Navigation – Plan du site

AccueilNuméros54Les Finno-ougriens et la natureL’exploitation de la forêt estoni...

Les Finno-ougriens et la nature

L’exploitation de la forêt estonienne en débat : l’exemple d’un projet avorté d’usine de cellulose (2017-2018)

The exploitation of the Estonian forest in debate: the example of the aborted project of a cellulose factory (2017-2018)
Vaidlus Eesti metsa majandamise üle: katkestatud tselluloositehase planeeringu näitel (2017-2018)
Vincent Dautancourt
p. 167-188

Résumés

Entre 2017 et 2018, un projet d’usine de cellulose en Estonie a déchaîné les passions et mis en opposition différentes visions de ce que devrait être l’exploitation forestière dans le pays. La saga s’est achevée sur une victoire des opposants, soucieux de préserver les forêts de leur pays. Le présent article analyse les arguments avancés pour demander l’arrêt du projet dans le but de catégoriser ce conflit d’aménagement rejeté à l’aide de la typologie dressée par le géographe Philippe Subra (lutte environnementale, lutte NIMBY) et peser le poids des arguments liés à la forêt et de ceux qui relèvent d’autres intérêts.

Haut de page

Texte intégral

1Le 8 novembre 2018, le gouvernement de la république d’Estonie a pris la décision d’abandonner les procédures administratives nécessaires à la mise en œuvre d’un projet d’usine de cellulose dans le pays. Présenté au public en janvier 2017 et initialement prévu à proximité de la rivière Emajõgi dans l’Est du pays, cet investissement d’un montant estimé à un milliard d’euros et porté par une société regroupant des industriels estoniens du bois avait rencontré pendant presque deux ans l’opposition de mouvements écologistes, de scientifiques et de la population de la principale ville voisine, Tartu, deuxième ville du pays derrière la capitale, Tallinn. Multipliant les prises de parole dans les médias et descendant dans la rue à plusieurs reprises, les opposants ont finalement obtenu gain de cause, faisant prévaloir une position protectrice de la forêt face à une vision plus économique.

  • 1 Des initiatives antérieures peuvent être citées, Päästkem Eesti Metsad (Sauvons les forêts estonien (...)
  • 2 Le parlement estonien.
  • 3 Delfi, „Avalik kiri Eesti metsa kaitseks”.
  • 4 Eesti Metsa Abiks, URL : http://eestimetsaabiks.ee/.

2Très médiatique, ce conflit marque un temps fort dans le débat environnemental autour de la forêt qui anime la société estonienne depuis quelques années, notamment depuis 2016 grâce au développement d’une société dans laquelle le militantisme citoyen est plus présent sous l’impulsion de la première génération post-soviétique1. Le 1er décembre de cette année-là, 102 figures du monde culturel estonien signent une lettre ouverte adressée à la présidente de la République, Kersti Kaljulaid, au Riigikogu2, au ministre de l’Environnement Marko Pomerants et au ministre de la Justice Urmas Reinsalu dans laquelle ils appellent au sauvetage de la forêt estonienne, prisonnière de l’industrie forestière3. Quelques jours plus tard, l’organisation Eesti Metsa Abiks (EMA, en anglais Estonian Forest Aid4) est créée dans le cadre d’une manifestation devant le ministère de l’Environnement à Tallinn pour contester le projet d’abaissement de l’âge des épicéas pouvant être abattus et pour dénoncer l’abattage incontrôlé des arbres dans le pays.

  • 5 Le ministre de l’Environnement Siim Kiisler a estimé en octobre 2017 que les militants d’EMA, en sa (...)
  • 6 Kõiv, 2020, p. 52.
  • 7 La question sylvicole attire même des journalistes étrangers : la chaîne franco-allemande Arte a pa (...)
  • 8 Eesti Päevaleht, „Valdur Mikita pere maadel võetakse lindude elu hinnaga maha hektarite kaupa uhket (...)
  • 9 L’article publié a ensuite fait l’objet d’une plainte auprès du Conseil de la presse. Ce dernier a (...)
  • 10 Le Centre de gestion des forêts est un établissement public à but lucratif dont le domaine d’activi (...)

3Si les prises de parole des militants de cette organisation ne sont pas du goût de tous5, les actions menées, sous l’impulsion de la coordinatrice Linda-Mari Väli6, ont eu pour effet de faire naître un débat en Estonie et la question des coupes rases, ainsi que la politique sylvicole estonienne en général, agitent régulièrement les réseaux sociaux et la presse7. C’est par exemple le cas lorsque des promeneurs ou des journalistes découvrent qu’une nouvelle parcelle de forêt publique a été abattue. Les infractions aux réglementations sont immédiatement révélées, avec abus parfois : ainsi, en juin 2020, l’écrivain Valdur Mikita, ardent défenseur des forêts, a été pris à partie après la publication d’un article du quotidien Eesti Päevaleht8 qui révélait qu’une coupe rase a été réalisée en pleine période de nidification, et donc interdite, sur une parcelle appartenant à sa mère9. De même, les différents ministres de l’Environnement et autres responsables de la politique sylvicole sont régulièrement interpelés sur la question, notamment sur leur vision du rôle du Centre de gestion des forêts (Riigimetsa majandamise keskus – RMK10), une organisation qui a une double mission de protection (c’est elle qui gère un important réseau de chemins de randonnée en Estonie) et d’exploitation économique de la forêt. Les ministres soutiennent-ils plutôt la première mission ou la seconde ?

  • 11 Postimees, „Keskkonnaminister otsustas riigimetsa 2300 hektari ulatuses rohkem lagedaks raiuda”.
  • 12 ERR, „Kallase esitatud metsanduse arengukava soovitab vähendada raiemahtu”.
  • 13 Voir par exemple son interview dans l’émission Osoon (ERR, „Mikk Marran „Osoonile”: RMK võiks oma t (...)
  • 14 Aun Anu (réal.), 2018.

4En 2022 seulement, trois épisodes ont animé le débat : le choix en mai du ministre de l’Environnement Erki Savisaar (en poste de novembre 2021 à juin 2022) d’augmenter les volumes de bois coupés tout d’abord11 et ensuite, la proposition inverse de Madis Kallas, son successeur, pendant l’automne12. Enfin, le nouveau directeur de RMK, l’ex-directeur du renseignement extérieur estonien (Välisluureamet), Mikk Marran, n’a pas échappé aux questions concernant sa future politique en matière de coupes forestières13. De plus, preuve que la question de la forêt et de sa gestion occupe une place importante en Estonie, ce thème offre de l’inspiration au milieu artistique. Ainsi, le film Eia jõulud Tondikakul14 de la réalisatrice Anu Aun sorti fin 2018 dans le cadre du programme réalisé à l’occasion du centenaire de l’Estonie fait écho au débat en cours dans la société estonienne. L’héroïne du film, une jeune fille passant les vacances de Noël à la campagne, se retrouve à lutter pour préserver de l’abattage une forêt, domicile d’une chouette protégée.

5Plus largement, la société estonienne est mue par un phénomène d’appropriation récente15 de la forêt, où celle-ci devient un milieu sacré et les Estoniens « un peuple de la forêt » (metsarahvas), ce qui renforce l’intérêt de la population pour ce milieu naturel qui recouvre plus de la moitié du territoire16. Si cette identité fait l’objet de débat17, tout comme la relation véritable des Estoniens à la forêt18, le terme de « peuple de la forêt » est néanmoins repris à l’envi. Ainsi, le journal Maaleht réaffirme l’identité forestière des Estoniens en présentant l’ensemble des patronymes liés à la forêt et portés dans le pays19. Plus encore, la forêt constitue un milieu particulier en Estonie : c’est le lieu des promenades et de la cueillette des champignons ; il s’agit d’un lieu de refuge pour qui souhaite entrer en résistance face à un occupant comme ce fut le cas avec les Frères de la forêt lors de la Seconde Guerre mondiale et la période soviétique. De son côté, l’écrivain Andrus Kivirähk en fait, non sans humour, le lieu de vie originel des Estoniens avant que les chevaliers teutoniques ne les convertissent à une vie de village20.

  • 21 Subra, 2008, p. 44.

6Dans un premier temps, le conflit autour de l’usine de cellulose semble provenir justement de l’attachement des Estoniens à la forêt en tant qu’élément culturel et un souhait de protection de la nature. Toutefois, ce fait constitua-t-il l’unique raison de la mobilisation ou d’autres arguments apparurent-ils pendant les mois d’oppositions ? S’appuyant sur la typologie des conflits nés du rejet de projets d’aménagement de Philippe Subra21, le présent article vise alors à établir si le rejet de l’usine de cellulose provient seulement de la relation que les Estoniens entretiennent à la nature, faisant donc de ce conflit une seule lutte environnementale ou s’il existe d’autres éléments permettant de le décrire aussi comme un conflit Nimby (de l’anglais Not In My Backyard), un type de conflit qui naît du risque de nuisances provoquées par le projet. Après avoir présenté la chronologie du conflit, l’article analyse l’argumentaire et les représentations des opposants afin de faire ressortir les raisons réelles de leurs actions contre l’usine.

