Navigation – Plan du site

AccueilNuméros51-52-53TerrainsVictoire ou deuil ? Festivités du...

Terrains

Victoire ou deuil ? Festivités du 9 mai en Russie et commémoration des morts, vues depuis un petit village oudmourte

Victory or mourning? May 9th celebrations in Russia and commemoration of the dead, from a small Udmurt village
Kas võit või lein ? 9. Mai pidustused Venemaal ja surnute mälestamine, väikesest udmurdi külast vaadatuna
Eva Toulouze
p. 391-406

Résumés

La période où les Oudmourtes commémorent leurs morts coïncide avec la célébration publique de la victoire de 1945. Ce texte rend compte de l’expérience vécue en 2019 dans un petit village oudmourte du Bachkortostan et montre comment spontanément, indépendamment des orientations de la politique officielle, les Oudmourtes ont relié les deux célébrations et ont transformé l’évocation triomphaliste de la gloire en hommage à la souffrance. Cela m’amène à réfléchir sur la portée de ces célébrations officielles et sur la raison de leur dimension fédératrice.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Voir Brunstedt, 2021 et Hoffmann, 2022.
  • 2 Korolëva & Kolegova, 2019.

1J’ai été inspirée à écrire cet article quand j’ai participé aux célébrations du 9 mai dans un petit village oudmourte. Mon intention n’était pas, ce faisant, de proposer une nouvelle interprétation de cette fête particulièrement marquante pour la population comme pour les autorités, d’autant que les études à ce sujet sont nombreuses et certaines tout à fait récentes1. Mon apport ici tient au fait que si la littérature existante couvre abondamment le paysage urbain, il n’y a que peu d’études portant sur la campagne2. Mais l’expérience relatée dans la littérature susmentionnée, dans des villages Komi-Permiaks, est spécifique, car les cérémonies commémoratives sont ouvertement organisées avec les festivités, d’autant que dans l’un des villages étudiés, il existe une chapelle ad hoc. Ici, il est question d’un village tout à fait ordinaire et le lien entre les deux événements relève de mon analyse.

Une introduction d’histoire (autohistoire)

275 ans sont passés. Pratiquement la durée d’une existence. En tout cas suffisamment pour que seules de rares, de très rares personnes vivantes gardent encore en mémoire le cauchemar qu’a représenté pour elles la Deuxième guerre mondiale. Suffisamment de temps est passé pour que les blessures se cicatrisent. Croirait-on. Si on les laisse cicatriser. Les émotions ont eu le temps de retomber si on les laisse retomber.

3L’auteure de ces lignes n’a pas de traumatisme personnel en rapport à la Deuxième guerre mondiale. Les familles de mes parents étaient dans des pays non belligérants. Mon grand-père maternel était trop âgé pour être mobilisé. Ma mère, toute jeune femme à la fin de la guerre, était dans une Italie foisonnante de soldats américains ressentis comme des libérateurs. Je n’ai donc pas d’émotions douloureuses à combattre. En même temps, en écrivant sur ces sujets, particulièrement dans un texte à ambition scientifique, il est important d’être tout d’abord conscient de son positionnement explicite et surtout implicite, car il ne peut que déterminer au moins certains aspects de mes observations.

4Pour beaucoup, 1945 a été la fin d’un cauchemar. La Libération pour certains (en France, en Italie) ; la victoire pour d’autres, comme en Russie. Pour d’autres encore, c’est un répit, ou le passage d’une servitude à une autre, d’une occupation à une autre. C’est le cas pour l’Estonie, pays où je vis depuis des décennies, dans une relation d’adoption mutuelle. J’ai appris à ressentir les émotions de ses habitants. En cette matière, elles ont pénétré d’autant plus facilement qu’il n’y avait pas de couche émotionnelle préalable.

  • 3 Voir Bernstein, 2016, p. 425-426 ; Brunstedt, 2021, p. 122 ; Konkka, 2022, p. 90, 92 et 94 ; Korol (...)

5Autrement dit, pour moi, la fête de la fin de la Deuxième guerre mondiale est une journée ambiguë, dont la joie n’est pas pure. C’est la fin d’une partie du cauchemar, mais celui-ci continue. Et c’est sans doute cette couche d’émotions qui m’empêche d’être réellement empathique avec le pathos patriotique qui s’empare de la Russie aux alentours du 9 mai. Certes, la Russie a beaucoup souffert. Des millions de personnes sont morts. Des millions sont restés à l’arrière et ont vécu dans des conditions de misère et de quasi-esclavage. En étant souvent veuves et orphelins. Alors pourquoi résister à l’empathie ? C’est que ces traumatismes bien réels sont aussi récupérés politiquement de manière spectaculaire et éhontée, et ce sur plusieurs thèmes, comme le thème classique messianique russe. La sainte Russie, avec ses martyrs, a sauvé le monde. Et bien sûr, il faut reconnaître que l’ouverture du front oriental a été un élément décisif dans la victoire contre l’Allemagne hitlérienne. Comme souvent, les arguments de propagande ont leur part de vérité indiscutable. Ceci débouche sur un triomphalisme patriotique qui ouvre la porte à la tentation militariste. Ce n’est pas une tendance nouvelle. Si la propagande soviétique n’avait que le mot « paix » à la bouche, elle donnait aux forces armées une place considérable, qu’elles occupaient effectivement dans la vie de ses habitants. Mon empathie est d’autant plus justifiée que les souffrances des habitants de la Russie sont comme oubliées – ou ignorées ? – des autorités3. Ce qui compte, c’est la victoire, non pas son coût.

