœur poussé par Manja Pavlovna. Deux ans plus tard, une autre nouvelle d’Onerva, « Raina » (dans Nousukkaita), fait directement écho à « Manja Pavlovna41 ». Raina Valmari est une cantatrice célèbre qui vit à Paris et fréquente un amant qu’elle aime, Karilas, tout en ayant bien conscience que lui ne l’aime pas. Elle explique à sa confidente scandalisée qu’ils ne sont ensemble que pour le sexe, que pour elle, c’est d’ailleurs bien l’essentiel et que peu lui importe que Karilas l’aime ou non. Plongeant plus loin dans son passé, elle affirme qu’elle s’est intéressée à l’amour charnel dès son plus jeune âge, puis que les mœurs parisiennes n’ont fait qu’aggraver les choses42… Raina pense en fait que l’amour réciproque hommes-femmes est impossible, qu’il faut tout fonder sur le sexe, car de toute façon tout n’est qu’écume et surface dans les relations humaines : « Au bout du compte, les gens sont toujours seuls, quel que soit le nom de code dont ils affublent leur union43 … ».

55Parente-Čapková rappelle la difficulté qu’il y avait pour les autrices, encore au début du xxe siècle, à s’approprier l’érotisme, dans une société qui associait la sexualité féminine à la prostitution :

  • 44 Parente-Čapková, 2003, p. 62.

It is also important to note that, as already suggested, this view was class-specific: asexuality was associated with upper- and middle-class women, while sexuality was associated with lower-class prostitutes. While for men, sexuality was simply one of specialised domains, for woman it either did not exist, or it constituted her entire being44.

56À propos de « Hävittävää voimaa », nouvelle dans laquelle Orismala, comme on l’a vu, craint la « force destructrice » que constituent selon lui les appétits érotiques de la femme, Parente-Čapková écrit également :

  • 45 Ibid., p. 64.

[B]ehind the façade of male reason and spirituality there often lurks not only the fear of unbound female sexuality, but, most of all, the fear of the combination of female sexuality with self-awareness, intellect and independence, a combination perceived as particularly threatening45.

57Cela se vérifie en effet chez nombre de figures onerviennes de jeunes femmes urbaines et intellectuelles qui n’ont aucune envie de mettre leurs appétits sexuels sous le boisseau – notamment Mirdja dans le roman du même nom, hors de notre corpus.

58Chez Jotuni, le thème de l’amour charnel est moins directement présent, à part dans « Aina », qui se trouve être la première nouvelle du recueil Suhteita, ce qui lui confère tout de même, au moins symboliquement, une place de choix dans l’œuvre jotunienne. Aina y est une femme obsédée par un homme dont elle croit qu’il l’aime ; cet amour supposé initie Aina à la matérialité du désir :

  • 46 Jotuni, 1974, p. 11 : Ennen oli Aina ollut niin lapsellinen, että häntä oli vaivannut ihmisen ruum (...)

Auparavant, Aina avait été puérile au point d’être perturbée par l’aspect charnel de l’être humain. Désormais, elle pensait volontiers aux formes de son corps, se respectait, et jouissait du fait d’être une femme de chair vive et de sang46.

59La revendication de l’amour libre, qui est une conséquence possible de l’aspiration à une sexualité épanouie, apparaît dans au moins deux nouvelles du recueil de Jotuni Suhteita, « Oliivia » et la très courte vignette « Nainen ». La première fait le portrait d’une séductrice (d’une « hétaïre », comme l’appelle son amant) qui constate qu’on finit toujours par se lasser des hommes, tous si crédules et si semblables les uns aux autres, et en a donc pris son parti en changeant régulièrement de partenaire. Dans la seconde, « Nainen », une femme réclame à son soupirant une totale liberté et laisse même entendre qu’elle ne veut pas qu’un seul homme soit le père de tous ses enfants. L’homme est scandalisé :

  • 47 Jotuni, 1905 : Mutta mies kauhistui äänettömäksi naisen suurta siveettömyyttä. Kuinka hän olisi vo (...)

Mais il frémit d’une horreur muette devant l’extrême indécence de sa compagne. Comment aurait-il pu ! Jamais de la vie ! Cela allait manifestement contre la religion et la bienséance, contre la société et les bonnes mœurs47.

60Mais ces hauts cris ne sont que pure hypocrisie : dans une conclusion ironique, la narratrice révèle que l’homme lui-même est père de plusieurs enfants non reconnus, qu’il a donc pris sans se gêner cette liberté d’avoir plusieurs partenaires.

61Comme on le voit de manière particulièrement nette dans ce dernier cas, l’évocation de la sexualité des femmes permet non seulement d’évoquer des aspirations légitimes mais également de stigmatiser la double morale qui régnait à l’époque, valorisant les hommes qui multipliaient les liaisons mais vilipendant les femmes tentées d’en faire autant.

