Navigation – Plan du site

AccueilNuméros51-52-53Comptes rendusPourquoi faut-il absolument avoir...

Comptes rendus

Pourquoi faut-il absolument avoir lu Lever de rideau sur le pays komi ?

Cagnoli Sébastien, 2018, Lever de rideau sur le pays komi : un théâtre finno-ougrien de Russie boréale en dialogue avec le monde, Adéfo & L’Harmattan, Paris
Jérémie Marçais
p. 385-388

Texte intégral

1Finno-ougriste ou non, passionnés de langue, curieux, voyageurs, voyageurs immobiles… tout le monde a une bonne raison de lire l’œuvre de Sébastien Cagnoli. Si vous ne me croyez pas, laissez-moi vous convaincre. À l’origine du livre, il y a une passion, une passion pour la musique finlandaise et estonienne qui conduit S. Cagnoli dans les bras de l’Inalco pour un master, en parallèle de son activité d’ingénieur, qui se spécialise dans la langue komie, langue permienne parlée en Russie.

  • 1 Parti de Nice où il a grandi, S. Cagnoli suit sa formation sur la côte ouest, à Nantes, mais tourn (...)
  • 2  Baste, 1999.

2Les langues O’ étaient en quelque sorte une évidence, tant S. Cagnoli regardait vers l’Est depuis qu’il était passé à l’Ouest1. Sébastien, qui est en apparence un élève sage, prolonge alors son parcours jusqu’à la thèse, sous la direction de la bienveillante Eva Toulouze. Mais rapidement, son travail dépasse le cadre du doctorat sous bien des aspects et S. Cagnoli réveille « le punk qui est en [lui] 2 », s’affranchit de l’approbation de ses (futurs) pairs et met fin à sa thèse pour continuer son œuvre en dehors des sentiers battus de l’université.

  • 3 Cagnoli, 2018, p. 23.

[…] 519 pages est a priori un volume excessif pour une thèse – même si une dérogation est possible, notamment dans notre cas, où il s’agit moins d’apporter une brique à l’édifice scientifique qu’une grosse pierre de fondation dans un domaine quasiment neuf en langue française3.

3S. Cagnoli l’explique mieux que moi, ce recueil de dix ans de travaux, d’articles et de colloques n’est effectivement plus une thèse, il la dépasse largement : linguistique, histoire, géographie, géopolitique, littérature, sociologie, ethnologie, sciences politiques… cette somme sort du cadre trop strict de la thèse et constitue en réalité une mine de sujets pour des doctorants en manque d’inspiration.

  • 4  « Komi ? Qu’es acò ? »

4Et c’est le début de la réponse à notre question initiale, ce Lever de rideau pose les bases de la compréhension d’une partie du monde ouralien. Sébastien Cagnoli replace le contexte des Komis4, puis réussit le tour de force de l’étude diachronique de leur littérature de la mythologie des peuples d’Europe du Nord jusqu’à la littérature contemporaine. Cette introduction nous permet alors d’entrer dans le vif du sujet, le théâtre en komi, aussi bien sous l’angle de l’analyse littéraire que sociologique. Mais cette étude n’est pas vaine. L’auteur montre comment cette expérience komie s’inscrit dans un contexte finno-ougrien, puis plus largement européen de langues minorisées qui, chacune à leur niveau, connaissent des différences d’histoire et de statuts mais tentent de vivre le xxe siècle à leur manière. À travers ce cas particulier, S. Cagnoli ouvre en réalité un point de vue, une lorgnette permettant d’observer et de comprendre le monde.

5Si ce volume de plus de 500 pages peut se lire comme un roman pour qui aurait une soif de connaissances permiennes, il peut également satisfaire les universitaires et les amateurs éclairés sur de nombreux sujets. La partie sur le projet Belkomur montre l’attrait géopolitique de cette zone du globe. D’une manière plus générale, l’intégralité de la vie des Komis a toujours été liée à la Russie et l’étude de cette société ouralienne ne peut se séparer d’une réflexion sur la vie quotidienne et la création artistique, officielle et non-officielle, sous l’Empire, en URSS puis en fédération de Russie.

6La mythologie boréale qui fut l’inspiration épique de Mihail Lebedev captivera quiconque s’intéressant au réveil des nations à la fin du xixe et au début du xxe siècle, notamment à la place des épopées comme symboles dans ces mouvements. Le théâtre, bien évidemment, a toute sa place dans cet ouvrage, d’un point de vue littéraire, mais l’étude du studio komi de Léningrad permet de connaître une expérience de formation à la scène d’une originalité inspirante.

  • 5 Alphabet anbur de saint Étienne de Permie.

7Les linguistes ne seront pas en reste avec de nombreux articles d’étude de cette langue, présentée comme un « cas stratégique dans l’étude des langues ouraliennes » avec comme point d’orgue l’exploration de l’écriture et des alphabets du komi, depuis le xiiie siècle et les missionnaires orthodoxes5 (le komi était alors nommé « zyriène ») jusqu’aux différentes tentatives, très politiques, des alphabets Molodtsov, latins et cyrilliques.

8S. Cagnoli étant auteur et traducteur, Lever de rideau sur le pays komi, présente différents cas pratiques de créations contemporaines au cinéma, sur Internet, au théâtre et la collaboration inter-peuples, à la fois matrice et produit de cette création, à l’intérieur de l’espace finno-ougrien comme dans le reste de l’Europe. Enfin, la trentaine de pages d’annexes permet de se confronter à de nombreux documents collectés par l’auteur, notamment une collection laissant comprendre sa passion pour les cartes géographiques.

  • 6 À défaut de libraire, contacter directement l’Association pour le développement des études finno-o (...)

9Vous pouvez dès à présent courir chez votre libraire préféré6 pour vous procurer Lever de rideau sur le pays komi de Sébastien Cagnoli puis reprendre une vie normale.

Haut de page

Bibliographie

Baste Gérard, 1999, « Réveille le punk » in Tapis Rouge des Svinkels, Delabel.

Cagnoli Sébastien, 2018, Lever de rideau sur le pays komi : un théâtre finno-ougrien de Russie boréale en dialogue avec le monde, Adefo & L’Harmattan, Paris.

Haut de page

Notes

1 Parti de Nice où il a grandi, S. Cagnoli suit sa formation sur la côte ouest, à Nantes, mais tourne ses oreilles vers la Finlande, se perfectionne professionnellement au Japon, trouve du travail à Paris, tout en étant captivé par le théâtre, le cinéma et la poésie de l’Oural.

2  Baste, 1999.

3 Cagnoli, 2018, p. 23.

4  « Komi ? Qu’es acò ? »

5 Alphabet anbur de saint Étienne de Permie.

6 À défaut de libraire, contacter directement l’Association pour le développement des études finno-ougriennes : Adéfo, URL : http://www.adefo.org/bfo27.html (consulté le 16/03/2022).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jérémie Marçais, « Pourquoi faut-il absolument avoir lu Lever de rideau sur le pays komi ? »Études finno-ougriennes, 51-52-53 | 2021, 385-388.

Référence électronique

Jérémie Marçais, « Pourquoi faut-il absolument avoir lu Lever de rideau sur le pays komi ? »Études finno-ougriennes [En ligne], 51-52-53 | 2021, mis en ligne le 05 septembre 2022, consulté le 25 mai 2024. URL : http://journals.openedition.org/efo/18318 ; DOI : https://doi.org/10.4000/efo.18318

Haut de page

Auteur

Jérémie Marçais

Professeur des écoles bilingue occitan-français, académie de Nice

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search