6Ceci s’est intensifié dans la dernière décennie. Les conséquences de la chute de l’Union soviétique ont été plus traumatisantes pour sa population qu’on n’aime à le penser. Les frontières se sont rétrécies. La perte de territoire qu’a représentée la fin de l’Empire a révélé la vulnérabilité de ce que l’on croyait éternel. Peu importe que la vulnérabilité soit un concept relatif et que, si on regarde la carte, l’idée que l’Estonie puisse représenter un danger pour la Russie est pour le moins absurde. Mais ce serait faire fi de la dimension symbolique et la peur, nous ne l’ignorons pas, n’est que très rarement rationnelle. Surtout quand elle est alimentée d’en-haut. Et dans cette situation de vulnérabilité, la dimension militaire acquiert une nouvelle signification.

7Elle me gêne toujours, en Russie. Je suis mal à l’aise quand je vois à Iževsk des statues à la gloire des fabricants d’armes ou quand je découvre qu’une église leur est dédiée. Je dois me forcer à percevoir que cela correspond à la sensibilité de la plupart de mes amis et informateurs. Le plus simple, bien sûr, est de l’ignorer, de se concentrer sur ce qui nous unit. Mais quand, en 2019, j’ai décidé d’être en Russie, sur mon terrain, au début du mois de mai, il est devenu impossible d’y échapper.

Kis’ton

  • 4 Anisimov, 2017.
  • 5 Anisimov & Gluhova 2020, p. 145.
  • 6 Anisimov, 2021.

8Si j’ai voulu être là début mai, c’est que c’est la date où les Oudmourtes commémorent leurs morts. Pour les Oudmourtes, la commémoration des morts est un élément central de leur vie rituelle4. Sans ostentation, mais présent. Tout d’abord, deux fois par an, au printemps et à l’automne, il y a une journée de commémoration générale. Pour tout le monde et pour tous les morts. Tout le monde ne commémore pas forcément le même jour, mais il y a une période donnée. Le jour fixé, on cuisine quelque chose : il faut faire quelque chose avec de la pâte, au four ou à la poêle, car il faut que l’odeur arrive jusqu’aux morts (Udm. : taba zyn pottõnõ « sentir l’odeur de la poele brûlante5 »). Et mettre de l’alcool dans un petit verre à leur intention avec un peu de la nourriture préparée. Du moins est-ce ainsi que mes amis oudmourtes de Tartu ont, en 2020, en pleine période de confinement, honoré leurs morts. J’ai sollicité mon professeur d’oudmourte, qui est à Iževsk et je lui ai demandé ce qu’il avait fait. Sa femme travaillait, elle avait acheté un gâteau, mais sa fille adolescente, qui était à la maison, en avait préparé un. Donc même à l’étranger, même en ville, ces moments restent marqués. En 2019, j’ai voulu y assister sur place, dans une famille d’amis proches. J’ai appris qu’ils célébraient les morts le 8 mai. J’y suis donc allée. Et quelques jours plus tôt, nous avons participé dans une autre famille, à une cérémonie bien plus développée que celle dont il est question ici, mais je laisse sa description pour un autre écrit6.

Mes amis/informateurs

9Quand je suis au Bachkortostan, je loge chez une famille d’amis, avec lesquels il y a également eu une double adoption.

10Tout d’abord j’ai connu l’épouse. Elle a maintenant 47 ans et elle est mère de quatre enfants. Elle s’est mariée très jeune, à l’âge de 17 ans, avec son professeur de physique, lui aussi oudmourte, et a fait par correspondance des études de philologie oudmourte à Iževsk. Elle écrit des poèmes, qui ont été publiés aussi bien dans la presse oudmourtophone locale du Bachkortostan qu’en Oudmourtie, et dont beaucoup sont devenus des chansons connues de tous les Oudmourtes. Tour à tour enseignante et journaliste, elle organise aujourd’hui l’ensemble des initiatives culturelles oudmourtes dans sa république. Mais comme elle vit dans un village, elle a aussi des poules, des oies et des canards et jusqu’à il y a deux ans, elle avait une vache ; depuis, la famille achète au printemps un jeune bovin pour la viande. Bien sûr, ils ont un potager et un lopin où ils plantent des pommes de terre, des carottes et des choux. Elle a donc aussi une seconde vie de paysanne. Trois de ses enfants sont adultes et ne vivent pas à la maison : le fils aîné travaille à Perm’ et est marié, l’une des filles fait des études par correspondance à Izhevsk, où elle était en 2019 et l’autre à Ufa. Ne reste à la maison que le petit dernier, âgé de 10 ans. Irina est devenue une bonne amie et nous avons, avec mon collègue Nikolai Anisimov, organisé la publication de son recueil de poèmes, qui est paru en juillet 2019.