Tabous sur la maternité

62Un autre aspect révélateur d’une certaine hardiesse dont font preuve nos trois autrices eu égard à leur époque de publication est la façon dont elles enfreignent certains tabous sur la maternité. La nouvelle la plus importante pour cette thématique est « Hämärässä », de Jotuni, dans Suhteita, nouvelle où deux femmes dialoguent sur le bonheur et le sens de la vie et comparent leurs opinions sur le fait d’avoir des enfants. Helga se moque bien de faire des enfants et de perpétuer l’espèce humaine, elle préfère sa vie de comédienne sans attaches ; son amie Essi, au contraire, sent bien que faire des enfants est pour une femme le but suprême. Helga va jusqu’à nier l’importance de l’amour, voire la réalité de l’amour maternel :

  • 48 Jotuni, 1974, p. 33-34 : ”Jokainen ajatteleva äiti rakastaa lapsessaan tulevaisuutta. Jokainen äit (...)

– Ce que toutes les mères douées de raison aiment dans leur enfant, c’est l’avenir. Et toutes les mères aiment.
– Toutes, je ne pense pas. Si elles n’éprouvent pas d’amour par ailleurs, elles n’en ont pas non plus pour leur enfant.
– Mais si, Helga, c’est la loi de la nature48 !

63Helga révèle alors son secret : en réalité, elle a eu un enfant mais l’a abandonné, donc elle parle d’expérience… Cette nouvelle enfreint donc un tabou majeur en affirmant qu’une femme peut ne pas éprouver d’amour maternel.

64Chez Onerva, on peut évoquer « Veren ääni », où Kaarina, jeune parvenue issue de la campagne mais mariée à un homme de la haute société, se prend à songer, à l’issue d’un repas avec ses beaux-parents, que si jamais elle avait des enfants issus de ces grands bourgeois, il lui viendrait des envies de tuer ses propres enfants…

  • 49 Onerva, 1911, p. 211 : Hänenkö olisi pitänyt vielä lisäksi tehdä vapaaherrallisia lapsia ! Hän oli (...)

Elle aurait donc dû faire des enfants aristocratiques, par-dessus le marché ! Elle aurait été capable de tuer un enfant dont ne serait-ce qu’un trait eût rappelé cette race haïe. La voix de son sang lui interdisait de frayer avec l’ennemi49.

65Les nouvelles de nos trois autrices sont d’autant plus riches en « points-valeurs », pour reprendre la terminologie de Vincent Jouve, qu’elles sont souvent construites sur une opposition axiologique illustrée par l’affrontement de deux personnages. Dans « Manja Pavlovna » (Onerva), le personnage-titre valorise la liberté sexuelle de la femme tandis que son interlocuteur valorise une vision traditionnelle où la femme (tout du moins, lorsqu’elle est aristocrate) doit être une madone à la sexualité discrète et non revendicatrice. Dans « Hämärässä » (Jotuni), Helga valorise la liberté des femmes sans enfants quand son amie Essi ne conçoit pas la féminité sans une maternité épanouie.

66La préférence de la voix narrative, dans ces textes, ne fait guère de doute : les femmes qui cherchent une voie d’émancipation sont systématiquement mises en avant, tandis que les personnages plus conservateurs sont présentés sous un jour moins positif. Mais ce dispositif n’est pas aussi transparent qu’il y paraît, en particulier parce qu’il se double fréquemment de considérations plus ou moins critiques envers les femmes.

Modalités d’un discours critique à l’égard des femmes

  • 50 Il ne nous semble en revanche pas que cet aspect apparaisse dans les textes d’Aino Kallas.

67Un aspect intéressant des textes de Jotuni et Onerva50 est que, quoique centrés sur la lutte contre les injustices faites aux femmes et contre l’assujettissement de celles-ci, ils ne sont pas exempts de notations assez critiques envers certaines catégories de femmes, voire envers la féminité dans son ensemble, reprenant ainsi de façon plus ou moins assumée des clichés misogynes. Ces aspects critiques peuvent se dévoiler dans les rapports entre les personnages ou dans certaines prises de position de la voix narrative.

Passivité et appât du gain

68Onerva est particulièrement coutumière des passages où la voix narrative décoche des brocards contre les femmes en général ou contre une catégorie abstraite de femmes. Ainsi, dans « Veren ääni » (Nousukkaita), Kaarina est présentée comme une enfant gâtée, fille d’un père parvenu : elle n’a jamais eu à produire le moindre effort personnel et sa réussite cache un fond de paresse, de vanité et de passivité. Onerva s’intéresse particulièrement à cette passivité sur le plan érotique :

  • 51 Onerva, 1911, p. 198-199 : Se hengen itserakas velttous, joka koulu-oloissa oli merkinnyt laiskuut (...)

Cette prétentieuse mollesse de l’esprit, qui à l’école avait signifié une forme de paresse, se transforma sur le plan érotique en une passivité toute féminine. […] Kaarina n’aimait qu’elle-même et composait, précisément pour cette raison, une sorte de pôle de puissance clos qui attirait tout le monde vers elle. Elle vivait dans une atmosphère de perpétuelles sollicitations amoureuses et s’y trouvait fort bien51.

