Navigation – Plan du site

AccueilNuméros54Les Finno-ougriens et la natureLes relations homme-nature chez l...

Les Finno-ougriens et la nature

Les relations homme-nature chez les peuples finno-ougriens

Human-nature Relations among Finno-Ugric Peoples
Inimese ja looduse suhted soome-ugri rahvaste juures
Anatole Danto
p. 9-19

Résumés

Cette introduction ouvre le numéro thématique en l’inscrivant dans la perspective plus large des travaux contemporains s’intéressant aux questions de relations entre l’homme et la nature d’une part et aux communautés finno-ougriennes d’autre part. Elle présente notamment la diversité des approches et des terrains mobilisés sur ce vaste sujet, auquel le numéro apporte une modeste mais intéressante contribution. Cet écrit s’intéresse également à la place qu’occupe ces questionnements au sein de la revue, à travers une courte analyse longitudinale. Enfin, elle présente de manière synthétique les huit articles qui compose ce numéro.

Haut de page

Texte intégral

Que soient ici remerciés les relecteurs anonymes des différents articles, Eva Toulouze pour son chaleureux accueil dans cette belle revue et les Presses de l’Inalco pour leur travail éditorial.

Introduction

1La question des relations qu’entretiennent les communautés avec les environnements qu’elles fréquentent constitue désormais un objet de recherche à part entière à travers le globe, notamment dans la perspective, contemporaine, des changements globaux qui affectent ces mêmes communautés. Les communautés finno-ougriennes n’échappent pas à ces travaux et, depuis quelques années, un véritable courant scientifique dédié s’est développé.

2L’objectif de ce numéro spécial est d’en présenter non pas un panorama exhaustif, entreprise logiquement intenable, mais plutôt d’exposer la diversité et l’hétérogénéité des approches, des méthodes, des terrains ou encore des outils déployés, dans une perspective de renouvellement. Ce numéro est également prétexte à des évocations, en filigrane, à des perspectives de recherche qui s’offrent encore et toujours aux chercheurs et aux communautés locales.

Les relations entre l’homme et la nature en contexte finno-ougrien

  • 1 Descola, 2005.
  • 2 Leete, 2019 ; Carcreff, 2021.
  • 3 Czigány, 1980.
  • 4 Arukask, 2017.
  • 5 Siragusa & Arzyutov, 2020.

3Interroger les relations qu’entretiennent les hommes à la nature nous oblige à un bref détour épistémologique. Les populations finno-ougriennes ont été parfois décrites par les Européens comme des communautés proches de la nature, si ce n’est imbriquées dans la nature, voire partie intégrante de la nature. Et de quelle nature ? D’une nature sauvage, rurale, isolée, nordique, froide, forestière ou montagneuse, en référence aux théories descoliennes consacrant une opposition nature/culture comme résultant d’un construit occidental relativement contemporain1. Ainsi, plusieurs publications, notamment russophones, anglophones, germanophones ou francophones ont été consacrées à ces approches durant les xviiie, xixe et xxe siècles, émanant autant de scientifiques que de missionnaires ou de voyageurs2. Cette idéologie a pu longtemps prévaloir et a été source de nombreux travaux, dont certains demeurent sensiblement intéressants aujourd’hui dans leurs descriptions ethnographiques des liens entre les hommes et leur environnement au sein des terres finno-ougriennes. C’est notamment le cas de certains usages de la nature vus comme emblématiques par les chercheurs de tout temps, dont les usages vivriers (élevage de rennes, pêche, chasse) et spirituels (chamanisme3 et animisme4, etc.). Toutefois, une approche renouvelée émerge au xxe siècle et prend son véritable essor au début du xxie siècle, dépassant ces oppositions datées et promouvant certains modes de vie finno-ougriens comme des cosmologies pertinentes face aux changements en cours, sans toutefois verser dans une vision idéalisée du sujet5.