11Son mari, Mars, est plus âgé qu’elle et c’est un homme oudmourte traditionnel. Avec une formation d’enseignant de physique, il a été aussi directeur d’école et depuis cinq ans, il dirige la branche locale d’une organisation liée à la défense nationale, DOSAAF. Il s’agit d’une organisation civile qui apporte son soutien à l’armée. Du point de vue concret, son travail principal est d’organiser des cours de conduite. Il est clair que l’un comme l’autre, ils se sentent très concernés par tout le discours officiel sur le patriotisme. Le travail de Mars, bien sûr, va dans ce sens. Mais depuis sa petite enfance, Irina est aussi attirée par le militaire et par les militaires. Un uniforme la fait toujours réagir. Mars est très travailleur et a fortement le sens du devoir. À la maison, il entreprend des travaux en permanence, mais cela ne lui viendrait pas à l’esprit de faire des travaux féminins (sauf si la nécessité s’en fait cruellement sentir, comme quand sa femme s’absente longtemps).

12C’est une famille oudmourte traditionnelle. Irina est fille unique (adoptée) et sa mère s’est suicidée il y a dix ans. Ses parents, tout en lui donnant beaucoup d’affection, avaient des problèmes d’alcoolisme. Son père est resté seul, ce qui veut dire qu’il vit avec eux. Mais il fait partie de ces hommes qui ont besoin d’une bonne. Mars a deux frères et il est le plus jeune. Son père est mort dans les premières années de leur mariage avec Irina et celle-ci le pleure toujours, car il lui avait appris beaucoup de choses et avec beaucoup de gentillesse. Le cadet, dans une famille oudmourte, a la responsabilité des parents âgés. Donc la mère de Mars habite aussi avec eux. Les relations entre belle-mère et belle-fille n’ont jamais été tendues, mais elles n’ont jamais été très proches non plus. En même temps, la mère de Mars, physiquement solide, est en train de partir mentalement, et elle est aujourd’hui très dépendante de sa belle-fille, à laquelle elle est aussi très attachée, plus qu’elle ne l’a jamais été.

13Le père d’Irina était enfant pendant la guerre. Pauvre. Sa mère allait glaner dans les champs pour pouvoir nourrir ses enfants. Son père n’est pas rentré de la guerre, ce qui a causé des tensions entre lui et sa femme, car le père de celle-ci est rentré de la guerre. Inégalité émotionnelle éveillant des traumatismes enfouis.

La célébration

14La célébration de la commémoration des morts a été plus discrète que je ne l’imaginais. Nous étions quatre à table, Irina, Mars, leur petit Emil et moi. En fait, sauf à de rares occasions, les parents ne mangent pas avec nous. S’ils passent à un moment où il y a du monde à table, Irina les invite à nous rejoindre, mais ils ne le font pas toujours.

15Irina, bien sûr, avait cuisiné. Elle avait proposé deux types de « pains ». Elle avait préparé des shangi. C’est là un plat connu de tous les peuples de la région de la Volga, y compris des Russes. Il s’agit de pâte à pain recouverte de purée de pommes de terre et passée au four. Dans une maison oudmourte traditionnelle, cette planche serait allée au four à bois au centre de la cuisine. Mais aujourd’hui, beaucoup de familles se sont débarrassées du four-poêle, en général quand le gaz est arrivé au village. Dans la maison que les Samigulov ont achetée dans ce village, il y a une bonne vingtaine d’années, le poêle avait déjà été remplacé par une cuisinière. Deuxièmement, elle avait préparé des taban’, des crêpes à la pâte levée, plat de cérémonie pour les Oudmourtes, qui se fait lui aussi en principe au four, mais en l’absence de four, il se fait cuire à la poêle, ce que font tous les Oudmourtes qui vivent en ville.

16Sur la table, il y avait également des œufs et des petits verres pour chaque adulte, annonçant que bientôt le père de famille allait les remplir et les distribuer à tous les présents. Irina n’est pas à l’aise avec l’alcool : ses parents buvaient (son père boit toujours) et elle n’a pas eu envie de reprendre la pratique habituelle des femmes oudmourtes, de faire leur alcool elles-mêmes. Mars n’a jamais appris à le faire, donc ils ont en général de la vodka, mais ils ont aussi des amis qui leur en offrent. Ce soir-là, tout simplement, nous avons mangé ensemble ce qu’Irina avait préparé.

17En réalité, ils se préparaient au lendemain, le 9 mai. Comme mon introduction le laisse supposer, je n’étais pas à l’aise avec cette fête. Mes amis m’ont donné le choix : aller avec Mars au chef-lieu du raïon, où il allait y avoir un défilé ou rester avec Irina et assister à la fête au village. Je n’ai pas regretté mon choix : j’ai décidé de rester au village. Avec les Oudmourtes.

  • 7 Ackerman, 2019.
  • 8 Gabowitsch, 2020 ; Arhipova et al., 2017.