Une lutte victorieuse pour les opposants

7Le 10 janvier 2017, l’entreprise estonienne Est-For Invest OÜ présente publiquement un projet d’usine de cellulose à bâtir sur le territoire estonien, dont la mise en service est prévue pour l’année 2022. Les investisseurs promeuvent une structure moderne et durable (grâce à l’usine, de l’électricité verte sera produite). Économiquement, une hausse de 7 % à 9 % de la valeur ajoutée du secteur industriel local (210-270 millions d’euros), une multiplication de la valeur du bois par quatre ou cinq22 et la création de 200 emplois directs et de 500 à 700 emplois indirects sont annoncées23.

  • 24 Créé en 2015, le « plan spécial d’aménagement » (Riigi eriplaneering) est une procédure dont l’obje (...)
  • 25 Äripäev, „Vaidlused venitavad miljarditehase planeeringuga alustamist”.

8Cinq mois plus tard, le 11 mai 2017, le gouvernement estonien donne une dimension administrative au projet en initiant la rédaction d’un plan spécial d’aménagement national (PSA24) pour l’usine de cellulose. L’objectif principal de cette procédure est de trouver le lieu adéquat pour la future structure dans les régions de Tartumaa et de Viljandimaa à proximité de la rivière Emajõgi (entre 5 et 10 km) et des différents réseaux (transport, énergie). Ce document doit contenir entre autres l’étude stratégique d’impact, dont l’objectif est d’évaluer les conséquences de l’aménagement prévu sur son environnement. Néanmoins, dans ce cas précis, aucun élément n’a le temps d’être concrétisé. La rédaction du PSA nécessite l’association de consultants, qui sont recrutés par l’intermédiaire d’un appel d’offres, qui est lui-même contesté par les entreprises perdantes. Ainsi, ce n’est qu’au printemps 2018 que les processus préparatoires peuvent être enclenchés25.

Figure 1 – Où implanter une usine de cellulose en Estonie ?

Figure 1 – Où implanter une usine de cellulose en Estonie ?

© Vincent Dautancourt, 2023.

9Malgré le ralentissement des procédures administratives, le projet d’usine de cellulose provoque l’implication de nombreuses personnes. Le monde universitaire s’investit dans le projet avec la formation, dès février 2017, d’un conseil académique (akadeemiline nõukoda) d’un genre nouveau, composé des recteurs de l’université de Tartu, de l’université des sciences de la vie (localisée à Tartu) et de l’université technique de Tallinn pour conseiller l’entreprise Est-For Invest. Initiative lancée par les trois chefs d’établissement sur proposition d’Est-For Invest, ce conseil vise aussi à accorder le discours scientifique et à ne pas rester en marge du dossier26. En juin, l’Académie des sciences d’Estonie est mobilisée pour analyser les conséquences d’un tel projet sur son environnement. Une commission spéciale de six scientifiques issus des universités citées ci-dessus est créée. Celle-ci publie ensuite un rapport favorable au projet de construire une usine de cellulose en Estonie27.

  • 28 Est-For, 2019.

10Afin de convaincre du bien-fondé du projet, les dirigeants d’Est-For Invest OÜ mènent diverses actions pour présenter l’usine en rencontrant élus, membres de la société civile, lobbys, etc.28. Dès juin 2017, ils organisent un voyage d’études en Allemagne pour des fonctionnaires de l’Agence estonienne de l’environnement (Keskkonnaamet), des experts de la région de Tartumaa et des journalistes. Ils peuvent prendre connaissance de la situation à proximité de l’usine de Stendal (Saxe-Anhalt) en Allemagne, en service depuis 2005 et présentée comme la structure la plus moderne d’Europe jusqu’à la mise en service de celle d’Äänekoski (Finlande-Centrale) en 2017. Cette dernière est, quant à elle, visitée en avril 2018 par la Commission de l’environnement du parlement estonien. Fin octobre, le projet est exposé aux professionnels du secteur du bois lors d’une conférence organisée par le journal économique Äripäev.

  • 29 Cette confrontation s’aggrave au fil des mois. La création d’un conseil académique est mal vécue ; (...)
  • 30 Par exemple la poétesse Kristiina Ehin, le poète et traducteur Contra ou le sémioticien Timo Maran.
  • 31 Le site Internet de la ville a longtemps tenu à jour une liste des articles publiés sur le thème (T(...)
  • 32 Quatre séminaires sont organisés entre janvier et avril 2018 sur des thèmes comme l’industrie eston (...)
  • 33 « L’appel de Tartu » est un texte adressé le 8 mars 2018 au maire de Tartu, au président, aux group (...)
  • 34 Tartu Postimees, „Pildid ja video: Emajõe ketis osales hinnanguliselt üle 4500 inimese”.

11Dans le même temps, l’intérêt du public va grandissant et de nombreux acteurs veulent avoir voix au chapitre pour exprimer leur avis, majoritairement contre l’usine. Chronologiquement, on voit d’abord des prises de parole de la part de l’association écologiste Eesti Metsa Abiks. Ce groupe de militants participe au débat en sollicitant les décideurs politiques par l’envoi de courriers ou par des rencontres, en initiant des procédures judiciaires. Par la suite, alors que le projet devient un sujet de plus en plus médiatique, les initiatives se diversifient. Ainsi, le 13 mai 2017, une première manifestation est organisée à Tartu en présence d’élus locaux (en premier lieu Urmas Klaas, le maire de la ville), de scientifiques (qui vont progressivement à l’encontre du mot d’ordre d’unité prôné depuis la formation du conseil académique des recteurs29) et d’intellectuels, dont le nom de certains figurait parmi les signataires de la lettre ouverte du 1er décembre 201630. Compte tenu de la lenteur des procédures, qui n’empêche pas de multiples prises de parole dans la presse31, il faut souligner l’absence d’événements réguliers. Un groupe d’initiative est créé en décembre 2017 : cinq associations d’habitants des quartiers de Supilinn, de Tähtvere, d’Annelinn, de Karlova, d’Ihaste, tous bordés par la rivière Emajõgi, s’unissent pour suivre l’évolution du projet et organiser des réunions d’informations32. Il faut attendre le printemps 2018 pour assister à d’autres manifestations : le 7 mars, en marge d’une réunion de l’assemblée municipale (linnavolikogu), qui est suivie de l’envoi de « l’appel de Tartu » le lendemain33, et le 19 mai, avec l’organisation d’une chaîne humaine de plus de 4 500 personnes (approximation du journal Tartu Postimees34) à Tartu sur les rives de la rivière Emajõgi. Cette démonstration de force a finalement raison du projet puisque le gouvernement estonien décide d’agir dans le sens d’un arrêt des procédures le mois suivant.

Figure 2 – Mobilisation contre le projet d’usine de cellulose à Tartu.

Figure 2 – Mobilisation contre le projet d’usine de cellulose à Tartu.

© Vincent Dautancourt, 2023.

Empêcher la pollution et la destruction de l’environnement

12Avant cette victoire, quelles ont été les raisons du rejet ? Dans un premier temps, les questionnements relatifs aux conséquences du projet d’usine sont principalement d’ordre écologique : l’impact sur les forêts, la provenance de la matière première de l’usine et les milieux aquatiques, concernés par les rejets en eau de l’usine.

13Après l’annonce du projet, les premières inquiétudes se traduisent par des actions de l’association Eesti Metsa Abiks, mouvement qui se présente comme le porte-parole de groupes d’intérêt peu écoutés et dont la principale activité est de dénoncer la pratique des coupes rases35 dans les forêts estoniennes36. Les 3 et 7 avril 2017, l’association adresse deux lettres, l’une au président du Riigikogu37, aux ministres des Finances, de l’Environnement et de l’Intérieur et au président de la commission parlementaire de l’Environnement38 et l’autre au maire de la ville de Tartu et au préfet de la région de Tartumaa39. Les militants s’inquiètent de l’intense activité industrielle dans les forêts estoniennes et demandent une plus grande implication de la communauté scientifique et des citoyens dans le débat. L’association obtient gain de cause en juillet en étant officiellement intégrée au Plan spécial d’aménagement. Néanmoins, usant aussi d’un des outils traditionnellement à la disposition des militants écologistes pour freiner, voire provoquer, l’abandon de projets d’aménagement40, elle porte rapidement la procédure du PSA devant la justice, estimant qu’elle n’était pas adéquate pour le projet d’usine de cellulose41.

  • 42 Tartu Postimees, „Raha haiseb – mets lõhnab ehk Tartus avaldati meelt plaanitava miljarditehase vas (...)