  • 6 Sonck-Rautio, 2018.
  • 7 Kuikka, 2022.
  • 8 Benfoughal et al., 2017.
  • 9 Nichifor, 2020

4Le dualisme longtemps mobilisé apparaît finalement largement inopérant au sein des communautés finno-ougriennes et les capacités d’adaptation, voire de transformation des communautés, sont désormais mises en avant6. Dès le début du xxe siècle, dans la lignée des approches post-coloniales qui émergent alors au sein des écoles d’anthropologie européenne et portées par des philosophies politiques en consolidation (socialisme, etc.), des travaux plus humanistes et plus variés s’engagent à destination des contrées finno-ougriennes, qui se poursuivent encore aujourd’hui7. Parallèlement, la « mise au musée » du monde finno-ougrien apporte un certain renouvellement des travaux, notamment de collectages8, avec l’émergence de musées consacrés à l’homme, puis des écomusées9 (Skansen sur le pourtour Baltique par exemple).

  • 10 Toulouze, 2005.
  • 11 Eikeland & Ryabova, 2002.

5Mais s’intéresser aux relations entre les Finno-ougriens et leurs environnements, c’est également questionner les déconnexions à l’œuvre durant les processus de colonisation, d’évangélisation10 ou de collectivisation, qui ont mis à mal, sur le temps long, les modes de vie de certaines de ces populations. Le travail de sape, largement documenté11, qui a prévalu durant plusieurs siècles et qui émanait des pouvoirs colonisateurs (que l’on retrouve en action au sein de nombreux autres territoires subarctiques et arctiques) a atteint plusieurs de ces objectifs, conduisant à des formes de déconnexions, spatiales et/ou temporelles, ponctuelles et/ou de long terme, à différentes échelles, donc.

  • 12 Litynski et al., 2003.
  • 13 Gerkey, 2016.
  • 14 Fattal, 2005.
  • 15 Leete, 2014.

6Enfin, s’intéresser à ces relations, c’est également travailler sur l’impact, fort, des changements globaux sur la perpétuation de ces cosmologies : l’Arctique se réchauffe en moyenne deux fois plus rapidement que le reste de la planète, les événements météorologiques et climatiques extrêmes y font rage12, perturbant d’autant le maintien de certains usages et, surtout, leurs transmissions. Cet état de fait, connu et reconnu, s’additionne à d’autres pressions et en premier lieu à celles issues de bouleversements socio-économiques13 et politiques14. Ce cumul de pressions et d’impacts engendre lui aussi de nombreux effets, en chaîne, sur le maintien de ces relations dans le temps et dans l’espace15, qui peuvent alors apparaître comme remises en question.

Pluralité des écoles, des terrains et des cosmologies

7Ce numéro consacre évidemment en premier lieu la diversité des terrains. Sans couvrir de manière exhaustive l’ensemble des aires finno-ougriennes, il démontre l’extrême variété des terrains qui sont fréquentés par les rédacteurs de ces articles. Cette diversité permet de saisir la catégorie « populations finno-ougriennes » comme une acception tout à fait polysémique.

  • 16 Laakso, 2009.
  • 17 Znamierowska-Prüfferowa, 1970.

8Il expose en outre la pluralité des écoles de pensées, avec des auteurs formés au sein de différentes institutions pratiquant la recherche en études finno-ougriennes, représentant différentes nationalités : française, estonienne, lettone, russe, suédoise, espagnole et finlandaise. Grâce à ces auteurs, plusieurs institutions sont représentées au sein de ce numéro, traduisant là aussi la vitalité de la recherche, entre une recherche fondamentale et une recherche appliquée, parfois également engagée, à destination des communautés, et fréquemment connectée16. Cette diversité esquisse aussi des croisements récurrents entre recherche muséale et recherche académique17 (sans dissocier les deux) au sein des études finno-ougriennes. Les approches disciplinaires sont tout aussi variées, allant de l’écolinguistique à l’ethnologie, en passant par l’ethnobiologie ou la géographie.

  • 18 Plaan, 2018.
  • 19 Sõukand et al., 2022.
  • 20 Demeulenaere, 2017.
  • 21 Martin, 2022 ; Marchina, 2019.