18Mais il fallait se préparer ! En effet, depuis 2011, partout en Russie, les enfants et les adultes défilent le 9 mai avec des panneaux portant les photos de leurs proches morts à la guerre, dans une initiative appelée « régiment immortel ». Les médias français n’ont pas ignoré ce phénomène présenté en général comme une entreprise de récupération politique du pouvoir poutinien (autour du livre de Galia Ackerman7 ; d’autres ont aussi commenté ce phénomène spectaculaire8). Loin de moi de remettre en cause la réalité de cette opération, comme je l’ai montré dans l’introduction. Mais ce qui m’intéresse ici, c’est la perception émotionnelle de tout un chacun, vue de l’intérieur. En révélant la réalité sur laquelle le pouvoir s’appuie, j’illustre éloquemment son analyse pertinente de ce qui compte pour sa population et le bien-fondé de ses stratégies (intéressées, bien sûr).

19Emil a préparé son panneau : il y a la photo de son arrière-grand-père paternel, qu’il n’a bien sûr pas connu. Mais le soir, à la maison, la conversation porte sur lui et les parents racontent son histoire, transmettant la mémoire au petit garçon. Le lendemain s’annonce une journée chargée : le matin, les cérémonies ; l’après-midi, les visites aux cimetières ; le soir, la visite aux frères de Mars. Mars a décidé de me faire connaître toute sa famille.

  • 9 Litshenko & Golovashina, 2019, p. 107 ; Gabovič, 2020a ; Gabovitsch, 2020b ; Arhipova et al., 2017 (...)

20Irina explique à son petit garçon le ruban de saint Georges (sur le sens de ce symbole, il existe une abondante littérature9). Pourquoi il faut être fiers de l’histoire de son pays. Irina me demande si, le lendemain, je veux porter le ruban de saint Georges. Je l’embrasse et je lui explique que cela renvoie à leur histoire à eux et pas à la mienne, et que même si je comprends qu’ils veuillent être fiers de l’histoire de leur pays, je ne peux pas m’y associer totalement et pas seulement parce que ce n’est pas mon pays. Je pourrais porter un insigne estonien… Mais pour moi, ce patriotisme n’est pas pur. Il est marqué par l’usage qu’ont fait de ce ruban les extrémistes panrusses en Ukraine. Et l’histoire de la Russie, du pouvoir russe, c’est aussi celle des répressions staliniennes, qui ont exterminé l’intelligentsia oudmourte et décimé les campagnes. Elle n’insiste pas. Je sais que pour eux cet emblème ne renvoie pas au pouvoir politique concret d’aujourd’hui, mais à quelque chose de plus immanent, à la Russie éternelle, à laquelle ils se sentent liés. Qu’elle étouffe et veuille anéantir leur peuple, c’est dans une autre dimension, qui existe dans leur conscience, mais qui ne se croise pas avec cette essence transcendante.

Le 9 mai : célébrations officielles

  • 10 Dahlin, 2018, p. 28 ; Konkka, 2022, p. 98.

21Je ne participerai donc pas aux célébrations hyper-officielles du chef-lieu de raïon. Elles ne doivent pas différer en essence de celles qui ont lieu à Moscou, si ce n’est pas leur échelle. Je suis plus intéressée par ce qui va se passer au village et voir quel est l’impact de ce qu’on a pu appeler le culte de la guerre, vu comme une quasi-religion10.

  • 11 Duneton, 2004.
  • 12 Dans la pratique religieuse traditionnelle oudmourte, tout le monde doit avoir la tête couverte lo (...)

22Le premier à partir de la maison est le petit Emil, avec son uniforme d’écolier et son panneau. Puis je m’achemine vers l’école. C’est en effet dans un espace à côté de l’école qu’ont lieu les célébrations. Il y a bien sûr un monument aux morts, avec la statue d’un soldat et la liste des morts du village, plus de 150, qui rappelle fortement les listes des morts de la Grande guerre sur les monuments des villages français11. Les enfants des petites classes sont en uniforme d’écoliers, les garçons en pantalon noir et chemise blanche, certains ont gardé la veste et le gilet, d’autres non, les petites filles en robe noire, collant blanc et tablier blanc en dentelle (certaines ont un ruban blanc dans les cheveux) et les plus grandes en jupe noire, chemise blanche et cravate noire. Beaucoup de garçons portent un chapeau militaire de l’armée russe. Ceux des grandes classes sont aussi en costume de type militaire. Je suis là bien avant le début et je vois arriver les participants. Les personnes âgées viennent en masse. J’y rencontre les sacrificateurs du village et des villages voisins et maintenant nous nous connaissons bien. Chacun a mis ses décorations. Beaucoup portent le ruban de Saint-Georges, environ la moitié des présents, petits et grands. Les hommes ont tous la tête couverte, je ne peux pas m’empêcher de penser qu’ils sont là comme à une cérémonie religieuse12. La cérémonie va commencer avec les discours de quatre personnalités locales : le maire, la vice-présidente du mouvement national, le directeur du lycée et Irina, en tant que directrice du centre historico-culturel oudmourte.