14La question de la protection de la forêt est reprise par un public plus large comme lors des manifestations organisées. Ainsi, le 13 mai 2017, place de l’Hôtel-de-Ville à Tartu, des slogans exigeant une exploitation modérée et la protection de la forêt sont visibles sur différentes banderoles42. Il est possible de citer en exemple des déclarations telles que « Selline tehas soodustaks meie metsade üleraiumist » (Une telle usine favorise une surcoupe de nos forêts), « Nõuame säästvamat metsanduspoliitikat! » (Nous exigeons une politique sylvicole plus durable), « Meie mets ei ole prügi » (Notre forêt n’est pas une poubelle), « Mets on vanem kui meie » (La forêt est plus ancienne que nous). « Raha haiseb – mets lõhnab » (L’argent sent mauvais, la forêt sent bon). Un an plus tard, lors de la manifestation du 19 mai 2018, on peut lire par exemple : « Eesti mets, eesti vesi – tasakesi » (Forêt estonienne, eau estonienne – tranquillement). Ces slogans mettent clairement en opposition une exploitation à outrance, que représente l’usine, et une exploitation modérée, respectueuse de l’écosystème.

  • 43 En référence à Aadu Polli et Margus Kohava, les promoteurs du projet d’usine.
  • 44 L’un des moteurs de la Révolution chantante a été l’opposition des Estoniens à un projet de mines d (...)

15Toutefois, chose qui apparaît dans le dernier slogan cité, la forêt n’est pas le seul milieu naturel que les opposants souhaitent protéger. L’inquiétude des manifestations vaut particulièrement pour les milieux aquatiques, en premier lieu l’Emajõgi, dont le cours traverse la ville de Tartu. Le 13 mai 2017, des manifestants portaient par exemple une pancarte explicite : « Polli ja Kohava tselluloositehas mõjutaks 1/3 eesti vesikonnast » (L’usine de cellulose de Polli et Kohava43 aurait une influence sur un tiers du bassin versant d’Estonie). Le 19 mai 2018, le nom donné à la chaîne humaine, Emajõe kett (la chaîne de l’Emajõgi) lie sans équivoque le mouvement d’opposition au cours d’eau. Les pancartes et banderoles visibles lors de l’événement confirment le rôle central de la rivière dans le conflit : « Puhas vesi on elu alus » (Une eau propre est le fondement de la vie), « Sa ei saa teha midagi, mida tahad, kui sa ei saa hingata õhku ja juua vett » (Tu ne peux pas faire ce que tu veux si tu ne peux pas respirer l’air ou boire l’eau) et « Tehas Emajõgi kuulub rahvale » (L’usine L’Emajõgi appartient au peuple). La comparaison « Emajõgi = Elujõgi » (L’Emajõgi = Rivière de vie) souligne le rôle central pour le réseau hydrographique estonien et l’Estonie dans son ensemble. Emajõgi pouvant être traduit par « mère des rivières », polluer ce cours d’eau aurait des conséquences majeures. Un dernier slogan peut être mis en avant : Emajõe ilu hoieldes (En défendant la beauté de l’Emajõgi). Ce dernier est une adaptation du titre « Isamaa ilu hoieldes » (En défendant la beauté de la patrie), l’une des Cinq chansons patriotiques composées par Alo Mattiisen lors de la Révolution chantante et jouées pour la première fois à Tartu en 1988. Il est possible de noter ici que cette référence au combat des Estoniens contre le régime soviétique à la fin des années 1980 n’est pas la seule utilisée lors du conflit contre l’usine de cellulose. Un autre titre de l’époque, « Guerre du phosphate » (Fosforiidisõda44) est adapté en « Guerre de la cellulose » (Tselluloosisõda).

  • 45 Les manifestants prennent position sur les deux rives de cours d’eau et sur les quatre ponts du cen (...)
  • 46 Postimees, „Kristjan Zobel: innukas ja enesekindel harimatus”.
  • 47 Tartu Postimees, „Teadlaste hinnangul on miljarditehase kahjulikud mõjud ilmsed”.
  • 48 Tartu Postimees, „Raha haiseb – mets lõhnab ehk Tartus avaldati meelt plaanitava miljarditehase vas (...)
  • 49 Postimees, „Emajõe teadlased : tselluloositehase mõju pidanuks uurima”.

16L’importance de la rivière dans l’opposition s’observe dans le fait que la mobilisation des associations de quartier n’implique que les quartiers bordés par la rivière. De plus, l’événement principal du mouvement, le 19 mai 2018 à Tartu, est organisée sur les berges mêmes de l’Emajõgi (ainsi que sur la rivière) dans le centre-ville de Tartu45. Les prises de parole prônant la protection de l’Emajõgi sont fréquentes dans la presse comme l’avis du biologiste de l’université de Tartu Kristjan Zobel dans le quotidien Postimees en avril 201846 ou l’intervention de ses collègues Erik Puura (spécialiste des questions environnementales) et Ülo Mänder (spécialiste d’écologie des paysages) devant l’assemblée municipale de Tartu en février 201847. Pour certains, comme Timo Maran, professeur de sémiotique à l’université de Tartu, c’est l’environnement dans son ensemble qui est menacé. Selon lui, arguer qu’une usine de cellulose n’a aucun impact sur l’environnement est absurde48. On note ici une position relativement radicale où l’opposition à l’usine semble définitive dès les premiers mois du processus et ce, malgré l’absence d’analyse réelle sur l’impact de l’usine. Cette position est à cet égard critiquée49 et on observe, par opposition, de la mesure chez les acteurs plus éloignés (par exemple les responsables politiques nationaux éloignés de Tartu). Sans pour autant tomber dans cette position radicale, personne ne soutient le projet les yeux fermés. Tous demandent, a minima, des recherches scientifiques sur le milieu environnant.

L’environnement, la vraie priorité ?

  • 50 Fondé en 2006, le parti Les Verts d’Estonie (Eestimaa Rohelised) n’a réussi à siéger au Parlement e (...)
  • 51 La construction de la Rail Baltica, une ligne ferroviaire à grande vitesse traversant les trois Éta (...)
  • 52 Au printemps 2017, des militants se sont mobilisés, sans succès, pour protéger un saule blanc devan (...)

17Comment expliquer une mobilisation écologiste en quelques mois alors que l’écologie politique est traditionnellement absente en Estonie50, que d’autres projets d’ampleur ne provoquent pas d’élan national51 et que certaines mobilisations sont parfois même suivies avec dédain52 ? Il faut souligner que l’écologie trouve un écho régulier dans le débat public estonien. Ainsi, c’est en Estonie que le mouvement Teeme Ära! (désormais connu dans le monde entier sous le nom de Let’s Do It!), initiative qui a fait du nettoyage de la nature son cheval de bataille, est né en 2008. De même, l’écologie a été à l’origine de la Révolution chantante (1987-1991) à l’issue de laquelle l’Estonie a rétabli son indépendance après cinquante ans au sein de l’Union soviétique. Alors que Mikhaïl Gorbatchev, secrétaire général du Comité central du Parti communiste de l’Union soviétique, initie sa politique de transparence (glasnost’), les Estoniens, dont le territoire a été intégré à l’URSS à l’issue de la Seconde Guerre mondiale, saisissent l’occasion de s’opposer au pouvoir central de Moscou en contestant un projet de mine de phosphate, épisode connu sous le nom de « Guerre du phosphate² ».

  • 53 Comme le souligne Anneli Palo, chercheuse en écologie du paysage : « une grande partie des Estonien (...)
  • 54 Par exemple « Tahan ujuda puhtas Emajõgi » (Je veux pouvoir me baigner dans une Emajõgi propre), da (...)
  • 55 Tartu Apell, URL : https://tartuapell.voog.com/.
  • 56 De son côté, Est-For Invest OÜ conteste la présence fréquente d’odeurs dans l’atmosphère dans les r (...)

18L’argumentaire en faveur de la forêt (et de l’environnement) constitue-t-il pour autant l’unique raison du rejet de l’usine ? Parallèlement au maintien du couvert forestier en Estonie et à la propreté de l’Emajõgi (dans son sens écologique), les habitants de Tartu craignent également et surtout53 pour leur cadre de vie, notamment pour la qualité de l’air et de l’eau comme l’indiquent certains slogans54. Depuis plusieurs années, les rives de la rivière qui traverse Tartu sur une dizaine de kilomètres (dont quatre kilomètres pour la plus fréquentée, des plages situées en amont du centre-ville au pont Sõpruse) sont progressivement aménagées pour accueillir de multiples activités et sont devenues un lieu prisé, qu’il s’agisse des plages en amont du centre-ville ou des promenades avec leurs cafés au cœur de la ville. Prenant exemple sur l’usine finlandaise d’Äänekoski en Finlande où, malgré l’utilisation des technologies les plus modernes, la pollution ne pourrait être évitée55, les opposants locaux pointent du doigt le risque de voir leur ville envahie par les fumées et les odeurs rejetées par l’usine56 et la rivière Emajõgi polluée par les eaux de rejet, détériorant ainsi leurs cadre et habitudes de vie. On observe au-delà des préoccupations écologistes à l’origine des luttes environnementales des inquiétudes relatives aux probables nuisances constitutives des conflits Nimby.