9Enfin, ce numéro permet la consécration d’une vision plurielle des cosmologies et ontologies portées par les communautés finno-ougriennes et certaines de leurs mutations18. S’il existe un certain nombre de traits communs traversant et structurant ces cosmologies, leur diversité apparaît ici comme un facteur important, traduisant, au-delà, une diversité bioculturelle encore très active, malgré les menaces qui pèsent sur celle-ci19. Cette diversité amène, aujourd’hui, à des réflexions sur sa protection sur le long terme au sein des communautés finno-ougriennes. Par ailleurs, les approches contemporaines en études finno-ougriennes consacrées aux relations entre les hommes et leur environnement permettent également d’ouvrir la voie à des réflexion sur une anthropologie « au-delà de l’anthropos20 », faisant la part belle à ces écosystèmes pratiqués, investis, occupés par les populations humaines, là-aussi, dans leur pluralité (espèces non humaines, habitats, non-vivant, etc.). Ces approches sont imbriquées dans des travaux plus larges dédiés « aux nords » et, surtout, à leurs communautés, humaines comme non-humaines21.

La place des relations homme-nature dans Études finno-ougriennes

10En 2022, lors d’une mission de coopération scientifique avec l’université suédophone de Turku (Åbo Akademi, Finlands svenska universitet, Finlande), nous avons pu échanger avec la chercheuse en anthropologie Kirsi Sonck-Rautio au sujet de son travail publié dans Ethnologica Scandinavica sur une étude bibliométrique consacrée à la place des relations homme-nature dans les publications parues22. L’idée nous a semblée séduisante et nous avons engagé le même exercice avec une analyse des travaux publiés par Études finno-ougriennes. Nous nous sommes appuyés sur les sommaires, accessibles en ligne sur le site internet de l’Adéfo23, ainsi que sur les numéros publiés ouvertement en accès intégral sur la plateforme OpenEdition24.

11Au sein de la revue Études finno-ougriennes, la question des relations entre les populations finno-ougriennes et leurs environnements apparaît abordée en premier lieu de manière indirecte, par l’intermédiaire de comptes rendus de colloques, où certaines communications sont synthétisées et rapportées. Logiquement, plusieurs articles évoquent ensuite de manière plus directe ce sujet, même si des biais peuvent exister dans notre recension, faute d’avoir pu parcourir l’ensemble des pages des premiers numéros parus.

12Le cas des chroniques et des comptes rendus a été particulièrement difficile à traiter. Seule une évocation thématique directe, dans le titre de la chronique ou du compte-rendu a été retenue. Lors de chroniques ayant trait à des congrès plurithématiques, ce qui est souvent la norme chez les finno-ougristes, ou lors de comptes rendus de revues elles aussi plurithématiques dédiées aux questions finno-ougriennes au sens large, aucune analyse n’a alors été conduite, faute de temps. Un travail de compilation pourrait être engagé, car ces deux rubriques recèlent sûrement de nombreuses autres occurrences, non identifiables à la seule lecture de leurs titres. Il en est de même pour les nécrologies (In memoriam ou comptes rendus de carrière).

Rubriques Occurrences
Articles (rubrique de numéro dossier et varia) 30
Comptes rendus 15
Chroniques 4
Terrains 3
Aperçus 2

13Les principaux enseignements, dévoilés selon trois catégorisations (voir les trois tableaux), révèlent une prépondérance des articles sur le sujet, suivis des comptes rendus (moitié moins) et enfin de quelques publications issues d’autres rubriques. Notons l’apparition récente dans la revue, avec une ligne éditoriale renouvelée, d’une rubrique « Terrains », particulièrement propice. Les populations majoritairement concernées sont les Sames, les Nénetses et les Énetses, ainsi que les Oudmourtes. Au fil des ans, les populations hongroises sont moins présentes au profit des peuples fenniques et de Russie centrale par exemple. Enfin, les thématiques abordées s’intéressent notamment à des sujets d’actualité de la recherche, au mode de vie traditionnel et aux études rurales (monde paysan), mais aussi aux croyances et religions.