Figure 1 – Célébration officielle du 9 mai.

Figure 1 – Célébration officielle du 9 mai.

© Eva Toulouze.

23La cérémonie solennelle commence. Des drapeaux de l’époque soviétique ont été dressés en faisceau sur le côté. Devant le monument, deux microphones et deux lycéennes en costume militaire. Des deux côtés du monument, deux garçons, fusil au poing, montent la garde. Devant eux, les quatre intervenants. Le directeur de l’école est pleinement en costume militaire. Les trois autres sont en civil. Trois garçons défilent jusqu’au monument au pas militaire, deux fusils au poing, l’un portant un flambeau avec lequel il allumera un feu de la mémoire devant la statue du soldat.

24Les discours commencent. Je suis toujours intéressée par les paroles qui se disent dans ce type de situation. Paroles de circonstance, mais que veulent-elles communiquer ? Ce sont toujours des signes révélateurs. Donc j’écoute. Les deux jeunes filles en costume militaire ouvrent la cérémonie en russe, avec un poème de circonstance, où il est question de la victoire tant attendue. Surtout, ne pas oublier ! Elles continueront à présenter les intervenants de la cérémonie en russe. Cette ouverture est suivie de l’hymne russe.

25Le premier à intervenir est le responsable de la commune, qui couvre quatre villages. Il s’appelle Nikolaj Vladimirovič Rahimjanov et je le connais depuis la première année que je fréquente ces villages. C’est un ancien professeur d’histoire, une personne très douce et agréable. Il intervient en russe. Il exprime son regret qu’il n’y ait plus dans sa commune de vétérans de la guerre, mais cela a peut-être un avantage : cela permet de rendre un hommage bien mérité à ceux qui sont restés à l’arrière et dont on ne parle pas assez. Je constate que ses paroles ne suscitent aucun malaise : je peux le suivre et je sens qu’elles sont les bienvenues sur les bancs où je suis assise avec les personnes âgées, hommes et femmes. Oui, ils sentent que c’est leur fête à eux, eux qui ont vécu la guerre lorsqu’ils étaient enfants et adolescents. Je pense au père d’Irina, qui quelques jours auparavant m’avait prise à part pour me raconter sa vie. Je l’avais enregistré. Il m’avait parlé de sa dernière rencontre avec son père au sauna, son père qui sentait qu’il ne reviendrait plus ou bien qui, tout simplement, en avait peur. De son envie quand il sentait l’odeur du pain dans des maisons mieux loties. Dans les histoires d’héroïsme militaire, ils sont effectivement oubliés. Nikolaj Vladimirovič explique que c’est une fête très importante en raison des pertes et des humiliations qu’elle évoque. Il ne parle pas de victoire. Il parle de souffrances.

26Il est suivi par Tatjana Nikolaevna Shajbakova. Elle dirigeait le centre historico-culturel avant Irina. Elle est à la retraite, mais elle a gardé des responsabilités dans des associations. Dont l’association des militaires. Elle parle en oudmourte. Je commence à comprendre assez pour suivre. Le mot victoire ne résonne pas une fois. Elle parle de la joie d’accueillir le printemps, mélangée aux souffrances et à la douleur de voir disparaître les survivants de la guerre les uns après les autres. La cérémonie de la veille se poursuit. On évoque les morts, ceux de chaque famille, ceux que chaque famille continue d’évoquer. Le directeur d’école ne dit pas grand-chose – en oudmourte. Il félicite tout le monde et souhaite aux présents tout le bien du monde. Puis, c’est Irina qui prend la parole, en oudmourte bien sûr, et qui remercie les anciens de leur travail, de tout ce qu’ils ont fait et qui demande aux enfants de ne pas oublier leurs morts. Il n’est toujours pas question de victoire.

27Que me disent ces discours ? Tout d’abord que ce qui les touche dans cette fête, c’est moins le triomphalisme de la victoire que le poids du prix à payer. Ce qui fait que les gens sont présents, même des octogénaires venus des villages voisins, c’est le souvenir de temps difficiles pour eux, pour leurs parents et de ce qu’ils ont survécu. C’est ce que disent les discours spontanés. La fête de la victoire est importante parce que c’est une commémoration des morts…

28En même temps, les paroles écrites disent autre chose. Celles que lisent les lycéennes, que récitent de tout petits enfants. Ils sont sept, cinq petites filles entre deux petits garçons, qui se posent devant le public et récitent par cœur des paroles qui ne sont pas les leurs. Ils s’efforcent de les réciter avec pathos, en mettant le ton. Cela ne fait que les rendre plus artificielles. Mais peut-être faut-il lire ce commentaire personnel à la lumière de ce que j’ai indiqué dans l’introduction. Eux, oui, ils parlent de victoire attendue par le peuple tout entier. Bien sûr, en russe.

29Puis quatre lycéens, trois garçons et une fille, déposent une gerbe. Ils avancent au pas militaire, deux garçons ont le fusil au poing. Les autres, après avoir déposé la gerbe, font le salut militaire. Tout le monde est debout et on compte une minute de silence.

