Navigation – Plan du site

AccueilNuméros54NotulesLa symbolique mythique et rituell...

Notules

La symbolique mythique et rituelle du sang dans le contexte de la communication avec l’au-delà

Вирлэн мифоритуальной символикаез сопал дунеен кусып возёнын
Мифоритуальная символика крови в контексте коммуникации с потусторонним миром
Nikolai Anisimov
Traduction de Eva Toulouze
p. 223-232

Résumés

Cet article est dédié à l’étude du symbolisme du sang dans la culture des Oudmourtes dans le cadre de la communication avec l’au-delà. Partant d’exemples tirés de sources publiées et des matériaux de terrain de l’auteur, j’analyse la signification rituelle et mythique du sang et son fonctionnement dans le contexte : de son utilisation en tant que victime sacrifiée lors des rituels commémoratifs ; d’offrande compensatoire afin d’éviter ou de détourner tout malheur ou événement néfaste ; des représentations du sang du mort avec ses nuances sémantiques et symboliques ; comme attribut magique particulier dans la magie noire. Mes recherches ont montré la signification particulière du sang dans la culture des Oudmourtes, le sang jouant un rôle significatif dans la communication avec l’autre monde et étant porteur d’une sémantique aussi bien négative que positive.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Tolstoi, 1995, p. 677.

1Le sang (vir), dans les représentations populaires, est le centre, le symbole de la vie, la substance de la force vitale, dans laquelle réside l’âme1. Dans les cultures traditionnelles, on trouve maint exemple de sacrifice de sang aux esprits et aux dieux de l’au-delà et la culture oudmourte ne fait pas exception. Dans le cadre de ce court article, je propose d’examiner différents exemples d’utilisation du sang dans le cadre de la communication avec l’au-delà et de définir son symbolisme rituel et mythique.

  • 2 Vladykin, 1994, p. 165.

2Dans la littérature scientifique et dans la culture oudmourte contemporaine, on trouve une abondance de témoignages d’offrande de sang aux ancêtres décédés dans le cadre des cérémonies de commémoration, ainsi que d’offrandes de sang occasionnelles. Vladimir Vladykin observe que « souvent les sacrifices destinés aux morts consistent à leur dédier uniquement le sang de la victime (d’ailleurs c’est ainsi qu’est nommé le sacrifice : vir s’oton (вир сётон), litt. “offrande de sang”), car les Oudmourtes considèrent que l’âme de l’animal réside dans son sang : l’âme de la victime est ainsi transmise à l’esprit du mort2 ». Voyons quelques exemples.

Le sang comme sacrifice commémoratif

3Le jour de l’enterrement et lors des commémorations, il est de rigueur d’abattre un coq ou une poule, en tournant préalablement la tête de l’oiseau vers le nord ou vers l’ouest, c’est-à-dire du côté du bas-cours du fleuve ou du côté du cimetière, en dédiant la victime au mort commémoré – viro karon / vir potton / s’oton (виро карон/вир поттон/сётон, « [rituel dans lequel on] offre ou laisse couler le sang ») :

Тани, тüледлы вир поттüськом, пересьёс.

Персянос-персятос, тü понна ӵогисько. Бер кылемзэ ӟеч возелэ.

  • 3 TTA, Dubrovskij, raïon de Kijasovo, Oudmourtie, 2013

« Voilà, pour vous, nous laissons couler le sang, oh, les vieillards [les ancêtres]3.

  • 4 TTA, Staraja Sal’ja, raïon de Kijasovo, Oudmourtie, 2018.

Grands-mères, grands-pères, en votre honneur j’abats [un coq ou une poule]. Ceux qui restent, veillez bien sur eux4 ».

  • 5 сугым вандон инты.

4Le sang de la victime, en règle générale, coule sur le sol ; on en brûle une partie dans le feu ou il est collecté dans un récipient dont on se servira par la suite pour préparer un porridge au sang (viryn dzhuk, вирын ӝук) et pour le rituel commémoratif kujas’kon. Chez les Oudmourtes orientaux, il existe un endroit particulier pour abattre les animaux et pour en verser le sang, appelé sugym vandon inty5, qui est connu de toutes les familles et qui peut être entouré d’une palissade. Il est interdit d’y aller et d’y marcher, car on risque d’être frappé de maladie ou de malheur. De nos jours, la victime de sang peut être remplacée par un œuf, qui va être coupé au couteau, mais qui s’accompagne des mêmes formules verbales que s’il s’agissait d’une victime vivante :

Атас ӵогисько,

Тани, сизьым уйезлы курег ӵогисько,

  • 6 TTA, Staraja Sal’ja, raïon de Kijasovo, Oudmourtie, 2018.

