Navigation – Plan du site

AccueilNuméros54Les Finno-ougriens et la natureBrest, la marine, les territoires...

Les Finno-ougriens et la nature

Brest, la marine, les territoires du septentrion et les communautés finno-ougriennes : état des sources et ressources

Brest, the French navy, Northern territories and Finno-Ugric communities: sources and resources
Brest, merevägi, põhja-alad ja soome-ugri kogukonnad: allikad ja ressursid
Héloïse Pommepuy, Anatole Danto et Anne Choquet
p. 21-35

Résumés

La région brestoise recèle plusieurs fonds d’archives et différentes ressources liées aux questions polaires. Certains d’entre eux intéressent les questions finno-ougriennes. Une part importante de ces fonds a été constituée par l’intermédiaire des activités, historiques, de la Marine et de l’Institut polaire français localement et participent à faire de Brest une région originale dans la conservation de sources liées aux mondes finno-ougriens.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Contrairement à ce que l’on pourrait penser, la Bretagne, et en premier lieu la région brestoise, conservent différentes sources concernant les populations finno-ougriennes. Dans le cadre d’un stage de deux mois au sein de la chaire « Enjeux polaires » en préfiguration à l’université de Bretagne occidentale à l’Institut universitaire européen de la mer, réalisé par Héloïse Pommepuy sous la co-direction d’Anatole Danto et d’Anne Choquet, un état des sources traitant des mondes polaires a été réalisé. Si le stage portait sur les régions polaires arctiques, antarctiques et périphériques dans leur globalité et avait pour objectif la création d’un guide à destination des chercheurs, nous ne proposons ici qu’un extrait de cet état des sources, avec une présentation de différents fonds consacrés aux mondes finno-ougriens.

Méthodologie

  • 1 Nous en profitons pour ici vivement remercier les institutions suivantes et leurs représentants : U (...)
  • 2 Pommepuy, 2022.

2La majorité du travail a été conduite au printemps 2022 sur Brest. Il a principalement consisté en un dépouillement des documents d’archives conservés au sein d’institutions locales et à la conduite d’un inventaire le plus vaste possible des sources liées aux mondes polaires, afin de valoriser leur richesse. Cette étude a été réalisée en forte interaction avec les responsables institutionnels chargés de la conservation des sources et documents1. Un premier volet a consisté en des rendez-vous d’approfondissement avec les responsables de la conservation, permettant de présenter le cadre du travail et d’aboutir à un premier dégrossissement des recherches. La seconde phase a été celle de l’analyse des fonds, via les répertoires, index et bases de données disponibles. Enfin, l’étude a conduit à la rédaction d’un document de synthèse2 présentant les fonds disponibles, les moyens d’y accéder, leurs localisations, ainsi qu’une cartographie des institutions et un approfondissement détaillé de certaines cotes emblématiques ou originales. Y ont été annexés des tableaux détaillés des sources par institution.

3S’il est parfois difficile de soupçonner la présence de données exploitables pour les sciences humaines et sociales, on trouve néanmoins des sources historiques, anthropologiques, géographiques, environnementales, ainsi que des données océanographiques, biologiques ou de la documentation militaire au sein des bibliothèques et des services d’archives des institutions de la région. La variété des disciplines de production des travaux permet une véritable complémentarité des sources locales.

4En regardant à présent les fonds en lien avec les populations finno-ougriennes de plus près, les recherches effectuées durant ce stage de master permettent de valoriser les populations vivant au-delà du cercle polaire arctique, c’est-à-dire une partie des populations présentes en Russie, en Finlande, en Norvège, en Suède et dans les pays baltes. D’autres fonds, concernant notamment la Russie centrale ou les populations magyarophones n’ont pas été sondés dans le détail, car hors zones arctiques ou subarctiques. Un corpus de sources, modeste mais intéressant, peut tout de même être établi concernant les populations finno-ougriennes, compilées par institution. Toutes les institutions du guide général ne sont pas présentes dans ce corpus, car la majorité ne dispose pas de documents sur les populations finno-ougriennes ou n’a pas fait l’objet d’une recherche aussi approfondie, ce qui permettrait sans doute d’en trouver davantage. La liste suivante ne prétend ainsi pas à l’exhaustivité mais tend plutôt à éclairer les lecteurs et chercheurs sur les types de sources qu’il est possible de trouver dans les organismes brestois et, plus largement, bretons. Certaines sources sont loin d’être originales, mais peuvent demeurer relativement inaccessibles hors Île-de-France et sont donc ici mentionnées.

Les sources issues de la Marine et de ses services producteurs

  • 3 Voir en exemple : Hansen & Borm, 2022.
  • 4 Lasserre et al., 2021.