  • 13 Бадӟым вормон.

30Puis la jeune présentatrice passe à l’oudmourte. Toutes les paroles sont écrites dans le scénario qu’elle lit. Et elle, elle parle de la grande victoire13, des trémolos dans la voix. La deuxième parle aussi de la victoire, mais là, de la victoire obtenue par chacun d’entre eux. Ces discours sont pompeux. Je suis consciente qu’il y a des traditions qu’il faut respecter. Pour nous, plus on se rapproche du naturel, plus on est convaincant. Mais des amis oudmourtes m’ont fait remarquer que dans les cérémonies estoniennes, il leur manque cette solennité, cette pompe, que je ressens comme artificielle.

  • 14 Arhipova et al., 2017, p. 95.
  • 15 Hoffmann, 2022, p. 107

31La cérémonie se poursuit avec un défilé militaire. En fait, ce sont les élèves de l’école, sans doute classe par classe, qui défilent autour de l’école. D’abord, ils marchent normalement, chacun avec son panneau commémorant une personne de sa famille morte à la guerre. Ensuite, ils sont tous alignés et se mettent à défiler au pas militaire, en chantant un chant russe bien connu, Katjuša, le chant d’une jeune fille qui attend son bien-aimé soldat. Manifestement, c’est une sorte d’hymne civilo-militaire. Tout ceci révèle la militarisation de la société, sentie comme un moyen de s’identifier à ceux que l’on désire honorer, conférant au rituel une dimension performative14. De plus, la commémoration de la guerre contribue à renforcer l’image publique des rôles sexués traditionnels, le rôle de soldat pour les garçons, de mère pour les filles15. Et puis, a posteriori, n’est-ce pas une manière sournoise de préparer les jeunes à participer eux-mêmes à une guerre ?

32La cérémonie approche de la fin. Une fois le tour de l’école fait, tout le monde va dans la rue et se forme le « régiment immortel ». Ils vont défiler dans tout le village. Je ne les suis pas. Je reste dans cet espace, je discute avec des connaissances. Je suis frappée par les tout petits enfants qui ne sont pas encore scolarisés et qui ne suivent pas les autres à travers les rues du village. Ils jouent devant l’école. Et ils imitent leurs aînés. Certains sont habillés en petits costumes militaires. Ils imitent le pas militaire de leurs aînés. C’est un jeu. Mais est-il si innocent ?

33Après le retour du « régiment immortel », un concert aura lieu à la maison de la culture. Mais nous n’y allons pas, car notre programme se poursuit. Nous avons devant nous la visite de deux cimetières.

Le 9 mai : visite de cimetières

34Je ne veux pas dissocier ces deux activités. Elles représentent pour moi deux facettes d’un même ensemble de manifestations. Surtout après les discours que j’ai entendus. Nous ne sommes pas les seuls à nous rendre au cimetière. C’est un lieu de rencontre, le 9 mai. Pour moi, c’est particulièrement important car mes amis veulent me présenter à leurs familles. Je n’ai jamais rencontré le père de Mars ou la mère d’Irina de leur vivant, mais le moment est venu.

35On se rend d’abord au cimetière de Starokalmijarovo. C’est le premier village où le couple a vécu ensemble, et où aujourd’hui, vivent toujours les frères de Mars. Leur cimetière est intéressant. Il présente en effet une particularité que je n’ai pas rencontrée (ni en personne ni par ouï dire) ailleurs : auprès de certaines tombes, il y a une petite table pour les offrandes. Et justement, c’est la journée. Le cimetière est plein de gens et la plupart des morts sont honorés et nourris. La forme est canonique, c’est celle que les Oudmourtes pratiquent depuis longtemps, au moins depuis que nous avons des témoignages : ils mettent des fragments de nourriture – parfois sur la tombe, ici sur cette tablette, à la maison dans un bol. Cette forme d’offrande s’appelle kujas’kon. Irina nettoie la tombe du père de Mars, qui est entourée d’une grille métallique et décorée de fleurs artificielles. Nous avons pris une bouteille de gnôle ainsi que les pains et les taban’ qu’Irina avait fait la veille. Chacun en prend un peu dans un sac en plastique et nous les émiettons sur la tombe de Sabirjan Samigulov, le père de Mars. Irina parle avec le mort et me présente.

Figure 2.

Figure 2.

© Eva Toulouze.

Figure 3.

Figure 3.

© Eva Toulouze.

Figure 4.

Figure 4.

© Eva Toulouze.

  • 16 En oudmourte, нимтэм шай (Anisimov, 2017, p. 351).