« J’abats un coq6.

  • 7 TTA, Karamas-Pel’ga, raïon de Kijasovo, Oudmourtie, 2018.

Voilà, pour la septième nuit, j’abats une poule7 ».

  • 8 TTA, Staraja Sal’ja, raïon de Kijasovo, Oudmourtie, 2018.

5D’après mes informateurs, l’œuf de poule sert de remplacement à un coq ou à une poule8.

  • 9 On commémore les morts régulièrement tous les printemps et tous les automnes (NdT).
  • 10 йыр-пыд сётон.
  • 11 сüзиськон, « promesse d’un sacrifice ».

6Lors des jours de commémorations calendaires9, le quarantième jour, une année après la mort, lors du rituel de sacrifice pour un parent mort, jyr pyd s’oton10 (qui consiste à donner la tête et la patte d’un animal), lors de sacrifices spéciaux (siz’is’kon11) et de rituels propitiatoires, on sacrifie aussi un grand bovin ou d’autres oiseaux domestiques (oies, canards). Quand il n’est pas possible de sacrifier un équin, le sang d’une oie est censé bien remplacer celui d’un cheval :

Ӟазег вир вал вирен тупа.

  • 12 TTA, Dubrovskij, raïon de Kijasovo, Oudmourtie, 2018.

« Le sang d’une oie est similaire à celui d’un cheval12 ».

7De même, le sang de la victime est versé par terre, brûlé en partie ou il est mis de côté pour confectionner des mets rituels (вирен ӝук , « porridge au sang », вирен перепеч, « un perepeč au sang », вирен табань, « un taban’ au sang »). Il n’est pas rare qu’à l’automne, lors de l’abattage d’un oiseau domestique promis aux ancêtres, l’acte soit accompagné d’une adresse aux âmes des morts, alors que le corps et le sang sont mis de côté pour le rituel commémoratif.

8On estime que si l’on n’effectue pas un sacrifice pour le ou pour les mort(s), celui-ci ou ceux-ci, quoi qu’il en soit, « prendront » leur « part » et le bétail ou les oiseaux domestiques commenceront à mourir. Le mort peut emporter un animal domestique, par exemple si à l’occasion de l’enterrement aucun sacrifice de sang n’a été fait en son honneur (виро сётон/карон/вир поттон), c’est-à-dire si la coutume généralement admise pour l’enterrement n’est pas respectée :

Тани… картэз кулüз но, курегзэ но öз ӵогы. Куньмой кечез кулüз. «Пинялъёс гынэ ку öвöл уг-а, мöйиос возьмало», – шуэ. Мöйы кечез ик пастукаса бертыкыз, бусüе кулüз. Вот, одно, пе, виро куэ сётыны.

  • 13 TTA, Starye Kaksi, raïon de Možga, Oudmourtie, 2014

« Voilà… [une femme] son mari est mort et elle n’a même pas abattu une poule. [Au bout de] trois jours, sa chèvre est morte. “Ce n’est pas que pour les jeunes qu’il faut [faire un sacrifice], les personnes âgées [elles aussi] l’attendent”, dit[-elle]. Sa vieille chèvre, revenant du pâturage, est morte sur le champ. Voilà, il est obligatoire, dit-on, il faut absolument faire un sacrifice de sang [pour un mort]13 ».

Le sang comme sacrifice propitiatoire

  • 14 Il’in, 1914, p. 320.
  • 15 Ibid.
  • 16 Emel’anov, 1921, p. 30.
  • 17 Vladykina, 1992, p. 145.

9D’après des sources notées par M. Il’in au début du xxe siècle, les Oudmourtes de Kupčeneevo (uezd de Belebeevo, aujourd’hui raïon d’Ermekeevo, Bachkortostan) supposaient qu’une maladie inopinée pouvait avoir comme origine une attitude irrespectueuse à l’égard des ancêtres morts14. Une maladie ainsi acquise était appelée кулэм кутон мыж (maladie reçue d’un mort / des morts15) ou кулэм мурт мыж (maladie [reçue d’] une personne morte16). Puis, si quelqu’un a tendance à se languir rapidement (чаляк уродме), on considérait que son âme (urt) était tombée sous l’influence des morts (кулэмъёс кыжтüллям17). Pour renvoyer la maladie chez les morts, on sacrifiait un oiseau domestique (un coq, un canard mâle) :

виро тüледлы сетüсько, эн кутэлэ монэ, лэзе, вождэс эн ваелэ, ваньды-ик лыктыса тüледлы вандэм макемзэ ӟеч сиелэ.