5La ville de Brest a l’originalité d’héberger l’une des dernières bases navales militaires métropolitaines. Cette présence contemporaine découle d’une histoire ancienne et Brest a constitué un lieu central, de tout temps, pour la Marine française (royale puis nationale). Ainsi, de très nombreuses expéditions à visée exploratoire ont quitté le port du Ponant à destination de l’ensemble des mers du globe. Certains territoires ont été plus fréquentés que d’autres. Les régions polaires ont, très tôt, constitué des centres d’intérêts à la fois scientifiques et militaires3, faisant d’elles de véritables « régions objets de fantasmes4 ».

6Ce fantasme a émergé en partie grâce aux expéditions pilotées par la Marine, très fréquemment accompagnées de scientifiques. Les scientifiques qui embarquent sur les navires du roi puis de la République sont en réalité un groupe social très hétérogène. Certains sont officiers de la Marine et exercent à ce titre en premier lieu une fonction militaire sur le bord. Celle-ci est souvent toutefois agrémentée, pour certains corps particuliers, de fonctions scientifiques diverses. C’est notamment le cas des médecins, chirurgiens et pharmaciens de Marine ou encore des ingénieurs hydrographes, qui contribuent aux avancées de la science par l’intermédiaire de travaux conduits lors de ces expéditions, dans un éventail très large de disciplines, avec, généralement, une visée quasi-encyclopédique. Plusieurs d’entre eux pratiquent notamment l’ethnographie5, à laquelle ils sont formés à l’École de médecine navale de Brest6. Localement, une véritable émulation autour de ces explorations émerge notamment par l’intermédiaire de l’Académie de Marine7, créée au milieu du xviiie siècle. L’Académie se dote très tôt d’une bibliothèque, dense et hétéroclite, encore aujourd’hui conservée à Brest, au sein du Service historique de la Défense8 (Bibliothèque ancienne du SHD, fonds coté R). Dans cette même veine expéditionnaire, le Dépôt des cartes et plans de la Marine9 est également créé, quelques décennies plus tôt, entretenant de forts liens avec la place brestoise. Le descendant direct de ce dépôt est aujourd’hui constitué du Service hydrographique et océanographique de la Marine, établissement public dont le siège est situé à Brest. Enfin, l’ancienne École de médecine navale, devenue Hôpital d’instruction des armées Clermont-Tonnerre, a constitué elle aussi une vaste collection encyclopédique, versée depuis peu au Service historique de la Défense de Brest (fonds anciens et séries F).

7Ce dernier (Centre du réseau territorial, division Nord-Ouest, SHD de Brest) conserve trois grands types de fonds : les fonds d’archives, ceux de la bibliothèque ancienne et ceux de la bibliothèque contemporaine. C’est au sein de ces deux derniers que l’on retrouve le plus de sources.

Fonds ancien de l’Académie de Marine (fonds R), SHD de Brest

8Le fonds ancien correspond à l’ancienne bibliothèque de l’Académie de Marine française. Il constitue une ambitieuse bibliothèque chargée à l’époque de sa genèse de collecter tous les savoirs existants publiés sur le globe. La majorité des ouvrages est en français, mais nombre d’entre eux sont aussi écrits en anglais, allemand ou encore russe, voire en norvégien. La typologie du fonds est elle aussi hétérogène, puisque constituée d’encyclopédies, de dictionnaires, de précis, de journaux de voyages ou encore d’atlas (dont certains de très grands formats). Une majeure partie des ouvrages est illustrée par des gravures ou des estampes. Les récits d’expédition étaient généralement publiés en nombreux volumes, l’un traitant de la physique, un autre de la chimie, un autre encore de l’ethnologie, etc. Ils étaient complétés par des séries d’atlas ou de livres de planches illustratives. Une part importante de ces fonds a été produite à l’issue d’expéditions financées ou accompagnées par la Marine, souvent au départ de Brest. Plusieurs d’entre elles se sont intéressées aux territoires finno-ougriens. Les recherches effectuées lors de ce travail ont permis d’identifier les cotes suivantes.

Récits de voyage, ouvrages et atlas

9Büsching Anton Friedrich, 1768-1776, Nouveau Traité de géographie, tome I [-neuvième], traduit de l’allemand par D. Büsching Anton Friedrich, avec des augmentations et corrections qui ne se trouvent pas dans l’original par Gérard de Rayneval, Pfeffel et J.-F. Bourgoing, 9 vol., in-8o (17 cm). Titre transformé en « Géographie universelle à partir du tome II. Titre en n. et r. avec marque ? au tome I. Adresses différentes selon les tomes. Cotes : R 1393 à R 1401-1 : t. 1, « Dannemark, Norwègue, Island, Groenland, Suède » ; t. 2, « Russie, Prusse, Pologne » ; t. 3, « Hongrie, Turquie en Europe, Portugal, Espagne ».