  • 52 Sur l’arrivisme chez Onerva, voir Parente-Čapková, 2003.

69La « passivité toute féminine » est particulièrement notable à titre de preuve de l’intériorisation des clichés sur le partage générique des caractéristiques humaines… Par ailleurs, un autre défaut de Kaarina est nettement signalé dans la nouvelle : c’est une arriviste, comme la plupart des personnages du recueil Nousukkaita52. Elle ne fraie qu’avec des gens au-dessus d’elle et rencontre ainsi un jeune baron, qui dépend toujours de ses parents, à qui il avoue malencontreusement leur liaison, affirmant même (par provocation) qu’ils sont fiancés. Le jeu amoureux du baron et de Kaarina devient une contrainte sociale et ils doivent se marier. Faire un mariage d’intérêt ne la dérange d’ailleurs pas, bien au contraire :

  • 53 Onerva, 1911, p. 202 : Nimi-avioliiton taipumus asui Kaarinan veressä kuten vielä nykyään niin mon (...)

Kaarina avait dans le sang cette tendance au mariage d’intérêt qu’ont, aujourd’hui encore, nombre de jeunes filles finlandaises, chez qui il y a plus de vanité que de fierté, plus d’ambition que de respect de soi-même53.

70D’autres nouvelles de Nousukkaita s’en prennent ainsi aux mœurs supposées trop légères des femmes en général et des Finlandaises en particulier, l’exemple le plus parlant étant sans doute « Naamiaiset », description d’une véritable « michetonneuse », Suoma, jeune rurale montée à Helsinki pour suivre ses rêves de culture et de grande vie, qui fréquente les étudiants à la mode pour singer leurs mœurs, hante les bancs de l’université sans parvenir à achever le moindre cursus et se dit finalement, quand l’argent vient à manquer, que le mieux à faire serait d’épouser un jeune docteur pour joindre l’utilise à l’agréable.

  • 54 Jotuni, 1974, p. 61 : Ei niin, ettei minusta olisi ollut köyhän miehen vaimoksi. Köyhälle minä oli (...)

71Cette vision marchande des rapports humains, et de l’amour en particulier, est au cœur de nombreuses nouvelles de Maria Jotuni, notamment dans « Hilda Husso », une des nouvelles de Jotuni les plus célèbres en Finlande. En réalité, deux nouvelles de Jotuni portent ce titre, une dans Suhteita et l’autre dans Kun on tunteet. Dans les deux textes, il s’agit d’un dialogue téléphonique sans narration, où l’on n’entend que la voix de Hilda qui discute avec Lundqvist, le père de son fils : dans la première nouvelle, elle lui réclame de l’argent pour élever leur fils et dans la seconde, qui se déroule six ans plus tard, elle se vante de s’apprêter à faire un mariage d’argent et de pouvoir à ce titre donner de l’argent à Lundqvist, pour peu qu’il veuille bien la revoir le temps d’un rendez-vous... C’est cette même toute-puissance de l’argent qui est illustrée dans « Kuolema », où la vieille Pärsky attend fébrilement la mort de son mari malade pour récupérer un maigre pécule qu’il cachait dans ses vêtements et dans « Rakkautta », où la protagoniste explique que son mariage est le résultat d’un arrangement financier avec son futur mari, tout en affirmant hypocritement que la richesse est évidemment secondaire : « Non pas que je n’aurais pas pu être la femme d’un pauvre. J’étais même faite pour épouser un pauvre. J’aurais fait une bonne épouse d’homme pauvre54 ».

72Il y a chez Jotuni et Onerva, par le biais de ce genre de personnages, tout un système d’anti-valeurs qui est mis en place, principalement par des dialogues où des personnages de femmes présentées comme éminemment déplaisantes (sous des dehors parfois hypocritement séduisants) révèlent les petites médiocrités dont elles se rendent ou se sont rendues coupables. Parmi ces personnages féminins connotés négativement, certains servent spécifiquement à mettre en scène la lutte des femmes contre elles-mêmes : en effet, les ennemis des femmes avides d’indépendance ne se recrutent pas que chez les hommes, ce sont parfois d’autres femmes qui font le plus obstacle à leur épanouissement.

Antagonismes strictement féminins

73Si l’on cherche des exemples de manifestation de sororité entre les personnages féminins de nos trois autrices, la récolte est maigre : les nouvelles d’Onerva jusqu’en 1915 ne nous semblent offrir aucun exemple convaincant de solidarité féminine et chez Jotuni, l’on ne peut guère évoquer que « Kansantapa », qui présente certes un exemple de solidarité féminine mais autour d’un fait dérisoire, l’histoire d’une femme qui se livre à la « tradition populaire » du vol domestique et se fait aider pour cela par Lois-Kaisa, une routarde chargée de vendre ce que la maîtresse de maison soustrait à la garde de son mari avare.