  • 18 Ibid.

« Je vous donne un sacrifice de sang, ne m’attrapez pas, lâchez [libérez-moi de la maladie], ne vous fâchez pas, venez tous et mangez de tout cœur ce qui a été abattu pour vous18 ».

10D’après mes informateurs du raïon de Možga, une femme de leur village, après que son fils fut tombé malade, a sacrifié un mouton sur le site de commémoration des morts куяськон иньты :

Виро сётüсько! Ӟеч мед луоз, пие мед ена(у)оз!

« Je [vous] donne une victime de sang ! Que tout se passe bien [pour mon fils], qu’il guérisse ! »

  • 19 TTA, Starye Kaksi, raïon de Možga, Oudmourtie, 2014.

11Toutefois, conclut la narratrice, son fils ne guérit pas, il mourut19.

12D’après mes informateurs d’Izmajlovo (raïon de Bavly, Tatarstan), après un mauvais rêve avec un mort, on organise une commémoration kis’ton en sacrifiant un oiseau domestique (une poule, un coq) ou un animal (une brebis, un mouton), le sang étant versé sur le sol. Alors ils demandent au mort de ne plus tourmenter les vivants :

Аптыратыса ен ветлы ни!

  • 20 TTA, Izmajlovo, raïon de Bavli, Tatarstan, 2019.

« Cesse de venir nous faire peur20 » .

13D’après d’autres témoignages, si on voit tout le temps un mort dans ses rêves, on fait un sacrifice de sang (un oiseau domestique ou un animal) et on commémore tous les ancêtres nominativement. Les offrandes commémoratives incluant les extrémités et la tête de la victime sont faites en dehors des limites du lopin et on s’adresse au mort de la sorte :

Кошкелэ, больше ми доры эн лыктэ. Вöтэ эн пыре. Ӟечсэ гынэ вае.

  • 21 TTA, Jagul, raïon de Zav’jalovo, Oudmourtie, 2014.

« Allez-vous-en, ne revenez plus. Ne revenez pas en rêve. Apportez-nous seulement de bonnes choses21 ».

14On peut classer ici les cas de disparition d’animaux. Ainsi, à Minderovo (raïon de Malaja Purga, Oudmourtie), la famille Jakovlev a perdu un veau et cela a été expliqué en considérant que de cette manière, les morts avaient fait savoir qu’ils attendaient une victime de sang, « виро куро ». D’après les conceptions populaires, les morts sont capables de cacher aux yeux des vivants les animaux domestiques, comme dans le cas suivant. D’après Anis’a F’odorovna Jakovleva (née en 1927), si un animal domestique disparaît, il faut aller à sa recherche en mettant préalablement dans sa poche de la farine, du pain frais ou sec. Les membres de sa famille sont partis à la recherche du veau en suivant ce conseil et ils l’ont trouvé à midi dans un petit bosquet à proximité d’un fossé, où ils ne l’avaient pas du tout cherché auparavant. Le soir de ce jour-là ils ont décidé de procéder à une cérémonie commémorative en sacrifiant une brebis, вир поттон (litt. « lâcher le sang ») avec des adresses propitiatoires en direction des morts :

Тани, вандüськом. Вöсь эн каре ни, сüль вандüськом.

« Voilà, nous abattons [une brebis]. Ne nous faites plus mal, nous abattons de la viande [en votre honneur] ».

  • 22 TTА Minderovo, raïon de Malaja Purga, 2015.

15Après avoir préparé la viande dans le cercle familial, ils ont organisé un banquet commémoratif22.

Le sang comme point focal de la mort

16Le sang d’un mort est vu comme particulièrement dangereux, puisqu’il est chargé de tout le symbolisme négatif qu’apporte la mort à tout ce qui est vivant. Le sang d’un défunt peut être utilisé en sorcellerie, afin de jeter un sort conduisant à la mort. Ainsi, d’après le récit d’une de mes informatrices du raïon de Debjossy (Oudmourtie), une voisine sorcière avait jeté près de son portail la gaze ensanglantée provenant des narines d’un mort à l’occasion de son enterrement. C’est son fils qui l’a découverte et il l’a apportée à sa mère. D’après cette dernière, elle est ensuite tombée gravement malade et elle n’a pu guérir qu’après avoir fait appel à de puissants guérisseurs.