10Bruin Cornelis de, 1732, Travels into Muscovy, Persia, and part of the East-Indies, Containing an accurate description of whatever is most remarkable in those countries, to which is added, an account of the journey of Mr. Isbrants... through Russia and Tartary, to China; together with Remarks on the travels of Sir John Chardin, and Mr. Kempfer, and a letter written to the author on that subject, 2 vol., by M. Cornelius Le Bruyn, translated from the original french, A. Bettesworth and C. Hitch : S. Birt, et al., Londres, 2 t. en 1 vol., [1] f. de pl. (front.) : ill. ; 2o (33 cm), front. gr. s.c. signé : B. Picart, fig. gr. s.c. dans le texte. Cote : R 6836.

11Chappe d’Auteroche Abbé Jean, 1768, Voyage en Sibérie, fait par ordre du roi en 1761 contenant les moeurs, les usages des Russes, et l’état actuel de cette puissance ; la description géographique & le nivellement de la route de Paris à Tobolsk ; l’histoire naturelle de la même route ; des observations astronomiques, & des expériences sur l’électricité naturelle, t.1 ; Kracheninnikov M., Voyage en Sibérie, contenant la description du Kamtchatka, t. 2, traduit du russe, Debure père, Paris. 2 t. en 3 vol. : [1] f. de pl. en front., [55] f. de pl. dont 4 dépl., tabl. ; 4o (35 cm). Le tome 1 est formé des deux premiers volumes ; le tome 2 constitue le troisième volume. Pl. signées : J.-B. Le Prince, J.-M. Moreau, J.-B. Tilliard... Vignette gr. s.c. au titre. Reliure en veau, à 3 filets d’or. Cotes : R 3273 à R 3275.

12Coxe William, 1786, Voyage en Pologne, Russie, Suède, Danemarck, etc., traduit de l’anglais, enrichi de notes et des éclaircissemens nécessaires et augmenté d’un « Voyage en Norvège » par M. P.-H. Mallet, tome premier [-second], Barde : Manget & compagnie, Genève. 2 vol. : [12] f. de pl. dont 1 carte et 3 portr. ; 4o (25 cm). Portraits signés : Töpfer. Cotes : R 4606 et R 4607.

13Gaimard Paul, 1842-1855, Voyages en Scandinavie, en Laponie, etc. De l’homme, Arthus Bertrand, Paris. [30] portr. ; 2o (52 cm).

  • Cotes R 5578 à R 5593 : Gaimard Paul, 1842-1855 (dir.), Voyages... en Scandinavie, en Laponie, au Spitzberg et aux Feröe, pendant les années 1838, 1839 et 1840, sur la corvette « La Recherche », commandée par M. Fabvre, Arthus Bertrand, Paris, 16 vol., 8o. T. 1-2 : « Relation de voyage » par Xavier Marmier. 1 vol. : « Littérature scandinave » par Xavier Marmier. T. 1-2: « Géographie physique, géographie botanique, botanique et physiologie » par Ch. Martins, J. Vahl, L.L. Loestadius, A. Bravais, J. Durocher, P.-A. Siljeström, Chr. Boeck, E. Robert. T. 1-3 : « Magnétisme terrestre » par V. Lottin, A. Bravais, C.-B. Lilliehöök, P.-A. Siljeström, G. Meyer, de Laroche-Poncié, Fabvre. 1 vol. : « Aurores boréales » par V. Lottin, A. Bravais, C.-B. Lilliehöök, P.-A. Siljeström. T. 1-3 : « Météorologie » par V. Lottin, A. Bravais, C.-B. Lilliehöök, P.-A. Siljeström, Ch. Martins, de Laroche-Poncie, L.-L. Laestadius et E. Pottier. 1 vol. : « Géologie, minéralogie et métallurgie » par E. Robert. 1 vol. : « Géologie, minéralogie, métallurgie et chimie » par J. Durocher. 1 vol. : « Astronomie et hydrographie » par V. Lottin, A. Bravais, C.-B. Lilliehöök et J. de Laroche-Poncié. 1 vol. : « Histoire de la Scandinavie » par Xavier Marmier.
  • Cotes R 6679 à R 6682 :
    • R 6679 : De l’Homme [30] portr. ;
    • R 6681 : Atlas historique et pittoresque (2 t. en 1 vol.) [27 et 114] pl. ;
    • R 6680 : Atlas pittoresque [136] pl. ;
    • R 6682 : Atlas pittoresque [113] pl. ;
    • R 5508 : Atlas géologique [4], VII, [4] pl. [12] pl. ;
    • R 3370 : Atlas géologique [20] pl. ;
    • R 5509 : Atlas de zoologie [72] pl. ;
    • R 3371 : Atlas de physique [31] pl.