74Nos autrices ont tendance au contraire à opposer les femmes entre elles : ainsi Marketta Salminen, dans la nouvelle éponyme d’Onerva, jalouse-t-elle les autres femmes, qui, selon elle, vivent dans le luxe et l’oisiveté pendant qu’elle doit travailler durement pour vivre. Dans la nouvelle « Elina », l’héroïne est une belle jeune femme de 17 ans décidée à jouir de ses charmes, à Berlin, lors d’un voyage avec sa mère et une amie de celle-ci. Toutes deux l’exaspèrent, avec leur Baedeker et leur tourisme, alors qu’Elina veut juste rencontrer des hommes :

  • 55 Onerva, 1912, p. 9 : Minkätähden naiset aina olivat hänelle niin pahoja ja miehet aina niin hyviä? (...)

Pourquoi donc les femmes étaient-elles toujours si méchantes avec elle, et les hommes si gentils ? Elle convenait tout à fait aux hommes telle qu’elle était, mais aux femmes jamais. Elle l’avait constaté chez son père, chez sa mère, chez tout le monde. Seuls les hommes la comprenaient, c’est bien pourquoi elle préférait leur compagnie55.

  • 56 Précisons qu’en l’occurrence, la façon dont Onerva présente Elina, son héroïne si entreprenante et (...)

75Elle finit par tomber sur un artiste tchèque romantique, dans un café, mais sa mère et sa compagne lui reprochent cette « accointance de rue » et la persuadent de le quitter au nom de la bonne société. On voit ici que la quête d’autonomie ne se fait pas que vis-à-vis des hommes et de la structure de la société, mais également vis-à-vis des autres femmes56.

76Poussée à l’extrême, cette opposition aboutit au motif des femmes qui profitent de l’état de subordination d’autres femmes. Ce thème peut se retrouver marginalement chez Onerva, mais les nouvelles de Jotuni l’illustrent particulièrement bien, notamment « Matami Röhelin » (Rakkautta) et « Vasten mieltä » (Kun on tunteet).

77Madame Röhelin est une femme qui prend en pension des enfants pour le compte de mères qui se trouvent dans l’incapacité de s’en occuper ; pour ce service, elle n’hésite pas à faire payer le prix fort, en rappelant bien que si l’on s’occupe mal des bébés, ils risquent de mourir… Ses menaces voilées sont particulièrement sinistres, mais son interlocutrice, dans la nouvelle, se trouve dans des circonstances qui la forcent à accepter de payer un prix excessif. Quant à « Vasten mieltä », c’est un dialogue où une femme raconte ses trois ans d’un mariage malheureux, mariage d’intérêt, sans amour, où elle s’est retrouvée exploitée par sa belle-mère qui s’en servait comme d’une employée non payée.

Des clichés misogynes ambigus

78Comme on l’a vu, nos autrices ont su brocarder la misogynie de certains de leurs personnages masculins, ce qui est un attendu de toute littérature féministe. Mais cela ne les a nullement empêchées de mettre certains clichés misogynes dans la bouche de personnages féminins, voire dans les propos tenus par la voix narrative, ce qui rend la chose intéressante à plus d’un titre : d’une part, un personnage de femme employant un topos misogyne peut traduire l’imprégnation de la pensée « patriarcale » et la difficulté qu’il y a pour les femmes à faire bloc contre la domination masculine. Cela rejoint alors pour nos autrices le thème développé ci-dessus du manque de solidarité entre femmes. D’autre part, quand la voix narrative émet une idée misogyne, se pose la question de l’ironie potentielle du propos : question qui peut se résoudre plus ou moins facilement chez Jotuni, dont le style allusif se prête particulièrement bien à une ironie très présente, tandis que chez Onerva, peu portée sur l’ironie, ces notations misogynes paraissent d’autant plus remarquables.

  • 57 Nous soulignons l’élément principal révélant l’ironie du propos. Ja olisivat vieläkin, ellei se Pe (...)

79Un exemple d’ironie manifeste dans le maniement du cliché misogyne se trouve dans la nouvelle de Jotuni « Naapurukset » (Kun on tunteet). Deux frères fermiers et voisins, Esaias et Petter, se disputent et la voix narrative explique que leur différend trouve évidemment son origine dans la femme de l’un d’entre eux : « [Et leurs terres constitueraient toujours un seul et même domaine] si Petter n’avait pas épousé Serahviina. C’était elle, en effet, qui était la cause de leur dispute. Après tout, c’est la femme qui a apporté la discorde en ce monde, comme chacun sait57 ».

80Quant à Onerva, il lui arrive de reprendre certains clichés désobligeants sur les femmes sans qu’il soit possible de dire de façon univoque si ces propos sont à prendre au premier ou au second degré. Dans « Raina », pour évoquer le physique de son héroïne, elle écrit, dans la bouche de la narratrice enchâssée :

  • 58 Onerva, 1911, p. 47 : Hän oli sitä, mitä naiset yleensä eivät milloinkaan ole : itsestään vastaava (...)