  • 23 Zelenin, 1995, p. 40.

17Parmi d’autres endroits dangereux et « impurs », il faut compter les lieux où une personne est morte ou bien a été assassinée et surtout les endroits où le sang d’un mort a été versé. Il est coutume d’appeler ces endroits пöртмаськись/алама инты (endroit bizarre ou mauvais). De nos jours, on peut souvent rencontrer le long des grandes routes des croix orthodoxes, des monuments et des couronnes en souvenir des personnes mortes à cet endroit. D’après mes informateurs, si là où a eu lieu un accident de voiture, le mort a versé son sang, il faut le recueillir, l’apporter sur la tombe et à l’endroit du décès, ériger une croix ou un monument « pour réconforter l’âme du défunt ». D’après la vision populaire, les gens morts d’une mort inattendue sont dangereux et ces morts ne vivent pas, d’après Zelenin, « où se trouvent leurs parents, mais à proximité des gens : sur le lieu de leur mort malencontreuse, ou à l’endroit de leur tombe23 ».

18À cet endroit, la terre est capable d’emporter ou d’attirer les vivants dans l’autre monde, des fantômes peuvent apparaître, les gens peuvent s’égarer, se perdre. On peut en déduire que le sang humain versé ouvre une porte vers l’au-delà et a un effet négatif sur les gens qui se trouvent à cet endroit ou à proximité :

  • 24 Kel’makov, 2006, p. 217.

Nous sommes allés dans la partie des femmes et en face du poêle, nous avons vu unе auge avec du sang. « Papa, dis-je, c’est ici qu’ils partent. Passe-moi un tisonnier, je vais le plonger dedans ». Je plonge un tisonnier – et il s’envole. Je plonge un balai et mon balai s’envole. Nous mettons dedans un oreiller, et il s’envole. « Allez papa, dis-je, je vais plonger mon doigt ». Au début mon père ne m’a pas laissé faire. J’ai plongé mon doigt, et je me suis envolée par la cheminée24.

19Afin de fermer un canal de communication non souhaité, on sacrifie un coq en l’honneur du mort à l’endroit de la mort et on verse son sang par terre. Il est curieux de citer à ce sujet un exemple emprunté à la tradition mansi :

  • 25 Rombandeeva, 1993, p. 111-112.

Chez les Mansis on abat sur la tombe d’un mort un renne, une poule ou un coq et on badigeonne de son sang un coin de la tombe, les bancs, les portes et les fenêtres de la maison du défunt. D’après les croyances, cette action a pour objectif de « fermer les orifices de la maison », c’est-à-dire les endroits par lesquels l’âme du mort est sortie de son domicile25.

20Manifestement, cette action ritualisée est liée à la magie apotropaïque, qui représente le sang comme un substitut de l’âme. Le sang de l’oiseau permet de procéder à un rachat auprès des esprits de l’au-delà et de neutraliser le mauvais endroit. En rapport avec cela, notons :

  • 26 Shutova, Kapitonov et al., 2009

Mon petit-fils est tombé de cheval, de sorte qu’à cet endroit on a abattu une poule. Tout de suite, on l’a mangée et on a « versé le sang » pour garantir à Tolik la santé [ Виро сётыса сиим, тазалыкез Толиклэн мед луоз шуыса26].

  • 27 TTA, Karamas-Pel’ga, raïon de Kijasovo, Oudmourtie, 2016.

21À l’endroit où est mort un homme, surtout là où son sang a été versé, il est aussi habituel de verser du sel, afin que l’endroit ne prenne pas d’autres vies : « Эн кыжты-мыжты милемыз ! » (Ne nous envoie pas de maladies ni de blessures27 !).

  • 28 TTА, Staraja Sal’a, raïon de Kijasovo, Oudmourtie, 2022.

22On trouve également des idées selon lesquelles le sang humain, ainsi que celui d’une oie ou d’un cheval « obligent » un assassin ou un voleur à se dénoncer ou à avouer leur crime : « Адями, ӟазег, вал вир вератэ, шаре поттэмез потэ » (Le sang d’une personne, d’une oie ou d’un cheval « oblige » à reconnaître, il désire rendre public [un crime]28). Cet exemple accorde au sang une force magique particulière, capable d’avoir un effet sur son meurtrier.