14Georgi Johann Gottlieb, 1776, Description de toutes les nations de l’empire de Russie, où l’on expose leurs moeurs, religions, usages, habitations, habillemens et autres particularités remarquables, première collection qui contient les nations d’origine finnoise [par J.-G. Georgi], traduite de l’allemand, aux dépens de Charles Guillaume Müller, de l’Imprimerie du Corps des cadets, chez J.-C. Schnoor, Saint-Pétersbourg. [6], 108 p. : [25] f. de pl. en coul. ; 4o (26 cm). Par J.-G. Georgi, d’après Barbier. Cote : R 4534.

15Maupertuis Pierre-Louis Moreau de, 1756, Œuvres de Mr de Maupertuis, nouvelle édition corrigée & augmentée, tome premier [-quatrième], chez Jean-Marie Bruyset, Lyon, de l’Imprimerie de Louis Buisson, 4 vol., [1] f. de pl. (portr. en front.), fig. ; 8o (19 cm). Cotes R 2359 à R 2362 : au t. III : « Relation du voyage fait par ordre du roi, au cercle polaire, pour déterminer la figure de la terre. Imprimé à Paris en 1738 », p. 69-175, B. de La R. : I, 379 ; « Relation d’un voyage au fond de la Lapponie pour trouver un ancien monument », p. 177-206, B. de la R. : I, 405. Fig. au t. IV.

16Muller Gerhard Friedrich, 1766, Voyages et découvertes faites par les Russes le long des côtes de la mer Glaciale & sur l’océan Oriental, tant vers le Japon que vers l’Amérique. On y a joint l’Histoire du fleuve Amur et des pays adjacens, depuis la conquête des Russes ; avec la nouvelle carte qui présente ces découvertes & le cours de l’Amur, dressée sur des mémoires authentiques... & corrigée en dernier lieu, traduit de l’allemand par C.G.F. Dumas, tome I [-II], chez Marc Michel Rey, Amsterdam, 2 vol. : [1] f. de carte dépl. ; 12o (17 cm). Tome I intitulé « Abrégé des découvertes et voyages depuis 1648, et l’histoire de l’expédition sous le commandement du capitaine Bering, dont Muller faisait partie... » ; tome II intitulé « Histoire de l’Amur », carte signée « L. Schenk, Jansz. 1765 ». Cotes : R 1491 et R 1492.

17Pallas Peter Simon, 1793, Voyage de M.P.S. Pallas, en différentes provinces de l’empire de Russie et dans l’Asie septentrionale, traduit de l’allemand par M. Gauthier de La Peyronie, tome sixième, chez Maradan, Paris. [108] f. de pl. dont 28 dépl. (parmi lesquelles 8 cartes dépl.) ; 4o (33 cm). Pl. signées : N. Thomas ou Tardieu. Les pl. sont numérotées par t. : 29, 17, 22, 35 et 21 ; au total 124 pl. pour 108 f. Uniquement le t. VI : le vol. de pl. Cotes : R 3267 ; R 4649 à 4653.

18Rousselot de Surgy Jacques-Philibert, 1744-1766, Mélanges interessans et curieux ou Abrégé d’histoire naturelle, morale, civile, et politique de l’Asie, l’Afrique, l’Amérique, et des terres polaires, par M.R.D.S.xxx [Rousselot de Surgy], tome premier [-dixième], Paris, 9 vol., 12o (17 cm), d’après Barbier. Cotes R 1380 à R 1389 (tomes I et II) : t. I « Spitzberg, Mayen, Groënland, Islande, Nouvelle Zemble » ; t. II « Laponie, Samojédie ».

19Scherer Jean-Benoît, 1792, Anecdotes intéressantes et secrètes de la cour de Russie, tirées de ses archives ; avec quelques anecdotes particulières aux différens peuples de cet empire. Publiées par un voyageur qui a séjourné treize ans en Russie [J.B. Scherer], tome premier [-sixième], chez Buisson, Paris & Londres, 6 vol., 8o (16 cm), d’après Barbier. Au t. 1, deux f. enlevés entre la p. de t. et la préface. Cotes : R 1335 à R 1340.

Figure 1 – Un « Lapon », d’après J.-G. Georgi, 1776.