19Au-delà de cette crainte d’inconfort, représentants de riverains et élus voient dans l’usine une menace pour l’environnement économique de la ville, faisant apparaître une concurrence entre secteurs d’activité. Ainsi, Urmas Klaas, le maire de Tartu, membre du Parti de la réforme (Reformierakond), formation politique pourtant partisane du libéralisme économique, craint que les risques de dégradation de l’environnement (naturel, cadre de vie) constituent dès lors un frein au développement économique de la région, comme il a pu l’expliquer dans une interview en mars 2018 :

  • 57 ERR, „Linnapea: tselluloositehas 100 000 elanikuga Tartu lahedal ei sobi”.

Tartu souhaite que l’entreprenariat se développe. La valorisation du bois est une entreprise tout à fait raisonnable, mais nous devons comprendre que cela ne peut pas se faire en enfumant une ville de 100 000 habitants et ses environs. La détérioration de la qualité de l’air et l’impact sur l’Emajõgi est ce qui influence le plus l’environnement entrepreneurial de Tartu. Nous valorisons l’Emajõgi, le développement de notre conception de ville intelligente génère la création d’emplois dans l’informatique et la médecine. [L’usine] est une mise en danger directe de notre modèle économique57.

  • 58 Tartu Postimees, „Raha haiseb – mets lõhnab ehk Tartus avaldati meelt plaanitava miljarditehase vas (...)

20Urmas Klaas réaffirme ici sa position exposée un an plus tôt lors de la première manifestation de mai 2017. Dans son intervention d’alors, il souligne que la ville fait le choix de valoriser la rivière en aménageant des liens de détente et des promenades sur ses rives, action sans intérêt si les gens ne veulent plus s’y rendre en raison du mauvais état de la rivière58.

  • 59 Tartu Apell, URL : https://tartuapell.voog.com/.
  • 60 Tartu Postimees, „Raha haiseb – mets lõhnab ehk Tartus avaldati meelt plaanitava miljarditehase vas (...)

21L’appel de Tartu souligne, quant à lui, que l’usine présente un risque majeur pour le développement du tourisme régional et menace les habitudes des Estoniens en forêt : « Les forêts et les espaces verts autour de Tartu possèdent une valeur particulière en tant qu’espace de repos et à travers leur rôle dans l’éducation à la nature59 ». Les espaces forestiers sont un lieu prisé à la saison des champignons et diverses baies. La question du tourisme est à cet égard apparue très rapidement, comme on peut le voir dans les propos de Timo Maran, dès mai 2017 : « La question est de savoir quel sera l’impact [de l’usine] et qui payera à la fin : le secteur du tourisme, quand les gens ne viendront plus à Tartu ou les habitants, qui ne pourront plus jouir de la rivière comme ils en ont l’habitude60 ».

  • 61 Tartu, „Tartumaa Omavalitsuste Liit toetas Tartu seisukohta puidurafineerimistehase eriplaneeringu (...)

22On note un front local commun face aux entrepreneurs d’Est-For Invest OÜ. S’ils sont considérés dans un premier temps comme un groupe à convaincre, une manifestation est par exemple organisée en marge d’une séance de l’assemblée municipale le 7 mars 2018 et l’appel de Tartu est adressé aux élus de Tartu. Les élus locaux adhèrent plus ou moins rapidement à la cause et deviennent des relais. À partir de mars 2018, les institutions de la ville de Tartu, soutenues par l’Union des communes de la région de Tartumaa (Tartumaa Omavalitsuste Liit61), effectuent les démarches pour exiger l’abandon du projet. Peu de temps après un vote unanime en ce sens de l’assemblée municipale (8 mars 2018), l’exécutif de la ville de Tartu (linnavalitsus) demande officiellement le 19 mars 2018 au gouvernement estonien de mettre fin à la procédure du PSA. Un mois plus tard, l’Assemblée municipale donne pour mission à l’exécutif local de contester le PSA devant les tribunaux, ce qui est fait le 17 mai 2018. Les craintes pour l’environnement laissent place aux peurs liées à l’impact négatif potentiel sur la région.

  • 62 ERR, „Raudjalg : populaarsust püüdlevad poliitikud nurjasid tehase eriplaneeringu”.
  • 63 ERR, „Tartu tselluloositehase ehitamise plaan on tekitanud vastasseisu Tartu ja Tallinna poliitikut (...)
  • 64 Delfi, „IRL-i Tartu piirkonna liikmed tahavad oma ministri tagasiastumist: Kiisleri tegevusetus tse (...)
  • 65 Tartu Postimees, „Küsimus kandideerijatele: kas olete Tartu külje alla plaanitava tselluloositehase (...)

23Il faut souligner que l’unanimité politique n’est auparavant pas clairement visible. Toutefois, la tenue des élections locales d’octobre 2017 obligent les différentes listes en lice à prendre position et à éviter les prises de risque pour gagner en popularité62, quitte à contredire les états-majors politiques nationaux63 comme les membres de la section locale du parti IRL qui dénoncent la politique du ministre de l’Environnement Siim Kiisler (IRL) et réclament sa démission en mai 201864. Majoritairement, les candidats ont une opinion négative ou incertaine et prudente vis-à-vis de l’usine. D’un côté, les partis de droite (IRL, Parti populaire conservateur) annoncent clairement s’opposer à l’usine. De l’autre, le reste des formations politiques exigent la conduite d’études sérieuses et indépendantes sur les conséquences de l’usine sur son environnement, la protection de ce dernier ayant la priorité sur l’usine65.

24À l’environnement économique s’ajoute l’environnement universitaire qui fait la spécificité de Tartu en Estonie. Deuxième ville d’Estonie par sa population (95 000 habitants) derrière la capitale, Tallinn (445 000 habitants), elle est le cœur intellectuel du pays avec la présence de l’université de Tartu (fondée en 1632) et de l’université des sciences de la vie (Maaülikool), ce qui lui vaut le surnom d’Ülikoolilinn (« ville universitaire » en estonien). Les opposants à l’usine soulignent qu’il est impensable de bâtir une telle structure non loin d’universités, estimant que personne ne construirait d’usine similaire à proximité des villes anglaises d’Oxford ou de Cambridge. L’appel de Tartu souligne ainsi : « Un environnement propre et un calme académique constituent ce plus qui attirent chercheurs de premier plan, professeurs et étudiants dans les universités66 ». Le texte ajoute également qu’« [il] n’est pas dans l’intérêt de Tartu en tant que ville universitaire, ni de l’État estonien, de l’économie et de la culture estoniennes que la ville de Tartu, l’université de Tartu et l’université des sciences de la vie d’Estonie perdent, à cause de la détérioration de l’environnement, de leur importance et de leur attractivité avec le temps et soient isolées67 ».

  • 68 Postimees, „Urmas Klaas : riigi teerulliga üle Emajõe Ateena ?”.
  • 69 Sur le même modèle, on rencontre l’appellation « Athènes du Nord » à propos de villes comme Édimbou (...)
  • 70 Il faut attendre la seconde moitié du xixe siècle pour voir la fondation de l’École polytechnique d (...)

25Cet argument est complété par l’utilisation de l’un des surnoms de la ville, « l’Athènes de l’Emajõgi », que l’on retrouve par exemple dans le titre d’une tribune du maire de Tartu68. Ce qualificatif remonte au xviiie siècle, lorsque l’élite germano-balte locale l’a adopté – Embach-Athen dans sa version allemande – en reprenant le nom de l’époque classique « Athènes », en référence à l’Athènes antique, berceau de la haute culture69. Tartu se distinguait alors du reste de la région en étant l’unique ville universitaire70 et représentait un haut lieu de savoir. Par son identité particulière, Tartu ne peut donc en aucun cas souffrir des conséquences néfastes d’une usine de cellulose dans ses environs.

  • 71 En juin 2018, Est-For Invest OÜ précise que le lieu idéal pour l’usine serait dans les environs de (...)
  • 72 Tartu Postimees, „Kindel: miljardilist tselluloositehas kavandatakse just Tartu lähistele”.
  • 73 ERR, „Est-For otsib tselluloositehasest huvitatud omavalitsusi” ; ERR, „Est-For on tselluloositehas (...)
  • 74 Eesti Päevaleht, „Viru-Nigula vallavanem: ärge pakkuge tselluloositehast tartlastele, tulge meile! (...)