Le sang dans la magie malintentionnée

23Le sang peut aussi être utilisé dans les rituels magiques malintentionnés, pour établir un accord avec les esprits malfaisants et avec les morts. Présentons un exemple noté par Ranus Sadikov chez les Oudmourtes du Bachkortostan :

  • 29 Sadikov, 2008, p. 152.

L’homme peut aussi tomber malade en conséquence d’un sort lancé sur lui par des sorciers ou tout simplement par des personnes malintentionnées. Ainsi, par exemple, à Kačkinturaevo, dans le raïon de Kaltasy, d’après les informateurs, quelques familles pratiquaient les « sacrifices noirs » [сьöд вöсь] – un rituel de sorcellerie, qui vise à faire mourir les ennemis. Ce rituel était aussi appelé d’un autre nom мыддорин вöсь [le sacrifice à l’envers] et il était réalisé en secret pendant la nuit. Ils allaient à cheval sur le lieu du sacrifice, de sorte que le cheval était attelé à l’envers. Ils sacrifiaient une poule noire. Ils versaient son sang à un endroit convenu (d’habitude sur les marches du porche de la maison), dans la cour de la personne contre laquelle le rituel était accompli. En conséquence, soit la personne, soit quelqu’un de sa famille mourait rapidement. Mes informateurs font noter que ce rituel a été emprunté par quelques familles à des Maris qui vivaient là avant que les Oudmourtes ne s’y installent. Il s’est transmis de génération en génération29.

24Ainsi on peut voir sur la base des exemples présentés l’utilisation polyfonctionnelle du sang dans la culture traditionnelle des Oudmourtes. Il peut servir de rituel commémoratif, de monnayage dans un rituel propitiatoire et d’attribut magique, avec une sémantique aussi bien positive que négative, et il peut être chargé d’un symbolisme productif et apotropaïque.

Abbréviations

25TTА : Travaux de terrain de l’auteur.

Haut de page

Bibliographie

Emel’anov Arkadij Емельянов Аркадий Иванович, 1921, Курс по этнографии вотяков: Остатки старинных верований и обрядов у вотяков, [Cours d’ethnographie des Votiaks : résidus des anciennes croyances et des anciens rituels chez les Votiaks], Казань [Kazan], Вып. 3 [N°3].

Il’in Mihail Ильин Михаил Ильич, 1914, «Похороны и поминки вотяков дер. Купченеево Белебеевского уезда Уфимской губернии» [Les enterrements et les commémorations des morts des Votiaks du village de Kupčeneevo, uezd de Belebeevo, gouvernorat d’Ufa] in Вестник Оренбургского учебного округа [Bulletin de l’arrondissement académique d’Orenbourg], vol. 8, p. 319-325.

Kel’makov Valej Кельмаков В. К., 2006, Краткий курс удмуртской диалектологии: Учебное пособие для высших учебных заведений, стереотипное [Bref cours de dialectologie oudmourte. Manuel universitaire], 2e édition, Издательский дом «Удмуртский университет» [Éditions « Université oudmourte »], Ижевск [Iževsk].

Rombandeeva Evdokija Ромбандеева Евдокия Ивановна, 1993, История народа манси (вогулов) и его духовная культура (по данным фольклора и обрядов) [Histoire du peuple mansi (Vogouls) et de sa culture spirituelle (d’après l’oralité et les rituels)], АИИК «Северный дом» и Северо-Сибирское региональное книжное издательство [« Maison Boréale » et Éditions régionales de Sibérie du Nord], Сургут [Surgut].

Sadikov Ranus Садиков Ранус Рафикович, 2008, Традиционные религиозные верования и обрядность закамских удмуртов (история и современные тенденции развития) [Les croyances religieuses traditionnelles et les rituels traditionnels des Oudmourtes orientaux (Histoire et tendances contemporaines)], Центр этнологических исследований УНЦ РАН [Centre de recherches ethnologiques de l’Académie des sciences de Russie], Уфа [Ufa].