Figure 1 – Un « Lapon », d’après J.-G. Georgi, 1776.

Source : Service Historique de la Défense de Brest, fonds bibliothèque de l’Académie de Marine, R4534.

Dépôt général de la marine : cartes par section et atlas

201738, Atlas de cartes en langue russe, [4] p. : [11] f. de cartes, 2o (55 x 32 cm), G.F. Titre et préface entièrement en russe. Cartes montées sur onglets. Cote : R 3399.

211770-1779, Recueil de cartes de Russie, Petropoli, [22] cartes dont 7 en coul., 2o (51 x 64 cm). Oblong. Pas de p. de t. Les sept premières cartes sont rehaussées de couleurs. Appartiennent au moins à deux séries de cartes différentes : sept cartes de Russie avec cartouche en latin et ayant pour auteurs J.-F. Schmidt, J. Islenieff et J. Tresscott ; quinze cartes, de diverses dimensions, avec cartouche rédigé en général en cyrillique et concernant la Finlande, le lac Ladoga et la mer Caspienne. Cartes doubles, simples ou dépl. montées sur onglets. Cote : R 3430.

221757, Recueil de cartes marine, en langue russe, [6] p., [28] cartes, 2o (57 x 41 cm), G.F. Cartes, simples, doubles ou dépl., montées sur onglets. Texte russe uniquement. Cote : R 3413.

23L’isle Guillaume de, 1753, Nouvelles cartes des découvertes de l’amiral de Fonte, et autres navigateurs espagnols, portugais, anglois, hollandois, françois & russes, dans les mers septentrionales, avec leur explication ; qui comprend, l’histoire des voyages, tant par terre que par mer, dans la partie septentrionale de la terre, les routes de navigation, les extraits des journaux de marine, les observations astronomiques, & tout ce qui peut contribuer au progrès de la navigation ; avec la description des pays, l’histoire & les moeurs des habitans, le commerce que l’on peut y faire, &c, Paris, [4], 60 p., [4] f. de cartes dépl., 4o (24 cm). Mention ms. au verso des deux dernières cartes : « 20-7e-1753-J.N. de l’Isle-Bodin ». Sur p. de t., mention ms. : « 20-7bre-1753 par Mr De L’Ile » et signature de Bigot de Morogues. Deuxième titre du vol., relié avec « Explication de la carte des nouvelles découvertes... ». Cotes : R 3114-2.

Un fonds « voisin » de la Marine : le fonds Creston

  • 10 Danto, 2022a.

24René-Yves Creston (Saint-Nazaire, 1898 – Étables-sur-Mer, 1964) est considéré comme le père fondateur de l’anthropologie maritime en France. Cependant, les débuts de sa carrière sont marqués par divers intérêts, dont les peuples du Nord10, période moins connue de sa longue carrière.

25Il commence par se lancer dans plusieurs embarquements à la pêche, principalement hauturière, depuis la Bretagne Nord et la Normandie, à destination de l’Atlantique Nord. Il a ensuite la chance d’être embarqué par le commandant Jean-Baptiste Charcot, qui part installer Paul-Émile Victor au Groenland (1933-1936). Il assiste l’équipage du navire Pourquoi Pas ? qui transporte les expéditions en tant que « peintre officiel de la Marine » et étudie en même temps l’ethnologie à Paris.

26Grâce à diverses missions de ce type, il visite de nombreux territoires côtiers arctiques et subarctiques, notamment les îles Féroé, le Groenland, le Spitzberg, l’Islande, mais aussi la Norvège, où il découvre la société same de la région occidentale lors de ses escales, pour laquelle il démontre un vif intérêt ethnographique. Formé aux Beaux-Arts, son statut de peintre officiel de la Marine à l’époque est couplé à son fort intérêt ethnographique. Ses lettres de mission émanant de différentes institutions (ministère de la Marine, musée Ethnographique/musée de l’Homme, CNRS, etc.) le conduisent à des travaux ethnographiques consacrés aux sames de la côte nord-ouest de la Norvège. Il réalise un grand nombre de croquis des costumes et des individus qui les portent (les débuts, sûrement, de sa passion pour le costume, qui s’incarnera dans son célèbre livre Le Costume breton, publié en 1993 suite à des publications fasciculaires entre 1953 et 1961), il rédige des descriptions et prend des photos.

  • 11 Benfoughal, 2018.
  • 12 Charpentier, 2020.