26Notons que l’opposition locale contre l’usine a pu se former parce que le lieu approximatif71 était relativement clair dès le début du processus, comme le titre le quotidien local Tartu Postimees en mars 2017 : « Certain ! C’est à proximité de Tartu que l’usine de cellulose à un milliard est prévue72 ». Aucune solution qui aurait pu laisser planer le doute et moins mobiliser localement n’est envisagée. Des alternatives sont recherchées par les promoteurs73 ou proposées par des élus74, mais il est trop tard, une fois l’abandon du projet acté par le gouvernement estonien. Le choix initial non négociable des environs de Tartu et le rejet qui s’en est suivi ont déjà été fatals pour le projet.

Conclusion

  • 75 Cinq épicéas ont été plantés sur les rives de l’Emajõgi en juin 2019 en l’honneur des acteurs du mo (...)
  • 76 Subra, 2008, p. 131.
  • 77 Début 2023, un sondage d’Eesti Looduse Fond indique que 68 % des Estoniens sont favorables à une ba (...)

27Désignée « Réalisation de l’année 2018 » à Tartu75, ce qui témoigne de l’impact de la mobilisation, l’opposition victorieuse au projet d’usine de cellulose près de Tartu a été la combinaison de deux luttes distinctes, ne dérogeant pas ainsi à ce qui s’observe dans la majorité des cas de conflits d’aménagement qui sont majoritairement mixtes76 : la défense des forêts et des milieux aquatiques estoniens (lutte environnementale et lutte contre les risques) et la défense d’une région dans son ensemble (conflit Nimby). La sensibilisation de la société aux questions environnementales77, dont la relation culturelle à la forêt et la proximité d’une ville à l’identité unique en Estonie ont été des éléments propices à provoquer le rejet.

  • 78 ERR, „VKG plaanib Ida-Virumaale 800-miljonist tselluloositehast”.
  • 79 ERR, „Looduskaitsjad: VKG tselluloositehase puhul on mureks suur puiduvajadus”.
  • 80 ERR, „Keskkonnaminister Kallas soovitab VKG-l tselluloositehas väiksem ehtidada”.

28L’épisode de l’usine de cellulose a tenu en haleine la ville de Tartu et l’Estonie dans son ensemble. Il a placé la gestion des ressources forestières – et l’implantation d’une industrie lourde en général – au cœur du débat public national et peut désormais servir de référence pour d’autres luttes similaires. Toutefois, une question demeure : une mobilisation telle que celle-ci peut-elle se reproduire ailleurs, sur des territoires à l’identité moins forte, moins centrale en Estonie ? Un projet industriel similaire semble exclu dans un avenir proche, le conflit étant encore très récent, mais l’opposition à l’usine près de Tartu marque-t-elle la fin de tout projet industriel de grande ampleur en Estonie ? En juillet 2021, l’entreprise Viru Keemia Grupp (VKG) a lancé des démarches administratives auprès de la commune de Lüganuse dans la région du Virumaa oriental afin d’étudier la possibilité de construire une usine de cellulose (pour une mise en service en 202678). Dès l’annonce de la nouvelle, l’inquiétude s’est fait entendre du côté d’organisations de protection de la nature comme le Fond pour la nature estonienne (Eestimaa looduse fond), qui a exprimé sa crainte de voir les volumes de bois coupés en Estonie augmenter79. En 2022, le ministre de l’Environnement, Madis Kallas, a, quant à lui, indiqué aux promoteurs du projet qu’ils ne pourraient pas compter sur une hausse des volumes extraits des forêts estoniennes et donc qu’ils devaient revoir leurs ambitions80. Les années à venir nous diront si un tel projet sera accepté par la population locale et la société estonienne dans son ensemble ou si le conflit de Tartu a créé un point de non-retour.

Haut de page

Bibliographie

Aun Anu (réal.), 2018, Eia jõulud Tondikakul [Le Noël d’Eia à Tondikaku], 90 min.

Äripäev [La journée des affaires], 9 janvier 2018, „Vaidlused venitavad miljarditehase planeeringuga alustamist” [Les contestations retardent le lancement de la planification de l’usine à un milliard], Märt Belkin, URL : https://www.aripaev.ee/uudised/2018/01/09/vaidlused-venitavad-miljarditehase-planeeringuga-alustamist (consulté le 29/06/2020).

Chaîne Vimeo Est-For, 15 août 2017, „Stendali puidutöötlemistehase tegevus ja keskkonnamõju” [Activités et impact environnemental de l’usine de transformation du bois de Stendal], URL : https://vimeo.com/229675151 (consulté le 29/06/2020).

Chaîne Youtube Tallinna Ülikool ­| Tallinn University, 23 mars 2020, „1 Minuti Loeng: kas eestlased on metsarahvas?” [En une minute : les Estoniens sont-ils un peuple de la forêt ?], URL : https://www.youtube.com/watch?v=tzksrOXch-o (consulté le 10/01/2023).

Dantas Manuel & Vollherbst Thomas (réal.), 2022, La Guerre des forêts, 7 min, URL : https://www.arte.tv/fr/videos/109157-000-A/estonie-la-guer
re-des-forets/
(consulté le 26/01/2023).

Danto Anatole, 2019, « Entre perpétuations et mutations : ethnographie des usages forestiers chez les peuples fenniques et sames » in Revue forestière française, Actes du colloque international Habitats forestiers et forêts habitées, vol. 71 , no 4, p. 409-422.

Delfi, 5 décembre 2016, „Avalik kiri Eesti metsa kaitseks” [Lettre ouverte pour la défense de la forêt estonienne], URL : https://www.delfi.ee/artikkel/76457381/avalik-kiri-eesti-metsa-kaitseks (consulté le 01/02/2023).

Delfi, 23 mai 2018, „IRL-i Tartu piirkonna liikmed tahavad oma ministri tagasiastumist: Kiisleri tegevusetus tselluloositehase osas on vastuvõetamatu” [Les membres de Tartu du parti IRL exigent la démission de leur ministre : l’inaction de Kiisler dans le dossier de l’usine de cellulose est inacceptable], Indrek Tark, URL : https://www.delfi.ee/artikkel/82202309/irl-i-tartu-piirkonna-liikmed-tahavad-oma-ministri-tagasiastumist-kiisleri-tegevusetus-tselluloositehase-osas-on-vastuvoetamatu (consulté le 07/01/2023).

Eesti Looduse Fond, „Uuring: Suurem osa eestimaalasi toetab riigimetsa raiemahu vähendamist ja püsimetsana majandamist” [Étude : la grande majorité des Estoniens soutient la réduction des volumes de coupes et une gestion durable dans les forêts de l’État], 9 janvier 2023, URL : https://elfond.ee/uudised/metsauuring-2023 (consulté le 30/01/2023)

Eesti Metsa Abiks, URL : http://eestimetsaabiks.ee/ (consulté le 07/01/2023).

Eesti Metsa Abiks, „Kes on EMA ?” [Qu’est-ce qu’EMA ?], URL : https://www.eestimetsaabiks.ee/mtu/ (consulté le 06/01/2023).

Eesti Metsa Abiks, URL : https://www.eestimetsaabiks.ee/ema-palub-kaasamist/ (consulté le 06/01/2023).

Eesti Metsa Abiks, URL : https://www.eestimetsaabiks.ee/tselluloositehase-teemaline-poordumine/ (consulté le 06/01/2023).

Eesti Metsa Abiks, „EMA läheb EST-FORi vastu kohtusse” [EMA poursuit EST-FOR en justice], URL : https://www.eestimetsaabiks.ee/19-09-2017-ema-laheb-est-fori-vastu-kohtusse/ (consulté le 07/01/2023).

Eesti Päevaleht, 8 mai 2018, „Viru-Nigula vallavanem: ärge pakkuge tselluloositehast tartlastele, tulge meile! Siin tööstust ei kardeta” [Maire de Viru-Nigula : ne donnez pas l’usine de cellulose à Tartu, venez chez nous ! On ne craint pas l’industrie !], Einar Vallbaum, URL : https://epl.delfi.ee/arvamus/viru-nigula-vallavanem-arge-pakkuge-tselluloositehast-tartlastele-tulge-meile-siin-toostust-ei-kardeta?id=82026713 (consulté le 12/06/2020).

Eesti Päevaleht, 15 juin 2020, „Valdur Mikita pere maadel võetakse lindude elu hinnaga maha hektarite kaupa uhket kaasikut” [Une belle boulaie est abattue par hectares au prix de la vie des oiseaux sur les terres de la famille de Valdur Mikita], Tuuli Jõesaar, URL : https://epl.delfi.ee/artikkel/90131629/valdur-mikita-pere-maadel-voetakse-lindude-elu-hinnaga-maha-hektarite-kaupa-uhket-kaasikut (consulté le 19/01/2023).