Shutova Nadežda Шутова Надежда Ивановна, Kapitonov  Vladimir Капитонов Владимир Иванович. et al., 2009, Историко-культурный ландшафт Камско-Вятского региона: Коллективная монография [Le paysage historico-culturel de la région de la Kama et de la Viatka : monographie collective], УИИЯЛ УрО РАН [UIIAL URO RAN], Ижевск [Iževsk].

Tolstoj N. I. (dir.), 1995, Славянские древности: Этнолингвистический словарь в 5-ти томах [Antiquités slaves. Dictionnaire ethnolinguistique en 5 vol.], t. 1, Междунар. Отношения [Relations intern.], Moscou.

Vladykin Vladimir Владыкин Владимир Емельянович, 1994, Религиозно-мифологическая картина мира удмуртов [La vision du monde religieuse et mythologique des Oudmourtes], Удмуртия [Udmurtia], Ижевск [Iževsk].

Vladykina Tat’iana Владыкина Татьяна Григорьевна, 1992, «Удмуртские поверья в системе этносоциальной регламентации» [Les croyances oudmourtes dans le système de la réglementation ethnosociale] in Традиционное поведение и общение удмуртов [La comportement et la communication dans la tradition des Oudmourtes], УИИЯЛ УрО РАН [UIIAL URO RAN], Ижевск [Iževsk], p. 126-170.

Zelenin Dmitrij Зеленин Дмитрий Константинович, 1995, «Избранные труды. Очерки русской мифологии: Умершие неестественной смертью и русалки» [Œuvres choisies. Essais sur la mythologie russe : Les morts de mort non naturelle et les ondines], Вступ. ст. Н.И. Толстого; подготовка текста, коммент., указат. Е.Е. Левкиевской [Article introductif par N.I. Tolstoy, mise au point du texte, commentaire et index par E.E. Levkievskaja], Издательсво «Индрик» [Éditions Indrik], Moscou.

Haut de page

Notes

1 Tolstoi, 1995, p. 677.

2 Vladykin, 1994, p. 165.

3 TTA, Dubrovskij, raïon de Kijasovo, Oudmourtie, 2013

4 TTA, Staraja Sal’ja, raïon de Kijasovo, Oudmourtie, 2018.

5 сугым вандон инты.

6 TTA, Staraja Sal’ja, raïon de Kijasovo, Oudmourtie, 2018.

7 TTA, Karamas-Pel’ga, raïon de Kijasovo, Oudmourtie, 2018.

8 TTA, Staraja Sal’ja, raïon de Kijasovo, Oudmourtie, 2018.

9 On commémore les morts régulièrement tous les printemps et tous les automnes (NdT).

10 йыр-пыд сётон.

11 сüзиськон, « promesse d’un sacrifice ».

12 TTA, Dubrovskij, raïon de Kijasovo, Oudmourtie, 2018.

13 TTA, Starye Kaksi, raïon de Možga, Oudmourtie, 2014

14 Il’in, 1914, p. 320.

15 Ibid.

16 Emel’anov, 1921, p. 30.

17 Vladykina, 1992, p. 145.

18 Ibid.

19 TTA, Starye Kaksi, raïon de Možga, Oudmourtie, 2014.

20 TTA, Izmajlovo, raïon de Bavli, Tatarstan, 2019.

21 TTA, Jagul, raïon de Zav’jalovo, Oudmourtie, 2014.

22 TTА Minderovo, raïon de Malaja Purga, 2015.

23 Zelenin, 1995, p. 40.

24 Kel’makov, 2006, p. 217.

25 Rombandeeva, 1993, p. 111-112.

26 Shutova, Kapitonov et al., 2009

27 TTA, Karamas-Pel’ga, raïon de Kijasovo, Oudmourtie, 2016.

28 TTА, Staraja Sal’a, raïon de Kijasovo, Oudmourtie, 2022.

29 Sadikov, 2008, p. 152.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Nikolai Anisimov, « La symbolique mythique et rituelle du sang dans le contexte de la communication avec l’au-delà »Études finno-ougriennes, 54 | 2022, 223-232.

Référence électronique

Nikolai Anisimov, « La symbolique mythique et rituelle du sang dans le contexte de la communication avec l’au-delà »Études finno-ougriennes [En ligne], 54 | 2022, mis en ligne le 07 décembre 2023, consulté le 19 mai 2024. URL : http://journals.openedition.org/efo/22033 ; DOI : https://doi.org/10.4000/efo.22033

Haut de page

Auteur

Nikolai Anisimov

Musée littéraire estonien, Tartu

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search