Elle était tout ce que la plupart des femmes ne sont jamais : responsable d’elle-même, franche, majestueuse, un être courageux, tout à fait dénué de mesquinerie et de médiocrité. […] Elle n’était jamais jalouse, ne jugeait pas, n’insultait personne, ne se fâchait jamais, même pour des méchancetés, ne proférait jamais la moindre parole méprisante à l’encontre de son prochain58.

81C’est là une manière de faire le portrait en creux des femmes ordinaires et le moins qu’on puisse dire, est que ce portrait est à charge… Il est vrai que ces paroles sont celles de la narratrice enchâssée, une femme qui a connu Raina lors de son séjour à Paris et dont la suite de la nouvelle apprend au lecteur qu’elle est à la fois fascinée par Raina et peu encline à partager les idées scandaleuses de celle-ci sur l’amour libre. Son univers de valeurs est donc a priori bien différent de celui de la voix narrative onervienne « classique » et le point-valeur ainsi constitué, pour reprendre les termes de Vincent Jouve, serait donc mis à distance par l’autrice. Il n’en demeure pas moins que, sur le plan stylistique, l’ironie est loin d’être évidente.

82La nouvelle de Jotuni « Eriika », déjà évoquée, fait quant à elle usage de ce qui n’est pas en soi un cliché misogyne mais a pu le devenir : le désir de soumission, voire le fantasme masochiste du viol. Dans cette nouvelle, Eriika, femme célibataire victime d’une pression sociale qui la pousse à faire rapidement un mariage d’argent, reste en effet obsédée par un artiste pour qui elle a posé jadis et qui jetait sur elle un regard impérieux, possesseur, auquel il était impossible de résister :

  • 59 Jotuni, 1874, p. 82.

Combien misérable et impuissante elle avait été, et combien elle était pleine de désir, du désir de se laisser violer par ce regard ? Elle était une mauvaise femme, la plus infâme de toutes, elle n’avait qu’un seul désir, celui de pouvoir se soumettre, et un seul plaisir : souffrir, sentir sa médiocrité59.

  • 60 Ibid., p. 83.

83À l’heure de se choisir un mari suffisamment riche pour mettre sa famille à l’abri du besoin, elle sent que, qui qu’elle puisse choisir, seul cet homme mystérieux et qui lui inspire ce désir de soumission a un « droit sur elle60 ». C’est là un exemple parlant, une nouvelle fois, des tabous que nos autrices se faisaient un plaisir d’enfreindre, quitte à faire scandale et à être accusées de desservir la cause qu’elles prétendaient vouloir faire avancer.

  • 61 Maugue, 1991, p. 532.
  • 62 Ibid., p.543.

84Ce parti pris de ne pas peindre un tableau systématiquement positif ou avantageux du sexe féminin peut procéder d’un simple souci de réalisme ou d’une volonté de ne pas être trop schématique, mais il faut rappeler plus généralement que les ruptures dans les représentations littéraires ont tendance à se faire en douceur. Comme le rappelle Annelise Maugue, beaucoup d’autrices du xixe et du début du xxe siècle ont continué de prôner pour les femmes des valeurs « féminines », telles que l’abnégation ou l’oubli de soi dans la maternité : George Sand, en marge de Lélia et Consuelo, a donné « en exemple des personnages qui sont comme une négation d’elle-même »61, les héroïnes de George Eliot passent leur temps à contraindre leurs instincts et Colette a terminé la série des Claudine en faisant de sa protagoniste la garde-malade de son mari… « Trop inquiètes encore de leurs audaces, les femmes, pour ne pas rester vulnérables aux railleries, aux pressions, aux menaces, aux refus, mettent d’elles-mêmes à leurs élans des bornes62. »

Conclusion

85Au terme de ce passage en revue des premières nouvelles à thème féministe de Kallas, Jotuni et Onerva, on ne peut que constater la richesse des modalités selon lesquelles la lutte pour l’émancipation des femmes est reflétée dans leurs œuvres : Jotuni et Onerva proposent des visions dysphoriques du couple amoureux pour mieux stigmatiser la sujétion des femmes (et, dans le cas de Jotuni, la toute-puissance de l’intérêt financier) et quand elles évoquent des femmes plus autonomes, c’est le plus souvent pour les placer dans une impasse sur le plan personnel. Kallas, qui situe ses héroïnes dans un contexte socio-historique très différent, les peint généralement sous un jour plus valorisant, comme d’efficaces opposantes aux injustices de la société, comme des héroïnes qui, par leur combat, parviennent à se réaliser pleinement.

86Ce corpus constitue en tout cas, sur les onze années qu’il embrasse, à l’aube du xxe siècle, un ensemble assez cohérent, qui semble justifier notre titre postulant l’existence d’une « génération » féministe dans la littérature finlandaise. Cette assertion demande toutefois à être affinée sur la période suivante, qui permettra notamment de prendre en compte les principaux chefs-d’œuvre d’Aino Kallas et d’examiner la façon dont l’historiographie littéraire finlandaise évoque ce moment clef du féminisme.