27Grâce à ces travaux, il obtient un poste au musée d’Ethnographie du Trocadéro, en charge des questions arctiques et européennes (son rôle est relativement flou alors au sein de l’institution). Il collabore avec Vildé et Zouroff11, avec lesquels il échange sur les peuples sames (Vildé fréquente aussi la Norvège, de même que la Finlande, avec laquelle il entretient de forts liens12) et fenniques, interagissant notamment avec des institutions estoniennes au sujet de la mission Vildé-Zouroff au Setomaa. Ses fonds photographiques ont été versés au musée de l’Homme, puis répartis entre le musée du Quai Branly-Jacques Chirac, le Mucem et le musée de l’Homme ; les fonds audios sont à la BNF. Cependant, ses archives personnelles, notamment iconographiques-artistiques et textuelles liées aux populations sames n’ont pas été versées à une institution et demeurent des fonds privés, conservés en Bretagne. Ils éclairent une part méconnue des expéditions soutenues par la Marine depuis Brest, qui embarquaient souvent des ethnologues sur le bord.

Les fonds issus des institutions de l’Enseignement supérieur et de la recherche

28La place brestoise est également un lieu riche en institutions du secteur de l’enseignement supérieur et de la recherche. Outre l’université de Bretagne occidentale et ses différentes composantes, de grandes écoles militaires (ENSTA Bretagne et l’École navale), d’ingénieurs (ENIB et IMT Atlantique) et une école de commerce sont présentes. Enfin, plusieurs instituts de recherche sont implantés localement : le CNRS, l’IRD et, surtout, l’Ifremer, dont le siège est situé sur le territoire. Plusieurs laboratoires de recherche sont sous co-tutelle et l’ensemble de ces institutions travaille activement de concert.

29Au sein de l’université, mentionnons la création récente de deux éléments orientés vers les « régions polaires » sur le campus de l’Institut universitaire européen de la mer (IUEM, Plouzané). Tout d’abord, un « axe polaire » a été constitué au sein de l’institut. Cet axe interdisciplinaire et transversal à l’ensemble des équipes de l’IUEM a pour objectif de fédérer et valoriser la recherche polaire locale, tant en sciences naturelles qu’en sciences humaines et sociales ou en sciences de la Terre et de l’ingénieur. Il contribue à favoriser les synergies interdisciplinaires entre les différentes unités de recherche de l’institut et de ses partenaires, mais également à encourager l’implication des chercheurs de l’IUEM et de ses partenaires dans les programmes nationaux et internationaux consacrés aux pôles. Cette création contemporaine résulte du constat que la grande majorité des unités de recherches de l’IUEM sont impliquées dans des programmes de recherches polaires et subpolaires, en coopération avec leurs partenaires au niveau national (Ifremer, MNHN, Institut polaire français, etc.) et au niveau international. Cet effort s’inscrit dans la déjà longue tradition des recherches polaires de l’université de Bretagne occidentale, lancée dès les années 1970 par des recherches en géomorphologie au Spitzberg ou encore en océanographie chimique au sein du secteur indien de l’océan Austral.

30Enfin, une chaire « Enjeux polaires » est en préfiguration au sein de l’Institut. Cette chaire repose sur la volonté de co-construire un partenariat long (quatre ans, renouvelables) entre acteurs académiques, institutionnels, associatifs, économiques et communautaires. L’objectif principal est la production de connaissances par croisement des savoirs avec un projet poursuivant une double finalité de production et d’actions pour construire des connaissances appropriables par les décideurs et acteurs socio-économiques. Elle y contribue à travers 3 piliers interdépendants et complémentaires :

  • renforcer une recherche de haut niveau sur des problématiques d’actualité pour mieux décrypter une réalité complexe ;
  • former un large public aux enjeux polaires ;
  • établir une dynamique de connaissances et de partage du savoir par la médiation scientifique.

31Les travaux de la chaire s’articulent principalement autour de trois axes de recherche transverses (maintien de la paix ; protection de l’environnement ; sécurité des personnes et des biens) et trois axes principaux partageant des problématiques communes et complémentaires (penser des pratiques plus responsables des activités humaines ; renforcer la sécurité de la navigation et protection des espaces ; développer une gestion durable des ressources). Encore plus qu’ailleurs, afin de garantir les droits des populations et la protection de l’environnement, les activités humaines en Arctique et en Antarctique ne peuvent s’insérer dans un cadre conventionnel où les acteurs se contenteraient de respecter les règles. La chaire permet d’identifier des moyens permettant de s’engager en faveur d’une approche responsable des activités humaines dans les régions polaires. Les sciences sociales constituent ainsi l’un des cadres d’approche de la chaire et permettent d’y associer de nombreux travaux tant historiques qu’ethnographiques, mobilisant activement les recherches sur archives, mais aussi les missions de collectage, sur le terrain, avec les communautés locales. Ainsi, plusieurs missions en Arctique et sub-Arctique ont déjà été conduites sous l’égide ou en partenariat avec la chaire, en interaction avec les populations. Cette activité de la chaire conduit à la production de fonds issus des campagnes de terrain, mais également à la création de corpus de sources, comme celui présenté ici.