Eesti Statistika, „Mets” [Forêt], URL : https://www.stat.ee/et/avasta-statistikat/valdkonnad/keskkond/mets (consulté le 26/01/2023)

ERR, 1er mars 2018, „Linnapea : tselluloositehas 100 000 elanikuga Tartu lahedal ei sobi” [Maire : une usine de cellulose ne convient pas à proximité d’une ville de 100 000 habitants comme Tartu], Madis Hindre, URL : https://www.err.ee/686533/linnapea-tselluloositehas-100-000-elanikuga-tartu-lahedusse-ei-sobi (consulté le 18/06/2020).

ERR, 25 juin 2018, „Raudjalg : populaarsust püüdlevad poliitikud nurjasid tehase eriplaneeringu” [Raudjalg : les responsables politiques en quête de popularité ont fait échoué le plan spécial de l’usine], Marek Kuul, URL : https://www.err.ee/842023/raudjalg-populaarsust-puudlevad-poliitikud-nurjasid-tehase-eriplaneeringu (consulté le 01/07/2020).

ERR, 26 septembre 2018, „Est-For otsib tselluloositehasest huvitatud omavalitsusi” [Est-For recherche des communes intéressées par son usine de cellulose], Karin Koppel, Mirjam Nutov & Merili Nael, URL : https://www.err.ee/864434/est-for-otsib-tselluloositehasest-huvitatud-omavalitsusi (consulté le 15/06/2020)

ERR, 4 octobre 2018, „Est-For on tselluloositehase nimel valmis 20-kilomeetriseks veetrassiks” [Est-For accepterait une conduite d’eau de 20 km pour son usine de cellulose], Ester Vilgats, URL : https://www.err.ee/866477/est-for-on-tselluloositehase-nimel-valmis-20-kilomeetriseks-veetrassiks (consulté le 15/06/2020).

ERR, 20 juillet 2021, „VKG plaanib Ida-Virumaale 800-miljonist tselluloositehast” [VKG prévoit une usine de cellulose à 800 millions dans l’Ida-Virumaa], Barbara Oja, URL : https://www.err.ee/1608283641/vkg-plaanib-ida-virumaale-800-miljonist-tselluloositehast (consulté le 24/01/2023).

ERR, 21 juillet 2021, „Looduskaitsjad: VKG tselluloositehase puhul on mureks suur puiduvajadus” [Militants écologistes : le problème de l’usine de cellulose VKG est le grand besoin en bois], Arp Müller, URL : https://www.err.ee/1608284751/looduskaitsjad-vkg-tselluloositehase-puhul-on-mureks-suur-puiduvajadus (consulté le 29/01/2023)

ERR, 20 octobre 2022, Keskkonnaminister Kallas soovitab VKG-l tselluloositehas väiksem ehitada” [Le ministre de l’Environnement Kallas conseille à VKG de construire une usine de cellulose plus petite], Arp Müller, URL : https://www.err.ee/1608758242/keskkonnaminister-kallas-soovitab-vkg-l-tselluloositehas-vaiksem-ehitada (consulté le 29/01/2023).

ERR, 14 décembre 2022, „Kallase esitatud metsanduse arengukava soovitab vähendada raiemahtu” [Le programme de développement de la sylviculture présenté par Kallas préconise une réduction des volumes coupés], Mait Ots, URL : https://www.err.ee/1608819598/kallase-esitatud-metsanduse-arengukava-soovitab-vahendada-raiemahtu (consulté le 17/01/2023).

ERR, 16 janvier 2023, „Mikk Marran „Osoonile” : RMK võiks oma tegevusvaldkondi laiendada” [Mikk Marran à Osoon : RMK pourrait étendre des domaines d’activité], Sander Loite, URL : https://novaator.err.ee/1608852308/mikk-marran-osoonile-rmk-voiks-oma-tegevusvaldkondi-laiendada (consulté le 30/01/2023).

ERR, 7 mars 2018, „Tartu tselluloositehase ehitamise plaan on tekitanud vastasseisu Tartu ja Tallinna poliitikute vahel” [Le projet d’usine de cellulose de Tartu provoque des oppositions entre les responsables politiques de Tartu et de Tallinn], Madis Hindre, URL : https://www.err.ee/687999/tartu-tselluloositehase-ehitamise-plaan-on-tekitanud-vastasseisu-tartu-ja-tallinna-poliitikute-vahel (consulté le 30/06/2020).

Est-For, 10 janvier 2017, „Eestisse kavandatakse 1 miljardi euro suurust töötusinvesteerimist” [Un investissement industriel d’un milliard d’euros est prévu en Estonie], URL : http://biorefinery.ee/eestisse-kavandatakse-1-miljardi-euro-suurust-toostusinvesteeringut/ (consulté le 15/06/2020).

Est-For, 4 juin 2018 „Puidurafineerimistehase kaks valikut” [Les deux choix de l’usine de transformation du bois], URL : http://biorefinery.ee/puidurafineerimistehase-kaks-valikut/ (consulté le 26/06/2020).

Est-For, 2019, Eesti Investorite plaan rajada Eestisse kaasaegne puiduväärindamistehas. Miks ja kuidas [Projet des investisseurs estoniennes de construire une usine de valorisation du bois moderne en Estonie. Pourquoi et comment], 12 p.

Jonuks Tõnno & Remmel Atko, 2020, „Metsarahva kujunemine – retrospektiivne vaade müüdiloomisele” [Naissance d’un peuple de la forêt : rétrospective sur la création d’un mythe] in Keel ja Kirjandus, no 6, p. 459-482, DOI : 10.54013/kk751a1.

Keskkonnaministeerium, 11 octobre 2017, „Siim Kiisler : MTÜ Eesti Metsa Abiks õhutab tüli ja vaenu” [Siim Kiisler : l’association Eesti Metsa Abiks attise le conflit et l’animosité], URL : https://envir.ee/uudised/siim-kiisler-mtu-eesti-metsa-abiks-ohutab-tuli-ja-vaenu (consulté le 30/01/2023).

Kivirähk Andrus, 2007, Mees, kes teadis ussisõnu [L’homme qui savait la langue des serpents], Eesti Keele Sihtasutus, 381 p.

Kõiv Henri, mars 2020, „Tehas, mis lõhestas ühiskonda” [L’usine qui divise la société] in Vikerkaar [Arc-en-ciel], no 3/2020, p. 31-112, URL : https://dea.digar.ee/article/AKvikerkaar/2020/03/0/13 (consulté le 01/02/2023).

Larin Lea, 27 juillet 2018, „Eesti metsa abiks” [En aide à la forêt estonienne] in Sirp, no 30, p. 4-5, URL : https://www.sirp.ee/s1-artiklid/c21-teadus/eesti-metsa-abiks/ (consulté le 01/02/2023).

Maaleht, „EESTLASED ON METSARAHVAS |Vaata, kas leiad siit enda nime ja oled väärt seda tiitlit kandma!” [LES ESTONIENS SONT UN PEUPLE DE LA FORÊT |Est-ce que tu trouves ton nom et est-ce que tu es digne de porter ce titre!], 20 décembre 2021, Eda Post et al., URL : https://maaleht.delfi.ee/artikkel/95507223/eestlased-on-metsarahvas-vaata-kas-leiad-siit-enda-nime-ja-oled-vaart-seda-tiitlit-kandma (consulté le 30/01/2023).

Palo Anneli, 27 juillet 2018, „Kas eestlane armastab metsa?” [L’Estonien aime-t-il la forêt ?] in Sirp, no 30, p. 4-5, URL : https://www.sirp.ee/s1-artiklid/c21-teadus/kas-eestlane-armastab-metsa/ (consulté le 15/01/2023)

Postimees, 7 mars 2018, „Urmas Klaas : riigi teerulliga üle Emajõe Ateena ?” [Urmas Klaas : le bulldozer de l’État va-t-il écraser l’Athènes de l’Emajõgi ?], Urmas Klaas, URL : https://leht.postimees.ee/4431189/urmas-klaas-riigi-teerulliga-ule-emajoe-ateena (consulté le 29/06/2020).

Postimees, 20 avril 2018, „Kristjan Zobel: innukas ja enesekindel harimatus” [Kristjan Zobel : une ignorance zélée pleine d’assurance], Kristjan Zobel, URL : https://arvamus.postimees.ee/4473813/kristjan-zobel-innukas-ja-enesekindel-harimatus (consulté le 25/01/2023).

Postimees, 23 juillet 2018, „Emajõe teadlased : tselluloositehase mõju pidanuks uurima” [Chercheurs de l’Emajõgi : l’impact de l’usine de cellulose aurait dû être étudié], Tiina Kaukvere, URL : https://www.postimees.ee/5904523/emajoe-teadlased-tselluloositehase-moju-pidanuks-uurima, (consulté le 01/07/2020).