Haut de page

Bibliographie

Dauphin Cécile, 1991, « Femmes seules » in Duby Georges & Perrot Michelle, Histoire des femmes en Occident. Le xixe siècle, Plon, Paris, p. 445-459.

Jotuni Maria, 1905, Suhteita [Liaisons], Otava, Helsinki.

Jotuni Maria, 1930, Kootut teokset [Œuvres complètes], Otava, Helsinki.

Jotuni Maria, 1974, Novelleja [Nouvelles], Otava, Helsinki.

Jouve Vincent, 2001, Poétique des valeurs, Puf, Paris.

Kallas Aino, 1904, Meren takaa [Derrière la mer], Otava, Helsinki.

Kallas Aino, 1905, Meren takaa: toinen sarja [Derrière la mer : seconde série], Otava, Helsinki.

Kallas Aino, 1913, Lähtevien laivojen kaupunki [La Ville des bateaux en partance], Otava, Helsinki.

Kallas Aino, 2008, Valitut teokset [Œuvres choisies], Otava, Helsinki. 

Käppeli Anne-Marie, 1991, « Scènes féministes » in Duby Georges & Perrot Michelle, Histoire des femmes en Occident. Le xixe siècle, Plon, Paris, p. 495-526.

Klassikkogalleria, URL : http://www.helsinki.fi/sukupuolentutkimus/klassikkogalleria/canth/index.htm (consulté le 27.8.2020).

Maugue Annelise, 1991, « L’Ève nouvelle et le vieil Adam » in Duby Georges & Perrot Michelle, Histoire des femmes en Occident. Le xixe siècle, Plon, Paris, p. 527-543.

Melkas Kukku, 2006, Historia, halu ja tiedon käärme Aino Kallaksen tuotannossa [L’histoire, le désir et le serpent de la connaissance dans l’œuvre d’Aino Kallas], SKS, Helsinki.

Michaud Stéphane, 1991, « Idolâtries : représentations artistiques et littéraires » in Duby Georges & Perrot Michelle, Histoire des femmes en Occident. Le xixe siècle, Plon, Paris, p. 125-146.

Onerva L., 1909, Murtoviivoja [Lignes brisées], Otava Helsinki .

Onerva L., 1911, Nousukkaita [Parvenus], Kustannusosakeyhtiö kirja, Helsinki .

Onerva L., 1912, Mies ja nainen [Homme et femme], Kirja, Helsinki.

Onerva L., 1915, Vangittuja sieluja [Âmes captives], Kirja, Helsinki.

Parente-Čapková Viola, 2003, « Free love, mystical union or prostitution » in Lyytikäinen Pirjo, Changing scenes, SKS, Helsinki, p. 54-84.

Parente-Čapková Viola, 2013 « La vergogna motivazionale e paralizzante. La figura del parvenu negli scritti di L. Onerva, sullo sfondo storico della Finlandia di inizi Novecento » [La honte motivationnelle et paralysante. La figure du parvenu dans les textes de L. Onerva, dans le contexte historique de la Finlande du début du XXe siècle] in Lingue e letterature d’Oriente e d’Occidente, no 2 (2013), p. 423-438.

Rochefort Florence, 2018, Histoire mondiale des féminismes, Puf, Paris.

Rossi Riikka, 2007, Le naturalisme finlandais : une conception entropique du quotidien, SKS, Helsinki.

Haut de page

Notes

1 Cette proximité thématique a souvent été évoquée dans la recherche littéraire finlandaise : « Dans les nouvelles histoires de la littérature [finlandaise], la production de ces autrices est rattachée à la féminité moderne et aux nouveaux thèmes érotiques » (Melkas, 2006, p. 15).

2 Rochefort, 2018, p. 4.

3 Rappelons que « [le terme] est adopté dans le sens militant qu’on lui connaît aujourd’hui par la suffragiste française Hubertine Auclert (1848-1914), puis par l’ensemble de l’hexagone avant de se diffuser dans nombre de langues, gardant souvent un sens subversif et dérangeant » (Rochefort, 2018, p. 7). Il n’apparaît pas dans les nouvelles de notre corpus.

4 Käppeli, 1991, p. 495.

5 Ibid., p. 525.

6 Jouve, 2001, p. 9.

7 Ibid., p. 33.

8 Ibid., p. 35.

9 C’est moins vrai dans le cas de Kallas, chez qui cette thématique ne devient prépondérante qu’à partir de 1921.

10 Jouve, 2001, p. 34.

11 Michaud, 1991, p. 125-126.

12 Ibid, p. 129.

13 Rochefort, 2018, p. 64.

14 Voir Ibid., notamment p. 40-47.

15 Voir Käppeli, 1991, en particulier p. 512-513.

16 Voir par exemple l’article de Maija Minnala dans Klassikkogalleria, galerie de portraits des penseuses féministes les plus influentes en Finlande : Klassikkogalleria, URL : http://www.helsinki.fi/sukupuolentutkimus/klassikkogalleria/canth/index.htm.