36La vie sociale est animée. Des personnes de connaissance, d’anciens voisins, passent par la tombe de Samigulov et y jettent des morceaux de pain. Ils les jettent en tournant la main vers l’extérieur, comme il se doit. On boit des petits verres de gnôle et on en donne aussi au mort. C’est l’occasion de revoir du monde. Avant de retourner à la voiture, nous faisons aussi un tour du cimetière, ce qui me permet de découvrir ces fameuses petites tablettes dont j’avais bien entendu parler. Mes amis honorent les morts qu’ils connaissent. Le cimetière est directement sur la route. À proximité, encore une spécificité de ce village : il y a un autre cimetière, maintenant abandonné. C’est un « cimetière sans nom16 ». Avant, il y en avait à beaucoup d’endroits. Maintenant, ils sont abandonnés. C’est là qu’on enterrait les enfants morts-nés, ceux qui étaient morts avant d’avoir reçu un nom, mais aussi, suivant les cas, les suicidés, les gens étrangers à la communauté villageoise, voire les assassinés et les assassins.

Figure 5.

Figure 5.

© Eva Toulouze.

37Nous reprenons la voiture. Nous parcourons un chemin qui leur était très familier il y a quelques décennies, entre le village du mari et celui de la femme. En effet, la maman d’Irina, bien qu’elle soit décédée au village où ils vivent maintenant, dans la maison face à celle du couple, où les parents d’Irina s’étaient installés, est enterrée dans son village, Verhnebaltachevo. C’est là que nous nous dirigeons.

38Le cimetière occupe une belle position sur une éminence et a une très belle vue, aussi bien sur le village que sur les villages voisins, Dubovka et Nizhnebaltachevo. Il n’y a pas grand monde, il faut supposer que les gens sont passés avant. Irina parle longuement avec sa mère, dont elle était très proche. Je suis étonnée de voir le nom sur la tombe : Huzieva. Je sais que le nom de jeune fille d’Irina était Huziahmetova. Où est passé le reste du nom de sa maman ? Irina est un peu gênée pour me répondre : c’est que son père n’a pas voulu payer pour une inscription plus longue sur la pierre tombale et a décidé de raccourcir le nom. Ils ont bien en tête de faire refaire une nouvelle pierre tombale, maintenant sous l’autorité de sa fille, mais l’argent ne coule pas à flots et il n’y en a jamais assez pour les morts… Là aussi, le couple se fait photographier avec la tombe de la maman d’Irina et elle insiste, comme elle l’avait fait un cimetière précédent, pour avoir une photo avec moi et sa maman.

Figure 6 – Sur la tombe de la mère d’Irina.

Figure 6 – Sur la tombe de la mère d’Irina.

© Eva Toulouze.

39La journée n’est pas terminée. On va encore retourner à Starokalmijarovo le soir, avec la grand-mère, pour rendre visite aux deux frères de Mars, qui ne se soucient pas beaucoup de la maman. Mais c’est là une autre affaire. J’ai voulu, dans ce bref aperçu de mon terrain, montrer comment une fête éminemment politique dans une perspective plus générale, s’inscrit comme un gant sur les émotions de la population, mais avec une signification fort différente.

40Avec ce texte, j’ai souhaité partager les réflexions que ces célébrations m’ont inspirée. L’essentiel me semble être que la sensibilité des Oudmourtes à propos de leurs ancêtres et de leurs morts en général est très développée. Irina, par exemple, m’a dit qu’elle « parle avec sa mère pratiquement tous les jours ». Il serait pertinent d’étudier en profondeur la dimension actuelle du culte des ancêtres chez les Oudmourtes. Elle a pénétré à tel point leur perception, qu’elle leur offre des cadres permettant d’intégrer aussi des éléments qui semblent ne pas en relever. Ainsi, leur toute première perception de la « Grande guerre patriotique » renvoie à la souffrance et à la mort au front, mais aussi à la souffrance à l’arrière. Même si le message officiel des célébrations met l’accent sur la victoire et la gloire, pour les Oudmourtes, c’est là le cadre dans lequel tout rendre. Ce dont parlent les autorités, la voix officielle, elle dit ce que récitent les enfants, ce que lisent les présentatrices, mais ce discours est automatiquement traduit en oudmourte, c’est-à-dire dans la langue des larmes. Ne nous faisons pas d’illusions, le discours officiel porte, à l’usure. À quel point, les années à venir le montreront, mais les Oudmourtes, en tout cas, ont un cadre leur permettant d’interpréter ces paroles et ces pensées de manière plus empathique, plus humaine.

Haut de page

Bibliographie

Anisimov Nikolay Анисимов Николай, 2017, Диалог мировв матрице коммуникативного поведения удмуртов [Le dialogue des mondes dans le moule du comportement communicatif des Oudmourtes], Presses de l’université de Tartu, Tartu.

Anisimov Nikolay, 2021, «Весенние поминки закамских удмуртов: традиции и современное бытование» [Les commémorations de printemps chez les Oudmourtes orientaux] in XIV Конгресс антропологов и этнологов России, Томск 6-9 июлия 2021 г. Сборник материалов [XIVe congrès des anthropologues et des ethnologues de Russie, Tomks 6-9 juin 2021], Москва-Томск [Moscou-Tomsk], p. 37

Anisimov Nikolay Анисимов Николай & Gluhova Galina Глухова Галина, 2020, «Пища в современных поминальных практиках удмуртов» [La nourriture dans les pratiques commémoratives actuelles des Oudmourtes] in Традиционная культура [Culture traditionnelle], 2020, Т. 21, no 3, p. 141–156.