32Toujours au sein de l’UBO, le Centre de recherche bretonne et celtique (CRBC), notamment sa composante UAR 3554 « Bibliothèque Yves Le Gallo » (faculté Victor Segalen), présente quelques sources concernant la Russie, la Finlande et la Scandinavie pouvant concerner les populations finno-ougriennes dans la mesure où les disciplines de prédilection du Centre sont notamment l’ethnologie et l’histoire. On y trouve par exemple la revue finlandaise FF Communications13, de l’Académie finlandaise des sciences (Academia Scientiarum Fennica/Suomalainen Tiedeakatemia), sous la cote 933-26. La bibliothèque du centre conserve également de nombreux ouvrages édités par la Suomalainen Tiedeakatemia, la Suomalaisen Kirjallisuuden Seura ou encore la Societas Scientiarum Fennica, mais aussi par l’Adéfo.

Le cas particulier de l’Institut polaire français Paul-Émile Victor

33L’Institut polaire français Paul-Émile Victor est un groupement d’intérêt public dont le siège se situe à Plouzané. Il a pour rôle d’accompagner financièrement et logistiquement les missions de recherche françaises en Arctique, en Antarctique et au sein des Terres australes françaises. Grâce à ses financements, plusieurs missions ont été conduites au sein des territoires finno-ougriens, mais relativement peu de fonds ont été déposés à l’Institut concernant cette zone, malgré la présence d’un ensemble d’archives issu des activités de l’Institut et des chercheurs qu’il accompagne.

  • 14 Archipoles, URL : https://www.archipoles.com/
  • 15 Missions réalisées dans des cadres différents, par exemple celui de la Recherche coopérative sur pr (...)

34Quelques éléments sont identifiables via la base Archipôles14. Plusieurs fonds sont intéressants, notamment les fonds cartographiques, comprenant plusieurs cartes de la Scandinavie, sur plusieurs thématiques (hydrographie, relief, etc.). Certains fonds de scientifiques sont aussi pertinents, comme celui de Jean Corbel. Ce dernier effectua plusieurs missions15 en Scandinavie et décrit finement certains éléments de géographie physique de la région, qui font le lien entre un écosystème boréal particulier (celui du bouclier fennoscandien) et son exploitation par les sociétés humaines (dont sames), ce qui a donné lieu à de nombreuses publications. Ces fonds comprennent, outre des documents administratifs, des photographies et de la correspondance.

35Le site internet de l’Institut recense également l’intégralité des projets de recherche soutenus16. Des requêtes par localisation et discipline peuvent être réalisées (croisant par exemple Scandinavie et sciences humaines et sociales).

Conclusion

36La place brestoise recèle donc un corpus très hétérogène, modeste mais intéressant, de sources diverses liées aux questions finno-ougriennes au sens large. Toutefois, une partie des fonds d’archives conservée localement n’a pas encore fait l’objet d’inventaire, de tri et/ou de classement ou encore de mise à disposition du public. Cet état des lieux en date de 2022 ne peut donc qu’être amené à s’étoffer et à ouvrir encore plus de pistes de recherche aux chercheurs et aux personnes passionnées des mondes finno-ougriens.

Haut de page

Bibliographie

Académie de Marine, URL : https://www.academiedemarine.com/250ans.php (consulté le 15/01/2023).

Archipoles, URL : https://www.archipoles.com/ (consulté le 15/01/2023).

Benfoughal Tatiana, 2018, « De Saint-Pétersbourg au Mont Valérien : biographie de Boris Vildé, ethnologue des peuples finno-ougriens et résistant » in Bérose-Encyclopédie internationale des histoires de l’anthropologie.

Catalogue du Système universitaire de documentation, « FF Documentation », URL : https://www.sudoc.fr/001042068 (consulté le 17/01/2023).

Charpentier Frédéric, 2020, « “Votre salut à tous dépend du nôtre” : la Scandinavie vue par les intellectuels français pendant la drôle de guerre (1939-1940) » in Guerres mondiales et conflits contemporains, vol. 3, p. 49-65.

Danto Anatole, 2020, « Brest et la Marine : un apport capital à l’ethnographie française pendant 350 ans » in Découvrir le Monde - Brest, port d’explorateurs, Locus solus, Châteaulin, p. 53-58.