Postimees, 24 mai 2022, „Keskkonnaminister otsustas riigimetsa 2300 hektari ulatuses rohkem lagedaks raiuda” [Le ministre de l’Environnement a décidé d’augmenter la superficie de coupe dans les forêts d’État de 2300 hectares], Ülle Harju, URL : https://www.postimees.ee/7529684/keskkonnaminister-otsustas-riigimetsa-2300-hektari-ulatuses-rohkem-lagedaks-raiuda (consulté le 17/01/2023).

Rahandusministeerium, „Riigi eriplaneeringud” [Plans spéciaux d’aménagement national], URL : https://www.fin.ee/riik-ja-omavalitsused-planeeringud/ruumiline-planeerimine/riigi-eriplaneeringud (consulté le 07/01/2023).

Subra Philippe, 2008, Géopolitique de l’aménagement du territoire, Armand Colin (coll. Perspectives géopolitiques), Paris, 327 p.

Tartlane, URL : https://tartlane.ee/et (consulté le 30/06/2020).

Tartu, 28 mars 2018, „Tartumaa Omavalitsuste Liit toetas Tartu seisukohta puidurafineerimistehase eriplaneeringu lõpetamiseks” [L’union des communes de la région de Tartumaa soutient Tartu dans sa demande d’arrêt du plan spécial de l’usine de cellulose], URL : https://www.tartu.ee/et/uudised/tartumaa-omavalitsuste-liit-toetas-tartu-seisukohta-puidurafineerimistehase-eriplaneeringu (consulté le 26/06/2020).

Tartu, URL : https://tartu.ee/et/meediakajastused (consulté le 01/07/2020).

Tartu Apell, URL : https://tartuapell.voog.com/ (consulté le 18/06/2020).

Tartu Postimees, 23 mars 2017, „Kindel: miljardilist tselluloositehas kavandatakse just Tartu lähistele” [C’est décidé : c’est à Tartu que l’usine de cellulose à un milliard doit voir le jour], Jaan Olmaru, URL : https://tartu.postimees.ee/4055315/kindel-miljardilist-tselluloositehast-kavandatakse-just-tartu-lahistele (consulté le 15/01/2023).

Tartu Postimees , 13 mai 2017, „Raha haiseb – mets lõhnab ehk Tartus avaldati meelt plaanitava miljarditehase vastu” [L’argent pue – la forêt sent bon : manifestation à Tartu contre le projet d’usine à un milliard], Kaspar Koort, URL : https://tartu.postimees.ee/4111537/raha-haiseb-mets-lohnab-ehk-tartus-avaldati-meelt-plaanitava-miljarditehase-vastu (consulté le 29/06/2020).

Tartu Postimees, 5 octobre 2017, „Küsimus kandideerijatele: kas olete Tartu külje alla plaanitava tselluloositehase rajamise poolt või vastu?” [Question aux candidats aux élections : êtes-vous pour ou contre la construction de l’usine de cellulose ?], URL : https://tartu.postimees.ee/4265825/kusimus-kandideerijatele-kas-olete-tartu-kulje-alla-plaanitava-tselluloositehase-rajamise-poolt-voi-vastu (consulté le 30/06/2020).

Tartu Postimees, 19 février 2018, „Teadlaste hinnangul on miljarditehase kahjulikud mõjud ilmsed” [Selon les scientifiques, les conséquences négatives de l’usine à un milliard sont manifestes], Jüri Saar, URL : https://tartu.postimees.ee/4413987/teadlaste-hinnangul-on-miljarditehase-kahjulikud-mojud-ilmsed (consulté le 25/01/2023).

Tartu Postimees, 19 mai 2018, Pildid ja video: Emajõe ketis osales hinnanguliselt üle 4500 inimese” [Photos et vidéo : plus de 4500 personnes ont participé à la chaîne de l’Emajõgi], Raimu Hanson, Kadri Kuulpak, URL : https://tartu.postimees.ee/4491013/pildid-ja-videod-emajoe-ketis-osales-hinnanguliselt-ule-4500-inimese (consulté le 27/01/2023).

Haut de page

Notes

1 Des initiatives antérieures peuvent être citées, Päästkem Eesti Metsad (Sauvons les forêts estoniennes) en 2008 et Eesti Metsa Eest (Pour la forêt estonienne) en 2011, mais celles-ci n’ont pas déclenché de mobilisation de masse (Larin, 2018).

2 Le parlement estonien.

3 Delfi, „Avalik kiri Eesti metsa kaitseks”.

4 Eesti Metsa Abiks, URL : http://eestimetsaabiks.ee/.

5 Le ministre de l’Environnement Siim Kiisler a estimé en octobre 2017 que les militants d’EMA, en saisissant constamment la justice, n’agissait en aucun cas dans le sens de la forêt estonienne. Keskkonnaministeerium, URL : https://www.envir.ee/et/uudised/siim-kiisler-mtu-eesti-metsa-abiks-ohutab-tuli-ja-vaenu.

6 Kõiv, 2020, p. 52.

7 La question sylvicole attire même des journalistes étrangers : la chaîne franco-allemande Arte a par exemple diffusé le documentaire intitulé La Guerre des forêts (Dantas Manuel & Vollherbst Thomas (réal.), 2022).

8 Eesti Päevaleht, „Valdur Mikita pere maadel võetakse lindude elu hinnaga maha hektarite kaupa uhket kaasikut”.

9 L’article publié a ensuite fait l’objet d’une plainte auprès du Conseil de la presse. Ce dernier a estimé en septembre 2020 qu’Eesti Päevaleht avait enfreint le code d’éthique du journalisme.

10 Le Centre de gestion des forêts est un établissement public à but lucratif dont le domaine d’activité correspond à celui du ministère estonien de l’Environnement.

11 Postimees, „Keskkonnaminister otsustas riigimetsa 2300 hektari ulatuses rohkem lagedaks raiuda”.

12 ERR, „Kallase esitatud metsanduse arengukava soovitab vähendada raiemahtu”.

13 Voir par exemple son interview dans l’émission Osoon (ERR, „Mikk Marran „Osoonile”: RMK võiks oma tegevusvaldkondi laiendada”).

14 Aun Anu (réal.), 2018.

15 Jonuks & Remmel, 2020.

16 Eesti Statistika, URL : https://www.stat.ee/et/avasta-statistikat/valdkonnad/keskkond/mets.

17 Chaîne Youtube Tallinna Ülikool ­| Tallinn University, URL : https://www.youtube.com/watch?v=tzksrOXch-o.

18 Voir Palo, 2018.

19 Maaleht, „EESTLASED ON METSARAHVAS |Vaata, kas leiad siit end anime ja oled väärt seda tiitlit kandma!”.

20 Kivirähk, 2007.

21 Subra, 2008, p. 44.

22 La matière première est actuellement exportée à l’état brut en Finlande.

23 Est-For, URL : http://biorefinery.ee/eestisse-kavandatakse-1-miljardi-euro-suurust-toostusinvesteeringut/.

24 Créé en 2015, le « plan spécial d’aménagement » (Riigi eriplaneering) est une procédure dont l’objectif principal est d’établir le lieu adéquat pour l’implantation d’un projet d’importance nationale et à fort impact spatial. Rahandusministeerium, URL : https://www.fin.ee/riik-ja-omavalitsused-planeeringud/ruumiline-planeerimine/riigi-eriplaneeringud.

25 Äripäev, „Vaidlused venitavad miljarditehase planeeringuga alustamist”.

26 Kõiv, 2020, p. 64.

27 Est-For, URL : https://biorefinery.ee/teaduste-akadeemia-komisjon-peab-puidurafineerimistehase-rajamist-vajalikuks/

28 Est-For, 2019.

29 Cette confrontation s’aggrave au fil des mois. La création d’un conseil académique est mal vécue ; certains y voient un bâillonnement de la communauté scientifique. Plutôt que d’adhérer à l’initiative, de nombreux chercheurs vont prendre la parole à propos d’un projet qui n’aurait pas mobilisé outre mesure (Kõiv, 2020, p. 62 et 65).

30 Par exemple la poétesse Kristiina Ehin, le poète et traducteur Contra ou le sémioticien Timo Maran.

31 Le site Internet de la ville a longtemps tenu à jour une liste des articles publiés sur le thème (Tartu, URL : https://tartu.ee/et/meediakajastused).

32 Quatre séminaires sont organisés entre janvier et avril 2018 sur des thèmes comme l’industrie estonienne du bois, la directive-cadre sur l’eau de l’Union européenne ou le plan spécial d’aménagement (Tartlane, URL : https://tartlane.ee/et).

33 « L’appel de Tartu » est un texte adressé le 8 mars 2018 au maire de Tartu, au président, aux groupes politiques et aux commissions de l’assemblée municipale de Tartu par le groupe d’initiative des associations de quartier de Tartu et signé par 1 733 personnes.