Populations ou territoires concernés Occurrences
Sames et Sames du sud, Sames d’Ume 9
Nénetses, Énetses 9
Oudmourtie, Bachkortostan, Région Oural-Volga 5
Hongrie, Slovaques de Hongrie 4
Komis, Zyriènes 4
Aires boréales, Arctique, Sibérie du nord 4
Estonie, Setomaa 4
Finno-ougrienne, fennique 3
Vogouls, Khantys, Selkoupes 3
Carélie finno-russe, Finlande, Pomors 3
Votes et Ingriens 2
Hongrois du Saskatchewan 1
Ob-ougriennes 1
Europe centre-orientale 1
Nganassanes 1
Mordve 1
Lives 1

14 

Thématiques Occurrences
Chamanisme et religions, rituels, croyances 10
Mode de vie traditionnel et folklore 9
Histoire et ethnologie rurale 8
Actualité de la recherche homme-nature 6
Alimentation 6
Éco-anthropologie 5
Géographie 4
Écolinguistique 4
Archéologie et histoire 2
Muséologie 2
Ethnomusicologie 1
Langue et phonologie 1
Littérature 1

Présentation des articles

15Huit articles ont été réunis dans le cadre de ce numéro thématique.

16Le premier article s’appuie sur le travail de Héloïse Pommepuy, ancienne stagiaire au sein de la nouvelle chaire « Enjeux polaires » à Brest, qui a réalisé un état de l’art des sources et ressources consacrées aux pôles dans la région brestoise. Nous avons extrait de cet état de l’art les sources qui s’intéressent aux questions finno-ougriennes et qui placent la région brestoise comme un territoire d’intérêt sur le sujet, notamment grâce à la présence d’institutions particulières, productrices de travaux originaux ou créatrices de bibliothèques et d’archives (Institut polaire français, Marine nationale, etc.).

17Le deuxième article, en anglais, a été écrit à quatre mains (Anatole Danto, Léa Pertel, Jules Danto et Kristina Likhacheva). Il expose le parallèle que l’on peut faire entre les érosions de biodiversités naturelles et culturelles (notamment linguistiques) et interroge les capacités adaptatives des peuples autochtones de l’Arctique et du Sub-Arctique. Rédigé par une équipe pluridisciplinaire, il s’appuie sur une revue de la littérature étayée par près de dix années de terrain réalisé dans ces territoires, auprès et avec les communautés, au Groenland, aux îles Féroé, en Scandinavie, en Russie, en Baltique et à Saint-Pierre-et-Miquelon.

18Le troisième écrit s’intéresse aux Sames de Pite, dont les derniers pratiquants de cette langue orale ne sont plus qu’une vingtaine, en Suède. Deux chercheurs, Ingvar Svanberg et Deborah Aleia Aldana Shelton ont réalisé un terrain au sein de cette communauté relictuelle, interrogeant les savoirs ethnobotaniques conservés encore par certains membres.

19Le quatrième document est rédigé depuis l’île de Kihnu, par la responsable de la fondation culturelle de l’île, qui a piloté l’un des premiers classements au monde d’un « espace culturel » au titre de la convention Unesco de 2003 consacrée à la sauvegarde du Patrimoine culturel immatériel. Plus de quinze ans après le classement de l’archipel, Mare Mätas réalise un état des lieux des questions qui parcourent encore ce territoire insulaire, détaillant notamment les points de friction entre nature et culture encore présents malgré le classement Unesco.

20Mare Mätas participe également au cinquième article, piloté par Raivo Kalle et co-écrit avec Andrea Pieroni et Renata Sõukand. Celui-ci est également consacré à l’île de Kihnu, mais s’intéresse plus particulièrement aux usages rituels des plantes, dans une approche ethnobotanique, tout en décryptant les changements d’usages à l’œuvre localement.

21Le sixième article est également un travail ethnobotanique. Rédigé par Olga Belichenko, qui a récemment soutenu sa thèse de doctorat, il expose les savoirs ethnomycologiques conservés et transmis (ou non) dans la région seto du côté russe de la frontière qui coupe le Setomaa historique en deux, au sud du lac de Pskov. Il compare notamment les fondements identitaires des Setos et des Russes sur le sujet.