17 Vaimonsa hahmossa vihasi hän koko nais-sukupuolta, jolla ei ollut muuta tehtävää tässä maailmassa kuin olla miehen viettelyksenä ja vitsauksena. Mutta koska oli hyödytöntä ja turhaa toivoa, että mikään muuttuisi, piti hän arvottomana antaa sisälliselle loukkautumiselleen mitään näkyvää muotoa. Se keskittyi kaikki tähän ainoaan asenteeseen: olla niinkuin ei vaimoa olisi ollutkaan

18 Onerva, 1912, p. 58 : Jos sitä aiot ajaa takaa, saat lakkaamatta erota ja yhtyä, vaihtaa miehiä… Sen mukaan ei voi toimia. Se on hävittävää voimaa. Ja on oikein, että yhteiskunta tuomitsee ne, jotka sen vaiston pyörremyrskyssä kiitävät.

19 Ibid., p. 62 : Tahdon oman ihmis-arvoni ja miehestä riippumattoman arvioimisen! […] Minun täytyy saada olla sellainen kuin olen. Ja juuri jotakin muutakin kuin nainen, itsenäinen ihminen!

20 Ibid., p. 66 : Hullu se on, joka naisen kanssa rupeaa väittelemään.

21 Parente-Čapková, 2003, p. 72.

22 Onerva, 1911, p. 206-207.

23 Ibid., p. 211 : Se oli sitä uudenaikaisen emansipatsionin hirveää villitystä.

24 Jotuni, 1974, p. 80.

25 Kallas, 2008, p. 394 : Siellä on samat herrat vastassa.

26 Ibid. : Et sinä ole ensimmäinen etkä viimeinen, lapsi.

27 Critique à laquelle se livre cependant Kallas dès son premier recueil, avec la nouvelle « Lukkari ja kirkkoherra », mais dans un cadre qui n’a rien à voir avec la condition féminine.

28 Dauphin, 1991, p. 449.

29 Ibid., p. 450.

30 Ibid., p. 446.

31 Ibid., p. 458.

32 Ibid., p.457-458. Voir également Käppeli, 1991, p. 509 : « Au début du xxe siècle, la “femme nouvelle” est célibataire et fière de sa force intérieure ».

33 Onerva, 1915, p. 130.

34 La première avocate finlandaise est Agnes Lundell en 1911 ; elle a notamment été devancée par Arabella Mansfield en 1869 (États-Unis), Lidia Poët en 1889 (Italie), Olga Petit en 1900 (France) et Henny Magnussen en 1909 (Danemark). Le sujet est en tout cas d’une actualité brûlante à l’époque.

35 Minun verilleni se ei sovi. Rakastan rajoja, sovinnaisuutta, muotoja, epävapautta.

36 Onerva, 1915, p. 92 : Te miehet luulette ylipäänsä, että nainen aina nojaa mieheen ja että te senvuoksi olette meille välttämättömiä. Paitsi isäni. Hän sanoi minulle aina, ettei hän ollenkaan pahotellut sitä, että minusta oli tullut tyttö. Hän oli tullut huomaamaan, että naiset ne ne vasta oikeita miehiä olivatkin ja oli nähnyt elämässään sellaisia vaimo-ihmisiä, joille eivät miehet vetäneet vertoja missään tehtävässä.

37 Voir Melkas, 2006, p. 44-49.

38 Kallas, 1913, p. 50 : Kaikissa klassisissa kertomuksissa ja myyteissä lähteminen assosioituu poikkeuksetta mieheen ja jääminen puolestaan naiseen : nainen jää odottelemaan seikkailevan sankarin kotiinpaluuta. […] Maien hahmo kääntää myytin heti päälaelleen. […] Maien myyttistä matkaa voi lukea naiskirjailijan ironisena kommenttina naisen mahdollisuuksille lähteä etsimään itseään ja syntyä uudestaan.

39 Käppeli, 1991, p. 510.

40 Onerva, 1909, p. 135 : Sinun olisi pitänyt antaa kaikki, kuiskasi hän intohimoisesti, ja ennen kaikkea juuri se eläimellinen ja vaistomainen. Se kuuluu naiselle, sille naiselle, jota mies rakastaa. Ja minä, minä olen saanut olla ilman sitä. Olen sitä turhaan odottanut, janonnut, himoinnut!

41 C’est également le cas de « Hävittävää voimaa » déjà évoquée.

42 On reconnaît bien là le topos typique du xixe siècle « Paris ville de dépravation », qui dans la littérature finlandaise se retrouve notamment dans Yksin (Seul) de Juhani Aho. Voir à cet égard Rossi, 2007.