Danto Anatole, 2022a, The Funds of René-Yves Creston, a Scientific Heritage Dedicated to the Faroe Islands, rapport de recherches, Uttanríkis- og mentamálaráðið [Ministère des Affaires étrangères des Îles Féroé], Tjóðsavnið [Musée national des Îles Féroé] et Institut français du Danemark.

Danto Anatole, 2022b, « L’Anthropologie maritime civile et militaire française : deux siècles d’hybridations, entre ethnographie, Marine nationale et affaires civiles en mer » in Ethnologies militaires : quelles relations entre les ethnologues – producteurs d’une science pratique, impliquée et appliquée – et l’usage de ces connaissances par les militaires ?, Société d’ethnologie française & Centre de recherche de Saint-Cyr-Coëtquidan, MSH Bretagne (org.), Rennes & France.

Hansen Bergur & Borm Jan, 2022, “The Faroe Islands Visited by the French Expedition ‘La Recherche’ in 1839. A presentation and discussion of the Faroese chapter of Xavier Marmier’s official account” in Fróðskaparrit-Faroese Scientific Journal, vol. 68, p. 5-34.

Institut polaire français, « Projets soutenus », URL : https://institut-polaire.fr/fr/recherches-scientifiques/programmes-soutenus (consulté le 16/01/2023).

Lasserre Frédéric, Choquet Anne & Escudé-Joffres Camille, 2021, « Des Régions objet de fantasmes » in Géopolitique des pôles, p. 39-40.

Morgat Alain, 2007, « Le Dépôt des cartes et plans de la marine et la collection des soixante et onze recueils du Service hydrographique » in Revue historique des armées, vol. 249, p. 134-135.

Pommepuy Héloïse, 2022, Guide des sources polaires, Travaux de la chaire Enjeux polaires, sous la direction de Anatole Danto et Anne Choquet, 54 p.

Service historique de la Défense, URL :  https://www.servicehistorique.sga.defense.gouv.fr/ (consulté le 03/02/2023).

Haut de page

Notes

1 Nous en profitons pour ici vivement remercier les institutions suivantes et leurs représentants : UBO (CRBC, BLP, IUEM, UMR Amure), SHD, Ifremer, Institut polaire français, Cinémathèque de Bretagne, SHOM, École navale.

2 Pommepuy, 2022.

3 Voir en exemple : Hansen & Borm, 2022.

4 Lasserre et al., 2021.

5 Danto, 2022b.

6 Danto, 2020.

7 Académie de Marine, URL : https://www.academiedemarine.com/250ans.php

8 Service historique de la Défense, URL :  https://www.servicehistorique.sga.defense.gouv.fr/

9 Morgat, 2007.

10 Danto, 2022a.

11 Benfoughal, 2018.

12 Charpentier, 2020.

13 Catalogue du Système universitaire de documentation, URL : https://www.sudoc.fr/001042068

14 Archipoles, URL : https://www.archipoles.com/

15 Missions réalisées dans des cadres différents, par exemple celui de la Recherche coopérative sur programme no42 du CNRS, consacrée aux « processus périglaciaires aux hautes latitudes arctiques », mais aussi lors de missions en direction du Svalbard.

16 Voir Institut polaire français, URL : https://institut-polaire.fr/fr/recherches-scientifiques/programmes-soutenus

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 – Un « Lapon », d’après J.-G. Georgi, 1776.
Crédits Source : Service Historique de la Défense de Brest, fonds bibliothèque de l’Académie de Marine, R4534.
URL http://journals.openedition.org/efo/docannexe/image/21516/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 642k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Héloïse Pommepuy, Anatole Danto et Anne Choquet, « Brest, la marine, les territoires du septentrion et les communautés finno-ougriennes : état des sources et ressources »Études finno-ougriennes, 54 | 2022, 21-35.

Référence électronique

Héloïse Pommepuy, Anatole Danto et Anne Choquet, « Brest, la marine, les territoires du septentrion et les communautés finno-ougriennes : état des sources et ressources »Études finno-ougriennes [En ligne], 54 | 2022, mis en ligne le 07 décembre 2023, consulté le 19 mai 2024. URL : http://journals.openedition.org/efo/21516 ; DOI : https://doi.org/10.4000/efo.21516

Haut de page

Auteurs

Héloïse Pommepuy

Master Études environnementales, EHESS

Anatole Danto

International research network Apolimer, INSHS, CNRS, LIENSs/UMR 7266, Membre de la Chaire « Enjeux polaires », UBO, IUEM

Articles du même auteur

Anne Choquet

Responsable de la Chaire « Enjeux polaires », UBO, IUEM, Amure/UMR 6308

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search