22Permettant de demeurer dans cette région fennique, le septième article, écrit par Vincent Dautancourt, détaille la chronologie et les implications d’une controverse environnementale contemporaine estonienne. Un projet de gigantesque usine à papier dans la région de Tartu a déchaîné les passions plusieurs années durant, ce qui permet, a posteriori, d’analyser ce que cela traduit des représentations de la société estonienne sur ce type d’infrastructures, qualifiées par leurs promoteurs d’« industries vertes », et qui connaissent également grand nombre de détracteurs.

23Enfin, ce dossier se clôt sur un article d’histoire linguistique, proposé par Harri Uusitalo, de Turku (Finlande). Son travail retrace l’évolution de deux ichtyonymes en finnois, écrits et dans leurs formes dialectales.

Haut de page

Bibliographie

Adéfo, URL : https://adefo.org/ (consulté le 25/02/2023).

Arukask Madis, 2017, “The Personal Rituals of the Finnic Peoples with Forest Trees (On the Basis of Two Examples)” in Anthropology & Archeology of Eurasia, vol. 56, no 1-2, p. 167-185.

Benfoughal Tatiana, Fishman Olga & Valk Heiki (dir.), 2017, Missions du Musée de l’homme en Estonie: Boris Vildé et Léonide Zouroff au Setomaa (1937-1938), Publications scientifiques du Muséum national d’histoire naturelle, Paris.

Carcreff Alessandra, 2021, Au pays des vendeurs de vent. Voyager en Laponie et en Finlande. xve-xixe siècle, Presses universitaires de Provence, Aix-en-Provence.

Czigány Lóránt G., 1980, “The Use of Hallucinogens and the Shamanistic Tradition of the Finno-Ugrian People” in The Slavonic and East European Review, vol. 58, no 2, p. 212-217.

Demeulenaere Elise, 2017, « L’anthropologie au-delà de l’anthropos. Un récit par les marges de la discipline » in Blanc G., Demeulenaere E. & Feuerhahn W., Humanités environnementales. Enquêtes et contre-enquêtes, Éditions de la Sorbonne, Paris, p. 43-73.

Descola Philippe, 2005, Par-delà nature et culture, volume 1, Gallimard, Paris.

Eikeland Sveinung & Ryabova Larissa, 2002, “The Battle for Resource Rent: Securing the Profit from Forest and Fish Resources in Northern Russia Post-1990” in Europe-Asia Studies, vol. 54, no 7, p. 1085-1100.

Études finno-ougriennes, « Numéros », URL : https://journals.openedition.org/efo/74 (consulté le 25/02/2023).

Fattal Paul, 2005, « Les problèmes d’environnement dans une région d’extraction pétrolière : la région de Nijnevartovsk situé sur le territoire Khanti-Mansi (Russie) » in Les Cahiers Nantais, vol. 64, p. 73-85.

Gerkey Drew, 2016, “The Emergence of Institutions in a Post-Soviet Commons: Salmon Fishing and Reindeer Herding in Kamchatka, Russia” in Human Organization, vol. 75, no 4, p. 336-345.

Kuikka Eeva, 2022, “Water, Oil and Spirits: Liquid Maps of the Taiga in Eremei Aipin’s Novel Khanty, or the Star of the Dawn” in Cold Waters, Springer, Cham, p. 165-182.

Laakso Joanna, 2009, “Networks of Finno-Ugric studies” in The Quasquicentennial of the Finno-Ugrian Society, vol. 258, p. 79-93.

Leete Art, 2014, « Sacrifices de rennes et pétrole : dialogue entre rituel et droits des peuples autochtones » in Études finno-ougriennes, vol. 46.

Leete Art, 2019, “Silence in the Woods: Finno-Ugric Peoples of the Russian North and Western Siberia in the Ethnographic Literature from the Eighteenth to the Beginning of the Twentieth Century” in Sibirica, vol. 18, no 2, p. 1-26.

Litynski Joseph, Genes Claude & ellemare François, 2003, « Fluctuations du climat dans l’Arctique durant le xxe siècle » in PARTIE, vol. 114.