43 Onerva, 1911, p. 57 : Ihmiset ovat lopultakin aina ypöyksinäisiä, tapahtui heidä näennäinen yhtymisensä minkä tunnussanan varjolla tahansa

44 Parente-Čapková, 2003, p. 62.

45 Ibid., p. 64.

46 Jotuni, 1974, p. 11 : Ennen oli Aina ollut niin lapsellinen, että häntä oli vaivannut ihmisen ruumiillisuus. Nyt hän ajatteli mielellään ruumiinsa muotoja, kunnioitti itseään ja nautti siitä, että hän oli nainen, että hän oli elävää lihaa ja verta.

47 Jotuni, 1905 : Mutta mies kauhistui äänettömäksi naisen suurta siveettömyyttä. Kuinka hän olisi voinut! Ei koskaan! Sehän olisi vasten uskontoa ja siveyttä, vasten yhteiskuntaa ja tapoja.

48 Jotuni, 1974, p. 33-34 : ”Jokainen ajatteleva äiti rakastaa lapsessaan tulevaisuutta. Jokainen äiti rakastaa.”En usko, että jokainen. Ellei muutenkaan rakkautta ole, ei sitä ole lapseenkaan.”Täytyy olla, Helga, se on luonnon laki!”

49 Onerva, 1911, p. 211 : Hänenkö olisi pitänyt vielä lisäksi tehdä vapaaherrallisia lapsia ! Hän olisi voinut tappaa lapsen, jonka ainoakaan piirre olisi muistuttanut tuota vihattua rotua. Veren ääni kielsi häntä sekaantumasta viholliseen.

50 Il ne nous semble en revanche pas que cet aspect apparaisse dans les textes d’Aino Kallas.

51 Onerva, 1911, p. 198-199 : Se hengen itserakas velttous, joka koulu-oloissa oli merkinnyt laiskuutta, muuttui erotiikan alalla naiselliseksi passiivisuudeksi. […] Kaarina rakasti ainoastaan itseään ja muodosti juuri senvuoksi ikäänkuin suljetun voimakeskuksen, jota kohti kaikki pyrkivät. Hän eli alinomaisen rakastelun ympäröimänä ja viihtyi siinä kovin hyvin.

52 Sur l’arrivisme chez Onerva, voir Parente-Čapková, 2003.

53 Onerva, 1911, p. 202 : Nimi-avioliiton taipumus asui Kaarinan veressä kuten vielä nykyään niin monien suomalaisten tyttöjen, joissa on enemmän turhamaisuutta kuin ylpeyttä, enemmän kunnianhimoa kuin itsekunnioitusta.

54 Jotuni, 1974, p. 61 : Ei niin, ettei minusta olisi ollut köyhän miehen vaimoksi. Köyhälle minä olin luotu. Minä olisin ollut hyvä köyhän miehen vaimo.

55 Onerva, 1912, p. 9 : Minkätähden naiset aina olivat hänelle niin pahoja ja miehet aina niin hyviä? Miehille hän aina kelpasi sellaisena kuin oli, naisille ei milloinkaan. Sen hän saattoi huomata jo isästään ja äidistään ja kaikista muistakin. Miehet ainoastaan ymmärsivät häntä, sentähden hän mieluummin olikin heidän seurassaan.

56 Précisons qu’en l’occurrence, la façon dont Onerva présente Elina, son héroïne si entreprenante et si sûre d’elle, laisse penser que la critique des deux chaperonnes trop rigides se double d’une certaine ironie envers Elina, mais une étude détaillée de cette nouvelle nous entraînerait trop loin.

57 Nous soulignons l’élément principal révélant l’ironie du propos. Ja olisivat vieläkin, ellei se Petter olisi nainut sitä Serahviinaa. Se Serahviina sehän se oli syynä siihen, että heille Petterin kanssa ero tuli. Nainenhan se sen eripuraisuuden maailmaan tuotti, se oli tietty.

58 Onerva, 1911, p. 47 : Hän oli sitä, mitä naiset yleensä eivät milloinkaan ole : itsestään vastaava, rehellinen, komea, rohkea olento, kokonaan vapaa pikkumaisuudesta ja halpamaisuudesta. […] Hän ei koskaan kadehtinut, ei tuominnut, ei soimannut ketään, ei koskaan pahastunut, ei edes ilkeämielisyyksistä, ei koskaan sanonut halventavaa sanaa lähimmäisestään.

59 Jotuni, 1874, p. 82.

60 Ibid., p. 83.

61 Maugue, 1991, p. 532.

62 Ibid., p.543.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Martin Carayol, « Une génération féministe ? »Études finno-ougriennes, 51-52-53 | 2021, 269-296.

Référence électronique

Martin Carayol, « Une génération féministe ? »Études finno-ougriennes [En ligne], 51-52-53 | 2021, mis en ligne le 21 novembre 2022, consulté le 22 mai 2024. URL : http://journals.openedition.org/efo/17748 ; DOI : https://doi.org/10.4000/efo.17748

Haut de page

Auteur

Martin Carayol

Inalco

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search