Arhipova Aleksandra Архипова Александра et al., 2017, „Война как праздник, праздник как война: перформативная коммеморация Дня Победы“ in Антропологический Форум, no 33, р. 84-126.

Bernstein Seth, 2016, “Remembering war, remaining Soviet: Digital commemoration of World War II in Putin’s Russia” in Memory Studies, vol. 9, no 4, р. 422-436.

Brunstedt Jonathan, 2021, The Soviet Myth of World War II Patriotic Memory and the Russian Question in the USSR, Cambridge University Press.

Dahlin Johanna, 2018, “Labour of love and devotion. The search for lost soldiers in Russia” in Smith Laurajane, Wetherell Margaret & Campbell Gary (dir.), Emotion, Affective Practices, and the Past in the Present, Routledge, New York, p. 25-38.

Duneton Claude, 2004, Le monument, Presses de la Cité, Paris.

Gabovič Mihail Габович Михаил, 2020a, «День Победы: настоящее» [Le Jour de la victoire aujourd’hui], Кольта, 7 mai 2020, URL : https://www.colta.ru/articles/specials/24297-mihail-gabovich-den-pobedy-nastoyaschee (consulté le 06/04/2022).

Gabowitsch Misha, 2020b, « Le 8 mai, Jour de la victoire » in Politika.io, 9 mai 2020.

Hoffmann David L. (dir.), 2022, The Memory of the Second World War in Soviet and Post-Soviet Russia, Routledge, New York, p. 107-130.

Konkka Olga, 2022, “Teaching and remembering the Great Patriotic war in Soviet schools” in The Memory of the Second World War in Soviet and Post-Soviet Russia, Ed. David Hoffmann, Routledge, New York, p. 86-106.

Korolyova Svetlana Королёва Светлана & Kolegova Oksana Колегова Оксана, 2019, «Мемориал-кенотаф и часовенный праздник: Сельские коммеморативные ритуалы Дня Победы» [Un memorial-cénotaphe et une fête de chapelle: rituels commémoratifs ruraux du Jour de la victoire] in Фольклор и антропология города [Folklore et anthropologie de la ville], vol. II, no 1-2, р. 246-288.

Haut de page

Notes

1 Voir Brunstedt, 2021 et Hoffmann, 2022.

2 Korolëva & Kolegova, 2019.

3 Voir Bernstein, 2016, p. 425-426 ; Brunstedt, 2021, p. 122 ; Konkka, 2022, p. 90, 92 et 94 ; Korolyova & Kolegova, 2019, p. 259.

4 Anisimov, 2017.

5 Anisimov & Gluhova 2020, p. 145.

6 Anisimov, 2021.

7 Ackerman, 2019.

8 Gabowitsch, 2020 ; Arhipova et al., 2017.

9 Litshenko & Golovashina, 2019, p. 107 ; Gabovič, 2020a ; Gabovitsch, 2020b ; Arhipova et al., 2017, p. 94, 105 et 109.

10 Dahlin, 2018, p. 28 ; Konkka, 2022, p. 98.

11 Duneton, 2004.

12 Dans la pratique religieuse traditionnelle oudmourte, tout le monde doit avoir la tête couverte lors d’une cérémonie religieuse.

13 Бадӟым вормон.

14 Arhipova et al., 2017, p. 95.

15 Hoffmann, 2022, p. 107

16 En oudmourte, нимтэм шай (Anisimov, 2017, p. 351).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 – Célébration officielle du 9 mai.
Crédits © Eva Toulouze.
URL http://journals.openedition.org/efo/docannexe/image/18338/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 450k
Titre Figure 2.
Crédits © Eva Toulouze.
URL http://journals.openedition.org/efo/docannexe/image/18338/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 449k
Titre Figure 3.
Crédits © Eva Toulouze.
URL http://journals.openedition.org/efo/docannexe/image/18338/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 469k
Titre Figure 4.
Crédits © Eva Toulouze.
URL http://journals.openedition.org/efo/docannexe/image/18338/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 533k
Titre Figure 5.
Crédits © Eva Toulouze.
URL http://journals.openedition.org/efo/docannexe/image/18338/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 220k
Titre Figure 6 – Sur la tombe de la mère d’Irina.
Crédits © Eva Toulouze.
URL http://journals.openedition.org/efo/docannexe/image/18338/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 414k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Eva Toulouze, « Victoire ou deuil ? Festivités du 9 mai en Russie et commémoration des morts, vues depuis un petit village oudmourte »Études finno-ougriennes, 51-52-53 | 2021, 391-406.

Référence électronique

Eva Toulouze, « Victoire ou deuil ? Festivités du 9 mai en Russie et commémoration des morts, vues depuis un petit village oudmourte »Études finno-ougriennes [En ligne], 51-52-53 | 2021, mis en ligne le 05 décembre 2022, consulté le 23 juin 2024. URL : http://journals.openedition.org/efo/18338 ; DOI : https://doi.org/10.4000/efo.18338

Haut de page

Auteur

Eva Toulouze

Inalco

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search