Marchina Charlotte, 2019, Nomad’s land. Éleveurs, animaux et paysage chez les peuples mongols, Zones sensibles, Bruxelles.

Martin Nastassja, 2022, À l’est des rêves. Réponses even aux crises systémiques, La Découverte (coll. Les empêcheurs de penser en rond), Paris, 250 p.

Nakhshina Maria & Wahnsiedler Natalie, 2015, “Post-Soviet Fishing Kolkhozes as Viable Socio-economic Enterprises” in German Anthropological Association Biannual Conference, Marburg.

Nichifor Mihaela, 2020, « Écomusées en Europe de l’Est : histoire et avenir » in e-Phaïstos. Revue d’histoire des techniques / Journal of the history of technology, vol. VIII-1.

Plaan Joonas, 2018, “Altered Ontologies of the Seascape: Local Knowledge, Environmental Change and Conservation in Kihnu, Estonia” in Journal of Political Ecology, vol. 25, no 1, p. 569-586.

Siragusa Laura & Arzyutov Dmitry, 2020, “Nothing Goes to Waste: Sustainable Practices of Re-use Among Indigenous Groups in the Russian North” in Current Opinion in Environmental Sustainability, vol. 43, p. 41-48.

Sonck-Rautio Kirsi, 2018, “Adaptation and Cultural Sustainability of the Winter-seining Community in the Southwest Finland Archipelago” in Cultural Sustainability and the nature–Culture Interface, Routledge, Londres, p. 125-136.

Sonck-Rautio Kirsi, 2021, “Nordic and nature. The Human-nature Interface in Ethnologia Scandinavica 1970-2020” in Ethnologia Scandinavica, vol. 51, p. 26-33.

Sõukand Renata, Kalle Raivo & Pieroni Andrea, 2022, “Homogenisation of Biocultural Diversity: Plant Ethnomedicine and its Diachronic Change in Setomaa and Võromaa, Estonia, in the Last Century” in Biology, vol. 11, no 2, p. 192.

Toulouze Eva, 2005, « Irinarh Semanovskij et la mission d’Obdorsk : une page de l’évangélisation des Khantys et des Nenets » in Études finno-ougriennes, vol. 37, p. 29-63.

Znamierowska-Prüfferowa Maria, 1970, “Ethnomuseology and its Problems” in Ethnologia Europaea, vol. 4, no 1.

Haut de page

Notes

1 Descola, 2005.

2 Leete, 2019 ; Carcreff, 2021.

3 Czigány, 1980.

4 Arukask, 2017.

5 Siragusa & Arzyutov, 2020.

6 Sonck-Rautio, 2018.

7 Kuikka, 2022.

8 Benfoughal et al., 2017.

9 Nichifor, 2020

10 Toulouze, 2005.

11 Eikeland & Ryabova, 2002.

12 Litynski et al., 2003.

13 Gerkey, 2016.

14 Fattal, 2005.

15 Leete, 2014.

16 Laakso, 2009.

17 Znamierowska-Prüfferowa, 1970.

18 Plaan, 2018.

19 Sõukand et al., 2022.

20 Demeulenaere, 2017.

21 Martin, 2022 ; Marchina, 2019.

22 Sonck-Rautio, 2021.

23 Adéfo, URL : https://adefo.org/

24 Études finno-ougriennes, « Numéros », URL : https://journals.openedition.org/efo/74

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Anatole Danto, « Les relations homme-nature chez les peuples finno-ougriens »Études finno-ougriennes, 54 | 2022, 9-19.

Référence électronique

Anatole Danto, « Les relations homme-nature chez les peuples finno-ougriens »Études finno-ougriennes [En ligne], 54 | 2022, mis en ligne le 07 décembre 2023, consulté le 16 juin 2024. URL : http://journals.openedition.org/efo/21434 ; DOI : https://doi.org/10.4000/efo.21434

Haut de page

Auteur

Anatole Danto

International research network Apolimer, INSHS, CNRS, LIENSs/UMR 7266, membre de la chaire « Enjeux polaires », UBO, IUEM

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search