34 Tartu Postimees, „Pildid ja video: Emajõe ketis osales hinnanguliselt üle 4500 inimese”.

35 Méthode qui consiste à abattre l’intégralité d’une parcelle forestière.

36 Eesti Metsa Abiks, URL : https://www.eestimetsaabiks.ee/mtu/.

37 Le Parlement estonien.

38 Eesti Metsa Abiks, URL : https://www.eestimetsaabiks.ee/ema-palub-kaasamist/.

39 Eesti Metsa Abiks, URL : https://www.eestimetsaabiks.ee/tselluloositehase-teemaline-poordumine/.

40 Subra, 2008, p. 135.

41 Eesti Metsa Abiks, URL : https://www.eestimetsaabiks.ee/19-09-2017-ema-laheb-est-fori-vastu-kohtusse/.

42 Tartu Postimees, „Raha haiseb – mets lõhnab ehk Tartus avaldati meelt plaanitava miljarditehase vastu”.

43 En référence à Aadu Polli et Margus Kohava, les promoteurs du projet d’usine.

44 L’un des moteurs de la Révolution chantante a été l’opposition des Estoniens à un projet de mines de phosphate dans la région du Virumaa.

45 Les manifestants prennent position sur les deux rives de cours d’eau et sur les quatre ponts du centre-ville : Kroonuaia sild, Vabaduse sild, Kaarsild, Võidu sild (Rahu sild depuis 2022).

46 Postimees, „Kristjan Zobel: innukas ja enesekindel harimatus”.

47 Tartu Postimees, „Teadlaste hinnangul on miljarditehase kahjulikud mõjud ilmsed”.

48 Tartu Postimees, „Raha haiseb – mets lõhnab ehk Tartus avaldati meelt plaanitava miljarditehase vastu”.

49 Postimees, „Emajõe teadlased : tselluloositehase mõju pidanuks uurima”.

50 Fondé en 2006, le parti Les Verts d’Estonie (Eestimaa Rohelised) n’a réussi à siéger au Parlement estonien qu’entre 2007 et 2011 avec six députés. Lors des élections de 2011, 2015 et 2019, alors que le quotient électoral est fixé à 5 %, la formation n’a obtenu que 3,8 %, 0,9 % et 1,8 % respectivement.

51 La construction de la Rail Baltica, une ligne ferroviaire à grande vitesse traversant les trois États baltes est en cours d’élaboration, mais l’opposition au projet demeure encore limitée. On peut noter que le Parti populaire conservateur, un parti d’extrême-droite, a clairement indiqué être contre et que Les Verts souhaitent une amélioration des structures existantes à la place de la construction d’une ligne nouvelle.

52 Au printemps 2017, des militants se sont mobilisés, sans succès, pour protéger un saule blanc devant être abattu dans le cadre de travaux routiers dans le district d’Haabersti à Tallinn. La mobilisation n’a pas rencontré un grand succès auprès des riverains et la presse a fait écho des événements, amusée.

53 Comme le souligne Anneli Palo, chercheuse en écologie du paysage : « une grande partie des Estoniens semblent aimer la forêt que pour ce qu’elle offre, mais pas la forêt elle-même » (Palo, 2018).

54 Par exemple « Tahan ujuda puhtas Emajõgi » (Je veux pouvoir me baigner dans une Emajõgi propre), dans Tartu Postimees, „Raha haiseb – mets lõhnab ehk Tartus avaldati meelt plaanitava miljarditehase vastu”.

55 Tartu Apell, URL : https://tartuapell.voog.com/.

56 De son côté, Est-For Invest OÜ conteste la présence fréquente d’odeurs dans l’atmosphère dans les régions proches d’usines similaires à celle en projet. Voir à ce sujet le résumé vidéo réalisé lors de la visite organisée à proximité de l’usine de la ville de Stendal en Allemagne (Chaîne Vimeo Est-For, URL : https://vimeo.com/229675151).

57 ERR, „Linnapea: tselluloositehas 100 000 elanikuga Tartu lahedal ei sobi”.

58 Tartu Postimees, „Raha haiseb – mets lõhnab ehk Tartus avaldati meelt plaanitava miljarditehase vastu”.

59 Tartu Apell, URL : https://tartuapell.voog.com/.

60 Tartu Postimees, „Raha haiseb – mets lõhnab ehk Tartus avaldati meelt plaanitava miljarditehase vastu”.

61 Tartu, „Tartumaa Omavalitsuste Liit toetas Tartu seisukohta puidurafineerimistehase eriplaneeringu lõpetamiseks”.

62 ERR, „Raudjalg : populaarsust püüdlevad poliitikud nurjasid tehase eriplaneeringu”.

63 ERR, „Tartu tselluloositehase ehitamise plaan on tekitanud vastasseisu Tartu ja Tallinna poliitikute vahel”.

64 Delfi, „IRL-i Tartu piirkonna liikmed tahavad oma ministri tagasiastumist: Kiisleri tegevusetus tselluloositehase osas on vastuvõetamatu”.

65 Tartu Postimees, „Küsimus kandideerijatele: kas olete Tartu külje alla plaanitava tselluloositehase rajamise poolt või vastu?”.

66 Tartu Apell, URL : https://tartuapell.voog.com/.

67 Ibid.

68 Postimees, „Urmas Klaas : riigi teerulliga üle Emajõe Ateena ?”.

69 Sur le même modèle, on rencontre l’appellation « Athènes du Nord » à propos de villes comme Édimbourg (Écosse), Valenciennes (France) ou Liège (Belgique).

70 Il faut attendre la seconde moitié du xixe siècle pour voir la fondation de l’École polytechnique de Riga, qui devient l’université de Lettonie en 1919, et la seconde moitié du xxe siècle pour que d’autres établissements d’enseignement supérieur soient créés en Estonie.

71 En juin 2018, Est-For Invest OÜ précise que le lieu idéal pour l’usine serait dans les environs de Tabivere, à 21 km de Tartu. Le texte justifie la région de l’Emajõgi à la fois pour des raisons environnementales (le bois, provenant des forêts du Sud de l’Estonie et de la Lettonie, n’est plus transporté sur de longues distances jusqu’en Finlande) et des raisons socio-économiques (il est nécessaire de développer l’industrie dans toutes les régions d’Estonie et pas seulement dans le Nord-Est). La région de Tartu est également idéale car elle est dotée des infrastructures de transport nécessaires : routes d’importance nationale et voies ferrées en direction de Tallinn, la capitale, et son port au nord, vers la Lettonie au sud et vers la Russie à l’est et au nord-est (Est-For, URL : http://biorefinery.ee/puidurafineerimistehase-kaks-valikut/).

72 Tartu Postimees, „Kindel: miljardilist tselluloositehas kavandatakse just Tartu lähistele”.

73 ERR, „Est-For otsib tselluloositehasest huvitatud omavalitsusi” ; ERR, „Est-For on tselluloositehase nimel valmis 20-kilomeetriseks veetrassiks”.

74 Eesti Päevaleht, „Viru-Nigula vallavanem: ärge pakkuge tselluloositehast tartlastele, tulge meile! Siin tööstust ei kardeta”.

75 Cinq épicéas ont été plantés sur les rives de l’Emajõgi en juin 2019 en l’honneur des acteurs du mouvement.

76 Subra, 2008, p. 131.

77 Début 2023, un sondage d’Eesti Looduse Fond indique que 68 % des Estoniens sont favorables à une baisse des volumes de bois coupés dans les forêts estoniennes (Eesti Looduse Fond, URL : https://elfond.ee/uudised/metsauuring-2023).

78 ERR, „VKG plaanib Ida-Virumaale 800-miljonist tselluloositehast”.

79 ERR, „Looduskaitsjad: VKG tselluloositehase puhul on mureks suur puiduvajadus”.

80 ERR, „Keskkonnaminister Kallas soovitab VKG-l tselluloositehas väiksem ehtidada”.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 – Où implanter une usine de cellulose en Estonie ?
Crédits © Vincent Dautancourt, 2023.
URL http://journals.openedition.org/efo/docannexe/image/21944/img-1.png
Fichier image/png, 72k
Titre Figure 2 – Mobilisation contre le projet d’usine de cellulose à Tartu.
Crédits © Vincent Dautancourt, 2023.
URL http://journals.openedition.org/efo/docannexe/image/21944/img-2.png
Fichier image/png, 84k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Vincent Dautancourt, « L’exploitation de la forêt estonienne en débat : l’exemple d’un projet avorté d’usine de cellulose (2017-2018) »Études finno-ougriennes, 54 | 2022, 167-188.

Référence électronique

Vincent Dautancourt, « L’exploitation de la forêt estonienne en débat : l’exemple d’un projet avorté d’usine de cellulose (2017-2018) »Études finno-ougriennes [En ligne], 54 | 2022, mis en ligne le 07 décembre 2023, consulté le 19 mai 2024. URL : http://journals.openedition.org/efo/21944 ; DOI : https://doi.org/10.4000/efo.21944

Haut de page

Auteur

Vincent Dautancourt

Université de Tartu

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search